Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 3 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: [Fanfic] L'enfer bleu.
MessagePosté: Mer 10 Mar 2010 19:36 
1 Berry

Inscription: 10 Mar 2010
Messages: 3
Bonjour à tous et à toutes, chers membres de la Volonté du D.

En tant que grand fan de One Piece (déjà au courant du contenu du scan 577 ^^ ) j'ai voulu m'essayer à une fiction se déroulant dans le monde de One Piece. Seulement, cette histoire ne tourne pas autour des Mugiwaras, mais autour d'un équipage entièrement inventé par mes soins : les Shinigamis, qui sillonnent les océans à bord de leur fier navire, à savoir le Cercueil. Cette fiction sera donc sans aucun doute plus sombre durant les premiers chapitres.
Il faut également situer le contexte spatio-temporel... eh bien, spatio, il s'agit du monde de One Piece comme vous le connaissez, et temporel, l'action se déroule quelques temps après l'arc de Marine Ford (une demi-douzaine de mois, environ), ce qui offrira plus de perspectives à exploiter. Je vous poste le premier chapitre sur le champ :D

Chapitre 1. Gaikotsu VS Ketsueki.

La tempête faisait rage. Le tonnerre grondait, et de nombreux éclairs zébraient le ciel, dansant parmi les lourds nuages noirs qui se dressaient, menaçants, au-dessus du navire. La mer, agitée, faisait tanguer dangereusement le bateau, d'énormes vagues s'écrasant avec fracas contre les parois de bois de l'embarcation. Les cris des pirates ne recouvraient qu'à grand peine l'éclat du tonnerre, rendant inutiles toute tentative de redresser le bateau. Alors qu'une pluie diluvienne s'abattait sur le pont désordonné, un homme restait assis dans sa cabine, les mains croisées sur son bureau. La douce chaleur qui enveloppait la salle contrastait avec le froid qui régnait à l'extérieur. Une petite lampe à pétrole éclairait faiblement l'ensemble de la pièce, dévoilant une bibliothèque remplie de livres qui occupait tout un mur, un bureau de bois brut, d'apparence solide, sur lequel se reposait l'homme, ainsi qu'une petite table, où étaient posées une carte entamée et une boussole, dont l'aiguille tournait à toute allure, sans s'arrêter. L'homme qui était assis sur sa chaise avait l'air pensif. Ses cheveux châtains recouvraient ses yeux d'un bleu azur, rappelant le ciel quand celui-ci était dégagé. Il ne portait qu'un pantalon, délavé par le temps, rapiécé, déchiré, troué, qui devait jadis être d'une couleur bleue sombre. Une sangle était passée autour de son torse musclé, taillé par les années de combat qu'il avait vécu. Dans son dos, la sangle se finissait en fourreau, où était rangée une épée au manche rutilant. Alors qu'il relevait la tête, un homme d'équipage poussa la porte avec force, et hurla.

-CAPITAINE ! Le mât s'est brisé ! Plusieurs hommes ont perdu la vie, d'autres sont tombés à la mer, et nous n'avons aucun moyen d'aller les récupérer !
-Il faut se rendre à l'évidence, Kayaku. Grand Line n'est pas fait pour nous, souffla le capitaine, observant l'homme affolé. J'avais fait un rêve... impossible à réaliser, quand j'étais jeune. Celui de pouvoir conquérir le monde. Mais il semblerait que nous nous soyons frottés à un échec cuisant. Laissez le navire sombrer, et sauvez votre vie, si vous y parvenez... ordonna-t-il.
-Capitaine... Rien n'est perdu, ce n'est qu'une petite tempête, tenta de le raisonner Kayaku.
-Une petite tempête qui a déjà tué des hommes, répondit le capitaine. Vous n'avez pas fait l'erreur d'avaler un fruit maudit, alors sauvez-vous. Je mourrai avec mon bateau.

Kayaku ne répondit rien. Il observa quelques secondes son capitaine avant de baisser la tête.

