Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 4 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Enslaved - Odyssey to the west
MessagePosté: Sam 26 Mar 2011 03:42 
Viewtiful Shinigami
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Déc 2003
Messages: 1777
Localisation: Dans les années 80
Dis monkey… Image


Image Oui Tripp ?

Tu crois qu’on va s’en sortir ?Image


Image Je ne sais pas, on verra bien, en tout cas il faut continuer a avancer.

J’ai peur Monkey... et on ne sait même pas pourquoi ces robots nous attaquent...Image


Image Et comment veux tu que je le sache ?
Tu ne t’es jamais demandé comment tout ça était arrivé, si on avait pu l’éviter?Image


Image Me suis jamais intéressé a ça, si un putains de robot se pointe je le démonte, point.

…survivre c’est tout ce qui compte pour toi…Image


ImageOui.

Monkey…Image


Image Faut-y aller Tripp.









Image









La guerre, encore la guerre.

L’humanité est presque morte, mais pas le monde, qui lui retrouve son état premier. Les derniers survivants de la race humaine tentent de survivre tant bien que mal, traqués qu’ils sont par des robots meurtriers ou esclavagistes. Monkey véritable force de la nature, colosse rustre se verra piégé par la peureuse Tripp, qui l’affublera d’une couronne d’esclavagiste, il sera bien obligé de l’aider malgré lui, si elle meurt, il meurt…
Monkey et Trip se lanceront dans une grande fuite en avant avec tout le désespoir possible… désespoir qui se transformera en rage de vivre.

Car vivre, c’est tout ce qui leur reste.


Image




Ninja theory, un studio engagé :

On fait d’injustes procès a ce studio anglais, en décriant leurs jeux, bien souvent en les ayant a peine effleurés, car Heavenly sword tout autant que Enslaved Odyssey to the west sont des jeux qui m’ont vraiment marqués. Leurs jeux sont loin d’être parfait, mais respirent la passion, l’envie de transmettre des messages. Leurs jeux ont quelque chose qui ne s’achètent pas ; une âme.



Une quête forte :

Enslaved prend place dans un contexte d’après guerre mondiale, mais loin de trouver une planète détruite et ravagée, on retrouve juste un monde ou la nature reprends peu à peu ses droits, tout comme les animaux. Les robots et les humains qui évoluent dans ces décors sont presque ce qui dérange dans le paysage. Le jeu n’offre pas de savoir ce qui s’est passé, même si en étant attentif on peut deviner bien des choses, les personnages ne disent pas tout non plus. Il y a un parti pris vraiment plaisant au niveau de l’histoire, car elle est concentrée sur les personnage et leur fuite éperdue face a des adversaires bornés et aveugles.

Le jeu reprend de nombreux point du livre le Voyage en Occident de Wu cheng’en sans le cacher le moins du monde. La légende du roi des singes qui a inspiré tant d’œuvre est mise au service d’un jeu vidéo et c’est plutôt bien amené, Monkey est clairement inspiré d’un singe, tant dans son comportement primal que dans sa démarche, et si il se bat avec un baton spécial ce n’est pas non plus par hasard…
Je développerai bien d’autres points parallèles mais ce serait exposer beaucoup de choses présentes dans le jeu et je ne tiens pas gâcher le plaisir de la découverte dans le jeu. Jeu qui peut très largement s’apprécier sans connaissance de l’œuvre originale.

Le scénario a été écrit par le romancier Alex Garland (La plage, 28 jours plus tard) et le travail d’acteur a été supervisé, comme pour Heavenly sword, par Andy serkis, acteur très proche du studio et dont le travail sur les 2 jeux est vraiment un gros plus.


Un visuel unique :

Les graphismes de Enslaved Odyssey to the west si ils sont entachés de quelques défauts, ont vraiment fait preuve d’une recherche de style poussée, le monde humain disparaît sous des couleurs chatoyante, le combat pour la survie de Monkey et Tripp n’en est que plus dur dans ce monde qui n’a jamais semblé aussi resplendissant, le message étant aussi que l’humanité tient au fond a bien peu de choses et est une entité fragile qui peut basculer a tout instant. La nature, elle, a tout son temps.


Image



Exit donc le monde post apocalyptique fait de ruines et de cadavres d’un gris décliné sous toutes les couleurs, les animaux et les insectes vivent leur vie, fuyant lorsque vous les dérangez. C’est a contrepied de ce qui se fait actuellement qui vous dit que lorsque l’humanité est moribonde, le monde l’est tout autant que lui, ici les hommes ne font que payer le lourd prix de leurs choix. Leurs descendants n’ayant même plus réellement conscience des enjeux qui ont poussé a un tel conflit, le jeu se passant 150 ans après une apocalypse.


