Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 7 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: House of Cards (Saison 1 & 2)
MessagePosté: Sam 25 Jan 2014 14:53 
15 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 09 Sep 2012
Messages: 398
Image


Créé par : Beau Willimon
Réalisé par : David Fincher
Genre : Drame, Thriller
Format : 52 minutes
Année de production : 2013

I/ Scénario

Entrez dans les rouages de la politique, et suivez les ruses de Franck Underwood, sénateur respecté afin d'accéder au poste qu'il convoitait.

II/ Personnages

Image
Frank Underwood (Kevin Spacey)

Francis est le personnage principal de la série, il est le député le plus puissant du parti démocrate. Au début de la série, un nouveau président est élu, le poste de secrétaire d'état lui échappe ; c'est alors qu'il va tout faire pour accéder à ce statut. Il est charismatique, il a conscience que dans le monde politique il ne faut pas hésiter à écraser les autres pour se hisser en haut.

Image
Claire Underwood (Robin Wright)

Claire est la femme de Francis, elle est à la tête d'une organisation humanitaire. Elle fait figure de femme de fort caractère, comme son mari, elle fait passer sa réussite avant les sentiments (exemple : lorsqu'elle renvoie la moitié de son entreprise). C'est également une stratège, elle épaule son mari même quelques fois dans son travail.


Image
Zoe Barnes (Kate Mara)

Elle est une jeune journaliste ambitieuse, aimée par les patrons du journal pour lequel elle travaille pour l'image médiatique qu'elle a, détestée par ses collègues qui trouvent qu'elle franchit les galons un peu trop vite. Zoe a un personnage de fille un peu innocente, qui sort à peine de l'adolescence, mais qui commence à savoir comment parvenir à ses fins.


III/ Premier épisode

"Elu démocrate au Congrès, Francis Underwood est un politicien expérimenté. Il est un des principaux architectes de la victoire de Garett Walker aux élections présidentielles américaines. En échange, ce dernier avait promis à Francis le poste de Secrétaire d'Etat. Mais une fois installé à la fonction suprême, Walker rompt sa promesse. Furieux, Francis entreprend de l'évincer et de détruire tous ceux qui l'ont trahi, avec l'aide de sa femme Claire, non moins ambitieuse, et de quelques pions. Désormais, Francis suivra ses propres règles pour parvenir à ses fins politiques..." Scénario Allociné que j'ai très légèrement modifié.

Un premier épisode assez plaisant, qui sert vraiment à mettre la série en place et montrer le concept. S'il ne vous a pas plu, je pense qu'il vous faudra au moins avoir vu le deuxième épisode pour vous donner un vrai aperçu de la série. Essayez de voir les deux premiers épisodes, ne vous arrêtez pas au premier. Kevin Spacey est un acteur chouette (il est très connu : sa filmographie). Il s'adresse directement au spectateur pour nous expliquer ses plans ou ses ruses, ça accroche.

IV/ Pourquoi regarder cette série ?

Evoquer le nom "Kevin Spacey" serait déjà un argument pour certains. Mais c'est surtout pour le contenu, voir l'évolution des différents personnages, entrer dans l'univers chic et sombre à la fois de la politique. Je pense qu'il n'y a pas besoin de s'y connaître beaucoup en politique pour comprendre, enfin, il faut seulement un minimum. Le personnage principal est accrochant, mais il y a aussi ce qui se passe autour (le couple, Zoe Barnes, l'évolution de l'entreprise de sa femme ...) Petite anecdote : Barack Obama a avoué être fan de cette série. C'est une série qui a commencé en 2013, elle a peut-être été un tout petit peu caché par le phénomène "Breaking Bad" ; je regarde les deux et je les aime autant. La saison 2 débute mi-février, vite !

Image


[Edit] : la saison 2 est sortie, édition du titre du sujet !


Dernière édition par Tamago le Dim 23 Mar 2014 14:08, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: House of Cards (Saison 1 terminée & Saison 2 à venir)
MessagePosté: Sam 25 Jan 2014 23:25 
65 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 27 Nov 2010
Messages: 635
Localisation: Aux enfers.
Intrigué par le thème de cette série - intrigues politiques aux Etats-Unis - et attiré par la promesse d'une nouvelle série pour occuper mes errances, je me suis dirigé avec prudence vers le premier épisode de House of Cards.

