Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 60 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, [4]
Auteur Message
 Sujet du message: Re: Le capitalisme - ce dragon à occire
MessagePosté: Lun 6 Juil 2015 22:57 
Chasseur de Rêves
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 11 Nov 2004
Messages: 2491
Localisation: Nulle part ailleurs
Leto II a écrit:
Donc lorsqu'on vient leur expliquer que leurs efforts n'étaient pas assez et c'est pour ça qu'ils sont encore plus dans l'embarras qu'au début des plans d'austérités mais qu'en poussant le bouchon encore plus loin cette fois-ci c'est sûr ça ira mieux, tu m'étonnes qu'ils envoient voler la table en crachant au visage du rond de cuir qui est venu leur faire la morale. On a l'impression que la Grèce était devenue le centre d'expérience des politiques d'austérités européennes. Essaye d'être un rat de laboratoire, ça ne te fera pas plaisir.

Namienator a écrit:
Red, je pense qu'il faut que tu diversifie tes sources d'infos. Je trouve ça terrible que tu en soit à croire que les grecs refusent de "se serrer la ceinture". Depuis l'application des mesures, le taux de mortalité infantile a explosé à cause des coupes budgétaires dans les hôpitaux et il y a des émeutes à la sortie des banques. Le taux de suicide y a aussi explosé. Les médias présentent les grecs comme une bande d'enfants irresponsables et dispendieux parce qu'ils sont complètements serviles.


Quelle est la solution alors ? C'est cru ce que je vais dire mais la vie est ainsi faite j'ai envie de dire, elle n'est pas facile, c'est un rouleau compresseur, sans efforts on n'arrive à rien ou alors on renonce à un certain train de vie, à certains acquis sociaux, comme des soins ou des extras (ce n'est pas de la faute de l'UE si la mortalité infantile à augmenter, je pense qu'au contraire elle a été retardée voire sa gravité diminuée). Mais maintenant qu'ils refusent l'austérité, proposée par l'UE en échange d'une aide financière, quelle options leur restent-ils ? Comment pourront-ils renflouer les caisses sans l'aide de l'UE. Les caisses se videront définitivement et là ce sera le danger permanent pour tout un peuple.

Ce que je veux dire, c'est si l'effort premier qui a été fait n'a pas été suffisant, il est alors nécessaire d'en faire plus car derrière, la dure réalité ne les ratera pas. Mieux vaut avoir une bouée de sauvetage UE peut être inconfortable que pas de bouée du tout.

_________________
Image
Lezard Valeth a dû maitriser les mystérieuses règles du forum... pour pouvoir déchiffrer la Pierre Philosophale.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le capitalisme - ce dragon à occire
MessagePosté: Lun 6 Juil 2015 23:56 
225 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 08 Oct 2006
Messages: 1340
RED, y a pas qu'une solution, mais par exemple, as-tu entendu parler d'une restructuration de la dette, voire d'une annulation de celle-ci ?
Ce qu'il faut comprendre, c'est qu'une grosse partie de la dette publique grecque (comme de la dette publique française d'ailleurs) est dite "illégitime".

Je respecte ton avis, mais je trouve qu'il manque cruellement d'humanisme.

A toi de voir si cette source d'info te semble fiable mais je partage un lien sur les idées reçues concernant la dette grecque : http://www.audit-citoyen.org/?p=6374