Les personnages eux aussi dégagent une vitalité étonnante, surtout par un travail d’acteur formidable, la motion capture employée est pointue, exigeante, les animations faciales n’ont rien a envier aux meilleures productions du genre. A tel point que les personnages d’un jeu tels que FF XIII ressemblent a des poupées sans âmes a coté tellement leur faciès est rigide (et pour les doublages également mais j’y viendrai ensuite). On pourrait presque parler de vrai jeu d’acteur, du moins c’est aujourd’hui ce qui s’en rapproche le plus.


Ce qui est regrettable ce sont parfois les rares chutes de framerate (le jeu rame un peu), des textures tardant a s’afficher, une caméra style uncharted qui est semi-fixe et qui se focalise sur l’action, qu’on peut bouger un peu ou parfois pas du tout avant qu’elle ne se remette dans le champ.



Pas qu’un plaisir pour les yeux, pour les oreilles aussi :

On entend peu parler de Nitin Sawhney, normal, il n’a travaillé que sur 2 jeux qui sont Heavenly sword et Enslaved Odyssey to the west, mais il n’a rien a envier au plus grands, ses compositions sont parfaitement adaptées a l’œuvre et la servent magnifiquement et même, la sublime.
Andy Serkis, non seulement a travaillé sur la motion capture mais également sur les doublages puisqu’il est la voix de Monkey, une vois très particulière d’ailleurs, un peu rauque et désagréable mais pas forcément antipathique, le personnage n’aimant de toute façon pas trop parler. Lyndsay marie Shaw qui double Tripp est également vraiment dans le ton. Les doublages sont un bonheur absolus, on sent que les acteurs sont vraiment dans les personnages et c'est une qualité qui leur souffle une part de la vie dont ils ont besoin pour exister.

Il est aussi a noter que le doublage français est d’une qualité rare, qui se veut excessivement proche de l’original. Il se peut qu’on trouve le doublage de Monkey étrange à la base, mais il l’est tout autant en version originale, car il a vraiment une intonation qui lui est propre.

Ce qui est plus dommageable ce sont quelques bugs de son sporadiques lors de scènes cinématiques ou le son diminue de lui-même tout seul, sans raison et ou on est obligé de le monter soi même pour le redescendre ensuite. Il est étonnant qu’un patch n’ait pas été proposer pour corriger ce souci technique facilement rectifiable.



Le gameplay :

Il repose sur des mécanismes simples mais efficaces, les joueurs d’uncharted ne seront pas dépaysés par le système de plateforme ou on ne peut qu’aller dans un sens sans vraiment se planter (le plus gros danger étant d’attendre sur un morceau de quelque chose qui s’écroule). Un peu dommage comme système, je déplore toujours les systèmes trop assistés ou le joueurs n’a qu’a appuyer sur un minimum de boutons pour réaliser ce qu’il doit accomplir.


Mais le jeu compense cela par un système de combat qui s’approche plus du beat’em all, genre cher au studio, qui est très nerveux et efficace, mais qui malheureusement en dehors du mode difficile (et encore, pas avant le chapitre 6) ne propose que peu de challenge, les ennemis ayant tendance a tomber assez vite sous les coups de Monkey. En mode normal je ne suis même pas mort une seule fois face aux ennemis pour ainsi dire, les upgrades possible de Monkey rendent la chose vraiment peu probable.


Image



En mode difficile par contre j’ai beaucoup plus de plaisir même si la difficulté est loin d’être insurmontable pour un amoureux du beat’em all comme moi, mais le jeu y gagne en finesse, bourriner ne passe plus vraiment face a un groupe d’ennemi et la vie descend très vite en quelques coups.
Après le jeu se veut destiné a un large public, il est normal qu’il reste accessible, le joueur actuel n’aimant pas rester coincé plus de 10 minutes au même endroit ou refaire 5 fois la même séquence.

Le reste du gameplay se concentre sur la relation entre Monkey et Tripp, de par la couronne d’esclave qu’elle a posé a Monkey, le destin des deux personnages est lié, elle meurt, il meurt. La couronne est un lien réel autant psychique que physique entre les 2 personnages, lorsque Tripp est angoissée ou affreusement stressée Monkey a plus de mal à effectuer ses actions et doit venir a son secours. Car si la demoiselle a des compétences techniques poussées elle est loin de pouvoir faire face a une horde de robots.


