Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 16 messages ]  Aller à la page [1], 2  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: [Fanfic] Cycle de la vengeance : Hors contrôle
MessagePosté: Lun 1 Juil 2013 15:39 
50 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 12 Avr 2012
Messages: 564
Yo ! Vous devez tous connaitre ma longue fic qui se nomme « le démon aux un million de fruits », elle n’est d’ailleurs pas encore finie après plus d’un an de parution. J’ai besoin de changer un peu de style, c’est pour ça que cette nouvelle fic voit le jour. Bien sur, je n’abandonne pas l’autre. Donc voici un autre univers, toujours sur One piece ! Bonne lecture !^^

CYCLE DE LA VENGEANCE
HISTOIRE 2 : HORS CONTRÔLE

(Histoire précédente : le demon aux un million de fruits)

Prologue


Je ne suis pas un humain. Mon cerveau ne fait que répondre à mes pulsions meurtrières, mon corps n'est que l'arme qui défait les espoirs de mes victimes. Tout chez moi est entrainé pour ôter la vie de ceux qui ont le malheur de croiser ma route. Je suis un tueur, un animal. Rien ne me différencie de ces bêtes sauvages assoiffées de sang. Comment en suis-je arrivé à ne plus avoir une seule parcelle d'humilité ? C'est une longue histoire. Mon histoire. Celle d'un homme qui ne vit que pour contenter ses désires sales. Le tintement des cartouches de plomb et les fracas des éclats de verres sont les seuls bruits qui m'apaisent. Je faisais parti du G-0. La base militaire secrète, jalousement cachée dans les montagnes du nouveau monde. Je ne suis pas le seul. Nous sommes treize. Des hommes et des femmes privés de sentiments et démunies d’émotions. Des armes au service du gouvernement mondial. Le but de notre existence ? Abattre les mercenaires et les criminels qui gangrénaient notre monde. Ami ou ennemi, cible ou civil, cela n'avait plus d'importance. C'est pour cela que notre groupe a été dissous. Mais on ne peut pas maitriser des chiens aux mâchoires trop puissantes. Ceux qui ont tenté de nous anéantir ? Nous les avons tués de nos mains. Une fois lancé nous ne nous arrêtons qu'après avoir accomplit notre devoir. Ma mission et celle de mes frères ? Abattre Morle, l'homme qui a crée notre existence, qui a crée les monstres que nous sommes désormais. Je m'appelais Alk'Ohu, ils m'ont transformés en "numéro 4". Ca a été leur pire erreur.


***


Hôtel du chemin blanc – Île de Xissom- (Nouveau monde)

Il était tard. On pouvait d’ores et déjà apercevoir l’astre lunaire à travers les vitres crasseuses de la chambre d’hôtel à bas prix qui se trouvait au premier étage. La petite pièce n’avait pas le confort dont pouvait rêver un homme, mais Alk’Ohu n’en était plus un. Il était appuyé contre le lavabo menaçant de s’écrouler sous le poids des années, regardant son reflet dans le miroir brisé. Il y voyait un homme aux cheveux courts et bruns. Son regard était froid. Ses yeux gris prouvaient une détermination sans faille. Il portait un pull gris et un blouson en cuir noir. Une chaine en argent brillait dans le reflet de la glace. Il n’y avait aucune expression sur son visage.

Soudain son escargophone sonna. Abandonnant son activité, l’homme décrocha le combiné. La voix cristalline qui lui parvint était celle d’une femme. Le « numéro 4 » reconnu rapidement l’accent de Kurushimi, l’une des treize.

- Tu en as mis du temps pour me contacter. Soupira l’homme.
- Les informations que tu m’as demandées n’étaient pas faciles à trouver. Se justifia-t-elle.
- C’est bon, oublie. On se retrouve où?
- Regarde par la fenêtre. Répondit Kurushimi.

Alk’Ohu essuya la poussière se trouvant sur les larges vitres dépourvues de rideaux. Dans la rue se trouvait une ombre appuyée contre la façade d’un immeuble. L’inconnu était faiblement éclairé par les lampadaires émettant une lumière jaunâtre. Le « numéro 4 » remarqua la pochette que tenait l’ombre.

- Je te vois. Répondit-il.
- Bien. Descend me voir, soit discret j’ai vu des rondes de marines par ici. S’exclama la femme.
- Ne t’inquiète pas, ce n’est pas une poignée de soldats qui nous arrêtera.

Sortant le plus discrètement possible, le tueur emprunta la cage d’escalier malodorante et envahit par les toiles d’araignées. Il manquait des marches et certaines dalles menaçaient de tomber sous le poids d’Alk’Ohu. Il déboucha finalement dans la rue calme. La froideur de la nuit ne dérangea pas l’homme habitué à des températures polaires.

Il pouvait désormais apercevoir les détails de la tenue de Kurushimi. Elle était habillé d’un large manteau sombre munit d’une capuche qui lui couvrait la partie supérieure du visage. Comme toutes les femmes du pays de Taiyang elle avait la peau pale et des lèvres d’un rouge ardent. Ses pommettes roses et ses yeux bridés faisaient d’elle une femme magnifique. Dans ses mains se trouvait la pochette jaune.

- Les informations que je cherche sont dedans ? demanda le « numéro 4 ».
- Oui. Confirma-t-elle en tendant la pochette à son interlocuteur.

L’enveloppe était fermée par le cachet de cire du gouvernement mondial. Alk’Ohu se dépêcha de déchirer le papier pour en sortir une dizaine de photos et une lettre. Il ne reconnaissait pas la personne sur les clichés.

- Qui est-ce ?
- Un dragon Céleste proche de Morle. Si tu le trouves, tu auras notre créateur.
- Bon travail Kurushimi.

La jeune femme le salua d’un geste de la tête avant de partir vaquer à ses activités. L’homme quant à lui, resta de longues minutes dans la nuit à contempler les quelques photographies…


Fin du prologue


*****



Fiche des personnages :

Spoiler: Montrer
Nom : Alk’Ohu
Surnom : « Numéro 4 »
Statut : Tueur professionnel
Objectif : Retrouver l’homme qui l’a transformé en arme au service du gouvernement
Age : ?
Anniversaire : ?
Couleur représentative : Gris
Correspondance animale : Loup
Odeur : La poudre
Taille : ?
Nationalité : hawaïenne
Fruit Du Démon : ?
Prime : ?



Nom : Kurushimi
Surnom : « Numéro ? »
Statut : Tueuse professionnelle
Objectif : ?
Age : ?
Anniversaire : ?
Couleur représentative : Rouge
Correspondance animale : Oie
Odeur : Fleur de cerisier
Taille : ?
Nationalité : Chinoise
Fruit Du Démon : ?
Prime : ?

_________________
Fanfics :
Le cycle de la vengeance :
Histoire 1 (en cours) : Le démon aux 1 million de fruits
Histoire 2 (en cours) : Hors contrôle

Image


Dernière édition par Aryton le Sam 8 Nov 2014 15:33, édité 2 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfic] Hors contrôle
MessagePosté: Lun 1 Juil 2013 18:02 
40 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Mar 2012
Messages: 515
Localisation: Hyrule
Ah tiens notre petit fan ficteur en herbe a écrit une nouvele fic, allons voir ça !

LA FORME

Sur ce point-là j'ai pratiquement rien à dire, contrairement à ton ancienne fic et c'est là que je me rends compte de tes progrès en orthographe, je n'ai rien vu qui m’aies choqué en parcourant ton texte. Il te reste juste ce problême de séparation des phrases, il faut que tu sépares chacune des propositions de ton texte afin qu'on sache quand l'une d'elles s'arrête et cela au moyen d'un signe de ponctuation car sinon ton texte ne veut plus rien dire.

Ton prologue est un peu court, mais 70% des prologues de fan fic sont comme ça mais j'espère que les autres chapitre auront 20 à 30 ligne de plus, or c'est précisément ton principal défaut : la taille de tes chapitres.

LE FOND

Le personnage et son entourage sont des tueurs à gage et ça c'est cool/classe/badass mais pour son objectif tu ne t'es pas creusé la tête dis moi, la vengeance tout comme Ajana le personnage principal de ta première fic.

J'ai bien aimé les descriptions et particulièrement celle du personnage principal qui d'ailleurs m’intéresse beaucoup, vu que c'est un psychopathe et qu'ils sont toujours mes personnages préférés (JOKER POWER !!!)


MES QUESTIONS

Comptes tu respecter les délais que tu t'es imposés ? (je rappelle qu'au départ Le démon au 1 million de fruit devait durer 1 an, nous connaissons la suite...)

Es-tu sûr que tu peux faire une histoire aussi courte avec ce scénario ? Car au vu de ce que j'ai lu j'aurais pensé qu'elle devrait faire 20 chapitres, et j'ai peur que tu bâcle la fin pour respecter tes 8 chapitres.

Est-ce-que Alk’Ohu est une autre version d'Ajana ?

Est-ce-que tu vas écrire des chapitres de Le démon au 1 million de fruit cet été pour les sortir en septembre ou bien vas tu laisser l'écriture pour la fin de l'été ? (ce qui voudrait dire que ne sortiras un chapitre que fin septembre)

J'attends ta réponse avec impatience ! :Luffy hilare:

_________________
Never give up


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfic] Hors contrôle
MessagePosté: Lun 1 Juil 2013 18:18 
50 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 12 Avr 2012
Messages: 564
Ah, un commentaire remplit de questions, je me dépêche de répondre ;)

Citation:
Comptes tu respecter les délais que tu t'es imposés ? (je rappelle qu'au départ Le démon au 1 million de fruit devait durer 1 an, nous connaissons la suite...)


Bien sur, c’est ça mon objectif le plus difficile que je dois tenir. Mais bon, il se pourrait bien que cette histoire ai une suite dans une autre histoire… un jour peut-être…J’attends d’abord de voir les réactions des lecteurs sur cette histoire.