Saison 1, Episode 01: L'échiquier politique

Très très bonne impression! Je ne connaissais pas Kevin Spacey (il me dit cependant quelque-chose), mais il joue à merveille. Le reste du casting s'en sort également bien, aucune fausse note. Plonger dans l'univers politique est un peu brutal au début et évidemment, il faut connaître quelques notions basiques. Au bout d'une demi-heure, j'étais à fond dedans, complètement captivé. Je n'aimerais pas être à la place des ennemis de Frank: la dernière scène de cette épisode fait assez passer le message. D'ailleurs, j'ai toujours trouvé ce type de narration - quand le personnage principal s'adresse aux téléspectateurs - très efficace quand elle est bien maîtrisée.
Je vois déjà venir deux éléments imprévisibles que Frank aura du mal à contrôler, à savoir Zoé et le député débauché. L'un comme l'autre paraissent facilement manipulable, certes, mais je sens que les dérapages et les coups fourrés risquent d'apparaître tôt ou tard. La route vers la chute de Walker sera semée d'embûches, ce ne serait pas amusant, sinon! ^^


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: House of Cards (Saison 1 & 2)
MessagePosté: Dim 22 Juin 2014 16:38 
Ô-Totoro
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Mar 2006
Messages: 3647
Localisation: Échappe à la connaissance
Ca fait un petit moment que cette (excellente) saison 2 est parue et que je me la suis engloutie avidement, pas aussi vite que je ne l'aurais pu certes, mais n'ayant pas de compte Netflix grâce aux froussards de Canal et Orange, c'était déjà une bonne vitesse de croisière. Soudain, en en discutant aujourd'hui, m'a frappé une surprenante théorie qui me parait tout indiquer où la série se dirige pour notre plus grand bonheur, et le rôle majeur que s'apprête à jouer un personnage en apparence anodin.

Spoiler: Montrer
Image
Motherfucking Cashew.

Aux vues des indices distillés par la série, il m'apparait évident que Cashew est en réalité l'antagoniste principal de Franck Underwood.

Tout d'abord avec l'ouverture très particulière de la série, qui présente F.U. achevant un chien dont la souffrance est considérée comme "inutile". Le thème de l'animalité sous-jacente de House of cards est lancée d'entrée de jeu, liant de manière plutôt trolle la primitivité animale avec la politique, pourtant censée être la quintessence sociale. La scène a le mérite de poser le caractère sans pitié de Francis, mais elle joue certainement à plusieurs niveaux de lectures, dont celui thématique que je viens d'évoquer.
Ce thème de l'animalité revient à la toute fin de la saison 2, lorsqu'il se rappelle à sa condition en imitant le pivert sur le bureau du POTUS.

Image
Tapie dans l'ombre, Cashew est le véritable mastermind de ce duo de hackers. Badass entrance is badass.

L'antagoniste d'un personnage principal est, dans les fictions les plus habilement écrites, un reflet totalement inversé de ce dernier. Cashew répond scrupuleusement à ce rôle miroir.
Francis = Humain/Mâle/Achève un animal/Evolue en liberté/Féroce de prime abord
Cashew = Animal/Femelle/Est torturée par un homme/Habite dans une cage/Inoffensive au premier regard
Image
Séquence insoutenable.

Jusque là, facile.

Sauf que les deux partages une série de trait de caractères qui lient les opposés, dans une symbolique typiquement emprunte de Yin et de Yang.
Ils sont d'incroyables stratèges sans pitié, disposent d'un acolyte incroyablement fidèle ainsi qu'un amour conflictuel mais véritable (pour Cashew, les deux ont été fusionnés en un), agissent dans l'ombre sans laisser de traces (avez-vous qu'elle était derrière tout le plan qui va faire tomber F.U. ? et bien voilà) et ne sont ni noir ni blanc (tiendonc, ton pelage m'évoque quelque chose Cashew).

Image
"Yess, yess, pet me, Gavin, my loyal minion"

Il m'apparait dès lors évident que le seul personnage de la série capable de faire tomber F.U., et au moins la seule légitime pour le faire : Francis a commencé en tuant un animal, un animal ne peut que le tuer pour clôturer la série. Cashew est la seule à être aussi récurente dans la série, et son caractère totalement badass la pose en maitre de l'échiquier.

