Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 9 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Black Mirror
MessagePosté: Lun 12 Nov 2012 16:53 
10 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 13 Mai 2012
Messages: 59
Image

BLACK MIRROR


    • Série en production – 2 saisons, 6 épisodes
    • Créée par Charlie Brooker en 2011
    • Première diffusion au Royaume-Uni le 4 décembre 2011 sur Channel 4
    • Jamais diffusée en France
    Trailer
    • Au départ prévue pour une saison, la série a été renouvelée pour une seconde saison en juillet 2012, soit plus de 6 mois après l’arrêt de la série et sera diffusée en 2013 (si la fin du monde n’a pas lieu bien sûr).
    • Charlie Brooker présente sa série dans un article pour The Gardian



Black Mirror est une série britannique sortie en 2011. Elle est composée de trois épisodes de plus ou moins 50 minutes, tous distincts les uns des autres. Le casting y est différent, la réalité y est différente et le scénario n’a aucun lien si ce n’est le thème : comment les nouvelles technologies interfèrent dans nos vies. Dans les deux premiers épisodes, le créateur de la série se concentre sur les médias de masse et l’industrie du divertissement. Dans le dernier épisode, qui n’a pas été écrit par le créateur de la série comme les précédents, l’intrigue se fonde sur une innovation particulière et son influence sur nous, petites gens.

Pour tous les épisodes, la mise en scène et le casting sont aux petits oignons et nous plonge dans une ambiance haletante nous mettant mal à l’aise en permanence.


***



ÉPISODE 1 – THE NATIONAL ANTHEM (43 minutes)


Image


■ Avec Rory Kinnear (qui joue la bras droit de M dans Skyfall), Lindsay Duncan, Anna Wilson-Jones, Tom Goodman-Hill, Lydia Wilson et Allen Leech

Ce premier épisode est le plus « proche » de notre monde, il pourrait avoir lieu aujourd’hui. L’histoire se déroule en Grande Bretagne. Dans la nuit, le Premier ministre est réveillé pour une urgence. On lui montre une vidéo : une jeune membre de la famille royale, très appréciée de la population, a été enlevée. En échange de sa libération, le kidnappeur fait une demande très sérieuse mais ô combien originale : le Premier ministre doit avoir des rapports sexuels avec une truie en direct sur toutes les chaînes de télévision.

Ca s’est fait…

L’un des intérêts de cet épisode est qu’il ne se borne pas à certains personnages, tout le monde est concerné car la confusion est totale : personne ne semble maîtriser la situation. Mais en même temps est-elle maîtrisable ?
Intégrer des technologies de l’information « (dé)passées », comme la télévision, était non seulement réaliste mais intéressant, le contraste entre ces médias nous fait encore une fois nous interroger sur la liberté de l’information. Alors, certes, parfois c’est un peu lourdaud, il n’en reste pas moins qu’on a l’estomac qui se tord comme rarement quand on regarde une série.


ÉPISODE 2 – 15 MILLION MERITS (1 heure)


Image


■ Avec Daniel Kaluuya (Skins), Jessica Brown Findlay, Rupert Everett, Julia Davis et Paul Popplewell

Cet épisode, un peu plus compliqué à résumer, est selon moi le plus faible de la série car le plus « attendu » et le plus « évident ». Il se déroule dans un futur plus lointain, dans une société où le monde du spectacle est omniprésent. Chaque personne dort dans une sorte de cube couvert d’écrans, la télévision et les jeux vidéos sont présents dans tous les plans (et sont obligatoires sinon quoi les personnes doivent payer). On y suit un homme qui tombe amoureux d’une femme qu’il entendra chanter par hasard. Il lui donnera tout ce qu’il pense posséder car elle représente le « réel » (contrairement à ce qui les entoure, insipide). Pour cela, il lui offrira l’accès à un « casting » à l’issue duquel sa bien-aimée pourra vivre libre de « toutes » contraintes en devenant chanteuse. Bien sûr, cela va se retourner contre lui. Comment réagira-t-il ?

