Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 7 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Alix l'intrépide
MessagePosté: Lun 21 Mai 2012 19:02 
70 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Déc 2011
Messages: 665
Localisation: ...
Image



Image
Ah Alix, toute mon enfance... Mais qu'est-ce que c'est Alix ? Je pense que les plus jeunes d'entre vous peuvent se poser la question, même si vous avez déjà dû en entendre parler une fois dans votre vie, ne serait-ce que par vos professeurs d'histoire-géographie. Car Alix a tout pour plaire aux instituteurs et possède tous les éléments constitutifs d'une BD éducative, avec une intrigue située dans un cadre historique très documenté et fidèlement reproduit, ainsi qu'un style de dessin réaliste affirmant très vite sa parenté avec les maîtres de la renaissance italienne. Mais cet environnement historique ne sert jamais que de fond décoratifs aux histoires de Jacques Martin, car Alix est avant tout un thriller haletant où les rebondissements sont légions ; d'ailleurs lui aussi l'affirme : "ce n’est pas le système qui est bon. C’est le récit, c’est l’auteur, c’est ce qu’il en fait. On peut raconter des histoires sur n’importe quoi, se déroulant n’importe quand. L’essentiel reste la densité de cette histoire et la rigueur dans la manière de la raconter.".

Toutefois, même s'il affirme que ses histoires marchent quel que soit le contexte historique, Alix reste son chefs-d’œuvre et lui-même affirme que cette série prime sur toute les autres, car Alix est issue des passion de son enfance : "Alix est né de mes lectures. Tout jeune, j’étais un féru d’Histoire. Je bouquinais énormément, et dans un ouvrage d’un historien de la Sorbonne, j’ai découvert un détail qui m’a effaré : lors de la conquête de la Syrie par Crassus, en 53 avant J.C., il y avait une cavalerie gauloise au sein-même des légions romaines. Or, il faut savoir qu’une légion se déplaçait avec armes et bagages, femmes et enfants. J’ai alors imaginé un jeune garçon gallo-romain perdu dans le chaos qui suivit la défaite de Crassus en Syrie. J’ai donc présenté une page illustrant ce début d’histoire, qui était très inspirée de “Ben-Hur”, je l’avoue. Par la suite, j’ai toujours voulu retirer cette page, mais je n’y suis jamais parvenu."



Image
Mais comment parler d'Alix sans parler de ses auteurs et notamment du créateur historiques de la série, Jacques Martin ? Courte présentation de ce monument de la BD franco-belge :

Image


Jacques Martin est née à Strasbourg, le 25 septembre 1921, mais il émigrera rapidement avec toute sa famille, en s'établissant dans la Région Parisienne. C'est là qu'il assiste à une projection de diapositives extraites des aventures de Tintin, c'est la révélation. À la fin de la deuxième guerre mondiale, il se lance donc dans le graphisme et tente parallèlement de s'essayer à la bande dessinée humoristique. Ainsi, avant même la parution du Journal Tintin (1946), Martin a vent de ce projet et tente sa chance. Il contacte Raymond Leblanc, le rédacteur en chef, et soumet ses essais à Hergé, alors directeur artistique, qui ne les trouve pas originaux et ne donne pas suite. En 1948, il retente l'expérience mais en donnant un ton beaucoup plus aventurier a ses histoires. C'est de là qu'est née l'idée d'Alix, un soucis d'originalité provoquée par un réel intérêt pour l'Histoire Antique. En l'absence d'Hergé, la rédaction accepte de lui donner sa chance, on sait ce qu'il en est aujourd'hui.

En 1953 il rejoint les studios Hergé suite à l'insistance de ce dernier, c'est le début de 20 ans de collaboration fructueuse. Toutefois, malgré son travail important aux studio, il continue ses propres productions de bandes dessinées. On peut même dire que c'est son travail au studio qui lui a permis d'affirmer son style graphique et narratif. Il rentre aussi dans sa période de production optimale et crée alors tous ses plus grands chefs-d’œuvre (c'est très subjectif), tel que Le tombeau étrusque, Les légions perdues ou La griffe noire. Ainsi il continue une production quasi industrielle jusqu'en 1988, où il est atteint d'une maladie de yeux et ne peux plus alors continuer à s'occuper du dessin.

