Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 3 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Shin Megami Tensei : Persona 5
MessagePosté: Mer 23 Aoû 2017 19:30 
Chasseur de Rêves
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 11 Nov 2004
Messages: 2451
Localisation: Nulle part ailleurs
Don't ask why I'm ready but I'm ready to
Strike this topic down now



PERSONA 5



Image



Voilà donc, j’ai terminé Persona 5 et c’est une nouvelle fois que surgit ce sentiment de solitude que l’on ressent lorsqu’on termine un bon, très bon RPG, et punaise Persona 5 est un excellent JRPG comme on aurait pu s’y attendre. Après 110 heures de jeu que j’ai passées au cours d’une phase assez intense de ma vie, je dois dire que ce jeu m’a offert une fenêtre que je qualifierai de salvatrice, nécessaire et qui m’a permis de m’aérer l’esprit, d’apprendre, de réellement réfléchir sur plus d’un point et de m’amuser comme pas possible ! Par le gameplay, par le level design, par la musique, par l’histoire et par un script de folie !!! Un jeu mémorable.

Pour exposer cela commençons par le commencement.


Where it all begins

Persona 5 raconte l’histoire d’un adolescent qui un soir, en rentrant chez lui, a le malheur de s’interposer au cours d’une dispute (ou plutôt une agression) entre un homme et une femme où ce dernier semblait forcer la première à l’accompagner dans sa voiture. Le protagoniste suite à cette intervention se voit alors menacer par l’assaillant qui lui révèle être quelqu’un d’important et d’influent avant de l’attaquer et de se blesser par lui-même dans cette tentative. L’homme entre alors dans une rage folle et oblige la femme à témoigner contre le héros la poussant à le désigner comme responsable de sa blessure ou sinon il dévoilerait des secrets la concernant… puis la police arrive… et c’est ainsi que notre perso se retrouve inculpé d’un crime qu’il n’a pas commis, se voit infligé d’une probation et est envoyé vivre à Tokyo pour une durée d’une année…

Image


Il va donc vivre dans le grenier du Café Le Blanc situé dans le quartier Yogen-Jaya et tenu par Sojiro Sakura, son tuteur pour l’année. Il est également inscrit à la Shujin Academy où il va effectuer son année scolaire. Inutile de préciser que tous, Sojiro, les enseignants et les lycéens, le considère comme un délinquant dangereux et à éviter… une superbe année en perspective…

Au cours des premiers jours, le héros fait d’étranges rêves la nuit où il se réveille dans la Velvet Room, accueilli par Igor qui lui prédit un avenir très intrigant. En plus de ces rêves, il remarque une nouvelle application sur son smartphone et qu’il n’arrive pas à effacer.

Au lycée, le protagoniste remarque également que tout ne tourne pas aussi rond que ça en a l’air et qu’un certain enseignant de volleyball, M. Kamoshida, semble avoir une réputation plutôt sulfureuse mais personne n’ose le critiquer ou même en parler car c’est un peu la star, vu tous les trophées que le lycée décroche grâce à lui et à son entrainement on va dire musclé. Seul Ryuji, un lycéen également considéré comme un voyou, semble se rebeller contre cet enseignant…

Un matin où Ryuji rencontre par hasard le héros à la sortie du métro, les deux font le chemin ensemble direction le lycée. Ils parlent alors de Kamoshida et Ryuji n’hésite pas à exprimer tout le dégout qu’il a pour cette personne, qui se considère comme un roi dans un château, un château qui pourrait être leur lycée. Et là c’est le déclic… l’application du smartphone du héros s’affole lors de la prononciation des mots « Kamoshida » et « Château » et les deux personnages s’étonnent de voir apparaitre alors un véritable château à la place de leur lycée et d’y trouver à l’intérieur un « Kamoshida » déguisé en roi entouré de gardes qui ne sont autres que les Personas…

C’est ainsi que débute l’histoire de Persona 5…

P(a)lace aux Phantom Thieves

Dans Persona 5, le personnage principal et ses acolytes au cours de leur long périple (ou leur « réhabilitation » comme dirait Igor) feront face à plusieurs antagonistes tous caractérisés par un égo démesuré, tellement démesuré qu’ils se sont créés de véritables Palaces dans leur esprit ou leur cognition. Ces Palaces diffèrent en fonction du personnage concerné, ça peut être un Château comme pour Kamoshida, ou alors un Musée pour un autre… mais pas de spoil. Pour y accéder, il faut avoir le nom de la personne et l’aspect que pourrait avoir son Palace.

