Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 21 messages ]  Aller à la page [1], 2  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: Kick-Ass
MessagePosté: Mar 20 Avr 2010 17:18 
475 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Jan 2008
Messages: 2366
Localisation: sur Sillage ... Poukram !!
Malgré un petit retard de quelques jours, j'ai effectivement pu voir ce film en avant-première (vendredi dernier ...).
Attention, je préviens qu'à partir de maintenant tout ce que vous lirez contiendra du Spoil et beaucoup de Spoil. Vous êtes (re)prévenu ^__^





Image
(Bande annonce) - vostfr










~ Synopsis ~

Dave Lizewski est un adolescent gavé de comics qui ne vit que pour ce monde de super-héros et d'incroyables aventures. Décidé à vivre son obsession jusque dans la réalité, il se choisit un nom – Kick-Ass – se fabrique lui-même un costume, et se lance dans une bataille effrénée contre le crime. Dans son délire, il n'a qu'un seul problème : Kick-Ass n'a pas le moindre superpouvoir ... Le voilà pourchassé par toutes les brutes de la ville. Mais Kick-Ass s'associe bientôt à d'autres délirants copycats décidés eux aussi à faire régner la justice. Parmi eux, une enfant de 11 ans, Hit Girl et son père Big Daddy, mais aussi Red Mist. Le parrain de la mafia locale, Frank D'Amico, va leur donner l'occasion de montrer ce dont ils sont capables ...




~ Avis ~


> Un rêve qui devient ... réalité

On y découvre donc un jeune homme Dave Lizewski, tout ce qui a de plus ordinaire et qui vit dans l'air du temps : il est un grand fan de comics, il est amoureux d'une camarade de classe qui ne le remarque même pas, Katie Deauxma, mais avant tout, est obsédé par l'idée de devenir un super-héros. Vivant dans un quartier somme toute banale et ayant marre de se faire racketter tous les jours par la même bande de voyous de son quartier et que personne ne réagisse, il décide un jour de passer à l'action. Il se trouve un costume (certes ridicule) digne de Superman et se baptise lui-même "Kick-Ass". Déterminé et un peu inconscient (même beaucoup je trouve, mais bon on va lui pardonner, hein ^^), sans être un colosse, il parvient à tenir tête à quelques délinquants, filmé par les téléphones portables de quelques adolescents. Ce petit exploit fait de lui un nouveau héros sur Internet (vive Youtube !).


> Mais la réalité va le rattraper plus vite qu'il ne le croit ...

Se sentant obligé d'assumer sa nouvelle notoriété, et pour les beaux yeux de Katie, Kick-Ass (Dave) tente de s'attaquer à plus fort que lui (cf la scène avec Razul). Mais cette fois, il ne s'en sort que grâce au soutien inattendu de la jeune Hit Girl et de son père Big Daddy, qui jouent aussi les super-héros pour essayer de faire régner la justice en ville. Tout aurait pu continuer ainsi et on aurait assister à des supers héros qui font régner l'ordre dans la ville, sauf que ... un certain Frank D'Amico, le parrain de la mafia locale déclare la guerre à ce Kick-Ass dont out le monde parle à cause d'un quiproquo qui a mal tourné. Dave, prit dans un engrenage monstrueux, se sent un peu dépassé par les événements.



"it's fucking awasome"




> De l'action au second degré

"Kick Ass" n'a rien d'un film psychologique. Matthew Vaughn - le réalisateur - mise avant tout sur l'action, tout en restant en permanence au second degré. Le film n'épargne rien. On est partagé entre des scènes comiques ... (surtout de la part de Dave, qui est vraiment loin d'être un vrai super héros) où cela tourne parfois au ridicule (cf la scène du chat) ou au comique de situation (lorsque quand Katie le prend pour un homosexuel suite à la rumeur qui a découlé après son accident et qui de ce fait, se rapproche de lui. Et que de ce fait, lui se fait passer pour ce qu'il n'est pas : un gay) ... à la dure et cruelle réalité : il se fait tabassé, bastonné, mettre en sang.


> Un film hors du commun ?

Ce film est un pur "OVNI". C'est complètement déjanté, politiquement incorrect, avec des dialogues vulgaires au possible (rendu encore plus possible et jouissif par le visionnage du film en VO - que je conseille bien évidemment). Je disais plus haut que le film n'épargnerait rien : la violence est omniprésente et jamais édulcorée (à mon sens, le comic est nettement plus gore que le film). Avec un style visuel très original qui plonge le spectateur dans un univers parfois réaliste, parfois invraisemblable, proche des comics, Kick-Ass enchaine les plaisirs déviants à un rythme effréné et parfaitement réussi.
Mais il n'y a pas que cela qui fait que ce film peut être considéré comme "à part". Je vais reprendre ce que j'ai évoqué plus haut ... C'est aussi son humour quasi "omni-présent". Je n'avais pas encore vu de films de super-héros où l'humour prenait une part si importante. Le résultat est largement positif. Les blagues qui varient sur plusieurs registres (la parodie de monument des comics et du cinéma, l'absurdité de certaines situations et les clichés sur l'adolescence : cf la scène du kleenex par exemple) sont franchement efficaces et font de Kick-Ass un film d'action comique réussi. Bref, c'est fun, original, captivant, délirant bourré d'humour et bien rythmé.