Et c'est Raphaël Moralès, un dessinateur suisse décoriste de formation, qui s'occupe de la relève, appuyé de Marc Henniquiau. De par sa formation il semble avoir toute les qualité pour continuer Alix, réputé pour la qualité de ses décors quasi-documentaires, mais c'est un avantage comme un inconvénient : "C’est un problème que j’ai avec mes collaborateurs, entre autres Rafaël Morales. J’essaye toujours de faire comprendre que ce qui compte, c’est le récit avant tout. Le décor est là pour étayer l’action mais n’est pas le sujet principal. Mais comme ce garçon a une formation de décoriste, il a tendance à tellement chiader le décor, que c’est celui-ci qui vole la vedette". Une deuxième équipe c'est formé en 2004 pour répondre à la demande des lecteurs et des critiques, composée de Christophe Simon (qui c'était occupé d'un tome de Lefranc) et de Cédric Hervan. Depuis Christophe Simon continue l'aventure seul, même si des auteurs ponctuels dessinent leurs propres tomes, tel que Marco Venanzi.

Ainsi, si Alix est bien l'œuvre d'un seul homme, Jacques Martin, c'est également un travail collectif. En effet Martin c'est très rapidement entouré de collaborateur talentueux, que ce soit en tant que simple assistant (comme Roger Leloup pour Alix) ou en tant que dessinateur principal d'une de ses séries (comme Gilles Chaillet pour Lefranc). La seule chose qu'il n'a jamais confié à quelqu'un d'autre est la réalisation des scénarios. En effet Jacques Martin notait tous les synopsis qui lui venaient à l'esprit et les travaillaient longuement avant de commencer le volume final, laissant ainsi derrière lui des dizaines de scénarii, plus ou moins aboutis.



Image
Alix possède une pléthore de personnages secondaires plus ou moins récurrents, mais je vais me contenter de présenter les plus importants et les plus emblématiques. Car si chaque tome comporte sa pléiade de personnages secondaires et qu'ils sont tous très développés par Jacques Martin, finalement bien peu, au regard du nombre faramineux de figurants, deviennent des personnages récurrents. Ainsi il y a en général dix personnages secondaires qui apparaissent par tomes, les 3/4 disparaissant avant la fin dudit tome. Bref, voilà, pour moi, les cinq personnages les plus emblématiques d'Alix, ceux qui ont fait de cette série ce qu'elle est aujourd'hui :


Image
Image
Image
Image
Image




Image
Alix se distingue des autres bandes dessinés historique par sa documentation et l'extrême minutie de sa réalisation graphique, aucun décors représentant un véritable monument n'est réalisé sans que l'auteur ne soit au préalable aller prendre des photographies des lieux, le moindre hiéroglyphe est photographié avant d'être fidèlement reproduit. Ainsi les décors sont d'une précision remarquable et en général il essaye de rester le plus rigoureux possible : "Je n'ai pas beaucoup dessiné Rome, justement pour éviter cela [les anachronismes]. Par exemple, la Rome du Fils de Spartacus est tout à fait celle de Jules César. Le théâtre utilisé existait, c'était celui du théâtre de Pompée ! Il n'y a pas d'amphithéâtre dans cet album. Ce qui n'existait pas, c'est le Palatin, le Grand Cirque, le Colisée et je ne l'aurais jamais fait. Autre exemple, le fort romain sur le Rhin dans les « Barbares », on a découvert à Strasbourg les traces d'un fort construit en dur de l'époque de César et il était proche de celui présenté."

Toutefois, malgré ses atours de bandes dessinées historiques, Alix reste un œuvre de fiction pure, l'historicité des lieux servant juste de fond pour créer une histoire fantastique. Cela se ressent surtout dans les premiers tomes où Alix affronte Arbacès -notamment dans L’île maudite et dans Le Sphinx d'or-, où le scénario prend quelques libertés historique, même si cela reste dans le domaine du possible ; on en viendrait presque à se dire que cela c'est réellement passé. A l'instar de Edgar P. Jacobs, son contemporain et auteur de Black et Mortimer, il supprimait systématiquement toutes traces de son récit, afin de toujours plus l'ancrer dans le réel.

C'est là qu'est tout le talent de Jacques Martin : rendre son propos crédible. Et cela s'accentue encore plus par la suite, Le Tombeau étrusque, par exemple, nous livre une histoire criante de vérité, mêlant parfaitement réalité historique et fiction. De même La Griffe noire parvient parfaitement à concilier ces deux aspects. Ce qui est aussi très intéressant dans ces deux tomes -pas que dans ceux-là, mais ça transparait bien dedans-, c'est la manière dont Jacques Martin parvient à nous raconter des faits historiques au travers de son histoire. Dans Le Tombeau étrusque, un personnage donne une explication très précise sur l'histoire de Baal pas celui de diablo !, un sujet qui mine de rien est assez rébarbatif et qu'il arrive à rendre très intéressant et clair.



