Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 13 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Le mouvement Punk, ou les Sex Pistols
MessagePosté: Sam 8 Nov 2008 14:45 
275 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 06 Avr 2006
Messages: 1519
          « Vous n’avez jamais eu l’impression de vous faire avoir ? »

Quand je vous dis "Punk", vous pensez à quoi ?
Quelqu'un a écrit:
Après, ça peut me faire penser à des voyous, à un style vestimentaire particulier avec un rapport avec le voyou précédemment, à des gars avec des crêtes et chauves sur les côtés, aussi à un univers assez trash.
Un autre a écrit:
Si tu me dis Punk, je pense aussi à certaines musiques que ces fameuses personnes écoutent. Et surtout : Une mode horrible ! Des couleurs flashies, des cheveux bariolés...
Encore un autre a écrit:
Pour moi le mot "punk" désigne un style de vie où les coiffures sont généralement des long pics, et où le reste est rasé ; ça ressemble à du gothique mais avec plus de couleurs (vert, bleu, etc.) sur les lèvres ou les vêtements par exemple.
De même a écrit:
Un Punk c'est un type avec les cheveux en piques. Un punk écoute du rock dans son garage en bougeant ses cheveux crades dans tous les sens […] Un Punk a plein de piercings.
Lui, il a écrit:
On reconnait assez facilement le punk de base, surtout à la très célèbre coupe iroquoise souvent coloré, aux tatouages, piercings, et un goût vestimentaire très personnel.
C'ui-là a écrit:
Quand je pense à "Punk", je pense...[…] A l'anarchie, que le mouvement est censée prôner.
Enfin, le dernier a écrit:
[...] exhibant clairement leur affection pour les marques commerciales de gel coiffant fixation béton, mais reste, quand même, que sans eux, Vivelle ou Dop ne feraient pas de tels chiffres […] Et puis, n'oublions pas que les punks, s'ils ne sont pas avares en gel coiffant, le sont encore moins en piques.
C’est du copier-coller des commentaires de quelques membres du forum. Je leur ai tous posé la même question, et j’ai obtenu (entre autres) ces réponses. Je suis au regret de vous annoncer, bien qu’apparemment vous le sachiez en partie, que vous ne savez pas grand-chose sur cette notion. Vous n’êtes pas les seuls, et la plupart des gens ont les mêmes pensées que vous, y compris les groupes dits "Punk" d’aujourd’hui et qui revendiquent tous plus ou moins son héritage. Sauf que personne n’y a rien compris.


Nos chers Punks, à une année-lumière de ce qu'on imagine


Punk : venant de l'anglais, signifiant à la base "sans valeur", qui est ironiquement attribué aux Punks qui rejettent toute forme de valeur établie.
Le Punk est avant tout un mouvement contestataire, issu plus ou moins de mai 68 et des quelques faits historiques qui suivirent dans la décennie. Ce mouvement a pour simple but d’aller à l’encontre de tout le reste, en brisant les codes et en rapportant la fraîcheur et la vivacité à un monde trop sclérosé de conformisme. Et il est bien connu qu’un des meilleurs moyens de faire passer ses idées et de se diffuser est la musique.
1975. La musique mondiale, et plus particulièrement le Rock, est dominé par les majestueux Led Zeppelin, les étranges Pink Floyd, et par quelques restes des sixties, je prends pour exemple les pierres roulantes que vous reconnaîtrez, tandis que de nouveaux groupes de Heavy Metal font leur entrée, comme ACDC ou les jeunes Iron Maiden. Les sons de l’époque sont recherchés, fouillés, on étire les chansons sur de longues minutes, on recherche le planant, le tout dans une extrême conformité.
Pour faire simple, les Punks veulent tout le contraire : faire table rase du passé, abolir les privilèges de la noblesse Rock et rendre un peu de nouveauté à un système trop droit et ordonné. Certains petits groupes joyeusement bourrins font leur apparition aux Etats-Unis en prônant cette volonté, mais ce n’est qu’en 1977, lorsque l’effet gagne l’Angleterre, que le Punk devient vraiment le Punk. Les Sex Pistols lui donnent un son, une âme, un look, et un parfum de scandale. Phil Collins en dira que ''le Punk est une insulte aux bonnes mœurs’’. La musique fait enfin de nouveau peur aux parents. A la suite de quoi, le mouvement perdure pendant deux ans, avant de mourir et de se tasser : les Pistols se séparent, l’Angleterre invente le Hard Core, nouvelle version du Punk, le tout s’adresse à un public plus initié, la crête apparaît…

