Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 53 messages ]  Aller à la page [1], 2, 3, 4  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: Gotham
MessagePosté: Jeu 25 Sep 2014 13:56 
500 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Nov 2005
Messages: 6490
Localisation: dans la lune


GOTHAM

Argument

Voici donc la nouvelle série dérivée des univers DC, et plus particulièrement de la franchise Batman. Le pitch en est simple: le jeune inspecteur James Gordon vient d'être muté à Gotham City, réputée pour sa criminalité. Sa première enquête le conduit, avec son équipier Harvey Bullock, sur une scène de crime bien particulière: l'assassinat dans la rue de deux notables, Thomas et Martha Wayne, devant leur fils, Bruce.

Vous l'avez compris, étant donné la chronologie adoptée, de Batman il ne sera pas (directement) question. On se situe bien avant que le Chevalier Noir n'entre en scène. Bruce est encore un enfant et les super-vilains qu'il est appelé à combattre ne sont pas non plus encore devenus ce qu'ils deviendront. Mais ça ne nous empêchera pas de les croiser, des les voir évoluer dans cet environnement urbain: Catwoman, Le Sphinx, Poison Ivy, Le Pingouin et bien d'autres sont déjà de la partie, ou presque.

Du coup, l'action et le personnel de la série se concentre autour des flics d'un côté, des mafieux de l'autre. Côté GCPD, outre Gordon et Bullock, il faudra compter sur Montoya et Allen, qui ont du coup dans la série le même âge que Gordon. Côté mafia, c'est le clan Falcone auquel nous allons avoir droit, avec Carmine à sa tête et une petite nouvelle pour constituer une antagoniste directe pour notre héros: Fish Mooney. Sans oublier, côté "vie privée", une Barbara véritablement présente aux côtés de Gordon.

La série sera diffusée les lundis soir aux Etats-Unis et légalement en France le lendemain sur MyTF1. en voici la bande-annonce:


Ceux qui n'ont pas ressenti un certain frisson à la découvrir peuvent quitter le sujet!


Galerie des personnages

Le GCPD


L'inspecteur James Gordon, notre héros. Ancien soldat, petit ami de Barbara, encore plein d'idéaux.


L'inspecteur Harvey Bullock. L'équipier de Gordon, qui ne veut pas l'avoir dans les pattes. Un ripoux, tendance ivrogne. Dans le comics, selon les versions, il oscille entre flic borderline et vrai pourriture. Là, on le sent quand même plutôt gentil dans le fond.


Renée Montoya. Inspectrice qui s'oppose à Bullock. Cherche à éradiquer la corruption qui gangrène la police de Gotham. Connaît Barbara (et ceux qui connaissent le personnage de Montoya dans les comics voient déjà un fil d'intrigue se dessiner).


Crispus Allen. Équipier de Montoya.


La Capitaine Sarah Essen. Dans la mythologie Batman, il s'agit de la seconde épouse de Gordon. Et le rapport hiérarchique est inversé (elle est inspectrice quand Gordon est commissaire). Là, a priori, ce n'est pas du tout la direction prise par le personnage.

Les Vilains (présents et futurs)


Carmine Falcone. Le parrain du clan mafieux qui règne sur Gotham. On le dit affaibli et certains comptent sur cette situation pour prendre le pouvoir et mettre Gotham à feu et à sang. Il considère le père de Gordon, qui fut procureur, comme un ami.


Fish Mooney. Chef de bande, inféodée à Carmine Falcone, mais qui souhaite prendre la tête du crime à Gotham. Nouveau personnage dans l'univers Batman.


Oswald Cobblepot. Le futur Pingouin. Pour le moment un homme de main de Fish Mooney particulièrement obséquieux et ambitieux.


Edward Nygma. Le futur Sphinx. Pour le moment au service du GCPD (!!) en tant qu'expert balistique.


Selina Kyle. La future Catwoman, pour le moment gamine des rues faisant les poches des passants. A été témoin du meurtre des parents de Bruce Wayne. Bien partie pour nourrir l'intrigue teenage de la série.


Ivy Pepper. Future Poison Ivy. Fille d'un gros bras pas très malin qui passe le plus clair de son temps à battre femme et enfants.

Les autres


Bruce Wayne. Le futur Batman, pour l'heure un gamin traumatisé mais déjà bien résolu. Le personnage casse-gueule de la série à mon avis.


Alfred, le serviteur multi-tâches des Wayne. Va élever Master Bruce du mieux qu'il peut. Lui manque quand même la moustache et, ô surprise, il peut jurer comme un charretier. Susceptible d'apporter un recul de bon aloi à certains dialogues ou certaines situations.


Barbara Kean. Petite amie de Gordon, tient une galerie d'art. Dans la mythologie Batman, première épouse de Gordon.


Episode 1

L'inspecteur James Gordon vient d'arriver à Gotham et sa première enquête concerne l'assassinat de deux notables de la ville, les époux Wayne. Il promet à leur fils, épargné par le tueur, de résoudre coûte que coûte cette affaire.

Le premier épisode s'avère à la fois prenant et frustrant. Autant le dire d'emblée: on aurait aimé un pilote d'une double durée, parce que là, il se passe beaucoup de choses, il y a énormément de teasing et on se retrouve au final terriblement en attente de la suite.

Outre le crime, on a l'occasion de découvrir une bonne partie du personnel de la série et de les voir correctement caractérisés déjà. Le tandem Gordon/Bullock fonctionne bien, Carmine Falcone a une classe monstre et surtout le Pingouin s'affiche déjà comme un personnage absolument formidable.

