Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 76 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, [3], 4, 5, 6  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message:
MessagePosté: Sam 8 Mar 2008 11:26 
4 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 06 Nov 2007
Messages: 224
Oui oui oui... Ce chapitre il est vrai démarre assez lentement et l'action est parfois confuse, je trouve...
Mais ces menus détails sont vite éffacés par l'ampleur de ce qui s'annonce.
Et franchement (mais peut-être est-ce l'effet recherché ?) je nepeux pas m'mepêcher de destester le personnage d'Helmut, et j'ai seulement hâte qu'il se fasse trucider...
Eu prochain chapitre, donc !

_________________
Image

Visitez Mangamania !

http://www.mangamania.forumgratuit.tv


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Dim 9 Mar 2008 14:39 
200 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Juin 2007
Messages: 1262
Localisation: Sandford, UK
Citation:
Jacky a écrit:
Un chapitre qui démarre lentement, mais prend de l'ampleur avec une vraie grosse baston de groupe très sympa, avec du rythme.

Citation:
roxas182 a écrit:
Ce chapitre il est vrai démarre assez lentement et l'action est parfois confuse, je trouve...


Une idée commune en ce qui concerne le démarrage du Chapitre mais il fallait bien le faire maitenant, sinon, vous seriez perdu...
Pour la bataille de l'auberge, oui, je peux comprendre que c'est confus mais j'essaie de me mettre dans la peau des héros, qui doivent être déboussolés par cette assaut de brigands.

Citation:
Jacky a écrit:
De plus, tu conclues par un suspense, ca que tu faisais assez rarement. Que dire de plus ? Très bien, on attend donc la fin de cet arc avec peut-être des aventures séparées pour nos héros...


Et oui, qui est cet homme habillé de noir, qui vagabonde avec des criquets maléfiques ? Mystère...
Comme je l'ai dit, cete Arc devrait prendre fin soit dans le prochain chapitre ou dans le suivant encore après.
Pour la suite, qui sait ? :Ussop vantard:

Citation:
Jacky a écrit:
Même si j'ai du mal à comprendre ton rythme de parution, je suis là pour te lire !!


Moi même je me perds dans mon rythme: en fait, ce n'est que quand l'envie me prend d'écrire et je fais tout d'un seul bloc ^_^

Citation:
roxas182 a écrit:
Et franchement (mais peut-être est-ce l'effet recherché ?) je nepeux pas m'mepêcher de destester le personnage d'Helmut, et j'ai seulement hâte qu'il se fasse trucider...


En effet, c'est un méchant, or les méchants sont les ennemis des gentils, donc: à mort les méchants ! ^_^

Prochain Chapitre: surement pour la sortie du prochain One Piece en Mars, et en plus j'aurais a lot of homework, donc ce ne sera pas avant, soyez en sur...

Merci encore pour vos commentaires !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Ven 14 Mar 2008 19:14 
3 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 13 Aoû 2007
Messages: 190
Mon avis ne va pas se differencier beaucoup des autres, a par que je trouve que ton récit manque de description...(je te l'ai pas déjà dit ça ?).
Je trouve quand même que tu t'es amélioré dans ta façon d'écrire. Pour ma part j'ai été plus captivée que dans les chapitres précédents.
Voilà, continu ça ! On se retrouve au prochain chapitre.

_________________
HAMM- Mais taisez-vous, taisez-vous, vous m'empêchez de dormir. Parlez plus bas. Si je dormais je ferais peut-être l'amour. J'irais dans les bois. Je verrais...le ciel, la terre. Je courrais. On me poursuivrait. Je m'enfuirais. Nature ! Il y a une goutte d'eau dans ma tête. Un coeur, un coeur dans ma tête. - Fin de Partie, Beckett


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Lun 24 Mar 2008 00:00 
200 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Juin 2007
Messages: 1262
Localisation: Sandford, UK
Chapitre 10 : Le Pourquoi du Comment.

L’homme sombre dévala la colline, son armée d’insectes autour de ses pas. Très vite, il arriva au repaire des voleurs. Ces derniers se méfièrent, évidemment, mais les paroles de l’étranger les rappelèrent à l’ordre :
-Voleurs de Trolwn ! Cette nuit sera la dernière pour vous ! Les Parcourriers sont en ville et vous n’en réchapperez pas ! Ils viendront chercher leur ami, que vous gardez prisonnier et vous tueront facilement !
-Mais comment vous savez tout ça ?!
Tous étaient paniqués : la voix de l’homme glaçait leurs esprits. On ne devinait rien de son visage : il était noyé dans une obscurité terrifiante, et cela n’était en rien du à la nuit… Un heaume surplombait son crâne et une lame dépassait de sa longue cape noire. Les criquets faisaient trembler les voleurs. Visiblement, l’homme pouvait les contrôler et s’ils étaient encore en vie, c’était grâce à son bon vouloir…
-Le Comment importe peu, c’est le Pourquoi qui prime ! Toute action a une cause et pas une manière ! A présent, dites moi où est Helmut Koflop, le responsable des voleurs de cette ville !
Cet ordre les avait glacé jusqu’au sang. Ils ne pouvaient pas refuser, ou alors c’était la mort, aussi simplement que ça ! Un des voleurs s’avança, un courageux apparemment, ou un fou :
-Et Pourquoi ? C’est la cause non ?! Alors Pourquoi ?
Tout alla très vite : le téméraire brigand se vit mourir, sa tête tomba à terre, il put voir son corps quelques mètres plus loin, avant d’être englouti par le noir total.
-Qui d’autre pour me refuser ma question ? demanda l’homme.
-Il est à l’auberge des poignards volants ! Il cherche les Parcourriers !
-Merci mon brave, ironisa l’homme.
Il se dirigea vers les écuries de la base des voleurs, chevaucha une monture et se dirigea vers les centre ville, ses criquets derrière lui.
-Attendez ! Vous semblez bien connaître Helmut ! Qui êtes vous ?
-La Nuit en personne, voit mon pouvoir et désespère !
Et disparaissant dans l’obscurité, il planta ainsi les voleurs, interloqués.

-Il faut aller parler à Arsène ! proposa Théodore.
-C’est sur ! Lui seul, même s’il nous a trahi, peut nous aider !
-Où est-il alors ?
-En écoutant les conversations de deux voleurs il y a quelques minutes, j’ai appris qu’ils l’ont emmené à leur repaire, où il est prisonnier, dans un cachot.
-Notre route est toute tracée ! Parcourriers en avant !
Ces derniers quittèrent les égouts, silencieux et dans la nuit, se dirigèrent vers la base des brigands. L’obscurité les dissimulait parmi les maisons endormies de la ville. Trowln comptait un bon millier d’habitants, répartis également sur les collines environnantes. Le port était la principale source de revenus de la ville. Chaque jour, des marchandises étaient débarquées sur les quais : poissons, fruits de mer, esclaves en tout genre jonchaient alors le sol, en quête d’achat par de nobles seigneurs. Mais la principale utilité du port de Trolwn, c’était son lien vers le continent : sur tout Wolf Island, c’était lui le plus près de la terre ferme, vu qu’il est situé sur la pointe nord de l’île. Mais en revanche, ce port n’était en rien destiné à la guerre : quelques galères ou frégates, rien de plus : si une attaque pointait le bout de ses canons, rien ne saurait l’arrêter !

