Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 26 messages ]  Aller à la page [1], 2  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: [Livre] Le Cycle de Dune
MessagePosté: Mer 2 Jan 2008 17:29 
Ô-Totoro
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Mar 2006
Messages: 3647
Localisation: Échappe à la connaissance
(Cet article n’est qu’une ébauche, la version finale et complète est retrouvable sur le pavillon des fous)

Image


« Je ne connaîtrai pas la peur, car la peur tue l'esprit. La peur est la petite mort qui conduit à l'oblitération totale. J'affronterai ma peur. Je lui permettrai de passer sur moi, au travers de moi. Et lorsqu'elle sera passée, je tournerai mon oeil intérieur sur son chemin. Et là où elle sera passée, il n'y aura plus rien...


Introduction


Auteur

Image

Frank Herbert est né le 8 octobre 1920 à Tacoma dans l'état de Washington, de Frank Herbert et Eileen McCarthy Herbert. Il décide très tôt de devenir écrivain.
En 1947, Herbert vend son premier récit de science-fiction, Looking for Something, au magazine Startling Stories. Dans les années qui suivirent, il publiera près de vingt nouvelles de ce genre. Mais sa carrière d'écrivain débute avec la publication du Dragon sous la mer (The Dragon in the Sea) en 1955, où il utilise l'environnement d'un sous-marin du 21ème siècle pour explorer les rouages de la folie. Le livre prédit des conflits mondiaux autour de la consommation et de la production de pétrole. Il est très bien accueilli par la critique mais ne devient pas pour autant un succès commercial.
En 1959, alors qu'il est censé rédiger un article sur les dunes de Florence, dans l'Oregon, Herbert se retrouve captivé par le sujet et accumule beaucoup plus d'informations qu'il ne lui en faut pour un simple article. L'article en question ne sera jamais écrit, mais il marque le début de l'écriture de la saga de Dune.
Après six ans d'écriture et de recherche, Herbert achève enfin Dune. Le roman, bien plus long que les histoires de science-fiction de l'époque, est d'abord rejeté par près de vingt éditeurs avant d'être finalement accepté par Chilton, une petite maison d'édition de Philadelphie, qui offre à Herbert une avance de 7500 dollars. Dune reçoit bientôt les faveurs de la critique, puis remporte le prix Nebula en 1965 et le prix Hugo en 1966.
Pendant les années 1970 et 1980, il profite d'un succès commercial considérable en tant qu'auteur. Il partage son temps entre ses deux résidences, l'une à Hawaii et l'autre dans l'état de Washington, et écrit de nombreux livres où il met en avant ses idées écologiques et philosophiques. Il poursuit le "cycle" de Dune qui comportera au final six volumes. Il publiera également d'autres livres tels que Et l'homme créa un dieu, Le Cycle des Saboteurs ou encore Le Cycle du Programme Conscience en coopération avec Bill Ransom.
Après la mort de sa femme, Herbert épouse Theresa Schackleford en 1985, et publie La Maison des Mères, le dernier volume du cycle de Dune qu'il écrira. En 1986, il décède d'une embolie pulmonaire survenue à la suite d'une opération, à l'âge de 65 ans.



Place dans la science-fiction

Image

Au niveau des romans, le Cycle de Dune est à la science-fiction ce que le Seigneur des Anneaux est à l’Héroïc Fantasy, c'est-à-dire une œuvre culte et indémodable, à l’histoire très fouillée et unique, dans un univers singulier et inimitable, qui est à l’origine de bons nombres de romans contant la genèse de personnages mentionnés et d’évènements antérieurs ayant eu une impact sur l’histoire principale. La seule imperfection de cette comparaison est que la science-fiction fut véritablement révolutionnée par Fondation d’Asimov, mais cela ne gâche en rien le mérite de Dune.
Sans doute que cela peut paraître pompeux voire prétentieux de placer l’œuvre de Frank Herbert au même rang que des auteurs aussi renommés que Jules Verne et ses 20.000 lieues sous les mers, HG Wells et sa Machine à remonter le temps ou la Guerre des Mondes, Lovecraft ou Asimov, mais il faut avouer que le Cycle de Dune a eu une longueur d’avance sur certaines œuvres sorties aujourd’hui. En effet, rien que l’utilisation de multiples narrateurs afin de faire comprendre mieux l’action au lecteur était déjà une technique narrative peu utilisée à l’époque et qu’il démocratisa, prouvant son efficacité qui était de rendre le lecteur réellement omniscient sur les évènements et ainsi avoir plusieurs même point de vue d’une même scène, ne l’enfermant pas dans la logique unique d’un seul narrateur.
On retrouve aussi une véritable réflexion derrière les péripéties de la Maison des Atréides, et la principale, révélée surtout dans le Messie de Dune, est les dangers liés au leadership, en particulier la tendance des hommes à suivre aveuglément et avec servitude les leaders charismatiques. La filiation entre Paul Muad’Dib Atréides et Hitler n’est pas fortuite puisque l’auteur le mentionne à un moment, dans un passage presque scandaleux, mais qui fait réfléchir : Muad’Dib, bien qu’héros principal, est tout de même un monstre au soixante milliards de victimes, et les atrocités qu’il perpétue valent bien celles du leader nazi. Il vient à l’esprit une citation de Stendhal qui est « nous avouerons que notre héros était fort peu héros en ce moment » et qui donne à réfléchir sur la place dans l’histoire de Muad’Dib, de son Jihad sanglant et de son obligation à l’effectuer.
Bien avant Al Gore, Frank Herbert fait une leçon d’écologie dans Dune, surtout lorsqu’en parlant des Fremens et de leur but ultime, il montre l’importance de penser sur le long terme et avec une approche systémique. Dans le même ordre d’idée, on voit la place extrêmement importante de la génétique dans cet univers, qui prévoyait des possibilités effarantes à une époque où la forme de l’ADN venait à peine d’être découverte.
Nous retrouvons aussi le Bene Gesserit (voir article) qui représente les relations entre la religion, la politique et le pouvoir en général et qui, au travers de l’outil narratif déjà évoqué, tanguera entre ennemis et personnage principal selon les tomes et l’époque.
Les dangers de l’intelligence artificielle surdéveloppée, retrouvable dans l’œuvre antérieure I, Robot d’Isaac Asimov, est pointée du doigt avec le Jihad Butlérien, et l’auteur met l’accent sur le potentiel humain. On le découvre sous de nombreux aspects comme la capacité de l'homme à s'adapter à ses conditions de vie pour survivre, tels les Fremens ; la spécialisation du corps et de l'esprit humain avec le Bene Gesserit ; les capacités intellectuelles poussées à leur paroxysme avec les Mentats ; ou encore les possibilités apportées par l'utilisation de substances chimiques, en l’occurrence le Mélange.



Univers

Comme tous les romans de science fiction, le Cycle de Dune n’échappe pas à la règle et invente un univers fictif, totalement incertain, à l’Histoire et à la culture singulière, qu’on ne retrouve dans aucune autre œuvre. Singularité très prononcée par une vision de l’avenir très particulière, montrant la disparition des machines au profit de l’homme, et un régime féodal quasi moyenâgeux dans un concentré de technologie. Cette partie propose de vous donner les bases afin que vous ne vous perdiez pas dans les profondeurs abyssales de l’œuvre.



Chronologie
(Attention, le calendrier spoile les grandes lignes des quatre premiers livres)
(Les dates sont d’après le calendrier Impérial et celles entre parenthèses d’après le calendrier grégorien)

Avant la Guilde
-19 000 à -16 500 (-2 800 à -300) : premières civilisations sur Terra
-16 500 (-300) : Premier Empire : celui d’Alexandre
-16 400 à -16 000 (-200 à 200) : Empire romain
-15 800 (400) : la capitale de l’Empire passe de Rome à Constantinople
-13 608 (1 492) : la découverte d'un nouveau continent permet à Madrid de devenir capitale de l’Empire
-13 512 (1 688) : une victoire navale permet à Londres de devenir la capitale de l’Empire
-14 255 (1 945) : l’utilisation de l'arme atomique permet à Washington d’accueillir le siège impérial
-14 100 à 13 600 (2 100 à 2 600) : Première Diaspora : colonisation du système solaire
-12 200 (4 000) : l’Empire des Dix Mondes
-11 200 (5 000) : l’Empire des Mille Mondes. L'étendue de l’Empire résulte en fait dans son éclatement.
-11 100 à -7 562 (5 100 à 8638) : l'Âge des Dix Mille Empereurs
-7 593 (8 607) : Naissance d’Tio Holtzman, inventeur de l’effet Holtzman qui permet les communications interstellaires, la mise au point du bouclier défensif et surtout la suspension-nullification qui permet des voyages interstellaires très rapides
-7 562 à -5 022 (8 638 à 11 178) : Guerres de Réunification
-5 022 (11 178) : Ladilas le Grand devint Empereur de l'Empire des Dix Mille Mondes
-3 678 (12 522) : la Peste de la Silicone : les machines périssent en masse
-2 000 à -1 800 (14 200 à 14 400) : le retour des machines
-700 (15 500) : premiers pogroms anti-machines
-200 à -108 (16 000 à 16 092) : Jihad Butlérien
-88 (16 112) : la bataille de Corrin
-86 (16 114) : fondation de la Maison Atréides qui a aidé la Maison Corrino lors de la bataille de Corrin
-84 (16 116) : premier voyage hyperspatial grâce à l’Épice
0 (16 200) : création de la Guilde spatiale

Après la Guilde
390 (16 590) : Salusa Secundus devient planète d’entraînement des Sardaukars
1 234 (17 434) : création de l’Ordre des Mentats
1 487 (17 687) : les Corrino installent le siège impérial sur Kaitain
5 122 (21 322) : premiers Danseur-Visages à la Cour de Corrin XIV
8 711 (24 911) : les Atréides se voient confier le fief de Caladan
10 140 (26 340) : Naissance de Leto Atréides
10 154 (26 354) : Naissance de Dame Jessica
10 158 (26 358) : Naissance de Duncan Idaho (l’humain)
10 175 (26 375) : Naissance de Paul Atréides
10 191 (26 391) : Arrakis est confié aux Atréides. Leto 1e du nom est tué lors de l’attaque des Sardaukars et des Harkonnens. Paul et Jessica se réfugient auprès des Fremen. Naissance d’Alia Atréides
10 193 (26 393) : Paul reprend le contrôle d’Arrakis au cours de la bataille d’Arrakeen.
10 196 (26 396) : Shaddam IV abdique et Paul devient Empereur. (voir Dune)
10 196 à 10 208 (26 396 à 26 408) : le Jihad de Paul Muad’Dib.
10 209 (26 409) : Naissance de Leto II et de Ghanima. Mort de Chani. Paul part au désert. Alia devient régente (voir le Messie de Dune)
10 219 (26 419) : Leto II monte sur le trône (voir les Enfants de Dune)
10 941 (27 142) : Leto II pratique le rituel du Sianoq (grâce au ghola Duncan-10895)
11 745 (27 945) : suppression de l’Ordre des Mentats
13 724 (29 924) : mort de Leto II. Début de la Grande Dispersion et du Sentier d'Or (voir l’Empereur Dieu de Dune)


Jihad Butlérien

« Tu ne feras point de machine semblable à l’esprit de l’Homme. », Bible Catholique Orange.