Image
Lorsque que l'on ouvre un quelconque album de bande dessiné, la première chose remarquable est le style graphique. Bien souvent la première page donne un assez bon aperçu de ce que l'auteur aime faire (décors, personnages, etc.) et Alix ne fait pas exception. Ainsi dès la première page on peut apprécier les magnifiques décors de Jacques Martin, toujours très documentés, qui retranscrivent parfaitement les différentes places de l'époque. C'est un peu la marque de fabrique d'Alix, chaque case comporte des décors riches et réalistes, c'est d'ailleurs assez fabuleux de voir l'attention que portait l'auteur sur ces petits "détails".
Toutefois, même s'il aimait beaucoup les dessiner, les décors avait toujours pour fonction première de servir l'histoire, il l'explique d'ailleurs très bien: "Le dessinateur, chez moi, ne prend jamais le pas sur le scénariste, et croyez-moi, j'ai extrait quantités de décors qui me séduisaient au départ mais qui, finalement, m'ont apparu ne rien ajouter à l'histoire. Un exemple dans le "Tombeau Etrusque" (p 36), j'avais envisagé de représenter une vue très complète de la nécropole, en une grande image. J'y ai renoncé car cela bousculait trop le scénario"

Image


Au-delà des décors disséminés dans ses pages, Alix a aussi un style graphique propre et ce malgré son apparent classicisme. Dès les premiers tomes, où Jacques Martin tâtonne entre les différents styles de l'époque, il commence à se dégager, lentement mais sûrement, pour finalement arriver à maturité dans les légions perdus. C'est assez difficile de le définir, mais finesse et clarté sont les deux mots qui me viennent à l'esprit. Oui je pense que cela résume bien son style, dont le but premier était le confort de lecture ; car n'oublions pas que ce "confort" participe grandement à l'appréciation, ou non, d'une BD.
Ainsi il attachait une grande importance au découpage des cases, notamment celles comportant des décors : "Je suis un autre point de vue [pour la perspective], qui est le sens de la lecture avec un centrage à droite, j'aime bien que l'œil file vers la droite. De sorte que l'œil du lecteur, automatiquement, est amené vers la droite. Si j'inverse cela, le lecteur ne s'en rend pas compte, mais il y a un gène, ça va à l'envers de la marche, à l'envers de la lecture."

Même la forme rectangulaire, peu esthétique, des bulles était mûrement réfléchit : "J'utilise des phylactères, des bulles comme on dit, serrant le plus possible le texte, parce que tout ce qui est rond ou ovale apporte une certaine forme de graphisme, ajoute au graphisme, mais retire de la place à l'image. Je constate que seul les auteurs qui s'intéressent avant tout au dessin utilise des bulles rondes, ou ovales, parce qu’ils ne voient que le dessin, ils ne voient que le graphisme, ils ne voient pas la lecture du lecteur"

Au final on pourrait résumer l'aspect graphique de Alix en un mot : fonctionnel. Tout est fait pour que la lecture soit confortable et ça se ressent.



Image
Avis ? a-t-on dit avis ? Peut-on imaginer partie plus inutile dans un tel style de sujet ? Une partie où l'auteur ne ferait que déblatérer sur une chose que tout le monde a comprise depuis belle lurette, il aime le sujet. Et ce faisant le plus souvent il se reprend, donnant l'impression qu'il n'a plus rien à dire, et c'est bien souvent tristement vrai.
Alors pourquoi faire une telle partie après avoir démonté l'intérêt qu'elle aurait pu avoir ? Tout simplement parce qu'ici il n'est pas question de mon avis sur l'œuvre de jacques martin*. Non, ici il s'agit d'un avis ouvert, sur ce que vous devriez suite à la lecture de ce topic, aller à la médiathèque ; Fnac ; bibliothèque, municipale ou scolaire ; librairie ; la plus proche pour lire un tome d’Alix aimer ça et lire la suite.
Pourquoi ? Parce que l'histoire c'est toujours intéressant, mais ça l'est encore plus lorsque c'est jacques martin qui la raconte et la dessine. Parce que Alix plus que l'histoire, c'est encore l'aventure.
Et c'est sur ces bons (?) mots que je vous invite à lire -ou à relire-, si ce n'est déjà fait, Alix et venir en parler ici, en bien comme en mal.


*NDLA : et aussi, avouons-le, parce que l'auteur à un goût certain pour les inanités qui viennent délayer son sujet 8D

_________________
Image
Barks et Don Rosa savent nous faire rêver...
Et Winshluss...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Alix l'intrépide
MessagePosté: Ven 6 Juil 2012 00:55 
175 000 000 Berry
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 18 Fév 2010
Messages: 1115
Ça serait dommage de laisse un si beau topic sans réponses quand même. Je ne m'y connais pas vraiment en BD et tout ce domaine là mais j'avoue avoir lu pas mal des œuvres d'Alix l'Intrépide. Autant rendre un bel hommage à cet auteur qu'est Jacques Martin.