-Nous étions ravis de partir avec vous dans cette aventure, dit-il, d'une voix basse. Nous voulions aussi conquérir le monde ! Et nous réaliserons notre rêve.

Alors que le capitaine s'apprêtait à répliquer, un autre homme arriva, le visage recouvert de pluie, une blessure béante au flanc droit. Tout en maintenant la plaie, l'homme tenta de parler, mais un flot de sang l'en empêcha. Aspergeant le sol de la cabine, le sang se répandit très vite aux alentours. Observant la tâche bordeaux, le capitaine intima à Kayaku de déplacer le cadavre du pirate et de refermer la porte. D'abord hésitant, Kayaku finit par s'exécuter.

-Ketsueki, sors de là, ordonna alors le capitaine, fixant encore la tâche de sang.

Alors que de nouveaux cris retentissaient à l'extérieur, le sang commença alors à se mouvoir. Il prit lentement une forme humaine, avant de se dresser totalement face au capitaine. Ses cheveux noirs impeccablement rangés, une fine moustache se dressant sous le nez, des vêtements dignes de grandes occasions, il fit la moue et dévisagea le capitaine.

-C'est pas juste, Gaikotsu-sensei... vous arrivez toujours à me reconnaitre malgré mon déguisement. Qu'est-ce qui vous a mis la puce à l'oreille ? bougonna le dénommé Ketsueki.
-Je t'ai déjà demandé de ne plus m'appeler Gaikotsu. Ce surnom... donné à cause de mon fruit maudit... il m'insupporte.
-Vous êtes invincible, avec ça ! Et vous n'avez pas répondu à ma question !
-Tu te déplaces toujours trop vite, expliqua Gaikotsu. Comment vont les Shinigamis ?
-L'équipage se porte à merveille ! Seikyo-san s'est fait tuer au combat, par contre... Du coup, il porte encore mieux son surnom ! plaisanta Ketsueki.
-Qu'est-ce que tu me veux ? l'interrompit Gaikotsu, d'un ton énervé.
-Vous faire revenir dans l'équipage. Uchijini-sama veut que vous reveniez, répondit Ketsueki d'un air sérieux. L'arrivée de ce Mugiwara dans le Nouveau Monde le tracasse.
-J'ai quitté l'équipage pour une bonne raison. Uchiniji le sait très bien. Ce n'est pas un gamin qui va me faire changer d'avis, grogna Gaikotsu. Cette ambiance ne me plaisait pas tellement. Toujours en train de festoyer autour d'un tas de cadavres, non merci...
-Gaikotsu-sensei... Nous avons besoin de votre pouvoir. Ce Zoan légendaire est plutôt... commença Ketsueki.
-Ce n'est pas un Zoan ! C'est un Paramecia, pour la centième fois ! hurla Gaikotsu. Un squelette n'est pas un animal !
-Ça pourrait aussi bien être un Logia, alors... souffla Ketsueki. Comme moi !
-Laisse tomber, appelle ça comme tu veux... murmura l'homme-squelette. De toute façon, je ne reviendrai pas dans l'équipage des Shinigamis. Ils ont des pouvoirs beaucoup plus puissants que le mien.
-J'ai une idée : si on faisait un combat, qui décidera de votre avenir ? proposa Ketsueki.
-Tsss... avec le temps qu'il fait ? On va passer par-dessus bord en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire.
-On peut toujours essayer, répliqua Ketsueki, le sourire aux lèvres.
-Bon, d'accord...

Et les deux hommes sortirent de la cabine, accueillis par une nuée de gouttes d'eau. Des hommes s'affairaient tout autour d'eux, cherchant à dégager les débris, à évacuer l'eau, à lancer les cadavres par-dessus bord...