Image

Le Jihad Butlérien est sans doute l’épisode le plus marquant de l’avant Dune sur lequel il est très important de s’arrêter afin de comprendre mieux l’Univers où évolue la lignée de Muad’Dib :
Bien longtemps avant le Cycle de Dune, durant les derniers jours du Vieil Empire, l’humanité perdit son élan. La conquête spatiale avait disséminé la civilisation terrestre dans l’univers, les ambitions s’étaient appauvries et les peuples ne se préoccupaient plus des tâches quotidiennes, confiées aux machines. Peu à peu, l’humanité avait cessé de penser, de rêver et de vraiment vivre.
Ce fut à ce moment qu’un homme arriva d’un lointain système, un visionnaire qui avait prit le nom d’un ancien dieu de la pluie, Tlaloc. Il tenta en vain de prêcher sa parole et de réveiller l’esprit humain, mais les foules apathiques ne lui accordèrent aucune réelle attention. Pourtant, quelques déviationnistes entendirent son message et le suivirent. Ces intellectuels se rencontrèrent clandestinement et mirent au point des plans pour renverser les hommes devenus si futiles et transformer l’Empire. Abandonnant leurs noms de naissance, ils empruntèrent l’identité des dieux immanents et des héros des temps anciens. Parmi eux, le général Agamemnon et Junon sa compagne. Avec l’aide d’un programmeur expert, Barberousse, ils créent un système capable de convertir les machines serviles et omniprésentes de l’Empire en agresseurs intrépides. Pour cela, ils injectèrent dans les bases de données des intelligences artificielles l’ambition de conquête.
En référence aux dieux de la Grèce Antique, ces révolutionnaires au nombre de vingt prirent alors le nom de Titans, et ils s’emparèrent de la plus grande partie de la galaxie connue avec l’aide des machines rebellées. Cependant, une résistance s’organisa sous le nom de Ligue des Nobles et parvint à repousser la vague des Titans au prix de sanglantes batailles.
Après avoir dirigé les machines pendant près d’une décennie, Tlaloc mourut dans un accident tragique, malgré son serment d’écraser les opposants. Agamemnon lui succéda logiquement, mais devant la perte de son ami, les Titans prirent conscience de leur mortalité, ils n’étaient pas encore immortels comme les machines. Ayant le désir de régner pendant des siècles sur leur nouveau royaume, Agamemnon et Junon prirent une initiative risquée et se firent ôter leurs cerveaux pour les implanter dans des containers s’adaptant à de multiples corps mécaniques. Les Titans devinrent alors des « cymeks », machines dotées d’un cerveau humain, et rien ne pouvait entraver leur conquête de l’univers, du moins le croyaient-ils. L’Âge des Titans dura un siècle, jusqu’à une erreur fatale du Titan hédoniste, Xerxès, avide de plus de temps pour ses plaisirs, qui ouvrit trop largement l’accès au réseau immense de son intelligence artificielle.
L’ordinateur prit le contrôle d’une planète toute entière, et très vite d’autres l’imitèrent. Le suresprit apparu et gagna rapidement en étendue et en puissance. Il prit le nom qui allait être synonyme de cauchemar pour l’humanité toute entière, Omnius. Il conquit toutes les planètes contrôlées par les Titans et entreprit d’établir et de renforcer son pouvoir supérieurement pour que les cymeks soient absolument à sa merci. De Maîtres d’un Empire, les Titans se retrouvèrent au rang de serviteurs humiliés du suresprit artificiel, mais leur désir de réduire l’humanité au néant primait. Pendant un millier d’années, Omnius tenait dans sa poigne de fer l’ensemble des « Mondes Synchronisés », et ne cessait de faire la guerre aux Mondes de la Ligue.
Ce fut alors le début du Jihad Butlérien, guerre sainte des hommes de la galaxie contre les machines pensantes et l’intelligence artificielle.
Payant un prix très lourd, dont la destruction de la Terre, au main des machines, par des armes atomiques qui annihilèrent toutes possibilités de vie pour les millions d’années à venir, la Ligue des Nobles réussit cependant à détruire Omnius et les machines lors de la bataille de Corrin, grâce à une volonté sans limite de se soutirer au joug des machines, et les derniers Titans périrent.
Suite à cette victoire amère, les hommes jurèrent de ne plus jamais utiliser l’intelligence artificielle et créèrent alors les Mentats, ordinateurs humains, les Navigateurs, capable de prescience pour piloter les vaisseaux sans l’aide d’une machine, et autres organismes permettant de se passer de l’aide des machines. Tout cela fut possible grâce à l’Epice de Dune, aux capacités gériatriques et poussant l’esprit et le corps de l’Homme dans ces retranchements.



Tripode

Image

Dès la fin du Jihad Butlérien, un nouvelle organisation de l’Univers se fait sous le signe de la Tripode, trois organismes qui régissent plus de quatre-vingt dix pourcent des peuples de la galaxie et qui détiennent un pouvoir quasi-absolu. Elle est formée du « Combinat des Honnêtes Ober Marchands », plus connu sous l’abréviation de CHOM, de la Guilde Spatiale et des Ordres.
Le CHOM est une organisation commerciale composée de l’Empereur et des Grandes Maisons les plus riches du Landsraad, parlement rassemblant les Maisons majeurs et mineurs de tout l’Univers, et qui régit tous les échanges commerciaux –sauf évidement la contrebande-, notamment celui de l’Epice. C’est grâce à cet organisme que des produits aussi lointains que la fourrure de baleine sont importés sur Arrakis et aucun échange commercial ne peut échapper à son contrôle. Les deux autres organismes, la Guilde et le Bene Gesserit, siègent eux aussi au conseil de direction du CHOM, mais leur intervention est minime et ils se présentent plus en spectateur qu’en réel intervenant.
Si le CHOM détient le commerce universel entre ces mains, il n’en reste pas moins dépendant à la deuxième organisation, la Guilde Spatiale. Cette dernière a le monopole absolu sur la banque et sur les vaisseaux interplanétaires : aucun navire interstellaire ne peut naviguer sans son accord. La Guilde a pour but de réguler les échanges commerciaux, les flux humains mais aussi d’empêcher l’invasion d’une planète par une autre. Car ce monopole lui permet d’afficher des prix totalement exorbitants et le débarquement de forces armées illégales sur une planète est à un tel prix qu’il est à lui seule source de dissuasion. Cependant, on peut voir que l’invasion d’Arrakis devenu fief Atréides par la Maison Harkonnen eut bien lieu, même si selon le Baron, quatre-vingt ans de récolte d’Epice à plein régime ne suffisent pas à débourser une telle somme. A noter que le Calendrier Impérial est daté à partir de la création de la Guilde Spatiale.
La troisième et dernière organisation est une institution politique appelée Bene Gesserit, un ordre matriarcale au pouvoir spirituel et religieux sans équivalent, ancienne école d’éducation physique et mental, poussant dans ces retranchements les capacités de l’Homme (ou plutôt de la Femme dans leur cas). Chaque Révérende Mère du Bene Gesserit possède en elle une Mémoire Seconde s’étendant sur des millénaires lui permettant de mesurer avec soin les conséquences de toutes les décisions politiques. Un second ordre peut être rajouté au côté du Bene Gesserit, le Bene Tleilax qui, bien que radicalement différent, entretient des relations privilégiés avec les Révérendes Mères puisque ces membres sont spécialistes des manipulations génétiques et aident ainsi le programme de l’eugénisme, programme visant à créer le Kwisatz Haderach.
Ces trois pouvoirs s’équilibrent de façon cohérente, endiguant la plupart des crises et jouant sur le monopole total de l’économie, des transports et de la politique. La Tripode limite ainsi le pouvoir de l’Empereur, l’empêchant de faire sombrer l’Empire dans la dictature. Le seul point faible de cette entente est la dépendance de chacune des organisations à l’Epice d’Arrakis, ce qu’utilisera Paul Muad’Dib pour prendre la place de Shaddam IV après la bataille d’Arrakeen.





Synopsis


Dune (1965)

De tout l’Empire, il n’y a pas de planète plus inhospitalière que Dune, son désert infini et aride, ses Vers des Sables, ses Tempêtes, et dont la denrée la plus rare n’est autre que l’eau, pourtant source de vie.
Lorsque le Duc Leto Atréides reçoit cette planète, ancien fief Harkonnen, de la part de l’Empereur Shaddam IV, il flaire le piège et sait que ce n’est pas par bonté. Dune recèle de la ressource la plus rare et la plus convoitée de tout l’Empire : l’Epice.
Il ne peut cependant refuser un tel présent et se voit contraint d’entrer dans le piège des Harkonnens sans pouvoir y réchapper. Préparant sa défense et tentant de parer une attaque indétectable, le Duc ne voit pas que la menace vient du docteur Suk, Wellington Yueh, un proche piégé par le Baron et forcé à livrer le Duc à ses ennemis héréditaires.
Alors que Leto Atréides noue des liens diplomatiques avec les habitants d’Arrakis, les Fremens, la trahison se fait et une armée inimaginable déferle sur la planète, anéantissant les forces de la Maison Atréides.
Aidés par Liet Kynes, planètologiste impérial, sa concubine Jessica, Sœur du Bene Gesserit, et son fils Paul, formé aux arts Bene Gesserit et éduqué comme un Mentat, réussissent à s’enfuir vers un lieu tout autant hostile, le Désert. Là, ils espèrent entrer en contact avec les Fremens, afin de retrouver refuge et d’échapper aux terribles Sardaukars.
L’abondance d’Epice dans l’environnement et son éducation Bene Gesserit donnent à Paul un pouvoir au-delà de toute imagination : la prescience, qui lui indique de s’allier avec le peuple du Désert et de provoquer un Jihad meurtrier. Mais les Fremens ne sont pas prêt à s’allier avec les Atréides, et Paul n’est pas encore en mesure d’accepter l’inéluctable Jihad.
Il reste cependant une carte dans la manche de Jessica : l’utilisation de la légende du Kwisatz Haderach inventée par les Sœurs Bene Gesserit, la Missionaria Protectiva, et qui s’est déjà propagée dans le peuple arrakien. Mais Paul est-il vraiment le Messie tant attendu ?