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le capitalisme - ce dragon à occire
MessagePosté: Mar 7 Juil 2015 11:34 
100 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Mai 2007
Messages: 831
Localisation: Nouveau monde
De base la Grèce n'atteignait pas les caractéristiques nécessaires pour faire partie de la zone Euro (mais ce n'est pas la seule évidemment), sachant qu'elle a en plus de ça plus récemment truqué ses chiffres qui étaient bien plus colossaux. On est depuis 2010 dans une nouvelle crise, la crise des dettes souveraines, alors forcément des politiques d'austérité ont été mises en place dans de nombreux pays. La Grèce en a marre de cette austérité pendant que d'autres pays se serrent tout autant la ceinture, d'où la différence d'opinion entre pays (Sud/Nord en fait). Pourquoi la Grèce aurait de nouvelles aides (ou une annulation de sa dette) pendant que d'autres pays se plient aussi à l'austérité ? Et puis c'est tout de même beaucoup de la faute des gouvernements précédents si elle s'est retrouvée dans cet état : le pays est celui qui a le plus bénéficié de son intégration à la zone Euro (par rapport à son PIB c'était 4-5% environ), vécu au dessus du niveau de vie qu'elle aurait jamais eu sans l'euro mais ils en ont tellement profité qu'ils ont créé une dette abyssale (qu'ils ont caché...). Tout à fait légitime de penser que c'est le mauvais élève. Il y a de grosses réformes à faire dans le pays, notamment fiscales (l'Eglise en ligne de mire^^) et quelques solutions par-ci par-là mais qui ne pourront pas se faire sans austérité. Je pense que quitter l'Euro serait plus dramatique que l'austérité dans ce pays. Leur monnaie serait tellement dévaluée que la dette serait décuplée (alors qu'elle est déjà abyssale), Ok une dévaluation peut être une bonne chose à moyen terme (courbe en J) mais la Grèce n'a aucune industrie donc peu d'exportations. Il faut que la situation se débloque vite pour ne pas non plus mettre un coup au tourisme qui représente une part importante de leur PIB. Le gros du problème est donc bien la dette, qu'il va falloir régler rapidement sous peine de détériorer encore plus le pays. A mon sens, ce n'est pas l'Europe la méchante dans l'histoire même si tout n'est pas bien rose évidemment ! ^^


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le capitalisme - ce dragon à occire
MessagePosté: Mar 7 Juil 2015 12:41 
100 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 13 Fév 2012
Messages: 81
La politique d'austérité met au pied et fait cracher les classes les plus basses. Entre la monté des fascismes et démagogue dans toute l'Europe et que chaque politique d'austérité apporte comme seul fruit : de nouvelle politique d'austérité. La Grèce à EU RAISON DE DIRE NON.
Les classes les plus basses sont saignés à vif, pendant que les classes justes audessus de ces dernières les rejoignent au fond du trou). (puis la nouvelle qui en rajoute etc etc). Les politiques d'austérités sont surtout là pour uen chose : Que la classe bourgeoise mette fin à l'état providence. Pour que chaque droit qu'a l'état (et du coup le gouvernement (soit disant) démocratique) soit détruit. Que tout les marchés publique soit privatisé, que chaque couverture social, retraite etc etc soit enfin arrêté. Que le code du travail soit plus qu'une mauvaise histoire.

_________________
" "L’Etat pourra disparaître complètement lorsque la société aura réalisé le principe : "de chacun selon ses capacités, à chacun selon ses besoins", c’est-à-dire lorsqu’on sera tellement habitué à observer les règles primordiales de la vie sociale et que le travail sera devenu tellement productif que tout le monde travaillera volontairement selon ses capacités."" Vladimir Illitch


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le capitalisme - ce dragon à occire
MessagePosté: Mar 7 Juil 2015 13:01 
30 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 15 Déc 2011
Messages: 463
Localisation: Surveille le feu
RED a écrit:
Ce que je veux dire, c'est si l'effort premier qui a été fait n'a pas été suffisant, il est alors nécessaire d'en faire plus car derrière, la dure réalité ne les ratera pas. Mieux vaut avoir une bouée de sauvetage UE peut être inconfortable que pas de bouée du tout.


C'est là qu'il y a une vraie désinformation, le premier effort n'a rien arrangé, pas parce que les grecs ne l'ont pas assez bien appliqué, mais surtout parce que le plan d'aide de la BCE et du FMI était voué à l'échec, il a donc été logiquement contredit par la "dure" réalité. Et comme les nouvelles mesures vont dans le même sens que les anciennes avec encore plus d'austérité, il y a des chances pour qu'elles soient encore plus durement contredites.

Stiglitz a aussi écrit un article sur la nature politique de l'euro et sur le référendum d'avant hier.

et le plus drôle pour la fin https://twitter.com/artiom75/status/617 ... 52/photo/1

_________________
"Bien que cela me coûte de le reconnaître, ce chapitre marque une véritable avancée pour Momonosuke comme prochain mugi." Enitu, le 6 mars 2016


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le capitalisme - ce dragon à occire
MessagePosté: Mar 7 Juil 2015 15:40 
Captain Hook, Mouton Keeper
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Déc 2004
Messages: 919
Localisation: Sur un terrain de basket
Xehanort a écrit:
De base la Grèce n'atteignait pas les caractéristiques nécessaires pour faire partie de la zone Euro (mais ce n'est pas la seule évidemment), sachant qu'elle a en plus de ça plus récemment truqué ses chiffres qui étaient bien plus colossaux.