Citation:
Es-tu sûr que tu peux faire une histoire aussi courte avec ce scénario ? Car au vu de ce que j'ai lu j'aurais pensé qu'elle devrait faire 20 chapitres, et j'ai peur que tu bâcle la fin pour respecter tes 8 chapitres.


Oui, c’est possible de faire une fin réussite. J’ai déjà les grosses lignes de chaque chapitre. Il me faut les details qui viennent lors de l’écriture du chapitre ;)

Citation:
Est-ce-que Alk’Ohu est une autre version d'Ajana ?


Je n’avais pas fait le rapprochement mais faut croire que j’aime ce genre de Héros. Mais cette fois-ci il est masculin, à voir si il ressemblera à ajana au fil des chapitres !

Citation:
Est-ce-que tu vas écrire des chapitres de Le démon au 1 million de fruit cet été pour les sortir en septembre ou bien vas tu laisser l'écriture pour la fin de l'été ? (ce qui voudrait dire que ne sortiras un chapitre que fin septembre)


Là je ne sais pas trop. Surement vers la fin d’aout. Mais il ne me faut pas plus d’une semaine pour ecrire un chapitre donc je pense qu’il sortira vers mi-septembre ;)

voila voila ! Vraiment merci pour ce commentaire, ça me fait plaisir, surtout n’hésites pas à revenir au chapitre 1 :)

_________________
Fanfics :
Le cycle de la vengeance :
Histoire 1 (en cours) : Le démon aux 1 million de fruits
Histoire 2 (en cours) : Hors contrôle

Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfic] Hors contrôle
MessagePosté: Mar 2 Juil 2013 21:08 
1 Berry
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Juin 2013
Messages: 24
Je rejoindrais ce que disais Anissa sur le fait que le prologue est trop court, mais de toute façon vu la moyenne d'âge du lecteur sur ce site je pense que ça n'est pas très dérangeant, je suis néanmoins un de ces auteurs qui pense qu'un prologue, si il doit servir de mise en bouche, ne peut pas vraiment être critiqué sans qu'il y ait un chapitre qui suive, voilà pourquoi j'essaye toujours quand j'écris un prologue de l’enchaîner immédiatement avec un chapitre histoire de ne pas laisser le lecteur sur sa faim avec quelques situations cryptiques qu'il relira pour se remettre dans le bain quand le chapitre 1 sortira.

Sinon sur le fond j'ai qu'une chose a dire : Pourquoi est ce que la femme appelle N°4 alors qu'elle se trouve juste en dehors de chez lui ? Ca ne pose que des désavantages parce que
1°)Ils sont recherchés, donc chaque temps d'arrêt est un temps où ils peuvent se faire attraper
2°)Smoker a démontré qu'on pouvait écouter une conversation via escargophone et le localiser a peu près aussi courte et cryptique la conversation.
3°)La jeune femme précise que les rues grouillent de marine et parler a l'escargophone au beau milieu d'une rue déserte de nuit fait très suspect, sans compter que j'ignore si ces choses ont un mode "silencieux" mais ça fait du bruit. Un assassin entrainé et endurci ne devrais pas commettre ce genre d'erreur.

Surtout qu'elle pourrait se contenter de taper rapidement contre le carreau de la vitre, son copain la voit, il lui ouvre, simple, discret, efficace. La scène de l'escargophone a donc aucun interêt selon moi sinon créer une incohérence.

Sinon a part ça bah comme dit plus haut j'attend le chapitre 1 pour me prononcer :)

_________________
It's a me !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfic] Hors contrôle
MessagePosté: Mer 31 Juil 2013 14:18 
50 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 12 Avr 2012
Messages: 564
Chapitre I

Alk’Ohu observait d’un œil d’expert chaque détail des photographies que Kurushimi alias « numéro 9 », lui avait donné quelques heures auparavant. Il n’y avait que des clichés de cet étrange Dragon Céleste habillé d’un costume blanc ridicule. Ce type avait un lien avec Morle, et le numéro 4 avait bien l’intention de découvrir lequel. Cependant il ne s’attarda pas plus de dix minutes sur ces photos. La petite enveloppe cachetée l’intéressait bien plus que tous les autres indices. Il s’agissait effectivement d’une conversation entre sa cible et Sir Gustavo, le mystérieux Dragon Céleste.

« Cher Morle,
Nous avons le privilège de vous inviter, vous et votre famille, à venir partager un moment fabuleux lors du bal de Marie-joie qui aura lieu dans treize jours. Cela nous permettra de revoir les termes de notre accord.
Cordialement.

Sir Gustavo »

Le numéro 4 s’étonna de voir une lettre aussi importante en sa position. Kurushimi portait bien son surnom de « Voleuse des dieux », elle avait surement du user de ses charmes pour s’attirer les faveurs de quelques hauts placés proches des Dragons Célestes. Cette vision amusa Alk’Ohu. Cependant son inspiration ne dura qu’un instant. Dehors, des soldats remuaient ciel et terre, piétinants au passage, quelques fruits tombés d’un chariot. Il avait l’air de rechercher quelque chose, et le tueur se doutait de l’identité de la personne qu’ils poursuivaient.

— Eh merde. Je lui avais dit de ne pas attirer l’intention…Ca m’apprendra à l’avoir laissé en vie celle là…Faut que je file, c’est pas le moment de me faire coincer ! S’exclama-t-il.

Il rassembla ses affaires et quitta rapidement la chambre miteuse. Heureusement, le tueur avait pu prendre un de ces tickets de train aquatique, permettant de faire les trajets à n’importe quelle heure vers l’île la plus proche. Ils avaient été construits par centaines après le succès mondial de la toute première navette créée à Water Seven. Toutes les plus grandes villes étaient désormais raccordées entre elles, transformant ainsi la mer en une énorme carte ferroviaire. Descendant les escaliers, il passa devant le réceptionniste qui balbutia :

— M…monsieur vous avez oublié de payer !
— Ferme là.

Alk’Ohu pointa son révolver en direction de l’homme apeuré. La balle se logea dans sa cervelle, recouvrant le mur d’une matière rosâtre. Numéro 4 n’avait pas le temps de nettoyer, il se précipita à l’extérieur du bâtiment. Prenant une allure détendue, il emprunta la ruelle en face de lui. Les marines n’étaient plus là. L’allée déboucha sur un quartier désert.

— Il est une heure du matin…Remarqua-t-il en regardant sa montre. SI je me dépêche je peux peut-être quitter cette Ile dans moins de dix minutes !

La gare n’était pas bien loin, on pouvait voir l’imposant édifice dominer de sa hauteur tous les autres immeubles devant lui.


***

Alk’Ohu arriva finalement dans la grande station de Xissom. Le hall grouillait de monde malgré l’heure tardive. Le tueur remarqua du coin de l’œil plusieurs soldats positionnés devant les entrées. L’endroit était magnifique pour celui qui savait observer. Les murs étaient finement décorés de feuilles d’or et un grand lustre en cristal était suspendu au plafond. Tout autour de l’immense hall de nombreuses portes, ayant chacune une lettre de l’alphabet, menaient aux différentes points d’embarquement aquatique.

L’air le plus naturel possible, l’homme prit un des journaux distribués par des coursiers puis examina son billet. Il devait empreinte la porte « D ». Alk’Ohu jura en remarquant les deux marines gardant l’accès au point d’embarquement. Ils regardaient d’un œil critique chaque visage de passager. Le numéro 4 se mêla à la foule priant pour ne pas être démasqué. Son regard croisa celui du soldat situé a gauche de la porte. Le silence pesant dura jusqu’au passage du criminel.

— Je ne t’ai pas déjà vu quelque part toi ? Demanda le marine, empêchant l’homme de passer.
— Cela m’étonnerai fort. Je ne suis qu’un simple médecin de passage ! Répondit Alk’Ohu, souriant du mieux qu’il pouvait.
— Hum…Vous pouvez passer Doc’. Je ne voudrai pas importuner un homme si honorable.

Numéro 4 remercia d’un mouvement de la tête le soldat et emprunta le chemin sans demander son reste. Toujours soupçonneux le gardien demanda à son collègue :

— Eh Billy, t’as la liste des avis de recherche sur toi ? J’veux juste vérifier un truc.
— Oui, tu crois que c’est un mec recherché le drôle de médecin ? Répliqua-t-il en prenant un carnet dans sa poche.

L’autre acquiesça en prenant le petit calepin que lui tendait son adjoint. De nombreux criminels étaient répertoriés dans ce cahier. Il feuilleta les pages avant de tomber sur ce qu’il cherchait.

— Bordel de merde ! Je savais que je l’avais déjà vu cet enfoiré ! C’est Alk’Ohu !
— Alque qui ? Questionna le soldat de droite.
— Laisse tomber ! Il faut le rattraper !

Ils coururent en direction de l’embarcadère, le tueur était sur le point de monter dans le train. Il salua moqueusement les deux marines et se hissa à l’intérieur du « géant de fer », disparaissant à tout jamais.

***


Le tueur se fraya un chemin parmi les passagers et s’assit prés d’une fenêtre. La soirée avait été mouvementée et l’homme se surprit à penser qu’un peu de repos ne lui ferait pas de mal. Cependant ce n’était pas le moment de dormir, il pouvait encore y avoir des soldats dans le train.

— Vous aussi vous allez à Strano pour enquêter sur les disparitions ? S’exclama une voix enjouée.
— Quoi ?

Alk’Ohu se tourna vers son interlocuteur assit en face de lui. Il s’agissait d’un homme d’une trentaine d’années. Il portait un costume gris clair et des lunettes rondes. Ses cheveux bruns étaient parsemés de mèches blanches.

