Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1 message ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Une place à prendre
MessagePosté: Ven 2 Nov 2012 22:21 
150 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Déc 2010
Messages: 1058
Localisation: In Wonderland ~
Entre nantis et pauvres, enfants et parents, maris et femmes, ce sont des années de rancunes, de rancoeurs, de haines et de mensonges, jusqu'alors soigneusement dissimulés, qui vont éclater au grand jour et, à l'occasion d'une élection municipale en apparence anodine, faire basculer Pagford dans la tragédie.

Image


Titre original : A casual vacancy
Titre français : Une place à prendre (UPAP)
Auteur : J.K. Rowling

Fini les robes de sorciers, baguettes magiques et Avada kedavra ! Cinq ans après la sortie du dernier de ses Harry Potter, J.K. Rowling se lance dans une nouvelle litérature, le concret, la vie de tous les jours du meilleur au plus terrible, un livre visant certes un public plus adulte mais lisible pour à peu près tout le monde (qui sache lire).
Il est à noter que le roman est sorti le 27 septembre 2012 en Angleterre et tout juste le lendemain en France.

  • Pagford :

Au sud ouest de l'Angleterre, Pagford est ce type de petite bourgade où de nos jours tout le monde se connait de près ou de loin et où chacun est au courant de ce qui se passe chez le voisin, pour le meilleur comme pour le pire, selon les affinités ou non, la provenance, le passé familial, les connaissances...
Rattaché à la grande ville de Yarvil, Pagford possède un conseil paroissial rassemblant plusieurs notables de la ville : médecin, épicier, agriculteur... Mais quand l'un des plus éminents membres de ce conseil, Barry Fairbrother, ami de certains et ennemi d'autres, décède brutalement, le petit village perd rapidement sa tranquillité dans une lutte pour la place laissée vacante par Barry au conseil, la place à prendre.

Note : ci-dessous un organigramme des nombreux personnages peuplant l'histoire et dont une présentation un à un serait longue et fastidieuse alors que le livre se suffit amplement à lui-même pour les découvrir.

Spoiler: Montrer
Image
Rose : relation amoureuse (couple comme sens unique)
Bleu : relation filliale
Vert : relation amicale
Jaune : relation professionnelle
Rouge : relation inamicale


  • Un monde d'adolescents

On le sait déjà avec Harry Potter et sa bande, J.K. Rowling aime faire vivre et suivre les aventures des adolescents. Mais comparé à ses anciens héros, ceux de Pagford ont une vie bien moins rose et solidaire. Principalement, on suit les histoires d'Andrew Prince et de son ami Stuart Wall, dit ''Fats'', de Krystal Weedon, de Gaïa Bawden et de Sukhvinder Jawanda.
A travers ces cinq personnages opposés voir un peu stéréotypés (l'amoureux transit, la langue de vipère, la vulgaire fille de junkie, la révoltée citadine ou la timide harcelée), Rowling montre la triste tournure que peut prendre la vie d'un adolescent de nos jours : drogue, alcool, sexe, viol, fugue... Certaines scènes sont un peu typés mais d'autres pouvant passer pour sont tristement vérifiables.

- Vous êtes torchées, toutes les deux ?
- Oui, dit Gaia
- Non, dit Sukhvinder. Mais elle, oui, complètement bourrée.


  • Un monde d'adultes

Ce monde d'adultes peuplé par les parents de ces adolescents n'est pas rose non plus, imagé globalement dans l'histoire par la lutte pour la place à prendre. Il faut d'abord bien placer le contexte et ainsi pourquoi cette bataille pour cette place. Il faut savoir que entre la petite bourgade de Pagford et la ville de Yarvil se situe un espace occupé par les logements sociaux mal-vu par les traditionnalistes de Pagford : les Champs. Ainsi, les Mollison, pagfordiens de souches, veulent débarasser de leur village les problèmes de cette zone de non-droit et de son centre de désintoxication, tandis que Barry Fairbrother épaulé par le docteur Parminder Jawanda souhaitent la conservation de ce site pour les habitants des Champs. Ainsi au décès de Barry, il faut pour les uns combler le vide laissé par la chute de leur leader et pour les autres prendre le siège pour gagner les votes. C'est ainsi que l'élection au candidat est lancée, et que tous les problèmes commencent, entre hurlements, coup bas, faux amis et alliance factice, le tout raconté avec un petit humour noir.

- Et vous, vous savez combien de millions vous coûtez aux services publiques, vous, Howard Mollison, parce que vous êtes incapables d'arrêter de vous empiffrer du matin au soir ?


  • Deux mondes fermés l'un à l'autre

Maintenant il faut lier ces deux sphères d'évolutions, et comme dans beaucoup de familles de nos jours la communication entre les générations est coupée voir venimeuse. Les parents qui imposent une loi pas toujours juste à leurs enfants qui se vengent par la suite, cela devient rapidement une boucle infernale plongeant peu à peu la ville dans le chaos en envenimant les débats des adolescents comme des adultes qui deviennent peu à peu interdépendants et liés plus que jamais.
J.K. Rowling prend rapidement le parti des adolescents et des injustices qu'ils peuvent subir, poussant le vice en rendant son adolescence à un adulte pour le plus mauvais exemple !