      « Tu peux changer le monde, même si t’es fauché et que tu joues comme un sourd »

Le Punk aujourd’hui ? Une caricature complète. La preuve ? Citez-moi le groupe dit Punk encore en activité de nos jours, et qui occupe les scènes depuis quelques années. Et une bonne partie d’entre vous qui en savent quelquechose parleront de The Exploited. Or, ils ne représentent en aucun point nos chers et tendres Punk. Il n’y a rien de moins Punk que de porter des DocMartens et des crêtes d’un mètre de haut à notre époque (qui sont inventés après la mort du mouvement initial, allez comprendre le lien qu’on fait entre les deux). Musicalement parlant, on réduit les chansons à trois accords, voire moins, et on associe le tout au nihilisme le plus extrême. De nos jours, ces groupes de faux-Punks n’ont rien de moins qu’un sérieux d’enterrement pour la plupart.
La musique issue de ce mouvement est appelée le Punk Rock. A la base, certains groupes n’étaient pas des virtuoses, c’est évident, mais ils compensaient leur manque de compétences par une énergie incroyable et quelques autres atouts, comme les Adverts ou les Buzzcocks. Il n’empêchait que quelques musiciens étaient qualifiés. Le groupe Kraftwerk a ainsi inclus des morceaux électroniques dans leurs partitions.
Concernant les "No future", les "Anarchy" ou les "Fuck the system" de Rotten, beuglés à la Reine D’Angleterre, ceux-ci n’étaient absolument pas défaitistes. Ironie de l’histoire, le chanteur dira même de l’anarchisme que c’est "un attrape-nigaud pour la classe moyenne". En effet, un des premiers buts du Punk était… le fun, tout simplement ! Les Ramones ou Damned n’ont cessé de s’amuser pendant cette période. Et même, leur discours était bien au contraire, positif, malgré les descriptions qu’ils faisaient du monde actuel. Ils prônaient en priorité la notion de plaisir. Réfléchissez deux secondes. Comment des groupes ennemis de l’élitisme du Rock de l’époque auraient pu se prendre au sérieux ?
Conclusion de Monsieur Don Letts, auteur de documentaires et ayant approfondi le sujet de cet exposé : "On a réduit cette scène à ses aspects superficiels : les épingles à nourrice, la crête et le nihilisme, alors qu’elle parlait de liberté, de responsabilisation et d’individualité". On en arrive aujourd’hui à une caricature poussée à bout, en partant d’un mouvement qui voulait simplement bousculer le classicisme du Rock.

    « Vous n’avez rien écouté de ce que je disais, vous n’avez vu que mes vêtements ! »

Autre fait risible du Punk moderne : il ne sert à rien. Concrètement, la naissance du mouvement provenait d’un contexte bien particulier, impossible à reproduire de nos jours. Pour faire simple, l’évolution du Rock en fait partie (j’en ai déjà parlé plus haut), mais aussi le choc pétrolier de 1973, renforcé plus tard par celui survenant en 1978. Le chômage étant présent à l’époque suite à ces crises, les jeunes de cette époque devaient bien occuper leur temps libre, d’où une recrudescence de création des petits groupes. Par la suite, certains groupes ont réussi à percer dans le milieu professionnel. Aujourd’hui, nous vivons certes un nouveau choc pétrolier, mais celui-ci est encore récent et n’a pas les mêmes répercussions pour le moment que les deux premiers.
De plus, la culture Punk est aujourd’hui considérée comme un emblème, un repère chronologique. On l’utilise à n’importe quel escient et sur n’importe quelle pochette de disque ou T-shirt, pour vendre des pots de gel super forts. On colle le nom à tous les artistes un poil nihiliste ou ayant un bon look, buvant des bières sans l’accord de leurs parents et se prétendant descendant du Punk originel. Mais, n’est-ce pas absolument absurde de choisir (remarquez l’utilisation de ce verbe, et non du verbe avoir) comme modèle un courant qui voulait faire table rase du passé ? Pourquoi les Punks avaient les cheveux courts et étaient rasés ? Pour ne pas être confondus avec les Hippies. Pourquoi étaient-ils en jeans courts ? Pour refuser les pattes d’éléphants. L’explosion Punk est totalement dépendante et due à son époque, et ne pouvait se produire qu’à ce moment. Etre Punk de nos jours, c’est aussi anachronique que d’être royaliste.
Le Punk est encore présent aujourd’hui. Et tout groupe appartenant à ce mouvement se respectant, se doit d’être anarchiste et de porter une crête. Ainsi, tous rentrent dans un même moule, alors que les originels refusaient d’être mis dans un paquet. C’est en les copiant qu’ils ont dénaturé tout l’aspect des Punks. Comme toute nouveauté, les médias et les maisons d'édition se sont emparées du phénomène et l'ont édulcoré sans plus attendre. En conservant la culture Punk au goût du jour, les groupes ne font que la refroidir et la rendre encore plus institutionnel, autrement dit, lui donner tous les défauts qu’elle dénonçait. "Punk are not dead" ? Ils devraient.