Le Messie de Dune (1969)

Paul Atréides a triomphé de ces ennemis, les Maisons Impériales des Harkonnen et des Corrino. Douze ans après, le Jihad lui a permis de conquérir l’Univers, avec l’aide de ces Fremens.
Un avenir radieux semble s’éclairer pour l’Empereur Muad’Dib. Ses pouvoirs de prescience donnés par l’Epice lui permettent de connaître où et quand ses ennemis frapperont. Plus rien ne peut l’arrêter, du moins le croit-on.
Tous ces ennemis, la Guilde Spatiale, le Bene Gesserit, l’ancienne Maison Impériale Corrino et le Bene Tleilax, se rassemblent afin de percer le secret de sa prescience et créer un attentat inéluctable aux yeux de l’Empereur : la création du Ghola Duncan Idaho pour faire une réplique de la stratégie du Cheval de Troie. Muad’Dib sait que quelque chose se trame, qu’il ne fait pas l’unanimité dans son Empire, et que la trahison même pourrait venir de fidèles Fremens n’ayant pas beaucoup approuvé le Jihad sanglant qu’il a effectué pendant ces douze dernières années. Mais la Guilde étant derrière la machination, la prescience de Muad’Dib est aveugle devant leur projet, et seuls des bribes extrêmement floues lui parviennent.
Cependant, les presciences de ce dernier, toutes autant de possibilités de changer le futur, lui montrent un avenir où la mort est inéluctable, sa mort. Il n’a que le choix entre plusieurs suicides. Pour échapper à cela, il doit mater ces ennemis, mais les conséquences à payer, à savoir la destruction de son œuvre, seraient bien trop lourdes pour tout l’Univers.
Le prescient n’a sans doute que la liberté de choisir son sacrifice.
Mais quelle trace laisserait son Jihad s’il n’a aucun héritier pour reprendre les rênes de son Empire ?



Les enfants de Dune (1976)

Paul Muad’Dib s’est exilé dans le Désert depuis maintenant dix ans, laissant ses enfants, Leto et Ghanima, sous l’enseignement d’Irulan et son Empire entre les mains de sa sœur, la Régente Alia.
Après vingt ans passés sur Caladan, Dame Jessica revient sur Dune pour des raisons obscures. Sa nouvelle allégeance aux Révérendes Mères du Bene Gesserit ne présage rien de bon, et il se pourrait qu’elle soit intéressée par les attributs génétiques merveilleux des jumeaux Atréides. Alia, consciente que son statut d’Abomination au sein des Révérendes Mères, met au point un plan pour écarter sa mère des jumeaux, et ainsi avoir le champ libre pour gouverner sur l’Empire en tant qu’héritière légitime du trône. Cependant, l’Abomination est une réalité, et le Baron Harkonnen prend peu à peu le contrôle de sa petite fille pour assouvir sa soif de pouvoir et de vengeance. Mais une rumeur circule comme quoi un Fremen aveugle venu du Désert Profond et nommé le Prêcheur, serait en vérité Paul Muad’Dib, et qu’il remettrait en cause la déification des dirigeants de l’Empire, dont Alia. Se peut-il que Paul soit encore en vie ?
De son côté, la sœur d’Irulan, la Princesse Wensicia, prépare son plan pour tuer les jumeaux et neutraliser les Atréides, afin que son fils Farad’n accède au pouvoir qui était celui de son grand-père Shaddam IV.
Pour sa part, Stilgar le Naib, commence à douter : comment accomplir le devoir que Muad’Dib lui a confié, à savoir éduquer ses enfants qui ont pourtant une Mémoire Seconde leur donnant un sagesse infinie, dépassant de loin de le vieux Fremen.
La trahison surgit de toute part, et les jumeaux vont devoir passer au travers de toutes ces conspirations. Dans un monde où les morts dominent à présent les vivants, Leto entrevoit son avenir et va affronter ses opposants dans un combat sans merci dont l’enjeu, au-delà de la prescience ou la longévité, n’est autre que la toute puissance et peut-être l’immortalité.



L’Empereur Dieu de Dune (1981)

Trente cinq siècles de règne de l’Empereur Dieu Leto II, trente cinq siècles de Paix Impériale, le Sentier d’Or, pour conjurer la terrible menace de l’extinction de l’espèce humaine. La Guilde et le Bene Gesserit sont soumis au Tyran, à son contrôle total de l’Epice ; les Tleilaxus et les Ixiens tentent encore et toujours d’envoyer des versions piégées du ghola Duncan Idaho, mais rien n’y fait. Tous sont des serviteurs de l’Empereur, et personne ne peut oser lui faire face.
Dune a subi des changements radicaux au niveau climatique, débutés au temps de Muad’Dib, qui ont amené la destruction totale des Vers des Sables, dont le Tyran est le dernier représentant.
Cependant, la résistance ne faiblit pas, malgré la mémoire génétique quasi-infinie et l’immortalité de l’Empereur Dieu. Les Ixiens sont chargés de lui envoyer la femme parfaite, issue d’une éprouvette et chargée à son insu de le séduire et de le détruire, Hwi Noree ; les Tleilax s’acharnent avec leurs gholas. De son côté, Siona Atréides, dernière de la lignée du même nom et descendante de Ghanima et Farad’n, jure de faire tomber Leto et prépare une rébellion sans précédent.
Au centre de tout cela, le Tyran. Du haut de ces trois millénaires, de sa Mémoires Seconde et de sa Prescience, il ne craint plus personne. Aucun ennemi ne peut se dresser contre lui, pas même la Guilde Spatiale et ses Navigateurs. Seulement, l’Empereur s’ennuie. Serait-ce pour cela qu’il se laisse séduire par Hwi, qu’il se désintéresse totalement du ghola Duncan qu’il connaît par cœur et qu’il laisse la résistance s’organiser ? A moins que l’Histoire ne se répète et que la Prescience l’amène vers une multitude de futurs où seule sa mort est possible ? Ou peut-être que tous ces évènements sont sensés conduire l’humanité vers le fameux Sentier d’Or...



Les Hérétiques de Dune (1984)

Plusieurs milliers d’années se sont écoulés depuis la chute du Tyran Leto II, mais son règne a marqué l’humanité à jamais : sa mort a entraîné la Grande Famine, la Dispersion de l’humanité à travers l’Univers, assurant la survie de l’humanité conformément à ces plans. Les temps ont bien changé, l’apparition des non-vaisseaux a rendu obsolète le contrôle total de la Guilde Spatiale.
La Mère Supérieure Taraza doute que la planète Dune, devenue Rakis, reste le centre de toutes les intrigues, car le Bene Tleilax a appris à produire le Mélange sans les Vers des Sables. L’instabilité politique devient comme une épée de Damoclès pour le Bene Gesserit, il faut agir, ou du moins être à l’affût du moindre signe. L’Univers n’avait pas été aussi tendu depuis longtemps.
C’est sur Rakis que les premiers signes se produisent : une enfant semble pouvoir commander aux Vers des Sables, pouvoir que les Fremens ont perdu depuis très longtemps, depuis la fertilisation de Dune il y a plusieurs millénaires de cela. Les Bene Gesserit envoient la Révérende Mère Odrade, descendante des Atréides, pour vérifier si l’enfant est celle qu’ils attendaient depuis si longtemps.
Tout autour de l’Empire, on voit revenir les Egarés de la Grande Dispersion, avec parmi eux les Honorées Matriarches, qui semblent résolues à exterminer le Bene Gesserit. Il faut s’armer. Le Bashar Miles Teg est chargé de l’éducation militaire du douzième ghola Duncan Idaho des Révérendes Mères. Mais ce retour des Egarés sème déjà le doute, que cherchent-ils ? Que fuient-ils ? Et pourquoi cette explosion de violence ? Les deux Ordres du Bene Gesserit et du Bene Tleilax, dirigés respectivement pas la Mère Supérieure Taraza et le Danseur Visage Waff s’allient pour contrer ces Furies de la Dispersion, mais il faut faire vite, leur avancée est trop rapide.



La Maison des Mères (1985)

Dune a été détruite, atomisée, stérilisée. Les Honorées Matriarches envahissent tout l’Empire en une vague déferlante massacrant tout sur son passage. Une à une, les planètes tombent entre leur main. Le Bene Gesserit est la seule organisation à encore pouvoir faire face aux Furies de la Dispersion.
Darwi Odrade, devenue Mère Supérieure, mise sur l’enfant ghola Miles Teg, issu du célèbre Bashar mort sur Rakis lors de son atomisation, dont l’éducation est assurée par le ghola Duncan Idaho. Mais l’éveil du Bashar s’annonce une tâche délicate et lente, et l’attente n’est pas suggérée par les temps qui courent. Affronter militairement les Honorées Matriarches semble être une tentative suicidaire, il faut passer à la spécialité de l’Ordre : la diplomatie.
D’autant plus qu’une Honorée Matriarche, Murbella, est passée de leur côté grâce au ghola Duncan. Une idée surgit alors : si elle survit à l’Agonie, la possibilité de voir une union entre les deux organisations serait augmentée, et l’équilibre pourrait revenir. Une ultime tentative est donc tentée par Darwi Odrade, elle demande à la Très Honorée Matriarche une négociation. Cette dernière accepte : elle s’attend à une capitulation sans condition.
L’entreprise est extrêmement risquée, et Odrade sait que si la paix revenait, l’humanité serait soumise une nouvelle fois à une Dispersion, rien de moins.




