Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 117 messages ]  Aller à la page [1], 2, 3, 4, 5 ... 8  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: Avatar
MessagePosté: Mer 16 Déc 2009 15:28 
The old man
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Jan 2004
Messages: 19343
Localisation: Joker
[align=center]Image[/align]


Pandora existe. Je l’ai vu.


Chef d’Œuvre Classique et Populaire ?
Fondamentalement je ne sais pas si « Avatar » est un chef d’œuvre, mais une chose est sûre, il y a une volonté fédératrice, voire populaire qui habite l’œuvre dans son ensemble. Une aventure que chacun peut apprécier à sa manière, de la pure introspection au grand spectacle.
Un des aspects remarquables de film, c’est sans doute le fait qu’il est tellement évident qu’on en oublierait facilement le phénoménal travail sur l’univers, la réalisation impeccable et claire, ainsi que la magistrale prestation des acteurs.
En effet l’histoire et les personnages sont simples et directs, le spectateur sait ce qu’on va lui raconter. Là-dessus, le film ne fait pas grand mystère car ce n’est pas ce que recherche James Cameron à travers « Avatar ». La force du film ne repose pas sur son histoire en elle-même, classique et efficace, mais sur la façon dont elle est racontée, sur sa linguistique.


La Voie de l’Emerveillement
Pour raconter son histoire, James Cameron n’a pas choisi la parole, le rationnel et le logos, mais les sens et l’immersion. Ici toute parole ou discours est inutile car c’est uniquement en vivant « Pandora » qu’on peut espérer la comprendre.
La Parole et le rationnel sont du côté des Humains, enfermés dans un monde abstrait et froid. De ce fait les Humains ne comprennent que les êtres « Parlant » le même Langage qu’eux, et ce qui est au-delà de la « Parole » leur est incompréhensible et illogique.
Les Na’vi eux, disposent de la Parole, mais elle ne représente qu’une infime parcelle de leur mode de communication. Le Langage des Na’vi est un langage absolu car ils sont en contact et en échange permanent avec leur univers, Pandora. Et c’est uniquement à travers Pandora qu’est accessible leur sagesse et leur savoir. Ainsi « Avatar » ne se rationnalise pas, mais se ressent. Tout le film est bâti sur ce concept d’un émerveillement perpétuel comme clé de la sagesse : le Héros et le Spectateur doivent s’immerger et s’abandonner à « Pandora » pour accéder à sa substance.
C’est la Voie de l’Emerveillement car tout ne peux pas être expliqué et compilé dans une forme aussi limitée que la Parole.


Héritage et Tradition
« Avatar » s’inscrit clairement dans la grande tradition des films d’aventures sur le thème de l’Eveil et de la (re)découverte de soi-même à travers une culture autre.
Sur la forme, le film de James Cameron rappelle les films de David Lean et en particulier son chef d’œuvre, « Lawrence d'Arabie » : même obsession du format (70mm, base de l'IMAX), même durée de la version initiale (2h40) et même thème d’un héros faisant le lien entre un monde militaire et froid, et un monde tribal et sensoriel.
Sur le fond, « Avatar » est un conte animiste qui évoque le « Princesse Mononoke » d’Hayao Miyazaki. Comparaison naturelle car outre le fait que James Cameron est un grand fan d’animation japonaise, les Na’vi n’ont de cesse de nous rappeler que la Nature est Tout et que Tout est dans la Nature. Le tout appuyé par de nombreux éléments purement animistes parcourant tout le film, cela en est même troublant vu l’aspect « Blockbuster » du film !
A noter la tentative d’explication du Dr. Grace Augustine (Sigourney Weaver) du fonctionnement de Pandora et de la société des Na’vi, fort amusante ^_^


Aspects Cinématographiques Techniques
James Cameron a toujours été à la pointe des effets spéciaux (« The Abyss » avec la première animation virtuelle de liquide ou « Terminator 2 » avec le T-1000 et ses morphings virtuels révolutionnaires).
On parle beaucoup de révolutions sur « Avatar » et de l’idée qu’il y aurait un avant et un après « Avatar ». C’est typiquement le genre de question à laquelle il est difficile de répondre au moment présent, le temps étant le seul juge valable à ce genre de questionnement. Néanmoins évolutions techniques il y a, donc je vais tenter de l’expliquer le plus simplement possible.
Il y a en fait deux aspects évolutions majeures dans « Avatar » :
Cinéma virtuel : il s’agit de capturer informatiquement la prestation d’un acteur pour ensuite le restituer virtuellement. C’est le principe qui a permis par exemple de donner vie au personnage de Gollum dans « Le Seigneur des Anneaux ». L’acteur joue son personnage sans que le réalisateur ait à se soucier des costumes/maquillages, des décors, de la lumière ou encore du cadrage des plans. Ce mode opératoire offre une liberté assez remarquable car ainsi les différentes étapes de réalisation sont traitées séparément. Les réalisateurs et les acteurs adorent. L'un des pionners du cinéma virtuel est Robert Zemeckis qui tourne tous ses films ainsi. En tant que pionner cela implique aussi que ses films ont un côté un peu expérimental qui n’est pas toujours compris.
Sur « Avatar » James Cameron a utilisé de nouveaux dispositifs de Cinéma virtuel et en particulier une caméra pour voir « en temps réel » les acteurs maquillés « virtuellement ». En effet il s’agit réellement ici d’un maquillage virtuel car c’est l’acteur qui joue réellement le personnage. Dans « Avatar » tous les Na’vi sont des acteurs réels et il n’y a pas de personnages animés par des animateurs. Même les « chevaux » sont à la base de véritables chevaux maquillé virtuellement pour un rendu sans limite physique (à l’image du corps des Na’vi). Par contre certaines créatures sont évidemment animées par des animateurs ^_^
L’autre aspect, plus simple et qui sera plus court, est celui de la 3D Relief. James Cameron avec son équipe ont mis au point un nouveau dispositif pour obtenir une 3D Relief maximale et moins fatiguant pour le cerveau.
Mais tout ceci s’inscrit dans une avancée globale car comme l’expliquait James Cameron dans une interview, « Avatar » est pour l’heure le film le plus au top sur ces techniques, bénéficiant du travail entre autre de Robert Zemeckis mais il n’a aucun doute que le « Tintin » de Peter Jackson et Stephen Spielberg ira encore plus loin car bénéficiant de son propre travail. Les réalisateurs ne travaillent pas dans leur coin tout seul.