Les Sex Pistols dans leur art, hystérie et scandale


S’il existe bien un groupe représentatif du mouvement Punk, ce sont les Sex Pistols. Ce fut le premier à se lancer dans une telle proportion de scandale. Les Sex Pistols n’étaient guère un grand groupe, il faut le dire : 4 membres pour une formation guitare-basse-batterie-chant classique, avec seulement un changement en cours de parcours concernant le poste de bassiste, et un seul véritable album tout au long de leur carrière.
Le groupe se forme à Londres en 1975. C'est dans le magasin "Let it rock" aussi appelé "Sex" de Londres que fut conçue la bête : quand il ne vend pas des fringues pornographiques ou des accessoires, le propriétaire des lieux, Malcom MacLaren, s'occupe de petits groupes de lycée, dont un dans lequel jouent le guitariste Steve Jones et le batteur Paul Cook. MacLaren leur dégote des tenues adéquates, un nouveau bassiste, Glen Matlock, et un nom tape-à-l’œil. Ne reste plus qu'à trouver un chanteur. C'est finalement un habitué du magasin qui est retenu, Johnny Lydon, repéré pour son T-shirt "I hate Pink Floyd". Ce dernier sera renommé Johnny Rotten, en référence à ses dents pourries.

        Image

Le groupe obtient très vite une réputation sulfureuse. Tout d’abord, avec le jeu de scène qu’ils mettent en place. Rien d’exceptionnel, mais ils sont tous survoltés pendant les concerts, jusqu’à insulter carrément le public, où à appeler à l’émeute et à la défonce générale. Tout ça orchestré par MacLaren qui espère attirer la curiosité des médias. Chose réalisée en 1976 avec une interview de Bill Grundy (une sorte de Michel Drucker anglais) qui se fait insulter sans ménagement et prend des congés suite à cet épisode. Cette interview leur fermera la possibilité de jouer dans certaines villes pendant une tournée : les Pistols font peur. La bande se fait virer de chez EMI, leur premier producteur, après une seule chanson. Leur deuxième éditeur, A&M, les garde l’espace d’une semaine. Enfin, seul Virgin, qui à l’époque était une toute petite boîte, aura le cran d’attendre plus longtemps.
Glen Matlock, compositeur de la plupart des mélodies, fut renvoyé du groupe avant même la sortie de leur premier (et dernier) album. Le remplaçant se nomme Sid Vicious, débutant à la basse et ayant été recruté sur un coup de tête. Celui-ci ne supportera d’ailleurs pas de la meilleure manière son passage à la célébrité, si bien qu’il assassina (tout du moins, il fut très fortement soupçonné de l’avoir fait) sa compagne de drogue avant de mourir par overdose. Pour beaucoup de personnes, la fin des Pistols survient dès l’éviction de Glen Matlock, et l’arrivée de Vicious. Car après cela, les relations se font de plus en plus tendues entre les membres eux-mêmes et le manager. Le groupe se dissout finalement en 1978, après un seul, et unique album. Mais pas n’importe lequel.