Figures Importantes



Leto Atréides Second du nom
Dévoile les intrigues des Enfants de Dune et de l’Empereur Dieu de Dune


« Je suis sur le sable, dans la chaude clarté du jour, et pourtant il n’y a pas de soleil. C’est à ce moment que je comprends que je suis le soleil. Ma lumière se déploie en un Sentier d’Or. Au moment où je comprends cela, je sors de moi-même. Je me retourne, m’attendant à me voir devenir soleil. Mais je vois autre chose : je ne suis qu’un dessin d’enfant. Mes yeux sont des éclairs et mes bras et mes jambes de simples bâtons. Pourtant, je tiens un sceptre dans ma main gauche, un vrai sceptre, qui n’a rien à voir avec l’espèce de gribouillis que je suis. Alors, le sceptre bouge et je suis terrifié. Et cela m’éveille ; pourtant je sais que je continue de rêver. C’est à ce moment que je prends conscience d’être enfermé dans quelque chose –une armure qui suit les mouvements de ma peau. Je ne peux voir vraiment cette armure, mais je la sens. C’est alors que la terreur me quitte, car je sens que cette armure me donne la puissance de dix milles hommes. », Leto II, récit d’un rêve.


Image

Il existe deux Leto Atréides Second du nom dans le Cycle de Dune, tous les deux fils de Paul Muad’Dib Atréides, et il est important de les différencier.
Le premier ne sera qu’évoqué et n’apparaîtra jamais dans l’Histoire, c’est le premier fils que Paul aura avec Chani et qui se fera tuer à l’âge de deux ans par des Sardaukars de l’Empereur Shaddam IV lors d’un raid sur la population Fremen.


Le second a quand à lui la place la plus importante du Cycle, il est le Messie tant attendu par les Fremens et le Kwisatz Haderach des Révérendes Mères du Bene Gesserit, qui aura pour mission de répandre le Sentier d’Or dans tout l’univers. Même, son pouvoir de Kwisatz Haderach sera bien supérieur à celui prévu par le Bene Gesserit grâce à un père qui était lui-même un Messie potentiel, élément imprévu dans le plan des Sorcières.
Fils naturel de Paul Muad’Dib et de Chani, il est aussi le frère jumeau de Ghanima avec laquelle il est extrêmement proche et avec qui il partage tout. Très précoces grâce à leurs gènes Atréides et à l’abondance d’Epice à leur naissance, ils ont en leur for intérieur les Mémoires Secondes des Bene Gesserit qu’ils ont de façon inné, tout comme Alia. Cependant, ils ne deviendront pas une Abomination comme elle, même s’ils en ont les prédispositions. Refusant de libérer leur pouvoir aussi jeune –ils sont alors âgés de dix ans- ils réussiront ainsi à canaliser les instincts d’Abomination qu’ils ont en eux.
Très vite, Leto attendra la Prescience et découvrira le fabuleux et tangible destin qui l’attend : la création du Sentier d’Or, le chemin de la sauvegarde de l’humanité. Un tel ouvrage ne peut pas être fait par un humain, et c’est pour cela qu’il fera un choix que son père n’avait pu se résoudre à prendre, la fusion avec les Truites des Sables d’Arrakis, formes haploïdes des Vers des Sables, afin d’atteindre la toute puissance et l’immortalité. Cette fusion lui donnera un corps de Ver des Sables long de sept mètres, sur deux de large, la peau grise des Vers, ses pieds devenus des moignons handicapant plus qu’autre chose et avec son visage humain, son seul point faible qui sera la seule preuve de son appartenance à l’humanité.
Il imposera ainsi pendant trente cinq siècles son règne qui sera marqué par une paix forcée à l’humanité, la Paix de Leto, destinée à faire comprendre aux Hommes que les pulsions humaines sont tournées vers la guerre et le chaos, malgré les croyances habituelles. Il sera ainsi connu son le nom du Tyran ou de l’Empereur Dieu, et aura la réputation, fondée sur certaines vérités, d’être cruel au point de se considérer comme l’ultime prédateur naturel de la race humaine, c’est-à-dire un mal nécessaire capable de grands maux pour le bien universel et éternel. Il ne fera cependant pas les mêmes erreurs que son père et utilisera la Prescience de façon limitée, d’un pour ne pas risquer de voir sa propre mort comme Muad’Dib, de deux pour ne pas avoir un contrôle illimité sur son Empire. Cette raison est donnée par le fait qu’il encourage la rébellion dans cette paix forcée afin d’assouvir certaines pulsions humaines, mais aussi pour le distraire. Car le pouvoir quasiment Divin de l’Empereur Dieu est tel que les trente cinq siècles qu’il a passé au pouvoir sont d’un mortel ennui en raison de cette Paix de Leto ; ce qui sera l’une de ces failles qui le plongera dans ces pensées lors d’une entrevue avec son Duncan et qui amènera ce dernier a tenter de l’assassiner en vain.
Malgré sa sagesse et le fait qu’il prône la Paix de Leto, il arrive par moment que l’Empereur perde le contrôle de lui-même et qu’apparaisse le « Ver », comme l’appelle Moneo Atréides, qui est synonyme de violence et de carnage, sans doute que même Leto ne peut contrôler entièrement les instincts animaux qui l’habitent.
Son règne sera principalement marqué par la création de son armée personnelle, les Truitesses, composée exclusivement de femmes, qui seront commandées par le ghola Duncan Idaho, créé en série par le Bene Tleilax sur commande du Tyran. C’est l’un d’eux qui, allié à une descendante Atréides nommée Siona, fille de Moneo, parviendra à le tuer en le plongeant dans un fleuve arrakien, mortel pour le Ver des Sables qu’il était devenu. Cet attentat aura été prévu par le Tyran qui l’affrontera conformément à ce qui était prévu, et engrangeant la Grande Dispersion, l’humanité enfin débarrassée du joug du tyran, partira peupler des planètes et des systèmes lointains, réalisant ainsi le Sentier d'Or envisagé par Leto et assurant la pérennité de l’espèce humaine. Le plus tragique dans cette mort restera sans doute le fait que l’Empereur Dieu s’y conformera par amour pour Hwi Noree, la femme issue des manipulations génétiques des Tleilax sensée être parfaite, et acceptera sa chute afin de ne pas passer le reste de son règne sans elle à ces côtés.
Sa mort permettra à Dune de reprendre un cycle naturel, avec la création de nouvelles Truites des Sables issu de son corps qui permettent de jeter les bases d'un nouveau cycle pour les vers des sables, chacune de ces créatures possédant une perle de la conscience de l’Empereur Dieu et gravant à jamais l’Histoire Universelle.



Duncan Idaho
Dévoile en partie les intrigues du Cycle de Dune


Duncan Idaho est le personnage récurrent du Cycle de Dune, apparaissant dans tous les tomes de la saga. Il peut être considéré comme le héros du cycle, puisqu’il joue un rôle extrêmement important dans chacun des livres sans pour autant en être le personnage principal. C’est le point de repère et d’ancrage dans ce Cycle s’étendant sur plus de cinq millénaires.

Dans le premier tome, Duncan est un grand guerrier de Ginaz et le Maître d’Arme des Atréides, lieutenant du Duc Leto Atréides aux côtés de Thufir Hawat et Gurney Halleck. Son enfance l’ayant confrontée aux horreurs perpétrées par les Harkonnens -son père et sa mère seront tués par Glossu Rabban au cours de jeux dans l’arène et il sera traqué par divertissement lors d’une chasse à l’homme, loisir typique des Harkonnens-, il leur voue une haine sans borne et jure de les faire tomber jusqu’au dernier, même au prix de sa mort.
Arrivant sur Dune, il est nommé Ambassadeur du Duc auprès des Fremens et est chargé d’entretenir des relations diplomatiques courtoises entre eux afin de s’en faire de sérieux alliés. Il sera notamment investi de la mission de surveiller Dame Jessica, alors soupçonnée d’être une traître, et il fera la gaffe de le lui révéler après avoir consommé trop de bière d’Epice. Lors de la fuite de Paul et Jessica dans le désert, il les protégera des Sardaukars en en tuant plus de vingt avant de succomber et de mourir pour la première fois.
Un guerrier Sardaukars impressionné par ses capacités de combat prendra son corps tombé au combat et le ramènera au Tleilax pour en faire un ghola. Ces derniers le créeront une dizaine d’année plus tard afin de piéger Paul Muad’Dib, en implantant dans sa chair le meurtre de son Duc, et le renommeront Hayt. Il sera nanti de pouvoirs mentats et zensunni qu’il ne possédait pas dans sa première vie.
Il retrouvera au final sa mémoire originelle après avoir résister à l’envie du meurtre de Paul, réussissant l’épreuve de volonté implantée dans son intellect. Il épousera alors la Régente Alia, sœur de Paul.
Découvrant beaucoup plus tard qu’elle est au bord de la folie et que le Baron Harkonnen, son ennemi héréditaire, s’empare peu à peu d’elle, il la trahira et se joindra à la Maison Corrino, bafouant par la même occasion l’honneur de Stilgar qui le tuera, obligeant ce dernier à sortir de sa neutralité et à s’engager, ainsi que ces troupes Fremens, contre l’Abomination Alia.
S’en suivra alors une succession de gholas Duncan qui seront commandé aux Tleilaxus par et pour l’Empereur Dieu qui cherchera à faire naître en eux un comportement particulier chez ces gholas. Malheureusement, la plupart des duplicata de Duncan Idaho finiront par mourir sans avoir atteint cette objectif, soit tué par l’Empereur lui-même, soit mourrant de vieillesse.
La version qui rencontrera Siona finira par dépasser sa condition de ghola grâce à l’aide de la descendante du Tyran, qui est le fruit du programme génétique de Leto, et les deux obtiendront le pouvoir d’échapper à la prescience de l’Empereur, leur permettant de comploter un attentat contre lui qui le tuera, comme il l’avait prédit et souhaité.
Plus d’un millénaire plus tard, les Révérendes Mères du Bene Gesserit le dupliqueront encore et encore afin de profiter de son génie tactique de la guerre pour affronter les Honorées Matriarches. D’abord mentor du Bashar Miles Teg, il mourra avant d’être ressuscité dans une version particulière demandée par le Bene Gesserit : ce sera la première fois qu’un ghola sera cloné en un nouveau né qui devra être complètement éduqué par les Sorcières qui assureront sa formation en même temps que son élève Miles Teg. Retrouvant sa mémoire au prix d’une scéance de torture psychologique très éprouvante, il sera apte à aider les Sorcières dans leur lutte désespérée contre les Honorées Matriarches et réussira à faire une captive parmi elle, Murbella, qui deviendra sa compagne et une Sœur, avec qui il aura un enfant. Après avoir été éduqué par le Bashar Miles Teg, il va devenir son mentor et lui enseigner ce que ce dernier lui avait appris lorsqu’il n’était pas encore un enfant ghola.
Il participera en compagnie d’Odrade et Murbella à l’Ultime Dispersion.