Pandora : un monde à explorer
Au final c’est cela « Avatar ». Toutes ces techniques évoquées, tous ces parti-pris scénaristiques ou de mis en scène, n’ont qu’un seul but : immerger le Spectateur dans « Pandora », un catalyseur cinématographique sans limite pour l’imagination et les sens. « Pandora », un monde avec son environnement, ses créatures et ses individus qui la peuplent.
Je terminerai ainsi sur un mot pour les acteurs du film sans qui ce monde ne pourrait être complet.
Jake Sully et Zoe Saldana qui jouent notre couple vedette sont excellents, distillant leurs émotions à travers leur maquillage sans problème. Sigourney Weaver apporte sa classe et sa sagesse naturelle, et c’est un bonheur à chaque scène (pas objectif car j’étais très amoureux plus jeune ^_^). Stephen Lang habite littéralement son rôle (le combat final, un pur moment d’action et de pose guerrière !). Michelle Rodriguez est bien trop rare à mon goût car à l'aise et charismatique (version longue !!!!). Quant au reste du casting, des Humains aux Na’vi, ils sont impeccables. Casting excellent et qui ne fait pas la part aux grosses stars du moment !


C’est sur ces bonnes paroles que j’achève cette review de ce qui est à mon sens un film très beau et très sincère (desservi peut être par ses affiches peu convaincantes !).



ANNEXE - 08/01/2010



Fable universelle jouant tout aussi bien sur les Mythes et que sur l'Histoire des Hommes et du Cinéma, le film de James Cameron est tellement riche et dense que j'ai encore du mal à assembler toutes mes idées sur cette oeuvre titanesque. Si à la sortie du cinéma j'ai eu instinctivement le sentiment qu'il s'agissait bel et bien d'une oeuvre majeure, ordonner mes idées s'est révélé assez compliqué en raison sûrement du coup de massue émotionnel que j'ai reçu - alors qu'en y réfléchissant bien, c'est évident!
Les différents aspects que je vais tenter d'aborder seront divisés en chapitre que je posterai au fur et à mesure.
Attention, ce texte fait la part belle aux spoils.



Chapitre 1 : Mythe Universel
« Entrez dans le Monde »
Après être sortie de la séance cinéma je me suis demandé si nous n'avions pas là le film ultime Campbellien. Question fondamentale vu l'importance du Maître dans le monde anglo-saxon.
Joseph Campbell, écrivain, anthropologue et figure incontournable de l'étude des Mythes et des Religions, est célèbre pour sa théorie du Monomythe composée de deux aspects : "Le Voyage du Héros" et "Le Cycle Cosmogonique".
Ce qui frappe avec Avatar c'est que le récit ne se contente pas du "Voyage du Héros" mais s’ouvre également telle une Cosmogonie pour ensuite développer une véritable Cosmologie. En effet Avatar propose de suivre et de découvrir deux figures distinctes, celle de Jake Sully dont le chemin initiatique suivra "Le Voyage du Héros" et celle de Pandora, Monde-Univers dont la cosmologie nous est enseignée par les Na'vis via une approche anthropologique précise et relativement exhaustive. Un tout Mythologique qui englobe à la fois un Héros et un Monde.
Tout Mythe débute par le Néant, ainsi le film s'ouvre sur l'espace, froid et stérile. Puis vient la scène d'ouverture d'une mort/naissance extrêmement troublante : Le Héros s'éveille et sort de son "cercueil" tandis que son jumeau (son double) entre lui dans le sien pour un sommeil éternel car il est mort. Les deux séquences sont mises en parallèle et nous ne sommes plus sûr de qui est qui. Le néant de l'espace accueille ainsi à la fois une mort et une naissance : l'Homme meurt et laisse sa place à un Etre en Devenir qui va arpenter le chemin vers son Eveil et la révélation de sa nature nouvelle.
"Le Voyage du Héros" est un modèle qui fournit au récit des points narratifs universels qui s'adressent tout autant à notre inconscience qu'à notre conscience. Ainsi le Voyage de Jake Sully passera à travers des étapes classiques telles que "La Caverne de la Baleine" (Privation de son avatar suivi d'une renaissance avec un nouveau "Pouvoir"), "La rencontre avec la Déesse" (tout autant Neytiri que Pandora) ou encore "La réunion au Père" (Le colonel Quaritch, Père pour ses soldats se surnommant lui-même Papa-Dragon). Quant à la forme du voyage initiatique de Jake, elle prendra celle d'une Fable, avec son Bien, son Mal et sa Morale, le tout accompagné d'une surnarration adressée directement au spectateur (la vidéo souvenir qui devient vidéo testament, une idée géniale) - Spectateur qui vivra ainsi en même temps que Jake ce voyage vers l'Eveil de l'être Nouveau.
Pandora, un monde nouveau pour un Etre Nouveau, semble elle aussi être née à la fois du néant et des cendres de l'ancien monde : son héritage tient tout autant de la Nature de l'(Ancienne) Terre que de ses Rêves, créant un nouveau Mythe Universel avec ses créatures familières mais fabuleuses, sa forêt cerveau mais mère avant tout, ses montagnes volantes mais enracinées à la Terre, ses tribus issues de territoires distincts et variés mais unies dans l'appel au Mythe et à l'Harmonie, et un Monde où tout est lié symboliquement mais également physiquement comme s'il s'agissait de la seule façon pour ne jamais l'oublier...
Et pour parcourir et vivre dans ce panthéisme, l'Etre en Devenir a besoin d'un Avatar, une incarnation spécifique à ce monde car son ancien corps appartient à une ère révolue. Mais un Avatar est aussi de façon originel l'incarnation d'un Dieu dans le monde : l'Homme en tant que Dieu de l'ancien Monde doit redécouvrir le sens de la Vie et du Divin sur ce nouveau monde. L'Avatar est ainsi une passerelle entre l'ancien et le nouveau, en attendant que l'Etre en Devenir soit prêt à tout abandonner pour Pandora...
Le Monde est mort, vive le Monde!