La faute revient peut-être à l'Europe dans ce cas-là, d'avoir laissé entrer un pays dans la zone Euro sans que le pays en question en ait les moyen.

Xehanort a écrit:
Pourquoi la Grèce aurait de nouvelles aides (ou une annulation de sa dette) pendant que d'autres pays se plient aussi à l'austérité ?


Est-ce vraiment la question à se poser, surtout quand la Grèce subit une politique d'austérité bien plus dure que beaucoup d'autres pays ? Ne serait-ce pas plutôt quelque chose de ce goût-là qu'il faudrait se demander : "Quel pays est en crise économique et humaine et comment faire pour résoudre ce problème ?". Si ça implique de donner plus d'aides à la Grèce pourquoi pas. Je ne me prononcerai pas en détail sur les solutions à apporter par manque de connaissances en économie, mais refuser d'aider un pays sous prétexte d'avoir un peu plus de justice sociale, c'est un peu marcher sur la tête.

Xehanort a écrit:
Et puis c'est tout de même beaucoup de la faute des gouvernements précédents si elle s'est retrouvée dans cet état : le pays est celui qui a le plus bénéficié de son intégration à la zone Euro (par rapport à son PIB c'était 4-5% environ), vécu au dessus du niveau de vie qu'elle aurait jamais eu sans l'euro mais ils en ont tellement profité qu'ils ont créé une dette abyssale (qu'ils ont caché...)


Vu la situation de la Grèce et le fait qu'elle n'aurait en théorie pas dû entrer dans la zone Euro, est-ce que la vraie faute ne vient pas de l'Europe tout simplement ? Ils ont mis en place un système "d'aide" totalement incohérent. Tout le monde savait dès le départ que la Grèce n'allait pas réussir à rembourser sa dette en temps et en heure, alors c'est bien beau de les tancer maintenant, mais il aurait peut-être fallu se poser quelques questions plus tôt. Aider la Grèce semblait nécessaire, mais leur tendre la main pour qu'ils se détachent de la paroi pour ensuite leur lâcher la mimine et les regarder tomber du haut de la falaise, je ne suis pas sûr que ce soit le choix idoine pour essayer de leur faire remonter la pente.
Bien entendu, il y a des erreurs du côté de la Grèce, mais vouloir les culpabiliser à tout prix j'ai du mal. Au final, ceux qui ont prêtés à la Grèce se sont enrichis grâce à ce qui tue la Grèce (les taux exorbitants) et en plus empêchent les Grecs de faire ce qu'ils font quand eux-mêmes ne peuvent pas rembourser ce qu'ils doivent (emprunter encore plus d'argent).
Les mecs ne sont là que pour défendre leurs petits intérêts, mais accusent quand même la Grèce ne ne penser qu'à sa poire (tant de culot, c'est presque beau) et essayent par tous les moyens de faire prendre en charge la réparation de leurs erreurs par leur victime. Si on rajoute à ça le coup du "Il faut payer ses dettes" et qu'on se rappelle 1953 par exemple, ou le fait qu'aucun pays de s'embête à rembourser quoi que ce soit...
Quand je vois toutes les déclarations ces derniers jours, j'ai surtout l'impression que la "toute puissante" Troïka s'est rendu compte de ses conneries, mais qu'elle n'assume pas. Elle a peur que cette crise tourne façon subprime et que cette situation fasse s'écrouler leur tour de Jenga. M'enfin, si dès le départ le but du jeu c'est de tout faire tomber, fallait peut-être s'y attendre quand même.

Et puis la Grèce le mauvais élève. Si on ne parlait que d'économie, à l'extrême-rigueur, et encore, vu la manière dont tout est géré économiquement en Europe, j'ai du mal à voir la différence de niveau des autres pays.
Il ne faut pas oublier que la crise en Grèce est aussi une crise humaine : comme le dit Namienator, le nombre de suicides a explosé dans ce pays, avec une augmentation du nombre de suicides de 35% entre 2010 et 2011, et ce chiffre continue d'augmenter par exemple.
Les mecs se sont serré la ceinture (oui oui, je te jure, la Grèce est un élève travailleur), sans en voir le résultat (sans dec', j'ai pas trop le souvenir récemment d'un pays où la politique d'austérité a fonctionné comme sur des roulettes), et on leur dit que finalement leur ration du soir va sauter parce que bon faut pas déconner, ils ont suivi toutes les indications que les autres leur ont donné, mais si ça n'a pas marché ben c'est quand même leur faute. Tu m'étonnes que ça gronde un chouilla.

