Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 110 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 4, 5, 6, 7, [8]
Auteur Message
 Sujet du message: Re: Breaking Bad - Saisons 1 à 5 (diffusion aux USA)
MessagePosté: Sam 28 Déc 2013 17:09 
300 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 19 Déc 2007
Messages: 1624
Localisation: Comme la vérité, ailleurs.
seleniel a écrit:
- Dans le même genre, j'ai eu pitié du comédien qui joue Jesse: son personnage tourne en rond depuis quasiment le début et là encore, c'est franchement fatigant de le voir et revoir dans les mêmes schémas et comportements. Et Walt est tellement central dans cette fin qu'il bouffe tout l'espace possible et rend Jesse périphérique, anecdotique, comme désarticulé.

Cette remarque est très amusante. En fait je partage complètement ton avis sur le personnage, il tourne en rond il est creux et il est toujours balloté n'importe comment. D'ailleurs j'en parlais avec quelqu'un qui l'appréciait, non pas ce fou de Leto qui va jusqu'à le mettre en avatar, et il me disait que c'était normal pour le rôle qu'il avait. A savoir un second fils pour Walt et la transposition de ce dernier chez Jesse, ce qu'il n'a pas réussi à faire avec son propre fils. Sans oublier les grosses ficelles présentes pour manipuler le pauvre garçon. En tout cas cela fait plaisir de voir que je ne suis pas le seul à avoir du mal avec ce perso. Pour ma part je le vomis.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Breaking Bad - Saisons 1 à 5 (diffusion aux USA)
MessagePosté: Dim 2 Mar 2014 12:09 
15 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 09 Sep 2012
Messages: 398
Très surpris que personne n'en ait fait allusion (à moins que j'ai mal lu), Vince Gilligan n'abandonne pas sa série aussi facilement, en effet, une nouvelle émission qui serait le spin-off ou bien le prequel de Breaking Bad, Better Call Saul ! Je vous laisse le lien Allociné : ici et aussi le lien des news de la série à venir : ici ! Et puisque je viens de remarquer que je n'ai jamais posté sur ce topic, Breaking Bad c'est excellent, voire plus. De loin ma série préférée (du moins pour le moment mais difficile de faire mieux).


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Breaking Bad - Saisons 1 à 5 (diffusion aux USA)
MessagePosté: Mar 22 Avr 2014 18:47 
80 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Nov 2010
Messages: 707
Localisation: non merci je suis allergique
Bon il y a peu j'ai fini la série, certes méga en retard mais cela m'a permis de pouvoir tout enfiler sans attendre.

La saison 1 fut sympathique.
La saison 2 fut intéressante et commençait à nous faire comprendre ce qu'est Br Ba.
La saison 3 fut une baffe.
La saison 4 fut une grosse baffe.
Le début de la saison 5 fut sympathique (très similaire à la saison 1 je trouve) et sa fin (la seconde moitié de la saison quoi) fut juste un tabassage skinheadien droit dans ma tronche.

J'ai fais un commentaire général (comprenez désordonné) sur le forum de la GBF mais je me suis dis que ça pouvait éventuellement intéresser certains ici.

Je vous préviens c'est un pavé et ça spoil la série à fond.

Spoiler: Montrer
Bon je vais essayer d'expliquer calmement et objectivement en quoi, de mon point de vue, cette série est un chef d'oeuvre.


Déja parlons des points négatifs de cette série, vous vous doutez que si ces défauts existent c'est parce que si ils n'avaient pas été là, on aurait pu douter sur la nature humaine de Vince Giligan et de son équipe ^^

- Les personnages et leur psychologie est un des nombreux atouts de la série, seulement quelques uns pêchent un peu, je pense notamment à celui qui m'a le plus gêné soit Walter Jr (qui se réveil à la fin de la saison 5 néanmoins, mieux vaut tard que jamais). Le soucis que j'ai avec ce personnage c'est que c'est un des rares (le seul ?) à stagner de bout en bout de la série, hormis ses tribulations adolescentes à base de "je veux une voiture" et "mon père ce héro" je trouve vraiment qu'il est figé dans un ou deux états d'âmes sans trop en sortir.

