Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 2 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Golden Playhouse - Catherine ou Katherine ?
MessagePosté: Mer 15 Fév 2012 01:25 
325 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 19 Déc 2007
Messages: 1797
Localisation: Comme la vérité, ailleurs.
Image Image
Titre : Catherine
Plate-forme : Xbox 360 & PlayStation 3
Genre : Puzzle/Horreur
Mode de jeu : Jouable en solo, en coopération à 2.
Éditeur : Atlus
Développeur : Atlus / Studio 4°C (cinématique)
Concepteur : Katsura Hashino
Musique : Shoji Meguro
Sortie : 17 février 2011 (JP), 26 juillet 2011 (US) et 9 février 2012 (EUR)


INTRODUCTION
Ce jeu est mentionné comme action aventure, mais je n’aime pas trop cette désignation la mienne étant plus proche de la vérité. Ce titre est le premier jeu développé par Atlus à sortir sur console HD. Conçu par des membres éminents de la saga Megami Tensei tels que Katsura Hashino (producteur/réalisateur), Shigenori Soejima (character designer) et Shôji Meguro (compositeur), ce titre met les joueurs dans la peau de Vincent, un homme de 32 ans sans ambitions qui va faire la rencontre de la fameuse Catherine donnant son nom au jeu. Jeune et jolie, elle va tomber sous le charme de Vincent, qui va néanmoins commencer à faire des cauchemars dont il devra s'échapper en atteignant le sommet d'une tour apparemment sans fin. Il s’agit d'un jeu clairement orienté vers un public adulte, avec des moments d'horreur, d'érotisme et un gameplay très simple basé sur des puzzles.


Image


SCENARIO
Vincent brooks a peu d’ambition dans la vie et il semble l’aimer comme ça. Son travail est assez simple et sa jolie copine Katherine lui est dévouée. Toutefois, une partie de sa dévotion est de faire en sorte que Vincent s’améliore et récemment, elle a commencé à être plus insistante pour qu’il fasse quelque chose de lui-même et qu’il devienne quelqu’un avec qui cela vaut la peine de s’installer. C’est devenu angoissant pour lui, surtout que le mot ‘mariage’ revient de plus en plus souvent dans leurs conversations…

Vincent a été un copain fidèle à Katherine, mais une simple aventure d’un soir sous l’effet de l’alcool chamboule toute sa vie. Une jolie et mystérieuse étrangère nommée Catherine le séduit et il n’arrive pas à prendre une décision : sa douce moitié fidèle ou cette nouvelle fille qui est tout ce qu’il a désiré chez une femme ?

Ce qui rend les choses compliquées, ce sont les cauchemars horribles que Vincent a commencés à faire après cette affaire : des cauchemars où il grimpe des tours sans fin de blocs, mais aussi des cauchemars de mort et de terreur. Au même moment, une série de morts inexpliquées tient toute la ville sur le qui-vive. Des gens normaux et en bonne santé ont été retrouvés morts dans leur lit avec des expressions d’agonie et de terreur extrême sur leur visage. Le lien qui relie toutes les victimes est que se sont tous des hommes. Une rumeur étrange circule disant que si quelqu’un tombe dans ses rêves et ne se réveille pas avant d’atterrir, il meurt dans la vraie vie…


Vincent Brooks – 32 ans
Image
Un ingénieur système mal payé d’une entreprise de technologie insignifiante. Il n’a pas besoin de porter un costume ou une cravate pour son travail, puisqu’il n’a aucun avec les clients de son entreprise. Vincent a passé sa vingtaine sans plans concrets pour son futur, mais maintenant, sa copine de cinq ans, Katherine, commence à parler de mariage. Depuis que le sujet a été abordé, il a commencé à faire des cauchemars horribles et il souffre jour et nuit.