Elle rédigea très lentement son message, avec l'aide précieuse du correcteur automatique d'orthographe. (…)
Sukhvinder cliqua sur la souris comme elle aurait appuyé sur une gâchette.


  • Un monde de destruction

Avec la chute de Barry s'enchaine une série de ''destructions'' dans Pagford. Les amitiés se détruisent, les coups fusent, les masques et les images données retombent et le chaos arrivent dans les rues. Les réputations fondées au fil des années partent en quelques lignes. Les âmes perdues tentent de se rattraper mais retombent de plus belle.
L'église de la ville n'a jamais du voir autant passer de cercueils malheureux et tragiques, et ce n'est qu'au moment d'un enterrement que les tensions arrivent précairement à s'effacer le temps d'un instant. Les coups de poings et hurlements se multiplient, comme quoi un simple petit anévrisme peut causer des merveilles. Les ambulances fillent dans les rues, pour le plus grand plaisir de ceux encore vivant. Je raconte cela un peu tragiquement, mais ce n'est pas de ma faute si le livre commence dans une ambulance et se finit à un enterrement.

- Vous avez fait tout le trajet jusqu'à l’hôpital ? demanda Shirley, toujours sur le haut-parleur.
- Non, non, répondit Samantha en pensée, à mi-chemin, vu qu'on commençait à s'emmerder sévère, on a demandé à l'ambulance de s'arrêter pour nous laisser descendre.


  • Petit point sur la narration

Parlons un peu de l'écriture. Le livre est constitué d'un enchainement de petits chapitres suivant chacun un personnage différent, donnant ainsi son point de vue sur telle ou telle situation, les conséquences que telle ou telle chose sur lui... Par exemple, on commence avec la présentation de tous les personnages par la façon dont ils ont appris le décès de leur camarade ou rival.
Même si UPAP a pas mal de côté sombre, il ne faut pas se dire en commençant que l'on va déprimer : J.K. Rowling reste un très bon auteur quand il s'agit de mettre de l'humour en quelques phrases singlantes et bien placées.
La narration est aussi très entraînante : avec tous ces narrateurs potentielles, il faut parfois du temps pour retomber tel ou tel personnage dont l'histoire nous intéresse plus que d'autres. Tout étant parfaitement chronologique, il faut également du temps pour enfin voir telle scène annoncée des dizaines de pages avant.

  • Réception et critiques

Pour J.K. Rowling, la critique a été assez sévère à la sortie : le NewYork Times par exemple parle d'un livre sans intérêt avec une histoire trop caricaturale, des personnages trop typés avec lesquels le lecteur n'est pas assez proche comme il l'était avec Harry Potter (aussi après 7 tomes, tu m'étonnes qu'on est proche!).
D'autres comme The Guardian parlent d'un univers dense et bien construit (…) même si l'intrigue reste prévisible voir artificielle parfois. Quelques félicitations sur certains personnages, notamment Andrew, Rowling paraissant davantage doué pour les personnages adolescents selon le New-Yorker. A l'inverse, The Telegraph parle de personnages complexes et crédibles et facilement approchable pour le lecteur.
Des critiques diverses et variés, voir souvent opposées les unes aux autres.

Une place à prendre n'est pas un chef d'oeuvre, mais ce n'est pas un mauvais roman non plus: c'est intelligent, travaillé et souvent drôle


  • Mon avis (spoil grandement possible!)

J'avais bien sûr adoré les Harry Potter (les sept en 10 jours), et attendait avec impatience de voir ce que pourrait faire Rowling dans un autre registre. Aimant ce type d'histoire, j'ai tout de suite accroché au thème et aux personnages. Ce que j'ai aimé, c'est comment Rowling peut nous faire aimer un personnage et quelques pages plus tard la détester complètement, tout dépend en fait de la situation : j'ai adoré Parminder face à Howard, mais tout au contraire face à sa fille qui m'a fait adoré Krystal quand elle était son amie, puis detester quand elle s'en est prit à elle mais en même temps adorer dans ses confrontations avec sa mère. Tout cela est bien paradoxale, mais il est impossible dans ce livre de complètement aimer un personnage et de complètement en détester un autre, si on a même seulement un semblant de cœur au fond de nous.
Autre chose qui m'a fait tripper, c'est comment les enfants se vengeaient de leurs parents : le fantôme de Barry Fairbrother. Chaque découverte de ces messages a été un grand moment dans le livre, du premier violent à l'apothéose humoristique du dernier.
Pour finir, un petit mot sur la fin. La septième partie servant d'épilogue et montrant l'enterrement de Krystal et Robbie m'a personnellement un peu laissé de marbre après une sixième partie forte en action, de personnages courant dans tous les sens, de tristesse et de bouleversements surprenants. Une fin en demi-teinte donc...
Par contre concernant les critiques, je trouve ça dommage que beaucoup disent que ce n'est pas un bon livre, voir un mauvais car ce n'est pas Harry Potter. Un conseil donc : lisez le livre comme si c'était celui d'un auteur lambda !

Image
Alors, qui occupera donc au final La place à prendre ?

_________________
Image
"L'inventeur du champagne rosé a réussi le contraire de la quête des alchimistes :
il a transformé l'or en grenadine."


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 1 message ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com