L’équipe que vous incarnez et qui aura pour nom « The Phantom Thieves » va alors se faufiler à l’intérieur de ces Palaces, non pas dans le monde réel mais dans un monde psychique où ils devront combattre des Personas à la solde du Boss et tenteront au final d’arriver à la dernière salle de cet édifice afin d’y dérober LE Trésor du maitre des lieux. Le Trésor ? Ce dernier diffère d’un Palace à un autre mais il s’agit en réalité de la chose la plus précieuse aux yeux de l’habitant. En parvenant à leur objectif, ils pourront ainsi briser la volonté de ce dernier et le pousser à une sorte de dépression puis à avouer tous ses crimes, en public, dans le monde bien réel, mettant ainsi fin à ses méfaits et divulguant sa réelle nature aux yeux de tous.

Chaque membre de votre équipe s’éveillera à sa propre Persona lui permettant d’affronter les ennemis dans ce monde psychique appelé Métaverse (probablement la contraction de métaphysique et d’univers) que ce soit le Palace ou Mementos. Mementos représentant une sorte de Palace gigantesque et interminable ne semblant pas avoir de fin. Si les Palaces sont propres à une seule et même personne, Mementos représente par contre le Palace de toute la population de Tokyo ! Mais que se cache-t-il à la fin de ce donjon quasi-infini ? A vous de trouver la réponse.

A noter que lorsqu’ils s’éveillent à leur Persona, les personnages portent alors un masque, un artifice qui remplace les lunettes dans Persona 4 ou le pistolet dans Persona 3.

Le principe de rentrer dans la tête des gens pour leur faire changer d’avis ou pour les soigner, cela a déjà été vu dans d’autres RPG sans en être la base, comme dans Wild Arms où Cecilia pénètre dans le rêve de Rudy pour le libérer de ses traumatismes, ou alors dans Xenosaga quand toute l’équipe pénètre la conscience de Shion également pour l’aider à vaincre son passé douloureux. Cette approche est actuellement reprise par Miura dans Berserk. Toujours dans le manga on note également une similitude avec Death Note, avec des héros intervenant dans l’ombre et utilisant un moyen paranormal afin de châtier les vilains, bien que cela n’aille pas jusqu’au meurtre, quoique…

Ce principe des Palaces donne lieu à des level et game designs excellents, très plaisant et qui étonne à chaque fois lors de la découverte de la forteresse d’un nouvel ennemi. Les références sont extrêmement multiples, que ce soit la littérature, le cinéma, la pop culture, la musique… et donnent un tout très plaisant, intelligent et pas du tout indigeste. L’évolution dans chaque nouveau donjon est différente et se fait de manière intuitive, les créateurs ayant pensé à tous les clichés se rapportant à l’édifice tout en réussissant à nous surprendre à plusieurs moments. Le design est également sublimé par la maniabilité des personnages qui se faufilent comme de vrais voleurs.

Image


Beaucoup de références mythologiques ou populaires se glissent lors de l’exploration des Palaces, se manifestant sous forme de Persona. Pour rester avec l’exemple du Château et de Kamoshida, on trouvera dans le donjon de ce dernier, et de par sa personnalité perverse et arrogante, des chevaliers et des succubes par exemple sans parler d’ennemis à la forme plus que suggestive. Alors je vous laisse imaginer le reste des Personas qui vous attendent dans les autres Palaces et auxquels vous devrez faire face.