La planque des voleurs se situait à quelques centaines de mètres à la lisière de la ville, au fin fond des bois. C’était un donjon de plusieurs mètres de haut, une tour de guet en quelque sorte. Jour et nuit, des archers patrouillaient et rien ne saurait leur échapper ! Mais ce soir, ils n’étaient pas à leurs postes : les Parcourriers avaient pu donc s’infiltrer dans les bois environnants. Tous les voleurs étaient rassemblés autour d’une sorte de fosse et discutaient. De quoi ? Il était impossible de le savoir de là où se trouvaient les jeunes hommes.
-On fait quoi ? Ca peut être un piège !
-Raphaël, c’est toi le chef : dis nous quoi faire !
En murmurant, les garçons discutèrent de la meilleure manière d’attaquer. Ils choisirent alors la méthode « Infiltration aisée » : se disposant derrière un tronc d‘arbre chacun, un poignard à la main. Ils voyaient tous Raphaël et attendaient ses ordres. Il abaissa soudainement le bras et tous décochèrent leur poignard comme lors d’un spectacle de cirque : les projectiles étalèrent facilement les voleurs ; il faut dire que leur précision au tir n’était pas de moindres…

Se penchant vers la fosse, ils virent Arsène, prisonnier au fin fonde cette dernière. Blessé, il respirait difficilement et les regarda alors :
-Venez vite me délivrer, ils vont tous venir dans quelques minutes !
-Ca on s’en fiche : on sait que c’est toi qui nous a livré à Helmut : il connaissait nos noms et ce qu’on faisait ici ! Dis nous qu’est ce que tu veux ! Ton histoire, c’était du vent en fait hein ! s’emporta Théodore.
-C’est marrant, mais sur le coup vous me faisiez aveuglément confiance et maintenant plus rien !
-Faux dire qu’après l’attaque d’Helmut, c’est pas étonnant !
-Est ce que j’avais l’air d’avoir inventé ça ?
Son regard était noyé dans les larmes, il semblait vraiment accablé.
-Helmut va venir ici, c’est sur, dépêchez vous de vous casser sombres idiots !
-Qu’est ce qui nous dit que tu ne nous mens pas ?
-Vous croyez vraiment que mes hommes auraient accepté de se faire tuer pour capturer des gamins ?
Là, il marquait un point. Ils ne pouvaient nier l’évidence et le détachèrent. Raphaël soigna ses blessures pendant que les autres l’interrogeaient :
-Comment alors Helmut nous a t il trouvé ?
-Il a de nombreux espions partout, qui voient loin. Ce n’est pas étonnant.
-Et pourquoi t’a t il capturé ?
-Il a sans doute déduits à voir vos mines lorsqu’il vous a démaqué que vous aviez un complice. Et comme il me soupçonnait depuis longtemps…
-Dernière question, de quoi parlaient les voleurs avant qu’on ne les tue ?
Il ne sut quoi répondre dans l’immédiat. Puis, rassemblant ses forces il avoua :
-Un homme vêtu de noir serait venu ici. Il cherchait Helmut, un ami apparemment. Un des voleurs a été tué par lui. A sa suite, ils racontaient qu’une armée de Criquets maléfiques l’accompagnait ! Ils ont envoyé un voleur chercher Helmut et il ne va pas tarder à revenir ici !
-Trop tard Arsène !
Tous se retournèrent : Helmut, accompagné d’une cinquantaine de brigands, des torches à la main, les regardaient. Dégainant leurs armes, ils firent face aux adversaires.
-Allons, les gars, qui vous dit que je vais vous attaquer ?! Un marché nous intéressera sûrement tous autant que nous sommes !
-Vous n’allez pas nous tuer ? demanda ironiquement Théodore.
-Disons, vous faire souffrir au possible ! Vous m’avez tué beaucoup d’hommes, je n’aime pas ça.
-Helmut.
Arsène s’était avancé d’un pas.
-C’est une affaire entre toi et moi, gros lard.
-Oh ! Arsène ! Tu pense sérieusement me battre ?! En entraînement, pas un de tes coups ne m’a touché !
-Là c’est différent.
-Et en quoi ?
-Tu y étais, lors du raid sur ma famille, avec Black et tous les autres. Tu as fait du mal à ceux que j’aimais… Je ne te le pardonnerai jamais !
-Tu est donc membre de cette famille ? Quand je t’ai recruté, tu prétendais être orphelin ! Sacré Arsène, je n’aime pas qu’on me mente !
Helmut saisit alors une lance et se jeta sur le jeune homme, désarmé… A la vitesse de l’éclair, il ramassa une des épées ayant appartenue aux voleurs tués par les Parcourriers et engagea le combat ! Arsène pensait briser la lance facilement mais le manche de celle ci était en acier, donc, il fallait faire avec ! Les coups portés étaient à la fois puissants et rapides : les armes semblaient invisibles. Helmut, malgré son gabarit, maniait son corps et son arme à la perfection. Arsène avait du mal à lutter et ne cessait de reculer. Très vite, il se retrouva isolé dans un coin…
-Il faut faire quelque chose ! Où sont ses lames avec lesquelles il était si fort ?! désespéra Martial.
-Là !
Désignant le bas du donjon, tous s’y précipitèrent, même les voleurs ! Le choc fut terrible : voir cinquante types rencontrer quelques gamins, c’est du grand spectacle ! Pour vous donner une idée de la pagaille, cela ressemblait à un mikado (le jeu où il faut retirer une pique sans faire tomber les autres), à une scène de bataille de Berserk ou encore à tous les One Piece éparpillés dans un mètre carré… Un carnage en bref ! Au milieu de cet ouragan (sans U après le G, n’est ce pas Jacky XD), Isaac parvint à choper les deux lames et les envoya à Arsène.

« L’esprit vif, c’est ça ! » se remémora le voleur. « Toujours rester en mouvement, attentif au reste mais également au combat ! ». C’était les leçons d’Helmut, lorsqu’il entraînait Arsène. Respectant ses conseils, il attrapa en plein vol ses lames, celles avec qui il avait tant partagé… Par un magnifique saut périlleux, il se retrouva derrière la mastodonte qu’était Helmut… Et là c’est le drame : les deux opposants se foncent dessus : un avec une lance et un bouclier magique, l’autre avec deux lames électrifiées…

Un seul se releva : le jeune homme, ensanglanté, regarda l’homme qu’il venait de tuer : sa dépouille carbonisée jonchait le sol, figée dans la souffrance. Arsène savait son point faible : le pouvoir d’Helmut venait de l’électromagnétisme : il parvenait à créer un champ de force ou à projeter des rafales d’énergie chargés en polarité (comme les aimants). En faisant pénétrer dans le champ de force un objet métallique électrifié, le flux de son pouvoir s’inversa et les dégâts furent décuplés…

Les voleurs n’en crurent pas leurs yeux : vois leur chef tomber au bout d’une seule salve d’attaques, c’était impensable ! La rage leur donnait des forces et tous se ruèrent sur Arsène.
-Halte !
Une voix sombre et malfaisante résonna tout autour d’eux, ils étaient comme prisonniers… Un homme se tenait sur le donjon et les regardait. Une cape l’enveloppait, noire comme la nuit… L’identité du nouvel arrivant ne faisait aucun doute : c’était lui qui était venu plus tôt. En le regardant, Arsène se remémora des souvenirs, des pensées perdus qui venaient se raviver. Un feu brûlant le dévorait et, tournant la tête vers l’homme, il dit simplement :
-Black ?


Note de l'auteur: Et oui c'est minuit ! On est donc Lundi, c'est la sortie du dixième chapitre ! Un Chapitre avec de la bonne action simple mais efficace sur la Fin.

Au prochain Chapitre, je ferais un gros résumé de tous les personnages, comme ça, plus besoin de se décarcasser pour en faire à chaque Chapitre !

Le prochain sortira surement dans la première quinzaine d'Avril.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Lun 24 Mar 2008 09:43 
4 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 06 Nov 2007
Messages: 224
C'est du trés bon, et même du trés trés bon !
Helmut se fait enfin trucider (Yes !) dans une scène de combat bien décrite, et la fin se termine sur un suspens comme on les aime ! Youpi !
Vivement la suite !

_________________
Image

Visitez Mangamania !

http://www.mangamania.forumgratuit.tv


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Lun 24 Mar 2008 10:54 
175 000 000 Berry
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 17 Mar 2007
Messages: 1129
Localisation: Dans la jungle, terrible jungle
INTERVIEW EXCLUSIVE DE CAPTAIN VALENTIN !!A l'occasion du 10e chapitre de sa fic, l'auteur nous accorde un entretien... par MP^^

Jacky D. Kaput: Salut, ça va ?
Captain Valentin: Oui oui et toi ?