C'est vrai que la première chose qui m'a impressionné dans cette BD c'est tout l'univers qu'il y avait autour, surtout lorsque l'on apprécie cette époque et l'Histoire en règle générale. Car l'aventure racontée par le jeune héros courageux, fier et j'irais même jusqu'à dire intrépide est passionnante tant le héros a des qualités malgré son archétype évident.
Un personnage que j'ai trouvé à demi-teinte par contre est bien le pauvre Enak. Sa présence est quelques fois je trouve inutile et au final il n'a pas assez de charisme et de présence pour tenir tête face à d'autres personnages de la série tels Galva ou même Arbacès qui eux tiennent concurrence et apportent un autre intérêt et une autre vision que celle proposée par Alix. Mais dans l'ensemble les protagonistes restent attachants
Un scénario de plus en plus complexe mais passionnant comportant de bonnes doses d'originalité, de rebondissements, de suspense le tout dans un cadre historique.

Au final cette BD est intéressante par son évolution que ça soit dans le scénario et particulièrement dans les traits graphiques qui s’affinent de plus en plus. Une grande aventure qui vous promet si vous lisez quelques livres une bonne lecture étant donné le nombre importants de textes ce qui pour ma part n'est pas là pour me déplaire. Un classique à découvrir.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Alix l'intrépide
MessagePosté: Jeu 19 Juil 2012 11:21 
The old man
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Jan 2004
Messages: 19324
Localisation: Joker
Très chouette sujet!
Je connais Martin surtout à travers une autre de ses oeuvres, Lefranc, et j'ai toujours eu beaucoup de curiosité pour Alix mais je n'ai jamais eu le courage de m'y atteler vu le nombre important de volumes...
Si je pense que les premiers volumes sont nécessaires pour mettre en place l'univers, y a-t-il des récits que vous me recommanderiez plus que d'autres ? Car je me vois mal tout lire - du moins dans l'immédiat.

_________________
Image
Manga List | Anime List
Les règles du forum sont faites pour être respectées, merci de les garder en tête.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Alix l'intrépide
MessagePosté: Jeu 19 Juil 2012 13:29 
70 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Déc 2011
Messages: 665
Localisation: ...
Pour débuter la série tu peux bien sûr commencer par le premier tome, Alix L'intrépide, mais moi je te conseillerais plutôt Le Sphinx D'or ; c'est moins fouillis et plus prenant je trouve, en plus de relativement bien mettre en place les différent protagonistes, tu retrouveras plus de visages récurrents que dans le premier tome.
Sinon, toujours dans l'optique de t'introduire à la série tout en gardant le meilleur, tu peux lire La Griffe Noire, où Martin atteint, je trouve, un pic graphique. Avec ces deux tomes tu as tout les personnages important d’introduits et tu ne devrais pas trop te dire "il sort d'où celui-là O_O" par la suite.

Pour les tomes "à lire absolument", il y a Le Tombeau Étrusque, qui est certainement mon volume préféré. C'est vraiment un must-have, je pense que la plupart des lecteurs de Alix te diront la même chose ^_^ En plus dedans tu as une magnifique explication sur Baal et ses origines, si tu n'avais pas compris qui c'était dans Diablo II. *message subliminal : achètes le III ! achetez tous le III !*
Tu peux aussi lire Les Légions Perdues et Le Dernier Spartiate, c'est de la très bonne qualité.


Et Okko dans tout ça ?

edit : ne t'inquiètes pas, je te rappellerais à l'ordre si besoin est ^o^ te voilà prévenu :p

_________________
Image
Barks et Don Rosa savent nous faire rêver...
Et Winshluss...


Dernière édition par pif paf le Jeu 19 Juil 2012 16:21, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Alix l'intrépide
MessagePosté: Jeu 19 Juil 2012 15:49 
The old man
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Jan 2004
Messages: 19324
Localisation: Joker
Merci pour cette petite sélection ^_^
Pour Okko j'avoue que j'ai négligé la BD franco-belge ces derniers mois :P
En août je me motive pour m'inscrire à la Médiathèque à côté de chez moi (j'ai déménagé il y a un peu plus d'un an maintenant) et j’emprunte de l'Alix et les derniers d'Okko!
Et je reviendrai pour faire mes petites reviews ^_^

_________________
Image
Manga List | Anime List
Les règles du forum sont faites pour être respectées, merci de les garder en tête.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Alix l'intrépide
MessagePosté: Dim 9 Sep 2012 10:31 
The old man
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Jan 2004
Messages: 19324
Localisation: Joker
Donc j'ai emprunté 3 albums à la Médiathèque près de chez moi!