À côté de cela, on a quelques faiblesses propres je trouve à ce genre de "produits". Barbara, en potiche qui attend son homme, fait un peu peur, même si sa relation passée avec Montoya peut apporter quelque chose (peut-être...). De même certains dialogues sont lourds/creux/gnangnan. Gordon et Barbara en tête, mais aussi, inévitablement, Gordon et Bruce. Espérons que ce type de développement seront relégués à l'arrière-plan.

Côté mise en scène, on a la vision d'une Gotham bien pourrie à souhait, type roman noir: pour moi ça fonctionne parfaitement. Peut-être quelques abus de travelling latéraux, mais on n'est pas encore dans le tic formel. Seul vrai bémol: un procédé lors des poursuites qui laisse perplexe (je vous laisse découvrir...).

Ayant pu découvrir la série dans des conditions optimum (avant-première chez TF1), et étant fan de l'univers, je suis assez enthousiaste. D'autant que l'idée de mixer Year One et Gotham Central me semble très bonne. À voir si ça tient sur la durée et si on reste bien dans le hard boiled mâtiné de monstres en puissance, mais en puissance seulement.

Si on demeure au niveau d'un panorama d'une ville en décrépitude, ça risque d'être assez formidable. Si on remonte trop côté redresseur de tort et morale à tout va, j'ai quelques craintes quand même. Notons que la série fait la part belle à l'enfance, avec plusieurs personnages majeures dans la mythologie pris très jeunes. Le choix est intéressant, même si risqué.

Hâte d'avoir le retour des uns et des autres sur la série!


Image

_________________
ImageImage


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Gotham
MessagePosté: Jeu 25 Sep 2014 21:51 
Ô-Totoro
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Mar 2006
Messages: 3647
Localisation: Échappe à la connaissance
Je comprends que sur les séries, il est difficile d'avoir un avis définitif sur la question en un épisode mais quand même c'est nullissime.

En haut de la liste des choses qui ne vont pas, l'histoire, le scénario, les dialogues ; tout sonne faux, les péripéties s'enchainent avec la grâce d'un éléphanteau apprenant à faire des entrechats, la seule chose qui permet de faire passer ces 50min est le jeu du who's who qui parasite l'ensemble vu qu'aucun personnage n'est correctement installé, les scénaristes préfèrent également faire énoncer des évidences par les personnages de manière à prendre le spectateur pour un teubé et que ça paraisse bien artificiel et il y a un problème évident de tonalité (par moment y a des chutes qui ressemblent à des blagues pas drôles, comme si la série essayait de s'adresser à des gamins). Juste en dessous, les acteurs qui sont les moins convaincants possibles (pas aidés par des personnages consternants), l'interprète de Gordon en tête qui a du mal à convaincre en temps qu'enquêteur badass, la déco' toujours trop léchée même lorsqu'elle veut faire crade, totalement improbable par moment (l'allée dans laquelle les Wayne se font dessouder est une avenue ; Jim habite dans un loft top design...) et sans jamais d'empreinte dans le réel : on a l'impression d'être dans un parc d'attraction. Enfin, presque à égalité, la réalisation plate et fade qui ne fait que ressortir les mauvais aspects de ce pilote d'une série qui, je n'en doute pas une seconde, n'est pas la pire qui soit, mais qui irait s'infliger d'autres épisodes que celui-ci pour découvrir que c'est effectivement naze ? :/

_________________
| Avatar : A. Schaff |


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Gotham
MessagePosté: Jeu 25 Sep 2014 22:41 
500 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Nov 2005
Messages: 6490
Localisation: dans la lune
Hum! Tu es plus dans la posture que dans la critique, là, non?

C'est le sentiment que ça me donne en tout cas (facilité de l'éreintement, raccourcis, approximations et une façon de faire mine d'ignorer de quel type de produit il s'agit, du cadre et des codes dans lesquels il s'inscrit).

J'ai des réserves quant à la série mais ton propos me donne l'impression d'être finalement plus caricatural que la série elle-même, alors même que c'est en gros ce que tu lui reproches. Un comble!

_________________
ImageImage


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Gotham
MessagePosté: Jeu 25 Sep 2014 22:56 
Ô-Totoro
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Mar 2006
Messages: 3647
Localisation: Échappe à la connaissance
Critique je ne pense pas, posture je n'espère pas ! Plus dans la consternation, je dirais.

Voir que ce genre de produits formatés (pas dans le bon sens du terme - si seulement ça existe) est accueilli avec bienveillance alors que le seul effet certain qu'il a est d'écouler le temps me laisse toujours perplexe. On demande pas des chefs-d’œuvre à chaque fois avec toutes les séries, mais mince c'est inintéressant de bout en bout autrement que par le prisme du comics.

L'avenir nous dira si j'ai raison d'avoir été médisant avec Gotham :3

Te vengerais-tu de mon affection pour Homeland ? :p

_________________
| Avatar : A. Schaff |


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Gotham
MessagePosté: Jeu 25 Sep 2014 23:28 
100 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 15 Mar 2006
Messages: 845
Localisation: rayon moquette et papier peint
Leto a raison, c'est naze.

Qu'est ce que j'ai pu me faire chier en regardant cet épisode. Effectivement, faire une série sur Batman après la version Nolan semble perdu d'avance. Et Arrow se débrouille bien sur le thème du milliardaire sans super pouvoir qui joue au justicier la nuit.

Vouloir suivre Gordon 20-30 ans avant la naissance de Batman est une fausse bonne idée. On s'en fout. Que ce soit le scénario, le traitement, les "héros", les gamins qui vont devenir super vilains, on s'en bat!

Et grosse maladresse dans la trame principale, on nous fait comprendre que Gordon a (d'après ce que j'ai compris), deux objectifs : retrouver l'assassin des parents Wayne et combattre la corruption seul contre tous. Deux objectifs qu'il ne pourra jamais réussir. Et puis s'il réussi, on s'en fout.