— Quelles disparitions ? Demanda le tueur exaspéré par la bonne humeur de l’individu.
— Eh bien mon ami vous devez habiter loin d’ici pour ne pas avoir entendu parler de cette histoire ! Ah mais je suis malpoli, j’ai oublié de me présenter ! Je m’appelle Simon Noioso et vous ? Vous trouvez comment le train ? Personnellement je trouve qu’on est un peu serré et j’ai horreur de ça car après j’ai besoin de parler à tout le monde et ça m’attire beaucoup de problèmes et…
— Stop ! interrompit Alk’Ohu sur le point de le cogner. Je m’en fiche de qui vous êtes, je veux juste en savoir plus sur ces disparitions.
— Excusez moi j’ai tendance à m’emporter. Chaque mois à la même date plusieurs personnes disparaissent sans laisser de traces. Ce mois ci, ça se passe dans cinq jours.

Le numéro 4 allait répliquer quand soudain le train s’immobilisa. Le frottement des roues d’acier sur les rails créa de nombreuses étincelles visibles depuis les fenêtres. Les passagers furent projetés en avant.
— Pourquoi ça arrive qu’à moi ce genre de chose ? Soupira Alk’Ohu en essuyant le sang qui perlait de son front.

Un craquement se fit entendre. Le tueur eu l’impression de décoller. Il cogna violemment la vitre. Et regarda sa main, elle était ensanglantée. Sa vision devint floue, il contempla une dernière fois le wagon avant de s’évanouir.


***


Cabine du conducteur (train aquatique) – quelques minutes plus tôt

Tout était comme d’habitude. Nilo conduisait des trains de ce genre depuis plusieurs années et était devenu un maitre dans l’art de la conduite. Ainsi, il avait eu le privilège de conduire la navette la plus rapide au monde qui se trouvait à Water Seven. Cependant il avait très vite laissé ce poste qui était beaucoup trop loin de son île natale. Désormais ce n’était plus qu’un vieux cheminot de soixante ans qui ne faisait plus que des petits trajets pour le compte de la société Galley-La. Néanmoins il continuait toujours à affectionner son métier qu’il ne comptait pas quitter de si tôt.

Le brouillard était épais et la route n’était pas visible à plus de cinq-cents mètres. Nilo ne s’inquiéta pas pour autant. Il avait l’habitude de ce genre de temps capricieux. Une lueur sur la route qu’il n’avait pas vu auparavant attira son attention.

— C’est quoi ce truc ?! S’exclama-t-il en plissant les yeux pour mieux voir.

Sur les rails devant lui se trouvait une femme. Elle portait une grande robe blanche surmontée de plusieurs voiles transparents. Ses cheveux gris détachés flottaient au vent, donnant à l’inconnue un air divin. Il n’y avait pas de peur sur son visage angélique, mais le conducteur y décela une tristesse infinie.

— Encore une jeune mariée qui regrette et qui veut se donner la mort je parie…J’espère qu’elle va se pousser, à cette allure je vais avoir du mal à arrêter le train…Eh puis, comment elle a fait pour arriver ici en plein milieu de la mer celle là ?!

Nilo tira de toutes ses forces sur le levier permettant de stopper les roues. Il ne restait plus que quelques mètres avant la collision avec l’étrange femme. Celle-ci poussa soudainement un cri perçant qui fissura la vitre. Le vieux conducteur surprit, se cogna la tête contre le rebord de la manette, actionnant accidentellement plusieurs commandes. Le train dérailla, finissant sa course dans la mer mouvementé de GrandLine.


***


Terre Sainte de Marie-joie – Bureau du Commandant en chef des forces militaires

Kong, le chef des armées effleura du bout des doigts les rideaux de soie rouge. A travers la fenêtre il pouvait apercevoir la majestueuse tour principale de la bâtisse. Il s’agissait autrefois d’un château qui appartenait à un homme riche et intrépide qui avait su rallier à lui de nombreux rois, formant ainsi une alliance qui devint par la suite le gouvernement mondial. Apres sa mort, l’endroit est devenu un territoire saint, la résidence des dragons célestes.

La tension était palpable dans la grande pièce finement décorée. Devant l’imposant bureau d’acajou se trouvaient les deux marines qui avaient laissés filer le criminel surnommé « numéro 4 ». Ils allaient surement être sévèrement réprimandés pour cette erreur mais ce n’était pas là l’objet de leur visite.

— Les cameras nous ont indiqués qu’il s’agissait bien du numéro 4. Des soldats ont décrétés avoir reconnu numéro 7 à la même heure et au même endroit. C’est bien ça ? S’enquit de nouveau Kong, brisant ainsi le silence.
—O…Oui.
— Et numéro 4 a prit un train qui a fini dans l’eau. Il ne peut y avoir aucun survivant à cette catastrophe, nous sommes d’accord ?
— Oui.
— Aucun survivant ?
— Pas un seul. Répéta le marine du nom de Billy.
— Le train a déraillé et a fini dans l’eau ? Sur GrandLine ? Eh bien. Ce tueur est mort que pouvons-nous y faire ? Je ne vais pas vous punir, le gouvernement étouffera cette affaire. Maintenant partez !

Soulagés, les deux hommes sortirent de la pièce. Le chef des armées soupira et se dirigea vers son bureau pour ouvrir un tiroir. Il feuilleta un long moment le dossier qui s’y trouvait, un dossier comportant les informations sur Alk’Ohu, le quatrième tueur de la mission G-0. Puis d’un geste soigneux il inscrivit sur la première feuille un mot. DÉCÉDÉ.


NOM : Alk’Ohu
SURNOM : Numéro 4
PROFESSION : Tueur
AGE : 34 ans
ETAT : Décédé
AFFAIRE : Classée


___________________________________________________




Note de l'auteur :

Ca fait longtemps ! Finalement je n'ai pas bien respecté ma promesse de mettre un chapitre par semaine. Je n'etais pas reelement motivé. Mais maintenant ça devrait le faire ! Je n'ai pas bien le temps la, ce soir je mettrai ma reponse aux commentaires et quelues infos !

_________________
Fanfics :
Le cycle de la vengeance :
Histoire 1 (en cours) : Le démon aux 1 million de fruits
Histoire 2 (en cours) : Hors contrôle

Image


Dernière édition par Aryton le Dim 10 Aoû 2014 01:25, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfic] Hors contrôle
MessagePosté: Mer 31 Juil 2013 15:43 
1 Berry
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Juin 2013
Messages: 24
Hourra ! Chapitre 1 ! ^^ bien joué.

Le texte est plutôt bon, je me demande vraiment ce qui va se passer par la suite, en revanche il souffre des mêmes lacunes logiques que le prologue quand a comment marchent les gens qui travaillent dans l'ombre. L'exemple le plus typique est le passage ou N°4 descend le réceptionniste parce qu'il a eu l'impudence d'essayer de lui faire payer sa note. La scène met bien en valeur la morale de notre héros : Pas gentil. C'est un assassin et tuer pour lui est devenu un geste trivial. Je vais maintenant t'expliquer pourquoi cette scène n'aurait jamais du se produire d'un point de vue logique : Voici les flingues de l'univers One Piece :

Image

Flintlock, 1 balle de type spherique, l'ancien type de flingue du 19ème siècle. Il peut tuer tout autant d'un autre mais il a un gros défaut : Il n'est pas discret.

Alk'Ohu tire une balle dans la tête du réceptionniste. La détonation bien particulière du pistolet d'époque attire immédiatement les tonnes de marines qui se trouvent dans la rue entrent dans l'hotel.

Supposons que ça ne soit pas le cas pour une quelconque raison

Alk'Ohu tire une balle dans la tête du Réceptionniste, tous les clients de l'hotels sont réveilles par la détonation, certains vont voir, d'autre ne prennent pas le temps de se mettre en danger et ouvrent simplement les fenètres en appelant a l'aide, immédiatement les tonnes de marines qui se trouvent dans la rue entrent dans l’hôtel.

C'était donc le moment pour Alk'Ohu de montrer son savoir d'assassin, qui est entre autre de tuer silencieusement, il aurait pu poser une main franche sur l'épaule de l'aubergiste et lui briser la nuque ou lui trancher la gorge. Les deux marchent et le temps qu'on découvre le cadavre il serait loin.

Que dire de plus, je pense que tu ne met pas assez en évidence que les marines cherchent d'abord N°7 et ne savent pas que N°4 est dans le coin. Ca rendrais la scène du contrôle plus compréhensible (On comprendrais alors bien pourquoi les marines n'ont pas pris la peine de mémoriser le visage de N°4 avant de le laisser passer sur le train) et permettrais au lecteur de comprendre ce fait avant la scène avec Kong. Parce que si ils cherchaient N°4 depuis le début ils auraient du reconnaître son visage quand il passait.

En parlant de N°4 je pense qu'une description extensive du personnage aurait pu être faite au prologue parce qu'a part ses cheveux et ses yeux je n'ai aucune idée de son apparence physique. Est ce qu'il est fin, type Sanji ? Barraqué comme Garp ? Grand comme Doflamingo ?

A part ça un bon chapitre et j'ai hâte de voir la suite :)

_________________
It's a me !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfic] Hors contrôle
MessagePosté: Mer 6 Aoû 2014 21:55 
50 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 12 Avr 2012
Messages: 564
Chapitre II


1er jour sur l’île – Lundi 8 Septembre (journal d’Alk’Ohu)

« L'eau salée caressa mon visage inondé par une douce chaleur d'été. Cependant chaque caresse me semblait de plus en plus douloureuse...Ma main se referma sur quelque chose de granuleux qui s’effritait entre mes doigts. Mes yeux s’ouvrirent difficilement tandis que je reprenais mes esprits. Il me fallut plusieurs minutes pour m'orienter : j'étais allongé sur le ventre, entouré de sable jaunâtre a perte de vue. Mon corps était submergé par de petites vagues régulières qui se retiraient paisiblement pour revenir se fracasser contre mon corps ensanglanté. Prenant mon courage a deux mains, je fis tout mon possible pour me lever. Une douleur inimaginable dans ma jambe droite m'arracha cette idée de la tête. Un bref examen de mes blessures eut raison de mes espoirs de survie : ma jambe était fracturée à plusieurs endroits et ma cuisse laissait entrevoir un bout d'os. Pouvais-je encore appeler ça une jambe ?