Chapitre 2 : Discours sur le Cinéma
« Voici ton Avatar »
C'est évidemment lors de la découverte par Jake de son Avatar que l'enjeu cinématographique du film entre véritablement en scène. James Cameron a débuté son film en mêlant prises de vue réelles et virtuelles, le tout presque toujours dans des espaces confinés et fermés mais comme Jake, le spectateur est impatient de sortir de son siège pour partir à la découverte de ce Monde nouveau et sans limite. Un Monde nouveau qui n'existe pas au sens du réel mais uniquement au sens du rêve et qui prend corps grâce à ce grand rêveur qu'est James Cameron, véritable explorateur de territoires nouveaux. Ici le Cinéma Virtuel (Performance Capture) et la 3D ne servent qu'à une seule chose : repousser encore plus loin les limites entre réalité et rêve, et que la matérialisation du rêve ne soit plus assujettie aux contraintes du réel, à l'image du corps des Na'vis qui est un défi à toutes les contraintes de morphologie et de mouvement, un défi aux techniques de maquillage, de costume et de manipulation classique.
Et lorsque Jake fait ses premiers pas avec son Avatar, il est tel un gamin, impatient de marcher, de courir, de toucher et de simplement tout expérimenter. Un sentiment qu'a dû éprouver également James Cameron lors de ses premiers essais de Cinéma Virtuel, curieux et impatient de pousser les limites de cette expérience du Virtuel Total que représente Pandora.
Ainsi à l'image des Humains endossant leurs Avatars, les acteurs ont dû eux aussi endosser des combinaisons pour jouer dans ce monde Virtuel. Pandora devenant de ce fait la métaphore ultime du Virtuel avec ses arbres virtuels, son eau virtuelle, son vent virtuel, sa lumière virtuelle, ses ombres virtuelles, ses montagnes virtuelles et ses précipices virtuels.
Un monde qui n'existe qu'au Cinéma et qui prend vie tout aussi bien grâce au Cinéma Virtuel qu'à la 3D pour que le spectateur expérimente au plus proche possible de Jake la découverte de Pandora. Tout ici relève du rêve et de l'imaginaire, à l'exception des acteurs : ce sont eux qui donnent vie à ces Etres Nouveaux, c'est leur performance qui est capturée virtuellement pour être restituée dans Pandora. Ainsi une telle évolution pour revenir finalement à l'essence du jeu d'acteur. Tout est donc Virtuel sauf la vie qu'ils insufflent à ces géants bleus, ce qui pose une nouvelle question sur la barrière entre réel et rêve, entre ancien et nouveau : qui pilotent les Avatars ? Les acteurs ou les personnages ? Le film rejoue ainsi métaphoriquement toute l'aventure de James Cameron et de ses compagnons! Sacré symbole que ce concept d'Avatar et pas étonnant qu'il est donné son titre au film.
Aussi bien sur le fond que sur la forme, Avatar parle de la quête absolue de l'imaginaire au cinéma, et cela par le biais de cette nouvelle étape qu'est le Cinéma Virtuel. Initiée par des cinéastes comme Steven Spielberg, Peter Jackson ou encore Robert Zemeckis, Avatar est l'aboutissement (et l'arrivée à maturité) de cette nouvelle étape du cinéma : celle de la conquête du Monde Virtuel et de la Performance Capture, et cela pour le meilleur et pour le pire, comme toute (r)évolution.
Conscient ou pas que le cinéma restera toujours le cinéma malgré les évolutions (son, couleur, 3D, image de synthèse ou performance capture), James Cameron signe avant tout un film organique, émotionnel et narrant un Mythe Universel, comme pour prouver que cette (r)évolution s'inscrit naturellement dans l'art narratif du cinéma.
Avatar débute par un Homme Réel qui ouvre les yeux et s'achève par un Homme totalement Virtuel qui ouvre les yeux et qui a renoncé définitivement à son ancien Monde.
L'Homme nouveau est là et il est de Rêve.



Chapitre 3 : Force Iconique du Rêve
« Vous n'êtes plus au Kansas »
C’est sur cette réplique faisant référence au Magicien d’Oz que le Colonel Quaritch débute son discours de bienvenu aux nouveaux arrivants sur Pandora. Classique absolu pour le public américain, Le Magicien d’Oz de Victor Flemming (1939) est une des œuvres sur le rêve les plus iconiques du cinéma américain. Par conséquent une telle réplique placée à un tel point du récit devient une véritable note d’intention et indique sans détour que le film de James Cameron revendique l’appartenance à cette famille que sont les films sur le rêve.
Il n’y a donc alors rien d’étonnant d’entendre les Na’vis appeler les Humains utilisant des Avatars des Dreamwalkers (littéralement "Marcheurs de Rêve"). Pour les Humains (et le spectateur), Pandora est une terre de Rêve où la barrière avec la réalité est confuse, à l’image du premier plan du film : une vision vu du ciel de Pandora avec une voix off de Jake évoquant son rêve de voler et s’achevant par son réveil. Quelle est la place dans le récit de ce plan : appartient-il à l’imaginaire de Jake qui rêve de Pandora ou bien est-ce une vision "réelle" de Pandora, raccordée narrativement au réveil de Jake ? Le propos du film est posé.
Avatar parle de rêve et cherche à réveiller cette envie d’imaginaire qu’il y a en chacun de nous en ressuscitant des émotions primordiales : explorer un monde fantastique, voler au dessus des arbres et des montagnes, vivre une histoire d’amour hors du commun, dompter un dragon ou encore se battre contre un ennemi redoutable et cruel.
Ce sont ces émotions liées à l’imaginaire et au rêve, et qui n’existent pas dans la réalité, qu’Avatar cherche à faire vivre au spectateur. Les Na’vis et Pandora ne sont ni plus ni moins que des archétypes, des images qui transcendent une définition fermée et limité car ils sont avant tout rêve et fantasme. Ils sont à la fois tout les êtres imaginaires et aucun en particulier, et ils n’ont pas besoin de conquérir l’imaginaire collectif car ils en font déjà partis : Etre un Na’vi et expérimenter la vie sur Pandora, c’est avant tout se laisser aller au rêve et aux émotions primordiales.
Avatar se veut une expérience du rêve, et c’est l’émotion du rêve qui est au cœur de chaque plan et de chaque scène du film. Celui qui a toujours rêvé au plus profond de lui de voler sera transporté lors du premier vol de Jake et celui qui a toujours rêvé d’un amour hors-norme sera bouleversé lorsque Neytiri prendra le petit corps humain de Jake dans ses bras.
Avatar conte un retour aux sources, celui aux images primordiales du rêve et sa force, son essence et sa substance, c’est cette force iconique du Rêve qui est le but même du récit. Ainsi lorsque dans l’ultime scène, Jake renonce définitivement à son corps d’Humain pour son corps de Na’vi, si nous nous raccrochons à la scène d’ouverture, alors nous voyons un homme qui renonce à la réalité pour le rêve.
J’ai rêvé de Pandora et je l’ai vu.



