Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 63 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, [5]
Auteur Message
 Sujet du message: Re: Parlons fan fic
MessagePosté: Jeu 6 Sep 2012 17:34 
35 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 21 Avr 2012
Messages: 486
Localisation: Black Hole
J'aimerais tout d'abord donner ma définition de la fanfic et de comment je l'écris (cf ma signature pour ceux que ça intéresse).
Pour moi une fanfiction, c'est une histoire que l'auteur a envie de partager. Ce n'est pas quelque chose que l'on lance sur un coup de tête pour juste écrire.
Non, pour moi, ce sont des personnages, un monde, une histoire que l'on a inventé et que l'on aime et que l'on trouve bien, intéressant, amusant et j'en passe. Et l’on a envie de faire partager cela, pour que d'autre puisse partager les mêmes sentiments. Alors notre monde prend vie sous notre plume et l'auteur essaye de faire plaisir aux autre en partageant ses écrits. c'est cela être auteur, créateur et même si ce n'est pas de l'écrit cela peut-être du cinéma, de la peinture...
Bref, tous les arts ont pour but de faire partager aux spectateurs ou lecteurs une idée, un sentiment et surtout de leurs faire plaisir tout en nous faisant plaisir nous même.
Dans le cas présent, trop de fanfics tue la fanfic.
Des nouveaux membres écrivent, écrivent parfois sans but, mais je pense qu'ils essayent tout simplement de se faire accepter au sein de la communauté. En voyant des écrits de membres, ils pensent qu'ils doivent faire de même. Et cela crée un effet domino. Plus il y a de fanfics, plus les membres en font pour se fondre dans la masse et se faire accepter.
En voyant qu'il y en a plus ils écrivent plus vite pour que leur fanfic soit dans les derniers messages et cela au détriment de leur écriture.
Je ne sais pas si la mienne fait partie de ce groupe (vous en jugerez vous-même) mais, dans ce flot discontinu de fanfics, il y en a surement des bien.
Mais étant donné que ceux qui travaillent vraiment dessus prennent plus de temps à écrire, ils ne sont presque jamais dans les derniers messages. D'où le fait que de nombreux membres voient surtout des fanfics créées vite-fait qui sont d'une qualité médiocre.
Cependant pour ceux qui font des chapitre un temps soit peu long, il ne faut jamais oublier qu’il y a du travail dessous.
Et donc, il ne faut pas non plus être trop dur avec les écrivains, ils font surement de leur mieux et cela leur accapare beaucoup de temps, tout cela pour vous donner le sourire. Toute la journée, on essaye de trouver des idées innovantes et des mots nouveaux pour vous faire plaisir.
Alors restons rationnels et ne sombrons pas dans des préjugés.

_________________


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Parlons fan fic
MessagePosté: Jeu 6 Sep 2012 19:18 
150 000 000 Berrys

Inscription: 14 Oct 2011
Messages: 1092
Localisation: Comme tout le monde !! À l'apéro ! ;)
Haha ... Jamais vu ce topics ... ^^'
Bon, je vais aussi donner ma définition d'une fanfiction.
Il y a des personnes qui, font une fanfiction vraiment peu intéressante, qu'ils lâchent au bout de 1 chapitre, et qui ont fait soit ça pour l'augmentation de ses messages ( je suis mal placé pour dire ça ... ) soit par un coup de tête, en se disant tout le monde en fais, pourquoi pas moi ? Et il va faire un truc à la va - vite nul ... Si je pourrais prendre un exemple hum ...

Spoiler: Montrer
Kireru a écrit:
Que se passe-t-il quand on meurt?
Que ressent-on ?
Une sensation de vide ?
De manque?

Le dernier souvenir me revenant est l'image de ce poids lourd me fonçant dessus...
Après cette "rencontre" avec un gros camion, j'ai l'impression d'être enveloppée dans de la soie. Je sentis une légère douleur au niveau des bras et des jambes.
-Étrange, me dis-je, qu'est-ce que je fabrique ici?
Je remuai légèrement, en me disant qu'un mort n'était pas forcément insensible, et grimaçai de douleur.
-Voir pas du tout...
Soudain, un grincement de porte me réveilla tout à fait, et je me redressai immédiatement.
-Bonjour! déclara alors une voix enjouée.
J'eus besoin me frotter les yeux une fois, deux fois, trois fois pour être sûre de ce que je voyais: le monde des morts est vraiment étrange, la personne, ou plutôt l'être, qui entrait dans la salle avait des cheveux noirs, si c'était vraiment des cheveux (le dernier cours d'histoire avec cette histoire sur Méduse avec ses cheveux serpents m'avait vraiment marqué...) noués en une natte qui descendait jusqu'à ses pieds. Son visage et son corps avait une peu commune couleur violette. Ses yeux étaient d'un vert très pur. De plus, l'être était de très grande taille. Elle était habillée d'une tunique vert émeraude, arrivant au niveau de ses genoux.


Moi j'appelle ça un coup de tête ..