          Image

Never Mind The Bollocks, Here’s The Sex Pistols est le seul album que les Sex Pistols ont commercialisé dans des paramètres "normaux". Deux autres albums sortiront post-séparation, mais ceux-ci ne comportent que quelques reprises de standards, comme ''My Way'' revu et corrigé ou "Johnny B Goode", et des anciennes chansons auxquelles rien n’a été changé. Il sort en fin d’année 1977 et reste marquant, encore un symbole du Punk aujourd’hui. On le reconnaît à sa jaquette flashy jaune et rose, et son titre simplement provocateur. Le premier single extrait est "Anarchy In the UK", déjà paru un an auparavant. Néanmoins, on retient aussi les Pistols pour leur "God Save The Queen". Cette reprise de l’hymne national, allégrement transformé et modifié, de façon à ce qu’il n’est plus rien à voir, sort en plein milieu des festivités dédiées au Jubilé de la Reine d’Angleterre (le vingt-cinquième anniversaire de son arrivée au trône). La chanson est même interdite de diffusion pendant un certain temps. Où comment détourner l'image de la Reine sur la pochette et insulter l’Angleterre de régime fasciste au moment adéquat…
L’album dure en tout et pour tout, moins de quarante minutes. C’est concrètement l’album tarte-dans-la-gueule des seventies. Une vague de férocité plonge tous les gros artistes "classiques" des dernières années, et les rares groupes à avoir surnagé se souviennent encore de ce tsunami de violence qui s’est abattu sur le monde pendant quelques mois. Les Pistols brisent les codes : finies les longues chansons sophistiquées, on revient aux chansons de trois minutes. Le Rock se fait classiquement en quatre accords ? Ils en utiliseront deux. Les Sex Pistols héritent du son bestial des groupes américains. La batterie se fait hystérique, la guitare tourne à plein régime sur des solos les plus rapides et agressifs qu’on puisse faire pour l'époque. Un mélange de pulsions colériques jusqu’à l’ivresse, de riffs acides, sur lesquels vient s’écorcher la voix de Rotten. Ce dernier chante, certes, mais surtout crie, grogne, vomit, éructe dès qu’il le peut, et beugle toute sa haine contre le monde et la politique en place.

        Image

Néanmoins, les paroles qu’il écrit restent définitives dans l'Histoire. Entre les "Problems" répétés inlassablement par un gamin quasi-autiste, les descriptions crasseuses de "Bodies", les cris de bête en rut, la critique de leur propre éditeur dans "EMI", les paragraphes nihilistes du "Anarchy in the UK" ou le "No future" qui sont beuglés par des foules en délire pendant les concerts, on peut dire qu’on est servi. En écoutant l’album, on se surprend même à chantonner les refrains, parce que c’est simplement bon de gueuler une fois pour toute contre ce monde qui n’existe plus (ou tout du moins, pas de la même façon). Tout est concentré en un seul album : violence, sexe, drogue, jeunesse, anarchie…
Cet album aura une résonnance à travers les générations suivantes et restera un symbole du mouvement Punk. Nirvana intitulera un album Nevermind en hommage, et les Bidochons détourneront le titre dans le premier tome de leurs aventures : On s’en bat les couilles, Sex Bidochons. De plus, les Sex Pistols influencèrent (en mal quelquefois) tous les genres dérivés du Punk jusqu’aujourd’hui : "Sub-mission" ressemble très fortement aux chansons des The Clash qui apparaissent en même temps mais continueront leur carrière jusqu’aux années 80. Ecoutez l’introduction de "No feelings" et vous comprendrez d’où proviennent celles de Green Day, tandis que "Seventeen" marque le début du Ska-Punk. Les Sex Pistols furent les plus marquants de l’époque, ceux qui méritent de rester dans les mémoires, car ils ont engendré toute une descendance musicale jusqu’à nos jours.
Alors, la question peut se poser : les années 2000 connaîtront-elles leur mouvement Punk moderne ? Peut-être, peut-être pas. Le fait est que les désormais dits Punks n’ont plus rien à voir avec ceux d’avant et ne provoqueront plus de révolution de la musique, loin de là. Qui est Punk se doit de déranger et de casser les règles. Les Punks d’aujourd’hui se comptent alors sur les doigts d’une main. On pourrait citer Didier Super, qui ne fait de la musique que de nom, pour caser ses paroles toujours plus dérangeantes, ou encore Phillipe Katerine qui brise un peu les codes en concert. Il faudra encore attendre, avant d’avoir une rébellion digne des seventies. Attendre très longtemps sûrement.


