Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 42 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, [3]
Auteur Message
 Sujet du message:
MessagePosté: Ven 11 Juin 2004 20:32 
The old man
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Jan 2004
Messages: 19324
Localisation: Joker
Je signale à tout hasard que le style sms est interdit ici : essayez d'écrire vos phrases avec de vrais mots svp^^

Et pour sandy_le_cuistot quand tu fais un très long post essaie de bien former tes phrases, car si les petites fautes passent sans problèmes dans un messge court, dans un long ça devient vite le boxon et c'est pénible à lire.

Voilà^^

Mais tout ça n'est pas très grave, essayez juste de faire gaffe : ça mange pas de pain et c'est plus agréable :Vogue Merry:

_________________
Image
Manga List | Anime List
Les règles du forum sont faites pour être respectées, merci de les garder en tête.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Ven 11 Juin 2004 20:37 
500 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Juin 2004
Messages: 122
Localisation: Sur le vogue merry
Faudra revisioner le dictionnaire alors...
J'ai enlevé les 3/4 du message, cela dit maitnenant ça sert plus à rien ça va pas ête lu.
C'était un peu condensé... enfin je n'avais as vu des miliards de fautes, je fais attention donc...

_________________
A un de ces jours ! Bande de blaireaux !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Ven 11 Juin 2004 20:42 
The old man
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Jan 2004
Messages: 19324
Localisation: Joker
Je te fais confiance :crocodil cigare:

_________________
Image
Manga List | Anime List
Les règles du forum sont faites pour être respectées, merci de les garder en tête.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Ven 11 Juin 2004 21:14 
500 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Juin 2004
Messages: 122
Localisation: Sur le vogue merry
Merci et désolé, j'ai tendance à trop marquer de chose...

_________________
A un de ces jours ! Bande de blaireaux !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Ven 11 Juin 2004 21:57 
1 000 Berrys

Inscription: 05 Juin 2004
Messages: 25
Localisation: sur la Grand Line & les mers de East Blue
non mais on ne t'en veut pas ptit Sandy c'est pas grave!
tu révisera le dicos plus tard! :Luffy rigole a grande bouche:

Et puis continue à écrire tes messages bordeliques! Moi j'aime bien!
Enfin tu me connait hein?

_________________
aaaaaaah.....crunch! crunch........abor ba bé ba bobe boube!!


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Sam 12 Juin 2004 10:32 
500 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Juin 2004
Messages: 122
Localisation: Sur le vogue merry
Ouai ça c'est sur...
Je suis pas si mauvais que ça en orthographe... enfin à moins que je soit si nul que je ne crois que tout ce qui est bien écrit sent à la faut à plein nez en fait...
Pour en revenir au pirate, pour savoir ce que c'est, suffit de regarder le passage ou gol roger annonce qu'il a caché le one piece quelque part dans ce vaste monde.
Des miliers d'hommes réagissent, il doit y avoir de rudes gaillards dans ceux-ci.

_________________
A un de ces jours ! Bande de blaireaux !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Dim 13 Juin 2004 13:56 
1 000 Berrys

Inscription: 05 Juin 2004
Messages: 25
Localisation: sur la Grand Line & les mers de East Blue
ouai enfin bon...
faut il encore le vérifier!

Des sacrés gaillard on en a vu pas mal jusqu'à maintenant!
et je pense que nos amis n'ont pas fini d'en avoir sur le dos!

_________________
aaaaaaah.....crunch! crunch........abor ba bé ba bobe boube!!


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Jeu 5 Juil 2007 15:10 
1 Berry

Inscription: 28 Juin 2007
Messages: 5
Localisation: Dans la nature... pour m'entrainer.
Pour moi les pirates de one piece sont des hommes d'honneur, mais les
vrais pirates ne sont rien que des brigands sans pitié. :teach:

Tous sauf 1!!!! Il s'appelait KIDD

CAPITAINE KIDD

Lui c'était un homme d'honneur , il avait le droit de détruire des bateaux marchands mais il fut arrêter par erreur et il fut executer.

Comme par hasard environ 200 ans après on retrouva la lettre qui lui permetter de detruire des bateaux.

PS: C'est pas parce que j'ai raconter la vie d'un pirate que je suis un boulet!!!!!!!!!!!!!!