L’épisode est un peu long à démarrer mais cela s’explique par le « monde » qui est à introduire. Le personnage principal est extrêmement attachant dans sa quête du « vrai »… Pourtant, on se doute bien que cela va mal se terminer…


ÉPISODE 3 – THE ENTIRE HISTORY OF YOU (48 minutes)

Image


■ Avec Toby Kebbell (qui a joué dans Match Point, oui bon et aussi dans Alexandre et Prince of Persia), Jodie Whittaker et Tom Cullen

Un avocat passe un entretien. En sortant, il essaie de se remémorer la scène pour voir si l’entretien est plutôt positif ou négatif. Il fait alors appel à une innovation : un « Grain ». Une puce est implantée dans le cerveau et permet à la personne de se remémorer parfaitement chaque moment vécu (en somme, tout est « filmé », notre mémoire est une vidéo dont on peut faire des marches-arrières, zoomer ou encore lire sur les lèvres des gens qu’on voit parler au loin). Convaincu que l’entrevue s’est mal passée, il rentre chez lui où se tient une petite soirée. La présence d’un homme dont il n’arrive à se souvenir va entraîner une série d’événements qui montrera jusqu’où peut aller l’utilisation du Grain.

L’épisode aborde plusieurs points intéressants. Tout d’abord, la « norme », un domaine qui m’a toujours intéressée, à savoir, pouvons-nous refuser d’intégrer les nouvelles technologies dans nos vies ? Et ensuite, la perfection que permettent certaines innovations sont-elles forcément bonnes ? Cela dépend-il de l’usage que l’on en fait ? Et comment faire pour les personnes qui ne pourront pas l’utiliser à bon escient ?

***


CHARLIE BROOKER

Créateur de plusieurs séries (Dead Set, Black Mirror et plus récemment A Touch of Cloth), Charlie Brooker est avant tout un journaliste britannique à la langue bien pendue et l’humour satirique. Il écrit notamment pour The Guardian (vous pouvez trouver ses articles ici) et a gagné plusieurs prix pour son travail de journaliste. Il est également l’un des quatre entrepreneurs à avoir fondé la compagnie de production Zeppotron, filière d’Endemol, grâce à laquelle il produit ses séries.

Et c’est peut-être là l’une des limites de la série. Est-ce que, finalement, Charlie Brooker n’est pas comme son personnage principal du second épisode …
Spoiler: Montrer
… à dénoncer une situation à laquelle il participe pleinement. N’appartient-il pas à ceux qu’il dénonce ?



***


N.B. : J’aurais tendance à vous conseiller de suivre l’ordre établi des épisodes mais, en soi, on peut très bien commencer par les deux autres épisodes.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Black Mirror
MessagePosté: Lun 12 Nov 2012 17:13 
375 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 11 Déc 2006
Messages: 1931
Localisation: Vers la Tour Sombre.
Je réagis peu sur les sujets de séries (alors que pourtant entre Community ou How I Met Your Mother j'ai fais de bonnes découvertes) mais là c'est presque obligatoire.

Black Mirror est une réflexion génialissime sur le détournements des médias et de la technologie dans un possible futur. Étant en Arts et technologies numérique c'était presque obligé que je vois ce triptyque tant on a à faire à de l'anticipation hyper réaliste. Alors oui dans l'ordre c'est l'épisode 1 puis le 3 puis le 2 qui sont les plus réalistes mais finalement tous ont un quelque chose de "Et pourquoi pas ?" dans leur approche des différentes problématiques.

L'épisode 1 fonctionne dès le départ grâce à son synopsis ravageur qui a du attirer la majorité des gens sur cette série (et justement on en revient à l'histoire que tu évoque naorim avec Endemol qui a pour habitude de faire du sensationnel pour attirer le spectateur) et qui donc presque nous implique dans l'histoire en nous disant qu'on est tout aussi fautif nous et notre curiosité morbide de donner de l'importance à cette histoire. La manière dont est traité l'avis de la population est parfois un peu exagéré mais globalement vu comment évolue notre société on se dit pourquoi pas.

L'épisode 2 qui utilise le plus de la SF fera tout de suite écho dans l'esprit des utilisateurs du Xbox Live ou autre qui commence déjà à avoir pour habitude de tout payer avec des points. L'idée par contre qu'il faille pédaler pour gagner ces mêmes points paraît un peu limiter. Mais franchement ce concept de pub obligatoire devient de plus en plus réel sur le net avec des sites comme M6 Replay ou autre qui oblige à rester sur l'écran de la pub pour qu'elle passe (et je ne parle pas des sites où il faut cliquer sur un bouton de validation dans les 5 secondes après la fin de la pub). Bref ça plus le mélange à la télé réalité, pourquoi pas !