Outre ces multiples fractures, je comptais de nombreuses coupures sur tout mon corps, dont une profonde et infectée à mon épaule gauche. Comment avais-je fait pour survivre a ca ? Et surtout qu'est-il arrivé ? Je me devais de répondre a cette question. Utilisant mes dernières forces je trainais mon corps hors de l'eau. Heureusement pour moi, la plage n'était pas aussi grande que ce que je pensais. Je découvris avec un émerveillement plus qu'absent, une grande forêt remplit d'arbres aux troncs rougeâtres et aux feuillages allant du vert pomme au magenta.

Mon corps, qui avait atteint ses limites, se reposa contre l'un de ces arbres. Fouillant dans mes poches je pu constater avec soulagement que mon MultiDial était toujours là. Il s'agissait d'une création provenant du ciel qui était donné uniquement aux Agents Numérotés. La rareté de ces objets leur valait d'être recherchés tel le Fruit du démon doré. Leur forme variait selon le caractère de l'utilisateur. L'ironie voulait que le mien ait la forme d'un cœur noir pourvu d'un bouton central de couleur rouge. La particularité de ces dials était de pouvoir se transformer en tout ce qui existe. L'utilisateur n'avait qu’à appuyer sur le bouton unique et penser a la forme que devait emprunter le Dial, ca pouvait être particulièrement pratique lors d'un combat. Sous ma demande mon multiDial se transforma en fireDial afin de cautériser ma plaie a l'épaule. La douleur provoquée par la brulure ne me faisait pas grand chose en comparaison de la fracture ouverte de ma jambe qui était, quant à elle, insoignable.

Je ne savais pas combien de temps j'étais resté inconscient. Encore moins combien de temps mon corps inerte resta appuyé contre l'arbre. Ma vision était devenu floue bien vite. Presque aussi vite que mon cerveau embrouillé. Mon dernier souvenir était celui d'un éclat de voix d'homme, une voix usée par le temps. Je n'avais plus la force de me défendre et mes reflexes qui avaient été si vifs à une époque n'étaient plus à mes cotés...Je ne pouvais que me laisse emporter par la mort qui Me semblait si douce. »

5éme jour sur l’île – Vendredi 13 Septembre (Journal d’Alk’Ohu)

« Une odeur de pain sortant du four parvint soudainement dans mes narines. J'humais cette odeur délicieuse qui me fit esquisser un doux sourire...se fut cependant de courte durée : Une plage, ma jambe fracturée, une brulure fulgurante, tous ces souvenirs me revinrent subitement en mémoire avec une violence qui me compressa la poitrine. Essayant de me relever je ne pu que constater les entraves a mes poignés qui m'empêchèrent tout geste.

J'étais prisonnier de quelqu’un, pourquoi ? Je me trouvais dans une sorte de hutte ronde et oppressante démunie de meubles, sauf peut-être la table recouverte d'un drap où jetais allongé. Le toit était constitué d'un filet qui retenait de grandes branches. Ce n’était pas vraiment le meilleur isolement : quelques gouttes tombaient sur le bois moisit qui constituait le plancher de ma "prison".
Cette situation me fit oublier le plus important : mes blessures avaient été désinfectées et soignées. Malgré cela ma jambe droite restait toujours immobile, comme je l'avais tant redouté.

Mon os déplacé avait été remit à sa place par des mes expertes. J'aurai pu tomber plus mal : je me souvenais très bien d'une mission datant de l'époque ou je portais encore le nom de "numéro 4". Elle avait eu lieu sur l'île de Kaffol, île pauvre en pleine guerre civile. Je devais abattre le roi dictateur de ce pays, rien de plus simple bien sur. Cette mission ne m'aurait surement pas marquée si je n'avais pas vu les soins portés aux blessés :

On ne rigolait pas avec les blessures provoquées par les éclats de bombes dans ce genre d’île : chaque infection était synonyme d'amputation. Les pauvres blessés ne survivaient pas plus de deux jours, ils étaient emportés par la fièvre bien assez tôt. Les chanceux qui résistèrent a ce mal furent la cause du surnom de "l'île des mutilés". J'avais bien ma place parmi eux désormais ! Je n'étais plus qu'un invalide incapable de faire ce que j’avais toujours fait jusque là : survivre.

— J’ai de la chance d’être tombé sur cette île et pas une autre ! Me dis-je, satisfait.
— De la chance ? Ce n’est pas vraiment le mot que j’aurai employé monsieur l’inconnu.

Je n’avais même pas remarqué cette femme de grande taille aux cheveux bruns et longs qui lui barraient un œil. Elle venait de se poser près de moi, sur mon lit de fortune. Mes reflexes les plus rudimentaires étaient-ils partis ? Elle n’avait pas l’air de me vouloir du mal, mais mes impressions pouvais-je encore avoir un jugement fiable ?

— Vous devriez vous détendre, tous les muscles de votre corps sont tendus. Se réveiller dans un endroit nouveau peut être perturbant, je vous comprends parfaitement.
— Qui êtes-vous ? Répliquai-je
— Je m’appelle Aphnaràsitrā, protectrice et doctoresse royale, anciennement au service du roi Uyise du Royaume d’Ermerozà. Se présenta la femme.
— rien qu’ça ? Cet endroit à l’air pauvre pour être considéré comme un Royaume. Répondis-je avec étonnement.
— Tu n’as pas échoué sur Ermerozà, je suis naufragée tout comme toi. J’ai été recueilli par les habitants de ce village il y a de cela six ans. J’aime cette communauté comme si c’était ma propre famille, ils m’ont tout de suite acceptée comme si j’étais née ici.
— Pourquoi n’as-tu pas cherché à rejoindre ta famille ?
— L’île où nous nous trouvons actuellement est apparemment de « classe E ». Impossible de rentrer ou de sortir avec un navire sans se faire repérer, et Il est impossible de nager jusqu'à l’île suivante qui est trop loin, nous sommes donc prisonniers.

Le terme « classe E », désignait un lieu exploité par le Gouvernement Mondial pour son minerai ou sa végétation. Ces lieux étaient fortement surveillés pour éviter les pillages. Chaque vaisseau qui se risquait trop près des cotes finissait sous la mer. Mon expérience m’avait appris à évider ces îles pour ma propre sécurité : votre grade ou votre notoriété n’a aucun pouvoir sur les « classe E », seule une accréditation du chef des armées lui-même pouvait permettre un accès à ces lieux.
Une question évidente me vint soudain à l’esprit :

— Que s’est-il passé pour que tu atterrisses ici ? Il est rare qu’une doctoresse royale s’aventure hors de son royaume.

Le sourire qui se dessina sur ses lèvres fines était empli de mélancolie. Elle replaça doucement la mèche qui lui cachait la partie gauche du visage derrière son oreille. Je découvris avec stupeur dissimulée un visage d’ange mutilé par de nombreuses cicatrices.

Ses yeux fixement rivés sur les draps soyeux de mon lit de fortune semblaient exprimer une sorte de blessure refoulée. On pouvait en apprendre beaucoup sur une personne grâce à l’éclat de leurs yeux. Cependant, cette fois l’éclat était altérer par le voile de la tristesse.

— je vous raconterez surement un jour. Après tout, nous sommes coincés ici pour toujours, nous avons toute la vie pour apprendre à se connaitre. S’exclama-t-elle en se relevant doucement.

Elle me gratifia d’un sourire forcé avant de sortir de la pièce. J’avais surement touché un point sensible en posant ma question indiscrète, une maladresse inexplicable de ma part. Néanmoins, je ne pouvais pas ignorer sa dernière remarque « [i]nous sommes coincés ici pour toujours
», avait-elle raison ?»


***


1 an plus tard — 6éme étage de la Grande tour centrale (Base du G-2)

"Tu vas te décider à appuyer sur ce foutu bouton où bien je dois t'aider ?"

Le ton de Marnae était devenu tout à coup beaucoup plus menaçant qu'à son habitude. Ce qui n'avait pas l'air d'étonner son interlocuteur qui se contenta de répondre avec arrogance :

— Tu devrais éviter de provoquer quelqu'un de plus puissant que toi, sœurette. Dois-je te rappeler le numéro que l'on m'a donné chère "numéro 7" ?
— Ne m'appelle pas comme ça, j'ai un prénom, tout comme toi Amrus.

La réponse sembla amuser l'homme qui illumina son visage d'un sourire niais. Il n'y avait aucun doute à avoir, sous ses airs enfantins et ses mèches brunes se cachait un monstre sadique doté d'un humour plus que douteux. Pourtant, cette monstruosité n’était pas visible à la surface, il s’agissait d’une arme redoutable contre les individus crédules qui pouvaient confondre le tueur avec un simple adolescent.

Son regard balaya alors la pièce circulaire qui n'était plus que poussière et gravats. Quelques feuilles et objets décoratifs jonchaient le sol. Ses yeux couleurs d’automne s'arrêteraient alors sur l'homme appuyé contre le mur. Un homme pitoyable, portant un manteau de marine en lambeaux et taché d'un sang devenu sombre. Ses cheveux de blé cascadaient disgracieusement sur ses épaules et sa respiration saccadée le rendait encore plus lamentable aux yeux des deux agresseurs.
Amrus s'assura de capté l'attention de ce vice-amiral ensanglanté aux yeux mi-clos et à l'expression vide. Le doigt tournant au dessus du bouton, il semblait éprouver un plaisir malsain devant les lamentations du marine impuissant.

