Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 23 messages ]  Aller à la page [1], 2  Suivante

Quel est votre album préféré ?
Homework (1997) 20%  20%  [ 5 ]
Discovery (2001) 56%  56%  [ 14 ]
Human After All (2005) 8%  8%  [ 2 ]
Random Access Memories (2013) 8%  8%  [ 2 ]
Autre (Alive 1997, Alive 2007, Bo Tron) 8%  8%  [ 2 ]
Nombre total de votes : 25
Auteur Message
 Sujet du message: Daft Punk
MessagePosté: Dim 8 Sep 2013 10:58 
80 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Nov 2010
Messages: 707
Localisation: non merci je suis allergique
Bon ce sujet me tiens énormément à cœur, cependant j'avais peur de mal le faire, ayant déjà aborder les Daft sur mon topic de musique électro, du moins j'avais peur de faire doublon.

Le truc c'est que sur ce dit topic j'ai épluché tel un économe tout les albums des daft sans forcément parler d'eux ou de leurs parcours global. It's time to réparer ze erreur !
Let's go !



Image



Le groupe



Au départ (et même à la fin), il y a deux hommes, Thomas Bangalter et Guy Manuel de Homen Christo. Pour l'anecdote, le père de Thomas n'est rien d'autre que le producteur Daniel Vangarde qui est le parolier/producteur/compositeur de La Compagnie Créole, Ottawan, Gibson Brothers et Sheila. Ces deux futurs robots se sont rencontrés au lycée Carnot à Paris vers 12ans. Ayant comme passion commune le cinéma, les deux jeunes gens sympathisent très vite autour de ce plaisir, il n'est pas encore question de musique, à ce niveau la ils ont juste eu un petit éveil musicale comme tout collégien. Quelques années plus tard vers 17ans environ, viens la musique, ils la découvrent sous un peu toute ses formes, allant du disco au rock en passant par le funk les deux lurons commencent à y voir une passion. Très vite, ils ne tardent donc pas à créer un groupe de rock du nom de Darlin' avec leur ami Laurent 'Branco' Brancowitz (futur guitariste de Phoenix). Suite à cette décision, ils ont sortis un EP, relativement nul, le seul magazine spécialisé ayant écouté cet EP traitera leur musique de "Daft punk" (punk idiot). Il faut aussi préciser que cette initiative de groupe de rock avait pour seul objectif de ramener le plus de fille dans le lit.
Mais, petit à petit, les deux garçons commencent à être déçu du rock, ils le trouvent de plus en plus ennuyeux, surtout en concert, ils ne sentent plus l'énergie d’antan et avouent avoir assistés à des concerts où personne ne bouge. Les jeunes hommes découvrent alors les raves party et la techno. Complètement éblouis par ce nouveau son qui enflamme les foules, les deux acolytes se mettent en tête de stopper le rock pour se lancer dans cette nouvelle brèche. Le groupe ainsi renommé Daft Punk (dont la provenance fut tout trouvé) se créer en 1992, mais c'est en 1993 que sort sous le label écossais Soma The New Wave. Pas de grand succès pour ce son, faut aussi avouer qu'il ne transcende pas. Cependant il retient l'attention du public et casse avec la bide complet de leur groupe précédent, les Daft commence doucement mais surement. Les intonations sont clairement techno et très avant gardiste du futur travail des Daft (ont peut reconnaître quelque sonorités de Superheroes et Alive). Le fameux label Soma, plutôt rassuré de la qualité de ce son pousse le groupe à continuer, ainsi ce qui n'était qu'un hobby va vite devenir quelque chose de sérieux pour le groupe. C'est donc en 1995 que les Daft rencontrent le succès, et quel succès mes amis car il suis la sortie de 2 titres ultras cultes des robots =>


Da Funk :

Könöwule II by Famoudou Konaté on Grooveshark

Et Rollin' n' Scratching :

Könöwule II by Famoudou Konaté on Grooveshark

2 hymnes électro/techno qui balancent les Daft sur le devant de la scène !
On commence à les entendre un peu de partout et même en Angleterre, pourtant réfractaire au son français.
Suite à cela, les Daft signent chez Virgin (ce qui fut considéré comme une trahison par certains puristes underground) et sort en 1996 le titre Musique; titre peu connus car n'étant sortis que sur 2 albums, un album compilation du label Source et d'un autre album compilation des Daft. Très peu techno, ce son annonce le côté Frenh Touch de nos frenchies, un de mes chouchous !
Mais tout ceci n'est qu'un prologue à quelque chose qui va marquer et façonner la musique électronique du moment :


Homework


Image


Plutôt rassuré des précédents succès, les daft s'isolent dans leur home studio pour peaufiner leur album en toute discrétion.
Année 1997, j'avais 3 piges. C'est à ce moment là que sort le premier album des Daft Punk. Avant d'en dire plus sur cet album il faut replacer le contexte. La french touch commence petit à petit à s'imposer un peu partout dans le monde, mais hormis une poignée de Laurent Garnier et autre Etienne De Crécy, il n'y a pas de grand artiste Français qui s'exporte complètement à l’international, si les Daft Punk ont eu un succès international avec Da funk et Rollin 'n Scratchin, il manquait "le truc" pour faire sauter le bouchon. c'est là qu'arrive Homework, certes excellent (obviously) il arrive au bon moment !
La c'est la débandade, 2 million d'exemplaires vendus dans le monde, ce son "French" savamment mélange de techno et d'electro (voir de House) est à la fois simple et complexe, très brut, il est fait pour danser dans une rave party. La recette reste néanmoins très simple, un sample (pas tout le temps), une sonorité, un rythme et du talent. Les sons sont bidouillés, trafiqués, torturés pour faire au final une musique très dynamique et dansante qui fait la particularité de cette French Touch que les Anglophones adorent tout particulièrement. Da Funk étant l'exemple le plus frappant. Certains sons phares de cet album sont clairement cultes maintenant, il y a (je retire Alive/Da funk/Rollin and Scratchin de ce constat car j'en ai déjà parler) =>

Le disco Burnin' dont la ligne de basse fait un ravage :

Könöwule II by Famoudou Konaté on Grooveshark

Le très tomatesque Revolution 909 (dont un membre du forum s'est inspiré pour écrire un magnifique texte lors du CCE) :

Könöwule II by Famoudou Konaté on Grooveshark

Et le très connus Around The World, parce que parler d'Homework sans parler d'Arround The World c'est comme parler de DJ Antoine, juste insensé :

Könöwule II by Famoudou Konaté on Grooveshark






Cet album fut un énorme succès, pionnier d'un nouveau son "très Français" (j'insiste sur ce point !), évolution de la techno, mélangeant simplicité et audace, les sons sont architecturés très simplement, pas plus de 2 ou 3 sonorités par titre. Mais la magie est qu'ils sont ultra accessibles et ultra pro, c'est un des secrets des Daft, leur capacité de faire une musique qui parle à tous, tout en restant très pro et intègre. Cet album a donné carte blanche à bien d'autres artistes Français (Air, Cassius, Modjo et même notre Guetta international) et est considéré même maintenant comme un incontournable Electronique.
Cet album possède aussi un petit côté expérimentale, notamment dans l'alliance des sons, on sent presque une sorte d'insouciance, les Daft ne se posent pas la question si ce qu'ils font sont dans la norme ou pas, un peu comme un cuisiner faisait un gâteau sans se soucier de mettre des ingrédients jugés non conventionnelles.
La particularité de cet album est qu'il a été fait de manière artisanale, j'ai toujours eu en tête que les grands musiciens électroniques avant d'immenses studios avec des machines dignes de Tron, c'est souvent le cas, mais en ce qui concerne Homework le matos utilisé est très "fait maison", un sampler, une boite à rythmes et un vocoder et roulez jeunesse !
Bref cet album met définitivement les Daft sur le devant de la scène, cependant, ont peu déjà remarquer leur attitude "indépendante", si il existe 2-3 clichés d'eux à visages découvert datant d'avant Homework, les deux bonhommes ont vite commencés à mettre des masques (pas encore de robot) et à se cacher le visage. Le but étant de se focaliser sur la musique et non sur eux, le truc est d'éviter le star système basé sur la personne plus que sur l'oeuvre.
On remarquera la non présence de ballade dans cet opus, fait marquant puisque, par la suite, le groupe a toujours tenu à, au minimum, une ballade par album.


Les points négatifs


Une critique entièrement positive ne peut pas être pertinente (selon moi) et Homework n'est pas parfait (qui l'eu cru !), voici donc ce que je considère comme étant des points négatifs:

- La durée des titres, voici le grand défauts de cet album (que les Daft corrigeront un peu par la suite), il y a cette impression, que pour chaque son, les Daft ont lancés les dés prenant le résultat comme durée du son. Parfois ça ne gène pas, les 7min30 de rollin' n scratchin' sont parfaitement compréhensible et nécessaires au développement du son, mais des sons comme High Fidelity ou même Around The World se verraient grandit avec une amputation de bien deux grosses minutes (ironique comme phrase). Parfois la lassitude peut gagner. On expliquera ce défaut par le fait que cet album fut pensé pour le dancefloor m'enfin ... ça excuse pas :)


- L'effet "intérieur/extérieur", pour ceux qui savent pas, cet effet permet de donner l'impression que le son passe en fond (comme quand on entend la musique avec une porte fermé) puis revient ensuite sur le devant de la scène, cet effet est sympa et n'est pas un défaut en soi, mais le groupe abuse un peu de cette astuce et on peut avoir l'impression que c'est juste un moyen de redonner du souffle au son sans trop se forcer.


Mes chouchous


J'ai 4 grands chouchous.

- Le premier est bien sur Da Funk, un son d'une simplicité affligeante, il comporte que 2 ou 3 pistes mais dieu qu'il fiche la patate, dieu que ce son est pertinent, ce son pourrai sortir aujourd'hui sans soucis, les basses balances le rythme et le reste coule de source.

- Le second est Rollin' n scratchin', comment ne pas aimer ce son ? Branchez une bonne sono, envoyez le son et observez le résultat. Dès le début le son fait bouger puis viens le beat (les dérapages de voitures comme dirai Houblon ^^) qui varient petit à petit et qui font le taf, encore une fois pas un son ultra complexe dans sa structure, qu'on se le dise, les Daft ne font pas de la musique compliqué (ou rarement) mais de la bonne musique.

- On continue avec Revolution 909 (dédicace au CCE), pour moi, ce son dégage une énergie, je ressens ce son comme si il était en éternel mouvement, peut être pas le plus dynamique de l'album certes mais à mon sens, ce son est peut être celui qui a le rythme le plus emballant, de plus, le clip "spécial" ajoute une part de mystère au son.

- Et je finirai sur Fresh, ce son c'est Hawaï pour moi, des bruits d'eau, une guitare qui pose le ton et un beat qui sans être mou me pousse à aller me caler dans un hamac, le son de la détente par excellence (et puis cette guitare *-*).


Avec cet album les Daft ont voulu montrer qu'il est possible de faire de la musique à la maison, mieux encore, cet album a (en partie bien sur) aider la musique électronique à se démocratiser. Si il y avait déjà eu des bombes électroniques dans le passé, le genre restait tout de même assez underground et sous estimé. Homework, par son succès retentissant a cassé cette logique et a montré que la techno house n'est pas forcément un son sauvage pour junkie. Homework n'est pas un album, c'est une finalité ! C'est comme je le disais un peu avant, l'album qui a fait sauté le bouchon, bouchon qui retenait la musque électronique, le son français, bouchon qui retenait les futures évolution du genre. Homework c'est aussi la preuve que l'industrie de la musique électronique peut être juteux (Virgin étant le label des Daft à l'époque), un marché juteux est un marché qui évolue (pas toujours en bien c'est sur, regardez DJ Antoine). Dans l'histoire de la musique électronique il y a un avant Homework et un après Homework.


Image



ALIVE 1997



Image



Könöwule II by Famoudou Konaté on Grooveshark



Suite à Homework, et, comme bon artiste qui veut faire la promo d'un album, les Daft partent dans une suite de concerts. Ce n'est pas encore l'énorme pyramide de LED qui a en partie fait le succès d'Alive 2007, mais un aspect plus traditionnelle du show electro. Un vrai travail de DJ, une table de mixage sur une scène, des effets de lumières, un public et bien sur, l'artiste. Ce live est un peu mis de côté pour la simple raison qu'il est très variable, si un show comme Alive 2007 est très orchestré, préparé, divisé comme un album, Alive 1997 quand à lui est "juste" un mix d'Homework composé d'une seule piste. Ce live met déjà en avant la capacité des lurons à mélanger leurs sons de manière fluide et couillus. Ce live est très instinctif, il n'a pas de structure propre et est la cible de beaucoup d'improvisations, le live commercialisé sur l'album est de 45min mais certains shows ont durés plus de 5H. Très peu de barrières pour ce live, cette diversité m’empêche même d'en parler précisément, on aime ou pas, faut écouter, c'est le mieux que je puisse vous dire. Parler de ce live c'est comme tentez de tenir de l'eau dans sa main, l'intention est louable mais le matériaux d'origine est tellement mobile qu'il est impossible de vraiment en parler, sauf avec de grands termes généraux. La tournée fut un succès qui ancre encore plus celui d'Homework, les Daft sont définitivement considérés comme le fer de lance de cette vague française (merde quoi, on a un style électro propre à notre pays ! C'est le moment d'être fier).