Katherine McBride – 32 ans
Image
Elle est gérante d’une compagnie de vêtements et semble bien à l’aise. Elle a grandi avec Vincent et ses amis, mais elle s’est éloignée lorsqu’ils ont obtenu leurs diplômes. Les deux se sont retrouvés à une réunion d’école secondaire il y a cinq ans de cela, et sortent ensemble depuis ce temps. Face à la possibilité d’être enceinte, elle croit qu’elle doit être une adulte responsable et elle essaie d’aider Vincent à prendre la même décision. Elle apprécie la nourriture sucrée et les gâteaux en particulier.

Catherine – 22 ans
Image
Elle rencontre Vincent dans son bar de quartier et le séduit pendant toute la nuit. Elle a un charme innocent, mais les yeux d’une tentatrice et un corps qui attire l’attention partout où elle va. Catherine a une façon de ruiner le bon sens et la maîtrise de soi chez tous les hommes et elle trouve rapidement de quoi s’amuser avec Vincent.


Image


GAMEPLAY
Le jeu se sépare clairement en deux phases bien distinctes.
La première est la phase de jour qui consistera en de longues cinématiques. Celles-ci seront en animation 2D puis en cinématique 3D avec le moteur du jeu. On observera les différents protagonistes interagir entre lors de différentes discussions à des endroits divers, sushi bar, salon de thé chic… Ces scènes finiront toujours au même endroit, le Stray Sheep, le bar de quartier de Vincent dans lequel il va tous les soirs. C’est à ce moment que l’on prend le contrôle de Vincent. Cette séquence dans le bar n’est utilisée que pour présenter les différentes inquiétudes des protagonistes ainsi que leur rapport entre eux. Elle servira également pour introduite le scénario et les phases du véritable jeu. Pendant ce moment on pourra discuter avec les différents personnages, ils partiront au fur et à mesure de l’avancée de la nuit, de ce fait si on souhaite discuter avec le plus de gens il faudra finir avec les principaux. On pourra également regarder les dernières informations à la télé. Changer la musique du jukebox, avec des morceaux d’autres jeux Atlus. Jouer à Rapunzel, un jeu d’arcade basé sur le principe du jeu. Allez aux toilettes pour se nettoyer le visage, ou regarder ces mails dans la plus stricte intimité. La dernière activité possible sera de boire un verre. Whisky / Sake / Biere / Coktail, le choix de la boisson n’est pas important, on aura un petit message de présentation pour chaque breuvage différent choisis ce qui rend la chose éducative, disons. Le but de boire un verre est de remplir sa jauge de boissons. Celle-ci se compose de trois bouteilles. Une bouteille se remplie lorsqu’on finit un verre. Plus la jauge est pleine et plus Vincent se déplacera rapidement pendant la nuit, cette étape est donc vitale. Une fois finit tout ce que l’on veut faire on rentre à l’appartement pour une nuit… torride ?

La nuit commence et dès lors on se retrouve propulsé dans un monde étrange. Vincent arbore des cornes de mouton sur sa tête porte son oreiller sous le bras tout en étant habillé avec un simple caleçon blanc à pois roses. La classe quoi. Le but sera d’aider Vincent à gravir une tour de bloc qu’il faudra déplacer pour monter le plus vite possible. En effet le temps est compté et si on traîne trop alors on connaitra le même destin de la tour puisque celle-ci s’effondre sur elle-même. Dès lors le jeu nous proposera des défis toujours de plus en plus complexes avec des blocs différents pour plus de danger. Voici une liste des différents blocs :
Les blocs ‘normaux’, que l’on déplace comme on veut.
Les blocs ‘fragilisés’, qui se détruise après deux passages dessus.
Les blocs ‘lourds’, qui prennent plus de temps à déplacer.
Les blocs ‘fixes’, impossible à déplacer.
Les blocs ‘piégés’, des piques sortent et tue Vincent si celui-ci reste dessus trop longtemps. Les piques se détruisent après leur sortie.
Les blocs ‘gelés’, qui font glisser Vincent sans que celui-ci ne puisse s’arrêter. Et cela jusqu’à la mort.
Les blocs ‘bombes’, qui explosent et fragilise tous les blocs autour d’eux en s’auto détruisant.
Les blocs ‘trampoline’, qui permettent à Vincent de faire des grands bonds.
Les blocs ‘vivant’, qui se déplacent d’eux même pour gêner ou bloquer le joueur.
Les blocs ‘surprises’, qui se transforment en un bloc de cette suite.