> Un super héros tout ce qui a de plus naturel

Dans tous les films du genre, le personnage central subit un accident (ex : Spiderman) ou un drame(ex : Batman), ce qui facilite forcément l’empathie et l’identification du spectateur, et qui apporte finalement une justification assez facile aux agissements masqués. Or là, pas du tout, loin des lamentations insupportables de certains, on se retrouve avec un jeune un peu idéaliste (fan de super héros et abreuvé de comics), looser sur les bords (on peut même dire en fait terriblement normal), et pour qui être un super-héros est cool. Cela change des registres précédemment évoqués et cela permet d'être plus attaché aux personnages. J'ai vraiment ressenti un attachement envers Dave et sa formidable histoire qu'il était en train de vivre. Même si au fur et à mesure de l'histoire, il s'est retrouvé emmêlé dans une histoire dont il était difficile pour lui de s'en sortir (vivant) ...


> Des références en veux-tu, en voilà !

- Référence (bien entendu) aux supers héros :
Hellboy au détour d’une affiche (impossible à rater -__-), Watchmen sur un toit d’immeuble ... Mais bien entendu, une référence évidente à Batman (Big Daddy; une de ses techniques qu'il a apprise à sa fille s'appelle "la vengeance de Robin", Red Mist fait un peu penser à Robin ou bien encore la Mistmobile), Spiderman (cf entre autre la scène où Dave vient retrouver Katie dans sa chambre et il embrasse la fille dont il rêve).

- Référence aux comics :
En plus, de faire référence à de nombreux supers-héros sorties de comics, on retrouve dans Kick-Ass de nombreuses allusions à cet univers des comics avec des effets de réalisations tirés de la structure d'un comic (récit en case, bulles comme dans certaines bandes dessinées ...)

- Références à des films :
Certaines scènes (notamment dans lesquelles intervient Hit Girl) font référence à Kill Bill, voire du Pulp Fiction ... bref, rendaient hommage à l'univers de Tarantino.
Mais on est tellement pris dans le film qu'on en oublie bien vite ce côté cruel et gore et morbide.


> Un casting original

On retrouve donc Nicolas Cage qui interprète un ancien policier (Damon Macready) plein de tendresse avec sa fille, mais qui peut aussi devenir totalement déjanté. D'ailleurs, à ce propos : on apprend en fait dans le film qu'il pratique une vendetta juste pour venger sa femme qui s'est suicidé (un peu comme si on tuait tous les marchands de tabac parce que notre femme était morte des suites d'un cancer des poumons). Sa fille n'a pas eu de véritable enfance. Il l'a initié depuis qu'elle est toute petite, elle baigne dedans (elle lui demande des couteaux pour son anniversaire, alors qu'à son âge, on demande plutôt des poupées ...) et côtoie son père dans ses préparations et surtout dans sa "salle" (remplie d'armes diverses accrochées partout sur les murs). (Une sorte de Léon ?) Il est totalement obnubilé par son désir de vengeance, qui est le plus fort.
Nicolas Cage constitue un tandem très convaincant avec la toute jeune Chloë Grace Moretz, qui n'a pas grand-chose à envier au professionnalisme du personnage joué par Jean Reno dans le "Léon" de Luc Besson (les plus grosses et les violentes scènes sont celles de Hit Girl) ... Une bonne révélation, pour ne pas dire la révélation du film ^^
On retrouve dans le rôle du "bad guy", un acteur qui avait déjà campé le rôle du méchant (le professeur Moriarty dans le dernier Sherlock Holmes), à savoir Mark Strong qui joue Franck D'Amico. Très convaincant et complètement cinglé (il tue sans raison : cf la scène où Batman est cité pour la première fois ou celle où il tue à la fois le prétendu Kick Ass et un passant ... oO)
Quant à notre super héros, Aaron Johnson campe aussi avec justesse cet adolescent pas très doué à l'école, timide, qui rêve d'être un super-héros.
Il ne fallait pas non plus oublier l'atout charme de ce film avec Lyndsy Fonseca, connue pour jouer la fille de Ted dans How I Met Your Mother, et qui incarne ici le rôle féminin principal.




"No power, no responsabilities ... except ..."





> Une morale ?