Paul Muad’Dib Atréides
Dévoile en partie les intrigues de Dune et du Messie de Dune


« Il n’existe nulle séparation entre les dieux et les hommes : les uns et les autres se mêlent parfois sans distinction possible. », Proverbe de Muad’Dib.


Héros des deux premiers tomes du Cycle, Paul est le fils du Duc Leto Atréides et de Dame Jessica. Il fut éduqué d’après les enseignements Mentats et Bene Gesserit qui contrarièrent les plans génétiques des Révérendes Mères et les effrayèrent au point que la rumeur du Kwisatz Haderach se répandit sur Arrakis. Cette inquiétude n’était pas folle puisque lorsqu’il entrera en contact prolongé avec le Mélange, il obtiendra les pouvoirs de prescience du Messie et lui montreront un avenir cruel et inéluctable.
Réfugié avec sa mère chez les Fremens qui le renommeront Usul, le pilier, il tombera amoureux de la fille de Liet Kynes, Chani, et en fera sa concubine. Guidé par ses visions, il ne pourra échapper à sa déification par les Fremens croyant en la Missionaria Protecta et se verra contraint de faire le Jihad de Muad’Dib, totalisant plus de soixante milliards de victimes en dix années.
Devenu Empereur après avoir épousé Irulan, fille de Shaddam IV, avec laquelle il entretient des relations froides, distantes et purement politiques, Paul Muad’Dib se verra porter un fardeau qu’il n’a pas voulu mais qu’il doit endossé pour le plus grand bien de l’Empire. Il sera alors coincé entre ces obligations politiques et sa volonté de se retirer du pouvoir avec Chani afin de terminer ses jours paisiblement, mais la prescience lui indiquera que toute abdication de son pouvoir entraînerait des conséquences effroyables pour l’Empire.
Victime d’un attentat contre sa personne et auquel il ne pouvait échapper, il deviendra aveugle mais continuera de « voir » le monde qui l’entoure grâce à ses visions. Ce sera à ce moment que même ses fidèles Fremens le craindront vraiment, voyant en lui l’incarnation d’un démon capable de voir avec des orbites creuses. Cependant, lassé de cette dépendance à la prescience, il finira par devenir totalement aveugle lorsqu’on lui annoncera la mort de sa Chani. Il pourra toutefois voir une dernière fois le monde qui l’entoure par les yeux de son second fils Leto, alors né depuis seulement quelques heures, ce qui lui permettra de tuer Scytale le Danseur-Visage et mettra fin à sa terrible conspiration.
Il se rendra compte alors du pouvoir immense de son fils avec lequel il communiquera intérieurement, et comprendra pourquoi il n’avait pas prévu sa naissance, contrairement à celle de sa sœur Ghanima. Il saura que ce n’était pas lui le Kwisatz Haderach, et comme le veut la coutume Fremen qui veut qu’on abandonne les aveugles au désert, il ira en exil dans la demeure de Shai Hulud laissant l’Empire entre les mains de sa sœur Alia. Ces dernières paroles révèleront le fardeau qu’on lui enlève puisqu’elles seront « Maintenant je suis libre ! ».





Mondes


Dune/Arrakis/Rakis

« Terre laide et aride ! [...] Il l’imaginait écrasée de soleil, sous le ventre monstrueux de la chaleur. Flancs de sable et flaques d’ombres. Démons du vent dansant sur les rochers, leurs ventres étroits et mouvants plein de cristaux d'ocre. Terre laide et aride, mais riche aussi. Vaste succession de gorges et de crevasses de sites étroits et sombres et d'immensités vides et battues par les vents, de falaises-remparts et de chaînes déchiquetées. Terre laide et aride qui ne demandait que de l'eau… et de l’amour. », description de Muad’Dib devenu aveugle.


Image

Planète la plus invivable et la plus hostile de tout l’Empire, Arrakis est aussi la plus importante. Seule source de la substance la plus prisée et la plus rare de l’Univers, le Mélange, elle attire toutes les convoitises et le seul fait de la posséder donne un pouvoir incommensurable.
Dune porte bien son nom puisqu’elle n’est qu’un immense désert parsemé de zones rocheuses et de villes fortifiées et protégées par des Boucliers. Là-bas, l’eau est si rare que même l’Epice est moins importante aux yeux de sa population, les Fremens. Et pour cause, il n’y a aucune précipitation et le ciel est immaculé, vide de nuages. Elle est constituée d’une faune et d’une flore singulière qui est adaptée au milieu extrêmement sec et dont le Maître est le Ver des Sables, Shai Hulud.
Après avoir été un fief de la Maison Richèse à la fin du Jihad Butlérien, elle fut sous la tutelle des Harkonnens qui, par leur tyrannie, firent s’accroître le marché noir de l’Epice avec les contrebandiers et la population Fremen fut repoussée dans le Désert où elle s’adapta.
Lors du règne de Leto II, la planète verra la prophétie s’accomplir et des jardins luxuriants apparaîtront, mettant fin à l’inhospitalité qui faisait sa réputation.


Caladan/Dan

Image

Monde d’origine de Paul Atréides, il fut pendant vingt-six générations le fief de la Maison Atréides avant le lègue de Dune par Shaddam IV. C’est une planète qui contraste énormément avec Arrakis puisque sa description en fait une planète proche de la Terre par son aspect. En effet, la plupart des terres sont immergées et les précipitations sont importantes tandis que les vents sont puissants, sans pour autant nécessiter de mesure de contrôle climatique spéciale et coûteux.
Son économie est basée sur l’agriculture et en fait de Caladan un monde à l’aspect plutôt rural et médiéval, dont le riz Pundi constitue le principal produit d’exportation et où la viniculture et l’élevage de bovin y sont très développés.
Implanté depuis très longtemps sur la planète, la population caladienne est loyale à la famille des Atréides et forme une puissance militaire supplémentaire à la force de défense extrêmement puissante au niveau naval et aérien. Caladan est considéré comme une forteresse imprenable, ce qui amènera le Baron Harkonnen à créer son plan pour déplacer les Atréides sur Dune, une planète plus vulnérable que celle-ci.
Longtemps après la chute de l’Empire de Leto Atréides Deuxième du nom, la planète sera renommée Dan.




Peuples/Castes/Espèces


Fremens
Dévoile une partie mineure de l'intrigue de Dune

Image

Le terme de Fremens désigne généralement les habitants d’Arrakis, mais il est souvent employé dans le livre pour nommer le peuple nomade et sauvage du Désert. Le peuple Fremen se différencie de la population urbaine par sa haine pure et simple des Harkonnens les traquant sans relâche, sa capacité de survie dans un milieu aride et asséché et une société guerrière et sanguinaire.
Conditionnés à la survie dans le milieu le plus inhospitalier de l’Empire, habitués à se battre sans la protection du Bouclier, éduqués pour se battre, les Fremens sont de formidables soldats pouvant tenir tête aux légions de l’Empereur Shaddam IV, les Sardaukars. Longtemps sous estimés par les Harkonnens et l’Empereur –les comptes du Baron suggéraient pas plus de 100 000 Fremens alors que le Mentat Hawat n’en comptait pas moins de cinq millions- les Fremens peuvent être considérés à juste titre comme les meilleurs combattants de l’Empire. Lors d’un raid des légions Impériales sur Arrakis, ces dernières faillirent perdre la bataille en ayant en face d’elles uniquement des enfants, des femmes et des vieillards. Impitoyables aux combats, leurs enfants ont pour habitude de se promener sur les champs de bataille lorsque cette dernière fait encore rage afin d’achever les ennemis au sol grâce à leur krys. Ils sont d’autant plus puissants et imbattables au combat qu’ils sont invincibles sur leur territoire d’Arrakis : capable de chevaucher les Vers des Sables et de devenir de véritables cavaliers détruisant tout sur leur passage, ils utilisent aussi leur connaissance météorologique et leur furtivité pour ne laisser aucune chance à l’adversaire.
Habitués à la sécheresse étouffante et aux étendues infinies de sable, la culture des Fremens donne une place primordiale à l’eau. Utilisant le distille, sorte de combinaison qui recycle les eaux évacuées du corps pour les rendre réinjectables dans l’organisme, l’eau est la chose la plus précieuse qui puisse exister à leurs yeux. Habitant la planète depuis des milliers d’années, il est pour eux impossible d’imaginer les océans et les pluies diluviennes, et la mort par noyade est une façon de tuer pour le moins farcesque et intéressante. Préservant cette ressource essentielle à la vie jusqu’à considérer les larmes de tristesse comme la manière la plus poussée de montrer son chagrin, ils stockent dans les grottes d’Arrakis des milliers d’hectolitres dans le but secret de rendre propice à la vie et verdoyante leur planète.
Leur environnement étant imprégné de l’Epice, ils en ingèrent une quantité phénoménale pour un organisme, prouvant leur constitution physique très importante, et altérant de façon très significative la couleur de leur yeux qui deviennent entièrement bleu foncé, caractéristique physique principale de ce peuple.
Fervents croyants, la Missionaria Protectiva implantée par le Bene Gesserit depuis des siècles est une sorte de culte qui les poussera à accompagner Muad’Dib dans son Jihad sanglant.