Bref, un pilot qui donne tout (trop?) et qui arrive quand même à nous ennuyer.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Gotham
MessagePosté: Ven 26 Sep 2014 05:57 
The old man
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Jan 2004
Messages: 19343
Localisation: Joker
Pour ma part j'ai trouvé ça plutôt sympa. Il y a du fan service un peu facile (genre Ivy) mais dans l'ensemble la vision de Gotham est plutôt cool, avec un univers mafieux d'emblée ambigu, soutenu par un Pingouin vraiment épatant (faut dire que c'est lui qui articule ce premier épisode).
Côté flic, si Gordon est pour l'instant le jeune bleu plutôt naïf et lisse mais Bullock a une bonne aura... et quelle bonne surprise de découvrir que Renée est de la partie ! Vraiment sympa de l'avoir intégrée en dépit de la chronologie officielle/classique.
Le plus étonnant c'est finalement le casting enfant de certains, là par contre je suis curieux de voir ce qu'ils peuvent raconter ?_?
En tout cas curieux de voir la suite.

_________________
Image
Manga List | Anime List
Les règles du forum sont faites pour être respectées, merci de les garder en tête.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Gotham
MessagePosté: Ven 26 Sep 2014 10:09 
100 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 19 Nov 2004
Messages: 805
Localisation: en train de survivre
Je suis assez d'accord avec Ange et Seleniel, je ne comprends pas trop les reproches qui sont fait à ce premier épisode.
C'est effectivement plus dur de regarder une série quand de base, on sait qu'on ne va pas aimer (et bon si de base vous n'avez pas aimé la bande-annonce...), c'est à la limite du masochisme.

De mon côté j'ai trouvé ça sympa, même tres bien. J'aime beaucoup l'ambiance posée dans Gotham, certains choix m'ont un peu dérangé pour la cohérence artistique, mais c'est du détails (comme les lunnettes steampunk de Selina). J'ai contrairement à grand nombre aimé la prestation de l'acteur qui joue Jim Gordon, je trouve que ça colle à la série animé des années 93, puisque j'ai le souvenir justement d'un commissaire assez large d'épaule. Les autres acteurs m'ont également convaincu, le pinguin et Bullock forcément, mais aussi le reste du casting, comme le jeune Bruce ou le parrain Falcone.

Je suis assez sensible à tous les easter-eggs (Fan service est vraiment un terme dégradant je trouve), donc globalement j'ai plus aimé que detesté à chaque fois. Et clairement même si Batman est connu par le grand public j'ai des grand doute quand à la connaissance de personnages reservés aux comics, comme les Falcone par exemple. D'ailleur j'aimerai bien voir si on va introduire le personnage de Hush.

Pour le fait que Jim habite dans un loft de luxe, bah déjà on ne sait pas si sa copine est riche, et de plus c'est le fils d'un procureur, ce qui est plutot bien niveau financier.

Le reste des reproches c'est quelque chose que je n'ai pas remarqué, mais au globale je trouve que la série emprunte pas mal à la serie animé de 93, dans l'ambiance général surtout, donc pour ma part j'ai aimé, je ne suis pas sensibles aux éléments reprochés et je continurai à regarder.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Gotham
MessagePosté: Sam 27 Sep 2014 14:04 
500 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Nov 2005
Messages: 6490
Localisation: dans la lune
Leto a écrit:
Te vengerais-tu de mon affection pour Homeland ? :p
C’est marrant que tu dises cela parce qu’à y réfléchir (mais c’est peut-être un déni de ma part), j’ai le sentiment que c’est une projection de ta part! Si vengeance il y a sur ce topic, ce serait plutôt la tienne, venant descendre sans réel argument une série que je présente, moi qui n’ai pas été tendre avec Homeland récemment ! Non ?

Sinon, situation paradoxale de devoir défendre un objet qu’on a apprécié, mais qu’on ne pense pas être non plus un chef d’œuvre, juste un truc honnête dans son genre. M’enfin, pour rebondir sur les deux seuls éléments précis que tu apportes dans ta critique (parce que le reste, honnêtement, c’est tellement général qu’on pourrait le balancer pour n’importe quel série/film qu’on voudrait dessouder):

Leto a écrit:
la déco' toujours trop léchée même lorsqu'elle veut faire crade, totalement improbable par moment (l'allée dans laquelle les Wayne se font dessouder est une avenue ; Jim habite dans un loft top design...)
Le loft de Jim : lorsque je l’ai découvert, je me suis effectivement dit « ce n’est pas possible, Gordon ne peut habiter un endroit pareil ». Sauf que immédiatement après, si je me souviens bien, on a un dialogue avec Barbara qui explique que le couple n’habite pas encore vraiment ensemble, qu’il s’agit là de l’appartement de Barbara. Et ensuite on nous dit qu’elle est galeriste (revenus confortables).

Plus que le design du lieu, c’est l’ouverture vers une potentielle dramatisation de l’écart social entre les deux personnages ici suggérée qui m’a interpelé (ça peut être un ressort d’intrigue sympa comme catastrophique). Les dialogues prennent peut-être souvent les gens pour des teubés, mais en l’occurrence, étant donné ce que tu as conclu de la scène, ils auraient peut-être dû être encore plus explicites.

J’ajoute, au sujet de l’écart potentiel de moyens financiers entre les deux personnages, que ça pourrait s’intégrer assez naturellement dans une perspective de polar : détective désargenté et riche princesse, le thème des difficultés financières des policiers face à la pègre étalant ses richesses et bien sûr la corruption en découlant. Me semble donc justement que ce seul cadre, et sa contextualisation, ouvraient pas mal de choses et que les réduire à une caricature, tronquée en plus, n’est pas très pertinent.