-On dirait que votre nouvel équipage se débrouille moins bien que celui des Shinigamis... remarqua Ketsueki.
-Vous n'avez pas atteint votre but non plus. Rough Tell est encore loin, si vous avez besoin de moi, ricana Gaikotsu. J'ai beau avoir quitté le Cercueil, on en est au même point.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mer 10 Mar 2010 22:28 
1 Berry

Inscription: 10 Mar 2010
Messages: 3
Chapitre 2. Le combat au milieu des flots.

Ketsueki regardait son adversaire avec intérêt. Il étudiait sa posture, son éternel sourire satisfait accroché sur le visage. Ses yeux, d'un rouge flamboyant, parcouraient la totalité du corps du capitaine du navire, réfléchissant déjà au meilleur moyen de le vaincre. Alors que la pluie redoublait d'intensité et que le bateau menaçait de se retourner de plus en plus, tous les hommes s'étaient arrêtés dans leur travail et s'intéressaient aux deux combattants. Kayaku s'avança, sortant d'un groupe de matelots assignés aux voiles, et regarda Gaikotsu d'un oeil apeuré.

-Capitaine... vous n'allez pas vous battre ici ? demanda-t-il, la voix tremblante.
-Pourquoi pas, Kayaku ? ricana le capitaine, ne prenant pas la peine de se retourner. C'est un temps idéal pour effacer le sang...

Ketsueki continuait de scruter son opposant, silencieux, préférant éviter de lui révéler des informations.

-Pourquoi avez-vous accepté ce combat, sensei ? Uchijini-sama m'avait dit que ça serait plus compliqué que ça de vous ramener... questionna Ketsueki.
-Je n'ai pas envie qu'un ancien élève ne meure dans un naufrage stupide, répondit Gaikotsu. Il ne faut pas priver les Shinigamis d'un élément si prometteur ! Plus vite nous réglerons ce petit problème, plus vite tu quitteras ce rafiot !
-Un capitaine devrait éprouver un peu plus de respect pour son navire et pour ses hommes d'équipage, fit remarquer Ketsueki. Quoiqu'il en soit, je suppose que nous pouvons commencer ? voulut-il s'assurer.
-C'est parti... murmura Gaikotsu, se passant la langue sur les lèvres.

Au moment même où un éclair s'abattit non loin du bateau, le capitaine se transforma en un squelette, d'une blancheur éclatante. Ketsueki écarquilla légèrement les yeux, surpris de voir que son ancien maître allait se battre sérieusement si tôt.
Prenant son élan, l'homme-sang prit un canif, caché dans la doublure de sa veste, et se fit une entaille au niveau du poignet droit. Un léger flot de sang commença à couler, marquant le début du combat. Zigzaguant parmi les débris et les pirates restés sur le pont, l'homme atteignit très vite son adversaire et lui asséna un coup de pied en pleine jambe. Emporté par son élan, il fit un tour sur lui-même et frappa le crâne de Gaikotsu avec son coude, avant de sauter quelques mètres en arrière. La jambe du squelette se détacha et tomba sur le sol, tandis que le crâne du monstre se fissura légèrement sous l'impact du choc. Décidé à ne pas perdre, Ketsueki lança un nouvel assaut, se préparant à faire tomber un des bras du capitaine squelette. Au moment où il allait porter son coup, la jambe squelettique restée au sol s'anima, et vint faire un croche-patte au pirate, qui chuta lourdement sur le sol. Son nez entra en collision avec la surface dure du bois, et commença à saigner. Se relevant tout en essuyant du mieux possible le sang, Ketsueki regarda son mentor.

-Tu as déjà oublié l'étendue de mon pouvoir ? demanda Gaikotsu, légèrement surpris d'avoir blessé son élève si facilement.
-Bien sûr que non... murmura ce dernier. Je suppose que nous avons le droit d'utiliser tous les instruments présents sur le bateau ?
-Si ça te chante, pouffa Gaikotsu. Ça ne changera rien au résultat de ce combat.