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Lun 24 Sep 2007 13:57 
10 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 21 Sep 2007
Messages: 54
Localisation: dans ton frigo :/
J'aimerais parler des pirates modernes qui ont d'après moi la même nature que les pirates de l'ancien temps.

Aujourd'hui, il y en a encore en Amérique du sud, et en Asie
ils s'établissent sur des îles isolés relativement proche des flux de marchandises et vont massacrer n'importe quoi pour se faire de l'argent.

En Amérique du sud, le nouveau trésor de ces pirates est simplement l'essence des bateaux qu'ils volent après avoir liquidé l'équipage.:Ace Oulala:
Je crois qu'ils n'ont aucun interêt pour l'aventure...(:Chapeau de paille goute: pour être poli)

A mon avis à l'époque des pirates en Europe, seul l'argent comptait, pour les pirates autant que pour le gvernement. Les pirates n'inquiéttaient que les marins et ceux qui détenaient les richesses transportées.

Pas d'histoire d'amitié, d'aventure ou d'héroïsme, l'ère de la piraterie était seulement due à la pauvreté et à l'abandon des populations par leurs dirigeants.
Pourquoi des gens seraient attirés par le danger de se faire tuer à tout moment pour trouver des amis ou vivre une joyeuse aventure.
La liberté ce n'est pas faire ceux que l'ont veut.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Qu'est-ce qu'un pirate : aventurier ou brigand ?
MessagePosté: Ven 16 Déc 2016 13:45 
70 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 29 Juin 2011
Messages: 657
Localisation: Passe par un automorphisme entre C^11 et C_10[X]
Je pense que c'est le meilleur endroit pour poster un petit article du journal du CNRS que j'ai lu aujourd'hui même si ce sujet est très ancien.^^
https://lejournal.cnrs.fr/articles/mais ... es-pirates :

CNRS le journal a écrit:
Mais qui sont vraiment les pirates
Bien loin de l’image romantique construite dès le XVIIIe siècle par des écrivains comme Defoe, et largement exploitée depuis au cinéma, les pirates et les corsaires avec lesquels on les confond trop souvent dévoilent une réalité bien plus complexe. Gilbert Buti et Philippe Hrodej, historiens spécialistes d’histoire maritime, tordent le cou à quelques clichés à l’occasion de la sortie du livre «Histoire des pirates et corsaires».

Depuis quand y a-t-il des pirates ?
Philippe Hrodej : Les pirates existent depuis que la navigation existe. La piraterie n’est ni plus ni moins que du brigandage des mers, qui s’attaque aux navires de commerce, sans distinction de nationalité, même si certains pirates ont parfois des scrupules à piller leurs compatriotes... Dès l’Antiquité, en Méditerranée, de petites galères à voile rapides s’en prenaient aux navires marchands, et les Romains n’avaient de cesse de les traquer, déjà. Certaines zones sont d’ailleurs des zones endémiques de la piraterie : les Cyclades en mer Égée, l’Adriatique ou encore la mer Noire. Tout ce qui peut se monnayer intéresse le pirate : le bateau en lui-même, sa cargaison, les armes qu’il transporte, mais aussi l’équipage qu’il peut enrôler de force ou rançonner… En réalité, la principale caractéristique d’une proie, c’est avant tout qu’elle soit plus faible !

Qu’est-ce qui distingue le pirate du corsaire ?
Gilbert Buti : Un pirate travaille pour son compte, et ne partage son butin avec personne si ce n’est son propre équipage. Un corsaire opère surtout en temps de guerre et sert les intérêts de son pays en s’attaquant aux ennemis de celui-ci. Il agit avec l’autorisation de son État et peut se voir remettre une « lettre de marque » ou « commission », qui définit la durée de sa mission – généralement deux à quatre mois –, et les nations ennemies auxquelles il peut s’attaquer. Lorsqu’il y a capture, le corsaire doit ramener le bateau pris dans un port ami, où la cargaison fait l’objet d’un inventaire en bonne et due forme et où les capitaines des deux navires ainsi que des membres d’équipage sont auditionnés pour connaître les conditions de la capture. En France, dès le XVIIe siècle, ces documents sont envoyés au Conseil des prises, qui décide s’il s’agit d’une « bonne prise » ou d’une « mauvaise prise », faite sur un État allié ou neutre… Cela peut prendre plusieurs semaines. Dans le cas d’une bonne prise, le navire et sa marchandise sont vendus aux enchères, et le produit de ces ventes est réparti entre le roi, qui en récupère 10 %, les veuves de marins et œuvres diverses, et enfin l’équipage et l’armateur du bateau qui se partagent les 80 % restants. Il faut ajouter que pirates et corsaires ne bénéficient pas du même statut juridique s’ils se font prendre. Le pirate est généralement exécuté après un procès rondement mené, le corsaire est lui considéré comme un prisonnier de guerre et, à ce titre, peut être échangé contre d’autres prisonniers de guerre.