Le lieu du crime : parler d’une avenue est d’une totale mauvaise foi : deux voitures ne passent pas dans la rue. Mais quand bien même, le design de Park Row adopté ici est hyper classique, est même plus « étroit » que celui des premiers batman, qui ressemblent bien davantage… à une avenue justement ! C'est ballot.

Autre détail : l’humour. Faut pas déconner : il est très mineur dans cet épisode et c’est là encore faire un mauvais procès il me semble. L’humour est pour le moment axé autour de Bullock (ce qui fait pencher la balance du bon côté pour lui et construit le couple de héros à la manière du duo Falstaff/Henry-face-de-carême) et le seul moment bizarrement potache c’est quand nos deux policiers sont pendus à des crocs de boucher. Et franchement, en termes de tonalité, ou de rupture de tonalité, c’est plutôt faible par rapport à d’autres séries voisines sur lesquelles on ne tombe pas à ce sujet (Game of Thrones par exemple). Là aussi, c’est assez dans les codes de ce type de série, ce n’est pas une déviance/erreur de la série en particulier.

Dernier point, le formatage. Là, je rejoins partiellement : c’est ce qui m’a également posé problème, au niveau des dialogues surtout, et de la caractérisation de certains personnages. Mais comme je le disais plus haut, pour moi ça ne se limite pas aux séries grand public américaines. C’est exactement ce que je reprochais dernièrement à Homeland, et, dans une moindre mesure, au traitement infligés à la fin aux héros secondaires de Breaking Bad.

Et là, il y a deux postures, et c’est ce qui nous oppose. D’un côté, on peut être indulgent vis-à-vis des séries par ailleurs ambitieuses et tomber sur les séries mainstream qui ne proposeraient pas grand chose. De l’autre, on peut être exigeant vis-à-vis de séries qui ont des prétentions – et qui tombent comme les autres dans ce genre de travers – et plus tolérant vis-à-vis de séries qui annoncent la couleur et se situent à l’intérieur de balises très visibles. Il me semble que la ligne de fracture est là.

Personnellement, ça m’embête bien davantage que les séries « hype » se complaisent dans certaines facilités et aberrations, surtout quand à côté, une série mainstream fait son job honnêtement à côté des passages lourdingues.

Et si je parlais de posture, c’est parce que ce type d’éreintement très général me semble réalisé davantage pour lui-même que pour témoigner d’un regard sur l’objet discuté. En plus d’apparaître lui-même très formaté. Parce que, tu ne t’en peut-être pas compte, mais en fait, ce que tu reproches à Gotham, c’est l’un des genres sur lequel la narration va reposer : le procedural. Il va y avoir, parce qu’on va parler d’un commissariat, des codes précis réemployés, ceux qui ont fait le succès de séries comme House, Mentalist ou Elementary. On peut ne pas aimer le genre, mais il est un peu incontournable vu le genre (et pas la peine de ressortir à ce sujet l'excellent True Detective: le format n'a rien à voir, l'ambition et le positionnement non plus). Ce n’est pas exactement ça que j’entends moi par formatage alors que j’ai le sentiment que c’est ce qui pointe dans ta critique.

Surtout que j’ai bien le sentiment qu’il y aura matière à se plaindre de la série prochainement. Le développement autour des enfants/ado me fait assez peur par exemple. Le rôle dévolu à Barbara aussi. Mais dire que les acteurs sont tous mauvais, qu’on s’ennuie et que les péripéties s’enchainent mal, ça me semble tellement peu pertinent que ça me donne l’impression que tu avais décidé de ton jugement sur la série avant même de regarder ce premier épisode.

_________________
ImageImage


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Gotham
MessagePosté: Sam 27 Sep 2014 22:42 
Ô-Totoro
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Mar 2006
Messages: 3647
Localisation: Échappe à la connaissance
Concernant Homeland, c'était une boutade qui m'a traversé l'esprit en te répondant, pas d'arrière pensée !

Tout d'abord, pour expliciter les défauts qui m'ont sauté aux yeux et qui sont tellement généraux qu'on pourrait le balancer pour n'importe quelle série, je trouve que la scène vers la fin avec Falcone est très parlante en ce qui concerne l'écriture/la réalisation/les acteurs : on dirait deux potes qui discutent autour d'un barbecue tellement c'est plat. Un barbecue qui aurait lieu dans un entrepôt désaffecté, mais un barbecue quand même. Falcone a beau être un mafieux sur le déclin, je subodore qu'il est censé être un parrain un minime crédible. Or, on ne sent jamais sa présence, son charisme, son ascendance dans la hiérarchie par rapport à Jim : rien dans la mise en scène ou dans le jeu des acteurs ne m'a fait ressentir le caractère de l'un et de l'autre, le conflit naissant entre la vieille mafia ferme et usée et la fougue arrogante et démesurée de Gordon, autrement que par les dialogues qui ressemblent plus à une exposition de synopsis qu'un véritable échange entre les deux personnages. "Vous possédez la police", énonce doctement Jim pour qui ça n'a l'air ni d'une révélation, ni d'une carte abattue dans le duel de teub mentale que les deux viennent d'engager. C'est juste une information fourguée au spectateur.
Perso, je préfère qu'on me fasse entrer dans une histoire, pas dans une exposition.