On peut même se mettre à tirer une morale de cette histoire. Kick Ass n'a aucun super pouvoirs, mais il a définitivement la mentalité d'un héros. Un héros est quelqu'un qui, discrètement, même pour une seule personne, fait une chose insensée au nom de ce en quoi il croit. Dans "Kick Ass", le costume du super-héros est l'élément déclencheur qui donne des ailes à ceux qui le porte, mais il révèle vite ses limites, tout en ouvrant de belles perspectives aux plus audacieux.
Sinon, ça soulève le fait aussi que l'on ne doit pas non plus rester impuissant, ni indifférent face à ce qui nous arrive et entoure, sans pour autant se prendre pour un super héros. Savoir se défendre, répondre et ne pas se laisser faire.



En gros, vous l'aurez compris, un très bon film qui m'a beaucoup plu tant par son histoire (originale ?) que par les excellentes scènes d'action mélangées avec de la bonne miousique ^__^




~ En plus ... ~


> De la musique ...



Image



La bande-son du film reste elle aussi dans la même veine que le film. Cela va du rock à de l'électro, en passant par du punk à du Morricone. L'effet ? Totalement entraînant et qui s'adapte parfaitement avec les scènes du film dont elles font référence ^^


♫ The Prodigy - Stand Up ♪

♫ Mika vs redone - Kick Ass ♪

♫ Primal Scream - Can't Go Back ♪

♫ The Prodigy - Omen ♪

♫ Ennio Morricone - Pour une poignée de dollars en plus ♪







Image

"Tu l'avais pas vu venir celle-là, hein ?"

_________________
Image


Dernière édition par el-d-brokeur le Lun 17 Jan 2011 14:22, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mer 21 Avr 2010 15:26 
Ô-Totoro
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Mar 2006
Messages: 3651
Localisation: Échappe à la connaissance
En y allant je ne pensais pas trouver un excellent long-métrage, simplement un film qui passe le temps sans qu'on s'emmerde mais qu'on ne gardera pas forcément en mémoire (vous savez, ceux qu'on a bien aimé mais qui n'apparaissent pas dans le topic des meilleurs films de l'année). Mes attentes étaient par conséquent assez "basses", mais cela ne m'a pas empêché de sortir du film déçu.

Déception due tout d'abord à l'histoire qui met atrocement du temps à prendre forme, restant le cul entre deux chaises durant les deux premiers segments du film (sur trois, ça fait beaucoup). On ne sait pas si KICK-ASS veut être une parodie sur les films de super-héros ou être un film de super-héros ; tant et si bien que ça patine pendant un moment entre d'un côté les références à la tronçonneuse (bien loin de celles au laguiole) et le quotidien du non-héros (la copine sexy qui le croit gay, les potes très clichément geek), de l'autre du serious business à toutes les sauces, de la baston, des morts, de la vengeance, de la mafia ect. Ce n'est que dans la dernière partie qu'on penche sérieusement vers ce second point et que le film se trouve une position moins inconfortable (car le cul sur une seule chaise, suivez un peu), que ça part à fond les ballons et ça en devient presque agréable. N'empêche qu'il y a pendant très longtemps un flottement entre comédie intimiste (le non-héros qui revête son costume et les répercussions sur sa sphère) et badasserie pure qui est très gênante et qui donne l'impression que le film a du mal à s'assumer. De plus, j'ai vraiment le sentiment de voir que l'histoire a été en grande partie merdée [la première scène ne sert strictement à rien, même pas à relier la fin et semble avoir été mise en catastrophe parce que dans le teaser ça le faisait grave, mais dans le film ça se casse la gueule], avec des scénaristes qui avaient quelque chose d'intéressant au départ mais qui s'effondre petit à petit. 90 % des personnages semblent être inutiles et des bouches-trous scénaristiques grossiers pour fastforwarder (Red Mist surtout, mais aussi les copains de Dave, voire même Katie). Je caricature, mais le traitement (même parodique) dont ils font l'objet me parait très faible. Je trouve l'actrice qui joue Hit Girl particulièrement irritable (dans le fameux style hollywoodien des gamins insupportable), mais son personnage doit être l'un des meilleurs donc ça compense.
Ensuite, comme évoqué plus haut, on sent que le réalisateur a voulu faire quelque chose de franchouillard (je hais cet adjectif mais faute de mieux, je l'emploie), mais les références sont très souvent placardées en très gros pour qu'on les comprenne (notamment le gros noir, avec son "J'ai toujours rêvé de dire ça : Dis bonjour à mon p'tit copain !"), tellement que j'ai du mal à les apprécier. Surtout lorsqu'on voit les efforts de stylisation (les bulles pour "Six mois auparavant", le passage en bande-dessinée ect.) qui ne sont pas très fins et utilisés de manière trop ponctuelle, comme si le réalisateur avait eu une bonne idée à certains moments, mais qu'à d'autres c'était le vide complet ; ce qui aboutit sur une stylisation (dont je ne suis pas fan, mais là n'est pas la question) partielle et insipide.
L'humour n'est pas un point fort, car très souvent prévisible. Je ne m'attarde pas longtemps dessus, parce que le seul gag qui m'a vraiment fait sourire était celui qui respirait le plus d'attitude geek ("Je ne verrai jamais la fin de LOST") et qui assumait le plus ce côté du film.
Viennent enfin les deux plus gros points noirs du film à mon sens : les scènes d'action, rappelant le pire de BATMAN BEGINS (ça tremblotte, c'est découpé n'importe comment et c'est illisible au possible, sauf dans les moments où le réalisateur veut nous montrer un gag) ; et la bande-originale, qui nous ferait presque regretter celle de WATCHMEN. Certes, y a de très bons morceaux dedans, mais rien n'a de cohérence, ça semble être de la référence pour de la référence ou du son pour faire cool, mais tout est tellement hétérogène que je la trouve complétement ratée. On peut avoir une bonne musique, si ça ne forme pas un ensemble, ce n'est pas une bonne BO.