Ca va, ça va très bien... alors, avant de commencer une question personnelle: comment connais-tu ma vie privée à ce point ? Oui, je préfère aller en cours, oui, je suis en première L, oui, j'aime les culottes en dentelle, oui, je ne suis pas un humain mais une langouste...
Disons que j'ai mes sources mais pour ne rien te cacher, Jacky, je sais tout de toi ! Euh, c'était pas censé être sur les Fics cette interwiew... J'aime fuir ce qui me dérange !

T'inquiète, les vraies questions arrivent progressivement. J'essaye d'abord de mettre des conneries pour que le lecteur se sente dans le bain^^...
D'où vient le titre "Parcourrier's Adventures" ? Est-ce que donner un nom en anglais t'a fait croire que c'était plus classe, ou bien il y a un sens caché ?

Réponse 1 ! Parce que "les aventures des Parcourriers" ça fait ringard....

Alors, dès le début de la fic, tu dis que tu l'avais prévue depuis 5 ans... ça te fait revenir à l'époque où tu étais dans le ventre de ta mère donc. Comment as-tu eu l'idée de cette fic, et est-ce que tes premières idées ressemblaient à ce qu'elle est maintenant ?
Ma boîte MP va péter, voilà que Leto m'envoie aussi !!!
Donc: oui c'était il y a environ cinq ans, dans le ventre de ma... Quoi ?! XD Comment j'ai eu cette idée ? En lisant des Mangas comme Dragon Ball, Shaman King, Naruto et autres One Piece, on se forge vite une idée de son histoire qui suit presque certains codes de ces Mangas. Mais le véritable déclic a été le dessin animé Avatar qui a réveillé en moi cette personnalité Moyennageuse !
Les premières idées étaient assez similaires sur le plan des héros mais pas du début, où je voulais que les héros viennent de notre monde à nous !

Tu viens de dire toi-même que tu avais une personnalité moyennageuse... alors, nouvelle question: qu'est-ce que te dit Leto ? (je veux tout savoir encore une fois^^)
Nan je déconne, vraie question: Pourquoi ne pas l'avoir démarrée plus tôt ?

Leto me disait d'aller manger des lapins en chocolat vu que c'est Paques (c'est vrai en plus, oui Jacky, il n'y pas qu'avec toi que je parle de choses étranges) mais revenons au sujet:
Je ne l'ai pas démarrée plus tôt car il me fallait être sur d'être prêt physiquement et mentalement ! Mentalement il n'y avait pas de problème mais pour le physiquement, il me fallait un carburant pour tenir et c'est ainsi que je décida de me transformer en Apotre, comme dans Berserk, avec mes quatre mètres de muscles virils...
Non en fait, je l'ai démarrée à ce moment là car je venais de finir le plan des Chapitres de fin et cela m'a aidé pour la construction des premiers Chapitres...

Donc si je comprends bien, ça veut dire que tu connais déjà tous les chapitres à l'avance, et ça me nique ma prochaine question...
Raison de plus pour les connaitre à l'avance vu que ca te gène XD ! Jacky, je sais déjà qu'est ce que tu va me proposer, je sais tout de toi !

En effet. Je dois quand même signaler aux lecteurs que tu m'obliges à faire cette interview pour flatter ton ego, et que je suis ligoté dans une salle obscure...
Néanmoins, peux-tu éclaircir un peu la construction de la fic une bonne fois pour toutes ? Avec les chaps et les "Livres"... combien de chaps as-tu prévu au final ?

Mais tais toi donc ! Tiens prend ça ! Et ça !
Pour les lecteurs, je tiens à dire que Jacky va bien è____é
En tout, il y aura finalement 5 Livres qui auront chacun un certains nombres de Chapitres:
Livre I: 14 Chapitres
Livre II: 11 Chapitres
Livres III: 10 Chapitres
Livres IV: 13 Chapitres
Livre V: Une bonne quinzaine de Chapitre (environ)
Ce qui fait pas mal (vers les 60)

Dans ce cas, aurais-tu un petit scoop à nous dévoiler pour les prochains chaps ?
Mais rien qu'un alors ^_^: les Livres II et III sont les aventures séparées de nos héros ! Terrible je sais...

UN AUTRE !!!! UN AUTRE !!!^^... passons... quel est ton perso préféré dans ta fic ?
Et oui, ca fait peur je sais... Mon personnage préféré serait plutôt Raphaël: intelligent, plein de ressources, etc.

Ben moi j'aime bien Arsène qui est quand même bizarre, et en plus l'arc du moment lui est consacré... quoi, tu t'en fous ? Ok... alors on passe aux questions un peu "externes": hormis "Parcourrier's Adventures", tu es impliqué dans "Mugiwara Voyage" pour laquelle je fais de la pub^^. As-tu d'autres projets ?
Et bien, à l'avenir, j'ai deux projets:
-Soit une Fic sur les Mugiwaras, parce que j'aimerais bien en faire une mais je ne vois pas de sujet interessant...
-Soit un Fic qui n'a rien à voir sur un sujet quelconque...

Une Fic qui n'a rien à voir sur un sujet quelconque ? En gros t'as pas d'idée quoi^^... ou alors tu nous caches des choses ?
Euh sinon, on passe aux questions bonus: vu qu'on fait une interview pour le 10e, que pourra-t-on bien faire pour le 20e chapitre ?...

Comment ça j'ai pas d'idées ?!... Oui j'avoue, mais ça ne saurait tarder...
Pour le 20 ème Chapitre, je proposerai... une interwiew, car il faut du changement dans la vie !

Idée géniale, comment je n'ai pas pu y penser ??!!!
Et enfin, tribune libre: si tu veux faire passer des messages à tes lecteurs c'est maintenant.

Mes chers lecteurs,
Ne prenez pas ceci comme des menaces, mais le cas de Jacky n'est pas unique... Si vous voulez aller le rejoindre, abandonnez la Fic et vous serez immédiatement expédié au fond de la cave où est Jacky ^_^
Mais comme je déteste la violence (Jacky peut en témoigner), je vous dis merci du fond du coeur pour vos posts où se mèlent critiques et émotions. Vraiment merci à vous, et je vous dis donc à bientôt pour le futur Chapitre !

FIN, et on attend donc la suite !!!

_________________
Le Grand Torchon - Numéro 5 disponible !
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Lun 24 Mar 2008 21:29 
200 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Juin 2007
Messages: 1262
Localisation: Sandford, UK
Citation:
roxas182 a écrit
C'est du trés bon, et même du trés trés bon !
Helmut se fait enfin trucider (Yes !) dans une scène de combat bien décrite, et la fin se termine sur un suspens comme on les aime ! Youpi !
Vivement la suite !


J'ai pensé à toi quand j'ai décrit la mort d'Helmut... Content que ça te plaise ^_^ Et le suspence est terrible, je sais: voir Black débarquer ainsi, ça fout les jetons hein ! Une chose est sure, le prochain Chapitre sera la Conclusion de l'Arc Trolwn et ouvrira sur le nouvel Arc, dont je vous révèle le titre: L'Océan ! Un mot terrble, certes, mais tellement intriguant !

Citation:
Jacky a écrit:
Une longue et magnifique interwiew que je ne copierai-collerai pas sinon ça fait long le post quand même !


C'était bien marant de recevoir des MP comme ça, avec un seul mot ou des trucs étranges marqués dessus... Si vous considérez Jacky et moi comme des taré mentaux, et bien, vous savez ce qu'on vous dit ! OUI ! Enfin surtout moi, après faudra que Jacky valide :p
J'ai vraiment aimé faire cette interwiew et je remercie Jacky pour cette idée... Vivement le 10 eme Chapitre des Aventures de Bon Clay pour une interwiew de ce genre, commanditée par mon auguste personne XD... Pour roxas, faudra en faire une également, au Chapitre 20 vu que tu as pris un peu d'avance sur nous ^_^ Par contre, roxas, faudra que tu choisisses qui de nous deux (Jacky et moi) t'interwiewera ! A moins que tu ne veuille qu'on soit deux pour t'interroger ? Envoie un MP pour nous le signaler !