Et pour finir l'épisode 3 que j'ai le plus aimé car il porte sur la question du temps et du souvenir (Futur référence pour mon mémoire !) et qui en plus s'attache à avoir une certaine poésie dans sa narration. La répétition à l'excès et la montée de tension fonctionne bien et vu comment de plus en plus nous vivons dans le passé, ce genre de technologie a toute sa place parmi nous ! Alors pourquoi pas ?

Le seul vrai point noir est l'annonce d'une seconde saison je trouve. Honnêtement on dirait que la série avait été pensé pour un unique triptyque alors je suis curieux de voir les thèmes des 3 prochains épisodes et j'espère que le réalisateur aura toujours des choses à dire et qu'il n'a pas été forcé. Donc bon, pourquoi pas..

Bref une série proche de la perfection, très sombre mais très intéressante et qui fera réfléchir tout le monde (à défaut d'apporter des réponses ou de protester) !
Have fun !

_________________
Image
A court terme j'écris cette phrase, à moyen terme vous la lirez, à long terme, nous serons tous morts.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Black Mirror
MessagePosté: Lun 12 Nov 2012 22:50 
10 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 13 Mai 2012
Messages: 59
Captain Karma a écrit:
L'épisode 1 fonctionne dès le départ grâce à son synopsis ravageur qui a du attirer la majorité des gens sur cette série (et justement on en revient à l'histoire que tu évoque naorim avec Endemol qui a pour habitude de faire du sensationnel pour attirer le spectateur) et qui donc presque nous implique dans l'histoire en nous disant qu'on est tout aussi fautif nous et notre curiosité morbide de donner de l'importance à cette histoire. La manière dont est traité l'avis de la population est parfois un peu exagéré mais globalement vu comment évolue notre société on se dit pourquoi pas.


Spoiler: Montrer
À vrai dire, l'une des réussites de cet épisode est, selon moi, de ne pas être tombé dans LE piège qui leur pendait au nez, à savoir dire "vous êtes tous des voyeurs" en nous montrant la scène de la truie en entier ou par extraits (ce que pas mal de réal' auraient fait à mon avis). Là, nous sommes impliqués mais à juste dose je dirai.

Et justement le fait que la population regarde (en entier) sans réellement broncher c'est pour moi l'élément qui prouve que nous sommes pas en 2012. C'est l'élément de "modernité" de cet épisode, ce qui le permet de se distinguer de notre réalité. Car, oui, je pense que notre population n'est pas encore capable de ça. Mais jusqu'à quand? Combien faudra-t-il d'années pour que cela change? Je parierai comme Brooker, c'est-à-dire assez peu...
Fin, certains pourront dire que je suis naïve et que les gens en sont déjà capables mais ça reste mon point de vue.


Captain Karma a écrit:
Le seul vrai point noir est l'annonce d'une seconde saison je trouve. Honnêtement on dirait que la série avait été pensé pour un unique triptyque alors je suis curieux de voir les thèmes des 3 prochains épisodes et j'espère que le réalisateur aura toujours des choses à dire et qu'il n'a pas été forcé. Donc bon, pourquoi pas..


Je suis un peu comme toi, dans l'expectative. J'ai tendance à penser que si la série a eu cette seconde saison dans des conditions si difficiles c'est que justement le réal' avait des choses à dire (mais que le format et le thème atypiques gênaient). J'espère en tout cas.
Ensuite, il faut savoir qu'à chaque fin d'épisode, je me demandais : quel thème va être abordé? est-ce que ça sera aussi bien? Et, finalement, ça a toujours marché. Du coup, je garde un peu espoir et j'attends de voir la seconde saison..


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Black Mirror
MessagePosté: Dim 10 Fév 2013 12:55 
375 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 11 Déc 2006
Messages: 1931
Localisation: Vers la Tour Sombre.
Tient en parlant de la série dans le topic L'Homme et le technologie de Celeglin je suis tombé sur le trailer tout frais de la saison 2 :

Au programme cette fois-ci : réseaux sociaux, anarchie et apocalypse !
Moyennement emballé par le second épisode, le premier qui a déjà un résumé détaillé peut être assez énorme vu qu'il traitera de thèmes qui me sont chers et enfin le troisième... je veux voir ça !
Et tout ça commence... Demain !!!