Avis d'un mort-vivant sans crête


Je me permets de finir cet exposé sur une touche plus légère, concernant mon propre avis sur la question. J’avoue détester le Punk des années 2000, qui est bien trop trashément commun pour aboutir à quelque chose. Par contre, je suis fasciné par tout le remue-ménage qu’ont provoqué les Sex Pistols. J’ai leur album chez moi, je l’écoute et j’aime définitivement ces chansons devenues cultes. Et, dans un sens, même si je n’apprécie guère les groupes violents ou les textes insultants, les Pistols ont réussi à me captiver (sûrement la jaquette jaune et rose flashy, ça marque). Je vouerais presque une passion à ce groupe s’il ne s’était pas reformé plusieurs fois ces dernières années pour des concerts exceptionnels ou dans les années 80 pour d’autres mauvais albums de compilations (dont je fais semblant de nier l’existence, car c'est leurs seules décisions que je regrette). Restent pour moi un mouvement fascinant et un album mythique.
Le problème général avec le mouvement Punk, c’est qu’il extrêmement mal vu de nos jours, car trop caricaturé. Ce n’est pas la faute aux auditeurs, mais aux groupes qui ne font rien pour arranger leur image. Il a suffit que je demande à quelques personnes ce qu’elles pensaient du Punk et je suis retombé directement sur tous les stéréotypes : la crête, l’anarchie, les piercings… Aux personnes concernées : ne le prenez pas mal, vous n’y pouvez rien, et c’est même normal que vous m’ayez donné ce type de réponses (jeu bonux : trouver qui a pu dire quoi dans les citations du début :P). Alors que le tout est bien plus complexe ! Alors, cet article est là pour remettre les idées un peu en place. En espérant que cet exposé vous ait plu, et que maintenant, si vous croisez un mec à crête dans la rue avec des badges et un blouson de gros cuir, vous sourirez jusqu’aux oreilles en vous disant qu’il n’a rien compris.



        « I am an antichrist, I am an anarchist ! Don't know what I want, but I know how to get it ! I wanna destroy the passer by'cos I wanna be anarchy ! »

_________________
« No gods or kings. Only man. »


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Sam 8 Nov 2008 16:33 
100 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 19 Mai 2008
Messages: 810
Localisation: Kiwamete Chikaku, Kagiri Naku Tooi Sekai Ni
Très longue description du Punk, que j'apprécie pleinement, j'avoue que les Sex Pistols ne sont pas mon groupe préféré, mais ils méritent quand même une attention particulière, attention que tu leur a vouée avec ce long message (que je soupçonne presque que tu l'aies recopié sur Wikipédia ^^).

En tout cas tu m'as donné envie de réécouter leurs chansons, que j'ai écouté quelques fois à l'âge de 10 ans, boudiou je comprenais même pas ce qu'ils disaient ^^


Encore bravo pour cette description qui changera certaines mentalités, je dois avouer que l'image de la coupe en lame est quand même restée ancrée dans mes esprits ^^
A quand un topic sur le Punk Rock ? ^^ (Green Day =D)

_________________
Image


Dernière édition par Dark Link le Sam 8 Nov 2008 17:19, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Sam 8 Nov 2008 17:15 
100 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 03 Juil 2008
Messages: 98
Localisation: Sur l'autoroute de l'enfer !!
Franchement, t'as super bien résumé le mouvement Punk, chapeau !
Mais, je crois que les punks rejettaient la culture et la musique des hippies mais par leurs idées c'est à dire la paix, tolérance etc...
Mais surtout,comme tu l'a dit, ils voulaient prendre la place des "seigneurs du rock"

Sinon, les ancêtres des punk était surtout les Who: insultes, bagarres sur la scène, destruction de chambre d'hôtel...
Pis aoujourd'hui, ba ya rien, zero, que dalle, seulement des groupes qui prétendent être punk...

Edit: merci pour tes precisions The Undertaker

_________________
Vous les intrus ! Prenez garde ! Trépas et pesantes douleurs feront couler sang du voleur qui sur moi un peu trop s'attache...


Dernière édition par Mr. Jack le Dim 9 Nov 2008 10:10, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Sam 8 Nov 2008 23:09 
275 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 06 Avr 2006
Messages: 1519
Dark Link a écrit:
(que je soupçonne presque que tu l'aies recopié sur Wikipédia ^^)

Eh non, pas du tout. Il est vrai que plusieurs articles (je me suis bien renseigné au préalable) m'ont influencé pour écrire ce sujet. Mais pas de Wikipédia, si ce n'est pour les informations essentielles et basiques, comme les noms des membres, les dates de sortie.
Citation:
A quand un topic sur le Punk Rock ? ^^ (Green Day =D)

Jamaaaaaaaaaaaais !!!

Le très petit pirate du Zero-Deux a écrit:
Mais, je crois que les punks rejettaient la culture et la musique des hippies mais par leurs idées c'est à dire la paix, tolérance etc...

Oh, tu sais, les Punks ne sont pas spécialement pro-guerre ^^. S'ils voulaient aller à contre-sens, il reste des bases qui sont communes à la plupart des êtres humains, Punks ou non. Par contre, l'intolérance est indéniable, et ils n'étaient pas à contre-sens uniquement des hippies.
Citation:
Mais surtout,comme tu l'a dit, ils voulaient prendre la place des "seigneurs du rock"

Les Pistols voulaient un peu tout bousculer, tout déranger, mais de là à prendre les places des désormais classiques du Rock, ça n'était pas gagné. D'autant que, je me répète, les groupes Punks ne se prenaient absolument pas au sérieux. Ils n'envisagaient sûrement pas ce genre de destinée, ça n'était pas dans leur plan ^^. S'ils existaient quelques années et faisaient plus d'un album, ils en étaient sans doute heureux et comblés (sauf cas particuliers).