Ils existent donc 10 blocs différents dans le jeu. Il faudra les utiliser correctement et faire attention au danger que représente certain pour monter toujours plus vite. Les différentes stratégies s’apprennent au fur et à mesure du jeu elles sont tellement variés que ce serait laborieux de les mentionner ici. En dehors de la première nuit, qui sert surtout de didacticiel, les cauchemars suivants se passeront toujours en différents étages de la tour. Ceux-ci réparti de 2 à 6 différents. 0 la fin d’un étage on se retrouvera dans une zone particulière ou plusieurs moutons attendront le joueur. Ainsi on pourra discuter sur les étranges événements qui les ont amenés ici ou apprendre des stratégies en leur parlant. Pour finir avec cette phase on entrera dans un confessionnal ou certain individu, Astaroth, discutera avec Vincent et ou un autre personnage lui posera une discussion à chaque passage dans cette cabine. Les discussions sont évidemment toujours tournées sur le sujet de l’amour et du couple. La dernière partie de chaque cauchemar se finira lors d’un étage où il faudra non seulement monter le plus vite possible, mais ou il faudra également faire attention à un boss. Celui-ci sera issu des dernières préoccupations de Vincent dans la vie réelle, une métaphore de ce qu’il craint, et cette créature tentera de le tuer grâce à différent moyens.


ImageImage


LE JEU EN DETAIL
Le jeu est présenté comme une émission TV portant le nom de ‘Golden Playhouse’. Cette émission ayant évidemment comme sujet des histoires étrange et horrifique. Le reste du jeu portera tout du long le logo de l’émission en haut à gauche de l’écran. Tout au long de l’aventure, qui dure environ entre 10 et 15 heures, on assiste principalement à un film interactif, littéralement. Lors des journées on observe environ 15-20 minutes de cinématiques, qu’elles soient en 2D ou en 3D. On suit l’histoire qui sera modifiée en fonction des choix que l’on fera dans le jeu, que ce soit pour une jeune femme ou l’autre. D’ailleurs le jeu propose un nombre de 8 fins différentes, ce qui laisse pas mal d’heures de jeu pour qui accroche au soft. Les discussions avec les personnages sont intéressantes, en plus de servir à l’avancée de l’intrigue et à poser les problèmes de cœur de Vincent et des morts mystérieuses du moment. Ces moments sont toujours synonymes de calmes après des cinématiques souvent riches en révélations ou événement important et avant la phase du jeu en lui-même. La partie commence ensuite et là on peut vraiment observer la complexité de la chose. Lorsqu’il est sorti le jeu était si difficile que les développeurs ont fait un patch pour ajouter un nouveau mode, le ‘super easy’. Du coup je ne suis pas doué pour les puzzle-game et j’ai fait le jeu en facile, les vies sont limités mais en prenant des coussins on peut en gagner. Et il y a la possibilité de revenir sur une action antérieure sur laquelle on se serait trompé, ce qui est absent des autres modes. En plus des coussins il y a d’autres items disponible comme la boisson énergétique qui permet de monter 2 à 3 cubes en même temps, détruire tous les ennemies à l’écran, ou transformer tous les cubes spéciaux en cubes normaux. Tout cela ajoute une gestion des items, car on ne peut en porter qu’un à la fois, en plus du puzzle qui est déjà assez complexe surtout que l’on est pressé par le temps. Et encore cela est simple quand on n’a pas de boss à nos basques qui essaye de nous faire tomber de nous embrocher ou encore tout simplement de nous mettre la pression.