Vous le disiez : la piraterie est aussi vieille que la navigation… Qu’en est-il des corsaires ?
G. B. : La course commence à s’institutionnaliser autour du XVe siècle – il existait au Moyen Âge un « droit de représailles » autorisant les navires ayant été dépouillés à se venger sur un navire de même nationalité que leur assaillant – et se précise au XVIe siècle. On connaît tous le nom de Francis Drake, qui a beaucoup fait pour le règne de la reine Élisabeth Ire d’Angleterre en la dispensant de passer par le Parlement pour lever l’impôt – celle-ci a d’ailleurs fini par l’anoblir pour le remercier de ses services. Mais l’âge d’or des corsaires, c’est vraiment le XVIIe siècle et la période du règne de Louis XIV. Trois nations sont particulièrement actives : la France, l’Angleterre et les Provinces-Unies – les actuels Pays-Bas. Les corsaires, pour un État, sont bien souvent le moyen de compenser une marine de guerre insuffisante...
Après la bataille de la Hougue, en 1692, qui a vu l’escadre de Louis XIV battue par les Anglais et les Hollandais, la France n’a plus les moyens de se payer une flotte pour mener une guerre d’escadre et pousse à l’intensification de la guerre de course, qui présente le double avantage d’affaiblir l’ennemi et de fournir des recettes supplémentaires à l’État. Il existe d’ailleurs des « armements mixtes » parmi les navires corsaires. Dans ce cas, c’est directement l’État qui loue ou prête ses bâtiments militaires à un armateur privé. René Duguay-Trouin, le célèbre corsaire malouin, en est une bonne illustration : il a d’abord été corsaire sur des navires de commerce armés pour la course, puis comme officier sur des navires de la marine royale. Il en est de même pour Jean Bart. Surcouf, en revanche, n’a jamais voulu intégrer la marine d’État...

La distinction entre pirates et corsaires est-elle si nette que cela ? Certains capitaines corsaires avaient la réputation d’hommes sans pitié...
P. H. : Disons que dans tout corsaire, il y a un pirate qui sommeille… Ainsi, les corsaires « oublient » parfois de respecter les procédures. Par exemple, les corsaires malouins mouillaient devant le cap Fréhel où ils mettaient à l’abri une partie de la cargaison, avant de faire leur entrée officielle à Saint-Malo. Certaines pratiques en mer étaient également à la limite entre course et piraterie. Le « pluntrage » était une habitude qui consistait pour chaque membre d’équipage à se servir sur son alter ego à bord du navire capturé : le pilote s’emparait de la cloche du pilote adverse, le capitaine s’emparait de l’argent et du sabre de son homologue… Mais ce qui était une tolérance connaissait bien des débordements.

Tout se complique lorsqu’on aborde le cas des flibustiers…
P. H. : La flibuste se définit d’abord par une zone géographique. Elle apparaît au XVIe siècle avec la colonisation de l’Amérique par les Espagnols, et se concentre sur les galions espagnols revenant d’Amérique chargés d’or, d’argent, mais aussi de tabac ou de sucre de canne… Au départ, les flibustiers français, mais aussi anglais, font des allers-retours entre l’Europe et l’Amérique pour s’emparer de ces richesses. L’établissement de colonies françaises et anglaises dans les Antilles, à partir du XVIIe siècle, ouvre la page de la flibuste antillaise – les marins ayant décidé d’établir leur base arrière dans ces îles. On mentionnera l’Ile de la Tortue, au large d’Hispaniola (l’actuelle Haïti), très prisée des flibustiers français, et Port Royal de la Jamaïque pour les Anglais.