_________________
« No gods or kings. Only man. »


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Dim 9 Nov 2008 00:00 
100 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 18 Oct 2007
Messages: 92
tipiratedu02 a écrit:
Sinon, les ancêtres des punk était surtout les Who: insultes, bagarres sur la scène, destruction de chambre d'hôtel...

Sauf que musicalement les Who c'est quand même autrement plus riche que la plupart des groupe punk. Les Who c'est aussi Tommy ou Quadrophenia qui étaient typiquement le genre d'album méprisé par le mouvement Punk.

_________________
Ce qu'il te faudrait, c'est une bonne guerre.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Dim 18 Jan 2009 06:34 
1 Berry
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Déc 2007
Messages: 23
Localisation: Québec
Citation:
Citation:
A quand un topic sur le Punk Rock ? ^^ (Green Day =D)

Jamaaaaaaaaaaaais !!!


À vrai dire, le style musical Punk n'existe pas ^^ Certains s'y méprennent justement en vue de l'ajout du mot "Rock" à Punk. Toutefois, le Punk Rock est vraissemblablement le style musical associé au MOUVEMENT punk. Par exemple, The Ramones et les Sex Pistols jouaient du style Punk Rock :)

Maintenant, en ce qui concerne Green Day, il y a effectivement beaucoup à dire dessus. En fait, je crois que ta culture sur le Punk est très restreinte jusqu'au niveau des années 70.

Je n'ai effectivement vu aucunes allusions au Punk des années 90, celui précurseur du style le plus poussé du Punk. Par exemple, on voit de grandes ressemblances entre le Rock et le Punk Rock à l'époque. C'est seulement à partir des années 90 qu'un fossé se creuse de plus en plus grâce à l'apparition de groupes tels qu'Offspring, Rancid, Green Day et plus tard Sum 41 et Simple Plan.

Par exemple, nier le punk rock chez Green Day revient à renier toute la culture musicale autour du Punk. Tu n'as probablement jamais écouté les albums autre qu'American Idiot avant de parler ^^ Je fais d'ailleurs référence à Dookie qui est l'album Punk Rock s'étant le plus vendu dans le monde et aux États-Unis. En fait, les années 90 représentent la force du Punk, par la musique tout comme par les mentalités changeantes.

Bien sûr, certains groupes finnissent tout de même par s'envoler vers une voie plus commerciale comme on l'a vu pour Green Day avec American Idiot, Simple Plan avec son dernier album éponyme et Sum 41 avec Crush.

Voilà pour compléter un peu de ce sujet sur le Punk que j'aime tant (Je m'auto-proclame quelque peu anarchiste au fond de moi ^^ Il me semble que les gouvernements de nos jours opriment beaucoup trop notre liberté et notre droit d'agir.)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Dim 18 Jan 2009 10:38 
100 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 03 Juil 2008
Messages: 98
Localisation: Sur l'autoroute de l'enfer !!
Récemment, j'ai lu une interview de Johnny Rotten (le chanteur des Sex Pistols pour les incultes) et il aurait déclarer ne pas croire a ce mouvement punk et ne faire ça que pour la gloire et l'argent !

J'ai envie de dire, c'est CA le punk: une sorte de je m'en foutisme permanent, une arrogance extrême, de la provocation pour choquer les biens pensants et une totale dérision. Tout ce que voulais faire le Sex Pistols, à mon avis, c'était faire sirtir les jeunes anglais pour qu'ils ne se fassent plus marcher sur les pieds par les adultes autoritaires de cette époque...

D'ailleurs, Rotten a dissous le groupe à cause de leur image qui devenait trop Sex, Drugs & Rock'n'Roll qu'il jugeait ridicule...