Image
Alix 02 : Le Sphinx d'Or (1956)
Après un prologue se déroulant en Gaules où nous assistons à la défaite de Vercingétorix, Alix est envoyé en mission à Alexandrie pour enquêter sur une affaire menaçant la sécurité de Rome.
Martin nous propose ici un pur récit d'espionnage avec son lot de guet-apens et d'infiltrations qui nous mène jusqu'au QG secret du grand méchant. Parfaitement efficace et sans temps mort, plutôt cool en somme ^_^


Image
Alix 05 : La Griffe Noire (1959)
A Pompéi des notables sont victimes d'une secte qui exerce un droit de vengeance au nom d'une tragédie ancienne et tenue secrète. La récit est divisée en deux parties distinctes : Pompéi et l'Afrique où Alix est la tête d'une expédition pour trouver un remède au mal qui a frappé les notables.
La partie la plus passionnante étant celle se déroulant en Afrique où une course effrénée se joue avec d'un côté Alix et ses compagnons tentant d'atteindre un certain village et de l'autre les Romains gardiens du navire qui défendent leur position, le tout contre des hordes de tribus! Là aussi un récit haletant et plein de péripéties.


Image
Alix 06 : Les Légions Perdues (1965)
De Rome en Gaules, Alix tente de déjouer un complot contre César qui menace la paix en Gaules. Le récit est étonnant et fait la part belle à une course contre la montre assez désespérée et tout le monde n'en sortira pas indemne! Un voyage à travers des terres hostiles aussi bien en raison des hommes et que de la nature.
Malgré une histoire de complot à la base, c'est finalement un récit très poétique et mythologique avec une utilisation de pas mal de motifs mystiques. Par contre Enak est toujours aussi transparent, sauf lorsqu'il est victime de sa maladresse^^;

_________________
Image
Manga List | Anime List
Les règles du forum sont faites pour être respectées, merci de les garder en tête.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Alix l'intrépide
MessagePosté: Dim 16 Sep 2012 18:25 
70 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Déc 2011
Messages: 665
Localisation: ...
Heureux d'apprendre que cela te plait, il ne te reste plus qu'à lire tous les autres tomes maintenant ^^ Signé et dessiné par Martin de préférence


Sinon je suis venu parler de la dernière série dérivée en date, Alix senator. Le premier tome d'un triptyque est sorti ce mercredi et ceux qui suivent un peu l'actu bédé doivent être au courant, au vu de la publicité dont il a bénéficié -dixit le site fait uniquement pour l'occasion.
Cette nouvelle série est scénarisé par Valérie Mangin (historienne de formation) et dessiné par Thierry Demarez (l'ancien décoriste de la comédie française) ; je pense qu'il est aussi bon de noter que Denis Bajram -alias monsieur Universal War One- est à la direction artistique Ils ont mis le paquet !, c'est gage de qualité.

Le pitch de base est assez simple : Alix a désormais 50 ans, est devenu sénateur et a un fils nommé Titus. Oui ça fait du changement. L'histoire se situe donc en -12 avant JC (~30 ans après les Alix classiques) et l'empereur Auguste règne sur Rome, alors que Marcus Aemilius Lepidus, grand pontife de Rome, est mystérieusement assassiné par des aigles ; une nouvelle enquête démarre pour notre héros intrépide !
Les auteurs ont visiblement essayés de se démarquer de la version classique, comme le démontre le style graphique, tout en le restant, comme le montre l'usage de l'acrylique et des crayons de couleurs. De plus il y a eu un gros travail de recherche et de documentation pour recréer la Rome d'Auguste ; les décors sont vraiment somptueux -n'est-ce pas là la marque d'une grand tome d'Alix ? L'aspect historique est aussi très travaillé, mais avec une historienne au scénario on pouvait s'en douter ^^
L'histoire quant à elle prend plus des tournures de polar et on perd un peu l'aspect aventure des volumes classiques, mais elle est assez plaisante et l'on se laisse facilement prendre au jeu ; j’attends de voir la suite, mais pour l'instant ça s'annonce plutôt bien. Par contre il se passe relativement peu de chose dans le tome, on est bien loin des pavé de texte narratif de Jacques Martin.

Au final je dirais que c'est une remise au goût du jour assez réussi d'Alix, à lire sans modération et dans les plus bref délais !

_________________
Image
Barks et Don Rosa savent nous faire rêver...
Et Winshluss...


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 7 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com