Le propos de Persona 5

Mais de quoi traite Persona 5 ? Difficile de pouvoir tout aborder tant le jeu navigue entre divers thèmes portant essentiellement sur la société moderne. On retrouve par exemple l’exploitation de la jeunesse par les adultes et un paternalisme pesant ce qui mène à un des principaux sujets du jeu, la rébellion et l’affirmation de soi. Il y est également abordé l’autre versant de ce type de comportement à savoir le laisser-aller de la population moderne et son silence face aux évènements, même les plus choquant, acceptant tout ce qu’on lui impose ou tout compromis du moment que cela n’implique pas d’effort ou de réflexion de sa part sur le bien fondé de la chose et si l’offre n’implique pas non plus de risque de voir la routine de sa petite vie perturbée. Là on retrouve vraiment le sujet clé de Persona 5.

Le propos évolue également avec nous, les joueurs, étant forcément devenus parents pour certains, les thèmes de paternité et de maternité sont ainsi soulevés à travers les difficultés inhérentes à la situation, soit par la mise en scène de parents hélicoptères hyper protecteurs ou d’autres qui exploitent leurs enfants ou les délaissent totalement pris par leur boulot ou ne sachant comment s’y prendre.

En vrac on retrouve également le poids actuels des réseaux sociaux sur internet, les préjugés qui empêchent les gens d’aller vers les autres, le chantage, la vie avec un lourd passé, l’obsession de réussir, la pression médiatique mais également la pression subie par les médias, tout particulièrement le métier de journaliste d’investigation. D’autres thèmes sont également abordés, dont la politique, qui devient même centrale, et là je fus étonné devant la justesse du discours et sa concordance avec l’actualité, c’en est troublant et on pense directement à des exemples réels, mais une nouvelle fois je ne veux pas spoiler. Mais sur ce point politique, c’est une des plus belles réussites de Persona 5 !!! Il faut le faire rien que pour ça.

Image


La réussite ou plutôt la crédibilité de la trame dans Persona 5 tient beaucoup à une évolution douce et ultra bien ficelée de l’histoire sans parler d’un script qui m’a épaté, si brillant qu’on ne peut que le remarquer, rapidement et aisément qui plus est. Les lignes de dialogues de certains personnages comme Akechi m’ont scotché et l’on s’étonne à se trouver lire et relire une boite de dialogue tant elle est riche de sens, bien amenée et intelligente. Les raisonnements et les remarques sur centaines situations sont bien amenés, et c’est clairement un des points forts de Persona 5 et je n’imagine pas le temps nécessaire pour leur rédaction. La traduction m’a personnellement bien plu et je l’ai trouvé très accessible, à l’exception de l’argo qui des fois va aller chercher des tournures de phrases bien perchées. Persona 5, le seul jeu où l’on trouve de l’anglais médiéval côtoyant de l’argot.

Graphiquement le jeu est très beau et on y note une ambiance assez dandy tout particulièrement avec le Café Leblanc où vous résidez mais également flashy avec des palaces très réussis et aussi extravagants que leurs hôtes. Mementos est assez lugubre mais cela concorde parfaitement avec le thème principal de l’histoire. Sur le plan artistique la présence d’un personnage comme Yosuke et dont l’art occupe une place importante dans sa vie, représente bien cette place spéciale qu’occupe l’esthétisme dans ce Persona 5.

Image


Tous les personnages sont globalement réussis mais assez irréguliers où certains se détachent clairement du lot, ou peut être que cela diffère avec les préférences. Ils bénéficient cependant tous d’un excellent chara design tout particulièrement celui à l’intérieur des Palaces où ils portent leur tenus de Phantom Thieves, une tenue qui reflètent leurs esprits rebelles.


Comment passer ses journées ?

Bien arranger son temps est très important dans Persona 5 quand on sait que le jeu se déroule tout le long d’une année et que les jours sont comptés et défilent assez vite…

Image


Dans Persona 5 on retrouve une nouvelle fois les Social Links, à savoir des liens que vous pourrez tisser avec des confidents un peu partout dans la ville de Tokyo et ses différents quartiers, D’ailleurs le jeu donne un aperçu très plaisant de ce que l’on peut faire dans la ville et des particularités de chaque quartier.