En ce qui concernent les vrais chapitres bien formés, très bien fait, avec une " ambition " :

Spoiler: Montrer
Enitu a écrit:
Prologue



Le ciel se faisait noir, les nuages pesaient. Le vent soufflait et sifflotait un long gémissement qui ne trouvait que comme réponse son propre écho. L’herbe, à mes pieds, ondulait et se rabattait selon les va et vient incessant du vent. Au loin, des collines verdoyantes dénuées d’arbres s’étendaient à perte de vue. Et moi, dans tout ça, je restais debout, triste et contemplative. Je me demandai encore comment cela avait pu changer ainsi, comment cela avait pu prendre une telle tournure. La veille encore, Elle était là, le lendemain, Elle était n’y était plus. Depuis, je ne voyais plus le monde de la même façon, tout me paraissait changé, déformé, remodelé. Il n’y avait plus rien qui ne paraissait pas différent de ce que j’avais vu, entendu, senti, touché ou connu. Seul ce paysage plein de mélancolie me paraissait encore supportable, sans doute parce qu’il était la simplicité même et qu’il reflétait de ce fait mon cœur. Un cœur plat, languissant et indifférent. Et maintenant, que vais-je faire ? Pour tout dire, je ne le sais pas. Je n’ai pas cessé jusqu’à maintenant de m’échapper, de fuir ce monde difforme et étrange. Peut-être était-ce seulement pour mieux y retourner …


Image



________________________________________


Chapitre 1



Antérieurement sur une petite île printanière


Une jeune fille de 17 ans était allongée dans l’herbe les yeux fermés, les oreilles attentives et les narines gonflantes. Ses cheveux roux sous les caresses du vent ondulaient. Ses bras étaient écartés, sa peau était blanche, ses yeux verts et son visage fin. Sa poitrine, sous de profondes inspirations gonflait, puis redescendait lors d’expirations discrètes et saccadées. Une expression sincère de bien-être s’affichait sur son visage. Pour tout dire, elle semblait à cet instant présent heureuse. Car oui, cette jeune fille qui n’était autre que moi ne baignait pas dans la béatitude sans raison. Elle écoutait le souffle chantonnant du vent, sentait par le toucher ce dernier lui caresser le visage et les bras, sentait encore, mais cette fois-ci par l’odorat les odeurs fraîches et parfumées de fleurs venant d’éclore et tout cela si profondément que je m’en extasiais.

Mon prénom était Fellia.

J’étais issue d’une riche famille marchande qui occupait dans l’échelon social une position assez confortable. Mais à vrai dire, je ne tenais pas compte de cette position et même m’en contre-fichais éperdument. J’agissais comme bon me semblais, et ce, souvent malgré l’avis de mes parents. D’ailleurs, cette petite escapade était un parfait exemple de la tension qui régnait entre moi et mes parents. Ces derniers voulaient que je sois à la hauteur de leur réputation pour ne pas salir leur renommée et bien évidemment mes petites escapades étaient loin d’aller dans ce sens. De plus, ils s’inquiétaient pour moi quand j’étais en dehors de la ville. Mais peu importait leur mécontentement et leurs menaces, je les ignorais. Et dès qu’ils avaient le dos tourné j’en profitais pour partir sentir, ressentir et profiter des biens faits de la nature. En effet, aussi loin que je m’en souvienne, j’avais toujours pris du plaisir à apprécier ce qui m’entourait, usant de tous mes sens pour percevoir avec plaisir mon environnement. On disait de moi que déjà étant bébé j’étais étonnamment sage et attentive. Enfant, on me prêtait un comportement rêveur et renfermé devant mes longs silences et mes quelques retirements dans le jardin familial. Bien évidemment ces attributions étaient tout ce qu’il y a de plus fausses. J’étais tout le contraire, réaliste dans un premier temps car voyant le monde tel qu’il était et non pas tel qu’il pourrait être, et ouverte dans un second temps, car j’accueillais le monde à moi ou plus tôt j’allais à l’encontre de celui-ci pour m’y aventurer, m’extasier et au final m’abandonner totalement à lui. Ma première expérience remonte maintenant loin dans le temps et pourtant, je m’en souviens comme si c’était hier.

J’étais assise dans le jardin familial au milieu des feuilles déchues de leurs branches. L’horizon m’était caché par une haute palissade en pierre grisâtre entourant dans un souci de sécurité le jardin. Néanmoins, le lointain dans cette circonstance ne m’intéressait guère, j’avais sur place bien assez pour m’occuper. J’étais dos à la porte de la villa. A ma droite et à ma gauche se trouvait deux immenses arbres dont les feuilles rougeoyantes et sensibles s’apprêtaient à tout instant à tomber. Mais ces feuilles fébriles n’étaient pas seulement rougeoyantes, elles étaient bien plus. Il s’agissait là, et avec uniquement quelques teintes de rouge, d’une myriade de couleur, d’un feu d’artifice, d’une apothéose visuelle.

Les troncs étaient d’un marron chauds mais révélaient cachés à quelques endroits une écorce brune. Ces arbres se tenaient droit, comme fiers de leur arborescence écarlates. En un mot, ils étaient magnifiques. Et cela d’autant plus que filtrait à travers leurs feuillages teintés de rouge orangé les rayons du soleil couchant. Ceux-ci, sous le filtre automnal prenaient alors une nouvelle forme. Ils devenaient doux, chauds, reposants, et embellissaient par réciprocité les arbres qui à leurs tour devenaient encore plus rougeoyant prenant davantage de caractère et de beauté. Ainsi, tout autour de moi était vermeille et merveille, les arbres, le feuillage, le tapis de feuilles et pour finir moi-même, enfant à la chevelure écarlate.