J'en profite juste pour faire une distinction entre DJ et artiste électro (car c'est différent oui), un DJ joue en soirée, fais des mix live sans forcément en créer lui même, un artiste électro lui compose sans forcément mixer en live, un artiste électro peut être un DJ mais les deux choses sont différentes, compatible mais pas obligatoire.


Voila voila pour le début de carrière du groupe, je posterai la suite plus tard.


Image

_________________
Image



Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Daft Punk
MessagePosté: Mar 10 Sep 2013 20:37 
80 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Nov 2010
Messages: 707
Localisation: non merci je suis allergique
Bon je post maintenant car demain j'aurai la flemme, Jeudi pas sur d'avoir le temps et je suis pris de Vendredi à Lundi ... Et aussi parce que j'ai envie :) Ha oui là j'ai mis des liens youtube et non grooveshark pour que vous puissiez voir le(s) clip(s).



Image




Discovery


Image



Discovery quand même c'est bien.
En un sens je pourrai m’arrêter là.
Dans le monde de la musique, il y a toujours une sorte d'épreuve pour les artistes qui cassent la baraque avec un premier album, et cette épreuve c'est le second album. Quand on met la barre tellement haute avec un premier opus, l'artiste sera dans l'obligation de faire aussi bien (minimum) tout en gardant une touche de nouveauté et de fraîcheur, ce qui n'est pas toujours chose aisé. Certains comme Vitalic, y arrivent (avec l'excellent Flashmob) et d'autre comme Phoenix y arrivent un peu moins (Bankrupt ...) EDIT: sauf que Brankput est le 6eme album de Phoenix du coup fail, je m'en vais punir mon chinois taulard qui a mal écrit mon topic !!!!. Pour ce qui est des Daft, le challenge était vraiment de taille, en plus d'avoir sortis un excellent premier album, ils étaient aussi les ambassadeurs malgré eux de la French Touch (que les négationnistes ont tendances à remettre en cause). Ils étaient donc doublement attendus.


Discovery c'est deux principes :


Le principe French Touch: Je parle beaucoup de cette French Touch depuis le début. La French Touch c'est avant tout un style de musique, un fond disco mélangé à de la house avec une grande utilisation de sample (j'y reviendrai plus tard, mais il est admis que ce son est un des meilleurs dans le genre). Discovery c'est complètement ça, écoutez des morceaux comme voyager, high life ou même too long pour en être sur.

Le principe du sample (qui découle même dus tyle French Touch): Un sample c'est quoi ? Au lieu de vous l'expliquer avec des mots je vais vous donner un exemple sonore, Harder Better Faster Stronger à samplé ce son (écoutez en entier les deux sons et venez me dire qu'ils ont juste copié/collé). Je ne vais pas rentrer dans les débat idiot "le sample, vol ou inspiration ?" qui, comme je l'ai dis, est un débat idiot. Pour cet album, les Daft ont mis un point d'honneur à sampler un peu tout et n'importe quoi. Je ne vais pas vous lister tout les sample mais vous mettre cette vidéo qui résume une grosse partie des sample du groupe. On remarquera le travail d’orfèvre, reprendre des vieux titres des années 70 et dans faire des bombes électro intemporelle (l'album est sortis en 2001 quand même, j'avais 7 piges) c'est vraiment un miracle (ok j'abuse), choisir la bonne sonorité, la lifté bien comme il faut sans la dénaturer puis l'accompagner de sonorités qui ne fassent pas tâche et qui éleve le tout à un niveau excellent.

C'est donc en 2001 que sort la bête. Sans EP cette fois ci (contrairement à Homework). Ils ont mis 4ans à peaufiner l'album, voici le premier single sortis, One more time :





La c'est le carton.
Avec ce single les Daft assurent le succès d'Homework et s'encrent définitivement dans le monde de la musique électro comme des références. Comme je vous le disais, le second album est un défi qu'il faut relever, commercialement le défi est relevé, avec brio.
Mais certains fans sont déçus. Et là on rentre dans un incontournable dans le monde des Daft. La déception. Hé oui, hormis Homework (qui n'avait pas de prédécesseur), tout les albums ont déçu (en partie et en un premier temps), Discovery casse avec la techno/house d'Homework, les fans du premier opus ne se sont pas tous reconnus dans le second. A la sortie du troisième album Human After All les fans n'ont pas tous aimés le revirement électro bourrin, lors de la sortie de la BO de Tron certains ont ralés, vous comprenez, à pars Derrezed on peut pas danser (sérieux les gars, c'est une BO ><) et à la sortie de Random Access Memories, on en venait à regretter Discovery (C'est pas du Daft Punk m'voyez mais de la soupe commerciale). Bref je dix verges un peu mais cette déception (qui m'a toujours gonflé ... m'enfin ^^) est ultra présente à la sortie d'album, il y a toujours des pseudos fans de la première heure pour se sentir trahis du revirement du groupe, alors que celui ci a toujours mis en avant cette facette de leur personnalité musicale depuis leur tout début, serai temps de se faire une raison et d'arrêtez avec la phrase "c'est pas du Daft Punk". Et comme je vous l'ai dis Discovery (malgré ses très bonne vente) n'a pas échappé à la règle.


Mais revenons à l'album en question, il contient 14 titres et 3 collaborations.






On retrouve Romanthony (RIP) sur One more time et Too long et Todd Edwards sur Face to face.

Si les titres sont moins brut que ceux d'Homework ils n'en restent pas moins ultra dynamique, les sons sont un peu moins physique mais se veut plus émotionnel.

Mes chouchous :


- Voyager (qui fait clairement écho à Burnin dans les intonations disco), ce son est d'une grande simplicité mais il marche magnifiquement bien, la ligne de basse est énorme, le petit gimique à la guitare magique, la nappe de synthé énorme et le petit solo de fin exotique parfait ! Ouais pour la liste de mes chouchou je suis pas très objectif hein.

- Aerodynamic, les cloches d’entrée (référence à Metallica), l'intro qui pose le ton et le solo de guitare synthé qui achève les survivants. Un des sons les plus connu et marquant des Daft, on voit bien avec ce son que leur talent ne réside pas dans la quantité mais dans la qualité, pas plus de 2 ou 3 pistes et pourtant quel résultat !

- High Life, Ce son est pour moi le frère jumeau de Crescendolls, la ressemblance est forte (mais les morceaux restent distinctifs bien sur) tout comme le rendu, il se dégage un truc de fou de ce son.

- Too Long, le morceau le plus long de la carrière des Daft, 10 minutes. Le son est divisé en deux parties, une première assez posé soutenus par la voix de Romanthony, il se dégage un petit côté funk. Puis la seconde moité qui envoie le beat qui fait bouger le ionf. Certains regretteront la durée de ce son (répétitif il faut le dire), personnellement je trouve que le son en sort grandi (badum tsssssss).

Les points négatifs


Une certaine répétition : Pour être franc avec vous, je ne pense pas ce que je dis, la musique électronique est basé sur la répétition, de plus, ce type de musique permet un tel éventail de sonorités que la quantité n'est pas un facteur de qualité. Là où un instrument plus traditionnel sera limité dans le nombre de note, une bonne machine, elle, n'a pas de barrière. Ainsi oui on pourrai reprocher à certains sons de l'album à ne pas trop se diversifier, des sons comme Crescendolls ou Face to Face mais, on le fais pas.


Conclusion :



Cet album dépote.
Bon ok je développe un peu (j'aime pas les conclusions, j'ai le sentiment de me répéter).
Cet album nous propose une grande homogénéité en terme de qualité (il n'y a que Short circuit que je n'aime pas trop et Nightvision qui a un côté avorté par sa faible durée), le groupe nous sort des bombes électro ultra célèbre comme One more Time ou Aerodynamic, mais aussi des ballades excellente (leurs meilleurs de leur carrière selon moi) comme Somethings about us ou même Digital Love (je sais pas vraiment si Digital Love peut être considéré comme une ballade mais les paroles sont choupinettes). Il y a aussi cet entre deux, des sons moins puissants sans être doux mais trop dynamique pour être des ballades, je pense à l'énorme Harder Better Faster Stronger ou Face to Face. Cet album nous montre une autre face du groupe qui ne fait pas l'erreur de s'enfermer dans un style (techno/house à la Homework), si ce choix à déçu pas mal de "fans" *tousse* ça leur a permis de s'ouvrir à un plus grand public et de tout simplement ne pas être redondant, chaque album est une nouveauté, rien ne se ressemble. On notera l'attachement que porte le groupe aux vocoders (Harder Better Faster Stronger) ou même aux voix retouchés (One more time).

C'est d'ailleurs avec Cet album que les Daft ont adopté leur tenue de Robot, la tenue en cuire viendra plus tard. D'ailleurs un petit cadeau :




Interstella55555



Mais Discovery ce n'est pas que cet album, Discovery c'est aussi un manga !
Et là on passe en 2003, entre temps l'album c'est vendu à 2,4 millions d'exemplaire dans le monde, ce qui est énormissime pour un groupe français d'électro.

ET ce manga c'est Interstela 55555, mais si, eux


Image



Les Daft sont allé voir Leiji Matsumoto (le créateur d'Albator) avec leur CD et lui ont proposé de faire un clip pour One More Time, et au final ils ont fait un manga entier de 68 minutes. Nous suivons les péripéties d'un groupe de musique extra terrestre enlevé par un producteur véreux qui veut faire d'eux des machines à disque d'or. Complètement lobotomisé et grimé en humains, le groupe n'aura d'autre choix que d'obéir à leur maître.
Nous allons donc suivre notre héro, Shep, qui va tout tenter pour libérer le groupe et notamment Stella la bassiste dont il est amoureux. C'est donc Discovery qui servira de bande sonore au manga. C'est aussi à ce moment là que Discovery est accepté et reconnus comme une bombe (on a tapé dans la bouche à tout les râleurs !). Ce manga confirme le soucis visuel qu'accordent les Daft à leurs sons, si des clips comme ceux d'Arround The World et Da Funk ont marqués, ceux de Discovery ont confirmés la tendance.

Bref c'est un peu la période d'or des Daft, le premier album a fait un carton énorme porté par une vague française dont ils sont les ambassadeurs. Discovery transforme l'essaie avec un son différent mais tout aussi efficace, leur discrétion appuyé par leur costume de robot grandit l'aura autour du groupe, de plus, le manga dont ils sont les co créateurs confirme leur côté touche à tout.


Image


Mais là, c'est le drame ...

_________________
Image



Dernière édition par vista le Mar 11 Fév 2014 15:31, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Daft Punk
MessagePosté: Ven 13 Sep 2013 11:46 
225 000 000 Berrys

Inscription: 16 Mar 2010
Messages: 1305
Bla. Bla. Bla.
Je viens juste donner mon petit avis sur le dernier album.
Je n'ai malheureusement, et à mon plus grand regret, aimé qu'une qu'une seule chanson de leur nouvel album, RAM. Il s'agit du feat avec Giorgio. La N°3. Un bonheur pour mes oreilles, un bonheur pour mon âme qu'elle apaise, puis déchaîne, à la fin de la chanson.
Un doux paradis (le début/milieu de la chanson) qui se termine en tempête (la fin).

Un peu comme quand on b-IIIIIIIIIIIIIIIIIP


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Daft Punk
MessagePosté: Dim 22 Sep 2013 15:18 
80 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Nov 2010
Messages: 707
Localisation: non merci je suis allergique
It's time bitch

Image


Human After All



Image



Et oui, pour Human After All je parle de drame. Comme je vous l'ai déjà dit, il est coutume de considérer le second album comme un challenge particulier à relever, il faut savoir rester bon tout en proposant un contenu différent, chose pas évidente aux premiers abords. Si Discovery ne fait aucun doute sur sa qualité (bitch !) il n'est pas aisé d'affirmer la même chose pour Human After All.