Chaque confident représentera une carte du jeu de tarot. Plus votre lien avec cette personne (carte) est avancé plus vos personas seront fortes, là pas de soucis, on retrouve le même principe que dans Persona 3 et 4, sauf que dans le 5, les confidents vous permettront de bénéficier de bonus très intéressants qui vous permettront de faciliter votre aventure, avec un impact aussi bien dans le monde réel que dans le Metaverse, tout particulièrement les combats, comme par exemple la possibilité de pouvoir vous sortir d’une embuscade tendue par des ennemis ou alors de mieux négocier avec eux. En effet, la négociation comme dans Persona 2 avec les ennemis est revenue et vous permettra à la fin d’un combat de discuter directement avec l’ennemi permettant ainsi soit de recruter une persona, soit de lui soutirer un item ou de l’argent. Le retour d’une option qui peut rebuter au début mais qui devient assez intéressante au fil et à mesure que l’on avance et que l’on maitrise l’art de la négociation.

Image


En plus des social links il est important dans Persona 5 de faire évoluer ses skills qui sont représentés par la gentillesse, la dextérité, l’intelligence, le courage et le charme. Ces 5 caractéristiques vous permettront entre autre de débloquer des social links ou alors d’avoir des avantages. Pour développer ces skills, la ville de Tokyo et ses différents quartiers vous offrent plein d’options, comme le cinéma, des petits boulots, les salles d’arcade, les restaurants, les libraires, les maid cafés, la pêche… etc. D’autres moyens s’offriront à vous également comme les cours au lycée ou alors prendre soin de ses plantes la maison !

Il faudra donc bien gérer son temps afin de faire évoluer le plus vite possible ses social links permettant d’avoir les personas les plus fortes et les bonus les plus intéressants.

Image


En plus de cette vie de tous les jours, vous devrez aussi aller combattre dans les Palaces et Mementos. Plus vous terminerai un donjon rapidement plus vous aurez du temps pour vos social links, plus vous serez forts et plus vous pourrez terminer les donjons encore plus vite… ainsi de suite… Grosso modo cela résume le mécanisme d’avancement dans Persona 5 bien que des exceptions peuvent apparaitre dans le déroulement des évènements… Sur le plan combat, pas de grandes modifications sinon, on retrouve un classique tout par tour, bien dynamique et pouvant se révéler rapidement fatal si l’on ne respecte pas les lois d’affinités et de faiblesses. On retrouve cependant l’appariation de quelques nouvelles affinités (Psy et Nucléaire) ainsi que l’utilisation d’armes à feu qui importe un petit plus tactique aux combats.

Image



Mais tout ceci doit être bien rythmé

Le jeu perdrait grandement en valeur sans les superbes compositions de Shoji Meguro qui une fois de plus nous pond une très belle OST, très soignée et qui colle parfaitement au thème de voleur dandy de cet épisode.

Comme dans chaque Persona on retrouve deux grandes catégories de musiques, celles qui jalonnent la vie de tous les jours en ville et celles qui rythmes les expéditions dans les donjons.

Pour les premières, je dois dire qu’elles ne m’ont pas accroché aussi rapidement que celles de Persona 4. Je pense que Butterfly Kiss est vraiment le morceau qui m’a plu dès la première écoute et qui installe rapidement une ambiance comme qui dirait chaleureuse. Le thème des examens est généralement toujours une réussite dans les Personas et dans celui-ci on ne déroge pas à la règle, dans Life Goes On, on retrouve une magnifique intro à la basse et un swing merveilleux. Perso ce n’est pas la musique que j’avais aux oreilles lors de mes exams, j’aurais aimé…

Autre thème majeur, la musique du chez soi, et c’est je pense LA musique caractéristique de ce Persona 5. Beneath the Mask est un thème lent qui accompagne le joueur souvent et qui reste bien en tête, surtout que les paroles, très bien trouvées, collent parfaitement à l’histoire. A savoir que ce morceau possède plusieurs versions dont une lors des nuits pluvieuses et encore plus calme que l’originale.

Un RPG qui traite de la remise en question et du regret face à un comportement inapproprié nécessite des titres de circonstance qui doivent retranscrire des états d’âme perturbés et torturés, dans ce registre Sunset Bridge, Regret ou Confession Secret assurent haut la main cette fonction, le genre de titres qui confirme que Meguro est hautement impliqué dans la trame et réussi à chaque fois à donner le bon titre pour la bonne scène, et dans un jeu comme Persona 5 où l’immersion est indispensable, ce point est crucial !