Image



Usuellement ce genre de gameplay est souvent mal amené car le personnage que l’on doit protéger est incapable de faire un pas sans se faire agresser. L’intelligence de Enslaved c’est de s’affranchir de beaucoup de ces points. Tripp peut se cacher, créer des diversions, se défendre modérément, soigner Monkey. Elle dispose d’un minimum d’indépendance et c’est loin d’être désagréable, même si parfois sous le coup de la panique elle ne pensera plus a Monkey et risquera d’oublier que si elle s’enfuit trop loin ou qu’elle prends trop de risques, lui aussi mourra.



Pour conclure :

Enslaved est un jeu engagé, qui se veut un voyage autant pour le joueur que les personnage qu’il dirige, nul monde a sauver, juste sa peau, avec des personnages aux inquiétudes et aux sentiments bien réels dont la relation évoluera par la force des choses. Le jeu est loin d’être parfait mais possède infiniment plus de qualités que de défauts, la perfection n’existe pas en ce bas monde ceci dit.
Ce qui n’empêche nullement le jeu de nous interpeller sur de nombreuses questions d’importances avant de se conclure dans un final qui ne laisse pas sans réagir. D’ailleurs beaucoup de récriminations sur le jeu concerne sa fin, particulière, mais que j’ai trouvé ouverte et porteuse d’une grande réflexion, qui fait encore une fois relativiser sur la notion de bien et de mal.

Qui nous renvoie a notre propre humanité tout simplement.




_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Enslaved - Odyssey to the west
MessagePosté: Sam 26 Mar 2011 14:42 
175 000 000 Berry
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 18 Fév 2010
Messages: 1119
Mouais...J'ai pas été emballé par ce jeu. Je l'attendais avec impatience et lorsque j'avais joué à la démo il m'avait paru très intéressant. Mais j'ai été un peu déçu au final. Je ne critiquerais pas le scénario qui est vraiment plaisant et captivant. Le design de certains décors est vraiment très bien réussi, ce n'est pas l'apocalypse comme on se l'imagine et les graphismes sans être impressionnants sont quand même agréable à regarder. Comme tu l'as dit, je regrette également une caméra pas toujours au top et un peu énervante quelque fois.

Concernant la musique, les compositions sont superbes et se prêtent bien à Enslaved. Le doublage français est assez convaincant que ça soit Trip, Monkey ou autres d'ailleurs. Je suis un peu soulagé par contre de ne pas avoir été le seul à avoir eu des bugs lors des scènes cinématiques je croyais que cela était un problème me concernant uniquement. Un souci qui est très désagréable et comme le son diminue on n'entend plus les dialogues ce qui peut devenir très embêtant...

Pour le Gameplay je n'ai pas tellement accroché. Les mouvement fluides et agiles de Monkey sont assez simples mais efficaces et donnent un plus au jeu. Mais le jeu est assisté (voir trop), le jeu est d'une facilité à pleurer de rire car impossible de se perdre et les ennemis sont assez facile à battre. Comme les ennemis sont des robots je me demande vraiment si ce sont des robots de combats...Vraiment peu de challenge d'autant plus que certains boss réapparaissent plusieurs fois complétant une durée de vie assez courte.

Au final c'est un jeu qui aurait pu devenir très bon mais qui à cause de défauts qui auraient pu être corrigés ne restera pas dans ma mémoire. Cela dit ça reste quand même un bon jeu assez plaisant à suivre surtout pour son scénario et son design particulier et superbe.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Enslaved - Odyssey to the west
MessagePosté: Sam 21 Jan 2012 16:58 
350 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 19 Déc 2007
Messages: 1810
Localisation: Comme la vérité, ailleurs.
Poussé par un être vil a joué au jeu dans les plus brefs délais, c’est en ce début d’année que j’ai pu mettre la main sur le jeu à bas prix et voir ce qu’il avait dans le ventre. Le studio ne m’avait pas du tout convaincu avec son médiocre Heavenly Sword ce qui m’a valu de belles discussions sur les Beat’em All avec l’auteur de ce topic qui décidément aime ces jeux. J’avais déjà pu approcher le soft par le biais de sa démo, celle-ci permettais de jouer le premier chapitre du jeu qui en compte 14.

Visuellement le jeu est une pure merveille, c’est super coloré très plaisant et j’ai vraiment eu l’impression de voyager en même temps que les personnages lors de mon avancé dans le jeu. De plus je ne sais pas trop sur quelle plateforme les gens qui ont donné leur avis ont essayé le jeu mais je n’ai eu aucun soucis de graphisme ou de bug à déplorer sur mes deux parties, en dehors de cette baisse de son pendant les cinématiques mais j’ai mis les sous-titres pour pallier ce souci. Mais en terme de console on a du goût ou on en a pas :p. Les personnages deviennent très vite attachant et leur réalisme, grâce à la motion capture et Andy Serkis, est criant de vérité. D’ailleurs voici une petite vidéo qui en parle justement, cette dernière m’a été fournie par l’auteur du sujet.