Have fun !

_________________
Image
A court terme j'écris cette phrase, à moyen terme vous la lirez, à long terme, nous serons tous morts.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Black Mirror
MessagePosté: Ven 8 Mar 2013 11:56 
10 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 13 Mai 2012
Messages: 59
Black Mirror – Saison 2


EPISODE 1 : BE RIGHT BACK (48 minutes)

Image



■ Avec Hayley Atwell (Les Pilliers de la Terre, Captain America), Domhnall Gleeson (Harry Potter, True Grit, Anna Karenine, Shadow Dancer, etc.)

Dans une voiture, un couple, Ash et Martha, semble en partance pour une maison de campagne. L’homme est accroché à son téléphone, à ses réseaux sociaux et ce quitte à avoir des comportements imprudents mais sans réelles conséquences. Quelques temps après, Ash doit repartir en ville pendant que Martha, elle, restera pour finir un projet pour son travail. Sans nouvelle d’Ash, elle commence à s’inquiéter : lui, complètement accro à son téléphone ne répond pas. Elle sent ce que cela signifie. Des personnes viennent la prévenir de la mort de son compagnon.
S’en suit la période de deuil. L’enterrement, le vide. Une connaissance de Martha intervient de manière plutôt lourde et lui parle d’un nouveau « programme », un nouveau logiciel qui lui permettrait de vivre cette épreuve plus facilement. Il s’agit alors « juste » (mais c’est déjà trop) d’échanger des messages instantanés avec « Ash ». À partir de ce qu’il écrivait sur les réseaux sociaux et autres sources d’information l’on pourrait savoir ce qu’il répondrait. C’est ce type de service qui est proposé à Martha. Mais ça peut aller plus loin que de simples messages. Martha décide de passer à l’étape suivante : à partir de vidéos, « Ash » pourra appeler et parler avec Mar. La dépendance de cette dernière s’accroit inexorablement. Son deuil n’a plus lieu d’être : il est là. Certains défauts commencent à apparaître (il ne connaît pas certaines expressions humaines) mais est-ce grave ? Bien sûr, tout ceci n’est que façade, une chose qui comble le vide qui entoure Martha. La preuve en est quand cette dernière fait tomber par inadvertance son téléphone et rompt par la même le lien avec « Ash ». La panique réapparait, la solitude renaît. C’est sûrement celle-ci qui la poussera sûrement à franchir la dernière étape : commander un humanoïde, réplique exacte d’« Ash ». Glauque.

Encore une fois, Black Mirror frappe juste. A prime abord, je trouvais ce premier épisode un chouilla en deçà de ceux de la première saison mais plus le temps passe, plus je trouve qu’il n’a vraiment rien à envier à ses prédécesseurs. Il se rapproche du dernier épisode de la première saison ce qui n’est pas pour me déplaire car c’est celui qui m’avait touchée le plus personnellement. Cependant, il se différencie de celui-ci sur plusieurs points : cette innovation n’est pas (encore) acceptée par la population (pour ne pas dire l’inverse) mais il existe également certaines failles (l’humanoïde « Ash » n’arrive pas toujours à bien anticiper les réactions qu’aurait Ash, etc.). Mais il frappe juste car encore une fois tout paraît crédible, on y croit, ça semble tellement « faisable ». Bref, mon épisode préféré de cette saison.


EPISODE 2 : WHITE BEAR (42 minutes)

Image



■ Avec Lenora Crichlow (Doctor Who), Tuppence Middleton et Michael Smiley

Une femme, Victoria, se réveille déboussolée, ayant mal à la tête. Elle pense avoir fait une tentative de suicide. Elle parcourt alors la maison dans laquelle elle est, y trouve une photo d’une enfant qu’elle suppose sienne. Puis elle sort. Mais ce qui se passe à l’extérieur n’est pas normal. Les gens ne font rien d’autres que la filmer, que ça. Puis vient un homme drôlement déguisé qui commence à la prendre en chasse, pour la tuer à n’en pas douter. Mais les gens ne réagissent pas, ils filment la scène avec leur téléphone portable. Voyeurisme donc. Victoria sera aidée par une jeune femme qui semble plus aux faits de la situation qu’elle. Peu à peu, grâce/à cause des flash violents, Victoria se souviendra de certains éléments du puzzle.