Pour le design de Park Row, les screenshots sont plus parlant : Batman, Batman begins, Gotham. Peut-être que les Park Row étaient plus larges, en tout cas les cadrages plus resserrés saillaient plus à l'intensité émotionnelle du moment. Sans compter l'aspect ridicule du cri final de la dernière monture qui bouffe toute l'émotion du moment, pas plus aidée par la place de la séquence dans la série. Même Nolan qui n'est pourtant pas un cinéaste de l'émotion avait mis en place la famille Wayne avant de passer à la mort des personnages. Là, il s'agit d'une séquence informative, avec un stylisme à outrance qui brise toute connexion émotionnelle intrinsèque à la séquence.
On pourrait m'opposer que c'est Jim Gordon le personnage central de la série, mais j'ai honnêtement bien eu du mal à voir son intérêt au-delà de la mythologie Batman... Pour l'instant, il est très gnangnan et sans traitement pour épaissir cette figure de l'Incorruptible pourtant pleine de potentielle.

Pour le loft, il y a effectivement des explications mais le lieu m'a totalement gêné dans le fait qu'on n'a pas l'impression de voir un appartement mais un décor de studio - défaut que je trouve à l'ensemble des décors du pilot.
Plus largement, la relation entre Gordon et Barbara ne sonne pas juste : ils se côtoient depuis quelques temps et pourtant Jim est cet inspecteur qui débarque à Gotham. Les éléments qui permettraient de boucher les trous (et ils peuvent être nombreux !) ne sont pas du tout contenus implicitement ou explicitement dans l'épisode ; alors que c'est, à mon sens, un élément de la série bien plus essentiel à poser d'emblée que de voir Nygma, Falcone ou Ivy dès les 50 premières minutes, puisqu'il permettrait de remettre le personnage principal dans son contexte afin qu'on puisse s'attacher à lui. Certainement que la série devrait pouvoir y pallier par la suite, mais pour moi ça me semble être la base pour que la série fonctionne immédiatement d'un point de vue narratif. Là, on est dans l'expectative qu'elle apporte des éléments pour incarner le personnage principal, qui n'est qu'un pantin pour lequel on peut projeter pleins de développements potentiels intéressants mais qui n'est pour l'instant rien de "vivant". C'est là qu'on reconnait un bon pilot d'un moyen : celui qui arrive à prendre chair à son univers et ses personnages, sans forcément les dévoiler entièrement mais en les mettant dans un contexte qui sonne comme l'évidence.
Homeland ou Breaking bad arrivent à cela (franchement, les pilots des deux sont sans commune mesure avec ça...), ce qui fait, je pense, que j'ai plus tendance à leurs pardonner leurs erreurs par la suite dans la mesure où elles ont su m'amener correctement dans leur monde - c'est peut-être là mon intolérance élitiste vis-à-vis du mainstream fade.

Pour l'humour, je ne m'infligerai pas une seconde fois le pilot pour vérifier s'il y avait d'autres fausses notes majeure que celle du croc de boucher qui m'a effectivement choquée (j'ai tiqué sur la dernière scène, avec Oswald, mais je suis pê le seul). Mais elle relevait d'un esprit cartoonesque qui ne me parait pas du tout appropriée pour les enjeux de la scène et pour la série globalement. A voir si ça se répète par la suite, mais ça je ne le saurai pas..

L'aspect procedural de Gotham est pour l'instant très limité et sans aucune once d'inventivité. Peut-être que ça craquera par la suite pour devenir original, mais cet aspect là est très mal vendu avec le pilot, j'ai du mal à voir comment on peut s'enthousiasmer sur ce aspect. Ou alors est-ce d'un point de vue de l'esthétisme, mais j'en reviens au côté "décor de studio" qui me sort constamment de l'ambiance.

J'espère avoir été plus clair sur ce qui me gênait dans la série et qui fait que le pilot signera la fin de mon intérêt pour elle. J'avais effectivement quelques a priori lorsque j'avais vu les bande-annonces, mais c'est parce qu'elles faisaient déjà apparaitre les défauts que je lui trouve. Comme quoi la promotion était bien faite :Bon clay bizou bizou:

_________________
| Avatar : A. Schaff |


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Gotham
MessagePosté: Dim 28 Sep 2014 14:27 
500 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Nov 2005
Messages: 6490
Localisation: dans la lune
Bon ben ces précisions confirment quand même ce qu'on pouvait deviner de tes précédents posts: tu avais un avis a priori que tu as cherché, à l'économie, franchement, à justifier a posteriori. Parce que les éléments que tu pointes là sont, comme les précédents, à mes yeux, plutôt de mauvaise foi quand ce n'est pas fallacieux.

La scène de fin avec Falcone.
C'est une chose que de trouver que c'est mal interprété ou que ça sonne faux, ou que c'est poseur - pour moi cela relève encore une fois des "codes" de ce type de série, on s'y fait ou pas - et de dire que les dialogues sont une simple exposition de faits que l'histoire ou la narration n'ont pas su introduire avant - ce qui est faux quand on a suivi honnêtement l'épisode. En effet, le poids des Falcone sur la ville et sur la police, on l'a vu avec Bullock et Fish Mooney, on l'a eu avec Montoya et Allen, on l'a eu avec Motoya et Barbara, on l'a eu avec Barbara et Gordon, on l'a eu avec Montoya et Gordon et enfin on l'a eu avec Gordon et Bullock. Donc, sérieusement, le dialogue final peut être sur le ton du constat: c'est la conclusion à laquelle arrive Gordon à la fin de sa prise de contact avec Gotham.

Park Row
Là, aussi, je te trouve de mauvaise foi. Le screenshot que tu prends est le seul en plan large, en vue plongeante. Il conclut la scène de meurtre qui sinon est en plans serrés (visages, fameuses chaussures, collier, etc.). L’arrivée de la police insiste aussi sur le caractère plutôt étroit du lieu. Bref, tu n’aimes pas la scène, soit, mais pas la peine de trouver de fausses raisons à pour objectiver/légitimer ton ressenti.