- Trop de quêtes annexes ? Parfois les trames scénaristiques de la série m'ont fait un peu pensés à celles des JV (ceci n'est pas un défaut), ce que je vise en disant cela c'est surtout concernant la répartition des petites histoires annexes à la grosse trame principal (bien que tout ceci se mélange allègrement pour faire un gros tout). Si je trouve que ces trames annexes sont biens foutus et intéressantes, il arrive que parfois celles ci me frustres un peu, je pense surtout à tout le tsoin tsoin avec Ted et ses dettes. L'histoire nous fait comprendre qu'il est vital pour Skyler (et donc Walt) que ce dernier paie ses dettes, mais il ne veut pas le faire pour pas que sa famille soit sur la paille (tu la sens l'analogie avec Walt :p), puis les choses s’enveniment, Ted se retrouve quasi paraplégique à l'hôpital et ... ben voila ^^ Alors sachant que j'ai enfilé les 3 dernières saisons comme un gros porc il se peut que j'ai loupé des faits qui relativise ce constat.

Bha là comme ça c'est un peu tout ce qui me vient en tête, on remarquera que c'est des petits trucs ci et là qui m'ont un peu chatouillés, rien de méchant bien sur encore une fois, il se peut aussi que j'ai oublié des points négatifs car ceux si se retrouvent écrasés sous la masse des points positifs !

Dat transition

Voici une liste pas préparé et pas exhaustive des trucs que j'ai kiffé dans Br Ba.
La chose qui m'a le plus pété à la gueule c'est la qualité du scénario, il existe comme ça des œuvres dont le scénario claque sa maman, où un véritable univers se façonne autour du récit pour en faire un tout, certains de ces scénarios proviennent de la profondeur de leur message (Matrix), du gigantisme de leur background (LOTR), de l'originalité maîtrisé de leur concept (Cloud Atlas) ou même provienne de la création totale d'un univers auto suffisant (Harry Potter :p) <-- par là j'entends un peu la même chose que le background mais j'avais envie de citer Harry Potter