Bon point pour l'album, car oui je commence sur un point positif, il change, oui c'est con de le dire comme ça mais les Daft restent fidèles à eux même, on ne refais pas ce qui a déjà été fait. Pas de choix de facilité, il y a toujours cette prise de risque qui malgré tout fais plaisir. Mais alors, comment est cet album ? Quelles sont ses particularités ? La réponse est simple: Un son brut, répétitif limite strident accompagné quelques fois de guitares et vocoders.
Pour info l'album est sorti en 2005 et a été confectionné en seulement 6 semaines (2 semaines de création et 4 de mixages).
Pour cet album les Daft n'ont fait aucune opération marketing, zéro interview, zéro intervention, rien, nada, caput, chino. D'ailleurs, à ce propos, les Daft diront en 2013 que ce choix est un des pires de leur carrière. Seuls Robot Rock, Technologic et The prime time of your life furent sortis en single et eurent un clip. Cet album brille (ou pas) par sa répétitivité, semi nouveauté en un sens, les Daft ont toujours bien aimé les boucles tirés pendant des minutes entières (Arround The World c'est 7 minutes quand même !). Mais là c'est différent, et oui la musique est pauvre (il faut le dire), les sonorités reviennent souvent (quand je dis souvent c'est même entre plusieurs titres, écoutez Technologic puis Steam Machine pour me croire !) et ... voila.
C'est un peu con de le dire comme ça, mais, la formule est assez pauvre, peu de sonorités tournés en boucle et à fond ... et voila. Ha oui et des vocoders bien sur, c'est peut être le seul point commun à tout les albums studios des Daft, l'utilisation de vocoder, leur marque de fabrique. L'album est composé de 10 titres officiellement (en effet, un des titres durent 20 secondes) pour une durée total de 45 minutes. Peu de titre pour une grande durée remarquerons nous. Cet album a énormément déçu les fans (et les autres d'ailleurs), les Daft ont habitués des mini révolutions en terme de sonorités (One More Time a vraiment été le pilier d'une nouvelle musique électronique et marque bien la transition d'une époque à une autre). Homework a prouvé qu'on pouvait faire de la techno et avoir un son brut tout en étant de qualité et Discovery est la symbiose parfaite entre sample, rythme et émotions. Human After All est vraiment pauvre, musicalement parlant et casse vraiment avec la fraîcheur que les Daft avaient réussis à instaurer avec leurs deux premiers opus. On pourrait penser que ma critique est incomplète, mais le constat mélange la simplicité à l'évidence, le rendu est juste pauvre, ce sont quasiment les mêmes sonorités d'un morceaux à l'autre, les sons n'ont quasiment pas d'évolution, seul la violence des titres comble un certain manque.




Points Positifs



Mais, car oui il y a un mais ! Je suis pas un fanboy pour rien, il faut bien que quelqu'un mette en avant les qualités de cet album (dommage Houblon, je suppose que la critique aurai pu se terminer là pour toi ^^). J'irai même jusqu'à dire que j'aime cet album (je l'écoute en ce moment même), mais ne vous inquiétez pas il reste le moins bon de tous, Tron compris (alors que c'est une BO).


toc toc toc ? Qui est là ? C'est moi la subjectivité !

Human After All est un album qui ne s'apprécie pas pour sa musique !
Bim Badabim si j'étais un mec mystérieux je m’arrêterai là.

Human After All est un message. Remettons le contexte en place. Daft Punk c'est la démocratisation, certains les aiment pas mais tous s'accordent à dire qu'ils ont été, durant une certaine période, les guides d'une musique électronique qui s'est enfin émancipé (ne la laisse pas tomber, C'est pas si facile d'être une musique libéré !) et qui dit musique életronique dit technologie. Forcément, sans machine pas de musique électronique. Les Daft Punk sont en quelques sortes les "démocratiseurs" de cette musique technologique. Mais une fois la musique électronique démocratisé ben, il n'y a plus qu'à constater ce que font les gens avec ces outils là (comme l'a dit Jean Michel Jarre, ce n'est pas la musique qui est électronique mais les instruments !) et les Daft ne sont pas optimistes. Ils considèrent que la technologie prend le pas sur l'homme, sur le musicien, que le talent réside plus dans la puissance des machines que dans les réelles aptitudes de l'artiste (ça me rappelle un débat iron manien, qui est le plus important ? L'homme ou l'armure ?), bref, la musique électronique se déshumanise. L'album Human After All est le synthèse parfaite de la musique mécanique, inhumaine presque, Human After All (remarquez le cynisme du titre) c'est le paroxysme de la supériorité de la machine sur l'homme. Regardez de plus prêt les titres de certains sons "Technologic" "The Brainwasher" "Steam Machine" "The prime time of your life" ou même le très parlant "Televison rules the nation" (en Russie c'est le contraire par contre !), dans cette optique là, la durée très minime de 6 semaines s'expliquent, tout comme cette pauvreté musicale "au profit" de la puissance sonore. Certains titres démontrent même ce partie pris au sein même de la musique en question, le titre Emotion qui n'a d'émotion que le titre, met en avant une voix robotique/fantomatique répétant en boucle "Emotion" comme si la voix posait une question sans avoir de réponse. Human After All est un aveux plus qu'une création musicale, Human After All c'est une mise en garde, presque un avertissement. Cet album, comme je l'ai dis, est sorti en 2005 et honnêtement, il aurai très bien pu sortir aujourd'hui et est même le reflet de ce qu'est une grosse part de la merde musique électronique aujourd'hui, un caca moche mais qui poussé à fond se révèle puissant et taillé pour le live de masse. Cette musique fast food où tout doit être bon de suite mais dont l'arôme puissant masque le manque de saveur, cette musique sans avenir, aussitôt aimé aussitôt oublié, remplacé par d'autre de ses semblables tout aussi insipide, cette musique qui préfère la quantité à la qualité et qui part de l'idée que, si elle rassasie une foule immense le temps d'un instant, a remplis son job, cette musique sopalin à usage unique comme dirait un schizophrène connu du monde du cinéma (première règle : il est interdit de parler de ce personnage). Bref, Human After All est un très bel étron, le plus beau, le plus réussis de tout ce qui se fait en terme de râté.
Human After All est un album qui ne s'apprécie pas pour sa musique, le message qu'il véhicule en 2005 (message avant gardiste !) est clairement fondé et triste est de constater que cet album est le souvenir lointain de ce qui se fait de plus mauvais sur la scène électronique aujourd'hui, l'erreur est toléré, ils sont humains après tout non ?

Et quelque part, cette initiative me plait, on pourrai penser que ce n'est pas l'utilité d'un album que de faire passer ce type de message, on pourrait penser que ça aurait pu être mieux fait, on adhère ou pas, mais eux, ils ont eux des ballz (du moins des électro Ballz ^^), quoi de mieux pour dénoncer de la merde que d'en faire soi même !


Mes chouchous



Human After all (le single hein ^^) : pour moi le seul titre qui connait une évolution dans le temps, le vocoder est très bien utilisé et le final vraiment réussis, good job.

Technologic: Ce son est vraiment bon; c'tout.

Emotion : J'aime l'effet de cette voix qui répète inlassablement sans comprendre le mot "Emotion", je dirai même que ça me touche (m'enfin, oublions pas que je suis un fanboy !).

The brainwasher: I'MMMMMMMMMMMMMMMMM AAAAAAAAAAAAAM THEEEEEEEEEEEEEE BRAIIIIIIIIIIIIIINWAAAAAAAASHEEEEEEEEEEEEEEEEEEER *woup woup woup*


Je profite pour dire que à mon sens, les meilleurs vocoders des Daft (tout album confondus) sont sur cet album, si je critique allègrement la musicalité de cet opus, faut dire qu'en terme de voix ils ont fait fort, toutes ont une personnalité et celles de Steam Machine et de The Brainwasher sont particulièrement convaincantes.


C'est avec cet album que les Daft ont rajouté leurs tenues en cuir en plus de leur casque de robot, ce leur donne un côté sauvage et punk particulièrement réussis et colle bien avec le ton de l'album.


Je vais aussi en profiter pour vous parler des clips de l'album. 3 singles. Je vous en parle parce que ce sont les premiers clips montrant les Daft eux même (et oui) et parce que leurs visuels collent eux aussi très bien à l'album. Le clip de Robot Rock met en scène deux robot qui font du rock (badum tsssss), personnellement j'aime beaucoup le traitement de l'image (un côté un peu old school). Le clip de Technologic met en scène le côté un peu glauque de l'album, ce robot à l'allure tout aussi ... charmant que la voix, la couleur rouge très utilisé et l’apparition de la pyramide plus tard repris pour Alive 2007, le visuel reste le même que pour Robot Rock. Quand au clip de The prime Time of Your Life il s'agit tout simplement du clip le plus engagé qu'ils aient fait, il parle de lui même, je vous invite à simplement le regarder.



Robot Rock =>



Technologic =>



The Prime Time Of Your Life =>





Que conclure ? Cet album est il bon ? Je vous laisse vous faire votre avis. Je finirai simplement sur une question: Un album réussis est il forcément un album beau ?


Daft Punk's Electroma



Image



Je profite aussi de votre attention pour vous parler d'un film, Daft Punk electroma, je vais être honnête avec vous, je ne l'ai pas vu. Mais je pense quand même pouvoir vous en parlez un peu, ce film (muet) met en avant deux robots cherchant désespérément à devenir humain, le film est clairement expérimental (c'est simple, les avis soit soit extrêmement positifs ou complètement négatifs), des longues séquences fixes peuvent se succéder (allant jusqu'à dix minutes) le tout dans une sensation d'immobilité. Petite anecdote concernant ce film, il a été disponible dans un seul cinéma de Paris avec seulement un horaire disponible par semaine, le mercredi soir à minuit. Allez me dire que c'est un groupe commercial maintenant ! Désolé de ce paragraphe brouillon mais comme je vous l'ai dis je n'ai pas vu le film, de plus, ma capacité critique en terme de cinéma est bof et pour une film de cette bizarrerie je ne suis pas le candidat idéal pour en parler, et puis, en tant que fanboy je serai pas objectif et je me vois déjà crier au génie ^^


Image

_________________
Image



Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Daft Punk
MessagePosté: Dim 22 Sep 2013 18:18 
7 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Oct 2012
Messages: 281
Localisation: En train de me la couler douce à Water Seven
Un topic sur Daft Punk *_* Enfin !
Je vais juste commenter leurs différents albums, en accentuant plus sur Discovery et RAM (Human After All et Homework je les connais pas trop)

Homework: Je connais que les plus connus, à savoir Around The World, Da Funk, Rollin' and Scratchin', et Phoenix (enfin celui-là je sais pas s'il est vraiment connu). J'aime bien, c'est badass, et pour une musique relativement ancienne (ça fait 16 ans quand même), c'est clair que ça surpasse ce qui se faisait à l'époque. Et puis Around The World est culte, dans 20 ans on l'écoutera encore alors que David Guetta...vous avez compris ^^

Discovery: clairement mon album préféré, ça donne envie de bouger, ça te met en bonne humeur, c'est génial quoi. Crescendolls, High Life, Face To face, HBFS, Short Circuit, Voyager, Something About Us (tellement triste),etc... Que de la bombe !! Même si c'est parfois répétitif (Crescendolls c'est tout le temps la même chose) mais du bon son en boucle ça reste du bon son, donc c'est pas si dérangeant. HBFS c'est énorme, surtout la fin, et puis comment parler de Discovery sans parler de Interstella 555 (que j'ai vu en entier), l'assemblage de tous les clips de l'album? Bref j'ai surkiffé, et je kiffe encore.

HUman After All: je n'y connais pas grand chose, même si j'adore Robot Rock et que je n'aime pas Technologic.

Random Access Memories: comme beaucoup j'ai été un peu déçu, on perd le côté "qui bouge" de Daft Punk et on accentue le côté posé. Je sais pas, à part Doin' It Right, Instant Crush (une pépite) et peut-être Fragments Of Time , l'album passe moyennement. Et puis ça a lancé la vague des fans des Daft Punk qui ne connaissent que Get Lucky --'

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Daft Punk
MessagePosté: Lun 23 Sep 2013 00:39 
125 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 19 Avr 2009
Messages: 968
Surement un de mes groupes préféré (si pas "LE" groupe préfére :P Mais j'aime pas les classements ^^). Du coup je me demande toujours quand est-ce qu'Hirohiko Araki introduiras un stand faisant référence à Daft Punk dans Jojo? (sûrement une utopie :P Mais vu le succés de Interstella au Japon, si on doit avoir un nom de groupe français dans Jojo je ne vois rien d'autre que Daft Punk ^^).

J'avoue cependant être un peut étranger à "Homework" (bah oui ça date) à part Around the World et Da Funk qui sont 2 pépites incontournable j'ai pas écouter grand chose.

Entièrement d'accord avec toi pour ce qui est des "fans" qui sont toujours déçu à la sortie de chaque album (tiens j'en ai vu 2 passer ici même :P). J'ai encore eut beaucoup de débats violents avec beaucoup d'entre eux lors de la sortie de RAM ("c'est pas du Daft Punk!" ...taggle --'). Personellement cette album je l'ai écouté et réécouté à n'en plus finir (en plus c'était en période d'examen, du coup je me reconnaissais bien dans les paroles "we're up all night to get lucky" ^^ ah... L'université et ses révisions nocturnes ...)

Je n'irais pas jusqu'à dire que j'aime toutes les musiques (pour moi le défaut réside surtout dans les intro parfois un peu HS d'autres fois trop longue mais musicalement le corps est bon en général) mais beaucoup d'entres elles m'ont plut! Ce n'est pas le meilleur album mais il reste pour moi bien meilleur que Human After All (même si j'aime quand même cette album). Tron je n'ai pas beaucoup écouté à part Derezzed...