Le jeu est vraiment une expérience bien spécifique dans son ambiance lié à la sexualité, surtout, avec les fameuses questions d’entre deux étages. On pourra voir le résultat des votes des gens qui auront voté sur internet au préalable, avant la sortie du jeu. Cela est bien mis en avant avec les menus ou le jeu nous proposent des citations d’auteurs assez vaste come Shakespeare, Boethius, Richard Barnfield, Ralph Waldo Emerson, Oscar Wilde, Mark Twain… Vaste choix comme je l’ai dit. Tout au long du jeu on aura toujours des références à la religion et aux démons des mythologies. Astaroth, Nergal et la fin de chaque tour permet d’entendre un célèbre thème signe de délivrance pour le joueur. Maintenant que je parle de musique comment ne pas parler de l’ost absolument splendide du jeu. Entre les thèmes des cinématiques ou des bars durant la journée et des remix de morceaux de musique classique on a vraiment de quoi s’en mettre plein les oreilles. Voici un lien pour la première musique du jeu, amusez-vous à vous baladez dans ces compositions je pense que vous ne le regretterez pas. L’histoire est vraiment super bien écrite et plaira assurément à tous types de personnes, sous-entendu que celle-ci est un âge minimum, le jeu est déconseillé au moins de 18 ans mais ce n’est pas forcément dû seulement à son côté sanglant et glauque. Et si le puzzle vous accroche, vous aurez de quoi faire avec le jeu d’arcade Rapunzel, disponible pendant la partie dans le bar, mais également avec le mode Babel. Ce mode vous confrontera à différent défi que vous pourrez réaliser également en coopération. Avec ces 8 fins, on peut dire que le jeu ne manque pas de contenu pour qui apprécie le jeu.


ImageImage


CONCLUSION
Très particulier et pas forcément abordable de manière évidente. Le jeu d’Atlus permet néanmoins une expérience unique dans le monde vidéoludique. Doté d’une grande originalité, le jeu pêche néanmoins avec une caméra peu évidente lorsqu’on se retrouve bloqué. Tourner autour de Vincent n’étant pas toujours très optimale. Cependant le jeu propose un vrai challenge, une histoire très bien construite et aux multiples conclusions et une difficulté parfois frustrante mais, oh combien, synonyme de fierté après l’aboutissement d’une tour. Un jeu dont le charme m’a totalement conquis et sur lequel j’ai pris beaucoup de plaisir. Maintenant que le jeu est sorti en Europe qu’elle sera l’avenir ? Hé bien pour l’instant on n’en sait pas plus mais Index Holdings, compagnie mère d’Atlus, à fait savoir à ses investisseurs, lors d’une conférence sur le jeu, que la licence deviendrais une franchise. A quand les prochain jeux estampillé Golden Playhouse ? Là ce n’est qu’une question de temps avant qu’on l’apprenne. Au final on retiendra...

Image

_________________
Image
Image
> G3FA HEXA - REVOLVER ! <


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Golden Playhouse - Catherine ou Katherine ?
MessagePosté: Dim 6 Mai 2012 15:39 
The Endless Sorcerer
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Mai 2007
Messages: 1993
Localisation: Dans une partie d'échec face à Beatrice
J'ai adoré mais je suis déçu en même temps.

Le jeu est court mais il est tellement arpenté de choix qu'on se dit qu'il doit y avoir une très bonne rejouabilité. Car c'est pas tellement les phases de jeu proprement parler qui ont réussit à m'intéresser mais bien l'intrigue et ces choix. Mais occupons nous de phases de jeu d'abord.