Pour Br Ba c'est autre chose, au bien sur je suppose qu'il doit avoir un peu de tout ça bien sur (notamment la manière qu'à la série de mettre en image la peur qui, mine de rien, est le pilier central de la série), mais ce qui m'a choqué avec cette série, c'est la logique/facilité de son déroulement. Rarement la série met en scène un truc totalement WTF pour faire avancer son récit (on peut citer la bombe chez Tuco à la limite), ce déroulement est juste la suite logique des choses via un approfondissement toujours plus grand des personnages et de leur interactivité, la série a cette espèce de clairvoyance de mettre les bonnes choses au bon moment avec une fluidité, un naturel limite insultant ! La manière dont Hank fait le rapprochement entre Gale et Gus juste parce qu'il n'est pas logique pour un végétalien d'avoir un sachet (je crois que c'est un sachet) Los Pollos chez lui est en plein dans ce que je disais, pas un twist de fou, pas une méga révélation, juste la logique des choses. Depuis le début de mon message je parle souvent de la psychologie des personnages, en effet, c'est une des baffes que cette série m'a mise, cette manière de créer des personnages (nombreux en plus) mais intéressant, on évite le fléau que je déteste tant (aka un personnage = un état d'esprit). Bien sur chaque personnage a sa caractéristique propre, Hank a tendance à céder aux blagues beauf, Walt à rester muet, Jesse à faire le gosse etc. Mais au dela de cette première surface dont de nombreuses séries n'auraient pas pousser plus loin, on a Br Ba qui pousse le bouchon, et toujours avec un naturel fou. On évite les cas Naruto(/Luffy/Goku) quasi schizophréniques mettant en scènes des personnages changeant du tout au tout selon les situations, chaque personnage a son spectre des personnalités (je sais pas si ça se dit ^^), sur le topic j'ai lu ci et là que Walt avait une sorte de double personnalité en la personne de Heisenberg. Je ne suis pas vraiment d'accord, la différence qu'il y a entre Walt et heisenberg n’existe pas, il y a juste (à mon sens) la manière de Walt d'appréhender la peur. Cette peur qui l'a toujours limité, quand (via son cancer/épée de Damoclès) il la met de côté il prend cette confiance qu'on lui connait. Mais ce n'est pas un trouble de personnalité, c'est quelque chose qu'il a en lui depuis le début de la série. Quand Walt décide de faire de la meth il est déja Heisenberg, et c'est en se déliant de cette peur qui l'a toujours collé à la peau que Walt gagne en assurance, à mon sens, le chapeau qu'il affectionne autant est la personnification de l'homme sans peur, pourquoi avoir peur quand on a un cancer qui va nous tuer d'ici 1-2 ans ? Dans une interview, Vince Giligan disait que Br Ba lui avait beaucoup appris sur la peur, on est en plein dedans. Et la série arrive à mettre la gestion de cette peur avec une aisance totalement magistrale, la série ne nous fait pas de la transition noir -> blanc, on est dans un spectre de gris, tout en douceur, on ne s'en rend pas compte mais nos personnages changent et évoluent. On a quelques indices tangibles qui nous aident à voir tout ça, souvenons nous de Krazy 8, comment il a été dur pour Walt et Jesse de le tuer, il aura fallu que celui ci tente de tuer Walt pour que ce dernier se lance à le tuer. Il y a le cas du junkie qui rackette un des dealers de Jesse (j'ai oublié les noms, tout ça c'est saison 2 ^^), ce dernier part pour les tuer pour asseoir son autorité et ne peut s'y résoudre, il profitera de l'accident du coffre pour faire croire (pendant un court temps) que c'est un dur, mais il n'en est rien. Il y a aussi le cas Tuco, il aura fallu que ce dernier les menace comme un taré pour qu'ils prennent la décision de le tuer, et quant ils en ont l'occasion ils ne peuvent pas l'achever "il se videra de son sang". La série prend vraiment une intensité dramatique quand Walt et Jesse tuent enfin (j'entends de sang froid/prémédité). C'est à ce moment là que l'on se rend compte du détachement de Walt face aux barrières imposés pendant de longues années (la peur notamment ^^) et que contrairement, on voit de la plus "belle" des manières que Jesses, malgré ses airs est tout sauf un tueur, tuer Gale le hantera, tuer Gus il est pour mais ne participe pas directement à sa mort (il est juste "d'accord"), il n'y a que la mort de Todd qui ne le gène pas mais c'est clairement compréhensible. Jesse a toujours cette peur d'aller jusqu'au bout et c'est ce qui causera la grosse cassure entre lui et Walt, il ne pourra pas suivre l'extrémisme de Walt (son "empire business") et encore moins la comprendre (le cas Brock). Un autre développement intéressant est celui de Skyler, peut être un des personnages les plus intéressant, on se rend compte avec elle que c'est la peur qui la limite, c'est de peur de détruire sa famille (des yeux de ses enfants) qu'elle tombe dans l'étau de Walt, devenant complice (tout en essayant de conserver une sorte de bonne morale) afin de comprendre petit à petit qu'elle est plongée jusqu'au cou dans cette affaire (en devant la totale complice de Walt) et qu'elle ne peut pas faire comme si de rien était (le cas Ted), c'est ce qui va la ronger et arrivé à ce moment qui paie pas de mine mais qui résume le tout, quand Walter Jr lui dit un truc du genre "mais comment as tu pu en arriver là ?" et qu'elle répond "je me poserai cette question jusqu'à la fin de mes jours" (toujours à peut prêt), on se rend compte que c'est parce qu'elle avait cette peur qu'elle s'est elle même piégé. On se rend petit à petit compte d'où vient le "pouvoir" de Walt sur les autres, il n'a pas peur, là où ses proches y voient de l'ambition démesuré (Jesse), de l'arrogance (Mike), de la monstruosité (Hank) ou de la folie (Skyler) il ne s'agit "que" de l'abstraction d'un homme de toute forme de peur (c'est lui qui a l'idée de s'en prendre à Tuco, Gus, aux nazis ...), d'ailleurs on se rend compte que tout les personnes que Walt surpasse sont des personnification d'une forme de peur, celle de tuer (Krazy 8), celle de la folie (Tuco), celle de l'autorité (Gus), celle de l'ordre (Hank), celle de la folie (les nazis) celle de la brutalité (les jumeaux méxicains) et je dois certainement en sauter. Et c'est cette abstraction qui le fait vivre, il se rend compte qu'il n'a jamais vécu pleinement, je sais plus quand, il dit à je sais plus qui "ma carrière est bloqué à professeur de lycée, j'ai le cancer, un fils handicapé et ma femme est tomber enceinte par accident, et vous me demandez si j'ai réussi ma vie ?", Walt n'a jamais pleinement vécu (le cas de son entreprise est parlant), il est toujours passé à côté des choses, se lancer dans la meth, s'absoudre de toute peur est ce qui l' fait vivre, j'invente rien il le dit lui même dans le dernier épisode ^^. Ce constat est fort car il montre que Walt ne faisait pas ce qu'il a fait pour sa famille (enfin si un peu) mais le réel et vrai but de tout cela était de vivre pleinement pendant le temps qui lui rester, faire un truc où il était bon et qui lui donnait pleins de sensations, il n'avait plus sa peur pour l'en empêcher, et quand, à la fin de la saison 5, il n'a plus sa famille, cela donne cours à un Walter sans absolument aucune limite et qui arrive à faire ce qu'il veut de n'importe qui. Cependant, cet état d'esprit a un coût, sa famille, ses proches, même son identité le quitte et c'est en toute logique que sa propre vie le quitte. Et quasiment tout les personnages sont comme ça !