Chapitre 4 : Langage Cinématographique
« Apprends-moi à voir »
Dans cette simple phrase que Jake lance à Neytiri lorsqu’il lui demande de l’aide se trouve explicité toute la linguistique d’Avatar. Sur Pandora la parole est un outil trop limité pour comprendre le monde, elle devra donc laisser sa place aux sens, et en particulier à celui de la Vue car c’est principalement à travers ce sens que le Spectateur fait l’expérience du cinéma, l’art des images en mouvement. Pour saisir l’essence de Pandora et s’éveiller à sa sagesse, Jake devra donc observer et contempler Pandora et ses innombrables visages.
Ainsi pour raconter son histoire, James Cameron n’a pas choisi la parole, le rationnel et le logos, mais le sens de la vue et l’immersion du regard (3D). Ici toute parole ou discours est inutile car c’est uniquement en expérimentant Pandora avec ses yeux que Jake et le spectateur peuvent espérer la comprendre.
La Parole et le rationnel sont du côté des Humains, enfermés dans un monde abstrait et froid. Les Humains ne comprennent pas les êtres ne parlant pas le même langage qu’eux, et ce qui est au-delà de la parole leur est incompréhensible, sans intérêt et sans enjeu.
Les Humains de la RDA sont venus sur Pandora pour exploiter un minerai très précieux et très important pour la Terre, et pourtant nous ne verrons quasi jamais ce fameux minerai hormis sous forme d’un minuscule caillou trônant fièrement sur le bureau de Selfridge. Ce bien si précieux demeurera ainsi abstrait et hors de notre Vue durant tout le film. La seule véritable manifestation tangible de son existence est ce petit caillou : un minuscule caillou face au gigantisme des forêts, des montages et des êtres vivants de Pandora. Non effectivement, il ne s’agit pas du même langage, cela se Voit.
De leur côté les Na’vis disposent évidemment de la parole mais elle ne représente qu’une infime parcelle de leur mode de communication et d’expérimentation. Le langage des Na’vis est un langage absolu car ils sont en contact et en échange permanent avec leur univers, Pandora. Un échange et un contact qui passent principalement par la Vue. Ainsi lorsqu’un Na’vi se connecte à travers son lien organique avec un autre être vivant, cette expérience est expliquée à Jake pour le fait qu’il verra à travers les yeux de la créature. Le tout souligné à chaque fois par un plan sur l’œil de la créature pour signifier que la connexion est établie. Et lorsque Jake voit à travers les yeux de la créature, il la comprend et il est enrichi par cette expérience.
Cette importance primordiale de la vue se retrouve également déclinée dans le langage parlé des Na’vis, que ce soit dans le salut ("Je te vois") ou dans la moquerie ("un rocher voit mieux que lui"). La Vue est au centre de tout et c’est uniquement à travers l’expérience visuelle de Pandora qu’est accessible la sagesse et les émotions qu’elle porte en son sein.
Ainsi Avatar ne se rationnalise pas, mais se vit à travers la Vue. Tout le film est bâti sur ce concept et le spectateur est invité à plonger son regard dans Pandora pour accéder à son essence. C’est pourquoi Avatar débute et se termine par des yeux qui s’ouvrent et c’est aussi pourquoi Neytiri embrasse les paupières closes du corps humain de Jake lorsqu'il y renonce.
J’ai vu Pandora et j’ai compris ses milles visages.



Chapitre 5 : Archétype et Syncrétisme
« Je dois faire des prélèvements »
En tant qu’Archétype, Pandora et les Na’vis sont des images primordiales et générales dont peuvent découler des faisceaux de figures différentes mais partageant une même universalité mythologique (définie par ce récit qu’est le film Avatar).
Ainsi l’historien y verra en premier lieu une métaphore Historique, et en particulier celle de l’Amérique et des Etats-Unis, l’anthropologue verra pour sa part une ode à un mode de vie en symbiose avec la nature, l’amateur de Pulp Culture une confrontation entre Science-fiction et Fantaisie (le combat final contre le Colonel Quaritch !), le gamer une métaphore No Life (Jake adoptant à un moment un comportement d’accro au virtuel), le Shinto un conte animiste et le sociologue y verra l’incarnation de deux grands thèmes et enjeux de notre époque : Nature et Virtuel, avec Pandora qui tient tout autant du Jardin d’Eden que d’Internet (avec son réseau de connexion et son système de téléchargement de souvenirs).
Toutes ces interprétations sont évidemment valides car elles découlent de la Nature Archétypale d’Avatar. Par exemple la figure de Pocahontas est là, James Cameron explique même l’avoir utilisé sciemment pour construire son récit mythologique, mais réduire Avatar à "Pocahontas" est comme réduire une forêt à un arbre. Un arbre peut cacher une forêt mais vu la dimension de la forêt de Pandora, il parait difficile de ne pas se rendre compte de son étendu et de sa variété. En effet la nature d’Avatar relève avant tout du syncrétisme, c'est-à-dire du mélange d’influences, ce qui découle de sa démarche de Mythe Universel.
Cet aspect du rapport entre vision partielle et vision totale est incarné par le personnage du Docteur Grace Augustine. Servant de guide premier à Jake elle se retrouve finalement dépassée par le niveau de compréhension et de connaissance de Pandora de ce dernier. En effet contrairement à Jake, Grace ne s’immerge pas totalement dans Pandora et se restreint à une vision microscopique et distante de Pandora. A l’image de son arrivée à l’Arbre des Ames où son premier réflexe est de procéder à des prélèvements (approche partielle et fragmentaire) au lieu de Regarder l’Arbre en son entier. Elle rationnalise et se focalise sur une approche partielle et fragmentaire au lieu de s’abandonner à ses sens pour rejoindre Pandora, alors que s’immerger en elle est la clé de sa sagesse et de la compréhension de son essence. Nous pouvons d’ailleurs nous interroger sur l’échec de son transfert "spirituel" vers son Avatar : est-ce simplement dû à sa blessure ou bien Grace n’était également pas "prête" à faire corps avec Pandora ?
Pour embrasser la totalité de Pandora, Jake et le spectateur doivent dépasser une à une les différentes visions limitées qu’ils en ont. Ils devront laisser ces ombres derrière eux pour finalement aller au-delà de la dernière ombre. Une métaphore qui fait tout aussi bien référence au mythe platonicien de la Caverne qu’au nom Na’vi de l’ultime "Dragon" que Jake devra maîtriser pour unir les forces de Pandora : Toruk, la Dernière Ombre.
Avatar recouvre ainsi mille visages pour un Héros et un Voyage.