Puis il sauta en arrière, sa jambe toujours détachée juste derrière lui. Après avoir été reconstitué, il dégaina son sabre et vit clairement une expression de terreur se dessiner sur le visage de Ketsueki. La lame de l'épée n'était pas en acier mais en os. Gaikotsu avait trouvé cette lame lors de ces pérégrinations sur le vaste océan, lorsqu'il était encore le bras droit d'Uchijini, mais il ne s'en était encore jamais servi face à son ancien élève. Ce dernier ignorait d'ailleurs si son adversaire pouvait modeler des objets constitués d'os.
Ketsueki leva sa main droite, d'où perlait encore un mince filet de sang, et fit un grand geste de la main, éparpillant quelques gouttes du liquide rouge dans l'air.

-Blood... Tears ! s'exclama-t-il.

Aussitôt, les gouttes de sang foncèrent en direction de Gaikotsu, qui ne put pas toutes les éviter. Teintant le haut de son crâne de rouge, ces quelques gouttes donnèrent le sourire à l'homme-sang.

-Tu as appris de nouvelles techniques, mais celle-ci semble plutôt inutile, se moqua Gaikotsu.
-Sensei, vous devriez me connaitre... vous m'avez vous-même enseigné qu'il fallait parfois apprendre à se battre de manière endurante. Chaque petit détail de ce combat va devenir quelque chose d'incroyable dans quelques minutes.

Puis il chargea une nouvelle fois. Il mit son bras gauche devant son visage et donna un nouveau coup en plein dans le crâne du squelette, qui vacilla avant de se remettre d'aplomb.

-Ce combat n'a que trop duré, Ketsueki. Tu transmettras mes amitiés à Uchijini.

Puis il tendit son sabre devant lui. Affolé, Ketsueki se courba, comme pour éviter un assaut, mais rien ne se produisit. Il risqua un oeil, et jeta un regard à son adversaire. Le squelette gardait sa lame tendue devant lui, comme s'il attendait quelque chose. Se redressant, Ketsueki se donna une petite claque sur la tête, comme pour se punir d'avoir été si stupide. Il ferma les yeux, et prépara sa nouvelle attaque. Le sang qui se trouvait sur le sommet du crâne de Gaikotsu commença à bouger, lentement, à la manière d'un morceau de gelée, avant de glisser le long des fossettes osseuses du capitaine. Les quelques gouttes de sang se réunirent, et s'insinuèrent dans les orbites creuses du squelette, dans un but inconnu.

-Héhé, ta technique est inutile, tu ne pourras rien me faire comme ça ! assura Gaikotsu. Tu vas voir ce qui t'attend... Lightning Mode ! lança-t-il, tout en levant son sabre au ciel.

Un éclair frappa alors la pointe de la lame, et électrifia la totalité de l'arme, se propageant également dans le corps du monstre squelettique.

-Quoi ? Mais... commença Ketsueki, éberlué de voir le squelette se transformer en une masse électrique.
-Il pleut, l'interrompit Gaikotsu. Tu ne pourras pas éviter le prochain assaut. Le sang aussi est mouillé... RAKURAI !

Toute l'électricité contenue dans le squelette se transforma en un éclair gigantesque qui traversa le pont du navire en moins d'une seconde. Le choc qui en résulta fut stupéfiant : un véritable feu d'artifices électrique se propagea tout autour du corps électrocuté. Des éclairs frôlaient chaque membre de l'équipage, qui se couchaient au sol, la plupart poussant des cris et tentant de se protéger de leurs bras. L'explosion commença à enflammer le pont, et un incendie démarra.

-Maintenant, laisse moi mourir... ordonna Gaikotsu, reprenant sa forme humaine.

Alors qu'il se dirigeait vers sa cabine, un de ses pirates lui sauta au cou et l'empêcha d'avancer. Le pirate essaya de briser la nuque de son capitaine, qui se transforma au bon moment, évitant de se faire briser les os. Plongeant sa lame dans le coeur du rebelle, Gaikotsu le regarda d'un air méprisant, tout en reprenant sa forme habituelle.