— Arrête de faire l'enfant et appuies donc sur ce bouton pour qu'on puisse enfin quitter cet endroit pourrit. S'exaspéra Marnae
Amrus ignora l'ordre, tournant dos à la femme et fixant le pauvre marine blessé d'un regard empli de d’une arrogance inconcevable.
— À ton avis ma sœur, combien de marines dévoués compte cette base ? Mille ? Dix mille ? Demanda-t-il alors.
— Pas loin de dix mille à mon avis, pourquoi cette question ?
Amrus s'approcha alors du marine afin de lui susurrer à l'oreille ces quelques mots : "Au final, ça n'a pas vraiment d'importance. Ils seront, pour la plupart, anéantis en même temps que ce lieu."
— Vous êtes des monstres. Cracha l'homme blond prit de sanglot. Achevez-moi, je ne veux pas voir ça, je ne veux pas être spectateur de mon échec cuisant.
— Oh non, tu ne vas pas mourir aujourd'hui. Nous avons placé les bombes à des emplacements stratégiques dans chaque bâtiment entourant celui ci, de cette façon l'endroit ou nous nous trouvons actuellement ne sera pas touché par la déflagration. Informa la femme en ramassant ce qui ressemblait fortement à l'une de ces lampes "modernes" et affreusement laides de West-Blue.
— Tu vas devoir livrer un message de notre part à tes supérieurs. Continua Amrus. Dis leur qu'un grand nombre de Numbers se sont alliés pour trouver les responsables de notre création. La destruction de cette base est la première preuve de notre détermination. Nous ne reculerons devant rien pour avoir ce que nous voulons. Deux des nôtres ont disparus il y a de cela un an, Juste après avoir décidés de s'associer dans le but de découvrir des informations sur eux mêmes.

Le discours devint alors de plus en plus ardent. La colère faisait vibrer sa voix d'enfant. Amrus agrippa le marine à une main, le soulevant un peu plus à chaque mot.

— Nous n'avons trouvé qu'un seul des deux cadavres ! Notre sœur Kurushimi était allongée dans son appartement, égorgée comme un animal. Elle a du se vider de son sang de longues minutes, les agresseurs n’ont eu aucun remords, nous n‘en aurons pas non plus, je peux te le juger.
— Je...les marines de cette base n'ont rien fait. Votre histoire ne nous concerne pas ! Vous n'avez même pas de preuves et pourtant vous accusez le gouvernement en tuant des innocents, c'est un acte inqualifiable ! S'étrangla le vice-amiral.
— tu sembles avoir tant confiance dans ce Gouvernement pourrit, c'est écœurant. Cracha Amrus en laissant retomber l'homme au sol.

L'ancien tueur du gouvernement agrippa fermement le petit cylindre munit du bouton rouge et l'enfonça de toutes ses forces avec le pouce. Un vrombissement suivit d'un énorme bruit sourd déchirèrent le silence, une alarme se déclencha à l'extérieur et les premiers débris calcinés tombèrent lourdement sur un sol encore secoué. La panique se faisait sentir et les marines qui surveillaient l'entrée de l'île commençaient déjà à s'amasser dans la cours.

Il était grand temps de partir, Marnae ouvrit les deux grandes portes de la salle qui donnaient sur un couloir étroit recouvert d'un tapis de soldats inconscients et gravement blessés.

— Je ne me souvenais pas d'avoir laissé autant de corps derrière nous quand on a fait éruption ici. S'exclama la femme.

Amrus n'esquissa qu'un faible sourire silencieux, marchant sur les corps sans faire vraiment attention, la délicatesse n'était pas vraiment son fort. Ils empruntèrent le chemin de droite qui menait à une porte soigneusement verrouillée par les deux comparses lors de leur arrivée. Il n'y avait personne d'agglutiné derrière, l'explosion avait dû surprendre nettement plus qu'une simple porte fermée. La salle qui s'offrait aux deux Numbers servait de jonction entre le couloir et un escalier métallique en colimaçon faisant la liaison jusqu'aux niveaux inferieurs. L'architecture de la tour avait été étudiée pour permettre aux soldats de descendre les six étages sans changer d'escaliers. Amrus et Marnae s’arrêtèrent au rez-de-chaussée. Le grand hall était impressionnant, munit d’un immense lustre et d’un carrelage blanc et bleu. Les contours de la grande porte menant à la cours avaient été façonnés à l’aide d’or pirate et de diverses pierres colorées plus où moins précieuses. L’inscription « la justice vaincra » était gravée sur le chambranle, dans une langue ancienne et oubliée depuis des siècles par le peuple. Le spectacle s’offrait enfin aux yeux des deux partenaires.

Amrus, qui avait retrouvé son sourire narquois, admirait le paysage devenu apocalyptique. Les deux blocs de cinq étages chacun qui entouraient le bâtiment central été désormais démunis d'une grande partie de leurs façades les plus éloignées de la Grande tour centrale. De ces trous béants s'échappaient de longues flammes qui s'enroulaient avec grâce autour des structures métalliques. Les pauvres soldats rescapés n'avaient pas d'autre choix que de sauter par dizaines pour tenter d'échapper au souffle brulant. Malheureusement, à plusieurs mètres du sol la mort était presque impossible à berner. Les autres, qui n'étaient pas dans le périmètre visé lors de la déflagration, se bousculaient et s'énervaient, dans l'agitation et le chaos total. Une masse blanche et bleue s'était formée en direction de la côte où se trouvaient les immenses galions d'évacuation, prêts à faire tomber les voiles à tout instant.

— Tu ne trouves pas ça amusant ? Chaque soldat fuit pour sauver sa propre peau, sans se soucier de celle des autres. Encore pis, ils se bousculent pour arriver en premier sur les navires. Ils ne cherchent même pas à nous arrêter. S'amusa Amrus. Change une petite chose dans leur quotidien et voilà ce qu'on obtient : un ramassis de faibles incapables de s'adapter à un changement.
— Ce n’est pas vraiment la plus subtile des façons pour attirer l'attention du Gouvernement. Soupira Marnae en admirant le carnage. Il n'y aucune coordination entre eux, ils ne sont pas préparés aux situations de crise apparemment.
— Tu as surement raison, ce n’est pas subtil, mais c’est efficace comme démonstration de force. Riposta l'homme.

Indifférent à ce spectacle, la Grande tour centrale qui surplombait les deux autres blocs se tenait fièrement face à un soleil caché par une épaisse fumée grisâtre. Les langues de feu n'osèrent chatouiller sa peinture blanche qui était d'habitude d'une luminosité aveuglante sous les rayons de midi. Le drapeau de la marine flottait silencieusement au dessus de ce bâtiment circulaire, gratifié de la phrase "La protection pour le peuple" sur l'un de ses murs.

________________________

voila fin de ce nouveau chapitre !^^ je donnerai plus de précisions sur l'avenir de cette fic dans les prochains jours, en attendant, bonne lecture à tous ! ;) (j'en profiterai pour corriger certaines erreurs d'inattention)

_________________
Fanfics :
Le cycle de la vengeance :
Histoire 1 (en cours) : Le démon aux 1 million de fruits
Histoire 2 (en cours) : Hors contrôle

Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfic] Hors contrôle
MessagePosté: Dim 2 Nov 2014 11:21 
10 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 06 Jan 2014
Messages: 70
Localisation: Sur mon navire à faire la peau de Barbe Noire ...
Je t'avais promis de lire cette nouvelle histoire, chose faite depuis un bon moment. Mais pas laisser de commentaires pour te félicité !
L'histoire est palpitante, et très captivante ! De plus j'adore les personnages que tu as inséré dans ton texte, ils sont particulier si on peut dire ! ^^
Bref, j'attends avec impatience ton nouveau chapitre ... peut être pour noël ?! ^^

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfic] Hors contrôle
MessagePosté: Dim 2 Nov 2014 14:43 
475 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 17 Oct 2009
Messages: 2334
Localisation: :noitasilacoL
Ah, comme c'est bien écrit ! J'aime beaucoup le début. En plus, ça me rappelle un peu la mienne, avec des personnages principaux qui sont des "terroristes", avec un but quand même un peu plus logique que celui de Jager :p

J'ai un doute cependant sur le fameux rendez vous 13 jours après l'obtention des photos. Était-ce là juste pour donner un but à Alk-Ohu où va-t-on avoir des nouvelles un de ces 4 ? parce que... 1 an après, ça fait beaucoup^^ à moins de FB évidemment...

J'ai hâte de voir la suite !

_________________
le plus puissant des démons, ma fan-fic sur le précédent possesseur du fruit du magnétisme.

goodeed Venez faire des dons gratuits pour aider des enfants du Tiers Monde à se nourrir et être vaccinés, et pour planter dans arbres en Inde !

le même genre de site, mais avec un peu plus de choix dans les dons

Fluctuat Nec Mergitur.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfic] Hors contrôle
MessagePosté: Dim 2 Nov 2014 17:17 
50 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 12 Avr 2012
Messages: 564
Merci pour vos commentaires positifs, ça me motive à écrire la suite :D (oui, je manque grandement de motivation je crois que ça se voit mddr)

Citation:
J'ai un doute cependant sur le fameux rendez vous 13 jours après l'obtention des photos. Était-ce là juste pour donner un but à Alk-Ohu où va-t-on avoir des nouvelles un de ces 4 ? parce que... 1 an après, ça fait beaucoup^^ à moins de FB évidemment...


En fait, j'ai pas honte de le dire, au début je ne savais même pas ce que j'allais faire. La "mort" d'Alk'Ohu est arrivé dans ma tête au dernier instant et je dois donc réadapter tout. Ce que j'avais prevu de faire sera raconté en FB mais ça aura beaucoup d'importance^^

Citation:
Bref, j'attends avec impatience ton nouveau chapitre ... peut être pour noël ?! ^^


Bien avant je pense^^

_________________
Fanfics :
Le cycle de la vengeance :
Histoire 1 (en cours) : Le démon aux 1 million de fruits
Histoire 2 (en cours) : Hors contrôle

Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfic] Hors contrôle
MessagePosté: Sam 8 Nov 2014 15:25 
50 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 12 Avr 2012
Messages: 564
Chapitre III


Le soleil commençait à décliner, donnant à l'eau un doux reflet orangé. Certains enfants, les pieds dans l'eau, attendaient impatients : c’était enfin le moment. Chaque soir, à la même heure commençait la valse écailleuse. Les poissons sautaient gracieusement au dessus des passerelles pour retomber sans bruit dans l'eau. Il s'agissait d'un moment d'osmose entre Homme et Nature, l'un des spectacles les plus fascinants du monde. Bien entendu, la beauté de cette valse n’était visible que pour celui qui voulait bien la voir. Et, il fallait bien l'admettre, les voyageurs souvent de passage pour une nuit ou deux, préféraient s'amuser dans les quelques bars et bordels de ce lieu étrange.