Discovery est clairement mon préféré, toute mon enfance déjà puis j'ai du voir quelques vingtaines de fois Interstella 5555 autant dire que je connais toutes les musiques par coeur et Aerodynamic, malgré les 11 ans d'écoute intensive je ne m'en suis encore jamais lassé ^^.

_________________
Tiens voilà la pluie, Gipsy tombe par terre ...
ImageImage

Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Daft Punk
MessagePosté: Sam 28 Sep 2013 17:33 
80 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Nov 2010
Messages: 707
Localisation: non merci je suis allergique
Image


Alive 2007

Image



La deuxième tournée des Daft.
En général, les artistes ont l'habitude de se lancer dans une série de concerts après la sortie d'un album (permettant de bénéficier des faveurs du public, surtout quand l'album est apprécié). Mais pas avec les Daft, de plus, une règle chez eux affirme que jamais il ne faut refaire deux fois la même chose. Or, la première tourné était un show assez instinctif et sans structure propre, un vrai travail de DJ, en gros, un mix improvisé. Il allait donc de soit que ce show allait être, à contrario du premier, préparé, organisé bref structuré !
Et ils avaient de la matière pour bosser, 3 albums, un techno, l'autre disco/house et le dernier électro rock. La tourné a débuté en 2006 et a pris fin sur la scène de Bercy en 2007. Bien sur le show diffères un peu d'une ville à l'autre, bien que le concert fut préparé, les Daft ne se sont pas contenté de faire play ...
Le live sortit en CD est celui de Bercy, le tout dernier en date et est composé de 12 titres.


Les différents aspects


L'aspect visuel:

Le visuel a une grande importance dans ce show là. Les Daft Punk véhiculent une certaine idée de la "musique du futur" notamment avec l'avant gardisme de ses sons (j'inclue Human After All dans ce constat !!) et leur look de robot, il semble donc logique pour eux, de vouloir aussi transmettre cette sensation futuriste dans leur live. D'ailleurs à ce sujet là, Thomas Bangalter dira
"On s'est jamais posé la question de comment doit être la musique du futur, on vit dans le présent. On est dans le futur, on est dans la science fiction, le futur c'est pas dans 5 ou 10 ans, le futur c'est maintenant [...] Pour revenir au concert qu'on a fait (alive 2007), le fait d'avoir une pyramide de lumière au milieu du désert, avec des milliers de gens autour et deux robots au sommet de la pyramide, on est un peu comme dans un film de science fiction où les spectateurs sont les acteurs eux même d'une sorte de cérémonial futuriste et technologique [...] Il y a cette idée de jouer avec le concept de science fiction"

Ainsi donc, le ton de l'aspect visuel est donné, pour imager mes propos (et ceux de Thomas ^^) voici quelques photos du live

Image
Image

Image

Image
Image

Image


C'est d'ailleurs cette pyramide là qui constituera officieusement le logo des Daft Punk (en plus de celui ci), Justice a la croix, Daft Punk a la pyramide. Illuminati style !

L'aspect sonore:

Parce que à un moment ça reste le plus important, le son !
Il y a plusieurs moyen de faire un live quand on est un artiste électronique, on peut faire une sorte de playlist avec des sons de provenance multiples ou alors, faire un concert avec ses propres sons. Si dans une soirée "lambda" c'est souvent le premier choix qui est pris, quand il s'agit de faire une tournée "post album" c'est le second qui est privilégié (surtout quand c'est la première depuis 10 ans !). Ainsi, les Daft, pendant environ 1h20 ont mixés les sons de leurs 3 albums (et un ou deux de leurs carrières solo) et c'est là que c'est fort. Alive 2007 est un des plus gros show électro (par plus gros j'entend meilleur 8-) ) qui soit, hormis Jean Michel Jarre, rare sont les artistes électro a avoir marqués par leurs lives. Attention, il y a bien sur des dieux du live chez les artistes électro, mais là je vous parle de marquer l'histoire des lives électro (!!!!!!), La seule aptitude à bien mixer n'est pas suffisante !

Si je vous parle de ce mix en des termes aussi élogieux c'est parce que les Daft ont fait l'exploit de manier les sons de leurs 3 albums pour en faire un tout cohérent et juste génial. Replaçons les albums, le premier Homework est une petite pépite techno allié à de la house, taillé pour le dancefloor il est très énergique. Le second lui est bien plus dans l'idée French Touch alliant alors le disco et la house, le résultat est moins brut et plus "mélodique". Le troisième, quand à lui, est une brutasse électro rock qui fait beaucoup de bruit. Réconcilier les trois est un pari pas évident, et pourtant ils y sont arrivés. Leur live est divisé en plusieurs mix où un mix est le résultat de l'habile association de minimum deux sons d'albums différents. D'ailleurs j'en profite pour vous faire une petite liste des sons utilisés qui ne sont pas des Daft : Busta Rhymes -Touch It (qui sample Technologic); Dj Falcon & Thomas Bangalter – Together; Stardust – Music Sound Better With You (Thomas Bangalter a fait parti de ce groupe); Supermode – Tell me why.

Souvent ces sons ont un rapport indirect avec le groupe.

Ce live possède 13 pistes.



Mes chouchous :


Television rules the nation/Crescendolls : J'aime ce mix car il est complètement improbable, Television rules the nation c'est le titre froid avec une grosse basses et un gros beat qui tache, le rythme est lent, Crescendolls quand à lui est un son assez rapide, il est "convivial" et n'a pas une structure aussi divisé que television rules the nation, le mélange surprend et fait mouche !

The Prime Time of Your Life/The Brainwasher/Rollin & Scratchin/Alive : Ce son c'est dix minutes de folie, je vais pas vous le décomposer ça servirai à rien, contrairement au premier choix, celui possède des sons cohérent entre eux, puissant et destiné d’emblée pour le live et ça dépote grave, The Brainwasher (son assez mal perçu lors de la sortie de Human After All) se voit mis en avant et en ressort grandit, c'est avec ce genre de mix que le potentiel énorme de Human After All ressort !

Burnin'/Too Long : Burnin est complètement à sa place en live avec ses intonations disco, Too Long est le partenaire idéal pour ce mix, Burnin chauffe et balance le gros son avec son rythme rapide, ensuite Too Long calme les choses tout en continuant à faire bouger avec son beat impeccable, le son dure et on aime !

Et le meilleur pour la fin forcément, le best one, le meilleur du meilleur, voici Too Long/Steam Machine : ce qui est particulier avec ce mix là c'est que le gros du son n'est pas du tout un des deux sons cités dans le titre, en néfé, ce son c'est une énorme reprise au synthé du rythme de Tell my why (de Supermode), ça commence lentement puis ça s’accélère, ça en devient presque hypnotisant, ça dure bien 4 minutes et pourtant je ne m'en lasse pas personnellement, le synthé est très efficace et le rythme parfait, bref à mon sens le meilleur mix live !

Points positifs :


Hum, je vais pas vous faire de phrase mais vous balancer un paquet de mot :

génial, logique, harmonieux, puissant, cohérent, beaux, Albert Fish, esthétique, nouveau, robot, improbable, couillus, chanmé, mythique, énorme, technologie, ensemble, french.

Ouais ça me semble pas mal.

Points négatifs :


Je vous avais dis qu'une critique 100% positive n'est pas une critique à prendre au sérieux ... heu ... ben ... ... merde.


Conclusion :



Ce live fut un énorme carton des Daft (qui pallie le mini bide de Human After All), mieux encore, il réconcilie pas mal de monde avec le dit album bide. Je ne vous conseille pas de commencer la discographie des Daft par ce live car ensuite vous trouverez les originaux plus fades (forcément ils ont gardé le "meilleur" pour le live ^^). Le son s'allie parfaitement à l'image, le mélange des styles des trois albums est parfait, les transitions sont propres (les Daft sont très fort en transition), Homework est remis au gout du jour Discovery est conforté dans sa place de masterpiece et Human Afet All se voit complètement refait comme les boobs de Nabilla. Ce live démontre la cohérence de l'univers Daft Punk, ce qui semble n'avoir aucun liens s’emboîtent magnifiquement bien. Pour vous dire, de tout les articles anti Daft Punk (et ça peut allez loin dans la haine je vous assure !) j'en ai lu aucun qui parlait de cet album live, et j'en ai lu des méchants je vous promet ^^.
Bref, c'est ce live qui a redonner aux Daft Punk leur aura, en partie perdue avec Human After All, beaucoup les pensaient fini, dépassé après deux gros albums, it's not the case bitch !
Pour ce qui est des clips, les Daft ont fait appel à Olivier Gondry (le frère de Michel Gondry qui avait fait le clip d'Around The World), ils ont eu l'idée de donner aux spectateurs (enfin prêter ^^) des caméras, ainsi, les images du clip sont les images prises par les spectateurs eux même.





Image

_________________
Image



Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Daft Punk
MessagePosté: Jeu 3 Oct 2013 21:06 
80 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Nov 2010
Messages: 707
Localisation: non merci je suis allergique
Vendredi + samedi + dimanche = 1 week end d'inté et deux anniversaires.
On va donc poster aujourd'hui :)


TOUT CE QUI SUIT CE MESSAGE A ÉTÉ RÉDIGÉ PAR KOW

(j'ai juste rajouté l'image là juste en dessous)

Image


Bande Originale de Tron


Image


Daft punk has increased Tron : Legacy's bandwidth, adding depth to the low end, the soul, and expanding the high end, the spirit. They have decompressed the Tron universe and created a new form of cyber Opera.
Steven Lisberger



Si il a été très difficile pour Joseph Kosinski de succéder à Steven Lisberger sur la très attendu suite de Tron, il en a été de même pour les daft punk, de composer une bande original à la hauteur du précédent travail de Wendy Carlos (même si globalement on peut dire que les daft s'en sont mieux sortis que Kosinski ^_^). Travaille auquel le duo ne cache pas qu'ils en ont toujours été fan (autant la bande son, que le métrage). C'est donc cinq ans après Human after all, que le groupe revient avec la BO Tron Legacy, du film éponyme de 2010.



Et pourtant, l'expérience à failli ne pas avoir lieu.... :

Pourtant, oui, il faut savoir que les daft ont failli ne pas être de la partie. Kosinski avait en effet dans un premier temps essayé de les contacter en 2007, mais ce fut sans succès car le duo était à l’époque occuper par sa tourné Alive. Le choix fut donc reporté sur un compositeur américain du nom de Clay Duncan, un employé du studio Remote Control (studio - fondé entre autre par Hans Zimmer- ayant beaucoup collaboré avec Walt disney). Ce dernier avait donc fini par être engagé pour composer la bande original de Tron Legacy, il semblait être le bon candidat car la plupart de ses musiques sont très axé sur les synthés. De plus, il connaît bien le milieu, puisqu'il a notamment travaillé sur les bandes sonores de Pearl Harbor, Tranformers ou encore The island, bien qu'il est souvent été cantonner au rôle d'assistant de plus gros poissons comme Steve Jablonsky ou Hans zimmer (normal puisqu’il travail dans son studio). Tron Legacy était donc l'occasion pour Duncan d'entrer véritablement dans la lumière, il commença alors à composer des démos de la bande son, dont ce morceau très reconnaissable et disponible dans le fameux film test qui avait été diffusé à la comics con de 2009 (on peut entendre la musique à partir de 2:00). Mais coup de théâtre, le réalisateur ne semble pas être satisfait de son travail, et décide de l’évincer du projet, pour finalement revenir sur le choix des daft punk (Le groupe étant disponible puisqu'ils avaient fini leurs tournées). Gageons alors que c'était un mal pour un bien....




Daft punk et le cinéma :

« Un bien », car le choix de nos deux robots semble parfait tant l'univers du film leur correspond. Les deux compères ont en effet souvent été tourné vers la science fiction, que ce soit évidemment sur leur look (celui-ci étant tellement en adéquation avec le film qu'ils apparaîtront dedans ^^), que sur leur façon de composer leur musique. Et d'ailleurs en parlant de celle-ci, le groupe a toujours eu une approche très cinématographique : on remarque très facilement qu'ils accordent une place importante à l'imagerie de leur musiques, il suffit de voir leur premiers clips de l'album Homework où un certain Roman Coppola avait par exemple adapté Revolution 909, ou encore Leiji Matsumoto avec le long métrage animé INTERSTELLA 5555 (et où le duo avait écrit le scénario). Ils étaient même passé à l'acte en réalisant Daft punk electroma (classé dans le genre science fiction lui aussi), bref le cinéma ils connaissent. Tron legacy est donc, pour eux, un film fait sur mesure, et ça tombe plutôt bien puisqu'ils sont justement de très grand fan (Tron premier du nom). Un rêve de gosse qui se réalise, mais un rêve qui constitue d'ailleurs un gros challenge, car même si ce n'est pas la première fois que le duo s'occupe d'une musique de film (plus précisément Thomas qui s'était occupé de la BO du film Irréversible) l'expérience se révèle cette fois-ci très différente, notamment à cause de son imposant cahier des charges : c'est une commande pour un blockbuster Hollywoodien, et ce sera la première fois qu'ils collaboreront avec un orchestre philharmonique (basé à Londres) de 90 musiciens. Il y a de quoi avoir la pression, eux qui ont toujours eu l'habitude de travailler en catimini....Mais cela ne vas pas les décourager pour autant, l'occasion étant trop belle pour la manquer.