Ces deux derniers points m'ont vraiment achevé. Ce qui fait que le film, même s'il se regarde sans regarder la montre, est une déception. Trop de petits détails irritables pour que je puisse l'apprécier. Je ne le conseille pas à grand monde, mais je suis en même temps quelqu'un de très chiant.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mer 21 Avr 2010 19:33 
500 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Mar 2007
Messages: 3604
Localisation: Académie Honnōji
Attendu, désiré, Kick-Ass se révèle simplement...
(Roulements de tambour avant que l'on sache si je rejoins la ligne incisive de Leto plus haut)

Jouissif.
(Et comme si elle avait déjà existé, ma crédibilité s'écrase comme le pauvre type du générique)

Pour une fois, il me paraît assez difficile d'avoir un avis net concernant ce film. Le spectateur lambda qui sommeille en moi m'indique qu'il y a deux-trois petites choses que je ne laisserais pas passer ailleurs. L'amateur de Comics qui sommeille à côté de lui m'indique que je dois me laisser porté par ce raz-de-marée de passion portée sur grand écran. Kick-Ass n'est peut-être pas le film parfait ou celui qui ravira tous les publics mais... Wow, qu'est-ce que ça a pu me coller un large sourire tout au long de la séance...

Un zoom sur les défauts mineurs avant de retourner sur la route parsemée de pétales de roses. Le premier, c'est l'ambiguïté de la teneur du film. On part quand même d'une situation de caricature acide pour terminer sur une allégorie ou presque de l'univers héroïque. L'un dans l'autre, c'est tout de même bien amené à mes yeux (notamment la dernière partie assez démentielle) mais ça surprend si on se remémore le film de tout son long. Le second, c'est que certaines références aux Comics ou la culture US sont trop appuyées par les personnages ou la réalisation alors que le spectateur n'a généralement pas trop besoin d'une telle aide. Des gros coups de surligneur démonstratifs envers les amateurs de cet univers, mais des coups de surligneur bien souvent inutiles et alourdissant le rythme. Après cela, je ne vois plus rien à rajouter. En avant la glorification de Kick-Ass.

Kick-Ass est tout d'abord un film qui a su me faire rire. Je conviens que ce que l'on y trouve est pour la plupart du temps du déjà-vu mais ça m'a bien fait rire (comme le gag sur l'action Kleenex par exemple). C'est bon-enfant, ça communique bien cette sensation, j'ai donc adhéré au délire inhérent au film. Pour preuve, j'ai même rigolé à un gag qui peut paraître pauvre qu'est celui du passage du test de la sono de la Mystmobile. Kick-Ass part donc avec ce bon point.

Bien évidemment, ce que j'ai bien apprécié dans ce film est ce qui le fait vendre de prime abord, à savoir sa caricature de l'univers des Comics. La rencontre de la théorie et de la pratique dans la première partie du film m'a bien plu. Si le volet Adolescence est traité de manière honnête (et surtout drôle comme écrit plus haut), le volet Héroïsme vaut vraiment son paquet de cacahuètes car bien que j'avais compris que le film serait assez violent, je ne m'attendais pas à ce que Kick-Ass en prenne autant dans les dents et montre par son exemple les limites de la bonne volonté. La construction de la figure héroïque selon Dave est assez singulière et tape gentiment dans la fourmilière sans toutefois y mettre le feu. Une démarche qui a une bonne valeur à mes yeux.

Un petit mot sur des choses annexes. Je pensais Kick-Ass comme un film qui se dévoilait trop dans sa communication, ses bandes-annonces et ses extraits mais... Non, on découvre que l'on s'est fait roulés au final si l'on a suivi toute cette communication et que l'histoire n'est pas si prévisible que prévu. Pour conclure sur ces points rapides, la BO m'a bien plu et sa grande hétérogénéité était utilisée d'une très bonne manière.