Chapitre 6 : Une Odyssée Cinématographique
« J'ai conçu ce projet pour emmener les gens sur une autre planète »
Avatar est en premier lieu une expérience sensorielle d'immersion dans un monde repoussant les limites visuelles connues du cinéma. S'agissant d'une expérience cinématographique, James Cameron a développé son projet en utilisant tous les moyens dont dispose le cinéma pour cela.
Outre l'exploration comme jamais vu du Cinéma Virtuel et de la Performance Capture pour créer ce monde, James Cameron a opté pour le format IMAX, pour sa résolution d'image exceptionnelle et pour le gigantisme de son cadre dans le but que le spectateur ne puisse pas sortir des "bords" de ce monde. Il a ensuite, avec précision, creusé sa profondeur de champ et modelé son relief avec cette technique qui est la 3D Relief. Enfin, il a dû réduire de trente minutes le premier montage du film en raison de la limite de durée du format IMAX (2h42).
Des contraintes fortes pour un résultat qui cherche à transporter sensoriellement le spectateur sur une autre planète comme jamais vu. Ainsi Avatar ne peut être vu dans sa totalité, tel que le film a été créé et pensé, que par le biais d'une projection IMAX 3D. Toute autre version est par nature une version "dégradée" d’Avatar, et donc une expérience "dégradée" de Pandora. Une démarche finalement qui va contre la tendance actuelle du formatage des médiums et contre la règle implicite qu'un film doit pouvoir être vu même sur un téléphone portable. Au contraire de tout cela, Avatar est conçu pour la salle de cinéma et cela dans toute la puissance que lui fournissent ses attributs.
Une démarche qui n'est pas sans rappeler celle de Stanley Kubrick avec 2001: A Space Odyssey que le Maître avait conçu également comme une expérience sensorielle repoussant les limites visuelles connues. Pour Stanley Kubrick il s'agissait de créer une expérience visuelle et sonore unique. Pour ce projet les enjeux et les contraintes techniques cinématographiques furent aussi repoussés dans leur limite et Stanley Kubrick opta lui aussi pour un format particulier et hors norme, le Super Panavision 70 : pellicule 70 mm (comme l'IMAX => cadre gigantesque pour écran géant) avec gestion des pistes de son d'une précision incroyable. 2001: A Space Odyssey fut ainsi conçu pour une salle de cinéma géante et toute autre version est par nature une version "dégradée" du film.
Deux projets qui sont donc très proches dans leur démarche cinématographique, ce qui n'est sans doute pas un hasard. En effet c'est à la vision de 2001, alors qu'il avait quatorze ans, que James Cameron eut la révélation de sa vocation. Il vit le film une dizaine de fois et il y a clairement dans Avatar cette impression latente que James Cameron fait son 2001, avec son univers et ses obsessions personnelles.
On peut aussi noter que dans ces deux films le corps est l’un des vecteurs narratifs principaux. Dans 2001 l’une des structures narratives est le cheminement à travers la mise en scène de quatre corps distincts : singe, humain, machine, et embryon astral. Dans Avatar, la mise en scène du cheminement du héros est traitée elle aussi à travers un changement de corps qui aboutit au renoncement final de son corps d’Humain pour un corps Na’vi. Cet enjeu et ce choix du Corps sont mis en évidence lors de la scène où le Colonel Quaritch promet à Jake de lui rendre l’usage de ses jambes s’il suit sa voie. Ainsi nous voyons dans cette scène un humain "diminué", coincé dans une chaise roulante et devant utiliser une plate-forme élévatrice pour être au même niveau qu’un autre humain "augmenté" par un corps mécanique gigantesque, symbole de la puissance et de la connaissance Humaine. Pour le colonel, il ne fait aucun doute qu’il est dans la voie logique et naturelle du monde, pourtant ce ne sera pas celle que choisira Jake après avoir expérimenté Pandora. Et cette lutte idéologique du Corps trouvera son expression la plus violente lors de leur combat final.
Avatar utilise donc le corps comme vecteur narratif et s’inscrit ainsi bien sur le fond que sur la forme dans l’art narratif du cinéma qui est dans son essence l’art du corps en mouvement. Art que James Cameron a mis en œuvre à travers un monde de rêve.

_________________
Image
Manga List | Anime List
Les règles du forum sont faites pour être respectées, merci de les garder en tête.


Dernière édition par ange bleu le Jeu 14 Jan 2010 09:22, édité 2 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mer 16 Déc 2009 16:09 
4 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 16 Déc 2005
Messages: 213
Localisation: Traverse les océans, brulant les mecréants...
Vu hier soir à l'avant première.

2h40 de grosses claques dans la gueule.

Sérieusement la, on a franchi un palier en matière de cinématographie. Quand on imagine le travail fourni sur les décors, sur le rendu 3D... Non, vraiment, ce fut ma première expérience 3D, et ben résultat bluffant, renversant je dirais même. (j'avoue que j'avais un peu peur au niveau des lunettes 3D à mettre par dessus mes lunettes de vue)

Pendant la projection, j'en suis même arrivé à complètement oublier le pot de popcorn que j'avais pris.

J'ai vraiment adoré le personnage principal, Jake Sully, dans son double rôle bien particulier. Découvrir Pandora avec lui est grisant, et on partage son enthousiasme au début, un enthousiasme de gosse (^^').
Fin du film, tonnerre d'applaudissement dans la salle, il faut dire qu'il l'avait mérité ce bougre! Oo

Au passage, superbe présentation du chef d'œuvre ange bleu, et merci pour les quelques explications (notamment sur le maquillage)

_________________
On dit que pétrir c'est modeler...
Moi j'dis que péter c'est démolir !


Dernière édition par Lascar le Sam 19 Déc 2009 18:54, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mer 16 Déc 2009 19:43 
375 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 11 Déc 2006
Messages: 1931
Localisation: Vers la Tour Sombre.
Voilà l'année se finit et on fait les bilans sur tout les films vus, avec 2012 je croyais avoir vu tout ce qu'il y avait à voir et pis petit à petit j'entends parler sur ce forum d'un film qui s'annonce superbe. Avatar.
C'est donc tout naturellement qu'à l'instar de Lasacar je suis allé voir le film en avant première, pas con cette fois-ci j'avais réservé les places.

Bref la 3D et moi ça se résumé à Chéri j'ai rétréci le public à Disneyland Paris. Depuis je n'avais jamais utilisé de lunettes 3D (mon avis sur le film sera donc peu objectif puisque je n'ai aucun élément de comparaison). Petit stress donc au moment de mettre ces fameuses lunettes, d'autant plus que j'avais les miennes en dessous (je me suis donc au passage pété les oreilles et chopé un petit mal de crane au milieu du film mais rien de grave).
Et puis on a le droite à un petit film de présentation des lunettes, bien sympa on s'y croyait.

Plus de lumière, suspens, et là commence la magie de la 3D avec le logo 20th century fox. Et viens la première demi heure du film qui m'a assez déçu. Avec tout ce que j'ai entendu sur le film je m'attendais à un truc énorme et même si on est bluffé par la 3D lorsqu'on la découvre l'effet ne dure pas. Quand tout à coup on découvre les avatar, les Na'vis et surtout Pandora. Voilà tout l'intérêt de la projection en 3D, les scène en total 3D.

Mais comme pour les scènes "réelles" la 3D a tendance a vite se faire oublier et on en vient presque à regarder simplement un film d'animation. A cela il y a probablement une raison qui m'est personnelle : l'écran de cinéma était trop petit et de là où j'étais on voyait au delà de l'écran. En clair je n'avais pas totalement l'impression de voir les éléments sortir de l'écran mais juste disparaitre de celui-ci. Bon je dis ça mais il y a tout de même quelques scènes qui révèlent toute la beauté des néo technologies employés. Les scène d'actions tout d'abord qui souvent grâce à une caméra dynamique ne laisse pas le temps à l'œil de s'adapter et à l'inverse les scènes d'immersion où la caméra se faufile à travers diverses branches et autres buissons. Et à ce moment lorsque les éléments sont en premier plans, très près de nous alors là la 3D devient très prenante.

Mais les scènes les plus enchanteresses sont celle de la forêt, la nuit. Alors là c'est à en pleurer tellement que c'est beau.Toute cette végétation qui s'illumine, les méduses volantes etc.. Il y a des moments comme ça où l'on aimerait quitter la Terre pour aller sur ce genre de planètes.
Mais cet enchantement n'est pas le fruit uniquement de l'image mais aussi de la musiques. Elle est souvent très académique et se laisse écouter mais part moment prend des airs tribales et très doux à la fois avec beaucoup de vocals. Image et son fonctionnent très bien et les acteurs n'ont donc plus grand chose à faire, en principe.