_________________
Vous les intrus ! Prenez garde ! Trépas et pesantes douleurs feront couler sang du voleur qui sur moi un peu trop s'attache...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Dim 18 Jan 2009 21:32 
275 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 06 Avr 2006
Messages: 1519
Je me permets de reprendre certains points sur lesquels tu as donné ton avis et point de vue ^^.

lequinow a écrit:
À vrai dire, le style musical Punk n'existe pas ^^ Certains s'y méprennent justement en vue de l'ajout du mot "Rock" à Punk. Toutefois, le Punk Rock est vraissemblablement le style musical associé au MOUVEMENT punk. Par exemple, The Ramones et les Sex Pistols jouaient du style Punk Rock :)

Entièrement d'accord, et je ne crois pas avoir dis le contraire... Si c'est le cas, signale-le moi sans hésiter ^^.
A la base, le mouvement Punk est seulement un mouvement d'idée, comme l'est le surréalisme au début du XXème siècle, ou d'autres courants (le comparer à l'Epicurisme ou au Stoïcisme serait sûrement un peu pompeux pour un si "petit" mouvement à l'échelle de l'Histoire, mais après tout, nous en sommes là). Ce n'est que par la suite que l'aspect musical a été créé pour faire passer des revendications. Il aurait été assez paradoxal de voir des jeunes en pleine rébellion commencer à écrire des essais ou des livres sur ce besoin de révolte, non ? ^__~
Quant à l'existence de ce style musical, on ne peut évidemment le nier. Trop de groupes y appartiennent pour l'oublier (même si pour moi, certains ne devraient pas en faire partie et très peu sont proches de ce qu'ils devraient être).

Citation:
Maintenant, en ce qui concerne Green Day, il y a effectivement beaucoup à dire dessus. En fait, je crois que ta culture sur le Punk est très restreinte jusqu'au niveau des années 70.
Je n'ai effectivement vu aucunes allusions au Punk des années 90, celui précurseur du style le plus poussé du Punk. Par exemple, on voit de grandes ressemblances entre le Rock et le Punk Rock à l'époque. C'est seulement à partir des années 90 qu'un fossé se creuse de plus en plus grâce à l'apparition de groupes tels qu'Offspring, Rancid, Green Day et plus tard Sum 41 et Simple Plan.
Par exemple, nier le punk rock chez Green Day revient à renier toute la culture musicale autour du Punk. Tu n'as probablement jamais écouté les albums autre qu'American Idiot avant de parler ^^ Je fais d'ailleurs référence à Dookie qui est l'album Punk Rock s'étant le plus vendu dans le monde et aux États-Unis. En fait, les années 90 représentent la force du Punk, par la musique tout comme par les mentalités changeantes.

Nous voilà au noeud du problème ^^. Il est vrai que mon exposé s'est centré sur la fin des seventies, et je ne le regrette en rien. Certes, l'explication aurait pu être que je n'ai que peu de références concernant cette période, mais ce n'est pas là l'essentiel.

Si tu as profondément compris le mouvement Punk, tu devrais avoir compris que ce n'était qu'une effervescence due à l'époque et à l'évolution de la musique. Pour moi, cette effervescence s'est arrêtée au début des années 80, quasiment dès l'apparition de la crète (la date précise...). Car c'est à ce moment-là que le tout ne choque plus vraiment, que la deuxième "vague" du Punk arrive, c'est-à-dire ceux ayant été influencés par les Pistols notamment. Et comme je l'ai écrit, l'essence n'avait à l'époque, pas été comprise, seuls les détails importaient (comme un effet de mode, en somme). Du coup : généralisation de la crète, des vêtements représentatifs, du nihilisme. Or, jusqu'au aujourd'hui, RIEN n'a vraiment évolué. Les The Exploited en sont toujours à cette apparence... Je ne parle pas de Green Day qui ne me choque pas (preuve encore qu'au fur et à mesure du temps, la force des messages se dilue). Résultat : ce qui était à contre-courant est devenu commun. Dès lors, tout groupe dit "Punk" au sens moderne est, à mon avis, totalement inutile (si ce n'est pour se rendre ridicule ou pour se donner une apparence). Je me suis permis de passer donc toute la période post-Punk, car pour moi, le tout est clair.
Période Punk = 1975 -> 1980
./ (à lire "point barre)

Concernant mes références, bah, je n'ai jamais écouté que les Pistols et un peu de Green Day, et quelques chansons par-ci par-là. Qu'importe, le principal, ce sont bien les premiers, et ceux ayant VRAIMENT respecté leurs avis, non ? ^__^

Pour Mr. Jack : ça ne m'étonne pas, c'est bien du Rotten ^^.

Edit LE NELGE : Oui, c'est tout à fait ça, le Punk est d'ailleurs souvent comparé au dadaïsme. Ce sont des soubresauts qui affectent leurs époques et disparaissent rapidement.