Image




Une BO electro-symphonique :

Reprenant la base de travail qu'avait fourni Duncan, mais à contrario de celui-ci dans un même temps, daft punk va curieusement quelque peu délaissé les synthétiseurs pour d’avantage se concentrer sur les éléments orchestraux. Je ne saurais dire si c'était un choix volontaire, ou si ils ont céder aux exigences des pontes de walt disney (bien que Kosinski avait « officiellement » affirmé que ce désire était née d'une discussion avec les daft et Wendy Carlos), mais le fait est qu'ils ont su trouver un bon équilibre entre les sonorités électronique et instrumental (même si celles-ci prédominent). Une œuvre que je qualifierai un peu « d'électro-symphonique », car même si l'électro se veut minimaliste, elle est finalement plutôt bien dosé. Étant une BO il n'y a pas besoin de surenchère électronique. Quant à l'orchestre, malgré ses instruments traditionnel, il n'entrave en rien ce coté technologique très chère à l'univers Tronesque, et donne une matière nécessaire pour raconter une grande épopée. En parallèle cela n'empêche pas daft punk de composer des sons où leur patte est parfaitement reconnaissable, dont le fameux (et trop écouté ^^) Derezzed, qui fut d'ailleurs le premier morceau à être publié sur le net :





Tracklist de l'album (avec bonus) :

01-Overture
02-The Grid
03-The Son of Flynn
04-Recognizer
05-Armory
06-Arena
07-Rinzler
08-The Game Has Changed
09-Outlands
10-Adagio For Tron
11-Nocturne
12-End of Line
13-Derezzed
14-Fall
15-Solar Sailer
16-Rectifier
17-Disc Wars
18-C.L.U.
19-Arrival
20-Flynn Lives
21-Tron Legacy (End Titles)
22-Finale

Special edition bonus disc-ENCOM, Part I
Special edition bonus disc-ENCOM, Part II
Special edition bonus disc-Round One
Special edition bonus disc-Castor
Special edition bonus disc-Reflections
iTunes bonus tracks-Father and Son
iTunes bonus tracks-Outlands, Part II
Amazon MP3 bonus track-Sea of Simulation
Nokia Music Store bonus track-Sunrise Prelude



Distinctions et récompense :

La Bande original de Tron Legacy à été nominé à plusieurs cérémonies cinématographique et muscial, tel que les Saturn Awards ou les Grammy Awards. Elle obtiendra finalement une seule récompense en tant que meilleur musique original aux Austin Film Critics Association.


Mes préférences :


-The Son Of Flynn : Ah qu'est-ce que j'aime ce son. Si certains morceaux se veulent instrumental, The Son Of Flynn, lui, contient à l'instar de Derezed et End Of Line des sonorité axé plus électro-house. Mais là où Derezed était plus « agressif », il y a ici une rythmique beaucoup plus lente et plus posé. Un son très mélodieux et relaxant en somme.

-The Grid : Ça commence tout simplement avec un effet sonore et des percussions, puis s'ensuit un speech de Jeff Bridges (belle voix d'ailleurs), nous mettant dans l'attente de ce qui va venir. La suite, elle, se découvre lorsque l'on entend le fameux thème du morceau Overture, mais arrangé de façon électronique (et c'est justement ce qui manquait sur Overture). Plutôt efficace.

-The Game Has Changed : daft punk use ici d'une de leur technique bien connu, qui avait notamment déjà été utilisé sur certains morceaux d'Homework. C'est à dire un bruit sourd au début, pour ensuite livrer une bataille de percussions. Ce qui illustre d'ailleurs bien la scène du film en question (celle de la confrontation entre lightbikes). Bref, un titre bien haletant.

- End Of Line : Ce morceaux...ben....il dépote ! Et c'est surtout dû à son parti pris électronique, évidemment ^^. D'ailleurs en parlant d'électronique, il est très certainement celui qui se représente le mieux comme une suite naturelle du score original de Tron par Wendy Carlors (on ne dirais pas comme ça, mais c'est surtout par rapport aux sonorités faisant très jeux vidéo), mais avec la daft touch en prime, et ça, c'est du tout bon ! On se sent littéralement entraîner par ses sonorités futuriste....

-Arena : Une fois de plus, un bruit sourd au début, pour mieux servir la montée en puissance continuelle du morceau. Court mais intense (n'y voyez bien sûr aucune allusion...).

-Tron Legacy (End Titles) : Morceau éponyme de l'album, et il porte bien son nom puisqu'il se situe parfaitement dans l'esprit du film. C'est un titre un peu hybride qui envois au début du gros sons électro, pour ensuite reprendre lui aussi le thème principale et orchestral d'Overture. Une preuve que les deux genres peuvent se concilier.

-Disc Wars : Comme son voisin du dessus, Disc Wars est une belle démonstration du mélange synthético-orchestral (ça se dit vraiment ?). On s'en rend seulement compte à partir de 2:00, où le morceau décolle pour de bon.

-Sea of simulation : Dans le même style que The Son Of Flynn, ce morceau avec ses mélodies électronique se veut posé, mais est néanmoins plus mélancolique que le premier cité. Parmi les tracks bonus c'est aussi celui que je préfère.



Mon avis :

J'ai plus ou moins distillé mon avis dans les précédents paragraphes, mais je vais me faire plus subjectif ici : autant la qualité du film en elle même est discutable (que je trouve moyen, mais je n'en ferais pas une critique ici), autant cette bande original se défend plutôt bien. Le rôle d'une BO est d'avant tout de savoir retranscrire l'ambiance d'un film, elle doit le servir et l'accompagner : De ce point de vue cette album remplit parfaitement son contrat. Bien sûr, il n'est pas exempt de défauts, on peut notamment déceler une légère ressemblance entre certains morceaux, ce qui est en fin de compte plutôt « normal » au vu de leurs nombres (avec autant de pistes, les quelques répétitions étaient un passage un peu obligé -c'est d'ailleurs assez courant dans les bandes son). Ceci dit, ça n'empêche pas d'avoir des sons d'anthologie et puissant, mettant très vite de coté le défaut précédemment cité. J'ai personnellement pris plaisir à ré-écouter et à me replonger dans cette album, et ce même indépendamment du métrage. Les dafts se sont adonner à un exercice difficile, à savoir concilier leurs acquis electro avec le savoir-faire d'un orchestre traditionnel, ça n'as pas été facile mais ils ont réussi. Leur score est peut être plus minimaliste que celui de wendy, mais ils ont su rester fidèle à l'univers de Tron, en lui apportant de surcroît une certaine touche de modernité. Mais malgré ça, il y a toujours ce point récurrent dont à déjà fait mention vista : la déception de certains fans...Je ne partirais pas dans un débat si cette album est "bien du daft punk", ce serait inutile puisqu'il s'agit d'une BO, le public visé est différent de celui d'un album typiquement House (les gens ont tendances à l'oublier)....il faut parfois savoir relativiser ses attentes. Qu'importe, l'important est que les daft punk sortiront grandis de cette expérience, qui leur donnera d'ailleurs une nouvelle approche pour leur prochain album. Enfin ça, on le verra dans le prochain numéro.....



Quelques anecdotes :

-Il était prévu que daft punk fasse une tournée pour leur album de Tron, ce qui n'arrivera pas puisque le duo était à l'époque déjà occupé pour leur prochain disque RAM.
-Pour la composition des morceaux, Thomas Bangalter s'est occupé des thèmes héroïque, tandis que Guy-Manuel de Homem-Christo a écrit les parties musicales les plus sombres, pour les méchants.
-Peu après la sortie de la BO, daft punk produira (toujours sous le label de Walt disney) un album remix, s'intitulant Tron: Legacy R3CONFIGUR3D . On peut dire que c'est un peu sur la même initiative du daft club, et du remix Human after all de 2006, puisqu'il s'agit encore ici de pistes remixé par différents artistes électro. Pierre Winter alias Busy P, ancien manager des daft punk, avait d'ailleurs à l'époque ouvertement critiqué Walt disney sur le choix de certains artistes de cette album (la compagnie aurait imposé à daft punk quelques artistes). Les remix n'étant d'après lui pas à la hauteur du travail qu'avait fourni les daft sur Tron Legacy (il faut aussi savoir que Busy P avait lui même proposé certains remix d'artiste dont il était le producteur, mais qui aurai été refusé par Walt disney ^_^).
-On peut entendre sur la BO, il est vrai, quelques petites ressemblance avec des sonorités façon Hanz zimmer. Ce dernier est en effet intervenu dans le processus de création, étant donner que c'était son studio qui était en charge d'arrangé quelque pistes (ce qui est plutôt normal vu que les daft punk ne sont pas des compositeurs orchestraux à part entière, même si le gros du travail leur reviens).
-Les daft punk ont confié s'être inspiré du travail de certains compositeurs de renom, comme John Carpenter (Assault on Precinct 13, entre autres), Vangelis (Blade Runner-je reprend encore ici un exemple probant), Bernard Herrmann, Maurice Jarre, ou encore Max steiner.
-Sur le morceau Disc Wars on peut reconnaitre un accord déjà utilisé sur la chanson L'amour et la violence de Sébastien Tellier, qui avait d'ailleurs été composé par Guy-Manuel de Homem-Christo (étant le producteur de son album à l'époque).
-C'est grâce à l'expérience de Tron Legacy que les daft ont rencontrer Giorgio Moroder. Ce dernier avait en effet été approché par le duo, afin de collaborer avec lui sur la bande original du film (Giorgio ayant déjà de l'expérience dans ce domaine). L'idée ne se réalisera pas, mais leur collaboration se fera finalement sur un tout autre projet.....



Image

_________________
Image



Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Daft Punk
MessagePosté: Dim 13 Oct 2013 20:52 
80 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Nov 2010
Messages: 707
Localisation: non merci je suis allergique
Image


Random Access Memories


Image

TOUT A ETE ECRIT PAR KOW


Les étiquettes, nous avons toujours voulu les pulvériser plutôt que les conforter. C'est notre façon d'aimer la musique et de la composer. Sans faire de distinctions.
Thomas Bangalter



Après Tron Legacy, le duo put enfin pleinement se consacrer à leur prochain album, qui avait été laisser en suspens pour la musique du dit film. Mais leur précédente collaboration avec un orchestre leur à également permis d'adopter une nouvelle approche. Une approche plus organique et instrumental. Car comme vous le savez déjà, daft punk s'essaye toujours à quelque chose de différent. C'est donc trois ans après, que sortira l'album Random Access Memories (RAM si vous préférez les acronymes), qui est à ce jour le quatrième (sans les remix) et dernier disque du groupe. On peut d'ailleurs cette fois, sans abus de langage, le considérer comme leur seul album studio parmi leur production personnel (en mettant donc de coté la BO de Tron), étant donné qu'il à été produit dans de véritables studios d'enregistrement, à l'inverse des précédents disques (à l'époque le duo voulait défier tout les dogmes et réalisaient leurs albums chez eux - en home studio donc). RAM se démarque aussi des autres travaux du groupe, par le fait qu'il est le premier à être le fruit de plusieurs coopérations d'artistes qui pour la plupart proviennent de différents clivages musicaux. Ne pas parler d'eux ne leur rendraient d'ailleurs pas justice tant ils ont donné de leur personne dans ce projet, alors profitons en :




Nile Rodgers :

Image

Nile Rodgers est un guitariste et compositeur américain. Il a par le passé fait partie du célèbre groupe disco/funk Chic, dans lequel il occupait le poste de bassiste avec son défunt ami Bernard Edwards, et où il composera un nouveau son, la fameuse « cocotte » funk reprise par bien des musiciens. En tant que producteur il à également travaillé pour Sheila, Sister Sledge, Bowie, Diana Ross, Duran Duran ou Madonna. Avec Pharrell Williams, il fait une apparition très remarqué sur RAM, puisqu'il est crédité sur trois morceaux (dont Get lucky où il à trouvé le riff) de l'album.


Pharrell Williams :

Image

Skateboard P (son autre nom de scène) est un rappeur qu'on ne présente plus. Très polyvalent, il fait parti du duo de producteur The Neptunes avec Chad Hugo, et est le chanteur et batteur du groupe N.E.R.D. Il à aussi participer aux albums de Snoop Dogg, et à produit des stars comme Jay-Z, Britney Spears ou Justin Timberlake. On peut entendre sa voix sur le fameux morceau Get Lucky, ou encore Lose Yourself To Dance.