Les flibustiers sont-ils pirates ou corsaires ?
P. H. : Dans le cas de la flibuste, on parle davantage de « corso-piraterie ». Ces gens sont censés agir comme les corsaires, sauf qu’ils se trouvent à des milliers de kilomètres du pouvoir central, dans des conditions de vie souvent difficiles… S’ils opèrent certes avec des commissions délivrées par les gouverneurs locaux, le butin est partagé de façon plus « personnalisée » que sur le Vieux continent – on est loin des inventaires exhaustifs réalisés en Europe ! D’ailleurs, les flibustiers ne ramènent pas toujours leurs prises… Versailles ou Londres ferment les yeux car tout ce qui affaiblit l’Espagne, leur ennemi juré, sert leurs intérêts. Dans un premier temps, les flibustiers comme l’Olonnois ou Henry Morgan permettent aux colonies françaises et britanniques de se développer et de se défendre. Mais arrive un moment où ils deviennent plus un handicap qu’un atout. Les États réalisent que la production de sucre et d’indigo dans les Antilles a besoin de la paix pour prospérer, et qu’il est plus intéressant de faire du commerce avec l’Espagne, en lui vendant notamment des esclaves ramenés d’Afrique, une zone où la Couronne espagnole n’est pas présente, que de lui soustraire des marchandises par voie de violence. La flibuste est bannie. Pour autant, les flibustiers n’ont pas tous envie de raccrocher... Certains virent pirates et glissent vers d’autres zones : le Pacifique et les mers du sud, l’océan Indien ou encore la mer Rouge, où ils sont très actifs dans les années 1715-1725.

Il existe toute une imagerie autour des pirates et corsaires : le bandeau sur l’œil, le perroquet, et surtout des scènes d’abordage aussi spectaculaires que sanglantes… Cela correspond-il à une réalité ?
P. H. : Cette image a été construite dès les XVIIIe et XIXe siècle par des écrivains comme Daniel Defoe ou Robert Louis Stevenson, et a été largement exploitée au cinéma depuis. En réalité, les abordages ont toujours été l’exception, car personne n’a envie d’abîmer son navire ou de perdre des hommes dans un assaut. Pirates et corsaires prennent toujours soin de s’attaquer à des bateaux moins rapides et plus faibles qu’eux, et essaient de les impressionner chacun à leur manière : en tirant des coups de semonce ou en arborant des pavillons censés inspirer la terreur, comme le pavillon rouge longtemps utilisé par les pirates et qui voulait dire « rendez-vous, sinon pas de quartier, le sang va couler ».
Certains pirates ont été présentés comme des Robin des bois, ou des esprits indépendants épris de liberté – c’est tout le mythe autour de Libertalia, la colonie libertaire censée avoir été bâtie par des pirates à Madagascar… Mais dans les faits, pirates et corsaires sont plutôt des chefs d’entreprise qui gèrent au mieux leur petite affaire !

Quand les corsaires ont-ils disparu ?
G. B : Le traité de Paris, en 1856, a mis fin à la guerre de course. Ce n’est plus vraiment productif, d’autant que les ennemis d’antan ont arrêté de se faire la guerre. Cet accord correspond également à une vraie spécialisation des flottes, avec des navires de commerce d’un côté, et des navires de guerre de l’autre. Mener des opérations de guerre à bord d’un bateau de commerce n’est plus à l’ordre du jour. C’est d’ailleurs à cette époque que l’on voit apparaître les premiers bâtiments de guerre modernes, dotés de machines à vapeur. On a pourtant vu encore des pratiques s’apparentant à la course durant la guerre de Sécession, aux Etats-Unis, et certains historiens considèrent que les attaques des U-Boot, les sous-marins allemands, contre les marines marchandes alliées durant la première guerre mondiale n’en étaient pas très éloignées - à la différence notoire que les corsaires des XVIIe et XVIIIe siècles ne cherchaient pas à détruire les navires ennemis, mais à les capturer.

En revanche, la piraterie, elle, n’a pas disparu des mers du globe...
G. B. : Il y a quelques années, elle était très pratiquée le long des côtes somaliennes où transitent les bateaux à la sortie du canal de Suez, près du golfe arabo-persique et sur la route du sud-est asiatique à la sortie du détroit de Malacca. Les cibles privilégiées par ces pirates, dont de nombreux pêcheurs réduits à la misère par la pollution de leurs zones de pêche : les porte-conteneurs, les cargos et les bateaux de plaisance. Depuis deux-trois ans, ces attaques qui s’assortissent de demandes de rançon et de la saisie de matériel électronique, sont en baisse le long des côtes de Somalie du fait de la mise en place par les armateurs d’une police de surveillance et d'accords internationaux. En revanche, les actes de piraterie se multiplient dans le golfe de Guinée, à l’ouest du continent africain. Comme pour les rivages de la Somalie hier, ces actes prolongent souvent en mer des crises qui affectent les régions riveraines. Là, ce sont les plates-formes pétrolières et les pétroliers qui sont principalement visés. Le pétrole saisi est directement revendu à proximité grâce à des réseaux organisés. On soupçonne des complicités de certains pouvoirs locaux, qui voient dans la piraterie une soupape pour des populations locales plongées dans une grande pauvreté.