Moi qui croyait tout savoir de la motion capture depuis le temps qu'on nous bassine avec je suis forcé de constater que cette méthode d'animation n'a pas de limite. Les Na'vi m'ont semblé tellement plus humain que nous autre que je m'en suis inquiété. Un véritable effort a été fait sur les visages, on sent que les acteurs ont du forcer les traits mais au final on obtient des émotions plus que réelles. J'ai eu un pincement au cœur quand Neytiri blâme Jake, ou quand elle pleure la perte de son père. Ce déferlement d'émotions ne fait que nous impliquer encore un peu plus dans le film, comme si ce n'était déjà pas assez.

Alors au final qu'est-ce qui ne va pas dans ce film, eh bien pour commencer alors que je parlais d'implication elle est certes là sentimentalement mais pas visuellement parlant. Je me suis senti plus spectateur qu'acteur la majorité du temps alors que paradoxalement jamais je ne me suis senti autant à l'intérieur du film. Cependant je dois avouer qu'à des moments comme avec l'attaque du "tigre" j'ai un peu sursauté.
Autre déception du film mais là c'est anecdotique : les scène real. Le film est tellement awesome que le retour aux scènes entre terriens m'ont semblé plates et sans saveur, on a presque envie d'y rester pendant tout le film sur Pandora.
Enfin la durée du film est un petit peu gênante. Pourtant on ne s'ennuie pas mais on sent que le film dure longtemps, très longtemps et à plusieurs moments j'ai cru arriver au dénouement final quand l'intrigue est reparti.

Ce moments où l'on croit voir la fin sont très intenses et quand vient la guerre entre humain et Na'vi j'ai été impressionné de voir à quel vitesses meurt les grands shtroumphs ainsi que certains personnages principaux (nooooooooon Michel Rodriguez !!!! Ne me quitte pas !!!!(j'ai quand même bien rigoler quand elle apparait avec ces peintures de guerre)).

L'histoire reste très superficielle en se contentant finalement d'être une grande métaphore de l'exploitation de peuples étrangers, un peu à la manière de Disctrict 9. il n'y qu'à voir d'ailleurs les acteurs pris pour incarner les Na'vi, les musiques tribales dont je parlais plus haut et tout un tas de petite références qui m'ont fait penser à la culture africaine. Les humains représenteraient donc tout simplement les esclavagistes blancs (quoi que cette histoire pourrait encore être appliqué aux temps actuels avec l'exploitation es ressources de pétrole en Afrique). Mais finalement la faiblesse de l'histoire est effacé par un monde imaginaire qui fait rêver qui fait qu'on s'échappe, tout simplement ce qu'on veut quand on va au cinéma.

Pour finir Avatar m'a donc semblé être comme le mélange d'une musique expérimental, d'un livre de SF et d'un film d'aventure. Au final alors qu'il aurait pu être plus que parfait (pour des raisons évoqués plus haut) il est déjà à mes yeux parfait. Le plus beau film de l'année et même depuis que je regarde des films, en espérant que le film est le succès nécessaire pour ouvrir la voie à de nombreuses dérives et améliorations qui feront qu'au final quand on ne dira plus "Je vais voir un film" mais "Je vais rêver".

Je te vois.

_________________
Image
A court terme j'écris cette phrase, à moyen terme vous la lirez, à long terme, nous serons tous morts.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Jeu 17 Déc 2009 01:12 
.

Inscription: 10 Oct 2005
Messages: 4726
Merci.
Y'a pas besoin d'un long discours, d'un message forcé, ce seul mot suffit.
Le Cinéma c'est du Rêve, James Cameron est un des plus grands Marchands de Rêve de toute son histoire.
(Et Oda sait qu'ils sont nombreux)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Jeu 17 Déc 2009 11:35 
150 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 29 Nov 2008
Messages: 1068
Localisation: Terra - System Solaris
Merveilleux. J'ai rêvé pendant 2H40. Magnifique. Immersion totale dans l'univers de Pandora. Je veux vivre avec les Na'vis.
Le post de ange bleu me bluff. C'est exactement ça.
Mon film de l'année et surement de mes 20 années passées sur Terre.
Merci Mr.Cameron.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Ven 18 Déc 2009 21:35 
Chasseur de Rêves
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 11 Nov 2004
Messages: 2493
Localisation: Nulle part ailleurs
Quelle beauté, quelle poésie, de l’empathie à outrance que c’en était fou.

Un univers riche d’idées, tellement riche, mais tellement cohérent que l’on ne se demande pas une seconde d’où James Cameron est allé chercher ça. C’est fluide, on se laisse emporter, et c’est magnifique. Un foisonnement de sous-entendus sans jamais rendre l’histoire moralisatrice. Une sorte d’illusion ou plutôt d’hypnose.

SPOIL :

Durant le dernier chapitre du film, quand les humains tentent de réduire à néant l’arbre des âmes, on se rend compte que l’on est franchement content à chaque fois que l’on voit un être humain se prendre une raclée, pas très noble comme sentiment mais sentiment quand même. On sentait que justice était rendue, surtout après l’abattement sauvage de l’Arbre. Et c’est là qu’on se dit, que James Cameron nous a hypnotisés.

A chaque fois que Jake passait dans son Avatar, on passait avec lui, à chaque qu’on le voyait apprendre à vivre sur Pandora, on apprenait avec lui. La manière de retranscrire et de représenter Jake qui perd les pédales, ne distingant plus le réel du fictionnel, était saisissante.

Plus il s’attachait à ce monde et plus on s’attachait exactement comme lui. Et c’est là le coup de génie de Cameron, il nous a déconnecté, doucement mais surement.

Il nous rappelle que nous ne sommes que des consciences et qu’un « être humain » ne veut en réalité dire qu’une manière de se conduire et non pas un corps. Sa tentative de partager la conscience du corps fut grandement réussie.


Alors, vous voulez vous déconnecter ? N’hésitez pas ! Allez voir Avatar.

Remarque : La BO, en particulier un thème récurrent, me rappelle beaucoup le film Stalingrad.

_________________
Image
Lezard Valeth a dû maitriser les mystérieuses règles du forum... pour pouvoir déchiffrer la Pierre Philosophale.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Ven 18 Déc 2009 23:29 
500 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Mar 2007
Messages: 3597
Localisation: Académie Honnōji
Si je devais résumer rapidement mon approche de Avatar, je m'appuierai sur le document suivant.
Christophe Ganz, sa passion pour James Cameron, Avatar.
+ 1 - 4 x 3 (e²/ay)
Cela pourrait être si simple d'être si bref tant tout ce qui peut être relevé dans ce reportage me semble convenir pour décrire l'expérience qu'a été la découverte de Pandora, peut-être par ce que l'émotion que dégage ce film se communique à n'importe lequel de ses spectateurs grâce à sa beauté et sa puissance. Ils n'en avaient pas conscience, mais le corrosif Danse avec les Schtroumpfs de South Park s'est révélé prophétique au sens le plus positif du terme.