_________________
| Avatar : A. Schaff |


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: House of Cards (Saison 1 & 2)
MessagePosté: Dim 26 Oct 2014 13:27 
500 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Nov 2005
Messages: 6492
Localisation: dans la lune
Vacances oblige, nouvelle série regardée sur un mode familial.

House of Cards S01E01

J'ai adoré!

Tout m'a vraiment semblé bon et convaincant, simple et efficace. Les effets de mise en scène (les apartés pour parler du plus visible) sont drôles et malins, tout demeure lisible et complexe à la fois.

Les personnages sont globalement bien campés, justifiés dans les perspectives qu'ils ouvrent. Peut-être du côté de la jeune journaliste risque-t-on quelques clichés dans le portrait d'une presse dépassée devant accomplir sa révolution (web, évidemment), mais comme le reste me paraît bien, je vais réserver mon jugement. Et puis j'ai eu l'impression de retrouver du décor des Hommes du Président dans cette présentation des locaux des journalistes, donc j'étais content au fond.

Les comédiens sont excellents (mais c'est presque normal) et tout ce qui touche à l'image apparaît léché, parfaitement construit. Vraiment une forte impression pour ce premier épisode!

Espérons que cette première impression se confirmera et qu'on aura une intrigue suffisamment riche et subtile pour nourrir la série.

_________________
ImageImage


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: House of Cards (Saison 1 & 2)
MessagePosté: Mer 29 Oct 2014 14:23 
500 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Nov 2005
Messages: 6492
Localisation: dans la lune
Quelques épisodes plus loin...

C'est vraiment toujours aussi bon. Si au début je ne voyais pas bien à quoi rimaient les intrigues bis, c'est-à-dire celle de Claire et celle de Ruffo, ça commence à se dessiner et de manière assez intéressante!

Et ce qui me sidère le plus, épisode après épisode, c'est que la caméra est toujours placée là où il faut. Le travail sur l'image est assez sidérant, aussi bien la lumière que le cadrage. Je pense par exemple à l'arrivée de Underwood chez Zoé: contrastes de lumière entre l'escalier et l'intérieur, jeu de perspective qui rend le personnage "dominant" ridicule ou presque, comme grotesque. C'est du détail mais l'effet est évident, immédiat.

D'ailleurs, à ce propos, tout cet épisode 4 étonne dans la gestion des personnages féminins. On est dans une ambiguïté constante assez frappante.

Avec Claire, on comprend d'abord qu'elle répond à son interdiction de toujours l'argent par la sollicitation de son ancien amant. Mais le fait qu'il le sache rend cette solution problématique (figure de la courtisane, exploitée). Mais le retour de Claire (sans avoir "consommé", mais c'est finalement anecdotique par rapport à la suite) est plutôt à son avantage: la question d'Underwood pose, de savoir où elle habite désormais, ouvre un champ plus vaste concernant le couple et la place que chacun se ménage et ménage à l'autre à l'intérieur de celui-ci. J'ai trouvé ça mignon et c'est Underwood qui m'a paru en position de faiblesse (même si "épargné" par sa femme donc).

Et le retour de bâton est d'autant plus violent avec Zoe! Si on le sentait bien venir, il y a quand même des trucs assez énormes. D'abord le fait qu'Underwood n'envisage sérieusement cette tentation qu'après avoir appris que Zoe était ivre. Donc vulnérable puisque ayant abandonné une part de sa maîtrise, au sens propre là, ce qui constitue la valeur/vertu première pour notre héros. Et puis ce discours sur les hommes âgés qui font souffrir et jettent les jeunes femmes! On a (enfin?) un glissement du politique à l'intime en ce qui concerne la mise en scène du caractère du héros.

D'ailleurs, concernant Zoe et le Washington Herald, c'est drôle de lire le personnage comme une métaphore de Netflix même. Après tout elle représente les nouveaux médias face aux médias traditionnels, comme netflix face aux networks classiques. Je me demande jusqu'à quel point ce parallèle sera valable ou tiendra la fiction.

Bref, vivement la suite!

_________________
ImageImage


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: House of Cards (Saison 1 & 2)
MessagePosté: Dim 2 Nov 2014 14:10 
500 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Nov 2005
Messages: 6492
Localisation: dans la lune
Quelques épisodes plus loin encore...