Giovanni Giorgio Moroder :

Image

Ce producteur italien est un gars qui à des kilomètres au compteur (si je puis dire). Et à vrai dire, si on veux vraiment le connaître, il suffit d'écouter le troisième morceaux de l'album ^_^. On pourra néanmoins retenir qu'il à écrit les plus grands succès de l’Eurodisco avec sa muse Donna Summer (I Feel Love, Love To Love You Baby) et n'est ni plus ni moins que le précurseur de la Trance. Le Monsieur a également reçu trois Oscar, dont un pour avoir composé la bande original de Midnight Express (c'est aussi la première BO électro-synthétique à avoir reçu ce type de récompense).


Paul Williams :

Image

Paul Williams est un des grands de la pop américaine, qui à travaillé avec d'autre grand artistes tel que David Bowie, The Carpenters ou The Monkees. Mais il ne s'arrête pas à ce domaine, et à beaucoup de cordes à son arc : il a notamment composé la bandes originale du film Phantom of the Paradise, qui avait à l'époque été nominé pour l'oscar de la meilleure partition de chansons et adaptation musicale. Il en gagnera véritablement un avec la BO d'Evergreen. Sur RAM, il est intervenu sur des morceaux tel que Touch et Beyond, où l'on reconnaît bien sa patte.


Chilly Gonzales :

Image

Jason Beck, alias Chilly Gonzales, est un pianiste Canadien qui excelle dans ce qu'il appel le « cabaret dada », qui est une musique electro-pop à caractère humoristique. Il s'est fait principalement remarqué sur la scène mondiale avec son fameux album Solo Piano, qui lui à valu d'être acclamé par la critique. Il à souvent confier que les daft punk l'ont beaucoup inspiré, et a d'ailleurs déjà repris le morceau Too Long de l'album Discovery pour le Daft club. Il à spécialement composé le morceau Within, à la demande des daft.


Todd Edwards :

Image

Ce producteur de House américain avait déjà collaboré avec le duo en 2001, sur le morceau Face to Face de l’album Discovery. Il est aussi l’inventeur d'un style électro, le fameux « cut up house ». Pour sa deuxième collaboration, il est intervenu sur Fragments of Time.


Panda Bear :

Image

Noah Lennox, plus connu sous le pseudonyme de Panda Bear, est le chanteur du groupe expérimental Animal Collective. Pour sa collaboration avec les daft, il les avais dans un premier temps contacté pour qu'ils fassent un remix de son album solo Tomboy. Ces derniers ont alors refusé pour ensuite lui proposer en échange d'intervenir sur leur dernier album. Il leur a donc prêter sa voix pour pour le titre Doin’It Right.


Julian Casablancas :

Image

Il est le leader du groupe rock The Strokes, et a déjà collaboré avec des artistes de renom comme les groupe Queens of the Stone Age, The Lonely Island ou encore The White Stripes. Daft punk viens compléter cette liste de musicien prestigieux. On peut l'entendre sur le très entraînant Instant Crush.


DJ Falcon :

Image

Stéphane Quême est un DJ français qui s'est principalement fait connaître à l'étranger. Il connaît bien les daft punk, car il à produit plusieurs tubes avec Thomas Bangalter, dont Together et So Much Love to give. On le connais aussi pour une curieuse anecdote : à l'époque de son duo avec Thomas, ils auraient tout deux travaillé sur un certain titre nommé Call on Me, qu'ils n'ont finalement pas produit car pas assez bon. C'est peu de temps après qu'Eric Prydz sort le tube à son nom, et se fera connaître du grand public ^^....
Sur RAM, DJ Falcon à coproduit le denier morceau Contact.


John Robinson Jr :

Image

Quand les journalistes parlent des artistes qui ont pu collaborer avec les daft lors de la réalisation de l'album, ils citent rarement John Robinson Jr . Ça se justifie certes par le fait qu'il n'est crédité que « musicien additionnel » (il y en a d'ailleurs beaucoup), mais sa participation n'en est pas plus moindre, au contraire : on peut en effet l'entendre jouer de la batterie sur Give Life Back to Music, Get Lucky ou encore Lose Yourself to Dance, pour ne citer qu'eux. Pour info, il est aussi considérer par beaucoup comme le batteur le plus enregistré de l'histoire.


Paul Jackson Jr :

Image

Crédité lui aussi en tant que musicien additionnel, il à su apporté une touche personnelle non négligeable sur l'album. C'est un grand guitariste de jazz fusion qui n'a plus rien à prouver et qui à fait ses armes en tant que compositeur avec des artistes tel que Michael Jackson, Whitney Houston, Donna Summer ou encore Elton John.


Nathan East :

Image

Il m'est bien sûr impossible de parler de tout les autres musiciens de l'album, mais si je dois en citer un dernier c'est à coup sûr Nathan East : ce bassiste de talent est intervenu sur pas moins de 8 morceaux de l'album. Lui aussi à déjà collaborer avec des megastars comme Michael Jackson, Stevie Wonder, Elton John, Sting et Phil Collins. Mais il peut surtout se vanter d'avoir eu le privilège de pouvoir jouer devant plusieurs présidents américain, ainsi que la reine Reine Elizabeth II .




Un hommage au disco funk et à la pop des années 70-80 :

C'est à tout ce beau monde que les daft ont choisis de laisser leur porte grand ouverte, afin de pondre un album musicalement plus varié que les précédents. Car on le sait, aucun de leur album ne se ressemble parmi toute leur discographie. Si ce n'est que les influences Disco/Funk étaient déjà présentent à l'époque d'Homework (avec les titres très justement intitulé Da Funk et funk AD) et Discovery. Random Access Memories est donc la consécration de cette hommage, avec la volonté d'y invité les artistes qui les avaient déjà inspiré par le passé (Nile Rodgers, Giorgio Moroder ou encore Paul Williams), et où il aura fallu cinq ans de travail, dont trois avec les dits collaborateurs.



En piste :frankype: ! :

(agrémenter de mes préférences et de quelques commentaires du duo)

Image



01-Give Life Back to Music (feat. Nile Rodgers, Nathan East and John Robinson Jr)

"Redonner vie à la musique" où comment mieux introduire le propos de l'album. Un morceau à la fois simple et funky, avec une rythmique guitare très 70’s. Une bien belle façon d'ouvrir le bal, j'adore.

daft punk a écrit:
Une des ambitions de ce disque est d’apporter à la fois quelque chose de léger et d’élégant. Ici, c’est John Robinson Jr qui joue de la batterie. Il était présent sur « Off The Wall », l’album de Michael Jackson. Ce qui est fantastique dans une performance comme la sienne, c’est l’infinité des nuances possibles : quelque chose dont nous n’avions pas l’habitude avec la programmation électronique… Les disques produits par Quincy Jones nous ont toujours fascinés par leur précision ultime qui n’a jamais été atteinte par quelque technologie que ce soit. C’est un peu la différence fondamentale entre « Thriller » et « Bad ». Dans ce dernier, les titres sont d’un très haut niveau, mais les performances y sont moins nuancées.





02-The Game Of Love (feat. Nathan East and John Robinson Jr)

Les daft s'essaye encore une fois à la ballade, on va donc vers quelque de chose de beaucoup plus doux et de plus calme. Ce qui contraste pas mal avec des titres électro très nerveux de nos jours (Boum, Boum, Boum !). Cette ballade de robot me rappel d'ailleurs un peu Make Love, dans le même style. EDIT Vista: Ha mon sens la meilleur voix tout Daft Punk confondus, ce son fait pas mal de polémiques, généralement les gens soit adorent la voix soit la détestent.

daft punk a écrit:
Nous chantons avec des vocoders. À une époque où les voix humaines sont traitées pour devenir robotiques, nous avons trouvé excitant de rendre une voix robotique la plus humaine possible. L’idée d’une intelligence artificielle qui se rapproche de l’homme… Une émotion de quelque chose qui n’est pas humain mais qui tente de l’être.





03-Giorgio by Moroder (feat. Giorgio Moroder)

C'est l'un des morceaux que je préfère parmi l'album. Il rend bien hommage à Moroder, non pas seulement pour son speech autobiographique du début, mais pour son style très Italo disco. Le tout étant quand même bien adapter pour rentrer dans les mœurs d'aujourd'hui. EDIT Vista: Le meilleur Daft Punk à mon goût, tout y est, la voix planante de Giorgio, un rythme qui envoie, une partie au synthé qui sonne jazz, une session de violon dantesque, des percussions parfaites, du scratchs (du scratchs !) et un final awesome porté par la guitare électrique ! Que demande le peuple ?

daft punk a écrit:
Nous l’avons rencontré (Giorgio) il y a plusieurs années ; il a toujours été pour nous une sorte de figure mythique, un peu mystérieuse. Son parcours personnel suit celui de la musique. L’idée nous est venue d’un morceau un peu documentaire basé sur une interview que nous avons réalisée. La voix de Giorgio Moroder a été enregistrée avec plusieurs micros de plusieurs époques différentes… Nous avons donc finalement enregistré environ trois heures d’interviews durant lesquelles il raconte sa vie de musicien. Ce morceau est une métaphore sur la liberté musicale : nous nous sommes toujours efforcés de casser les barrières entre les genres musicaux, entre le bon et le mauvais goût, les trucs branchés et non branchés. Giorgio est un peu un modèle du genre. Il naît dans une petite ville de province, débute la musique dans les lounges d’hôtel, fait les premières parties de Johnny Hallyday, se met à faire des trucs de rock progressif. L’entendre dire, à 72 ans, « ah, j’ai fait de la musique électronique il y a quarante ans », c’est fascinant.





04-Within (feat. Gonzales, Nathan East and John Robinson Jr)

J'admets ne pas avoir été tout de suite emballé à la première écoute de ce morceau, mais à l'heure actuel c'est l'un de ceux que j'écoute en boucle ^^. J'ai en effet fini par trouver la partie vocoder (ou la partie talkbox ?) très bien utilisé, les notes de piano rendant le tout très mélancolique. Comme quoi il ne faut pas rester buter sur ses première écoutes. Un bon titre en somme !

daft punk a écrit:
Gonzales joue du piano sur ce morceau. C’est un ami et un super pianiste, un des meilleurs musiciens de sa génération. « Within » est un des premiers morceaux que nous avons enregistrés. Il est très minimal : un peu de section rythmique, une basse, un piano. Créer l’essentiel avec très peu de choses, voilà l’idée derrière ce titre.





05-Instant Crush (feat. Julian Casablancas, Nathan East and John Robinson Jr)

Ici à l'inverse, j'ai tout de suite accroché au style entraînant de Instant Crush, dû en grande parti à son rythme et à la voix délicate et légèrement transformé de Julian. Un de mes préférer.

daft punk a écrit:
Julian Casablancas des Strokes le chante. Nous sommes tous les deux super fans et nous avons appris qu’il voulait nous rencontrer. On avait cette démo qui traînait, il est venu, il a écouté et il était à fond ! Il a une sorte de don. Nous, à la base, on adore le rock et le concept du groupe de rock, mais il y a eu tellement de choses fortes que l’émergence d’une nouvelle voix à un moment donné était devenue difficile. Récemment, The Strokes et MGMT – avec des dimensions et des sensibilités différentes – y sont parvenus. Julian a un côté punk rock, une portée émotionnelle hyper forte dans ses mélodies. Il était important de l’avoir sur cet album, de nous sentir entourés de nos contemporains.





06-Lose Yourself To Dance (feat. Pharrell Williams, Nile Rodgers, Nathan East and John Robinson Jr)

C'est bien simple, ce morceau transpire tout simplement la classe :) ! À l'instar de Get lucky, Nile Rodgers donne un riff très funky, laissant une alternance bien trouvé enter ses grooves et la partie vocoder des daft. Come on !

daft punk a écrit:
Ce morceau est la définition la plus simple de notre envie : un album très travaillé et très simple en même temps, avec un axe basse, batterie, guitare – et les robots ! C’est l’inverse de quelque chose de surproduit. Notre fantasme, c’était de refaire de la musique de danse avec de la batterie… L’enregistrer de cette façon-là nous a apporté une énorme satisfaction : nous sommes fiers que ce soit une vraie batterie sur l’album et pas une boîte à rythmes. Il y a deux batteurs sur le disque : John Robinson Jr, qui détient le record du batteur le plus enregistré du monde, et Omar Hakim, qui a commencé avec Stevie Wonder à 16 ans…





07-Touch (feat. Paul Williams and Paul Jackson Jr)

Le début fait un peu rencontre du 3ème type, ça par vers quelque chose d'assez space pour ensuite revenir à un coté plus sentimentale. On sens bien que les daft ont dû beaucoup expérimenter avec Paul Williams pour en arriver à ce résultat, qui est d'ailleurs particulier. Mais j'apprécie, il y a des passages vraiment magique, surtout les dernières minutes. Une pure merveille ...

daft punk a écrit:
Ce morceau est le nœud de l’album. Il est le point de départ de tout le disque qui tient à la rencontre avec Paul Williams. Un ingénieur du son que nous connaissons nous l’a présenté. Paul Williams nous a rendu visite en studio. De cette rencontre est né quelque chose de très cinématographique, de très narratif. « Touch » définit bien l’aspect psychédélique de « Random Access Memories ». Ce morceau compte 250 pistes, c’est donc le plus compliqué, le plus fou.