Parce que pour ce qui est du cri de Bruce, là aussi, ça se discute. Dans la bande annonce, j’avais trouvé que ça évoquait un fantasme de bruit de chauve-souris alors que dans la scène elle-même j’ai trouvé ça plus « naturel ». Et ça ne m’a pas gêné (on a bien le caractère en apparence gratuit du meurtre et le choc qui en découle pour Bruce).

De même pour le choix de faire démarrer par le meurtre des Wayne, sans les avoir introduits : c’est un choix fort qui peut effectivement se discuter. Mais je trouve ça très bien personnellement parce que ça nous inscrit dans le procédural comme cadre de base, ça fournit le fil rouge sériel qui va permettre de sortir du procédural et ça laisse une marge pour exploiter Bruce par la suite (parce qu'on aurait versé plutôt dans le soap si on avait conservé les Wayne, qui serait devenus naturellement les héros de la série). Et puis, imaginons une saison 1 culminant avec le meurtre de Thomas et Martha : qui n’aurait pas hurlé à la reprise de la structure de la saison 1 de Game of Thrones ?

Pour les décors, ils sont effectivement hyper léchés, limite expressionnistes. Je ne leur en ferai pas le reproche : c’est un parti-pris esthétique que je trouve pertinent de sur-travailler les lieux dans une optique qui le justifie doublement : d’une part puisque le titre nous invite à une plongée dans un lieu, d’autre part puisque ce lieu a connu, par ses origines puisées dans les comics, des représentations très typées. On aime ou on n’aime pas, encore une fois, mais c’est justement pour moi l’un des points intéressants de la série, parce que réfléchi et assumé.

Pour Barbara, je suis bien content qu’on ne s’attarde pas sur le personnage. Pour moi, il constitue l’un des risques de la série et je pense qu’on va suffisamment rapidement s’embourber dedans pour ne pas regretter de ne la voir qu’en filigranes pour l’heure. Et, là encore, pourquoi cela serait-il plus important de la voir développée elle plutôt que les vilains que tu cites ? Certes elle sera certainement davantage récurrente que les autres, mais elle porte moins l’idée qu’on se fait du projet qu’une galerie de vilains, celle-ci fut-elle rapidement présentée dans le premier épisode.

Tu me donnes l’impression de te tromper de « produit » en plaquant des attentes qui ne sont pas adaptée à ce type de programme. Tu évoques Breaking Bad et Homeland : bien sûr qu’il s’agit de meilleures séries. C’est une évidence, d’ores-et-déjà. Mais ce n’est pas une compétition. Elles ne se positionnent pas de la même façon vis-à-vis du public, elles n’ont pas les mêmes ambitions, ne fonctionnent pas selon les mêmes codes. Elles n’ont même pas le même format. On peut aimer les unes et les autres quand même, mais on ne les jugera pas de la même manière, ça n’aurait pas de sens. Et ça n’empêche pas d’être exigeant avec les unes et les autres. Mais pas de la même manière.

On en revient à ce que je disais plus haut : tu n’adaptes même pas ton discours à l’objet que tu envisages, ni même au cadre où tu l’énonces (franchement, en termes de discussion, ton premier message : il s’adressait à qui et pour dire quoi, à part « Voyez ce que je peux balancer sur le truc qui va devenir à la mode ! » ? En termes de formatage, ça rivalise avec l’objet que tu critiques !).

Je suis certainement un peu rude, mais sur le principe ça me pose souci et il vaut mieux que je le relève dès à présent, tant que je n’ai pas été déçu par la série (ce qui arrivera peut-être d’ailleurs : en ce moment ce type de série me lasse aussi et je vois déjà ce qui va me fatiguer dans Gotham). Parce que même si je me rallie plus tard à ta position (ne pas aimer), ce ne sera au moins pas pour les mêmes raisons.

Bref, il y a des choses qui ne vont pas fonctionner dans Gotham, des défauts qui vont immanquablement émerger, certains trucs qui peuvent déjà agacer, comme dans de nombreuses séries du même type (je pense à Walking Dead par exemple, en écrivant cela). Mais on sait de quoi il s’agit avant et je trouve déplacé de faire semblant de reprocher des trucs précis qui en fait recouvrent le mépris global qu’on a pour un type de production. C’est de la distinction, tout bonnement, ou pour le dire plus simplement du snobisme.

Et pourquoi pas après tout, mais dans ce cas il faut plutôt dire qu’on n’aime pas tel type de production, pour ses facilités ou pour toute autre raison générale, plutôt que vouloir montrer tel cas précis d’avance condamné pour des faits qui n’en sont pas. Car attention, à trop vouloir se la jouer Inrocks, on court de risque de virer Télérama.

_________________
ImageImage


Dernière édition par seleniel le Lun 29 Sep 2014 07:11, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Gotham
MessagePosté: Dim 28 Sep 2014 15:59 
Ô-Totoro
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Mar 2006
Messages: 3647
Localisation: Échappe à la connaissance
Tu me prêtes beaucoup d'intentions inconscientes et conscientes snobs et prétentieuses concernant ma "critique" et méprisantes envers la série (en quoi voir ce qui ne va pas fonctionner sur soi dès le trailer est du mépris caractérisé d'ailleurs ?)
L'intention de mon premier message n'était que de transmettre mon ressenti sur la série, de manière très décousue (les ordres de priorité n'étaient peut-être pas les bons) et avec un ton trop péremptoire (mais je n'ai pas accroché à un seul aspect du pilot, ça arrive), parce que faite à vif après avoir fini l'épisode. Je ne recherche ni la posture, ni la distinction. D'ailleurs, ça me fatigue et ça me bouffe en général d'être en désaccord global avec les gens, parce que je sais que lorsque je vais essayer de poser ce que déplait, je vais être taxé d'élitiste incapable de prendre du plaisir simple sur les œuvres. Et pour avoir souvent fait l'introspection de ce procès, je n'ai jamais réussi à arriver à cette conclusion. Un déni profond, peut-être. Ou alors, ma manière de le communiquer qui passe mal - j'écris comme un four à micro-onde, je sais.