Mais réduire cette première expérience au seul plaisir visuel serait bien dommage. Car les autres sens entraient eux aussi en jeu. Du sol légèrement humide couvert de mille et une feuilles sortait une odeur d’écorce et de terre. Ces odeurs sous l’effet des rayons chauds s’élevaient et inévitablement remontaient jusqu’à mes narines. En tant que première expérience j’eus du mal à en apprécier pleinement la saveur, mais avec le recul, aujourd’hui je pouvais dire que cela avait été un grand moment. L’odeur était à la fois roussie et sucrée mais révélait aussi comme un arrière-goût rustique. Elle était simple mais pas pour autant dénuée de caractère. Du tronc des arbres se dégageaient une autre odeur, celle de la résine. Celle-ci contrairement à la précédente était plus forte, elle était piquante pour ne pas dire âcre à l’odorat. Le bois sur laquelle elle coulait, doucement mais surement, lui aussi répandait une odeur. Une odeur enivrante, vigoureuse et caractéristique. Tout cela, jadis, s’était mélangé pour donner un tableau olfactif saisissant qu’à coup sûr je n’oublierai jamais.

Venait ensuite la sensation du toucher. Mes bras étaient tendus contre terre. De mes mains, je touchai le sol mouillé. Il s’agissait là d’une sensation douce et agréable. Une fine pellicule d’eau tiède enrobait les feuilles et par extension mes petites mains d’enfant. Même si je savais que je touchai le sol j’avais la quasi-impression que mes mains se trouvaient dans un milieu aqueux. De ce fait, je m’amusais à écarter les doigts et à les recoller dans le but de sentir davantage cette douce sensation.

Enfin, venait le dernier sens, celui de l’ouïe. Mais contrairement aux autres, celui-là ne me révélait rien si ce n’était un silence sacré. En effet, il n’y avait pas d’oiseau, pas de vent ni aucune activité quelconque pouvant produire le moindre son. Il s’agissait là d’un silence presque parfait. Le seul bruit qu’on pouvait entendre, et encore seulement si on écoutait très attentivement, était le bruit des vagues au loin. Le son était à peine perceptible mais il était bien là, comme pour empêcher le silence parfait d’exister. Car le silence parfait n’existait pas, il n’existerait jamais. Ainsi, le chuchotement des vagues sur le littoral me rassurait quant à d’une part l’inexistence du silence parfait et d’autre part quant à mes capacités de perceptions.

J’étais conquise par ce lieux, il était apaisant et voluptueux sans pourtant être dépourvu de caractère. Je dirai même qu’il avait quelque chose de maternant car étant à la fois doux et unique. Il y avait en tout cas de quoi s’occuper ou plutôt de quoi ressentir. Je pense que si Elle n’était pas arrivée je n’en serais jamais sortie. J’y serai définitivement restée toute ma vie.

Sortant de mes souvenirs datant d’il y a 10 ans, je revenais à la réalité. Quelqu’un s’approchait de moi, je l’avais senti. Son pas était léger voir dansant. Il approchait malgré tout assez vite. Puis, le vent soufflant en ma direction, je pus sentir son odeur. Elle était parfumée. La personne qui s’approchait de moi, de toute évidence revêtait une senteur fruitée. Puis soudain, je vis une silhouette apparaître à contre-jour. A ce moment-là je sus qui était cette personne, je n’avais aucun doute quant à son identité, mes sens ne me trompaient jamais. C’était elle.


________________________________________



Informations complémentaires :

Genre : Drame, Nature, Aventure
Rythme de parution : irrégulier
Titre de chapitre : non
Nombre total de chapitres : indéterminé



Merci d'avoir lu ce début de fic. En espérant que ce début de fanfic vous ait plu.
Je répondrai dans la mesure du possible et du permis à vos questions, si vous en avez.[


La, on a devant nous une des meilleurs fanfic'


On y trouve aussi les fanfic' longue avec une histoire vraiment bien :

Spoiler: Montrer
Chaosx a écrit:
Voici le trente-cinquième chapitre!

Après une courte réunion présidée par Tatianna, les Dragons du soleil décidèrent d'inspecter le cratère, mais chacun prit un chemin différent, sans se soucier de leurs arrières.
Megan avait continué au centre où il était bien difficile pour les passants de s'abstenir de la regarder à cause de sa beauté. En plein milieu de la panique, un individu, adossé à un mur en train de boire une bouteille de rhum et de jouer avec sa faucheuse, jeta un coup d'oeil vers la femme. La chance lui sourit.

-Tu es perdue, ma belle? Viens passer un moment avec moi. Je vais te réchauffer!

Ce dernier malaxa ses seins et tenta de diriger une main vers l'entre-cuisse, mais Lafayette ne le laissa pas faire.