08-Get Lucky (feat. Pharrell Williams, Nile Rodgers, Paul Jackson Jr, Nathan East and John Robinson Jr)

On en viens donc à la star de l'album, comme je le disais il est très funky et se laisse écouter tranquillement. Même si personnellement ce n'est pas mon morceau préférer, il reste très efficace avec ses rythmiques entêtantes (tellement efficace qu'on le chantera certainement encore dans quelques années). Que dire de plus ? À part qu'on est bien chanceux de l'avoir ^_^ (oui il fallait bien que je la place...) .

daft punk a écrit:
Pharrell Williams chante sur ce morceau : il était naturel de l’inviter sur notre album. C’est un performer-né, complet, qui dégage beaucoup d’élégance. Il n’a pas toujours eu l’occasion de montrer qu’il pouvait être un excellent chanteur, alors que l’on peut l’inscrire dans le panthéon des performers mythiques. Il n’existe pas de ligne imaginaire qui séparerait les grands artistes du passé et ceux d’aujourd’hui qui seraient tous moins bons qu’avant. Nous voulions donner l’impression d’être dans une capsule, en studio, coupés du monde. On peut se croire en 1978, mais notre idée est de faire voyager cette musique dans le présent et dans le futur, voir ce qui se passe et observer si cet enthousiasme est communicatif.





09-Beyond (feat. Paul Jackson Jr)

Le début est assez orchestral, ce qui tranche un peu avec le reste de l'album (hormis Touch), mais reste très plaisant à écouter. Puis ça reviens vers quelque chose de beaucoup plus pop et mélancolique. Un très bon cru. EDIT Vista: Ce son est à mon sens celui qui ressemble le plus au style Tron, le synthé de fin est très évocateur et le début orchestral fait aussi écho aux orchestres présents dans la BO.

daft punk a écrit:
Un autre morceau fait avec Paul Williams qui en a écrit les paroles. C’est une chanson hyper cosmique avec des paroles très poétiques et très pures. Nous avons beaucoup discuté avec Paul Williams de la direction de ce disque, et c’était intéressant qu’il puisse mettre des mots sur nos idées.





10-Motherboard (feat. Paul Jackson Jr and Thomas Bloch)

Là aussi on sent l'expérimentation. En général c'est le morceau le moins apprécié de l'album (de ce que j'ai pu en voir). Mais moi, ce que je trouve fou, c'est que tout les instruments présents dans ce titre s'assemblent étonnement bien (je crois savoir qu'il y aurait même un harmonica de verre). C'est là qu'on sent que les daft punk sont en recherche perpétuel de nouveaux sons. Car comme le disait Moroder, en musique il ne devrait pas y avoir d'idée préconçue ou de marche à suivre sur les sons à obtenir....et le résultat est là. Une belle performance musical. EDIT Vista: un des mes coups de coeurs de l'album, la partie de flûte (ou que sais je ^^) est planante, une grosse ambiance dans ce son, le genre de musique qui surprend par ses petits détails et surprises qu'elle contient, et la partie au synthé est juste magique !

daft punk a écrit:
Un morceau futuriste, qui pourrait être de l’an 4000…





11-Fragments of Time (feat. Todd Edwards, Paul Jackson Jr, Nathan East and John Robinson Jr)

Ce titre ne me transcendais pas beaucoup au début, je le trouvais tout au mieux plutôt sympathique. J'admets que mon avis n'a pas tellement changé entre temps, c'est donc le morceau que j'aime le moins...mais ce n'est bien sûr que mon avis ^^.

daft punk a écrit:
Nos retrouvailles avec Todd Edwards après « Discovery.





12-Doin' It Right (feat. Panda Bear)

Un de ceux que j'ai beaucoup écouter, dû en grande partie à sa prédominance électronique (faut pas oublier qu'il s'agit des daft punk ^_^). On va dire que c'est mon petit pécher mignon :Bon clay bizou bizou: .

daft punk a écrit:
La voix angélique est celle de Panda Bear. Nous adorons ce qu’il fait en solo, autant que l’approche de son groupe. Ce morceau – le seul morceau électronique de l’album – est le dernier enregistré. Il en résulte une sorte de décontraction. Sans doute le titre à la fois le plus futuriste et le plus contemporain.





13-Contact (feat. DJ Falcon)

Contact vole haut, très haut. Initialement prévu comme morceau de fin, il clôturais parfaitement l'album. Le passage avec les orgues lui donne un coté un peu « mystique » que j'apprécie beaucoup. Un ovnis dans son genre, si vous voyez ce que je veux dire :) .

daft punk a écrit:
Un morceau réalisé avec DJ Falcon et une voix enregistrée lors de la dernière mission Apollo 17 de la Nasa : c’est celle du capitaine Eugene Cernan, le dernier homme à être allé sur la Lune. C’est une voix qui vient littéralement de l’espace. Et ce qu’elle raconte se passe de commentaires…





14-Horizon (track bonus spécial Japon)

Horizon est donc la track bonus du disque. Il se veut très simple et très posé, même si son rythme lent et ses sonorités donnent un peu l'impression d'écouter une musique d'ambiance. M'enfin ce n'est pas toujours péjoratif, les musiques d'ambiance parfois ça détend ^_^.





Le message derrière l'album/mettre de l'humain dans les robots :

Au delà des « gros sons » qu'on pu faire les daft punk au cours de leur carrière, il y aussi une ligne artistique et une volonté de transmettre un message particulier. Pour Random Access Memories, on peut dire qu'il s'agit sur la forme d'un album à l'exacte opposé du précédent Human after all (au niveau des sonorités), mais pas sur le fond où les deux albums se rejoignent finalement dans leur messages respectif (même si l'intitulé de leur titres sont diamétralement opposé). En effet, malgré son titre, Human after all (« humain après tout »), avait à l'époque le partie pris sonore d'être le plus déshumanisé possible, de fait on y entend en majeur partie des sons robotique. Le disque n'ayant alors d'humain que son titre, comme si les daft culpabilisaient d'avoir été si artificiel, ce qui nous suggérai que la machine n'avait pas encore totalement pris la place de l'homme. Et c'est justement ce que confirma le duo avec RAM (où l'on vois dans l'acronyme la référence à la mémoire vive d'un ordinateur) qui est l’album qui se veut le plus « humain » et où tout est joué par de vrai personne, que ce soit des instruments tel que la guitare, batteries, basses, synthétiseur etc…Il ne contient ainsi aucun sample (à part une boucle empruntée au groupe The Sherbs, des aveux même du groupe) et peu de sons artificiel à l'inverse de leurs précédents travaux. Mais c'est aussi dans cette optique de concilier l'humain à la machine que découle un autre message : à l'heure où la musique électronique subit une crise d’identité et peut se faire via de « simple » logiciels, les daft punk, eux, ont fait le choix de revenir dans les studios d'enregistrement pour quelque de chose de plus traditionnel (Random Access Memories, dans l'intégralité de son titre, est aussi une métaphore aux souvenir du passé : « memories » évoquant les souvenirs du duo) et de moins factice. Ce qui est d'ailleurs assez étonnant, quand on se souvient qu'à une certaine époque les daft voulait démontrer qu'il était possible de produire un disque avec peu de moyen, c'est à dire chez eux, notamment avec leur premier album au nom très évocateur « Homework ». La boucle est bouclé.



Mon avis :

Je mentirai certainement si je disais que je n'ai pas été étonner du virage musical qu'a pu prendre le duo avec cet album. Car comme je l'ai évoquer plus haut, aucune de leurs œuvres ne se ressemblent, et dans le cas de RAM on pourrait dire que la différence est plus marquante. Marquante, car c'est bien la première fois qu'ils troquent leurs boîtes à rythme et sampler, à de véritable instruments. Ça a donc été, une fois de plus, une surprise total pour tout les fans, mais la question qui se pose alors et qui fera toute la différence : est-ce une agréable surprise ? Dans mon cas oui. Si le changement de style m'a au départ un peu déstabiliser, j'ai su apprécier la touche très funky de cet album (Lose Yourself To Dance <3 ). RAM est un très bon disque et le travail qu’il y a derrière est juste impressionnant (je rappel qu'ils ont mis 5 ans à le produire). Je dirais même qu'artistiquement c'est le plus créatif de tous, étant donné qu'il n'y a cette fois aucun échantillonnage d'autre musique (qu'on soit d'accord, je ne dénigre en aucun cas le sampling qui est aussi une forme de composition, et où daft punk nous as le passé montré tout leur talent en prouvant qu'il était possible de faire de la bonne musique avec trois fois rien -et puis toutes leurs musiques n'étaient pas que de pur samples. Mais ici, RAM se distingue bien par le fait que tout à été créer de A à Z. C'est donc par là que j'entends "le plus créatif"). Mais bien évidement, ce changement de style divise aussi les fans, où certains d'entre eux ne pèse pas leur mots, reprochant même à cette album d'être « régressif » du fait d'utiliser de « trop vieux son ». Si je peu comprendre leur mécontentement, je ne les approuves pas pour autant. Car de mon avis c'est pourtant tout l'inverse : c'est un renouveau qui prouve la polyvalence musical des daft qui, comme on le savait déjà, sont capable de se réinventer sans cesse. Si les sonorités paraissent peut être plus vielle pour certain, elles sont pour d'autre intemporel, car il y a parfois des choses qui ne vieillissent pas. La force des daft punk à été toujours été de faire du neuf avec du plus vieux, RAM ne déloge pas à la règle et reste un album electro, mais aux influences pop et funky beaucoup plus prononcé. D'ailleurs le Funk, bien que ce soit vieux, est un courant musical qui n'a eu de cesse d'évoluer au fil du temps et dont pas mal d'artistes de nos jours y reprennent certaine sonorités (Jamiroquai, Breakbot ou Dog master pour ne citer qu'eux). Ce disque à donc ce coté fédérateur que j'aime beaucoup : il sait capter plusieurs générations, et à le potentiel de pourvoir être apprécier autant des plus jeunes, que des plus vieux (pour vous dire, mon père du haut de ses 62 ans qui n'aime pas du tout la musique électronique, m'a confié avoir aimer cette album - et si pour vous c'est un détail inutile, pour moi c'est un exemple plutôt probant ^^).
N'en déplaise alors à certains, cette album est peut être une nostalgie des belles années de la musique (car comme déjà souligné Random Access Memories c'est surtout ça : plusieurs façon de faire appel à nos souvenirs), mais il n'est pas pour autant rétrograde et sait être en accord avec son temps. Je pense néanmoins qu'a peu près tout le monde reconnaîtra que RAM est une vrai prise de risque de la part des daft, ce qui est à saluer.



Quelques anecdotes :

-Alors que la sortie de l'album était initialement prévu pour le 20 mai (selon certains pays), Random Access Memories avait déjà fuité sur le net 7 jours avant. Peu de temps après, la maison de disque Columbia picture avait mis en streaming les 13 pistes l'album sur Itunes, bien que le PDG de Columbia avait prétendu qu'il n'y avait aucun lien avec la dite fuite, et que cette mise en ligne était prévu dès le départ. On se doute cependant que cette action était une réponse (officieuse) aux contrevenants, pour leur couper l'herbe sous le pied ^_^.
- A l'instar de Human after all, le duo a annoncé qu'il n'y aurait pas de concert prévu pour RAM, car c'est d'après eux un album qui se prête plus à l'écoute qu'au live. Cependant ils ont souligné que le jours où ils reprendront les concerts ce sera avec « un setlist incluant tous nos albums ».
-L'album à été entièrement financé par le groupe.
-Au japon il est vendu avec un titre bonus s'intitulant Horizon, contenant donc 14 pistes aux lieux de 13. Un privilège que leur réserve les daft, et qui est dû au fait que les albums se vendent plus chère là-bas (par le passé ils avaient déjà vendu exclusivement au japonais un album remix de Human after all).
-Les daft ont d'ailleurs annoncé qu'ils remixeraient certains morceaux de RAM (ils sont resté assez vague à ce sujet, et n'ont pas précisé si tout les morceaux de l'album seront remixé -celui de Get lucky étant déjà sorti).
-Dès leu premier album Homework le duo revendiquait déjà les influences de Giorgio Moroder et Nile Rodgers (sous le groupe Chic), mais aussi de l'illustre Michael Jackson. Aurait-on donc pu espérer sur RAM une collaboration avec le King of the pop, si il avait toujours été parmi nous ?
-Lors de la réalisation du troisième morceau de l'album, Giorgio Moroder confie avoir été bluffer par le soucis du détail des daft punk : ces derniers avaient enregistré sa voix pour le coté autobiographique du morceau, à l'aide de trois micros, dont un des années 50 afin de capturer ses histoires de jeunesse, un des années 70 pour raconter la période I Feel Love, et un troisième beaucoup récent, pour évoquer le futur .
-Au cours d'une interview pour la promotion de l'album, Guy-Manuel de Homem-Christo et Thomas Bangalter en ont profité pour démentir la croyance populaire qu'ils viendraient de Versailles ( Thomas est en fait originaire de Paris, tandis que Guy-Manuel est né à Neuilly-sur-Seine).
-Si les daft punk n'ont pas réalisé de clip sur les morceaux de RAM, c'est pour une raison bien précise : ils veulent que les auditeurs façonnent leurs propres souvenirs à l'écoute des titres, et qu'aucune images ne viennent les conditionner. Ceci dit, cela ne les as pas empêcher d'adapter un extrait promotionnel de Get lucky, et un clip entier de Lose Yourself To Dance (certainement pour contrebalancer le faux clip, qui avait été pris à tord comme une vidéo officiel du groupe il y a quelques mois ^^).