Flottant sur l'eau, cette île était entièrement constituée de plate-formes reliés entre elles par des passerelles. Sur chacune des plate-formes se trouvait une habitation ou un commerce. Malgré les tailles variables,l'architecture était la même pour chaque maison : de forme ronde, les murs étaient constitués exclusivement de bois et les toits d'une armature en bois constitué de plusieurs branches se rejoignant pour ressembler a un cône recouvert de paille tressée.

Les plate-formes pouvaient être dangereuses vers les premières heures de la journée,lorsque les pirates saouls commençaient à se disputer entre eux. Combien de cadavre de pauvres hommes noyées avaient été repêchés dans le courant de l'année ? Plus personne n'osait les compter désormais. L'île était remplit de brigands méprisables. Cependant, ce soir là, dans l'un des bars les plus grands de l'île, deux éclats de voix tonnaient plus fortement que les autres, des voix grincheuses, caverneuses et grasses.

"Répète pour voir, tu crois t'adresser à qui comme ça ?!"

La bouteille d'alcool s’éclata contre le sol, brisant un silence gênant. Aucun client n'osait risquer un œil en direction de la dispute, préférant admirer leurs verres de rhum qui semblaient tout à coup bien esthétiques et dignes d’intérêt. Le pianiste avait quitté son instrument et la serveuse s’était abstenue de franchir la distance qui séparait son comptoir des deux hommes.

Le premier, remuait et meuglait en tentant de se tourner sur lui même pour pouvoir enfin regarder son adversaire dans les yeux, en vain. L'autre n’était pas vraiment mieux, saoul et prétentieux, il ne faisait qu'attiser la dispute qui durait déjà depuis un bon quart d'heure.

— Enfoiré, tu as très bien entendu, je ne répéterai pas. c'est de ta faute, tu t’étais porté garant de cette épée, tu sais combien ça se vend les 21 grandes épées, de nos jours ? S’énerva le nerveux.
— La ferme, je suis sur que c'est toi qui a perdu ce fichu truc. Si nous n’étions pas collé, je t'aurais déjà tué depuis plusieurs années. Ricana le saoul.

Iny et Gany, les deux frères siamois, respectivement Numéro 5 et Numéro 6 de l'ordre des Numbers, étaient sujets à une malformation de naissance qui avait provoqué la fusion des corps des deux jumeaux. Leurs dos rassemblés, ils étaient destinés à compter l'un sur l'autre pour toujours, ce qui engendrait souvent des disputes entre les deux frères. En effet, tout opposait ses deux caractères atypiques qui ne pouvaient pas se supporter plus d'une heure.

La dispute devint imposante, des chaises réduites en charpie volaient ci et là, tout autour des siamois. Les faces déformées par la colère et l'alcool, plus rien ne semblait pouvoir les arrêter. Sauf peut-être le fracas de la porte qui venait de s'ouvrit. Un homme entra, tous les yeux fixés sur lui. Sa démarche était lente et tremblante.

Les deux frères examinait avec intérêt ce soldat boiteux au visage caché derrière un heaume en fer forgé. Un heaume esquinté et munit de deux cornes de chèvre recourbées vers le bas. Ses cheveux crasseux tombaient sur sa nuque et une barbe naissait sur son menton pointu. Il portait une tenue étonnante : Une simple épaulette en fer était retenue par des lanières en cuir accrochées autour d'une pièce de métal sur son torse nu. Il portait également des gantelets du même cuir que son pantalon.

— Hé, le guerrier, j'ai une question à te poser. L'interpella Iny le nerveux

L'homme qui venait de s'asseoir au comptoir, se versa un verre d’hydromel à ras bord, puis se tourna en direction des deux siamois dans un soupir d'agacement.

— Que veux-tu savoir, ingrate créature ? Répondit-il, sans cacher son dégoût.
— Les habitants de cette île ont l'air de te craindre, pourtant tu n'es qu'un boiteux. Qu'est-il arrivé à ta jambe et pourquoi es-tu crains à ce point ?
— Mon avis de recherche est placardée un peu partout sur l'archipel et la prime sur ma tête peut en faire trembler certains j'imagine. Concernant ma blessure, cela remonte à plusieurs années. À l’époque j'étais un puissant aventurier, puis j'ai prit une flèche dans le genou. je n'ai pas besoin de t'en dire plus.
— Un aventurier recherché par le Gouvernement ?
— La marine m'a mise la main dessus pour trafic d'armes, je n'ai pas eu de chance. Tu dois connaître cela, toi. Tu n'es qu'un monstre qui ne pourra jamais connaître le bonheur.

Iny serra les dents et se leva malgré l'improbation de son jumeau. Il était prêt à corriger définitivement cet infirme prétentieux qui avait osé l'insulter de monstre. Il ne fit pas deux pas que la porte d'entrée en bois éclata en centaines de copeaux. Une fumée se rependit sur le sol poussiéreux tandis que six marines formèrent un arc de cercle, le fusil pointé sur l'ancien aventurier toujours accoudé au bar. Un homme tout de noir vêtu clôturait la marche. Il s’avança de quelques mètres et entama son discours :

— Diel Borlec, prime estimée à cent quarante millions de Berry. Je vous arrête par ordre du Conseil de Cinq pour trafic d'armes, évasion, meurtre et complicité d'attentat contre le Gouvernement Mondial et sa branche armée.
— Rien que ça, hein ? Tu avais omis de nous dire ça tout à l'heure je crois. S'exclama Gany, le siamois saoul.
— Tu ne ressembles pas vraiment à un membre du gouvernement...Qui es-tu ? J'aimerai connaître le nom de celui qui tentera de me livrer à la marine. Demanda Diel, le guerrier boiteux qui admirait son verre désormais vide.
— Je suis Minpain, chef de la brigade anti-terrorisme. Je traque un groupe aux idéaux dangereux pour notre nation. Nous faisons notre possible pour éliminer cette menace rapidement. Je ne pensais pas te trouver ici, toi qui à aidé cette organisation à entrer dans la base du G-2. Tu n'as même pas dissimulé ton bateau, quel travail d'amateur !

Les traits de Diel devinrent flou tandis qu'une bourrasque coupante se forma autour de lui, l'enfermant dans un cocon protecteur. Tous les objets à moins de deux mètres de lui furent découper en plusieurs dizaines de morceaux.

— Je ne pensais pas voir ton pouvoir à l’œuvre, il faut dire que tu es plutôt discret quand tu l'utilises Diel Borlec alias Kaze no ryū, possesseur du célèbre logia du vent ! S'extasia le membre de la brigade anti terrorisme. Le Gouvernement te tuera pour donner à ses espions ce pouvoir, tu sais ?
— Pour me tuer, il faut m'attraper. On ne pourra jamais attraper un courant d'air. S'amusa l'aventurier.

Un sourire se dessina sur son visage puis, celui ci se changea intégralement en vent, se faufilant malicieusement entre les marines ébahis. La sortie n’était plus qu'à 3 mètres, 2 mètres,1 mètre...puis ce fut le choc. Il n'eut pas le temps de franchir la porte que son pouvoir se troubla de lui même. Pour commencer, ce fut le bras qui réapparu à son état normal, telle une déflagration dans l'air. Enfin, ce fut le tour du corps et de la tête. Diel S’écrasa lourdement sur le sol poussiéreux. Minpain s'approcha doucement puis posa son pied sur le genou mutilé du pauvre homme gisant au sol.

— Sais-tu pourquoi ton pouvoir à fait des siennes quand tu as franchis la porte ? C'est à cause du dispositif que nous avons installé aux coins de la chambranle. Quatre sphères de bois contenants tous des annulateurs de pouvoirs démoniaques. Un mélange de Granite Marin et d'argent offert par les Dragons Célestes.
— Rien...à foutre.
— Pourquoi les as tu aidé ? Que t'ont-ils proposé en échange de tes services ?
— Ils m'ont proposé quelque chose qui a plus de valeur que l'or : une place de choix pour regarder le gouvernement brûler. Désormais plus rien ne pourra arrêter cette destruction. L'attentat du G-2 à attirer l'attention du Conseil des Cinq mais aussi celui des révolutionnaires et des groupes isolés. Plus les minutes passent, plus le nombre des révolutionnaires augmente. Chacun à sa raison d'en vouloir au Gouvernement, mais cette haine partagée suffit.

Iny et Gany écoutaient attentivement les paroles sincères de cet homme. Comme tous les Numbers, les Siamois avaient été contactés par Amrus pour faire partie de la vendetta en mémoire de Alk'Ohu et Kurushimi. Pour les deux frères l'idée même de cette vengeance était ridicule. Depuis quand des tueurs faisaient preuve de compassion envers d'autres tueurs ? Et puis, après tout, que pouvaient-ils bien faire contre un pouvoir qui contrôlait 98% du monde terrestre et maritime ? Sans surprise leur réponse fut négative.Ils comprenaient maintenant qu'ils avaient sous estimer la détermination d'Amrus et ses compagnons.

Une masse informe se jeta alors sur Minpain qui se retrouva plaquer sur le sol à son tour. Iny était au dessus de lui tandis que, dans son dos, Gany dégainait déjà son arme dans le but de neutraliser la totalité des soldats présents. Malheureusement, les six hommes étaient bien entraînés, si bien qu’après avoir déchargé tout son chargeur, la moitié de la formation de marines était encore debout, devant un mur criblé de balles et de corps gisant dans une mare de sang.