-Hors de question. KICK CINGLANT

Elle lui expédia un coup de pied sec sur le visage pour le faire projeter vers un cocotier qui lâcha ses fruits sur sa tête. Par la suite, elle tapa deux fois ses talons hauts avant de crier.

-J'ai entendu parler de toi, Riurik Illitch Dekinine. Je déteste les types comme toi!

Le baron sanglant dégaina son arme et brisa la bouteille avec la lame.

-Prépare-toi à mourir!

Son ennemie se métamorphosa en vampire, car elle avait été engendrée par un père humain et une mère vampiresse. Ses crocs poussèrent, ses yeux devinrent blancs et sa peau pâlit. Bientôt, celle-ci ôta ses vêtements de secrétaire pour exposer un pagne transparent et une châinette retenant un crâne d'un bébé dragon servant comme cache-sexe.
Horrifié, le vice-amiral dompta sa peur et passa à l'attaque.

-Riurik n'a peur de rien! LAME SQUELETTE

Il tenta de fendre la cage thoracique de la femme avec un coup de faucheuse vertical, mais Lafayette riposta.

-CHANDELLE

Elle se placa les mains au sol et les pieds joints en air afin de bloquer l'élan de son opposant, puis poursuivit.

-CHANDELIER

Celle-ci cribla l'officier de coups de pied, mais Dekinine les para avant de contre-attaquer.

-MORT SUBITE

En un rien de temps, le guerrier fonça en envoyant un coup horizontal fatal vers la beauté. De justesse, Megan l'évita en se baissant et sauta lorsque son rival fut à une certaine distance d'elle.

-CROCHET INVERSÉ

Cette dernière placa le bout de son pied face au menton du vice-amiral pour le faire coucher sur le sol. Après, elle continua.

-PERCEUSE

Suite à un salto arrière, la vampiresse dirigea un coup de pied sauvage vers le bas — plus précisément le ventre de son opposé. Riurik réussit encore à l'éviter en roulant à sa gauche.

-VAGUE DE LA MORT

Une fois debout, il mit toutes ses forces en expédiant une lame d'air qui toucha la pirate en plein fouet. Ayant à peine quelques secondes à se relever, la secrétaire de Macleod vit son ennemi s'approcher d'elle à la vitesse du soru.

-LAME THANATOS

Ce dernier essaya d'atteindre le coeur de la belle combattante avec le bout de son arme, mais il fut arrêté d'une façon déconcertante.

-HACHE

Très précisément, son adversaire lui asséna un violent coup de pied horizontal en bas du diaphragme. Le choc fit paralyser le haut gradé qui, malgré tout, se resaisit en utilisant une dose de son haki.

-Tu as beau être une vampiresse, mais le haki est roi!

Le fluide la fit immobiliser et le subalterne d'Archibald en profita afin de donner un coup de grâce.

-Tu es finie! POING DE DAMOCLÈS

Un coup de poing surpuissant percuta le ventre de l'hybride, mais elle n'abandonna pas le combat.

-MORSURE DE VAMPIRE

Megan mordit l'épaule droite de son opposant à pleines dents, ce qui le fit repousser. Soudain, le Baron sanglant ressentit une douleur si atroce se propageant à travers son corps au point qu'il ne pouvait plus marcher. Lafayette expliqua ce phénomène.

-La morsure d'un vampire sur un humain fait transformer sa victime en un des siens dans d'horribles souffrances. Après avoir repris connaissance, tu ne seras plus le même.

Comme prévu, le natif de Bartigo sombra dans le coma, laissant donc la beauté seule, légèrement blessée, à dédaler à travers les rues et chercher des vêtements puisque les siens sont déchirés.
À peine quelques minutes d'écoulées, Beatrix, qui avait entendu des cris à fendre le coeur, s'approcha la source du bruit, puis trouva son amie à côté d'une maison détruite. Consternée de remarquer que celle-ci était une vampire, elle la pointa longtemps du doigt avant de parler.

-Pourquoi ne me l'avoir jamais dit?

Son interlocuteur répondit.

-Les vampires sont maintenant détestés et victimes de la discrimination en plus d'être recherchés par les chasseurs. Alors, je ne voulais pas vous créer des problèmes.

Pendant qu'elles discutaient, un autre homme les interrompit. Il portait un masque, une combinaison moulante et des bottes complètement noirs excepté la couleur rouge néon de la partie des yeux du masque. En outre, deux katanas avec chacun un manche vert-électrique reposaient dans un fourreau en cuir. L'étranger s'exclama.

-Voici une aubaine! Pearson et une vampiresse maudite.

Révoltée du fait qu'on se moque de sa camarade, la cousine de Tatianna sentit son sang bouillonner avant de s'emporter.

-Qui es-tu? Renégat!

L'individu croisa les deux lames et ricana.

-Raimundo Sayar, roi des chasseurs des primes dépêché par la Marine pour vous arrêter!

Il sauta dans les airs comme un élastique qui bondissait entre des murs. Après, à une vitesse inouïe, le vieil ennemi de Newgate se dirigea vers Beatrix.

-PRISE DU GNOU

Celui-ci expédia deux coups d'estoc de bas en haut. Pearson les bloqua en situant son épée en position horizontale avant de riposter.