Si j'ai évoqué Breaking bad, c'est parce que tu l'as cités bien avant. La première évocation d'Homeland, ça agissait en forme de boutade et non pas en comparatif critique. D'ailleurs, la seule comparaison que j'ai voulu émettre, c'est par la capacité à émerger dans l'univers de la série. Gotham a échoué à m'y faire entrer, j'ai critiqué et essayé de poser des mots sur ce qui me gênait. D'ailleurs, à force de s'insulter, on finit par en arriver au point où on voit les aspects sur lesquels soit on franchit le pas, soit on n'entre pas dedans. La direction artistique comic-book ultra-léchée fonctionne pour toi, elle me parait trop artificielle pour moi, etc. On ne va pas reprendre à un à un les éléments.
En soi, tu as gagné car tu réussis à me faire admettre que mes propos étaient durs au départ, mais c'est parce que je n'ai pas.du.tout. aimé ce pilot. La prochaine fois que je n'aimerai pas quelque chose, j'éviterai de le dire avec fracas ça sera plus gentil pour ceux qui ont apprécié.

_________________
| Avatar : A. Schaff |


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Gotham
MessagePosté: Dim 28 Sep 2014 16:14 
500 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Nov 2005
Messages: 6490
Localisation: dans la lune
Leto II a écrit:
D'ailleurs, à force de s'insulter, on finit par en arriver au point où on voit les aspects sur lesquels soit on franchit le pas, soit on n'entre pas dedans. La direction artistique comic-book ultra-léchée fonctionne pour toi, elle me parait trop artificielle pour moi, etc. On ne va pas reprendre à un à un les éléments.
Doit y avoir quelque chose comme ça. Une raison qui pousse ma réaction en cette occasion, c'est que récemment j'ai essayé de se mettre à la série Once upon a time, dont je me disais qu'elle serait gentiment divertissante, à la manière d'un Arrow, d'un Walking Dead ou d'un Gotham en somme. Mais je n'ai pas du tout, mais du tout, accroché, certainement pour des raisons d'empathie avec l'univers proposé. Impossibilité à entrer dedans malgré le fait que le pitch de départ me semblait séduisant et que j'avais l'impression de retrouver les mêmes défauts et qualités de ce type de séries. Va savoir pourquoi. Mais en l'occurrence, l'expérience d'un réel ennui sur les premiers épisodes. Pas de bol mais le paysage est suffisamment vaste pour que je ne perde pas de temps et que j'aille voir ailleurs, sans pour autant avoir la sensation que la série en question est un plantage. Ça n'a pas trouvé d'écho en moi et tant pis. Peut-être plus tard, peut-être jamais.

Mais en conservant l'envie que l'alchimie fonctionne encore sur ce type de série. Parmi mes plus beaux souvenirs de spectateurs de série télé il y a plusieurs de ces séries "de genre", non exemptes de ces défauts génériques, souvent inégales dans leur longueur: qu'il s'agisse de Battlestar Galactica, Firefly ou même Lost.

Et désolé pour la nature, et le ton, polémiques de l'échange!

_________________
ImageImage


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Gotham
MessagePosté: Dim 28 Sep 2014 17:26 
100 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 15 Mar 2006
Messages: 845
Localisation: rayon moquette et papier peint
Vous arrivez à vous prendre la tête sur des trucs...

Je me permet de m'éloigner de vos histoires personnelles pour revenir sur la série :

Scène d'intro : catwoman fait du parkour dans Gotham et on arrive sur le meurtre des Waynes. Un peu radical comme approche mais pourquoi pas.

Scène 2 : Dans le commissariat, un junkie se libère de ses menottes, pique un flingue. Un flic prend la situation en main "hold your fire, i got this". Il négocie la situation et maitrise le méchant monsieur à main nu. On nous fait ensuite comprendre que c'est un bleu, un rookie, un noob. Et ce gars, c'est Gordon. Pourquoi vouloir le faire passer pour un badass? En tout cas c'est raté comme présentation... Ok, il arrive quand batman?

Lieu du crime, Gordon rencontre Bruce, Alfred est un connard, les présentations sont faites, ce flashback va bientôt finir, cool.

Montoya et Allen, blablabla, retour au commissariat, scène forcée avec nygma, les deux flics suivent la piste de fishmoney. Bon ok, l'épisode se concentre sur la résolution du meurtre des parents Waynes, bizarre comme approche pour un pilot sur batman mais pourquoi pas...

Pingouin est un psychopathe, Gordon a une copine, Ivy est une gosse maltraitée, que c'est chiant, je me fout de tout ca.