Deux choses m'ont interpelées dans les derniers épisodes que j'ai vus.

La première est la mise en perspective de la renaissance de Peter Russo. L'épisode qui est consacré à sa reprise en main par Frank s'achève par une scène terrifiante chez Zoe avec l'araignée. Je passe sur le discours autour des secrets, des potentiels cadavres dans le placard (Frank a-t-il des enfants à droite à gauche?), je passe aussi sur la lecture freudienne, commplexe d'Electre, appelée et comme gentiment moquée sur la fin de l'épisode. Je passe là-dessus à cause de cette araignée qui symbolise clairement (et employant cet adverbe je réalise d'un coup le signifiant de l'épouse de Frank, c'est vertigineux) Peter Russo. Le dernier plan montrant l'araignée ne pouvant sortir du verre indique que Peter est déjà piégé, qu'il ne s'en sortira pas. En plus, c'est un verre de vin, pour un alcoolique, ça tombe bien... C'est quand même assez glauque et même si on s'attend à une chute, le fait de l'annoncer ainsi renforce la nature tragique de l'horizon posé je trouve. Argh!

L'autre chose qui m'a frappé, c'est la parenthèse magique de l'épisode consacré à la bibliothèque Frank Underwood. Pendant tout l'épisode j'ai attendu une bascule, un retournement dramatique, qui n'est jamais venu au profit, et c'était finalement bien plus fort, d'une simple fermeture de la parenthèse à la fin de l'épisode avec le retour aux affaires, dans le plan large en plongée qui montre le départ de Frank. C'est sacrément costaud, et osé, au-delà même de la construction simple et naturelle de la bisexualité de Frank. Ce passage a évidemment un côté Brokeback Mountain revendiqué et assumé, mais j'ai l'impression que ça va au-delà d'un envers du décor et du côté sociétal. Ça récupère aussi la question de la liberté (que portait le décor même de Brokeback, réinvestissant autrement le mythe américain) et l'inscrit dans le cadre du pouvoir: le pouvoir, c'est faire ce qu'on veut faire, c'est écouter ses désirs et les assouvir. Bref, tout cela a, encore une dimension politique très pertinente pour la série.

_________________
ImageImage


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: House of Cards (Saison 1 & 2)
MessagePosté: Jeu 13 Nov 2014 12:27 
500 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Nov 2005
Messages: 6492
Localisation: dans la lune
Fin de la première saison

C'était vraiment très très très chouette. J'ai beaucoup aimé et je ne pensais pas, sincèrement, autant apprécié la série. J'ai trouvé le tout assez formidable, de bout en bout et même s'il y a par-ci par-là des petits détails un peu moins convaincants, le tout est hyper maîtrisé, intelligent et prenant.

La fin d'intrigue de Russo m'a scotché. On attendant bien sûr la chute, on attendait la récupération, mais là, le déroulement déjoue vraiment les attentes. L'échec de la loi, et donc de Frank, surprend et rebat les cartes. Le dévoilement de l'utilisation pour faire tomber Russo et amener le Vice-Président à se découvrir, c'est monstrueux. Et le dénouement donné à tout cela est vraiment tragique mais nécessaire finalement en ce qu'il mouille vraiment le personnage. Et ça rappelle un geste voisin de Walter White dans Breaking Bad: il y a quelque chose là d'un peu neuf dans la caractérisation des héros, dans la construction d'un discours moral (morale de l'individu, nietzschéenne, ce que vous voulez).

La suite est moins dense, prépare manifestement la saison suivante: l'apparition d'un nouvel et véritable antagoniste (Tuck), la séparation d'avec Zoe et les avancées très rapides de son enquête (même si le personnage me semble en bout de course quand même, sa romance post-Frank n'est pas le meilleur développement de la série et balance de manière presque trop jolie le moment hyper sordide des derniers échanges avec Frank...), le cas de Claire et de la maternité (hum...) Bien aimé d'ailleurs le moment où tout explose à la figure d'Underwood et le fait qu'il doive gérer plusieurs fronts à la fois.

Petite pause néanmoins avant d'attaquer la suite que j'espère aussi réjouissante!

_________________
ImageImage


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 7 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com