Gholas
Dévoile en partie l'intrigue du Messie de Dune

Créés par le Bene Tleilax, les gholas sont des clones sortis des cuves axolotl générés à partir de cellules de défunts. Ils ne possèdent cependant pas la mémoire originelle de la personne clonée, lacune que les Tleilax essayèrent pendant des générations de combler en vain, et sont souvent commandés par les Maisons riches comme une source de divertissement. Car cette absence de mémoire originelle permet aux Tleilax d’implanter ce qu’ils veulent dans l’esprit du ghola, même le crime comme en témoignera le ghola le plus connu, Duncan Idaho, cloné plus d’une centaine de fois dans tout le Cycle de Dune, et dont le premier clone renommé Hayt aura été programmé pour tuer Paul Muad’Dib. Cependant, cette tentative sera finalement vaine et le ghola retrouvera la mémoire de sa vie passée.
A partir de ce moment, les Tleilax exploiteront cette possibilité pour l’intégrer à tous ces gholas, qui deviendront des copies exactes du sujet au moment de sa mort et pourvu de tous les souvenirs du ghola avant sa résurrection, la mémoire originelle du sujet fusionne alors avec celle du nouvel être. Cela se traduira sur Duncan Idaho par le fait qu’en retrouvant sa mémoire originelle, il retrouvera aussi la mémoire de tous les gholas qui l’ont précédé, atteignant à la fin une mémoire de plus de trois milles ans.
Après la chute de Leto Atréides Second du nom, le Bene Gesserit achètera le secret de la création des gholas au Bene Tleilax et produira ces propres gholas Duncan.



Révérendes Mères

Image

Membres les plus hauts gradés de l’Ordre du Bene Gesserit, elles sont sous les ordres de la Mère Supérieure, elle-même Révérende Mère. Les Sœurs et les Acolytes doivent passer l’épreuve de l’Agonie de l’Epice, pendant laquelle elles absorbent l’Eau de la Vie (voir l’article du Ver des Sables), afin d’accéder à leur Mémoire Seconde qui en fait des Révérendes Mères.
Cette Mémoire Seconde est une capacité leur permettant d’accéder à la mémoire de tous leurs ancêtres féminins et acquérir une densité psychique et mémorielle qui donne une importance et une sagesse sans équivalent à leur jugement. Toutefois, il arrive que la Mémoire Seconde submerge la personne qui les contient, faute le plus souvent à une Agonie prématurée, et la folie peut la prendre ; les personnes qui ont subi ce phénomène sont appelées « Abomination », et sont la plus grande crainte du Bene Gesserit. Ce sera le cas de la sœur de Paul Muad’Dib, Alia, qui succombera à la voix intérieure de son grand-père le Baron (même si c’est un homme^^). Lorsqu’une Révérende Mère a réussi cette épreuve, elle peut ainsi faire le « Partage » qui consiste en le transfert de sa mémoire première et seconde à une autre Révérende Mère, c’est d’ailleurs ainsi que le titre de Mère Supérieure se transmet grâce au « Partage » entre l’ancienne Mère Supérieure et la nouvelle.
Outre cet attribut mémoriel, les Révérendes Mères sont dotées de capacités physiques hors du commun qui en fait de redoutables adversaires au combat au corps à corps, faisant appel à leur hypersensibilité. Même, le paroxysme du contrôle musculaire et cellulaire est développé à un tel point qu’elles peuvent éviter les maladies, contrôler leur peur (notamment par le biais de la litanie), ou déterminer quel sera le sexe de l’enfant qu’elles mettront au monde (si elle le décide ainsi). Cette faculté apparaît lors de l’Agonie où les Sœurs doivent ingérer l’Eau du Faiseur, poison mortel, qu’elles sont obligées de transformer chimiquement en substance qui donne accès à la Mémoire Seconde pour ne pas mourir dans d’atroces souffrances. Toujours dans cette capacité surhumaine à se contrôler, les Sœurs du Bene Gesserit sont douées dans l’utilisation de la Voix, qui commande à quelqu’un un ordre grâce à certaines harmonies vocales.
L’éducation Bene Gesserit privilégie en particulier le développement du sens de l’observation qui permet de déceler le mensonge dans la voix de quelqu’un ou de savoir s’il a des intentions hostiles à leur égard.
Les Révérendes Mères sont aussi reconnues pour être spécialisées dans l’eugénisme et la recherche du Kwisatz Haderach, l’être doué d’une perfection génétique qui guidera les Hommes sur son Sentier d’Or.
Elles exploitent aussi abondamment le besoin humain de religion dispersant sur toutes les planètes des légendes impliquant des êtres doués de pouvoirs surnaturels, créées de toute pièce par la Missionaria Protectiva. Ainsi, les membres du Bene Gesserit pourront, si besoin est, obtenir rapidement un pouvoir politique et religieux sur une planète en s'adaptant aux légendes locales.
Toutes ces superstitions et ses capacités extraordinaires ont amené la population universelle à renommer les Révérendes Mères les « Sorcières », terme péjoratif mais prouvant bien la terreur qu’elles inspirent à l’Univers.



Ver des Sables

« Et cela vint du sud-est. Un sifflement lointain, un murmure de sable, un chuchotement. Puis il vit la dune qui courait dans la clarté de l’aube et songea qu’il n’avait encore jamais rencontré de Faiseur aussi énorme, qu’il n’en avait même entendu parler. La créature devait mesurer plus d’une demi lieue et la vague de sable soulevée par sa tête était comme une montagne en marche », Description de l’Initiation Fremen de Paul Muad’Dib.


Image

Connus aussi sous les noms de Shai Hulud ou le Faiseur, les Vers des Sables sont considérés par les Fremens comme les Divinités d’Arrakis. Ils proviennent des Truites des Sables, animaux inoffensifs et dérisoires dans leur taille comparée à leur forme adulte. Titans des temps anciens, leur taille oscille entre seulement cent mètres de long près des villes fortifiées et quatre cent mètres dans le Désert Profond, ce sont les plus grands prédateurs de la planète, voire même de l’Univers. Bien avant de le dompter, les Fremens le nommaient Shaitan (Satan), bien en opposition avec la déification dont il sera l’objet plus tard.
Ces monstres du Désert sont extrêmement agressifs et attaquent tout individu s’aventurant sur leur territoire, faisant du Désert de Dune un lieu totalement inhospitalier et quasiment impossible à traverser. La raison de cette férocité est leur sensibilité à la moindre vibration qui les irrite au point de leur donner une rage aveugle et orientée vers l’origine de ces vibrations.
Connaissant ce point faible, les Fremens mirent au point une façon de marcher spéciale, cassant le rythme des pas et se déplaçant de telle sorte à ce que Shai Hulud assimile les vibrations comme étant naturelle. Aussi, le peuple nomade du Désert utilise cette faiblesse dangereusement en activant des marteleurs qui attirent les Vers dans un leurre, leur permettant de se déplacer en toute sérénité sans se soucier des sables-tambours (zones sableuses sur lesquelles les vibrations des pas sont amplifiées et ne peuvent échapper au Faiseur). Dompté par les Fremens après des siècles d’errance, Shai Hulud est passé du stade de démon à celui de divinité lorsque le peuple du Désert se mit à le chevaucher, tel une monture gargantuesque et invincible. Sa dent est aussi utilisé en tant que poignard appelé krys et dont la possession est tellement rare et contrôlée (absolument aucun krys n’a été importé en dehors de Dune) qu’elle fait de son propriétaire un véritable Fremen.
L’aridité du climat d’Arrakis est propice à l’existence du Ver des Sables puisque l’eau agit sur lui comme le pire des poisons, quelques gouttes suffisant à le tuer. Les Fremens ont aussi développé le commerce de l’Eau de la Vie, utile pour former une Révérende Mère du Bene Gesserit, en extrayant l’eau contenu dans un petit Faiseur après l’avoir tué avec l’eau.
Il apparaîtrait aussi que le Ver et l’Epice sont inextricablement liés, mais la corrélation entre les deux reste un mystère.




L’Epice


Pouvoirs

« Il voyait des gens. Il sentait la chaleur et le froid de probabilités innombrables. Il connaissait des noms et des lieux, éprouvait des émotions sans nombre, recevait des informations venues de sources multiples et inexplorées. Le temps était là pour sonder, goûter, examiner, mais pas pour façonner. Le tout était le spectre des possibilités du plus lointain passé au plus lointain avenir, du plus probable au plus improbable. Il voyait sa propre mort en d’innombrables versions. Il voyait de nouveaux mondes, de nouvelles civilisations. Des êtres. Des êtres. », Description de la première prescience de Muad’Dib.

Ce fut durant le Jihad Butlérien que l’Epice se propagea dans les Mondes de la Ligue en étant promue comme une substance gériatrique rallongeant de façon considérable la durée de vie de ceux qui la consomment. Le seul effet secondaire est que les yeux se colorent entièrement d’un bleu profond, et une consommation prolongée et quotidienne contraint à ingérer de l’Epice pendant toute sa vie pour ne pas mourir de son manque, le Mélange est une véritable drogue à laquelle on ne peut pas échapper. C’est d’ailleurs pour cela que ceux qui détiennent Dune peuvent exercer une telle pression sur la Guilde Spatiale qui en ait totalement dépendant ou les Ordres et les Grandes Maisons.
Elle est aussi utilisée par les Navigateurs pour avoir des visions prescientes leur permettant de mener à bon port leur navire et ce, sans l’aide des machines prohibées. Ce don de prescience se retrouvera aussi avec le Kwisatz Haderach potentiel Paul Muad’Dib, le premier a avoir des visions pouvant tout englober et non-limitées aux trajets interstellaires, ainsi que sa sœur Alia et son fils Leto Atréides Second du nom. Cependant, cette prescience semble être limitée et deux personnes douées de ce pouvoir ne pourront pas avoir de visions prescientes concernant sur l’autre.
L’Epice, saturant l’air d’Arrakis, est aussi utilisée pour faire des fibres textiles, du plastique, du papier... et on la retrouve dans toute la nourriture, spécialement le café d’Epice très apprécié dans tout l’Empire.








...Rien que moi. »





Vous comprendrez aisément quel est mon avis sur ce livre vu la taille de l'article, c'est pourquoi j'ai pris l'initiative de vous éviter une tonne de formules pompeuses qui n'auraient pas été usurpées certes, mais qui auraient pu lasser.
En tout cas, y a pas à dire mais l'année 2008 commence fort.
Il est aussi bon à savoir que le nombre de caractéres est limité pour les posts.

_________________
| Avatar : A. Schaff |


Dernière édition par Leto II le Sam 19 Sep 2009 10:15, édité 3 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mer 2 Jan 2008 18:30 
1 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Jan 2006
Messages: 141
<Edit>


Dernière édition par Donkey shot le Dim 12 Avr 2009 23:27, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mer 2 Jan 2008 18:42 
Segamaniac
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Jan 2004
Messages: 1187
C'est super chiant???? Et mon c*l c'est du poulet???