— Ils font chier ! S'écria Iny en exécutant le chef de la brigade d'une balle dans la tête.
— Vous êtes en état d'arrestation. Répondit l'un des officiers.



***


Ancienne base souterraine de l'armée révolutionnaire — Localisation inconnue

Cela faisait maintenant une heure qu'Amrus, alias numéro 3, fixait les deux sièges vacants devant lui. La journée allait être chargée, les cinq membres alliés devaient être tous présents. La réunion avait été programmée bien plus tôt qu'à l'accoutumé, ce qui avait sûrement dû agacer les deux Numbers absents, les tueurs n’aimaient pas être pressés par le temps.

Dans la salle se trouvaient Zelke, le numéro 11. Étant le moins gradé des cinq meurtriers alliés, il était fidèle et ponctuel. Cet homme avait toujours déconcerté ses frères, il savait être d'un calme et d'un silence glaçant, mais aussi d'une chaleur et d'une joie de vivre étonnante. Ses cheveux étaient gris mais ses yeux, d'un bleu vif, trahissaient son jeune âge. N’étant pas le plus grand ni le plus fort, il évitait le corps à corps lors des combats, excellant plutôt au tir à l'arc. Il était réputé pour ne jamais louper sa cible même à plusieurs mètres. Il portait la plupart du temps une chemise noire, un tissu jaune enroulé autour de la taille et un pantalon de toile grise de moyenne qualité. Un homme discret en soit.
Marnae était également présente, debout à admirer son reflet sur l'un des murs chromés. Elle portait une longue robe blanche aux motifs de fleurs rouges et un collier de rubis qui descendait jusqu'à sa poitrine.

Les coups de minuit sonnèrent, la grande horloge de bois massif posée au fond de la salle ovale affichait l'heure habituelle des réunions. Foyyr Endrapegön alias Numéro 8 arriva alors, talonné de près par Lidds le Numéro 10. Ils avaient fait fi du nouvel horaire instauré par Amrus, le chef par défaut du comité. Cela n’était pas vraiment une surprise pour ce dernier. Cette provocation puéril était à l'image des deux hommes, mieux valait l'ignorer cette fois-ci.

— Heureux de constater que nous somme au complet. Commença le Numéro 3.
— C'est ça. S'exclama discrètement la seule femme du groupe.

Foyyr répondit par un grognement intelligible. Le colosse n'était pas le plus amical du groupe et son apparence ne le rendait pas plus chaleureux. Son air renfrogné était du à ses sourcils broussailleux, constamment froncés et une bouche presque entièrement dissimulée sous une pilosité faciale imposante.

Sa grande barbe rousse et cassante était retenue par un anneau d'or et de ses longs cheveux du même brun rouillé dépassaient deux anomalies osseuses et arrondies : des petites cornes. Une maladie héréditaire présente depuis des siècles chez les humains originaires des montagnes de marbres. Outre cette particularité physique étonnante, on pouvait s’étonner de la rapidité de l'homme de trois mètres qui ne pesait pas moins de cent-quarante kilogrammes.
Foyyr était l’archétype du barbare des neiges. Toujours vêtu de fourrure de loup et ne sortant jamais sans sa puissante arme nommée Rubilaxe, l'épée du roi à cornes.

Cette lame appartenait autrefois à Rütrah Endrapegön, premier roi cornu. Elle resta pendant plus de quatre siècles le seul et unique héritage de la lignée du roi cornu. Par la suite, elle fut dérobée puis brandit par bon nombre d'humains à travers les océans. Morle, l'homme en charge du projet des Numbers, avait fait jouer ses contacts afin de restituer cette épée légendaire à Foyyr, le dernier membre de la famille Endrapegön encore en vie. Rubilaxe brillait encore d'un éclat vif malgré ses quatre cent ans. Malheureusement, seule la lame à double tranchant avait été préservée des ravages du temps, n'étant même pas ébréchée. On ne pouvait pas en dire autant des autres parties de l'épée : la garde sculptée était rouillée, la sueur avait décolorée le cuir noir de la poignée et l'opale incrusté dans le pommeau ,rouillé lui aussi, était fissuré en son centre.

Un tranchant éternel, voici le pouvoir démoniaque octroyé à Rubilaxe. Les légendes à son sujet se comptaient désormais par dizaines. Les premières légendes dataient du siècle précédent, à l’époque où l'épée du roi Ruträh était accroché à la ceinture de Kardass, le meilleur épéiste de l'histoire. Les rumeurs sur le pouvoir de régénération de la lame se rependirent dans les quatre mers inférieures en seulement quelques années. Malgré tout, un humain, comme toutes choses sur Terre, est éphémère. Kardass fut assassiné par son bras droit et ses armes enterrées avec lui, dans un lieu tenu secret. Le monde oublia l'existence de l'épée....À présent elle faisait la fierté de Foyyr et la convoitise de Lidds.

Ce dernier était un homme poisson cleptomane au métabolisme fort étonnant. Son corps pouvait se gonfler à volonté jusqu'à devenir aussi colossal que celui du Number cornu. De petits piques se trouvaient dispersés ci et là sur ses joues grises et sur le haut de son crane dégarni se trouvait une tache de naissance couleur tabac. Sa tenue reflétait une personnalité décontractée ; l'homme portait un sarouel kaki du royaume d'Alabasta, des sandales noires et un débardeur blanc. Sur la totalité de son bras gauche se trouvait un tatouage tribal et sur sa main, la marque des anciens pirates du soleil. Lidds, le plus âgé des treize Numbers était arrivé en dernier dans l’Organisation et n'avait pas eu le temps de devenir aussi conditionné que ses frères d'arme.

Ce combattant expérimenté faisait du vol d'objets sa spécialité. Il ne se battait plus, préférant les joies de l'infiltration ce qui faisait de lui une exception au sein de l'Organisation. Son rang était bas, mais son aide pouvait être un atout certain pour Amrus.


— Des informateurs m'ont prévenu que plusieurs groupes du Gouvernement sont à notre recherche et ils avancent trop rapidement. Bientôt ils nous trouveront. Informa Zelke.
— J'ai entendu dire qu'une trentaine des nôtres se sont fait arrêter ou tuer. Cela augmente d'heure en heure. Renchérit Lidds.
— nous devons faire appel à lui, je sais que c'est une très mauvaise idée mais il serait un atout précieux dans notre groupe. S'exclama Marnae.
Numéro 0 n'a pas tenu le choc quand nous avons commencé. Sa force était certes monstrueuse, nettement supérieure à la notre, mais son esprit trop faible l'a ruiné. je crains qu'aujourd'hui il ait refoulé sa puissance et ses souvenirs. Il n'est plus qu'un humain banal ayant tout oublié de son enfance a nos cotés. Répondit Foyyr.

Ce sujet était devenu tabou avec le temps. Ce jeune garçon aux dons innés pour pléthore de styles de combat avait reçu les meilleurs notes au test d'admission au rang de Number. Âgé de douze ans à cette époque, il s'agissait de la plus jeune recrut parmi les treize autres adolescents à avoir réussi le test. Les choses basculèrent lors du premier assassinat...


___________________________________________

Notes de fin : Fin du chapitre ! j’espère qu'il vous plaira.
J'ai modifié quelques petits trucs dans ma façon de travailler. Désormais cette histoire et celle de mon autre fic feront partie d'un cycle. Les thèmes sont communs donc autant en profiter pour les lier^^
Petit jeu: trouverez vous toutes les références de ce chapitre ? :p

Fiche spoil sur les Numbers. À lire après le chapitre !

Spoiler: Montrer
0- ?
1- ?
2- ?
3- Amrus (humain)
4- Alk'Ohu (humain — inapte au combat)
5- Iny (humain — frère siamois de Gany)
6- Gany (humain — frère siamois de Iny)
7- Marnae (humaine)
8- Foyyr (homme à cornes)
9- Kurushimi (humaine — décédée)
10- Lidds (homme poisson)
11- Zelke (humain)
12- ?
13- ?

Numbers Alliés : 3 - 7 - 8 - 10 - 11
Numbers Morts/disparus : 4 - 9
Numbers indépendants : 5 - 6
Numbers inconnus : 0 - 1 - 2 - 12 - 13

_________________
Fanfics :
Le cycle de la vengeance :
Histoire 1 (en cours) : Le démon aux 1 million de fruits
Histoire 2 (en cours) : Hors contrôle

Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfic] Cycle de la vengeance : Hors contrôle
MessagePosté: Sam 8 Nov 2014 18:02 
475 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 17 Oct 2009
Messages: 2334
Localisation: :noitasilacoL
Je m'embrouille un peu avec tes noms pour le moins atypiques. Comment les choisis tu ? Tu écris des lettres au hasard ?^^

Tes descriptions sont fluides, rien à dire à ce sujet. Elles permettent une bonne visualisation de la situation sans que cela soit trop lourd.

Néanmoins, un petit hic scénaristique à mon sens... Les numbers sont censés être des tueurs supers entraînés c'est ça ? Donc les test ont surement consisté à prendre les plus forts, les plus adroits... bref les physiques les plus avantageux. Je serais curieux de savoir ce que des siamois font dans cette fine équipe. à moins qu'il y ait une raison inconnue (2 personnes dans un même corps donc peut être 2 FDD par exemple), ça me semble un peu hasardeux.