Merci et à bientôt !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Sam 29 Mar 2008 20:11 
200 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Juin 2007
Messages: 1262
Localisation: Sandford, UK
Nouveau Chapitre avec de l'avance (trois semaines c'est dire !) Petite parenthèse: dans le Topic "Récapitulatif des Fics", page deux, vous trouverez le résumé des personnages, etc. Donc, plus de bonus à la fin des Chapitres, désolé les gens !

En avant pour ce Chapitre 11 !

Livre I: La route vers la Capitale
Chapitre 11: Le Pétronille, fier navire !

-Black ?
Tous regardèrent alors Arsène, qui lui avait les yeux fixés sur l’homme sombre. Il se tenait un peu plus loin, sur un cheval noir. Fixant le jeune homme, il dit :
-Je te connais toi.
Arsène bouillonnait : voir son pire ennemi ne pas se souvenir de vous, c’était un monde ! C’était lui, lui qui avait tué sa famille, massacré ses parents et qui l’avait contraint à survivre parmi des voleurs infâmes. Cela n’allait pas se passer comme ça, oh non !
-Black !
-Oui c’est moi. Tu me l’a déjà demandé tu sais ? répondit calmement l’homme.
C’était la goutte d’eau qui faisait déborder le vase : Arsène empoigna une de ses lames et fonça aveuglément sur Black. Prévisible évidemment : en bon voleur, l’homme connaissait les tours pour énerver ses victimes ! Au moment du choc entre la lame et la tête de Black, le cheval et son cavalier disparurent pour se retrouver sur le toit du donjon, à plusieurs mètres de haut.
-Comment ?! paniquèrent les enfants.
-Tout est possible messieurs ! Regardez donc !
Il leva alors les bras vers le ciel. De sous son long et sombre manteau s’échappèrent des volutes de fumée noire, le tout ponctué de bruits mécaniques, comme des rouages.
-Qu’est-ce que… commencèrent les voleurs.
Ils n’eurent pas le temps de continuer : la fumée plongea sur eux, les enveloppant. Quelques cris étouffés, des hurlements ineptes… Puis plus rien. Malgré sa haine pour ces voleurs, Arsène contempla avec rage ce massacre .C’en était trop : il ne pouvait vivre en ayant vu cela !
-Arsène arête ! hurla Isaac.
Trop tard : s’élançant vers le cavalier, il déclencha une vague de foudre titanesque qui pulvérisa la tour. Mais Black s’était à nouveau téléporté dans le dos au garçon : le sombre destrier lui flanqua une ruade magistrale et envoya Arsène dans des caisses proches du donjon détruit.
-Oh non ! avertit Black, devant les autres Parcourriers voulant s’interposer. Je ne serai pas aussi gentil !
Encore un ordre tellement glacial qu’il avait stoppé net les enfants, qui reculèrent lentement.
-Arsène, c’est ça ? Je me souviens de toi. Tu étais le fils de Lady Mongomery, la meilleure assassine de tout le Continent.
-Ne parlez pas de ma mère comme ça ! enragea Arsène, la bouche en sang sous l’effet de la ruade.
-Ta famille a voulu nous gêner, un pacte d’assassinat à ce qu’il paraît. Hors, je n’aime pas que l’on tue mes hommes sans ma permission… Je me souviens très bien de son visage : rond, cheveux bruns en cascade, regard d’ange… Dommage que j’ai été obligé de l’achever…
-Qu’est ce que vous dites ?! hurla le garçon, sous les regards médusés de ses amis.
-Mais remercie moi voyons ! Je l’avais laissé à mes hommes, pour qu’ils se divertissent après la bataille ! Elle en est sortie à demi morte. Je lui ai donc épargné des souffrances inutiles.
C’était la fin : Arsène se leva, sans même prendre le temps de ramasser ses lames, il se jeta sur Black. La même chose se produisit : le voleur disparut et frappa l’ex voleur. Le sombre personnage avait malheureusement des gants hérissés qui assommèrent facilement Arsène. Lui jetant un dernier regard, Arsène demanda :
-Pourquoi vous m’avez épargné ?
La réponse venait, mais dans le flou total, Arsène s’évanouit…

Quatre jours plus tard, Isaac et compagnie étaient là au réveil du garçon. Ils semblaient abattus de voir leur ami si mal en point. La première des choses qu’il dit fut la suivante :
-C’était quoi la réponse ?
Les autres se regardèrent puis Théodore prit la parole :
-Il faut que tu nous promette une chose alors !
-Vous foutez pas de moi et dites moi !
-On veut d’abord que tu nous jure quelque chose !
-Et quoi, si ça peut vous faire plaisir !
-Que tu nous autorises à t’aider dans ta quête pour te venger.
Arsène les regarda, incrédule : en une quinzaine d’années, il ne s’était pas fait un seul ami et voilà que tout d’un coup, des gens lui parlent, comme des proches, des amis… Il sourit :
-Tsss… Ca sort du commun au moins ! Mais si vous voulez ! Maintenant, dites moi la vérité !
-Il a dit qu’il avait eu pitié de toi, de te voir ainsi pleurer dans le sang de ta famille…
Arsène ne dit rien, il ne pensait à rien… Il était vivant grâce au meurtrier de sa famille… Ironie du sort comme on dit.
-Comment avez vous pu vous enfuir ?
-Facilement, il nous a laissé partir. Il ne nous en voulait pas, qu’il nous a dit.
-Vous avez eu de la chance, ajouta le blessé en souriant.
Tous lui répondirent en plaisantant. C’est ça les amis : on oublie tous ses tracas, tous ses soucis et on s’amuse. En secret, tous pensèrent, on a du bol d’être là ensemble et vivants…

Le lendemain, les Parcourriers sortaient de leur période de convalescence et s’orientèrent vers un nouveau voyage. Le port respirait la fraîcheur des poiscailles ramenées du large. Les bateaux déchargeaient leurs flancs de filets et les pécheurs ramassaient ce butin tant convoité. Six jeunes hommes se rendirent chez un navigateur un peu louche nommé Napoléon. Il avait un fort accent étranger, portait une tunique bleue blanche rouge et un chapeau gigantesque qui diminuait sa stature déjà petite.
-M. Napoléon ? demanda Arsène.
-Arsène ! s’exclama sans sourire l’intéressé. Que me vaut le plaisir de ta visite ?
-Trois fois rien ! Juste un bateau capable de tenir la route jusqu’au Continent !
-Ben voyons… Ah les jeunes… C’est la pleine saison ici tu sais, je n’ai plus de bateau valable !
-Et ça ?
Il avait montré un fier bateau, avec un moteur. Avec ça, en même pas deux heures, le Continent était en vue !
-Ha ha ha ! Vous voudriez faire voguer un bateau contre vents et marées en allumant un brasier sous le pont ?! Je n’ai pas de temps à perdre avec de telles inepties ! (Note de l’auteur : Le pire, c’est que c’est une vraie citation de Napoléon XD) En fait, il n’est pas à moi celui là… Le seul qu’il me reste, c’est lui.
Il désigné un somptueux galion resplendissant de milles feux.
-Wahou !
-Content que ça vous plaise. Ca fera quatre cents pièces d’or !
Malgré le prix, il fallait quand même payer, car quand on a l’argent mais pas le bateau, il faut intervertir les deux… Voyez ce que donne une année de SES ! On en apprend tous les jours !
Ils se dirigèrent alors vers le magnifique galion mais…
-Mais où allez vous ? demandèrent interloqués Théodore et Martial.
-La question, c’est plutôt vous où allez vous ? Ce n’est pas mon bateau !
Tous tombèrent à la renverse, frustrés…
-Rendez nous l’argent alors, si vous n’avez pas de bateau !
-Si regardez, il est là !
Tous se penchèrent par dessus le quais. Il y avait là un navire hallucinant, du moins dans sa jeunesse sûrement car à présent, il était rongé par la rouille. Il semblait assez robuste, donc ils le prirent quand même… Isaac se souvint alors de ce que lui avait dit le Maitre Tong : « Prenez un Navire qui tient la route ! » Et là il pensa : « Zut ! »