_________________
« No gods or kings. Only man. »


Dernière édition par The Undertaker le Lun 19 Jan 2009 11:54, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Lun 19 Jan 2009 03:33 
1 Berry
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Déc 2007
Messages: 23
Localisation: Québec
Ok ouais, je comprend ^^
En fait, le mohawk (La crête comme tu l'appel) représente peut-être effectivement un peu trop le punk comme les gens le voient de nos jours. Toutefois, ce n'est pas parce que l'apparence s'est mis de mise qu'on doit désormais oublier le fondement du Punk comme bien présent. Encore une fois je rapporte à Green Day ou à Offspring, ces deux groupes restent des pioniers du Punk et portaient le style vestimentaire Punk tout comme les beatles adoptaient le style de leur époque rock n roll ^^


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Lun 19 Jan 2009 11:26 
100 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 18 Oct 2007
Messages: 92
Ce n'est qu'un avis personnel mais je vois plus le Punk comme une attitude (comme le Glam) plus que comme un style musical propre. A la fin des années 70, l'idée était de revenir à quelque chose de plus simple, brut de décofrage (expression à placer du jour) à l'opposé du rock progressif qui à cette époque à force de sophystication et d'expérimentation n'avait dans certains cas de musique que le nom. Le rock était devenu un truc d'intellectuels alors que ça vocation première est d'être une musique populaire (dans le sens premier du terme).
Il faut voir le mouvement Punk de la fin 70 comme le mouvement dadaïste. Un truc pour faire table rase et repartir à 0 mais qui en lui même est voué à être éphémère.

_________________
Ce qu'il te faudrait, c'est une bonne guerre.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Lun 19 Jan 2009 17:08 
5 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Fév 2004
Messages: 238
Localisation: Lille
Je suis assez intéressé par le mouvement (ça me fait penser, faut que je finisse "Please Kill Me" qui était vraiment plaisant à lire), le côté jenfoutiste de ces acteurs et toute la débauche qui va avec. Au final d'ailleurs je dois avouer que c'est surtout l'esprit punk et ce qui gravite autour du mouvement qui m'intéresse davantage que la musique en elle-même. J'aurai plutôt tendance à écouter ce qui a influencé les grands noms du genre (comme les Stooges, par exemple) ou par ce qu'on appelle le post-punk, avec Joy Division et les premiers albums solos d'Iggy (entre autres).
Bizarrement ce que j'ai écouté des Clash ou des Sex Pistols ne m'a pas plus botté que ça. Faudrait que je me replonge dedans un de ces quatre.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Ven 6 Fév 2009 17:47 
100 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 03 Juil 2008
Messages: 98
Localisation: Sur l'autoroute de l'enfer !!
Aller, pour le plaisir, j'nous est trouvé l'interview des Sex Pistols (sous-titrée français s'il vous plaît) où Bill Grundy se fait copieusement insulté ^^

Enjoy: http://www.dailymotion.com/relevance/search/bill%2Bgrundy/video/x2sb68_sex-pistols-bill-grundy-holler-and_events

_________________
Vous les intrus ! Prenez garde ! Trépas et pesantes douleurs feront couler sang du voleur qui sur moi un peu trop s'attache...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mar 17 Fév 2009 00:24 
125 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 16 Fév 2009
Messages: 988
Localisation: Au fond de ton regard.
Il manque une chose importante sur ce débat, le seul document écrit par un punk pour expliquer ce qu'est un punk: "The punk manifesto" écrit par Greg Graffin, le chanteur de Bad Religion dont voici le lien: http://henchman.free.fr/manifesto.htm.

Dans ce manifeste il explique que tout le monde peut être punk, que ce n'est pasque écouter un type de musique ou un style vestimentaire...
Etre punk c'est un etat d'esprit:

Le punk c'est celui qui se posera des questions sur ce qu'on lui dit, ce qu'il voit, ne pas accepter ce qu'on lui donne mais le comprendre.
Ne pas être dans la masse pour faire comme les autres ou par peur d'être exclu, il transcende ces idées la. Il fait ce qui lui plaît sans penser au fameux: qu'en dira t'on?.

La vérité réside dans la compréhension de ce qui est et non de ce qui devrait être, les punks cherchent à comprendre pour découvrir leurs réalités et pas celle qu'on leur impose.

Au final le punk c'est un individu libre, un peu comme les pirates de One Piece. Luffy dit qu'il n'y a rien au dessus du seigneur des pirates c'est l'homme le plus libre. Donc Luffy and co sont des punks?! Oui si on se tient aux arguments de Greg Graffin.
Lisez bien ce document et vous verrez que sa définition contient quelques germes de sagesse.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 13 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 4 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com