Désolé pour ma vulgarité, mais je viens de lire cet article ou plutôt cette ébauche d'article et je dois dire qu'il est passionnant.

Avant de raconter n'importe quoi Donkey shot, tu ferais mieux de commencer à lire cet article. Il est loin, très loin d'être truffé de détails, au contraire il y a vraiment le minimum syndical pour s'intéresser à ce cycle de science-fiction.

Seul Bémol, je n'ai pas fini de lire les Hérétiques de Dune et je me suis fait spoiler la fin^^

Continu comme ça Leto c'est du tout bon. J'ai hâte de lire l'article entier sur le Pavillon des Fous^^

_________________
Les règles du forum sont faites pour être respectées, merci de les garder en tête avant de poster.

ImageImage


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mer 2 Jan 2008 18:44 
375 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Aoû 2006
Messages: 1937
Localisation: Where the Streets have no Name
Je ne suis pas d'accord, je trouve que de voir autant d'engouement sur un titre en faisant un article plutôt long encourage à lire cet article et l'oeuvre dont il est question.
Peut-être que tu n'aimes pas la SF ou que ce qui est long te fournirait trop d'efforts pour le lire, mais ça prouve que c'est sûrement un livre très interessant.
Et puis je trouve que c'est une très bonne idée de mettre la biographie de l'auteur, c'est la première chose sur laquelle je me suis jeté pour commencer.
Sinon j'ai lu les synopsis des livres, et ça m'a vraiment donné envie de lire ces bouquins. Mais une question : est-ce que le livre qui sortira en 2007 est aussi de Franck Herbert ? Parce que ce serait étonnant que ça sorte autant de temps après La Maison des Mères.

Edit suite au post de Dark Sol : oups, désolé de la bourde.

_________________
ImageImageImageImage
Maiwai ~ Minetarô Mochizuki
Everything you know is wrong /!\ Believe /!\ Watch more TV


Dernière édition par cutty flam le Mer 2 Jan 2008 19:51, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mer 2 Jan 2008 18:50 
Segamaniac
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Jan 2004
Messages: 1187
Cutty Flam, on est en 2008, les Chasseurs de Dune est déjà publié^^

Pour répondre à ta question il a été écris grâce aux notes laissées par Frank Herbert. Je supose que c'est son fils Brian Herbert et Kevin J. Anderson qui l'ont écris, comme tout ce qui est sorti après sa mort.

_________________
Les règles du forum sont faites pour être respectées, merci de les garder en tête avant de poster.

ImageImage


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mer 2 Jan 2008 19:00 
Ô-Totoro
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Mar 2006
Messages: 3647
Localisation: Échappe à la connaissance
Dark Sol a écrit:
Seul Bémol, je n'ai pas fini de lire les Hérétiques de Dune et je me suis fait spoiler la fin^^

Mea Culpa, j'ai oublié de mettre des avertissements de spoil sur certains évènements de l'oeuvre. J'ai essayé de corriger au mieux en mettant plus d'avertissements afin de ne pas gacher la lecture de ce Cycle. Surtout lorsque je sais quel truc tu t'es fait spoilé, ça fait mal :/

PS : Merci pour tes conseils Donkey ! Mais à vrai dire je ne cherche pas à rameuter des gens pour lire ce livre, sa notoriété est assez grande pour que je n'ai pas besoin de le faire. Ce serait plus pour les fans, ou pour les curieux qui aiment la SF.

_________________
| Avatar : A. Schaff |


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mer 2 Jan 2008 21:55 
The old man
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Jan 2004
Messages: 19343
Localisation: Joker
Un grand bravo pour cette superbe présentation de cette oeuvre fantastique et envoutante qu'est Dune.

Argfh ça me rappelle des souvenirs tout ça (premiers véritables pas dans la SF et le fameux jeu vidéo Dune II, un must to have lorsque j'étais ado), et surtout ça me rappelle que je n'ai lu que les premiers livres. Mais ça tombe bien, dernièrement Dark a tout racheté (au passage les artworks de la nouvelle édition sont fantastiques!!!) et donc je vais enfin pouvoir (re)lire ce chef d'oeuvre dans son intégralité.

En tout cas un grand merci pour ce sujet Leto!

Et pour finir comme j'aime bien les vidéos :

Dune Trailer Si Fi channel

_________________
Image
Manga List | Anime List
Les règles du forum sont faites pour être respectées, merci de les garder en tête.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mer 2 Jan 2008 22:16 
200 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Juin 2007
Messages: 1262
Localisation: Sandford, UK
Etant appaté par les sublimes signatures de Leto II et l'avatar splendide de Dark Sol, je me devais de lire, ne serait ce que de feuilleter ce topic ainsi que le Tome 1 de cette série.

Pour le Topic: comme je commence à peine le tome 1, je n'ai préféré que lire la biographie et la place dans la SF. Mais pour ce topic, Leto, je dis bravo: une super présentation, une biographie encore mieux ! Je tire le chapeau !

Ensuite, le livre: Je commence ( premier chapitre du Tome 1) mais c'est du très bon pour l'instant ! L'univers un peu trop science fiction m'a rebuté au début, étant habitué à des oeuvres plus fantastiques, mais rien de bien méchant ! Donc, Dune raconte l'histoire (là où j'en suis) de Paul, un jeune garçon. Le premier chapitre se déroule dans la maison de la mère de Paul. Ce dernier est surpris en train de faire semblant de dormir par une vieille femme, étrange et traitant la mère de Paul comme une servante...Apparement, Paul ne semble pas tout connaitre d'Arrakis, la planète où il habite...Si j'ai bien compris, il vient d'emménager de Caladan pour venir ici, sur Arrakis....Et je me suis arrété là ^_^
Je ne continue point encore puisque j'ai la Trilogie de Bartiméus à achever et les devoirs à finir ! Mais, lorque le temps libre se fera sentir, je contnuerai le livre de Frank Herbert car il m'a l'air d'en valoir le coup !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Dim 30 Mar 2008 13:26 
200 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Juin 2007
Messages: 1262
Localisation: Sandford, UK
Tome 1 achevé ! Ces derniers temps, je m'y suis fourré à fond et le résultat est là !

Comme c'est écrit dans la biographie de l'auteur, cette série est à la SF ce que le Seigneur des Anneaux est à la Fantasy ! On se sent immergé dans ce monde cohérent, où le strict minimum est décrit.

Malgré une histoire passionnante, il ne se passe quasiment rien dans ce tome, si ce n'est vers les cinquante dernières pages. C'est la seule choses que je pourrait dire de négatif !

Ensuite, nous avons là des personnages vraiment bien construits avec un Leto profond et plein de sagesse, une Jessica qui recèle des mystère en sa nature de Bene Gesserit et par dessus tout Paul Atréides, un garçon plus que précoce pour son âge. Il est tout particulèrement passsionnant lors de sa fuite avec sa mère, où il pète un cable ^_^

L'intrigue sur Arrakis est sensationelle. L'ambiance qui se dégage de ce mot fait frémir le lecteur que je suis: tout semble si mystérieux sur cette planète, comme l'Epice ou encore les Vers (vivement qu'on en voit en pleine action !) sans parler des Fremens, le peuple du Désert.

J'espère que dans le prochain tome, nous saurons enfin comment Paul est devenue Muad'Ib, qui est vraiment la Princesse Irulan et comment les gentils vont s'échapper des griffes des Harkonéens !

Félicitations également à Leto pour ce sujet hors du commun !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Dim 30 Mar 2008 13:35 
Ô-Totoro
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Mar 2006
Messages: 3647
Localisation: Échappe à la connaissance
Captain Valentin a écrit:
Malgré une histoire passionnante, il ne se passe quasiment rien dans ce tome, si ce n'est vers les cinquante dernières pages. C'est la seule choses que je pourrait dire de négatif !

Il est clair que l'intrigue de la première partie du premier tome (Dune *) ne se développe pas particulièrement, mais elle a le mérite de mettre des bases très solides pour que l'histoire soit cohérente et passionnante ^^
La deuxième partie du premier tome (Dune **) va faire s'accélerer les choses et va te porter de révélations en révélations. En tout cas, si tu es déçu, j'te promets de te rembourser (attention, ne va pas dire que tu es déçu simplement pour avoir le livre gratos !!).
Et merci encore et encore pour me mousser ^___^

PS : Nice avatar du graaaaand Leto Atréides.

_________________
| Avatar : A. Schaff |


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Ven 11 Avr 2008 17:32 
200 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Juin 2007
Messages: 1262
Localisation: Sandford, UK
Leto II a écrit:
Et merci encore et encore pour me mousser ^___^


Non, non ! C'est vrai, du fond du coeur !

le même a écrit:
Il est clair que l'intrigue de la première partie du premier tome (Dune *) ne se développe pas particulièrement, mais elle a le mérite de mettre des bases très solides pour que l'histoire soit cohérente et passionnante ^^
La deuxième partie du premier tome (Dune **) va faire s'accélerer les choses et va te porter de révélations en révélations. En tout cas, si tu es déçu, j'te promets de te rembourser (attention, ne va pas dire que tu es déçu simplement pour avoir le livre gratos !!).


Quand même: finir le tome un de même pas 300 pages en deux mois et achever le tome deux en même pas quinze jours... Oui, ce second tome est un pur délice: l'exil de Paul et Jessica chez les Fremens se déroule à merveille et Paul devient peu à peu Muad-Dib, la souris du désert, prophète des Fremens. De nouveaux personnages comme les Sardaukars, Stilgar, Chani, l'Empereur ou Irulan font leur apparation. Paul a un fils, nommé (ta da da dam) Leto II, mais qui meut assez vite (je me demande pourquoi celui au dessus de moi a choisi ce pseudo vu que Leto II meur rapidement... Mais je ne veux pas de SPOIL !!!). Alia semble être un personnage décisif vu qu'elle est également issue du programme génétique des Bene Gesserit. Elle dégage une aura malveillante selon la Révérende Mère. Elle réussit mine de rien à tuer Harkoneen !
Mais la scène de la montée sur le Shai Hulud est la référence de ce tome: voir Paul chevaucher le ver des sables ainsi, c'est beau ! Très beau !