Pour ce qui est Palaces et des thèmes de combats, là on retrouve ce qui me semble être une des zone de confort de Meguro qui a composé pour ce Persona 5 plus d’un titre mémorable, que ce soit les musiques accompagnées de chant ou non, on retrouve vraiment sa patte. Je trouve cependant qu’un effort a été réalisé pour ce qui est de la pronociation avec une chanteuse, Lyn Inaizumi, que l’on retrouve dans tous les morceaux chantés et qui a une superbe voix et qui m’a plus d’une fois surpris aussi bien dans les notes graves qu’aigues. Par exemple dans un des thèmes clés du jeu, Rivers in the Desert elle nous dévoile tout son talent à un passage donné et qui me file la chaire de poule à chaque écoute, voilà le passage en question, à écouter jusqu’au moment dit que vous reconnaitrez surement ! Rivers in the Desert c’est vraiment Persona 5, ce titre est magnifique, les paroles, la musique, les variations, WOW !!! Probablement mon préféré de toute l’OST, une chanson qui rend honneur aux JRPG.

Un autre thème de combat et qui cette fois donne la part belle à la guitare électrique, c’est bien Blooming Villain et qui va à merveille lors des combats contre les Boss, avec ces moments calmes où l’on doit établir sa stratégie, puis viens le moment épique avec la guitare, clairement un des thèmes forts.

Pour les donjons, les titres sont me semble-t-il inégaux en qualité, avec certains qui se détachent de la mêlée comme The Whims of Fate ou Price qui démontrent une nouvelle fois tout le soin apporté par Meguro.

A savoir que le dernier jour de visite des donjons et juste avant l’affrontement final avec le propriétaire des lieux, vous aurez droit à une superbe chanson, des fois en version instrumentale, des fois en version chantée, je vous laisse cette dernière. Un morceau dont le titre est assez évocateur, Life Will Change avec ces bons coups secs de violons… excellent.

L’OST de Persona 5 est donc une réussite, on retrouve plein de thèmes que l’on apprécie dès la première écoute et que l’on continue de découvrir surtout quand on se penche sur les paroles très recherchées comme dans Beneath the Mask. Cependant je dois dire que le heartbeat heartbreak de Persona 4 n’a pas encore été détrôné…


The last ace in a lost hand

Si vous vous dites que les JRPG c’est de l’histoire ancienne alors stop ! Vous avez là une rivière dans un champ aride, le dernier As d’une main faible, un battement de cœur pour un homme étain, une oasis en plein désert… Persona 5 est donc bien le RPG attendu depuis longtemps et qui se révèle être digne de toutes ces attentes. On retrouve les mêmes mécanismes que les deux précédents ainsi que des particularités de titres plus anciens, mais Persona 5 ne se contente pas de reprendre et d’améliorer, il propose lors de cette superbe histoire tout un système d’évolution et de donjons novateurs et très rafraichissants, gardant le joueur scotché autant par le gameplay que par la trame, cette dernière étant renforcée par un casting de qualité, non seulement grâce aux personnages principaux, mais surtout grâce aux personnages secondaires dont certains surpassent les protagonistes de base.

Persona 5 est un must do, pas d’excuses pour passer à côté d’un JRPG pareil qui propose une très belle histoire, avec des situations bien ficelées, un script de folie et une évolution très attractive. Alors enlevez votre masque, ce déguisement, cet endroit où vous vous cachez, ces ténèbres et jetez vous dans l’arène !