Je ne compte pas aller plus loin dans l’histoire, ni rentrer plus en détail, je ne juge pas ça nécessaire. Notamment du fait qu’il s’agit d’un épisode un peu bizarre, hybride. On ne sait pas trop d’où on vient ni où on va mais par contre on le fait bien ! On se prend à l’histoire d’une manière surprenante, je ne comprenais presque rien à ce qu’il s’est passé mais c’était presque fascinant. Puis vient le twist. Certains ont été convaincus (au vu des réactions que j’ai lues ici et là) et malheureusement, moi pas. Ce qui fait la force de Black Mirror est, selon moi, que toutes ces histoires sont vraiment crédibles, à un point qui fait peur. Là, j’ai pensé « mouais ». J’ai été déçue de cette fin qui me laisse sur … ma faim. Mais je dois faire la fine bouche (…). Bref, un épisode que j’ai vraiment adoré dans ces trois quarts et qui m’a peu convaincue. Dommage.


EPISODE 3 : THE WALDO MOMENT (43 minutes)

Image



■ Avec Daniel Rigby, Chloe Pirrie, Jason Flemyng (Arnaques, Crimes et botanique, La Ligue des Gentlemen extraordinaires, Hanna, etc.) et Tobias Menzies (Casino Royale, Reviens-moi, Rome, Game of Thrones).

Waldo est un personnage de cartoon humoristique et plus précisément un ours bleu qui interviewe des politiques de manière à les mettre mal à l’aide. Derrière cette image, il y a celui qui est la voix mais aussi celui qui contrôle les « mouvements » de Waldo, celui qui écrit ses textes : Jamie. Un peu looser, un peu penaud. Après avoir piégé un candidat conservateur, Liam Monroe, à une élection locale, Waldo est très apprécié du public. On lui demande donc de continuer à s’en prendre à Monroe. Jamie n’est pas de cet avis, il considère que ni lui ni Waldo n’est politique et qu’il ne faut donc pas aller trop loin. Mais on le [/align]poussera à aller plus loin. On assistera à la montée en puissance de Waldo qui s’avérera très populaire puisque l’ours critique la politique et les politiciens en disant ce que les gens pensent tout bas (ou pas d’ailleurs) notamment : tous pourris. Ou presque. Grosso modo quoi. L’utilisation faite de l’ours semble de plus en plus hors de portée de Jamie. Où s’arrêtera Waldo ?

C’est un épisode qui rappelle l’épisode 2 de la saison 1. Ce sur quoi Waldo et Jamie s’indignaient est repris, maîtrisé, contrôlé pour finalement le retourner contre ce qu’ils dénonçaient. Épisode pas mal mais sans plus. Ce qui m’a le plus gênée dans cet épisode est que l’aspect ‘nouvelles technologies’ qui caractérisent Black Mirror est ici qu’assez peu exploité. Le thème principal serait plus, selon moi, le lien étroit entre un humoriste (politique notamment) et le politique. L’épisode m’a d’ailleurs en partie rappelée Coluche. L’aspect cartoon ne fait que rajouter des maigres éléments. Je trouve.


***


Bilan de cette saison 2 :
On regrette ? On regrette pas ? Rien que pour l’épisode Be Right Back, la saison 2 peut se justifier. Les deux autres épisodes sont certes en dessous mais ça reste de la bonne qualité, pas aussi glaçant que leurs prédécesseurs mais bon…

***


Sinon, une dernière news : l’épisode 3 de la saison 1, The Entire History of You, pourra peut-être devenir un film...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Black Mirror
MessagePosté: Ven 8 Mar 2013 19:59 
375 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 11 Déc 2006
Messages: 1931
Localisation: Vers la Tour Sombre.
Yay ! Une nouvelle saison qui fait bien plaisir même si forcément c'est dur de ne pas comparer par rapport à l'excellente première trilogie d'épisode.
Épisode politique, épisode émotion et épisode WTF, on retrouve là une recette bien huilée est qui permet de satisfaire tout les goûts.
Personnellement j'ai une préférence pour le second épisode qui sort un peu du cadre habituel et de la narration à laquelle nous a habitué Charlie Brooker : on ne comprend rien, l'action est immédiate et (mais ça ce n'est pas un bon point) la question de la technologie peu présente. Je fais parti de ceux enchanté par le retournement de situation à la fin,
Spoiler: Montrer
alors on peut le voir arriver gros comme une maison que cette nana n'est pas un ange mais c'est plus cette idée d'une société assoiffé de vengeance et préférant une torture ridicule (réitérer la souffrance plutôt que la cumuler) au lieu de la peine de mort