Reste à aborder ce qui m'a collé par dessus tout des étoiles dans les yeux dans Kick-Ass :

Image

Hit-Girl et son prévenant papa de Big-Daddy sont les deux plus grandes figures de ce film à mes yeux. Ça rejoint ce problème d'ambiguïté du film : Dave devrait être celui qui monopolise notre attention tout au long du film vu sa teneur initiale, mais bien qu'il tienne la route, ce duo lui vole littéralement la vedette. Big-Daddy tient pour le coup lui réellement des ficelles des super-héros traditionnels, mais on s'étonne de s'intéresser autant et si vite à un tel personnage de facture que l'on pourrait juger classique. Son sort m'a ainsi interpellé bien plus que bon nombre de personnages issus de Comics portés sur le grand écran. Et au-dessus de cet étonnant Big-Daddy se trouve l'incontournable Hit-Girl, personnage qui porte sur ses jeunes épaules le côté démentiel du film à mes yeux. Toutes les scènes de barbarie ultra-référencées qu'elle se coltine, ça a vraiment de quoi scotcher à l'écran et ça a énormément fonctionné auprès de moi. Le personnage rayonne assez intensément à l'écran et apporte des moments marquants à la pelle au film. Le côté détonnant du duo père-fille Hit-Girl/Big-Daddy va très certainement demeurer le meilleur point de ce film dans mon expérience.

Kick-Ass est un film qui m'a laissé une très bonne impression. Malgré son caractère clairement perfectible, le film est si généreux là où on l'attend depuis quelques mois et surtout là où ne l'attendait pas que l'on passe très vite l'éponge. Assurément un film qui va se tailler une place sympa dans mes souvenirs.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Jeu 22 Avr 2010 17:26 
475 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Jan 2008
Messages: 2366
Localisation: sur Sillage ... Poukram !!
En attendant d'autres témoignages sur ce films de la part d'autres membres, je vous laisse ces quelques vidéos et infos autour de Kick-Ass.

- Différentes interviews des protagonistes du film (vostfr)

- Un vidéo (assez courte) sur l'adaptation du comic : on peut s'apercevoir que le comic a été dans l'ensemble assez bien respecté. C'est un peu normal quand on sait que Mark Millar et John Romita (les auteurs du comic) sont les producteurs exécutifs du film réalisé par Matthew Vaughn. Donc, ils ont suivi de près cette adaptation.

- Interview de Matthew Vaughn à propos de Kick-Ass (en anglais)

- Une suite déjà en préparation ... (comic)

- Matthew Vaughn : un autre film de super héros ?

- Quelques petits secrets de tournage (dont un certain caméo et une autre référence dont je n'avais pas fait attention) ^^

Enjoy it (comme dirait un certain nain ...) ^__^

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Sam 24 Avr 2010 22:16 
100 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 12 Aoû 2009
Messages: 83
Localisation: Quelque part dans l'univers...
Je viens de voir ce film et j'ai tout simplement adoré!!

Merci pour les liens!


Belle morale en effet!

J'espère que le film sera un carton au boxx office pour qu'il y ait une suite!

Et je vous cache pas qu'à la fin, j'avais envie de me déguiser lol

Ps: A la fin, Dave arrête de se mettre en "kick ass" ou pas?


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Sam 1 Mai 2010 13:41 
500 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Nov 2005
Messages: 6950
Localisation: dans la lune
Bon ben moi j'ao tout simplement adoré! Vraiment, mais vraiment adoré le film, d'un bout à l'autre!

Je vais pas vraiment redéveloppé, vu que la balance entre les précédents avis donne un aperçu global de comment on peut recevoir le film, mais, personnellement, j'ai aimé le rythme, l'humour, les thèmes, les références, la mise en scène, globalement les comédiens, la narration, et ce truc bizarre qui fait qu'effectivement on ne sait pas où est positionné le film, mais qui en fait sa force pour moi.

Un super divertissement pour l'amateur de film d'action décalé, à très très large inspiration tarantinesque dans la mise en scène, déplacé côté teenage movie. Une sorte de monstre hybride pour l'amateur de comics, multipliant les références directes, visuelles, et les références indirectes, structurelles. Je n'ai pas encore lu le comic de Millar, mais ça me fait très très envie, et Millar remonte clairement dans mon estime, malgré le côté facile du sujet, après un run sur les Fantastic Four qui ne m'avait pas vraiment convaincu.

En tout cas un film qui m'a emballé, jouissif comme le dit Bullzor. Un des rares films vue récemment que je reverrais volontiers!

_________________
ImageImage


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Dim 2 Mai 2010 18:40 
200 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Juin 2007
Messages: 1262
Localisation: Sandford, UK
Je suis personnellement sorti assez mitigé de ce Kick-Ass.