Le choix de la Grèce ne me surprend pas du tout en tout cas. Quoi qu'ils fassent, ils vont morfler pendant les années qui arrivent, donc à la limite autant se barrer maintenant et reprendre un tant soit peu les choses en main.

L'Europe, sur le papier c'est magnifique. Le problème avec l'Euro, c'est que l'Europe n'est pas une seule entité. C'est un assemblage de pays trop différents les uns des autres, notamment en termes de richesse, et qui ne pensent chacun qu'à leur gueule. Ce n'est pas le terrain idéal pour avoir une politique monétaire unique. Tout le monde est allé trop vite en besogne, a voulu sa (grosse) part du gâteau (surtout ceux qui avaient les plus gros muscles d'ailleurs) et finalement on se retrouve au bord d'une crise, qui menace la Grèce dans un premier temps, mais vu comme ça avance, faut pas s'attendre à ce que ça s'arrête à la Méditerranée. Quand tu auras ton salaire divisé par deux ou que tu seras au chômage depuis 5 ans, que tu fais tous les efforts possibles pour sortir de cette situation, tu comprendras peut-être un peu le peuple Grec et ce que ça fait d'être traité de mauvais élève.
Pour tracer un parallèle avec le chômage d'ailleurs, ce genre de discours comme le tien, ça me fait penser aux gens qui crachent sur les chômeurs, parce que s'ils sont dans cette situation c'est tout simplement qu'ils n'ont pas envie de s'en sortir... Ce qui est faux bien entendu, hein :D

Allez, vive les politiques d'austérité qui n'ont jamais marché, et arrêtons de nous poser des questions sur le système qui aboutit à ce genre de situation, comme ça, on n'aura que des bons élèves \o/

_________________
Image
Image
" Crochet, Crochet, j't'ai accroché ! "


Dernière édition par SSof D Belge le Mer 8 Juil 2015 11:01, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le capitalisme - ce dragon à occire
MessagePosté: Mar 7 Juil 2015 16:26 
475 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 17 Oct 2009
Messages: 2334
Localisation: :noitasilacoL
SSof D Belge a écrit:
Xehanort a écrit:
De base la Grèce n'atteignait pas les caractéristiques nécessaires pour faire partie de la zone Euro (mais ce n'est pas la seule évidemment), sachant qu'elle a en plus de ça plus récemment truqué ses chiffres qui étaient bien plus colossaux.


La faute revient peut-être à l'Europe dans ce cas-là, d'avoir laissé entrer un pays dans la zone Euro sans que le pays en question en ait les moyen.


De ce fait, le gouvernement grec actuel ne peut-il pas utiliser cet argument pour alléger voir annuler sa dette auprès de l'Europe ? Un banquier ne peut pas prêter une somme d'argent qui est telle que le client ne peut pas la rembourser en moins de 25 ans (ou 30, je ne sais plus) si il ne donne pas plus de 30% de ses revenus chaque mois. C'est illégal en France, et sans doutes dans d'autres états membres de l'UE donc ils peuvent peut être jouer là dessus. Mais ce n'est surement pas la France qui y serait favorable...

EDIT:

Tu dis ça par rapport à mon post ? Parce que, que ça se voit ou non, je ne suis ni pour une sotie de la Grêce de l'UE, ni pour un enchaînement excessif de contraintes économiques drastiques qui ne vont rien améliorer. Je demande réellement les recours qu'a la Grêce parce que j'ai cherché sur internet et je ne tombe que sur des articles qui parlent d'une exclusion à venir, mais concrètement il n'y est pas fait mention de l'avenir du peuple grec. Sortie de l'UE et après ? Je ne trouve rien. Je ne suis pas favorable à leur sortie parce que comme tu le dis, si un pays est éjecté, alors aucun pays ne sera à l'abri, et on finira par se retrouver avec une Europe à 1 pays (l'Allemagne je suppose). Un peu de solidarité dans cette alliance économique ne serait pas de trop...