Quelques heures plus tard, tout le monde embarqua sur le Pétronille, un fier nom pour un bateau tout aussi beau ! (ironie). Cela devait être un navire faisant la liaison entre le Continent et Wolf Island puisque de nombreuses personnes s’y trouvaient, dont la plupart étaient des civils, sans aucun doute. Le Capitaine déclara alors :
-Larguez les amarres !
Ah que d’émotions ! Le Pétronille fendit les flots rapidement et l’Océan s’étendait devant eux ! C’était une petite caravelle, fière comme un trois mat, fière comme un oiseaux, hissez haut ! Pas dépourvue d’armes : plusieurs canons s’alignaient sur toute la surface du pont, leurs boulets posés à côté. Tout était calme. Isaac repensait aux paroles de Tong : « Il y a des pirates ». Bah, il pensa que des pirates ne feraient pas long feu devant une armada de canons comme celle là. Manque de bol, une voix retentit :
-Récif !
La personne en charge du Gouvernail devait être bourré car un choc violent vit valser de droite à gauche le Pétronille. Les canons mal attachés sombrèrent alors dans les profondeurs abyssales… Isaac pensa alors : « Ca c’est pas de bol ! Manqueraient plus que des pirates ! »
-Voile noire à l’horizon ! hurla la vigie.

Note de l'auteur: Le Chapitre suivant sera un peu spécial: une partie sera composée d'un affrontement entre les Parcourriers et une équipe de pirates tout droit sortis de One Piece. La deuxième partie redeviendra plus sérieuse et commencera là où le Chapter 11 s'est arreté !

Pour le Chapitre 12, la sortie n'est pas encore fixée, donc, préparez vous à n'importe quel jour !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Sam 29 Mar 2008 21:05 
175 000 000 Berry
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 17 Mar 2007
Messages: 1129
Localisation: Dans la jungle, terrible jungle
Citation:
Le Chapitre suivant sera un peu spécial: une partie sera composée d'un affrontement entre les Parcourriers et une équipe de pirates tout droit sortis de One Piece. La deuxième partie redeviendra plus sérieuse et commencera là où le Chapter 11 s'est arreté !

Alors pour commencer je trouve ça relativement casse-gueule, si c'est juste pour un délire vaut mieux faire un chap bonus plutôt que le mettre au milieu de l'histoire...
Mais puisque tu as déjà mis "voile noire" ça semble inévaitable. Je me demande comment tu vas organiser tout ça...

Car l'hsitoire avance très bien !!! J'aime beaucoup le personnage de Black (plus méchant il serait encore mieux) et Arsène permet de lancer de nouveaux enjeux pour nos Parcourriers avec un Napoléon qui m'a l'air pas net du tout (mais ça se trouve en s'en fout de ce perso^^) et une prochaine mission qui devrait être le "début de la fin" du Livre I. J'aime quand les histoires ont déjà une fin prévue après un nombre de chaps précis, ça permet de savoir qu'il va se passer qualque chose à coup sûr !!

Donc un bon chap, pas extraordinaire mais franchement bon, mais des "Parcourrier's Adventures" à laquelle je m'attache vraiment de plus en plus !!

PS: je viens de voir ton récapitulatif et je te remercie beaucoup de m'avoir fait de la pub !!! Même si je suis bien meilleur qu'EnOd XD

_________________
Le Grand Torchon - Numéro 5 disponible !
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Dim 30 Mar 2008 11:31 
4 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 06 Nov 2007
Messages: 224
Qe dire? Un grand bond en avant dans l"histoire, un méchant à première vue invincible et enfin un départ pour le Continent !
En fait, je lis ta fic comme je jouerais à un bon RPG, car tous les éléments y sont. C'est ca, ta fic me fait penser à un RPG, et c'est un compliment !
Sinon, je suis impatient de voir le combat contre les pirates de One Piece, car ca peut donner du trés bon selon la manière dont tu le décrit !
Donc, au chapitre suivant !

_________________
Image

Visitez Mangamania !

http://www.mangamania.forumgratuit.tv


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Dim 30 Mar 2008 12:31 
200 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Juin 2007
Messages: 1262
Localisation: Sandford, UK
Citation:
Jacky a écrit:
Alors pour commencer je trouve ça relativement casse-gueule, si c'est juste pour un délire vaut mieux faire un chap bonus plutôt que le mettre au milieu de l'histoire...
Mais puisque tu as déjà mis "voile noire" ça semble inévaitable. Je me demande comment tu vas organiser tout ça...


Je me suis mal exprimé: Le Chapitre commencera en effet par un Chapitre bonus puis on reviendra au point de départ (l'apparition de la voile noire) pour ensuite continuer l'histoire ! Pas de problème là dessus donc !

Citation:
J'aime beaucoup le personnage de Black (plus méchant il serait encore mieux) et Arsène permet de lancer de nouveaux enjeux pour nos Parcourriers avec un Napoléon qui m'a l'air pas net du tout (mais ça se trouve en s'en fout de ce perso^^) et une prochaine mission qui devrait être le "début de la fin" du Livre I.


Black encore plus méchant ? Si tu veux mais pas encore, il n'est sensé revenir qu'au Troisème Chapitre du Livre II ^_^ Oui Napoléon est vraiment louche mais ne restera pas longtemps: toutes façons, il va gicler vite fait bien fait dans le prochain Chapitre :p

Et oui, ce sera le début de la fin du Livre I. Que de chemin nous avons parcourru (Parcourrier-Parcourru -> Humour ! Ha ha ha ha !)

Citation:
roxas182 a écrit:
Qe dire? Un grand bond en avant dans l"histoire, un méchant à première vue invincible et enfin un départ pour le Continent !
En fait, je lis ta fic comme je jouerais à un bon RPG, car tous les éléments y sont. C'est ca, ta fic me fait penser à un RPG, et c'est un compliment !
Sinon, je suis impatient de voir le combat contre les pirates de One Piece, car ca peut donner du trés bon selon la manière dont tu le décrit !
Donc, au chapitre suivant !


Et oui, les méchants sont emplie de tellellement de mystère qu'ils en paraissent invincibles ! Le Contient en effet se rapproche mais que va-t-il y avoir ? A suivre !

Merki pour les compliments sur les RPG, c'est le but recherché ^_^

Je suis fou, vu vos commentaires, je programme le Chapitre suivant pour la semaine prochaine ! Au programme: Parcourriers VS One Piece pirates !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Ven 4 Avr 2008 21:46 
200 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Juin 2007
Messages: 1262
Localisation: Sandford, UK
Livre I: La route vers la Capitale.
Chapitre 12 : A l'abordage !