Pourtant, il y avait de quoi séduire (la bande-annonce, "Pas de pouvoir ? Pas de problème!) et l'idée de faire un film de super-héros avec un adolescent qui a toujours rêvé d'en devenir un était bien délirante. Contrairement à Leto plus haut, j'ai bien aimé ce petit côté geek qui habite les personnages au tout début du film, malgré, il faut le reconnaitre, certaines scènes à la limite du parodique. Par exemple, les trop nombreux passages entre Dave et sa future copine ne sont pas franchement amusants (surtout avec la réplique assez cheloue : "C'est bête que tu sois gay en fait, hihihi"...).
Surtout qu'à peine habitués à ce petit quotidien d'ado banal, l'action arrive vite, très vite. Trop vite ? C'est visiblement l'impression que j'ai retenue de cette transition entre "l'introduction" au film et la suite des évènements. Avec la popularité grandissante de Kick-Ass, les risques se ramènent un peu trop vite, de même que les autres personnages, qui détrônent rapidement notre héros de la place de personnage principal. Je veux parler bien sûr de Hit Girl et de Big Dady, qui malgré leurs aptitudes dénuées de super-pouvoir, en jettent méchamment. C'est ce qui m'a le plus gêné du film : on nous présente Dave comme le héros du film, mais après avoir vu évoluer la gamine et son papa, on en a limite marre de voir Kick-Ass. Ses apparitions contrastent vraiment trop avec celle de Hit-Girl (grosse révélation bourrino-tarantinesque du film). D'un côté, des répliques du genre "Mais qu'est ce que je fous là ?! C'est vrai ! Je suis un super-héros ! lol" et de l'autre une gamine qui n'a pas sa langue dans sa poche et qui, en plus d'avoir des poses classes, trucide allègrement des vilains. D'où mon avis purement subjectif : Hit-Girl gère et pique la place du (z)héros à celle de Kick-Ass (qui l'a déjà perdu au profit de Red Mist, méchant pourri au charisme de cuillère, mais dont il est facile de se moquer).

C'est vraiment ce qui m'a gêné le plus dans Kick-Ass et c'est bien dommage vu que le film présente pas mal de bons points pour un projection à cerveau débranché (la musique (Ennio Morricone, que faites-vous ici ?! *_*), les scènes d'action vraiment venues d'ailleurs).

EDIT : J'ai quand même surtout vu le film comme taranti-nesque/nien (d'ailleurs, c'est quel mot qui convient ici ?) pour les scènes d'actions : les nombreuses scènes avec Hit-Girl en mode pète-tout me rappelle globalement tout ce que le cinéma de Tarantino fait en matière de violence (qu'elle soit physique ou verbale (première réplique de la gamine à base de "motherfucker")). Après, c'est sûr que pour le coté décalé de certaines situations propres au réalisateur, il n'y a pas trop de similitudes entre ses films et Kick-Ass.


Dernière édition par Blitz le Dim 2 Mai 2010 19:14, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Dim 2 Mai 2010 18:57 
Ô-Totoro
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Mar 2006
Messages: 3651
Localisation: Échappe à la connaissance
Le côté très geeky du film ne m'a pas dérangé (je me répète mais la réplique la plus geek du film est celle qui m'a fait franchement rire), c'est plutôt que le film est le cul entre deux chaises (côté geek parodique et côté serious business du film d'action ordinaire) qui ne m'a pas fait entrer dedans totalement.
Et je n'arrive toujours pas à voir ce que KICK-ASS a de tarantinien, je vois le fond comme complétement différent et même la forme m'en parait très éloignée.

[Complétement autre chose mais j'ai trouvé très étrange le passage où l'on voit ce qui s'est passé dans le hangar avec Batm... Big Dady et que la caméra de surveillance se substitue à une caméra "classique" pour une vue de l'action directement de l'intérieur. Ca m'a paru très maladroit personnellement.]


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Dim 2 Mai 2010 19:42 
500 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Nov 2005
Messages: 6950
Localisation: dans la lune
La forme emprunte énormément aux codes Tarantinesques pour moi, en particulier kill-bill, peut-être aussi par un jeu de retour bd-cinéma: Tarantino est un cinéaste qui regarde du côté de la bd (alors que d'habitude c'est complètement l'inverse), et là on sent le regard en retour. Le décalage ludique dans la gestion de l'action, sa rapidité et son côté quasiment inopportun quand elle survient rappelle le Tarantino de Kill Bill. la scène "bd" rappelle directement encore je trouve à la fois kill-bill (scène bd du volume 1) et Tarantino (dimension réflexive de l'action).

Sinon, ben justement, le coup de la caméra de surveillance qui "s'émancipe", j'ai trouvé ça super bien fichu, et une bonne idée qui perturbe le rapport spectateur/image. D'autant que avec la fin du film et la scène de torture, ça joue de manière assez habile selon moi. Et peut-être que ce côté très hybride du film et de ses effets qui fait sa qualité pour moi (entre autres) et ses défauts pour toi. Il y a bien un truc pas net, mais je trouve que c'est un bonne perspective personnellement!

_________________
ImageImage


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Dim 2 Mai 2010 20:40 
500 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Mar 2007
Messages: 3604
Localisation: Académie Honnōji
Leto der Zweite a écrit:
Et je n'arrive toujours pas à voir ce que KICK-ASS a de tarantinien, je vois le fond comme complétement différent et même la forme m'en parait très éloignée.