Pourquoi prophétique ? Parce que je ne pensais pas que la trame globale du film aurait pu autant se rapprocher de Danse avec les Loups dans le genre du rapprochement civilisationnel. Avatar m'a littéralement essoré là où je n'attendais pas le film, à savoir son histoire. Honnêtement, en lisant le synopsis ces derniers jours pour comprendre ce à quoi je devais m'attendre, je me disais que l'ensemble se révèlerait classique sur ce point pour se concentrer très certainement sur la prouesse technique que devait délivrer ce film. Et bah non, mauvais pioche, le « Je kiffe les extra-terrestres et je fais la nique à mes fachos de supérieurs de l'armée » auquel je m'attendais sur le papier s'est transformé en une histoire belle, troublante et touchante. Comme le fait remarquer Ganz dans le reportage cité plus haut, c'est très troublant de voir que la scène du baiser entre Jack et Neytiri saccage littéralement la barrière technique : moi qui d'ordinaire ne monte pas au plafond devant la numérisation des acteurs, j'ai juste été scié après la séance de reconnaître que le film pouvait me convertir à cette technologie avec de tels scènes. Ce qui m'a frappé aussi durant ce film, c'est sa densité très prononcée qui passe comme une lettre à la Poste. L'histoire multiplie les thématiques, multiplie les réflexions mais jamais j'ai ressenti que cela sonnait comme faux par rapport à leur place dans l'ensemble. La principale force de ce film à mes yeux est donc sa fresque émotionnelle touchante comme pas deux.

Si l'histoire m'a fait passé par toutes les émotions, j'imagine que je dois tirer ici mon chapeau à la performance des acteurs. Déjà, quand je compare le Sam Worthington de Avatar et celui de Terminator : Renaissance, c'est carrément le jour et la nuit alors même qu'il était bien loin d'être ridicule dans le dernier film cité. Son personnage a une présence assez troublante tout au long du film. Dans le même registre, Sigourney Weaver, elle est juste... bah, les mots me manquent tellement ça tape haut avec son personnage et sa performance. Et puis, comment passer encore sous silence Stephen Lang et son colonel Quaritch juste démentiel. Et là encore, la palme de la performance revient peut-être à mes yeux à Zoe Saldana, l'actrice qui a donné une vitalité juste ébouriffante à une enveloppe numérique au travers de Neytiri. Du côté du casting, c'est juste du sans faute.

Reste encore le côté technique du film qui pourrait faire couler des flots et des flots de caractères numériques tellement on ressent que ce n'est pas un petit joueur aux manettes de cette aventure merveilleuse. On ressent que le hasard n'avait pas sa place dans la conception de Pandora, on ressent que le tout a été travaillé avec une minutie démentielle, on ressent la conception de Pandora comme un personnage à part entière. Et le mieux, c'est que l'univers futuriste froid et aseptisé présenté dans le cadre du monde des humains m'a tout autant convaincu, avec une conception très juste et bien fantasmagorique sur les bords. Avec ses scènes d'action saisissantes, Avatar envoie du bois mais qu'est-ce que j'ai pu être ravi par le spectacle du mecha conduit par le colonel vers le final du film... Du fantasme de gosse dans le rêve éveillé que m'a offert le film.

Honnêtement, je ne peux que être enthousiaste devant Avatar, un film qui a été bien plus loin que ce que je pouvais en attendre pour atteindre des calibres juste démentiels.
Maintenant que j'ai vécu l'expérience qu'était Avatar, quand je constate le jalon qu'il pose en terme de technologie, quand je constate les énormes similitudes en terme d'enjeux et de réflexions entre ce film et la licence que je vais citer, je ne peux que rêver d'être dans une bonne décennie dans une salle obscure pour dévorer un Gunnm sous la houlette de James Cameron qui se rapprocherait un tant soit peu du génie flagrant exposé par Avatar.
:Vogue Merry:

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Sam 19 Déc 2009 01:48 
50 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Jan 2007
Messages: 572
Localisation: derrière le sabre qui te fend les tripes!
honnêtement faut-il vraiment le voir en 3D pour l'apprecier à sa juste valeur?

attention ma question n'est pas gratuite et postée à l'arrache :

j'ai lu à peut près tout ce qui a été posté par les uns et les autres sur ce site comme sur les autres (à part bien sur les parties spoilantes) mais là je demande l'avis de CEUX qui ont eu la chance d'enfiler les lunettes,

ma vraie question est la suivante:

la 3D est elle utilisée dans tout son potentiel en suivant le cour de l'histoire ou est ce juste un effet dit gadjet juste là pour impressionner à tel ou tel moment comme on peut déjà l'avoir vu dans d'autres tentatives décevante genre "ho regarde ces longues antennes... " un coup de 3D et hop on revient à l'histoire ou genre un gros méchant avec un masque à gaz à la con et "ho, regarde sa pioche, on dirait qu'on pourrait la prendre dans la tête houlalaaaa comme je frissonneT___T" et hop on reprend une nouvelle fois le cours de l'histoire...

Voilà, est ce qu'elle est homniprésente et sert vraiment l'interêt du film ou est-ce qu'elle intervient de temps à autre à des moment vraiment trop téléphonés... ou un peut des deux? et là, déception...

à vous lire j'espère penser que non mais ce serait pas la première fois que je verrais une grosse enflammade collective pour un film.

Là on parle bien de révolution, tel le premier film? puis le son?, la couleur?, enfin le numérique et les images de synthèses?...
J'espère etre de cette nouvelle aire et ne pas tomber de haut.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Sam 19 Déc 2009 12:13 
Chasseur de Rêves
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 11 Nov 2004
Messages: 2493
Localisation: Nulle part ailleurs
Pour te répondre Mr.28, Avatar joue vraiment sur la déconnexion du spectateur, et la 3D est un outil de plus afin d’intensifier cette immersion. La 3D n’est pas indispensable (car l’histoire, la narration et le jeu d’acteurs sont assez bons pour faire passer les massages) mais elle a amplement sa place, non pas en tant qu’effet parmi tant d’autres, mais en tant qu’une des pièces du puzzle immersif d’Avatar.

Dans la salle de cinéma, Jake Sully interagit avec, et découvre le monde merveilleux de Pandora à travers son avatar, dans la salle de cinéma, le spectateur interagit de même avec ce nouveau style cinématographique à travers ses lunettes. Le parallèle est vite fait, mais tout est relatif, et aussi bien le héros que le spectateur sont dans l’émerveillement. On ne peut nier le rapprochement avec le héros, qui lui, se met dans son caisson, et nous qui mettons nos lunettes (par-dessus nos autres lunettes des fois ^^).

Donc quand tu parles de cours de l’histoire, je trouve que dans Avatar, l’histoire est un tout qui se base beaucoup sur la projection d’un être (Jake Sully ou le spectateur) dans un monde (Pandora) et la 3D y trouve une place de choix (les lucioles, l’herbe, les fleurs, la nuit et les lumières, les cendres…). et la 3D a sa place dans ce tout.

Donc oui elle joue son rôle dans l’envers de l’histoire, celui de la déconnexion.