-HURRICAINE

Afin de relâcher le plus de puissance possible, l'amoureuse de Matias tournoya sur elle-même comme une toupie tranchante. Comprenant qu'il devait absolument parer ce coup, Raimundo croisa ses katanas qui l'encaissèrent.

-PRISE DE LA MANTE RELIGIEUSE

Tel un ciseau, l'ancien allié de Cain fonça en bougeant ses armes posées en diagonale dans le but de décapiter son opposante qui évita de justesse en sautant en haut.

-PLANTATION

En chutant, elle tenta de planter son épée vers la tête du chasseur de primes, mais ce fut raté.

-JUTSU DOTON

En utilisant ses capacités de shinobi, le guerrier creusa un trou pour tirer les jambes de son adversaire qui se retrouvèrent fichées dans la terre. Ayant une grande marge de manoeuvre, ce dernier donna le coup de grâce.

-SHINOBI MASAMUNE

En un rien de temps, il envoya un coup diagonal surpuissant qui blessa le bras gauche de la beauté. Cependant, la cousine de Jackson découvrit que le piège ne l'empêchait pas d'attaquer en levant simplement son arme qui trancha l'oeil droit de son rival. Fou de rage, Sayar revint à la charge.

-JUTSU PYRO & PRISE DE LA TAUPE FURIEUSE

Il activa son pouvoir de feu pour ses armes qui s'enflammèrent avant de cribler des centaines de coups de toutes directions vers Pearson. Au bord de céder, Beatrix essaya une manoeuvre risquée.

-PERCUTION

Elle bondit en plaçant son épée à la verticale vers l'avant afin de déstabiliser son opposant qui contre-attaqua.

-ATTRAPÉ JUTSU RAITO

Le ninja saisit la lame avant d'utiliser un bouton électrique pour la faire sévèrement électrocuter. Dominant, Raimundo expédia un nouveau coup de grâce.

-DOUBLE CLONE SHINOBI MASAUMUNE

Il appliqua la même technique sauf, qu'il se dédoubla par illusion de sorte qu'à la place d'un coup, il y en avait deux. En dépit d'une blessure profonde au ventre et une entaille douloureuse de l'épaule droite jusqu'au bassin, la beauté se releva péniblement, puis remarqua que ses vêtements étaient déchirés et l' empêchaient de bouger avec aisance. Par conséquent, elle enleva ceux qui étaient trop endommagés. Ceux qui restaient étaient un pagne rouge vin, le même que sa cousine lui avait donné malgré que le tissu s'était tellement usé au point d'être troué et transparent alors la ceinture en métal était remplacé par une cordelette blanche. Aussi, un de ses mamelons était caché par un cercle en laiton. La beauté ne se montrait jamais dans cette tenue sauf en présence de Matias et espérait que son capitaine obsédé sexuel ne les rejoigne pas bientôt. Elle s'adressa à son ennemi.

-Tes techniques sont de la tricherie, mais j'ai plus d'un tour dans mon sac.

Cette dernière extirpa une fiole retenue par la cordelette pour appliquer son contenu, une crème ocre bleuâtre, sur ses blessures qui semblèrent se guérir promptement. Se sentant revigorée, elle retira son cache-mamelon pour le coller sur son arme, tout en espérant que son plan fonctionnerait. Impressionné, le chasseur de primes la félicita.

-Ingénieux! Moi-même, je n'ai pas de jutsu de soin corporel ou mental, mais je doute que tu fasses face à ces attaques. DANSE DES CLONES

Comme les illusions, Sayar se dédoubla à plusieurs reprises pour former une vingtaine de clones qui dansèrent autour de la femme avant de foncer tous en même temps en direction de celle-ci pour donner un coup d'estoc.

-PRISE DU SCORPION

Cependant, le pirate était plus rapide et riposta.

-JAVELOT EXPLOSIF

En mettant toutes ses forces et en poussant un cri bestial, elle transperça le poumon droit du combattant qui s'effondra avant de ressentir une violente explosion, provenant alors de l'objet circulaire, qui lui faucha la vie en plus de détruire l'épée de Beatrix Pearson. Ce fut ainsi décéda Raimundo Sayar, le chasseur de primes le plus puissant de son époque, héritière de celle de Miesko le purificateur. Exténuée, l'amie de coeur de Matias s'approcha de Megan qui l'attrapa à temps avant qu'elle ne trébuche. Après s'être reposés, les deux femmes marchèrent vers le cratère pendant que la vampiresse toucha sa compagne pour lui attirer l'attention.

-Tu n'as plus d'épées, je pense que j'ai quelque chose pour toi.

Cette dernière détacha son cache-sexe en crâne de dragonneau afin d'y retirer une très ancienne dague en courbe, dont le manche était incrusté de diamants et un dessin d'un symbole en croix était fixé sur la lame.