Image

_________________
Image



Dernière édition par vista le Mer 16 Oct 2013 18:15, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Daft Punk
MessagePosté: Mar 15 Oct 2013 19:26 
10 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 02 Oct 2013
Messages: 66
Impossible de voter tellement je ne peux classer les album car chacun est d'une différence sublime.
je vais être bref et peut etre répéter des choses déja dites (j ai pas pu lire ds le détail tous les postes)

L'album qui me transcande le plus (c'est un peu fort comme mot mais c'est Daft Punk...) est RAM.
a chaque écoute j'ai l'impression de remonter ds le temps a l'époque du disco (que j ai pas connu) et d'aller vers le futur.
chaque musique fait appel a tellement de souvenirs aussi bien collectif que personnel mais aussi a des rêves.
D'ailleurs pour moi écouter RAM c'est écouter tout l'album non stop et pas une chanson par ci une par là.


que dire d'autre (je vais être impossible à arreter après)
Homework: comme dit plus haut un peu trop long mais replacer dans son contexte ce son c'est une Révolution (909 peut être^^)
la possibilité de faire sa propre musique aussi et une révolution.
a cela les clips sont tout aussi mythic le chien de Da Funk et de fresh, la choré de Around the world...

Discovery: je parle aussi du film Interstella 5555 car les deux sont indisociables a mes yeux!
résumé rapide: Hymne a l'Enfance
Je sais pas comment expliquer cela, mais le film vu, je ne pouvais plus que revoir et imaginer nos héros de Interstella.
la musique aussi fait voyager dans l'imaginaire, ce son pop-disco-electro donne tout aussi bien l'envie de danser que de redevenir gamin et inventer un tas d'histoire.

Human after all: comment dire... Déroutant
l'univers est tellement sombre malgré Make love et Emotion (qui font plus complainte que espoir a mon gout) que l'on demande ce que son devenus les humains ici. tout parait articiel, traites par des machines par une dictature de la mécaniques et de l'engrenage, (aussi bien le contenu de l'album que ca conception et publication)
A cet album je dis Bravo car il créer un tel reppoussement tellement il n'a rien de commun avec notre monde d'humain qu'on ne peut que être bouleverse par ce son.

Quant a Electroma ils est aussi psychédélique que l'album, on est perdu ds ce monde de robot mais toucher et bouleverser par ceux qu'ils ont le reve de devenir humain. Je le conseil a tous faites attention il a rien des films habituel.

Je m'attaque pas au chanson une par une sinon j'en ai pour une semaine minimum^^
j ai pas encore écouté la B.O de Tron (honte à moi) mais je compte bien le faire.

Cela fait environ deux ans que connais les Daft et j ai tout de suite été emporté dans le Daft World, leur facon de penser, de faire ,face à la musique mais aussi face a nous (humains), m'a permis de voir d'un autre oeil ce qui m'entoure. C'est ca ce que j'aime dans la Musique.

Sur ce Fans de Daft Punk je vous salue.

_________________
Image
Code ami 3DS: 3609-1186-7317


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Daft Punk
MessagePosté: Ven 6 Déc 2013 21:32 
80 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Nov 2010
Messages: 707
Localisation: non merci je suis allergique
Ha enfin !
Pour Get Lucky il n'y a pas eu de clip (si ce n'est une vidéo de 1min40 qui servait de présentation).
La dite vidéo était pas très original mais n’étant pas un "vrai" clip c'était pas très dérangeant.
Ensuite le clip du second single Lose Yourself to Dance. Déja ce titre est à mon sens un très mauvais choix, on a mangé Get Lucky tout l'été jusqu'à plus faim, sortir un second single autant similaire à Get Lucky n'est pas pertinent, tout a déjé été dit avec le premier single, LYTD ne pouvait pas marché ... et il a pas spécialement marché (avec un clip nul en plus, assez beau à voir mais sans vraiment d'intérêt, voir des gens danser autour de DP, Nils Rodger et Pharrell William c'est pas très fifou).

Puis vient le troisième single, Instant Crush, un des titres les plus populaire de l'album, qui casse avec la funk des deux premiers albums et qui est ENFIN porté par un clip super et qui vaut le détour !



Ca va donné un petit coup de lift à l'album qui a passé les 3M de ventes !

EDIT: Le clip d'Instant Crush est tiré d'un conte d'Andersen et raconte l'histoire d'amour mignone (mais tragqie) de deux statues de cire, le clip est très beau, peut être pas aussi culte qu'Arround the World mais je suis comblé pour ma part, on tombe pas dans le cliché "love is cute is kawai" ni dans un trip contemplatif underground. Ce clip raconte une histoire et d'une très belle manière. Les Daft n’apparaissent pas (sauf leur casque rapidement) et selon des gens qui s'y connaissent le clip aurai un air année 80 (dans la manière de filmer et le grain de l'image).
Bref un clip qui fait enfin honneur à Daft Punk (et Casablanca d'ailleurs ^^).

Et une petite vidéo qui cause des casques Daft Punk si ca vous intéresse ==>



_________________
Image



Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Daft Punk
MessagePosté: Jeu 19 Déc 2013 22:26 
80 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Nov 2010
Messages: 707
Localisation: non merci je suis allergique
Les Daft Punk en live aux Grammy !

Ha je m'y attendais pas, la seule et unique fois où ils ont fait un live à la TV c'était en 2008 aux Grammy aussi avec Kany West (live assez cool à la technique de mixage atypique) ==>




Bon, les modalités de live ont pas encore été décidés mais si on avait raison de craindre le pire pour le remix de Get Lucky (ils sont pas très bon en remix) ben en live c'est une tout autre histoire, juste des bêtes ! Pas du genre à faire seulement play.
Bon j'ai toujours la petite appréhension mais avec Get Lucky, Lose yourself to dance et instant crush il y a moyen de faire un petit mix sympa. Je me demande comment il vont faire, autant avant les voir en mode DJ devant des machines ca passait, autant là, avec cet album très organique où les instruments sont rois je les vois mal sur une pyramide.

Mais bon, on aura la réponse le 26 Janvier !

Ha pour le coup, on peut dire que c'est un bon cadeau ... de noël

Spoiler: Montrer
Image

_________________
Image



Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Daft Punk
MessagePosté: Sam 21 Déc 2013 17:50 
7 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Fév 2009
Messages: 281
Localisation: Omniprésent
vista a écrit:
Ha je m'y attendais pas


Je pense que personne ne s'y attendais, ça à pris tout le monde de court ^^. Mais une chose est sûr, les daft ont été très communicatif ces derniers temps, beaucoup plus que les années précédentes en tout cas.

Citation:
Je me demande comment il vont faire, autant avant les voir en mode DJ devant des machines ca passait, autant là, avec cet album très organique où les instruments sont rois je les vois mal sur une pyramide.


Ouai, ça risque d'être sensiblement différent des grammy awards de 2008. À moins qu'ils ne fassent un petit compromis entre l'électro (du moins plus que ce qu'il y avait dans RAM) et les instruments (avec toute la "hype" autour de Nile Roger, on est presque sur de le voir présent ! ). Un truc un peu hybride en somme, enfin on verra.

En espérant que la "surprise" soit bonne :sunnyc: . Mais pour l'instant je suis.... Image

_________________
Image

Un comics qui revisite la fiction, la magie et l'histoire de son propre médium ? Venez découvrir Promethea !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Daft Punk
MessagePosté: Lun 27 Jan 2014 13:23 
80 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Nov 2010
Messages: 707
Localisation: non merci je suis allergique
Image


Bouya !

Aux grammy, les Daft ont gagnés tout les titres dans lesquels ils étaient en lice (5 donc, un record français !):

Image

Ouais il y a aussi les ventes de leur carrière, même si il manque la BO de Tron et les deux alive. Ils doivent tourner autour des 11-12 millions d'albums au total.
Puis ils ont fait un live



Dieu que c'est énorme


Image

_________________
Image



Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Daft Punk
MessagePosté: Sam 1 Mar 2014 01:18 
Chasseur de Rêves
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 11 Nov 2004
Messages: 2493
Localisation: Nulle part ailleurs
Comme pas mal je pense, j’ai un peu grandi avec les Daft Punk et j’ai toujours été curieux à la sortie de chaque nouvel album. Perso je pense que le groupe a franchement marqué mon adolescence surtout par ses clips que je suivais assidument sans jamais zapper de la première à la dernière seconde, à l’époque où les chaines musicales et les clips constituaient une grande partie de ma fréquentation télévisuelle, on nommera par exemple les VIVA, chaines allemandes cultes qui ont façonné à ne pas douter mes gouts musicaux.

J’associe toujours les DP à leur premier album et leur premier clip « Big City Night » de la chanson Da Funk, et le chien humanoïde qui se ballade et rencontre une ancienne voisine. C’était absurde, génial et la musique superbe, pour moi un des clips cultes de l’histoire de la musique. Y’avait des scènes géniales comme lorsque le chien se brossait les « cheveux » avec le livre ou alors le panneau d’interdiction du bus à la fin avec le poste interdit, ce qui le choque, bref c’était génial et ça poussait à cogiter pas mal… toute une époque punaise.

Ensuite il y a bien entendu Discovery, ce ne sera pas One More Time mais bien Aerodynamic qui m’avait marqué avec ce rythme de malade et encore une fois un clip extra, suivi peu après par Digital Love autre excellente chanson. Là il ne s’agissait plus de French Touch mais de Midas Touch, les DP transformait tout en or et j’avais des étoiles plein les yeux avec ces titres, magique. La saga interstella me rappelle aussi Gun Frontier et Cosmowarrior Zero qui passaient sur Game One, qui surfait surement sur le retour au devant de la scène de Leiji Matsumoto. Une louable initiative de leur part !
Autre chanson m’ayant marqué dans Discovery, Face to Face que je passais en boucle lors mes révisions pour le BAC, j’adorais cette chanson, sa musicalité, la saccade, ce mélange, et la clarinette vers la fin, j’adore toujours cette chanson qui était souvent en mode repeat sur le lecteur CD, d’ailleurs l’album en général était en repeat all. Que d’exercices faits, merci les Daft pour ces longues nuits.

Concernant Human After All, là c’est un peu mitigé, je me suis senti moins attiré, moins ébloui que par les précédents, je trouvais l’album un peu trop électro, manquant de mélodies et de musicalité, malgré quelques titres je n’ai pas franchement accroché à cet album ni à tout ce qui a suivi comme la BO de Tron ou autres. J’ai décroché des DP jusqu’à ce dernier album RAM.

Pour le dernier album je n’ai pas du tout aimé Get Lucky, je trouve la chanson répétitive, le son pas du tout entrainant, et la voix du chanteur (Pharrell)… je ne sais pas si c’est moi mais dès le début quand il dit « like the legend of the phoenix » j’ai vraiment l’impression qu’il chante mal, que c’est amateur, en clair je ne reconnais pas vraiment les DP dans les 2 premières minutes de la chanson, cependant après on trouve leur marque et on est plus à l’aise, bien que ça ne sauve pas la titre pour moi.

Par contre Instant Crush qui passe en boucle en ce moment, là je suis totalement accro et c’est d’ailleurs cette dernière qui m’a poussé à venir poster sur ce sujet et parler un peu des DP. Je trouve dans ce titre une sauce 80’s, un bon mélange électro mélodie, un clip d’enfer et un duo avec cette fois ci un chanteur qui me parle vraiment, Julian Casablancas qui m’avait déjà fait forte impression (notamment avec 11th Dimension et cette phrase culte pour moi « I looked up to you but you thought I would look the other way »), donc sa présence dans ce titre est une confirmation de la qualité du titre et du bon choix des DP.

Instant Crush réveille en moi ce sentiment de vivre avec un album, le type d’album qui vous accompagne sur une partie de votre vie, et RAM semble bien parti pour être un de ces albums qui deviennent si rares… Je prends mon temps donc pour le découvrir car la compagnie avec un titre comme Instant Crush est fort agréable.

_________________
Image
Lezard Valeth a dû maitriser les mystérieuses règles du forum... pour pouvoir déchiffrer la Pierre Philosophale.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 23 messages ]  Aller à la page [1], 2  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com