Image



And our voices ring out, here
Took the mask off to feel free
Fought it out in the debris
Now we know that life will change

_________________
Image
Lezard Valeth a dû maitriser les mystérieuses règles du forum... pour pouvoir déchiffrer la Pierre Philosophale.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Shin Megami Tensei : Persona 5
MessagePosté: Mer 6 Sep 2017 21:07 
Ô-Totoro
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Mar 2006
Messages: 3646
Localisation: Échappe à la connaissance
Un peu pareil : 115 heures au compteur et accroché à mon téléviseur de bout en bout. Et je n'ai même pas la prétention d'avoir parcouru dans son intégralité le jeu. Déjà sur mon nombre d'heures il faudrait sans doute décompter toutes ses heures où je laissais tourner les dialogues jusqu'au bout, tellement les doublages - anglophones, malheureusement la V.O. n'a pas été intégrée dans la version sortie chez nous, et cela demande de connaitre le japonais pour profiter à fond de l'histoire - sont de qualité. Le découpage narratif étant ce qu'il est (beaucoup d'exposition avant d'arriver au Donjon en tant que tel), j'avoue avoir passé plus d'une soirée à juste suivre l'histoire sur trois semaines de vie lycéenne, et je ne le regrette absolument pas. Ensuite, mes affinités avec les personnages ont été très mal optimisées, ce qui m'a conduit à n'avoir que six Social Link au maximum (Makoto, Ann, le politicien, la professeure, la médecin et la victime de la classe)... Et sur ces 115 heures, je compte les 15 heures de début de second run afin d'avoir une collection de Persona complète et des Social Link de fifous (faute de temps je suis passé sur autre chose, mais je ne désespère pas...)

Histoire de ne pas être dithyrambique devant les très nombreuses qualités du titre (système de combat fun et impitoyable, direction artistique à tomber les yeux et les oreilles, écriture juste ce qu'il faut de terrain connu et une bonne dose de talent qui permet de rendre ça attirant à suivre), deux éléments me font tiquer méchamment :
(1) le design des monstres est tout simplement hideux. A moins qu'il me manque des codes culturels permettant de comprendre la cohérence de l'ensemble, on dirait qu'ils ont été générés aléatoirement avec les éléments les plus improbables qui soit ("bon dans le niveau du château... tu nous mets des chevaux fantômes moitié découpés à côté de démons assis sur des cuvettes de chiottes")
(2) les Persona Ultimes des confidents sont vachement moins cools que les originales. Certes, le fait que ces dernières soient mises en scène dans des séquences animées les rend forcément plus attractives, mais même elles perdent en cachet et en charisme. Pour exemple, Makoto chevauche sa Persona Normale avant que celle-ci ne devienne un simili-Transformer tout dégueu. C'est vraiment dommage de ne pas avoir le sentiment d'avoir libéré le potentiel visuel des Persona lorsqu'elles sont maxées.

Au niveau musical, j'ai une affection toute particulière pour la musique du boss de fin, déjà parce que celui-ci s'est montré suffisamment ardu pour que je doive le recommencer en la jouant plus prudente, mais aussi parce que le violon est mortel à chacune de ses interventions au milieu des guitares assassines.

_________________
| Avatar : A. Schaff |


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Shin Megami Tensei : Persona 5
MessagePosté: Mer 13 Sep 2017 17:43 
Chasseur de Rêves
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 11 Nov 2004
Messages: 2451
Localisation: Nulle part ailleurs
Leto II a écrit:
le design des monstres est tout simplement hideux.

Je pense que c'est ton premier SMT parce que c'est généralement les mêmes démons qui reviennent épisode après épisode avec quelques évolutions. Perso j'aime beaucoup leur design et qui colle bien à leur fonction (dieu, démon, héros, légende...) et plus on avance dans les levels plus ils deviennent classes et Badass. D'ailleurs Jack Frost, un des démons les plus emblématiques de SMT est en quelque sorte la mascotte d'Atlus tant son succès chez les fans. Sinon, les designers de SMT sont très appréciés, particulièrement Kaneko.

Leto II a écrit:
les Persona Ultimes des confidents sont vachement moins cools que les originales.

Concernant les personas ultimes je fus vraiment déçu par le fait que l'on accède à la forme ultime de la persona du Trickster (Satanael) qu'à la fin du jeu... vraiment dommage que l'on n'ai pas pu en profiter au cours de l'histoire.

_________________
Image
Lezard Valeth a dû maitriser les mystérieuses règles du forum... pour pouvoir déchiffrer la Pierre Philosophale.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 3 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com