Bon j'ai un peu perdu où j'en étais ^^
On notera bien sur un jeu d'acteur complètement ahurissant, la manière dont Walt devient terrifiant est absolument glaçant (I'm not in danger Skyler, I AM THE DANGER!)
I'm the one who knocks !!
Jesse est absolument touchant et juste, on voit qu'au fond c'est un chouette gars qui n'a rien d'un tueur et qui perd totalement les pédales quand on ose s'en prendre à un enfant.
Bref ils sont tous géniaux !

La mise en scène m'a aussi bluffé, quand Jesse s'envole quand il prend de l’héroïne, quand Gus se rend à l'hospice (ce moment *-*), quand Walt meurt à la fin, la manière dont Walt apparaît quand Skyler au téléphone dit qu'elle ne l'a pas vu bref je pourrai en faire plein, mais j'ai rarement vu de cette manière la forme se mettre au service du fond. On notera l'utilisation magique des musiques, toujours bien placés et au bon moment (la fin de l'avant dernier épisode de la saison 5 avec cette utilisation orgasmique de la musique du générique !!!!).
Le rythme de la série est excellemment bien géré, elle ne fait pas l'erreur d'aller trop vite trop tôt, la série prend le temps d'installer les bases, de franchir correctement les étapes et de savoir s’arrêter, la saison 1 pose les bases de l'histoire, ses personnages et ses premiers dilemmes notamment. La saison 2 entre déjà un peu plus dans la cuisine, la zone d'importance des événements restent très fine (très local), l'accident d'avion donne à mon sens un côté "impact globale" aux événements, les actes de Walt et Jesse ont désormais une plus gros impact et pas seulement locale. La saison 3 continue dans ce chemin là et met en évidence les gros dilemmes de notre duo mais aussi de l’aggravation de la situation globale. La saison 4 est le paroxysme de cela, le calme pendant la tempête si je puis dire, on se rend compte de la folie latente de Walt qui va de plus en plus loin (I won). La saison 5 met un terme à tout cela (et quel terme !!!).


Bon je sais pas si j'ai tout dit mais je pense avoir bien écris ^^
Surement que j'ai oublié des trucs ou même si j'ai dis des conneries mais Br Ba est une série déja culte, le genre d'oeuvre qui s'impose aux yeux de tous (comme Daft Punk :D).
Bref Breaking Bad à jamais dans mon cœur.

Faire un pâté sur Breaking Bad sans parler de Saul : Done.

_________________
Image



Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Breaking Bad - Saisons 1 à 5 (diffusion aux USA)
MessagePosté: Dim 14 Juin 2015 20:12 
500 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 10 Juin 2015
Messages: 105
Localisation: Somewhere on the Sea
Encore une série dont j'ai longuement entendu parler. J'ai enfin décidé de m'y mettre la semaine dernière. Et c'est vraiment pas mal je dois dire ! Je suis au milieu de la saison 2. C'est une série vraiment prenante dès le début.

Les acteurs sont tous bons. Bryan Cranston est comme toujours excellent ! Quel plaisir de le revoir jouer dans une série depuis Malcolm. Par moment j'ai l'impression de revoir Hal dans sa façon de jouer Walter, dans ses mimiques etc ... avec ses grands gestes quand il s'énerve.

C'est vraiment une bonne série, on accroche assez rapidement et j'espère que ça va être de mieux en mieux au fur et à mesure des saisons.

_________________
Image

"I'd rather live 30 years a Lion, than wait 70 a lamb"


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Breaking Bad - Saisons 1 à 5 (diffusion aux USA)
MessagePosté: Mar 14 Juil 2015 13:03 
2 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Juil 2015
Messages: 154
Une des meilleures série que j'ai pu voir.
On voit bien le développement de Walt au fur et à mesure des épisodes.
Spoiler: Montrer
Du petit coincé au géant de la mafia de la drogue

Bon le personnage de Jessie qui tourne en rond ? Tout à fait normal, c'est le but du personnage. Il ne faut pas oublier que le gamin est un toxico, qu'il a essayé d'arrêter, et qu'au final bah il est redevenu une merde, et que tout cette alliance avec Walt ne servait pas.
Bon le problèmes c'est que Black_Wolf n'a pas tout vu, et en parler ne ferait que le spoiler.
Je dis juste que cette série est un chef-d’œuvre mais qu'elle a certains défaut.
Et Black tiens moi au courant de ton ressenti par la suite ! :)


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 110 messages ]  Aller à la page Précédente  1 ... 4, 5, 6, 7, [8]

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com