La voile noire se rapprochait inéluctablement, menaçante avec son pavillon en tête de mort sur fond noir. « Des pirates… » pensa Isaac. « Les flibustiers des mers, qui pillent et tuent… Inutile d’attendre de réaction pacifique de leur part… Il va falloir leur flanquer une leçon ! »
-Tout le monde paré au combat ! hurla Raphaël.
Le pont, qui regorgeait alors de monde, se vida en même pas deux minutes. Ceux qui étaient restés se trouvaient être des téméraires, prêts à tout pour éliminer la vermine.
-Capitaine Napoléon ! Que faisons nous ?
-Facile ! Il reste deux canons, dit-il en désignant les deux pièces intactes. Orientez les de façon à toucher le mat de cette frégate. Elle n’est pas bien grande mais rapide : il faut l’aligner avant qu’elle ne nous touche ! Par chance il n’y en a qu’une !
Les artilleurs apprêtèrent leurs canons à l’extrémité du Pétronille, de façon à toucher rapidement et sûrement. Les meilleurs viseurs du navire s’alignaient à présent derrière leurs pièces. Objectif ciblé, ligne de mire affectée, ça va faire mal ! BOUM ! Les deux canons lâchèrent leurs projectiles qui filèrent tout droit dans la frégate hostile, lui faisant de sérieux dommage. Malheureusement, le mat restait intact et le dangereux navire continuait son approche. On parvenait à entendre les cris sauvages des pirates. Comme on dit : « Ca va chier !!! »
-Réarmez les canons !
Aussitôt dit, aussitôt fait ! Deux autres boulets perforèrent respectivement la coque et le mat du navire.
-Victoire ! exulta Napoléon.
Mais il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué ! Plusieurs autres silhouettes se dessinaient sur l’horizon, même étendard, mêmes cris de tarés.
-Continuer à tirer ! ordonna le Capitaine, une jambe sur la rambarde, tel un rocher devant le passage d’une vague.
Seulement, à présent, la vague commençait à canarder le Pétronille ! Ils n’allaient pas pouvoir tenir avec un rafiot en si mauvais état.
-Ne craignez pas la peur ! Nous les battrons, mes frè….
Il ne finit pas sa phrase : un boulet bien placé lui fit traverser l’intégralité du bateau. Il atterrit lourdement sur le parquet, avant de sombrer par delà la rampe…
-Ah ! Le Capitaine est mort ! Qu’allons nous faire ?! hurlèrent les matelots.
Il était vrai que la situation semblait critique : pas moins de dix navires se rapprochaient inexorablement du Pétronille, à l’arrêt et subissant les pilonnages des pirates.
-Martial ! Fais exploser en vol les projectiles ! ordonna Raphaël.
-Pas de problème chef ! plaisanta le jeune homme.
Et il tira des boules de feu, qui rencontrèrent les projectiles d’acier. La mer entre les deux groupes ressemblait à un feu d’artifice tant il y avait d’explosion !

Au bout d’un moment, les tirs cessèrent, manque de munitions sans doute. L’espoir renaquit alors dans le cœur des vaillants matelots. Mais la partie n’était pas encore gagnée ! Les dix frégates fonçaient encore sur eux, plus menaçantes que jamais ! Bientôt, le choc vint !

Un premier navire se colla au Pétronille, un « A l’abordage » retentit ! Des grappins s’accrochèrent au rampes et des pirates jouèrent à Tarzan entre les deux bateaux. Seul problème : le point d’accroche était tellement rouillé et moisi que les grappins ne tinrent pas longtemps… Plus de la moitié des flibustiers tombèrent lamentablement. Le reste de la vague d’assaut parvint à prendre pied sur le pont. Les pauvres… Ils auraient mieux fait de tomber… Isaac, Théodore, Wilfried, Arsène, Martial et Raphaël les attendaient…Vite fait bien fait, ils volèrent gaiement vers leur bateau, la bouche en sang.

Les deux frégates suivantes subirent le même, les mats ravagés par des attaques de Parcourriers. On compatit pour leur souffrance… Mais les ennemis venaient tous plus nombreux et avaient pigé que les grappins ne s’accrochaient guère… Mais comme tous le monde le sait, les pirates sont des voleurs, or les voleurs sont agiles et intelligent. Ils avaient donc combinés ces deux caractéristiques en une seule : les pirates s’élançaient du mat de leur navire, une grande toile dans la dos reliée aux membres, comme un Momonga… Ils s’envolaient donc allègrement pour atterrir en douceur sur le Pétronille au grand dam de l’équipage ! Mais qu’importe ? A peine ils débarquaient que les Parcourriers leur faisaient leur fête !

Très vite, les assauts des pirates se firent moins violents, sans doute à cause du manque d’hommes… Faut dire qu’étaler sur le carreau une centaine de forbans, c’est pas donné à tout le monde ! Bilan de la première vague d’attaques : dix frégates pirates coulées, un bon nombre d’entre eux dans les vapes (oui, ici on ne fais pas de blessés :d). Côté Parcourriers : une éraflure sur la joue de Théodore, brûlure sur Isaac à cause d’un mauvais tir de Martial…

Les pirates battaient en retraite vite et bien, laissant dans leur victoire les gentils. Tous riaient, s’esclaffaient, heureux d’être vivants et parés à reprendre la mer, vers le Continent ! Mais…

Un nouveau navire apparaissait, cette fois bien plus gros et plus rapide que les précédents. Prenant une longue vue, Isaac analysa le gallon : quatre fois plus grand que les précédents, délabré au possible malgré des hommes qui s’affectaient à la préparation de l’abordage. Aucun canon de braqué vers le Pétronille. Aucun signe d’hostilité, si ce n’est le fanion noir, avec la célèbre tête de mort. Mais la chose marquante du Mastodonte Fantôme (car oui, c’est son nom, visible sur la coque), c’était sa rapidité : malgré sa taille de titan, il fendait vite et bien les vagues, sans qu’aucune éclaboussure n’arête sa course folle. Et là, Isaac comprit :
-On est perdu ! Ils ne veulent pas nous pilonner ! Ils veulent nous pulvériser en nous fonçant dessus !
Il aurait espéré un peu moins de panique. Et ben non ! Tous hurlaient. Personne ne pensait à contre-attaquer vu la taille de l’objet en approche.

Le choc vint enfin : terrible évidemment. Le navire fit comme les autos tamponneuses : il fut projeté en avant. Les canons, les vivres, les caisses, tout tomba à l’eau, dans un fracas terrifiant ! Plusieurs marins coulèrent avec également… La licorne de la proue du mastodonte perfora de part en part le Pétronille, qui commença à sombrer…

Wilfried, en fin connaisseur de la mer, comprenait que leur fin était proche et sauta sur le pont du navire hostile. Il fut reçu par une pluie de balles, qu’il para avec un bouclier de glace bien placé. Les forbans se jetèrent sur lui : il en perfora deux pour calmer les autres… Rapière tendue, il faisait face à cinquante pirates aguerris, armés jusqu’aux dents. Et là, il vit le Capitaine…

C’était un homme grand, aux longs cheveux blancs qui semblaient algues. Un fier chapeau ornait son crâne, avec une plume pour donner du style… Un long manteau de loup de mer enveloppait l’homme, de même que ses bottes, typiques des roublards dans son genre. Un perroquet se tenait sur son épaule droite, jacassant bruyamment. Une lame était accrochée à sa ceinture, dans un splendide étui doré. Un pistolet dépassait du revers de son manteau. Un bandeau mélange de noir et de rouge couvrait son œil droit, qui accentuait encore plus la peur qui s’exaltait du personnage.

Wilfried le remarqua très vite : il n’était pas humain, ou alors peu. Une aura malfaisante abondait de lui, telle une vague géante, qui submergeait les faibles. Il parla enfin :
-Tu es bien téméraire, gamin !
-Je vais vous empêcher de nuire !
-Oh !
Tous les pirates braillèrent ensemble, joyeusement, se foutant du garçon.
-Petit, continua le Capitaine, sais tu où te tient ? Voici le Mastodonte Fantôme, le bateau qui navigue depuis des siècles sur les mers du Contient, éventrant tous les fous qui s’opposent à notre domination. J’ai coulé une flotte de guerre entière par mes canons. Les Parcourriers dans ton genre jonchaient le pont après mon passage !
Il s’avança, révélant un crochet à sa main droite, dur et cliquant. Il dégaina son sabre, sur lequel était gravé un Arbre scintillant.
-Qui êtes vous ? demanda Wilfried, qui commençait à paniquer.
-Tu n’as donc jamais entendu parler de Don Nueco ? Le flibustier qui a pillé le port le plus puissant du Continent ? Et bien c’est moi !
Sur ces mots, il abattit son sabre sur Wilfried, qui para avec sa fine rapière. Mais celle-ci ne tint pas le choc et se brisa. Le gamin essuya un coup de botte bien placé dans les molaires. Accoudé tel un homme saoul, il peinait à respirer.
-Il ne faut jamais énerver un Arbre, garçon !
Le symbole du sabre resplendit alors au soleil, la lame fonçant vers Wilfried, complètement groggy…

Fin du Chapitre !