Le premier épisode reste tout de même bouleversant tant il est beau, très nostalgique comme le fut le dernier de la saison 1 et il traite à merveille du rapport à la mort et à la technologie de manière très réaliste. Le marché de la mort est malheureusement très juteux et des projets semblables utilisant la volonté d'une mémoire de vie existent déjà.
Et puis il y a le 3ème épisode, le moins bon à mon goût car s'arrêtant là où on aurait voulu en voir plus et effleurant de loin le sujet traité. Bref pas très emballant et tout juste sauvé par les scènes post générique (d'ailleurs c'est une nouveauté de la saison 2 non ? en tout cas j'ai raté celles du premier épisode).

Pour résumer, cette saison 2 est excellente, l'effet de surprise de la première est passé mais il n'en reste des sujets toujours aussi intéressants, pas toujours égaux en matière de développement et avec des acteurs je trouve très tête à claque (putain la nana de l'épisode 2 chaque fois qu'elle pleure un panda meurt) mais l'ambiance reste toujours aussi mystérieuse et envoutante, on frémit à chaque fois que le générique minimaliste commence et on se laisse emporter. Et à la fin on est toujours aussi mal à l'aise et plein de questions.

Awesome.

_________________
Image
A court terme j'écris cette phrase, à moyen terme vous la lirez, à long terme, nous serons tous morts.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Black Mirror
MessagePosté: Ven 8 Mar 2013 20:56 
10 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 13 Mai 2012
Messages: 59
Captain Karma a écrit:
Je fais parti de ceux enchanté par le retournement de situation à la fin,
Spoiler: Montrer
alors on peut le voir arriver gros comme une maison que cette nana n'est pas un ange mais c'est plus cette idée d'une société assoiffé de vengeance et préférant une torture ridicule (réitérer la souffrance plutôt que la cumuler) au lieu de la peine de mort


Bah justement... Je n'arrive pas encore à déterminer pourquoi cette fin ne me plait pas. Pourquoi je n'arrive pas à être convaincue.
Spoiler: Montrer
On est une société assoiffée de vengeance, peut-être, mais à ce point là? Je ne suis pas sûre. Quand tu parles "peine de mort" avec les gens, ils ne veulent plus que la personne vive, ils veulent faire ce que la personne a fait. La torture ne remplace pas une mort. Sans compter ceux qui sont contre qui je pense n'apprécieraient pas ce genre de procédé. Là, que tout le monde y participe en rigolant, c'est trop je trouve. Peut-être que si ça avait été une reconstitution où tout le monde participe mais où tout ce monde est "grave", sérieux (comprendre pas dans une énergie de divertissement) ça serait un peu mieux passé. Je ne sais pas...


Captain Karma a écrit:
Et puis il y a le 3ème épisode, le moins bon à mon goût car s'arrêtant là où on aurait voulu en voir plus et effleurant de loin le sujet traité. Bref pas très emballant et tout juste sauvé par les scènes post générique (d'ailleurs c'est une nouveauté de la saison 2 non ? en tout cas j'ai raté celles du premier épisode).


De mémoire, ça existait déjà dans la première saison. L'épilogue de l'épisode 1 racontait la situation genre un an après l'événement. Pareil, je crois que le "twist" final de l'épisode 2 était dans l'épilogue.
Mais tu fais bien de le noter, j'avais commencé à faire un paragraphe sur l'épilogue de ce troisième épisode parce que c'est vrai qu'il est particulier mais la flemme aidant... Ce qui est "marrant" avec ces scènes post-génériques c'est que même la réalisation est différente du reste de l'épisode, limite elle propose plus de choses dans ces quelques minutes que dans tout le reste de l'épisode, ce qui est d'autant plus rageant !

Si tu as raté l'épilogue du premier épisode de la saison 2, regarde-le! Ca cloue très très très bien cet épisode!