La caméra ne m’a pas vraiment posé de problème, même lorsqu’elle se fige on est rarement mis en défaut a cause d’elle je trouve et l’action se suit bien. Je ne vais pas être très originale mais j’avoue également avoir été totalement emporté par les musiques du jeu. Elles servent grandement à l’immersion dans ce monde fabuleux et les doublages français permettent de ne pas gâcher cet ensemble grâce à la bonne qualité générale des comédiens. J’ai énormément apprécié le gameplay mais je trouve que le jeu est assez différent d’un Beat’em All. Je le vois plus comme un jeu d’aventure car le jeu n’est pas vraiment technique, en plus d’être relativement facile. Même si les passages en plateforme sont dénués de difficulté en dehors de quelques passages, morceau de bâtiment qui tombe, ces passages s’avèrent extrêmement fluide et intéressant. En clair le jeu fait une leçon a tous ces bousins populaires que sont Assassin’s Creed et Uncharted. La durée de vie n’est pas vraiment courte d’ailleurs, j’ai passé plus d’une dizaine d’heure pour faire le jeu une fois en profitant du jeu et en allant un peu partout sur la carte. Mais en rush on tombe environ sur les 7 heures, mais c’est un peu dommage de faire cela sur ce jeu rempli de détails que ce soit dans les décors ou autre.

Même si je ne suis pas d’accord avec le côté engagé du jeu décrit par Ichigo. Je ne peux nier que le jeu transporte un certain message et transporte vraiment le joueur. La preuve étant cette fin extrêmement ouverte mais qui laisse présager d’une fin que le joueur se laissera à deviner, mais que j’ai vraiment beaucoup aimé. Assurément la meilleure adaptation du ‘Voyage en Occident de Wu cheng’en’ à mes yeux. Même si le jeu possède tout de même quelques défauts c’est une vraie réussite pour moi. A découvrir tout simplement.

_________________
Image
Image
> PERFECT SYMPHONY< > XtremeVibes<


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Enslaved - Odyssey to the west
MessagePosté: Lun 26 Mar 2012 01:05 
350 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 13 Juin 2009
Messages: 1871
Localisation: Insanity
Pourquoi pas. J'ai plutôt passé un agréable moment devant Enslaved, sans pour autant avoir adhéré à l'expérience.

Un thème vraiment prenant à suivre et original puisque mélanger l'univers apocalyptique avec la palette de couleur proposée bien fraîche et bien joyeuse, on arrive à se demander dans quel genre de jeu allons-nous poser les pieds. Un démarrage réussi, le scénario reste bon dans l'ensemble, je n'y reviendrais pas. Nos deux protagonistes Monkey et Tripp, malgré l'idée de cette dernière dans l'histoire, ces deux-là forment un duo efficace dans ce parcours d'obstacles. Graphiquement, s'attendre à contempler ces lieux aux couleurs chatoyantes, c'est nouveau, c'est une nouvelle sensation qui donne de la pêche au joueur, de progresser dans un univers épouvantable sans pour autant le montrer à première vue.

Le gameplay, par contre c'est autre chose. Diriger Monkey uniquement, d'accord, Tripp sert d'aide à distance, éclaireur, piratage, ok. Les caméras gênent un peu et au niveau de l'IA, il y a un bémol. Pour revenir sur Monkey rapidement, j'aurais préféré puisqu'on peut upgrader son arme blanche, bouclier, santé, idée intéressante certes mais qu'il y est des combos à débloquer, parce que les techniques classiques, faible ou puissante, charge, ou encore projectile à la rigueur, mais c'est faible. Un peu plus de contenu pour les combats, je n'aurais pas dis non. Le reste, je n'en dis pas plus. Oui donc l'IA, même en difficile, on y arrive sans trop forcer, les soldats robots, un peu pinpin puis les boss restent répétitifs, c'est dommage.

On aura tout de même un peu d'humour dans ce monde ravagé, après avoir progressé une bonne partie du jeu. Puis la bande son ne m'a guère déplu, en y repensant, je ne m'y suis pas trop intéressé donc..

Bref, pour terminer, Enslaved reste un bon jeu. Un après-midi pour compléter le scénario en gros, c'est pas long, c'est d'autant plus très simple. Un système de déplacement très vif et rappelle les expériences des jeux comme Assassin's Creed ou encore Prince Of Persia. Sauver sa peau, gravir les bâtiments en ruines avec du vert pomme, un ciel bleu comme on a chez nous en ce moment, que des belles couleurs, c'est sympa.

_________________


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 4 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com