Pour la forme, il suffit de se pencher du côté de la séquence où Hit-Girl se tape tout un immeuble de méchants pas-beaux à désosser ; ça m'a fait furieusement penser à Kill Bill tout de même dans la mise en scène et le choix de la bande-son (et Hit-Girl de me rappeler Gogo du Volume 1 avec son accoutrement initial). Pour le fond, je vois un traitement similaire de la violence portée à l'écran, une débauche excessive qui doit minorer sa réception auprès du public quant à sa dureté. Après, libre à chacun d'y voir un calque délibéré ou imparfait selon sa réception, mais ces séquences me semblent indiquer qu'il y a une influence artistique qui dit clairement son nom.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Dim 2 Mai 2010 21:19 
475 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Jan 2008
Messages: 2366
Localisation: sur Sillage ... Poukram !!
Perso, moi le côté "Kill-Bill", je l'ai retrouvé surtout et principalement au niveau d'Hit-Girl. Tout d'abord, par rapport à la violence : il faut bien avouer que les scènes les plus violentes sont celles où elle est présente !
Puis, par rapport aux scènes de combat (maniement du sabre, quand elle combat toute une panoplie à elle toute seule de méchants ..). Bref, pour moi, ça m'a tout de suite fait penser à cela. Je n'avais pas vraiment tilté sur le côté "bd", comme l'a remarqué seleniel.

Leto a écrit:
[la première scène ne sert strictement à rien, même pas à relier la fin et semble avoir été mise en catastrophe parce que dans le teaser ça le faisait grave, mais dans le film ça se casse la gueule]
La scène introductive (visible dans la bande-annonce) donne le ton, un jeune homme portant un costume de super-héros ailé se jette dans le vide sous les yeux de badauds extatiques anticipant de le voir redresser au dernier moment sa chute et les survoler. Sauf que l’apprenti justicier se fracasse durement sur le toit d’un taxi. La voix-off qui nous accompagnait jusque là précisant que le nouveau cadavre souffrait de troubles psychologiques. Une première séquence annonçant ce qui articulera le métrage, soit la violente discordance entre le fantasme et la réalité d’un jeune garçon désaxé. A la différence que Dave a conscience de ses limites et de la frontière insurpassable entre son univers de geek introverti et celui des tueurs, qu’ils soient "encapés" ou non.

Au niveau de la musique (et pour continuer sur le Tarantino):
Leto a écrit:
Certes, y a de très bons morceaux dedans, mais rien n'a de cohérence, ça semble être de la référence pour de la référence ou du son pour faire cool, mais tout est tellement hétérogène que je la trouve complétement ratée. On peut avoir une bonne musique, si ça ne forme pas un ensemble, ce n'est pas une bonne BO.
Vaughn marche bien sur les traces de Tarantino dans l’utilisation qu’il fait de morceaux de musique pour illustrer ou souligner la scène qu’ils accompagnent. Ce n’est pas seulement parce qu'il utilise la musique de Et Pour Quelques Dollars De Plus de Ennio Morricone lorsque Hit-Girl déguisée en écolière pénètre dans le hall de l’hôtel de Franck D’Amico.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Lun 3 Mai 2010 18:02 
Ô-Totoro
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Mar 2006
Messages: 3651
Localisation: Échappe à la connaissance
Je suis d'accord pour dire qu'il y a quelque chose de kill-billien dans KICK ASS, et peut-être que le fait que KILL BILL soit son oeuvre la plus populaire avec PULP FICTION fait que le ressenti du film KICK ASS peut faire penser à Tarantino, mais globalement je trouve que le film évoque difficilement le style tarantinien (non pas KILL BILL ne soit pas tarantinien, bien au contraire), si ce n'est dans une partie de sa forme (mais je suis certainement dans l'erreur vu que seleniel y a vu une dimension réflective, dommage j'ai dû passer à côté). Je ne dis qu'une partie parce que d'un point de vue du rythme, les deux oeuvres ne me semblent pas comparables. J'ai l'impression d'avoir cafouillé grave dans mon propos, excusez-moi.
Et d'un point de vue de la musique, ça me parait être carrément différent du style tarantinien, étant donné que la plupart des musiques me paraissent beaucoup plus "récentes" (très 90's - 00's) et moins typées que celles des films de QT (l'utilisation des musiques d'Ennio Morricone, de western en général, ne se limite pas à une seule piste). Là, ça se promène, ça va partout à la fois ; mais je n'y ai pas trouvé la même cohérence, d'où le fait que je ne l'ai pas aimé.

Je ne nie pas non plus que Vaughn n'ait pas volontairement fait un hommage à Tarantino, mais personnellement il m'a en grande partie échappé. Je me répète mais d'un point de vue formel et musical (même la typographie de l'affiche !) rapproche instinctivement plus le film du côté de WATCHMEN que d'un KILL BILL. Sans que ce soit forcément préjudiciable, hein.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Lun 3 Mai 2010 19:10 
10 000 Berrys

Inscription: 18 Juil 2009
Messages: 54
Localisation: Six feet under
QUELLE TUERIE CE FILM !!!