Bref, il me tarde de voir la suite^^

_________________
le plus puissant des démons, ma fan-fic sur le précédent possesseur du fruit du magnétisme.

goodeed Venez faire des dons gratuits pour aider des enfants du Tiers Monde à se nourrir et être vaccinés, et pour planter dans arbres en Inde !

le même genre de site, mais avec un peu plus de choix dans les dons

Fluctuat Nec Mergitur.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfic] Cycle de la vengeance : Hors contrôle
MessagePosté: Sam 8 Nov 2014 19:00 
50 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 12 Avr 2012
Messages: 564
musicman a écrit:
Je m'embrouille un peu avec tes noms pour le moins atypiques. Comment les choisis tu ? Tu écris des lettres au hasard ?^^[...] Je serais curieux de savoir ce que des siamois font dans cette fine équipe. à moins qu'il y ait une raison inconnue (2 personnes dans un même corps donc peut être 2 FDD par exemple), ça me semble un peu hasardeux.


tout d'abord merci de ton commentaire^^
Ensuite pour les noms c'est très simple. En ce moment je préfère faire les noms grâce a des anagrammes (exemple : Iny et Gany = yin et yang) mais je peux aussi faire avec des mots à l'envers (Rutrah = arthur) ou en choisissant un mot qui caractérise le personnage pour chercher son écriture dans une autre langue. (exemple avec le personnage de Rook de ma première fic. Il fume donc pour le caractériser j'ai choisi le mot "fumée" qui en Néerlandais s’écrit "rook").Donc au final s'est assez variable mais j'invente que très rarement les noms.

Je peux comprendre que retenir les noms est assez dur car il y en a beaucoup c'est pour ca que j'introduis les personnages rapidement pour que le lecteur s'habitue et ne soit pas largué avec un personne qui apparait au milieu de l'histoire^^

Concernant les personnages des deux frères, j'aime la notion de "anti-héros" et mettre des personnages qui ne sont pas vraiment classiques. Ça me permet de retranscrire un univers un peu moins beau que les fanfics habituelles où le méchant est très méchant et où le gentil peut avoir sa place dans un casting twillight^^Je pense que le prochain chapitre (qui sera un FB) permettra de mieux comprendre l'organisation des Numbers :p

Avec le prochain chapitre je rajouterai une flèche chronologique et quelques infos utiles qui pourront aider à la compréhension.

Avancée du prochain chapitre : 20%

_________________
Fanfics :
Le cycle de la vengeance :
Histoire 1 (en cours) : Le démon aux 1 million de fruits
Histoire 2 (en cours) : Hors contrôle

Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfic] Cycle de la vengeance : Hors contrôle
MessagePosté: Mar 18 Nov 2014 20:11 
35 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Oct 2012
Messages: 499
Image
(ça c'était Aryton qui trouve les noms de ses personnages)

Très bon début de fiction. J'ai perdu l'espoir d'accrocher/de rattraper le Démon au Un Millions de Fruits, tu m'en vois désolé si je pense que les derniers chapitres sont bien meilleurs vu la qualité de cette FanFic j'ai du mal a dépasser les dix premiers chapitres. Mais ça ça s'annonce vraiment lourd.

Pour ce qui est du style et de l'orthographe, rien a redire, c'est bon des deux côtés. Quelques lourdeurs (ex: "l'astre lunaire ; sous le poids d'Akl'Ohu"), quelques fautes parciparlà (la lettre est en la possession d'Alk'Ohu pas position, gouvernement pourrit sans t), mais ça reste largement dans la limite du tolérable. Ton style un peu sombre, noir, va bien avec la personnalité (trop?) noir et "méchante" de tes personnages.

Quelques remarques en revanche au sujet du fond. Si l'histoire, (trop?) simple, se conçoit et se comprend facilement, surtout dans un univers shônen tel que celui de One Piece, il y a parfois quelques incohérence, et même en dehors de ça, des passages qui me dérangent parfois. Par exemple, le fait qu'Akl'Ohu flingue le tavernier. Je conçoit qu'il s'agisse d'un tueur élevé dans le meurtre et le déni de soi-même, plus que d'être inutile ce meurtre aurait pu être compromettant. Y'avais du monde autour, des gens dans l'immeuble, des marines à l’affût juste dehors. Ça te paraissait peut-être naturel mais moi ça m'a vraiment fait bizarre.

Ensuite, l'explication que tu donne sur l'enfermement d'Alk'Ohu et de l'autre meuf au nom à coucher de dehors, elle m'a paru un peu bancale. Que le Gouvernement empêche n'importe qui d'aller vers les îles précieuses ça se comprend. Qu'il fasse une autorisation du Chef des Armées, du motherfucking Chef des Armées pour les approcher sous peine d'être massacré sans sommation, ça me paraît un peu exagéré. Ca signifie qu'un Amiral ou même que l'Amiral en Chef en personne se fait exploser s'il essaie d'arriver sur l'île ?
Et puis, même en acceptant ça, en quoi ça les empêche de partir ? Tu justifie ça par une portection contre les pillards, mais un pillard experimenté sais normalement qu'il a peu de risque d'amasser quoi que ce soit en quittant une île. Faut rentrer dedans pour prendre ce qu'il y a.
Et enfin, comment ils ont pu s'échouer avec une telle protection ? On s'échoue si on est sur un bateau, une ruine de bateau, un débris de bateau, ou quoi que soit qui nous empêche de sombrer. Sinon, on coule. Comment Alk'Ohu et Orgù%hergk"of (à peu près) ont pu passer le barrage de la marine ? Cet (important ?) point de l'histoire est très bancal (enfin de mon point de vue).

Ah, et dernière remarque : même avec une fracture ouverte, si tu te mets une flamme de chalumeau sur l'épaule, ça te détruis comme jamais. Même avec une fracture ouverte.

_________________
Fiché S


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfic] Cycle de la vengeance : Hors contrôle
MessagePosté: Ven 21 Nov 2014 21:52 
50 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 12 Avr 2012
Messages: 564
zedka a écrit:
Très bon début de fiction. J'ai perdu l'espoir d'accrocher/de rattraper le Démon au Un Millions de Fruits, tu m'en vois désolé si je pense que les derniers chapitres sont bien meilleurs vu la qualité de cette FanFic j'ai du mal a dépasser les dix premiers chapitres. Mais ça ça s'annonce vraiment lourd.


Je comprends facilement ton decouragement, je n'ai pas le courage de relire ces chapitres personnellement x)

Citation:
Pour ce qui est du style et de l'orthographe, rien a redire, c'est bon des deux côtés. Quelques lourdeurs (ex: "l'astre lunaire ; sous le poids d'Akl'Ohu"), quelques fautes parciparlà (la lettre est en la possession d'Alk'Ohu pas position, gouvernement pourrit sans t), mais ça reste largement dans la limite du tolérable. Ton style un peu sombre, noir, va bien avec la personnalité (trop?) noir et "méchante" de tes personnages.


J trouve ça intéressant de mettre un style sombre (j'affectionne particulièrement le naturalisme et autres récits réalistes) dans un monde tel que One piece. J'essaye de développer ce type d’écriture mais pour l'instant ce n'est pas encore au point^^
Ta remarque sur mes lourdeurs et les fautes me ramène à mon principal défaut; je ne me relis jamais. J'ai peur de trouver mon chapitre nul à la relecture et tout refaire x) Mais je ferai un effort la prochaine fois, merci :)

Citation:
Quelques remarques en revanche au sujet du fond. Si l'histoire, (trop?) simple, se conçoit et se comprend facilement, surtout dans un univers shônen tel que celui de One Piece, il y a parfois quelques incohérence, et même en dehors de ça, des passages qui me dérangent parfois. Par exemple, le fait qu'Akl'Ohu flingue le tavernier. Je conçoit qu'il s'agisse d'un tueur élevé dans le meurtre et le déni de soi-même, plus que d'être inutile ce meurtre aurait pu être compromettant. Y'avais du monde autour, des gens dans l'immeuble, des marines à l’affût juste dehors. Ça te paraissait peut-être naturel mais moi ça m'a vraiment fait bizarre.


C'est vrai que ça me paraissait plutôt naturel, surtout pour expliquer la personnalité d'Alk (je suis coupable !^^)

Citation:
Ensuite, l'explication que tu donne sur l'enfermement d'Alk'Ohu et de l'autre meuf au nom à coucher de dehors, elle m'a paru un peu bancale. Que le Gouvernement empêche n'importe qui d'aller vers les îles précieuses ça se comprend. Qu'il fasse une autorisation du Chef des Armées, du motherfucking Chef des Armées pour les approcher sous peine d'être massacré sans sommation, ça me paraît un peu exagéré. Ca signifie qu'un Amiral ou même que l'Amiral en Chef en personne se fait exploser s'il essaie d'arriver sur l'île ?


J'avais peur de rajouter ENCORE un autre personnage, je trouvais que mettre le chef des armées était une bonne idée. Puis par contre ce n'est pas une erreur de mettre quelqu'un de si haut placé. Alk'Ohu reviendra dans quelques chapitres, ça sera l'occasion de revenir là dessus
Citation:
Et enfin, comment ils ont pu s'échouer avec une telle protection ? On s'échoue si on est sur un bateau, une ruine de bateau, un débris de bateau, ou quoi que soit qui nous empêche de sombrer. Sinon, on coule. Comment Alk'Ohu et Orgù%hergk"of (à peu près) ont pu passer le barrage de la marine ? Cet (important ?) point de l'histoire est très bancal (enfin de mon point de vue).


c'est Aergrbfcdsùm pas Orgù%hergk"of >:O
un bateau est plus gros qu'un être humain donc plus difficile à localiser. Et personne ne peut nager d'une ile à une autre sans se noyer

Citation:
Ah, et dernière remarque : même avec une fracture ouverte, si tu te mets une flamme de chalumeau sur l'épaule, ça te détruis comme jamais. Même avec une fracture ouverte.


Pour ca aussi je suis coupable. C'est une erreur de ma part, j'en connais pas assez sur ce genre de sujets "scientifiques". En gros faut pas me demander de faire le scenario d'un épisode des Experts ou de NCIS

_________________
Fanfics :
Le cycle de la vengeance :
Histoire 1 (en cours) : Le démon aux 1 million de fruits
Histoire 2 (en cours) : Hors contrôle

Image


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 16 messages ]  Aller à la page [1], 2  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 4 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com