-Voici la dague de la destinée, très puissante au combat. Jadis, le dieu forgeron Vulcain avait pour épouse Némésis, la patronne et mère du peuple des vampires. Comme cadeau de noces, elle reçut cette dague forgée. À la mort de notre déesse, elle fut intronisée au panthéon divin comme demie-déesse du destin et de la vengeance. Sur son lit de mort, la mortelle donna en héritage son arme à sa progéniture, composée de huit enfants, dont la branche royale des vampires descend de sa fille Io. Beaucoup plus tard, ma mère Kira, qui est une enfant bâtarde du dernier roi des vampires Lycaon, assassiné sous les ordres du Gouvernement mondial, reçut cet objet. Voilà comment je la possède. Avec celle-ci, je peux lire le destin du monde avec un rituel de divination. La dernière jusqu'à présent montrait des images de guerre imminente en cette île opposant deux armées inconnues. Ils semblent tous furieux en plus de courir et chevaucher dans une dimension parallèle durant que d'autres livrent des combats atroces au pied d'un château ténébreux. Je n'ai reconnu aucun d'entre eux sauf un : Edward Newgate.

Consternée, la cousine de Tatianna dévisagea son amie.

-Impossible, y aurait-il une bataille dans le monde des morts?

Lafayette esquissa un sourire.

-On dirait. Une légende ne meurt jamais!


Plus tard, quant au gros Squax, il emprunta un chemin différent qui lui mena à un autre quai où un cauchemar s'affichait à ses yeux : un peu partout, des croix en bois étaient plantées et retenaient des cadavres nus d’habitants, en majorité des hommes ou de personnes âgées. Un peu plus loin, des bruits d'efforts se faisaient entendre. Intrigué, le pirate traversa une ruelle, puis aperçut une crucifixion d'un corps en cours avec un gigantesque incendie comme fond d'écran. Des marins pauvrement habillés transportaient d'autres personnes décédées sur des croix avant de les enfoncer alors qu'un groupe d'esclaves transportaient les vêtements des victimes pour les brûler et quelques surveillaient des jeunes femmes captives et retenues par des chaînes. À l'écart, un groupe de prêtres faisaient leur prière, surtout un, habillé d'une robe rouge sang qui semblait en transe et faire le signe de la croix avec son index et son majeur. Chauve et vieux, il avait un physique maigrichon et peu attirant avec sa peau blanche comme un spectre, molle et striée par les taches de vieillesse.
Durant que l'individu formulait des paroles dans une langue seulement compréhensible pour les gens mieux instruits, le fils de Joonas intervint brutalement en se plaçant devant le moine.

-Comment peux-tu faire de telles atrocités?

Outré, un des clercs lui cria dessus.

-Comment peux-tu parler ainsi à notre chef?

Toujours détendu, le supérieur leva le bras pour bloquer son subalterne, puis murmura.

-Regarde, païen, comme c'est beau. La croix permet de convertir ces âmes hérétiques au bolanisme et d'assurer leur salut. C'est pour le bien de l'humanité de se débarrasser de la face monstrueuse. Bientôt, ce sera à ton tour.

Furieux qu'on se moque de sa religion en plus d'être effrayé devant cet individu, le frère d'Antero crut le reconnaître.

-Tu n'es pas le vice-président de la secte des croisés.

En extase, celui-ci lévita dans les airs et répondit.

-Oui, le corsaire Laurent Gaspard Brouwer en personne.

Pendant que le corsaire voyageait dans son monde spirituel, la tête de Matias roulait à toute allure et réfléchissait à voix basse.

-Je n'ai pas affaire à n'importe qui. Sa secte, originaire de North Blue, a été reconnue comme illégale par le gouvernement et sa prime a augmenté jusqu'à 60 millions. Pire, il a mangé le fameux paramecia de lévitation.

Tout à coup, Laurent passa à l'action.

-CROIX DE LÉVITATION

Une croix en bois flotta dans les airs jusqu'à se planter tout juste derrière le pirate.

-Contemple ta conversion dans la lumière et sens la puissance satanique sortir en toi, renégat. ARMÉE DE LÉVITATION

Des milliers d'objets, comme les outils, les bouteilles, les bardeaux de bois et les épées se soulevèrent avant de se diriger à la vitesse de l'éclair vers le hors de la-loi qui les évita de son mieux malgré quelques écorchures. Cependant, il ne vit pas ce que son opposant préparait ensuite.

-Toute puissance maléfique doit d'abord être enchaînée et purifiée. EMPRISONNEMENT

De lourdes chaînes lévitèrent et s'enroulèrent fermement autour des poignets et des chevilles du gaillard, maintenant coincé. Durant ce temps, les marins transportèrent une autre croix sur laquelle une femme, bien qu'en très mauvais état avec un corps ensanglanté, encore vivante agonisait en larmes. Matias en fut consterné puisque c'était Beatrix. En feu, le prêtre sortit sa croix en diamant pour la pointer vers celle-ci.

-Vade retro! Âme impie! Ne pleure pas, le paradis t'attend.

C'en fut trop pour le petit-fils de Jouko qui quadrupla sa force musculaire, ce qui fit éclater les chaînes en deux. Alertés, les hommes de Gaspard prirent leurs armes et foncèrent tous vers lui.

-POING VENGEUR

Ce dernier expédia un coup de poing tellement puissant qu'il libéra une dose importante d'énergie qui fit repousser les combattants à la grande surprise du fanatique. Ayant la rage au coeur, le gros pirate tonna.