La Grêce a beaucoup à revendre en terme historique et touristique, et son ouverture sur la Mer Méditerranée est un avantage intéressant qui pourrait être mieux exploité avec des aides européennes.


[Edit modo :] Pour le bien de tous les yeux, évitez le rouge illisible sur fond bleu dans vos edits.

_________________
le plus puissant des démons, ma fan-fic sur le précédent possesseur du fruit du magnétisme.

goodeed Venez faire des dons gratuits pour aider des enfants du Tiers Monde à se nourrir et être vaccinés, et pour planter dans arbres en Inde !

le même genre de site, mais avec un peu plus de choix dans les dons

Fluctuat Nec Mergitur.


Dernière édition par musicman le Mar 7 Juil 2015 16:58, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le capitalisme - ce dragon à occire
MessagePosté: Mar 7 Juil 2015 16:33 
60 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 10 Oct 2004
Messages: 622
Localisation: T.A.R.D.I.S.
Je vais quand même faire remarquer une chose. Si l'idée que des gens crèvent faute que soin vous fait lever les épaules c'est votre problème les gars, mais au delà de la question de l'humanité, c'est juste pas efficace.

Les politiques d'austérité ça ne fonctionne pas. On le sait, on vous l'apprend même en prépa HEC: on a amplement testé et flingué des tas de pays comme ça. C'est logique: moins d'argent, non seulement l'économie ralentie mais les gens, frileux, anticipent le ralentissement et consomment moins. Les entreprises aussi limitent leurs dépensent... l'économie se grippe.

La seule qui ai marché à ma connaissance c'est le Canada, dans un contexte économique complètement différent : non seulement l'économie était beaucoup plus dynamique, mais ils ont des tas de matières premières dont du pétrole donc c'est quand même pas du tout la même chose !

La dette...c'est pas quelque chose de si exceptionnel. De nombreux pays on déclaré la faillite. L'Argentine, deux fois au cours des 15 dernières années. L'Allemagne serait encore en train de nous devoir de l'argent si on n'avait pas annulé sa dette. C'est arrivé à la France aussi.

Comme je l'expliquais à partir du moment où on décide de faire l'Europe, soit on décide d'aller vers une plus grande cohérence, une plus grande uniformité des facteurs économiques, ce qui implique d'accepter d'injecter de l'argent dans les économies les plus faibles, soit on est dans une impasse. Parler en termes moraux, comme si les grecs étaient très vilains et qu'il fallait les punir au maximum, c'est le discours des médias qui révèle la perpétuation d'une logique de concurrence entre les états. Et à ça, il faut mettre un terme à mon sens, et pas parce que je suis une hippie qui aime tout le monde (vous savez bien que je vous crache à la gueule), mais parce que c'est contre-productif. L'Europe c'est l'opportunité d'être forts ensembles contre l'extérieur. À la base un des objectifs c'était quand même d'être capable de peser plutôt contre la Chine, les États-Unis, le reste du monde, au lieu de se mettre en concurrence entre nous. Si ça ne marche pas du tout c'est parce que beaucoup de pays en jouent pas le jeu, et mon regards ne se tourne pas vers la Grèce...

On s'est engagés dans cette logique il y a longtemps et maintenant il faut être cohérent. Il faut réformer notre union monétaire actuelle pour aller vers une plus grande cohésion. Si on ne fait pas ça on va vers le Grexit. Et le Grexit, ça fera exploser l'incertitude: l'euro sera dorénavant un truc qu'on peut casser. Les marchés utiliseront immédiatement ça pour justifier une plus grande méfiance: après la Grèce, qui sera le prochain à sortir ? L'italie ? Le Portugal ? La France ? On casquera. C'est un peu un délire à la Lost: Live together or die alone.

Et pour l'amour de dieu éteignez BFM tv.

_________________
Image
It's all fun and games until someone commits sudoku


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le capitalisme - ce dragon à occire
MessagePosté: Mar 7 Juil 2015 19:08 
Chasseur de Rêves
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 11 Nov 2004
Messages: 2491
Localisation: Nulle part ailleurs
Namienator a écrit:
et pas parce que je suis une hippie qui aime tout le monde


Le hippie m'a rappelé l'extrait assez drôle d'un film (qui se prête quand même pas mal à la discussion, et permet de détendre l’atmosphère tant qu'on y est):

OSS : UE.
Hippie : Grèce.