Ce puzzle game est assez original et se joue sans trop de problème avec une bonne ambiance assez perturbante mais marrante à la fois. Le mélange est vraiment bon. Néanmoins, j'ai trouvé le jeu extrêmement simple, j'ai rarement eu des difficultés à escalader cette montage chaque soir. Même lors de ma seconde partie où je visais les trophées d'or, cela c'est passé sans mal.
Après c'est peut-être parce que j'ai trouvé un bug et que je savais en abuser pour me faciliter la tache. La touche retour en arrière permettait bien plus de chose que prévu. Un bloc cube était sur le point d'exploser ? Je poussais un bloc puis un retour afin que le bloc explosif recommence sa détonation à 0. Même chose pour contrer les attaques des boss ou bien encore remettre le temps au max pour faire des combos de monter ou bien les blocs mystères. Bref, ce retour en arrière, j'en ai surtout abusé pour ma seconde partie et faire des perfects. Mais déjà lors de la première partie, j'avais pas de mal à trouver les solutions comment passer ici, etc..

En soit l'idée est sympa mais pas assez difficile, peut-être que le challenge est plus intéressant dans les défis. Faudrait que je teste un jour mais c'est pas ça qui m'a intéressé au jeu.

C'est bel et bien l'histoire de Vincent qui est intéressant et là, je retrouve tout le savoir faire de Atlus. J'adore l'aspect social qu'ils mettent dans le jeu, c'est pour ça que j'ai apprécié les Persona. Ici, j'avais le sentiment d'avoir plus de liberté et de choix que dans un Persona, avoir une véritable influence dans l'intrigue. Je me suis bien trompé.
Ma première partie, j'ai joué honnêtement et je suis arrivé neutre et découvert "La vraie Liberté". Durant tout le jeu, j'arrivais pas à savoir qu'elle était le bon choix. Je savais que j'aimais pas ce rôle dominatrice de Katherine, très grande manipulatrice. Au point que j'ai plongé dans les faux indices et commencer à penser que c'était elle la coupable. Faut dire que je trouve le personnage extrêmement détestable. Ce plaisir sadique qu'elle a à annoncer qu'elle est enceinte par exemple ou la froideur (voir sadisme) qu'elle a à rompre avec Vincent.
Le finish est bon car il ne cesse de crier C/Katherine mais impossible de savoir pour laquelle il se bat.

Viens alors ma seconde partie, où j'allais naturellement me diriger vers Catherine. Déception, malheureux, tristesse. L'intégralité de l'histoire est la même, moi qui pensait que l'état d'esprit de Vincent pourrait changer des cinématiques, je me suis bien trompé. Oui, ces pensés changent mais ce qu'il dit, ce qui influence réellement l'histoire. Ca, ça ne change pas. Je répondais méchamment à Katherine au textos, cela fait seulement pas débloquer la suite des messages. J'encourageais Catherine à continuer, j'avais la suite des messages mais identique à la partie d'avant. C'est assez choquant de voir lorsqu'on répond à l'une de ces photos "J'adore, continues ça !" "Pourquoi t'es si méchant avec moi ?" MAIS WTF ?!!1! <0<

Complètement déçu par ce manque de rejouabilité pour un jeu aussi court. Extrêmement déçu par le manque d'influence, tout ce qu'on peut changer ce n'est que la fin. Le jeu a 3 fin différentes dont 3 versions. Dont une vraie qui permet d'avoir une cinématique bonus, les autres sont juste des simples images fixes dans l'ending. Déçu.
Je n'ai vu aucune fin de Katherine, j'imagine un mariage. Par contre, la fin de Catherine fut très très marrante, malgré que le post ending où Vincent devient un démon. Too much.

Dans l'ensemble, le jeu est intense et vraiment excellent. C'est une superbe expérience. Ma première partie fut grandiose et voir Vincent sombrer être complètement perdu est vraiment bien mené. Mais ça m'a tellement déçu de voir que le joueur est en fait vraiment prisonnier de sa situation, prisonnier de ces femmes. C'est logique pour l'intrigue, mais rageant pour le joueur.

Plein de bonne idée, une effort dans la réalisation. Non, assurément, je pense que c'est un jeu à tester tellement il est surprenant et intense.

_________________
ImageImage
PyroVision


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 2 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com