-Tu m'as de colère pour de bon! Tu viens de maltraiter ma bien-aimée!

Le vice-chef des Croisés entra à nouveau en transe.

-BLASPHÉMATEUR MÉPHISTOPHÉLIQUE, GOÛTE À LA MÉDECINE DU SALVATEUR! ARÈNE DE LÉVITATION

Il utilisa les capacités maximales de son pouvoir pour faire lever les blocs de roches, un peu comme un énorme monticule décomposé en centaines de morceaux, vers une hauteur de plus de cinq mille mètres dans les cieux. Là-bas, les nuages noirs faisaient former un espace sombre, balayé par des vents d'une violence inouïe, strié par les éclairs. Vers la gauche se trouvait un Matias stupéfié et debout sur une roche alors que vers la droite, Laurent était au sommet de son art et la belle Pearson se situait à l'arrière du vieillard.

-Crèves! CRÉATURE INFERNALE! DISQUES DE LÉVITATION

Il envoya une douzaine de plates-formes vers son rival pour le faire tomber, mais ce fut raté avec des acrobaties périlleuses du gros squax : pirouette; saute-mouton; roulements sur le côté; grands sauts; etc.

-COMPRESSEUR

Deux rochers entrèrent en collision directement sur le frère de Saara qui se baissa.

-PLUIE CÉLESTE

Des millions de cailloux s'abattirent sur le natif de North Blue qui les encaissa et se rendit sur un autre rocher après un bond spectaculaire. Irrité du fait qu'on lui résiste, Gaspard Brouwer entra dans une colère noire.

-Comment oses-tu te moquer de moi, mécréant? GOLEM CÉLESTE

Presque toutes les particules, dont celle sur laquelle Matias était debout, fusionnèrent afin de matérialiser un golem avec un bras gigantesque.

-Repose en paix! POING DE LÉVITATION

La créature expédia un violent coup de poing vers l'amoureux de Beatrix en chute libre, mais il riposta. Dans un laps de temps très serré, le pirate s'appuya sur le poing pour se hisser au-dessus, puis escalader. Une fois rendu à l'épaule de la bête, celui-ci bondit tout droit vers le prêtre pris de court.

-C'est fini! SUPLEX CRATÈRE

Il lui empoigna les dents de la mâchoire supérieure avant de chuter au sol comme une météorite. L'impact forma un trou de quelques mètres de profondeur et tua Laurent sur le coup. Dès les pouvoirs de lévitation furent dissipés, les objets élevés retombèrent sur la terre ferme telle la croix que le mastodonte attrapa grâce à sa force herculéenne. Son âme soeur se réfugia dans ses bras velus et sanglota de toutes ses forces.

-Matias, tu ne peux pas savoir ce qui vient de se passer!

Ne comprenant pas entièrement son commentaire, le Squax vint quelques des siens, plus précisément Peter, Kenshin et Tatianna, surgir de nulle part dans un vol plané. D'une autre part, le corps de Megan, sans tête, gisait dans une flaque de sang. Plus loin, des pas lourds résonnaient pour dévoiler une horde de combattants lourdement armés et faisant partie de l'élite guerrière internationale : des pirates primés au-delà de cent millions; des officiers de la Marine au-dessus du rang du colonel; des chasseurs de prime en ninja; ainsi leurs chefs Victorio Emmanuelle, Montgomery, Bismark et le corsaire Khayr al-Din. Aussi, une mauvaise surprise attendait nos héros, car étaient présents une centaine de morts-vivants du royaume de Solonea avec Cathbad qui avait retrouvé sa puissance d'antan et sa scie mécanique, cette fois-ci améliorée.

Au quai principal, Archibald, qui était accompagné de son homme de confiance, le commodore Michel d'Agnartan et de cinquante mille hommes, avait débarqué de son navire. Pendant qu'il hurlait des ordres, l'amiral sentit une puissance démoniaque envahir les lieux, ce qui lui incita à arrêter de parler et de regarder à l'arrière. Il y avait un homme qu'il ne connaissait pas du tout en plus d'un physique hideux d'un cadavre en décomposition. Effrayé, le haut gradé dégaina son sabre et posa une question.

-Qui es-tu, étranger?

Celui-ci répondit!

-Vartan. Prosterne-toi devant le roi des rois!


Il faut tout de même l'avouer, chaosx 35 chapitres, un seul mot félicitations !!!

Sur ceux bye bye !

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Parlons fan fic
MessagePosté: Jeu 6 Sep 2012 19:31 
25 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Mar 2011
Messages: 430
Juste une petite réaction vite fait au poste précedant (j'ai pas plus envie que ça de m'ouvrir sur ce débat, ne lisant pas beaucoup de fan fic ici (ceux que j'ai lu à l'époque se sont arreté bien trop prestement, ça m'a moyennement encouragé à en lire d'autre).


Drakange a écrit:
Non, pour moi, ce sont des personnages, un monde, une histoire que l'on a inventé et que l'on aime et que l'on trouve bien, intéressant, amusant et j'en passe.