Note de l'auteur:Chapitre maritime avec un nouveau vilain membre de l'Arbre. Quel est ce groupe obscur dont on a déjà parlé ? A suivre !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Ven 4 Avr 2008 21:57 
175 000 000 Berry
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 17 Mar 2007
Messages: 1129
Localisation: Dans la jungle, terrible jungle
Ah ouais l'Arbre, exact...
Donc pas de OP pirates et c'est pas plus mal, mais une histoire assez huoristique parce que le combat est à la fois gore et con !! Le lien au milieu avec les momongas est trop fort, le tir raté de Martial n'est pas expliqué mais ça laisse imaginer, et je sais pas pourquoi mais j'ai trouvé la mort de Napoléon super fun^^...

Même si il n'y a pas de grande avancée dans l'histoire (hormis la fin qui ouvre pour la suite), je crois que c'est peut-être mon chapitre préferé parce que j'ai bien rigolé tout en restant dans le feu de l'action !!!
En tout cas j'attends le 13 avec impatience: j'espère qu'il sera sur la même lignée au niveau de l'écriture, et qu'on sentira un tournant s'amorcer avec presque la fin du Livre 1, notamment autour de Nueco.

_________________
Le Grand Torchon - Numéro 5 disponible !
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Sam 5 Avr 2008 09:32 
4 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 06 Nov 2007
Messages: 224
J'aien apprécié ce chapitre, même si j'aurais, moi, bien voulu un combat contre les OP pirates.
Mais sinon, ien de trop à redire, l'histoire du livre II commence à se montrer avec un nouveau membre de l'Arbre (ca faisait un moment qu'on en avit plus vun, au passage, et on espère donc en apprendre plus).
Mais cela augure du bon, donc au prochain chapitre !

_________________
Image

Visitez Mangamania !

http://www.mangamania.forumgratuit.tv


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Dim 6 Avr 2008 11:34 
200 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Juin 2007
Messages: 1262
Localisation: Sandford, UK
Jacky a écrit:
Ah ouais, l'Arbre exact...

roxas a écrit:
un nouveau membre de l'Arbre (ca faisait un moment qu'on en avit plus vun, au passage, et on espère donc en apprendre plus).


Ca me fait plaisir que vous vous en souveniez :p Ensuite roxas, il est faux le fait qu'on ait vu un autre Arbre jusqu'à présent. Si tu fais référence à la réunion dans la tour sombre, ce ne sont pas des Arbres... Que d'énigmes, je vous l'accorde !


Jacky a écrit:
Donc pas de OP pirates et c'est pas plus mal, mais une histoire assez huoristique parce que le combat est à la fois gore et con !! Le lien au milieu avec les momongas est trop fort, le tir raté de Martial n'est pas expliqué mais ça laisse imaginer, et je sais pas pourquoi mais j'ai trouvé la mort de Napoléon super fun^^...

Même si il n'y a pas de grande avancée dans l'histoire (hormis la fin qui ouvre pour la suite), je crois que c'est peut-être mon chapitre préferé parce que j'ai bien rigolé tout en restant dans le feu de l'action !!!
En tout cas j'attends le 13 avec impatience: j'espère qu'il sera sur la même lignée au niveau de l'écriture, et qu'on sentira un tournant s'amorcer avec presque la fin du Livre 1, notamment autour de Nueco.


Oui je vais abandonner l'idée de ce cross over qui me fait réaliser que c'est dur de mettre un manga par écrit. Content que ce Chapitre t'ait plue !

roxas a écrit:
quote: Mais sinon, ien de trop à redire, l'histoire du livre II commence à se montrer avec un nouveau membre de l'Arbre (ca faisait un moment qu'on en avit plus vun, au passage, et on espère donc en apprendre plus).
Mais cela augure du bon, donc au prochain chapitre !


Oui, l'histoire se met en place petit à petit et le Livre II se rapproche inèxorablement.

Ensuite, j'ai une bonne et mauvais nouvelle à vous annoncer: la bonne, c'est que le Chapitre 13 sortira demain, il sera le dernier du Livre I. La mauvaise nouvelle c'est qu'après celui là, il y aura une pause assez longue, d'environ un mois. Pourquoi ? Et bien, c'est une surprise ^_^ Aussi faut gérer l'autre Fic (Conquistadores) qui est au point mort... Mais la surprise demeure ^_^

A demain donc !

EDIT: Et oui on est demain ! Le nouveau Chapitre est sorti !

Livre I: La Route vers la Capitale
Chapitre 13 : La Fin d’une aventure et le début d’une autre.


La lame fendit l’air et perfora aisément la rampe derrière Wilfried. Heureusement qu’Isaac avait grimpé pour le tirer de là ! Ca n’avait pas plu à Nueco qui dégaina son pistolet : une balle suffit à projeter au loin Isaac, blessé sérieusement.
-Tu as interrompu mon combat, sale rat ! A mort !
Il s’élança, pris appui sur la rampe et s’éleva dans les airs, comme au ralenti. Isaac eut juste le temps de se mettre en garde, tout taché de sang. Il fut projeté rapidement dans l’eau par la force titanesque de son adversaire. Ce dernier s’agrippa de justesse au bateau grâce à son crochet.
-Vous croyez que je vais vous laisser monter ?! hurla Wilfried.
Il menaça alors de planter le bout de sa rapière dans le bras du Capitaine Pirate.
-Et bien vas-y fais le !
Le garçon avait peur d’échouer, peur de cette aura malfaisante qui s’échappait de Nueco. Mais son hésitation lui coûta la victoire : le perroquet du capitaine s’envola et aveugla Wilfried. Nueco profita de ce moment d’inattention pour se hisser au niveau du pont. Il remit une cartouche dans son arme et la pointa droit sur le cœur du garçon.
-Adieu Gamin !
PAN ! La balle fusa et perfora de part en part le corps de Wilfried. Il tomba vite dans les pommes et vit au dernier moment s’avancer Nueco, sabre dégainé…

Un coup de canon fit des ravages sur le pont du Mastodonte Fantôme. D’où venait-il ? Personne ne le savait. Et soudain, tous virent la forme de gallon qui apparaissait au loin. Nueco n’avait pas eu le temps d’achever Wilfried. Il lui fallait savoir qui été le malotru l’ayant empêché de finir sa proie. Sa fureur était au paroxysme : deux fois aujourd’hui qu’on lui piquait sa proie ! Prenant une longue vue, il aperçut le bateau en approche : il était aussi grand que le gallon pirate, impeccable au niveau de la propreté et surtout avec le signe du Gouvernement sur les voiles. Ophéie, le pays le plus important du Continent, avait envoyé un gallon patrouiller dans les eaux entre Wolf Island et la terre ferme ! Nueco cracha et hurla un juron. Il se dirigeait vers Wilfried, prêt à finir son travail.

Un grappin s’arrima au pont. Le câble se tendit et remonta vers le ciel. Un garçon s’était servi des grappins des précédentes vagues d’attaques pour se hisser sur le navire. Utilisant le câble comme une perche, il s’éleva très haut, avant de retomber en rase mottes sur le pont, propulsant au loin Nueco ! Ce dernier, surpris, alla s’écraser quelques mètres plus loin, complètement out. Isaac saisit Wilfried et ensemble, ils sautèrent sur les restes du Pétronille. Tous les deux étaient blessés gravement, surtout Wilfried, qui crachait du sang. Raphaël s’en occupa immédiatement, usant de ses pouvoirs de soin comme il put.

Le Pétronille continuait d’être poussé par le Mastodonte Fantôme, le délabrant à chaque impact. Mais les secousses se firent moins violentes au moment où le navire du Gouvernement pilonna le Mastodonte, qui dut se retirer. Les dégâts qu’il avait subi était sérieux et se battre face à une armada pareille relevait de la folie, surtout lorsqu’on est pris par surprise ! Nueco venait d’apparaître et regardait Isaac et Wilfried et leur lança :
-Vous avez eu de la chance ! Vous m’échappez ici mais les mers sont miennes ! Partout où vous vous cacherez, je vous retrouverai ! Et ce sera la fin pour vous !
Et sur ces mots lourds de menaces, le Mastodonte se retira, aussi vite qu’il put.