J'ai donc acheté le tome trois: le Messie de Dune, qui change complètement d'univers vu que Paul est devenu Muad'Dib, le chef de la galaxie !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Sam 26 Avr 2008 13:18 
500 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Mar 2007
Messages: 3597
Localisation: Académie Honnōji
Bon, je suis obligé de passer par ici vu qu'une certaine personne se demande encore si elle doit lire ou non les deux tomes qu'elle possède concernant la planète des sables... Outre cette obligation, il faut quand même que je tire mon chapeau à ce topic qui aura réussi un véritable exploit. ^^

Depuis toujours, Dune était pour moi une œuvre sans intérêt. Sans jamais avoir ouvert le livre, j'étais rempli à ras-bord de préjugés très négatifs sur l’œuvre de Frank Herbert, notamment à cause du film éponyme. Du film, je n'avais vu que quelques extraits mais je voyais cela que comme un pur concentré de Kitsch saupoudré de niaiserie. (Ah, comme je pouvais trouver les Vers des Sables très nuls à l'époque. ^^) Donc un très gros a priori négatif sur la chose avant que je ne lise il y a quelques mois ce qu'il pouvait y avoir ici. Après lecture, ma vision de Dune était un peu moins négative mais toujours aussi ancré dans ma vision négative de la chose. Toutefois, l'envie de voir si mes préjugés étaient fondés ou pas se faisait sentir de plus en plus et, par chance, je suis tombé devant les fameux livres racontant les péripéties de ce petit monde.

Après avoir lu les livres, je suis quand même étonné de constater que j'ai vraiment dans l'erreur à l'époque. C'est vraiment très bon à lire et c'est relativement prenant au niveau de l'univers créé. Le style de l'auteur est assez simple et dépouillé, donc ça se lit relativement tout seul et assez vite. Par contre, il y a deux points que j'ai bien aimé dans sa narration : les préfaces de la Princesse Irulan avant chaque chapitre et l'alternance frénétique dans les lieux et les personnages entre ces mêmes chapitres. Les extraits des livres de la Princesse Irulan m'ont beaucoup plu car ils développent à moindre frais l'univers de Dune sans que cela encombre le récit en lui même. Quand à la non-unicité de temps et de personnages de l’œuvre, cela permet surtout de développer une histoire intéressante à côté de celle principale, je pense surtout là à celle des Harkonnens.

L'histoire en elle même est vraiment très plaisante à suivre, je n'ai ainsi pas trouvé de choses qui m'ont rebuté dans le développement de celle-ci en général. (Ah si, il y a seulement la mort du premier fils de Paul et de Chani qui m'a paru assez abrupte, et bien trop triste surtout. ^^) Le principal intérêt que je trouve à l'histoire, c'est quand même le récit des dynasties qui est fait. Bon, les Atréïdes font quand même très gentils, les Harkonnens très méchants et les autres Grandes Maisons très lâches mais il y a tout de même parfois des relativisations à ce tout qui sont parfois salvateurs.

Quand aux personnages en eux-mêmes, ils sont la plupart du temps réussis, comme le prouve Paul qui est un personnage principal qui arrive à ne pas taper sur les nerfs sur la longueur et qui est vraiment très intéressant à voir évoluer. Mais mon personnage préféré de ce livre reste quand même Dame Jessica, la Bene Gesserit aux actions plus que tordues et dévastatrices pour l'univers. Au fil du temps, c'est surtout l'ordre des Bene Gesserit que j'ai retenu dans le livre (Surtout pour le coup du contrôle génétique des Grandes Familles par les naissances et les femmes, je trouvais ça vraiment original.) pour son importance et son action. Quant à Jessica, je l'apprécie surtout pour son pragmatisme et les évènements qu'elles engendre et qu'elle ne parvient pas à contrôler.

Donc, au final, je ne suis pas déçu de mon voyage sur Arrakis vu que cela a changé radicalement ma vision de l’œuvre de Frank Herbert. Comme quoi, il suffisait que de lire quelques centaines de pages pour ne plus être dans l'erreur...

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Lun 19 Mai 2008 19:15 
Ô-Totoro
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Mar 2006
Messages: 3647
Localisation: Échappe à la connaissance
Malgré les interventions musclées de dame Nator contre cette tendance, je viens de découvrir la couverture de la version de poche du deuxième tome de la trilogie de la Génèse de Dune, par le Herbert fils, et vu la qualité du dessin (il me semble que c'est toujours Sparth, mais je n'ai pas de sources sûres -à commencer par son site ^^- pour m'appuyer dessus), je n'ai pas pu m'empêcher de la faire partager.
Image

Elle est quand même magnifique, comme celle du premier, ce qui me donne envie de reprendre cette série que j'avais arrêté en plein milieu (l'une des seules où j'ai fait cela d'ailleurs) à cause des fautes d'orthographes innommables, d'un style bien moins fluide que celui de Herbert père, et d'une multiplicité des intrigues mal maîtrisées (car dans l'ensemble très inégales, quoiqu'intéressantes). M'enfin je pense que cette édition me donnera la force de continuer (sachant en plus que je trouve l'autre particulièrement laide), et, pourquoi pas, de faire une petite critique dessus.
Par contre, vu le temps qu'à mis les deux tomes de la trilogie à sortir dans cette édition (quatre ans quand même), je crains de ne pouvoir avant longtemps faire ne serait-ce qu'un résumé des Chasseurs de Dune, sachant que je n'achète que les livres en poche (moins cher, moins de place, souvent je préfère les couvertures, juste plus d'attente).

Je suis en tout cas content de savoir que mon topic a donné envie à certains de lire cette saga que j'adore ^^

_________________
| Avatar : A. Schaff |


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Sam 30 Aoû 2008 17:38 
275 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 06 Avr 2006
Messages: 1519
Nous y voilà. J'ai lu les deux premiers tomes qui n'en forment qu'un du Cycle de Dune, et c'est un délice innommable. J'entends par là, Dune* et Dune**.
Allons bon, me voici en librairie et je tombe par hasard sur le premier tome. Je me laisse aller à l'acheter, chose qui m'arrive rarement pour les romans. Et j'ai commencé à lire.

Ca a traîné pendant trèèèèèè(...)ès longtemps sur mon étagère. Un chapitre à peine tous les trois ou quatre jours, si ce n'est toutes les semaines. Non pas parce que ça m'ennuyait, mais car je savourais toutes les phrases tant c'était bon. J'aurai voulu que ça dure plus longtemps. Je révèle ici le seul défaut véritable (mais contestable) de ce premier tome : c'est affreusement court. 300 pages, c'est pas mal, mais le tout se boit comme du petit lait. Dommage. M'enfin, c'était qu'une introduction, et je comprends qu'on puisse quelque peu s'ennuyer.
Evidemment, le reste est merveilleux. Un scénario solide avec des rebondissements jouissifs de complexité, un univers profond et recherché (auquel j'ai rien compris au démarrage, n'ayant pas acheté le deuxième tome en même temps, me privant ainsi du lexique offert), et surtout, la façon d'écrire. C'est simple, tout est compréhensible facilement, mais tout est détaillé. Et puis, l'idée du "un chapitre <=> une joute verbale" est excellente et permet de très beaux dialogues.

J'achète finalement la deuxième partie de ce premier tome. C'ui-là, j'ai dû le lire beaucoup plus rapidement, car d'autres romans m'attendaient derrière. Et ça c'est tout aussi bien passé.
La grande différence avec son prédécesseur, c'est que ce tome s'offre des descriptions du désert. Courtes, concises, mais toujours aussi claires. Une véritable réussite. Concernant le scénar', c'est toujours du très bon et ça avance plus vite. Les personnages sont machiavéliques ou prophètes, sorcières ou habitants des sables, qu'importe, on ne peut le nier : la diversité est de mise. Et tous sont bons (j'n'ai que ce mot à la bouche >_<).
Les introductions de la Princesse Irulan permettent une mise en abîme des faits accomplis dans les chapitres, mais aussi d'avoir une vision aggrandie de l'Empire. That's cool.

Dans l'ensemble, j'ai adoré. Franchement. A tout point de vue, je n'ai rien à reprocher à la série, et j'ai hâte de continuer. Ce qui n'arrivera pas avant les vacances de la Toussaint, je le crains, d'autres horizons m'attendent entre-temps.

_________________
« No gods or kings. Only man. »


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Dim 8 Mar 2009 11:46 
Ô-Totoro
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Mar 2006
Messages: 3647
Localisation: Échappe à la connaissance
Je reviens encore une fois avec pas grand chose à dire, mais l'ultime couverture de la Génèse de Dune en édition Pocket est parue, pour le bouquin qui sortira en avril prochain chez nous dans ce format.

Image

Encore une fois, on ne peut qu'admirer le travail de Sparth pour créer une image sublime en tout point, beaucoup moins centrée sur les personnages que les précédentes (hommes ou machines), mais qui symbolise bien l'évènement majeur de ce tome.
Ca me fait sérieusement penser à reprendre la Génèse depuis le début, l'édition étant beaucoup moins moche que celles Robert Laffont, extrêmement laides il faut bien le dire. Même si le tout est forcément moins bon que la série d'origine (multiplicité et disparité des intrigues vraiment inégales), ça reste une reprise pas trop mal de l'évènement le plus important anté-Dune. Et ça me permettrait de faire une petite review de la Génèse et de l'Avant-Dune (tant qu'à reprendre, autant faire tout ensemble).

Plus que deux ans avant l'arrivée de l'Après-Dune en édition de Poche, ce qui me permettra enfin de compléter mon premier post !
Et aussi acheter la série des Enfants de Dune qui m'a l'air assez fidèle au livre retraçant la montée du mythe (qui a dit que j'étais objectif avec ce personnage ? :P), moins kitsch que le film de Lynch (ce qui est dommage mais bon) mais qui a l'air sympathique comme tout ; tout comme le Dune de John Harrison (dont ange bleu avait posté le trailer alléchant ^^).
J'aimerais d'ailleurs bien que toute le Cycle soit adapté de cette manière, même si les gains engendrés par ces deux produits dérivés ne doivent pas engager les gens à continuer les adaptations sur Dune.

_________________
| Avatar : A. Schaff |


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 26 messages ]  Aller à la page [1], 2  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com