En plus de BFM, regardez un bon vieux OSS ^^

_________________
Image
Lezard Valeth a dû maitriser les mystérieuses règles du forum... pour pouvoir déchiffrer la Pierre Philosophale.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le capitalisme - ce dragon à occire
MessagePosté: Mer 8 Juil 2015 00:12 
100 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Mai 2007
Messages: 831
Localisation: Nouveau monde
SSof D Belge a écrit:
La faute revient peut-être à l'Europe dans ce cas-là, d'avoir laissé entrer un pays dans la zone Euro sans que le pays en question en ait les moyen.

SSof D Belge a écrit:
Est-ce vraiment la question à se poser, surtout quand la Grèce subit une politique d'austérité bien plus dure que beaucoup d'autres pays ? Ne serait-ce pas plutôt quelque chose de ce goût-là qu'il faudrait se demander : "Quel pays est en crise économique et humaine et comment faire pour résoudre ce problème ?".

Ce n'est pas le seul pays qui soit rentré en n'ayant pas les conditions adéquates. L'intégration implique des réformes qu'ils n'ont pas fait. Et par-dessus le marché, ils ont carrément truqué les véritables chiffres, ce qui est quand même la base de la crise grecque. C'est une réalité qu'ils ont abusé d'une politique ultra-sociale, au point de creuser une dette abyssale. Mauvaise gestion des fonds reçus par la Banque Centrale Européenne en somme. Donc pourquoi la Grèce subit une politique d'austérité importante ? Parce que c'est proportionnel à sa dette qui dépasse de loin tout ce qui était dit autrefois. La Grèce a très bien vécu jusqu'à ce qu'explose la crise des dettes souveraines, comme quoi l'euro n'est pas forcément mauvais puisqu'ils ont pu avoir un niveau de vie au dessus de la moyenne (surtout pour un pays comme celui-ci). Mais bon je me répète. ^^

Lorsque je parle de mauvais élève, c'est uniquement par rapport à ces truquages. Le fait que les grecs ne veulent plus de l'austérité est tout à fait normal. Après tout, ils se sont déjà serrés la ceinture, ça n'a pas marché. On leur dit de se serrer encore plus la ceinture, pourquoi cela marcherait-il ? Ils pensent qu'ils n'ont plus rien à perdre puisqu'ils ont déjà quasiment tout perdu. Tout à fait compréhensible. Alors inutile de rebondir de cette façon, je mets juste le doigt sur les agissements de la Grèce qui ont amené cette situation avant 2010. Ce n'est pas le peuple qui en est la cause. Part contre c'est lui qui trinque et je pense que tous peut comprendre leur ras le bol. L'Europe n'est pas la grande méchante, le système l'est. La Grèce a été le mauvais élève et en subit les conséquences aujourd'hui.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le capitalisme - ce dragon à occire
MessagePosté: Mer 8 Juil 2015 07:00 
500 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Nov 2005
Messages: 6490
Localisation: dans la lune
La métaphore de la salle de classe pour parler de l'Europe est quand même insupportable: si c'est ça la conception que se font gouvernants et gouvernés de l'Europe, alors autant tout arrêter tout tout de suite.

Sinon, encore une fois, n'hésitez pas à diversifier vous sources d'information parce que certains propos trahissent une méconnaissance du sujet (et c'est normal car c'est très complexe). On ne va pas refaire ici des débats qu'on trouve actuellement facilement un peu partout sur le net (autour des conditions d'entrée de la Grèce, de sa dette à ce moment-là, de Goldman Sachs, de la complicité de l'ensemble des dirigeants...): ce n'est ni le lieu ni le cadre. Mais chercher à comprnedre au-delà de ce qu'en disent des médias ou journalistes partisans, c'est bien aussi (par exemple, y compris dans Libé, lire Maria Malagardis, c'est écouter un tout autre son de cloche que celui de Quatremer). Le schématisme de pensée dans lequel on pris globalement au sujet de l'Europe en général et de la Grèce en particulier met en relief à mon sens la faillite du modèle européen (de société) tel qu'il a été mis en œuvre jusque-là.

Quelques liens récents intéressants sur cet aspects-là:
- Clash Lordon, en pleine forme. C'est presque court et lisible par rapport à d'habitude. L'urgence de la situation semble le contraindre à resserrer son propos, comme quoi cette crise a du bon.
-Les dessous des négociations entre l'Europe et la Grèce. Et si c'était confirmé, même en partie, ce serait problématique. Et comme on sait que Varoufakis a enregistré de nombreuses conversations avec l'Eurogroupe et qu'il compte faire un livre sur le sujet, ce qui fuite a de grandes chances de ne pas être totalement fantasmatique.