_________________
Image
Lezard Valeth a dû maitriser les mystérieuses règles du forum... pour pouvoir déchiffrer la Pierre Philosophale.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Sam 19 Déc 2009 15:10 
The old man
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Jan 2004
Messages: 19343
Localisation: Joker
RED a très bien expliqué la chose. Je poste chose pour réaffirmer la chose et parler de l'IMAX :

Concernant la 3D, la mise en scène de James Cameron est pensée directement pour la 3D et elle est omniprésente dans chaque scène, chaque plan. Pas pour impressionner ou pour en mettre plein la vue (sauf pour certaines scènes évidemment), mais pour créer une impression d'immersion et de communion avec Pandora.
J'en ai discuté d'ailleurs avec seleniel qui lui l'a vu en 2D pour des raisons de "planning" et une chose en ressort : il a été subjugué et veut le revoir en 3D.
Disons que sans la 3D, le spectateur ne verra pas le film de façon totale tel que James Cameron l'a réalisé. On peut même aller plus loin, pour voir Avatar de façon complète, il faut le voir en IMAX 3D car le film a été tourné totalement en IMAX et conçu pour être projeté en IMAX. L'IMAX étant le format cinéma le plus large et grand qui existe. C'est aussi pour cela que le film a été raccourci de 30 minutes car le format IMAX a une durée maximale de 2h40. Ces 30 minutes seront sans doute dans la version longue DVD car James Cameron veut impérativement que la version ciné soit la version IMAX (comme pour "Laurence d'Arabie" de David Lean qui l'avait tourné en 70 mm, format cinéma extra-large et qui nécessite une salle équipée pour).
Ce qui pose un petit problème pour nous pauvres français car si aux USA il y a plus de 100 salles IMAX, en France il n'y en a que 7 et une seule fait de l'exploitation de sortie de cinéma (les autres ce sont pour le documentaire). Cette fameuse salle est celle du Disney Village à Marne-la-Vallée.
Bref il n'y a qu'une seule salle en France qui projette Avatar en IMAX 3D et il faut donc se contenter pour les autres salles de la version "adaptée" en 2.35 2D ou 3D (2.35 : format ciné large classique que toutes les salles peuvent projeter) ^_^
Pour ma part je compte bien allé le revoir en IMAX 3D!

_________________
Image
Manga List | Anime List
Les règles du forum sont faites pour être respectées, merci de les garder en tête.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Sam 19 Déc 2009 17:58 
1 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 19 Sep 2009
Messages: 128
Je devais le voir jeudi, justement en Imax 3D à coté de chez Mickey. Faut réserver, ça coute un oeil (25 euros 2 places), mais je veux le voir dans ces conditions. Mais il y eu la neige et les routes étaient dégueux et y avait grève sur le RER... frustration... Qu'à cela ne tienne, je retente lundi!

Sinon j'ai une petite question, pour ceux qui l'ont vu en 3D et en VO, la lecture des sous titres pose-t-elle un souci (genre inconfort, mal adaptés à l'image) avec le relief?

_________________
"la capacité à se sortir d'un guêpier est ce qui nous différencie des animaux... sauf des guêpes..."
Homer Simpson


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Sam 19 Déc 2009 18:03 
.

Inscription: 10 Oct 2005
Messages: 4726
docteurfonzo a écrit:
Sinon j'ai une petite question, pour ceux qui l'ont vu en 3D et en VO, la lecture des sous titres pose-t-elle un souci (genre inconfort, mal adaptés à l'image) avec le relief?


Non.
Sauf à un moment où pour je ne sais quelles raisons, ils viennent quasiment en plein milieu de l'écran.
Mais c'est vraiment une fois dans le film quoi et ça dure juste quelques secondes.
Aller hop, je vais le revoir ce soir!


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Sam 19 Déc 2009 18:19 
The old man
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Jan 2004
Messages: 19343
Localisation: Joker
Concernant les sous-titres, j'y suis allé avec un groupe d'amis dont la majeure partie n'avait jamais vu un film "VO et 3D", et ils m'ont dit qu'au début c'est un peu bizarre de chercher les sous-titres dans l'espace mais au bout de 5 minutes ils n'y pensaient même plus.

A noter qu'à Disney il le passe en VF et en VO. Si vous voulez le voir en VO, vérifiez bien que la séance soit en VO, surtout qu'ils ne doivent recevoir la bodine IMAX 3D VO que Lundi d'après ce que j'ai lu sur leur site^^

_________________
Image
Manga List | Anime List
Les règles du forum sont faites pour être respectées, merci de les garder en tête.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Dim 20 Déc 2009 02:22 
100 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 17 Mai 2009
Messages: 802
Localisation: dans la maison des soins de l'âme
[align=center]♥[/align]Personnellement c'est la première fois que je voyais un film en 3D et j'ai adoré, justement le coté immersion! Et même sans le 3D j'aurai certainement aimé, car on le ressent même sans ça!
Ça fessait longtemps que j'étais pas ressorti d'une salle de ciné autant émerveillé! *_*

[align=center]♥♥[/align]L'histoire est simple, je dirais même qu'on sait se qui va se passé a l'avance... (d'ailleurs tu le dit dans ta présentation aussi^^) mais ce qui importe vraiment ce n'est pas de savoir se qui va se passer, mais comment ça se passe ! et pris dans le film des la première seconde!

[align=center]♥♥♥[/align]Les 2h40/50 de film je les ai même pas vu passé, a vrai dire, tous se que j'ai vu c'est une magnifique histoire, raconté avec brio, avec des effets spéciaux énorme, un univers sublime, des personnages brillamment pensés et joliment interprétés, le tout sur des musiques magnifiques !

[align=center]♥♥♥♥[/align]Bref ma seule envie :
c'est de retourné le voir, bon ça coute un peu ... mais je sens que ça va être plus fort que moi.

[align=center]♥♥♥♥♥[/align]Et ma seule déception:
c'est de me dire que une fois en DVD (quand il sortira bien sur) sur mon petit écran d'ordi... ça soit beaucoup moins bien :(




Moi aussi... je te vois.

_________________
Image
Je cherche dans le livre le réconfort nécessaire... puis je reprend ma route.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Dim 20 Déc 2009 03:16 
325 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Avr 2006
Messages: 1795
Localisation: à l'ouest
Bon ben en suis ressorti ya quelques heurs...

Pareil : envie d'y retourner (et d'y rester)

j'en ressort avec tellement de souvenirs et tellement peu à dire là du coup.
Si tout de même un bémol : malocrane et au genoux gauche (la tête je sais pourquoi vu que j'avais les yeux en larmes une bonne partie de la séance (+ pour des raisons techniques mais quelque peu émotionnelles aussi) quand au genou en question j'ai strictement pas compris l'origine...)

... bon ben lunettes gardées aussi en souvenir.

Pendant que j'ai maté le film j'ai repensé à ce monde-ci (notre monde j'entends) et à copenhague...... triste d'atterrir de nouveau... -___-

_________________
Winter is COMING


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 117 messages ]  Aller à la page [1], 2, 3, 4, 5 ... 8  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com