Le navire d’Ophéie arriva aux abords des survivants de l’attaque. Le Pétronille coulait peu à peu. Son équipage décimé restait terrorisé devant ce carnage.
-Montez ! ordonnèrent les marins du Loup de Mer, en leur tendant une échelle de corde.
Tous s’exécutèrent. Le navire était spacieux, surpeuplé de matelots et impeccable pour la propreté.
-Qui êtes vous ? demanda la personne qui semblait être le Capitaine.
-Nous sommes des Parcourriers allant valider leur certificat à la Capitale.
L’homme était grand, bien baraqué. Une barbe de trois jours le rendait à la fois sérieux et nonchalant. Ses yeux marrons semblaient percer la vie et recelaient une profondeur inimaginable. Il était vêtu comme à l’accoutumée dans la flotte d’Ophéie.
-Hum… Je vois. J’ai vu que vous aviez fait de beaux ravages parmi les rangs des forbans…
-Oui, firent-t-ils, gênés.
-Vous savez à qui vous aviez affaire ? Ce sont les Pirates d’Hécutiplanos, une faction de la Guilde des Voleurs, vous avez eu du bol d’en réchapper !
Cette affirmation répandit le doute dans l’esprit d’Arsène, conscient qu’il aurait pu avoir des renseignements sur Black. De même pour Isaac, qui voulait tirer des information sur l’endroit où était retenue Judith… Cela lui semblait loin à présent le temps où il l’avait vu pour la dernière fois…

-Nous allons vous fournir un bateau, pour que vous puissiez continuer votre aventure.
-Mais ça va prendre un temps fou, protesta Théodore.
Le Capitaine leur fit signe de le suivre et ils s’enfoncèrent dans les cales gigantesques du Loup de Mer. Ils débouchèrent sur un bassin titanesque où baignait plusieurs navires. Voir ainsi un tel alignement à l’intérieur d’un autre navire était à couper le souffle ! Les jeunes garçons ignoraient encore bien des choses de la puissance fulgurante d’Ophéie.
-Vous prendrez celui-ci !
Il en désigna un, de la même taille que les frégates. Il paraissait solide et puissant, bien assez pour les amener au bout de leur route.
-Et les pirates ? S’ils reviennent…
-Nous leur avons flanqué une sacré frousse. Ils doivent également réparer leur gallon. Ne vous faites pas de souci pour ça.
-Mais les marins du Pétronille ne vont pas vouloir venir, après la peur qu’ils ont eu.
-A vous de les convaincre ! Ce n’est pas mon problème ! Vous avez une heure avant que l’on vous largue sur les flots.

-Ecoutez, annonça Raphaël aux marins, nous allons reprendre la mer et on comprend très bien que vous préféreriez rester avec le Gouvernement plutôt que de subir des aventures désastreuses à nos côtés.
-De quoi parlez vous ? demanda un. On reste avec vous, vous nous avez sauvé la vie, on est reconnaissants !
-Vous savez que vous serez plus en sécurité ici que sur les flots…
-Oui mais comme notre commerce était plutôt louche, il est normal qu’on veuille se tenir éloignés du Gouvernement !
Tous sourirent. L’équipage était ressoudé et paré à de nouvelles aventures !

Une heure plus tard, comme promis, ils embarquèrent sur leur nouveau navire. Pas très confortable mais pour la petite distance qu’il restait à parcourir, c’était amplement suffisant.
-Merci pour tout, euh… Je ne connais même pas votre nom Capitaine…
-Appelez moi Dolphin ! Si vous avez besoin d’aide, allez au Quartier Général de la flotte d’Ophéie et demandez Monsieur Landstar, il vous aidera sûrement !
-Merci encore ! Bonne Chance !
Les amarres furent larguées, les voiles déployées et c’est parti !

Tout commença bien, pas un nuage à l’horizon, ni aucune voile menaçante. La mer était calme malgré un peu de vent. Les matelots étaient heureux d’avoir réchappé à l’attaque précédente malgré le carnage… Joie, gaieté mais tellement éphémères… Des rubans de nuages noirs s’amoncelaient à l’horizon, ponctués d’éclairs malfaisants.
-Il faut rebrousser chemin ! C’est une tempête !
Ils ne purent rebrousser chemin : le vent et les vagues les aspiraient inexorablement. Très vite, ils furent dans la tempête. Un Ouragan plutôt ! Les vagues se déchaînaient, la pluie battait le pont, le vent secouait et la foudre tombait. Plusieurs furent emportés dans les flots…
-On doit s’échapper ! Le bateau ne tiendra pas longtemps ! Et d’où sort cette tempête ?! s’emporta Théodore, tout en le demandant à un marin averti.
-Je ne sais pas ! Elle sort de nulle part !
Raphaël, qui était resté silencieux, prit alors la parole, criant pour couvrir le fracas des vagues.
-C’est une œuvre magique ! Il y a une aura terrible dans cet Ouragan ! Ce n’est pas le fruit du hasard !
-Mais qui pourrait ?
Et là, tous pensèrent à Nueco, le maître de l’Océan ! Il ne venait pas lui même : il envoyait un Ouragan à sa place !
-Comment on va faire ?!
-A voir les caractéristiques, cela ressemble à un cyclone ! Or, il faudrait se rapprocher de l’œil du cyclone pour être en sécurité !
-Et c’est par où ?!
Entre temps, les canons furent catapultés à la mer tueuse…
-Par là ! hurla Raphaël, désignant un point vers l’Est. C’est la configuration typique ! Il n’y a pas d’autre endroit possible !
-Comment on se propulse ? Le vent bat les voiles dans tous les sens !
-Tranchez les voiles ! Martial, Théodore : allez faire avancer le bateau avec vos pouvoirs ! Isaac : occupe toi de tous les blessés ! Met les à l’abri ! Wilfried : tu es convalescent, isole toi ! C’est un ordre ! Arsène : toi qui est fort en temps orageux, attire les éclairs vers toi ! Tu dois pouvoir supporter ça avec tes capacités ! Quant à moi, je guiderai le bateau ! Parcourriers, en AVANT !

Tous s’exécutèrent : Martial utilisa ses pouvoirs pyrogènes pour faire un réacteur au bateau. Théodore avec ses vagues d’air, fit de même. Le bateau fendit alors bien mieux les vagues géantes.
Isaac, lui, avait fort à faire, notamment récupérer dans les flots les marins emportés. Raphaël avait pris place à la proue et guidait le navigateur du mieux qu’il put. Arsène canalisait les éclairs.

Pendant un moment le plan fonctionna à merveille, les vents commençaient à cesser, signe de l’approche de l’œil du cyclone. Mais Arsène commençait à surbooker face à tant d’électricité. Il lâcha toute l’énergie emmagasinée, ce qui perfora le bateau, carbonisa gravement Arsène et projeta à la mer Martial et Théodore. Pour couronner le tout, un mur de vent se dressait devant eux, sans doute le dernier obstacle avant le calme de l’œil… On avait réussi à arrimer les deux flotteurs et à porter secours à Arsène.
-C’est le dernier rempart ! Une fois de l’autre côté, on aura un temps de répit ! annonça Raphaël, essoufflé au possible.
Le choc vint enfin…

La proue fut broyée au moment où elle rencontra le mur de vent. Les débris furent expédiés vers les nuages noirs. Tout le bateau y passa alors : Isaac, Théodore, Martial, Wilfried, Raphaël et Arsène, ainsi que l’équipage se mit à voler à plusieurs dizaines de mètres du sol. C’était fini, tous pensait que la Mort allait venir. Plusieurs membres cassèrent sous le choc du mur. Des matelots retombèrent dans l’eau, avec de faibles chances de survie… Les garçons, dans un dernier adieu, joignirent leurs mains, en cercle et dirent :
-Si on survit, rendez vous devant le Siège des Parcourriers à la Capitale ! Ceux qui n’y seront pas auront une punition ! plaisantèrent-ils.
Mais il n’y avait pas de quoi. Au dernier moment, ils furent séparés, emportés tels des feuilles au vent… C’était la fin, il n’y avait plus rien, tout était fini…

Note de l'auteur: Un seul mot à dire: à dans un mois !


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 76 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, [3], 4, 5, 6  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com