Ca, cela serait un peu la fan fic ultime... Car dans fan fic, il y a fan. Donc bon, normalement la fan fic son univers il est déjà tous fait. Si on exepte quelque rare fiction hors One Piece qui se trouve ici (la mienne n'en fait pas partis par exemple), tous reste relativement proche du manga. Alors certes, quelques un font des effort pour s'ecarter de l'oeuvre d'origine (là je fait partis du mouvement) mais bon on restera toujours dans quelques choses que tous le monde connait.

Citation:
Et l’on a envie de faire partager cela, pour que d'autre puisse partager les mêmes sentiments. Alors notre monde prend vie sous notre plume et l'auteur essaye de faire plaisir aux autre en partageant ses écrits. c'est cela être auteur, créateur et même si ce n'est pas de l'écrit cela peut-être du cinéma, de la peinture...
Bref, tous les arts ont pour but de faire partager aux spectateurs ou lecteurs une idée, un sentiment et surtout de leurs faire plaisir tout en nous faisant plaisir nous même.


Ah là ça reste ta définition de la chose. Par exemple au cinéma, quasi tous les blockbuster sont fait pour faire "plaisir" au gens voulant aller au cinéma (on en tous cas ceux d'une certaine classe d'âge, d'une certaine catégorie social et ayant eu un vécut commun ou relativement proche), mais en contrepartie beaucoup en on peu à faire du plaisir qu'on a. Certain veulent juste nous faire "réflechir" et ceux là sont autant des artistes/cinéastes/peintres/auteurs que celui voulant faire plaisir. La définition est bien plus large que ça. (c'est moi où je viens de faire un paragraphe ne pouvant blesser personne, y'a pas à dire je m'ameliore).

Citation:
Dans le cas présent, trop de fanfics tue la fanfic.
Des nouveaux membres écrivent, écrivent parfois sans but, mais je pense qu'ils essayent tout simplement de se faire accepter au sein de la communauté. En voyant des écrits de membres, ils pensent qu'ils doivent faire de même. Et cela crée un effet domino. Plus il y a de fanfics, plus les membres en font pour se fondre dans la masse et se faire accepter.
En voyant qu'il y en a plus ils écrivent plus vite pour que leur fanfic soit dans les derniers messages et cela au détriment de leur écriture.


Ouai mais bon. La sur ce coup là j'ai était un peu identifié à ce mouvement là (dixit la page précédente et le post de Le Gourmet sur ma fan fic). Bon après faut dire que le niveau à l'époque était un chouia plus élévé (on cotoyait quand même Porito, Phenix Dragoon, Shanji21...) qui eux était resistant et très serieux. Et aussi, à ce moment là, la modération était au taquet là dessus et je me suis un peu retrouvé au mauvais endroit au mauvais moment. Mais quand même, j'ai fait partie de ces écrivains "je-m'en-foutiste" et maintenant on pourrais presque me mettre dans la case "vieux écrivain" (j'imposerais même un tant soit peu de respect si j'étais lu c'est dire ^^). Tous ça pour dire que ces gens là (je parle des je-m'en-foutiste), c'est bien de leur dire que ce qu'il font est un peu pénible, leur demander d'être plus serieux, même leur donner quelque coup de pouce et leur montrer la direction; mais n'essayons pas de les anéantir non plus (je ne dis pas que c'est ce que tu fais, mais je sens une pointe d'agacement dans ton propos et ça peux vite arriver à ça). Tous progrès est possible (j'en suis, à petite échelle, l'exemple).

Citation:
Mais étant donné que ceux qui travaillent vraiment dessus prennent plus de temps à écrire, ils ne sont presque jamais dans les derniers messages. D'où le fait que de nombreux membres voient surtout des fanfics créées vite-fait qui sont d'une qualité médiocre.
Cependant pour ceux qui font des chapitre un temps soit peu long, il ne faut jamais oublier qu’il y a du travail dessous.
Et donc, il ne faut pas non plus être trop dur avec les écrivains, ils font surement de leur mieux et cela leur accapare beaucoup de temps, tout cela pour vous donner le sourire. Toute la journée, on essaye de trouver des idées innovantes et des mots nouveaux pour vous faire plaisir.


Bon alors là je suis à moitié dans ton truc. Des chapitres, c'est à peine si j'arrive à en publier 1 par mois (bon faut dire que si je compare avec la longueure de pas mal de fan fic, les miens sont quand même très très long ^^ (environ 14 pages word pour le dernier)). Mais après pareil, mon histoire j'essaye de l'etoffer, de mettre plusieurs intrigues, des fils rouges, des histoires differentes etc... Mais tous ça c'est quand même avant tous pour moi. Alors bien sur je connais quelqu'un à qui je fais lire mes chapitres et qui ma quelque fois permis de redemarrer la machine mais si je comptais sur juste les lecteurs je serais pas aller loin. Mais bon maintenant j'ai trop de chapitres, plus personnes me lira mais c'est pas grave j'écris surtout par moi et qui veux me lire me lisent :p.


Bon bref, au lieu de taper sur eux (role du moderateur d'ailleurs), aidez les =).
Spoiler: Montrer
ou dénoncez les à des modérateurs qui s'en occuperont à votre place héhéhé

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 63 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, [5]

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com