Même si les dernières adaptations Marvel m'ont bien plu (Iron Man 1 et 2, L'incroyable Hulk, Watchmen, Sin City), je doit bien dire que c'est la première fois que j'ai envie de lire le comics dont le film est tiré ! Bien funky, bien sanglant (une gamine de 12ans qui fait des trucs comme ça, WOUAH ! Je suis fan !), des petites touche d'humour, de la bonne musique... C'est un film à voir, vraiment, c'est pas le chef d'œuvre du siècle, c'est sur, mais je ne regrette pas d'avoir dépensé 6euros pour le voir !

En effet, en sens bien la petite touche KILL BILL, notamment comme l'a dit el-d-brokeur avec Hit Girl, les combat au sabre, les sang qui gicle de partout de façon plus ou moins (plutôt plus) exagéré. Sans oublier la musique qui donne le côté "funky" au film, qui donne de "la vie" aux scènes d'action, si je puis dire, comme "Bad reputation" de Joan Jett lorsque Hit Girl se bat vers la fin du film, c'est le genre de scène qui me donne envie de me mettre dans la peau du personnage et de tous les dégommer à sa place ;p. De plus, il y a en effet le coté BD, geek. Ce film rend en quelque sorte hommage aux comics de la même façon que Tarentino qui rend hommage a de grands classiques cinématographiques dans Kill Bill (avec du talent en moins, tout de même, c'est comparable à moindre mesure).
Néanmoins, je pense qu'il vaut mieux lire le comics, si ma théorie se révèle juste, un comics rendant hommage aux comics est plus appréciable qu'un films rendant hommage aux comics.

Encore une fois, ça reste un bon film, bien délirant, pas culte, mais à voir. :luffy langue:

_________________
"Le tabac est mon légume préféré."

Frank Zappa

Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Lun 3 Mai 2010 19:39 
150 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 06 Fév 2007
Messages: 1044
Localisation: You are in jungle baby !
Loin de participer au débat tarantinesque/pas tarantinesque, je me permets tout de même de donner mon avis..

Un bon film assurément à contre courant du film de super héros avec un coté décalé et "frais" ( comme menthos ) qui s'impose..Les codes sont constamment remis en question et le héros oscille souvent entre looser patenté et héros en devenir...Certaines scénes sont d'ailleurs vraiment sympas et Kick Ass remplit son office de divertissement fun et sans prise de tête...Moins de reflexions que dans Watchmen, plus de liberté prise avec les figures du héros par rapport aux autres super héros movies....

Ca se regarde comme on boit un cocktail fruité , d'une traite et on peut repartir direct \o/

ps: Nan en fait je vais participer, c'est kill billien mais pas tarantinesque...!

_________________
Les idiots sont marrants. Pas étonnant que tous les villages en veuillent un.

Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Lun 3 Mai 2010 21:31 
500 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Nov 2005
Messages: 6950
Localisation: dans la lune
Leto II a écrit:
(mais je suis certainement dans l'erreur vu que seleniel y a vu une dimension réflective, dommage j'ai dû passer à côté).

La scène sous forme bd, en plus d'être pour moi dans le contexte comme une citation appuyée vers Kill Bill, est explicitement réflexive dans la mesure où un personnage met en image sa vie, mise en image qui devient animée avec la caméra qui "bouge" dans un cadre lui figé (jeu avec les deux supports présents ici référentiellement parlant: bd et cinéma). On a un effet de mise en abyme narratif (histoire racontée dans l'histoire, avec un redoublement "décroché" de la 1ère personne qui assure la narration), mis en oeuvre par une mise en abyme formelle (la plongée dans la bd fictive).

Evidemment, la dimension réflexive doit être plus forte dans la bd, et là, on est dans un clin d'oeil vers Watchmen (la bd). Mais l'usage dans le film (Kick Ass) me semble plus tirer vers Kill Bill. A la rigueur, on peut dire que la "faiblesse" du film c'est d'adopter une réflexivité comics alors que c'est un film (même problème que dans Watchmen le film, en bien moins complexe quand même). Mais bon, ça me semble plus léger globalement que Watchmen, et le travail joue davantage sur le clin d'oeil, la référence en passant, ou l'effet de style.

D'ailleurs, plus je repense à cette scène bd, plus je me dis qu'elle sert de pivot ou de liant pour d'autres trucs bizarres du film:
- elle explique pourquoi d'Amico nous est présenté d'abord à travers le portrait qu'en fait Big Daddy (à ce moment, on ne sait pas qu'il dessine un comics)
- la plongée à l'intérieur de l'image figée annonce le coup de la caméra de surveillance du hangar qui "décroche" de l'oeil du spectateur fictif (le fils et son père) pour suivre l'action de Big Daddy.

_________________
ImageImage


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 21 messages ]  Aller à la page [1], 2  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com