Bon, à partir de là, je comprend que le pilot n'est pas un flashback et que je viens de me tapper une présentation vraiment pas subtile de tout le bestiaire relatif à Gotham. Je comprend aussi que le héros est Gordon et ce que j'en ai vu pour l'instant me donne pas envie de continuer.
J'ai découvert la série, comme je le fait toujours, sans bande annonce, sans infos. Alors oui, bien sur, j'anticipais de voir une série de super héros mais je pense que j'aurais pu découvrir et suivre Gordon si ce que Gotham propose avait été autre chose qu'une banale série policière sans autre originalité que le background DC.
En 2min de passage à l'écran, Bruce a quand même ce coté tragique qui fait de lui le personnage avec le plus de potentiel de la série et il est relayé au rang de victime oubliable comme on en voit dans "new York section criminelle". Bruce est livré avec le majordome Alfred Balaidanlfion qui vous coupe l'envie de sourire (je doute pas que le perso va évoluer mais bordel, quelle mauvaise impression il donne pour un pilot)
Gordon est donc le héros, présenté comme seul contre la corruption, qui se bat à main nu et qui a une copine avec un passif sombre. hummm... ca me rappel vaguement quelqu'un...


Je ne sais pas s'il y a tromperie sur la marchandise. Une série basée sur un jeune inspecteur Gordon ne tient pas la comparaison face à ce que peut offrir Batman. En soi, ce n'est pas bien grave. Le problème est que Gotham est une sous série policière faiblarde avec des persos fadasses. J'ai même pas fait attention aux décors ou à l'appart de Barbara tellement c'est anecdotique et je comprends pas trop pourquoi vous bloquez dessus. Avec tout les personnages présenté, pas un seul ne retient l'attention. Je dis pas qu'ils sont pas bon, dans l'ensemble, le jeu des acteurs est correct, simplement, on s'en fou. Il n'y a personne pour porter la série et l'histoire est trop banale et prévisible pour donner envie.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Gotham
MessagePosté: Jeu 2 Oct 2014 16:54 
300 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 19 Déc 2007
Messages: 1624
Localisation: Comme la vérité, ailleurs.
Une série policière avec une skin Batman, je ne peux qu'être en grand accord avec leolio.
Le pilote m'a laissé une impression plutôt moyenne, mon avis se mélangeant à ceux de seleniel et de leto. (faites l'amour pas la guerre)
Le second épisode m'a un petit peu plus plu, même si on reste très loin d'un quelconque élan de sympathie pour la série.
Je n'avais pas vraiment regarder les trailer mais je savais ce que serait la série, surtout avec les bonshommes qui ont les commandes de la réalisation et du scénario. Pas forcément envie de revenir sur le premier, ce serait d'avantage des critiques donc bon. Plus pour ce second avec déjà des faiblesses scénaristique, encore. Les jeunes de Gotham savent que quelqu'un en veut à leur vie mais s'approche d'inconnu qui veulent leur donner à manger ?
Harvey frappe un collègue en plein commissariat avec un désintérêt général global ? (même si c'est une légende on aurait pu nous montrer une réaction des autres protagonistes) Il y a également l'écriture de Gordon. C'est quand même un personnage plutôt franc du collier et qui n'hésite pas à dire à ses collègues ce qu'il pense, en tout cas c'est ce qui ressort avec la lecture de Year One. Mais ici même si il reste droit, il semble tout de même bien trop en roue libre et effacé. Plutôt que d'être honnête et de le faire comprendre il fait des petits coups en douce. A voir si c'est moi qui voit la chose d'un œil différent mais c'est ce dont j'ai l'impression. Il y a encore d'autres choses auxquelles je n'ai pas accroché mais contrairement au pilote qui voulait en balancer trop, ici on commence à construire. Après je pourrais dire que comme les fondations ne sont pas extra il y a tout de même des longueurs d’écritures dans cet épisode. Pourtant, et malgré cela j'ai plus apprécié ce second épisode. A voir pour la suite.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Gotham
MessagePosté: Lun 6 Oct 2014 21:35 
500 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Nov 2005
Messages: 6490
Localisation: dans la lune
Plutôt satisfait de l'épisode 2. C'est plus centré que le précédent, on a passé l'exposition et on peut développer des intrigues, mais il y a encore quelques trucs qui pêchent à mon sens:

- d'abord le fait que les fils rouges bouffent la dimension "procedural" alors que c'est elle qui donne son rythme à l'épisode. Tout ce qui tourne autour de l'enlèvement des enfants est bien fichu et bien mené, mais dès qu'on en sort on perd en dynamique. Et du coup, avec ce côté choral en marge de l'enquête, on a de vrais coups de mous au cours de l'épisode (et un cliff assez faiblard accessoirement: c'est dommage de ne pas soigner un peu mieux cela).

- ensuite Bruce et Gordon: on sent que ça va être coton de bien développer cela et de faire une place au gamin à chaque épisode. Le choix est de détourner l'attention avec un Alfred vraiment improbable: à voir si ça fonctionne sur le long terme.

- enfin quelques petits excès qui gâchent les effets produits. Par exemple, j'ai beaucoup aimé la confrontation Fish / Carmine mais ça aurait dû s'arrêter au départ du parrain, avant que Fish ne vire tout le monde.

Sinon, c'était très sympa.

Le choix du Taxidermiste comme Vilain m'a étonné mais le fait de récupérer des éléments de New 52 est certainement une bonne idée. Ça permet d'avoir un matériau plus frais et malléable pour créer.

Le développement autour du Pingouin, s'il casse le rythme de l'épisode, demeure très très bon. C'est vraiment chouette et l'introduction de sa mère, interrogée par Montoya et Allen est juste formidable. J'ai adoré cette ouverture-là!

L'implication de Selina fonctionne aussi alors que c'était casse-gueule. On ne la voit pas trop, mais juste ce qu'il faut. Et l'enquête principale reprend donc en partie.

Sinon, autant il n'y a guère de doute concernant la corruption du maire, autant je ne suis pas bien sûr pour Essen. Les sous-entendus semblent aller dans ce sens mais ça m'étonne quand même du personnage.

_________________
ImageImage


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 53 messages ]  Aller à la page [1], 2, 3, 4  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com