Globalement, si la saison 2 a quelque chose de mieux fait que la saison 1, ce sont ça : les scènes post-génériques.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Black Mirror
MessagePosté: Dim 12 Mai 2013 20:53 
Ô-Totoro
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Mar 2006
Messages: 3647
Localisation: Échappe à la connaissance
Globalement, ce qui dénote du reste de la série avec les épisodes deux et trois de cette seconde saison, c'est que le concept parait juste effleuré, jamais approfondi.

Pour le deuxième épisode, cela vient principalement du point de vue choisi et de l'ambiance distillée qui ont pour but de placer le spectateur en pleine confusion, hébété par les évènements jusqu'à la révélation finale. Comme le personnage principal. Mais, au delà de cela, le procédé n'est jamais lié à la société qu'il est censé décrire, ce qui fait qu'on a du mal à contextualiser et à socialiser le propos de l'épisode, donc tout l'aspect réflectif et émotionnel tombe à plat. Je dirais que l'idée n'est pas assez exploitée mais que la narration reste exemplaire.
Notamment sur le renversement de point de vue lors du générique, où l'on va voir les évènements à travers les yeux de la foule, ce qui constitue là l'élément qui fout la chair de poule. Ce qui semblait inhumain lorsqu'on était aux côtés de Victoria devient une attraction de lynchage, une journée de jeu pour les touristes qui rend la situation un peu moins farfelue : l'acceptation du lynchage vient dans sa légitimation émotionnelle et dans la distanciation qui est prise par les participants à celui-ci.

Pour le troisième épisode, j'ai eu l'impression de voir le pilote d'un concept qui aurait le potentiel pour être exploité plus finement sur un format plus long. C'est comme si cette élection locale n'était que la première étape d'une situation folle qui ne demanderait qu'à grossir. C'est pourtant ce à quoi avait échappé jusque là Black mirror en développant des histoires adaptées à 45 minutes et qui ne survivraient pas à un rallongement, car suffisantes en elles-mêmes et suffisamment creusées pour faire le tour de la question qu'elles voulaient aborder. Par contre, dans cet épisode, la séquence parallèle au générique est nulle et n'apporte rien que ce soit au propos du film ou à ses personnages.

Ce qui fait que je ressors fatalement un peu déçu de cette deuxième saison, mais c'est parce que la première avait placé la barre vraiment très haut et que les nombreuses qualités de cette deuxième ne sont pas suffisantes pour approcher l'excellence de la première, qui en 3 x 45 minutes mettait une grosse baffe à tout ce qui se prétend "noir" ou "mature".

_________________
| Avatar : A. Schaff |


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Black Mirror
MessagePosté: Jeu 3 Nov 2016 11:53 
500 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Mar 2009
Messages: 114
Localisation: Entre York Shin et Dressrosa
La nouvelle saison est arrivé avec Netflix (6 épisodes).

Avant de parler de ceux-ci il y a le meilleur de tous qui est un "Christmas spécial" décembre 2014 entre la saison 2 et 3.
Encore meilleur que le "Grain episode" avec Doctor Doom... J'en suis au s03e03 et toujours pas égalé niveau qualité (Don Draper quoi!)

Ne regardez même pas cet extrait, préservez vous, c'est si bon!

White Christmas


Rien de plus pour ne pas spoiler...

Maintenant laissez-moi vous dire que les 3 premiers épisodes de la dernière saison sont bons et c'est crescendo niveau émotions, choc, atmosphère. Hier soir en allant me coucher j'avais le cafard et redoutais les futurs cauchemars.
Quelqu'un de sensible qui regarde ça sans être sobre peut probablement basculer mal. Aussi ceux qui me lisent, pour une fois je ne troll pas, c'est sérieux ne plongez pas dans Black mirror à l'aveugle.
Il y a bien plus trash, violent, choquant... (Oz, Berserk, Toji toji chopper....) mais cette ambiance malsaine, ce vice, ces émotions sombres et tourmentées dépeintes de manière si palpable.... c'est vraiment le miroir teinté de nos vies. C'est sale.

Si vous êtes sain d'esprit et que vous avez le recul et la stabilité physique et mentale cette série est bien cool!

_________________
Peace
Yare Yare daze
Spoiler: Montrer
Image


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 9 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com