Cet article a était écrit pour la sortie du livre Histoire Des Pirates Et Des Corsaires - De L'antiquité À Nos Jours.
Résumé du livre :
"Pour nos contemporains les pirates et les corsaires se résument aux aventures flamboyantes de marins dans la mer des Caraïbes ou aux attaques de farouches brigands au large de la Somalie. Moins réductrice, la réalité est à la fois multiple, passionnante et souvent plus riche que la fiction. L'Histoire des corsaires et des pirates propose un tableau de ces phénomènes maritimes sur la longue durée, jalonnée de figures mythiques comme Drake, Surcouf, Duguay-Trouin, Dragut, Barberousse, Koxinga. Elle est un voyage dans le temps, des raids maritimes vikings au Moyen Age à la piraterie pratiquée en Asie de Sud-Est de nos jours. Elle est aussi un voyage dans l'espace à travers les mers et les océans, de la Méditerranée aux Antilles, en passant par la mer de Chine et les rives de l'océan Indien, sans omettre le continent américain. Un intérêt est également accordé à l'ancrage de la piraterie dans nos mémoires, à l'élaboration de mythes et à leurs prolongements dans les mondes virtuels du cinéma, de la BD et des jeux électroniques."

_________________
Image
One Piece Uchronie : New World
Pour suivre l'actu manga et bd, pensez à passer sur ActuaBD


Dernière édition par L'éternel le Mer 21 Déc 2016 23:35, édité 3 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Qu'est-ce qu'un pirate : aventurier ou brigand ?
MessagePosté: Mer 21 Déc 2016 17:32 
30 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 16 Jan 2012
Messages: 463
Localisation: Attends sur Wano le gros bordel à venir!!!
Sans partir du côté Viking où le pillage était une religion, pour moi les pirates les plus connus étaient ceux qui ont fait le plus d'atrocités mais même des pirates tel que Édouard Teach dit Barbe Noir qui inspiré la terreur (il portait des sortes d'encens dans la barbe et les cheveux pour impressioner encore plus ces ennemis avec la fumée) mais il avait des idées bien en avance sur son époque comme sur le sujet de l'escavagisme où en ces temps Negro résonné comme esclave alors que des noirs étaient intégré à son équipage de leur propre volonté (je me rappelle du reportage sur Barbe Noir ou l'on voit un ancien esclave noir dire: il m'a rendu ma liberté et depuis je lui vous une entière dévotion, et ils en profitaient donc pour prendre leur revanche tout en attaquant des vaisseaux commerciaux). Il faut pas non plus oublié qu'à la grande époque de la piraterie, les corsaires tel que Francis Drake (Anglais) étaient ni plus que des pirates agréé par un gouvernement comme l'Angleterre pour piller des navires d'autres pays.
Pour moi les pirates étaient des terreurs mais ce n'étaient certainement pas les plus pouris!!!! Ils pouvaient aussi être juste révolté par leur société et faire tout ces larcins par pur justice.

_________________
.........Zoro et les plus fines lames.........
[signature retirée car trop grande]


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Qu'est-ce qu'un pirate : aventurier ou brigand ?
MessagePosté: Mar 1 Aoû 2017 08:23 
1 Berry

Inscription: 01 Aoû 2017
Messages: 1
Je rejoints ce que certains ont dit: avant tout le pirate est une personne recherchant la liberté (même si une quête impossible ...).

Après savoir ça, on peut s'amuser à les définir et comme la dit ange bleu, tous dépend des persos que l'on a rencontré. En fait ils conçoivent leur liberté différemment.

Notre culture nous fait apprécier l'art de la piraterie de Luffy mais peut-etre qu'ailleurs il en serait différemment qui sait ^___^







______________________________________________________________________________________________________
Système de radiographie | Turbine handpiec 


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 42 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, [3]

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 4 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com