_________________
ImageImage


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le capitalisme - ce dragon à occire
MessagePosté: Mer 15 Juil 2015 20:02 
Ô-Totoro
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Mar 2006
Messages: 3647
Localisation: Échappe à la connaissance
L'UE, décidément au comble de la perfidie, profite d'un week end prolongé pour forcer la Grèce à un retour en arrière. Plus les choses changent et plus elles restent les mêmes.

L'accord en tant que tel : http://www.latribune.fr/economie/union- ... 91792.html

Une analyse politique des raisons de la position de l'Allemagne : http://information.tv5monde.com/info/gr ... ance-42850

(de manière générale, suivre Mona Chollet qui partage beaucoup d'articles à ce sujet est une bonne source d'informations)

_________________
| Avatar : A. Schaff |


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le capitalisme - ce dragon à occire
MessagePosté: Mer 22 Juil 2015 15:10 
500 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Nov 2005
Messages: 6490
Localisation: dans la lune
Après donc cette déroute complète de Syriza (ça ferait un bon 5-1 final pour reprendre ma métaphore initiale...), quelques liens pour ceux qui veulent bien lire d'autres choses que le discours dominant dans l'audio-visuel et la presse généraliste.

Le blog de Jacques Sapir d'abord (directeur d'études à l'EHESS)
- Sur l'accord lui-même et la défaite de Tsipras
- Sur l'Euro
- Sur l'austérité et les gauches en Europe

Le blog de Frédéric Lordon (CNRS et membre des Atterrés)
- Le dernier article sur la gauche en Europe, également

Le Blog de Paul Jorion
Beaucoup de billets, notamment d'invités, à parcourir.

Les Atterrés, collectif d'économistes hétérodoxes. On y retrouve notamment Lordon ou encore André Orléan (CNRS et EHESS) pour les plus (re)connus.
Leur bilan de la crise

Côté journaliste, outre Arrêt sur Images ou Acrimed, il faut chercher les articles de Romaric Godin dans La Tribune.

Sinon, un article dans lequel Paul Krugman indique avoir surestimé les dirigeants de Syriza. Il se dit sidéré qu'ils n'aient jamais prévu un plan de sortie de l'euro. C'est en gros ce qu'il leur a manqué dans la négociation pour installer un vrai rapport de force sur la fin (ce que disent aussi Lordon et Sapir). Et ce qu'a pu dire aussi Varoufakis lorsqu'il reconnaissait qu'ils auraient dû y penser dès février-mars, dès qu'ils se sont rendus compte que les négociations ne porteraient jamais sur les points qu'eux souhaitaient voir examiner.

Pour la bonne bouche, Quatremer qui s'indigne du traitement dont les éditorialistes tels que lui sont traités sur twitter (ou chez les partisans de Syriza) Quand on suit Quatremer et sa manière d'utiliser twitter, c'est assez savoureux!

_________________
ImageImage


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le capitalisme - ce dragon à occire
MessagePosté: Ven 21 Aoû 2015 15:09 
Chasseur de Rêves
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 11 Nov 2004
Messages: 2491
Localisation: Nulle part ailleurs
seleniel a écrit:
Après donc cette déroute complète de Syriza (ça ferait un bon 5-1 final pour reprendre ma métaphore initiale...)


Là avec la nouvelle info (démission de Tsipras) on peut se dire que le Dragon se cure les dents avec les restes de Syriza qui va forcément éclater (si ce n'est déjà fait) après cette annonce.

_________________
Image
Lezard Valeth a dû maitriser les mystérieuses règles du forum... pour pouvoir déchiffrer la Pierre Philosophale.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le capitalisme - ce dragon à occire
MessagePosté: Ven 21 Aoû 2015 23:16 
500 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Nov 2005
Messages: 6490
Localisation: dans la lune
Il a quand même de grandes chances de gagner à nouveau ces élections, et ce malgré la scission déjà en cours dans son parti. Pas forcément pour moi une bonne perspective car Tsipras me semble "mort" politiquement.

_________________
ImageImage


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 60 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, [4]

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 5 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com