-Qu'est-ce qui t'as pris, stupide pirate ? demanda-t-il au cadavre.
-Internal... Blood... lui répondit une voix, derrière lui.
-Que... ? commença le capitaine.

Mais il était déjà trop tard. Un flot de sang jaillit de sa bouche, avant de s'approcher de ses pieds, et de les emprisonner, coagulant sur le champ.

-Bon sang... c'était quoi, ça ? ricana Gaikotsu, ravi de voir que son ancien élève n'avait pas perdu la main.
-J'ai simplement pris le contrôle de cet homme pour qu'il vous attaque, expliqua Ketsueki, se relevant de derrière un autre corps de pirate calciné. Et j'ai fait pareil avec celui-là, précisa-t-il en donnant un petit coup de pied au macchabée fumant.
-Quand est-ce que tu as fait ça ? s'enquit Gaikotsu.
-Pour celui qui m'a servi de bouclier, j'avais déjà préparé le terrain avant le combat, avoua Ketsueki. Pour l'autre, c'est au moment de ma technique que j'ai utilisé tout à l'heure, avec ces gouttes de sang. Mon sang s'est retrouvé sur lui, et j'en ai profité pour mélanger mes cellules aux siennes.
-Et c'est pour ça que tu as fait rentrer du sang dans mes orbites, tout à l'heure ? continua Gaikotsu.
-Exact. Quand vous avez repris votre apparence normale, j'ai mélangé mon sang au vôtre, afin de pouvoir vous immobiliser.

Tout en expliquant son plan d'attaque, il se rapprocha de l'homme-squelette. Une fois arrivé à portée, il posa la main sur son épaule, un grand sourire aux lèvres.

-J'ai gagné, jubila-t-il, en plaçant la lame de son canif sous la gorge de Gaikotsu. C'est du Kairouseki, précisa-t-il. Inutile d'espérer vous en tirer avec votre pouvoir.

Gaikotsu tira son épée de son fourreau, et la regarda quelques secondes. Puis il tourna son regard vers son élève.

-Tu es devenu plus fort, dirait-on. Et j'ai l'impression que tu n'as pas fini de m'étonner. Mais je n'ai pas chômé non plus, dit alors le capitaine.
-Votre épée ne me fait pas peur. Je suis constitué de sang, je vous le rappelle... soupira Ketsueki. Acceptez votre défaite, et suivez-moi.

Gaikotsu donna un grand coup avec son sabre sur le sol, et de grandes fissures apparurent le long de l'arme. Il la plongea ensuite dans le bras de son opposant, provoquant une véritable explosion de sang. Tombant à genoux, l'homme-sang observa la lame, et comprit.

-Tu n'es pas le seul à avoir des joujoux en Kairouseki, ricana Gaikotsu.

Le sang qui l'emprisonnait redevint liquide et lui permit de se libérer.
Les pirates alentours regardaient leur capitaine, ébahis, n'ayant pas compris ce qu'il s'était passé.

-Vous comptez laisser brûler le bateau ? demanda Gaikotsu, en jetant un bref coup d'oeil aux flammes qui avaient à présent brûlé une grande partie du bateau.

Prenant conscience du danger qui les guettait, les pirates s'affolèrent alors, persuadés de mourir.

-Moi, je vais rejoindre les Shinigamis, ricana Gaikotsu. J'ai hâte de voir si les autres ont aussi progressé.

Puis il aida Ketsueki à se relever. Alors qu'il s'apprêtait à passer par-dessus la balustrade du bateau, Kayaku s'interposa.

-Capitaine... vous n'avez pas le droit de nous abandonner en pleine tempête ! hurla-t-il, pendant que des hommes s'affairaient à éteindre l'incendie qui gagnait du terrain.
-Silence, cet équipage ne m'aura pas permis de réaliser mon rêve... adieu.

Et il sauta par-dessus bord, atterrissant sur une petite embarcation. Commençant à ramer, il salua une dernière fois son ex équipage. Kayaku brandit son poing en l'air et lança une salve d'insultes à son capitaine, promettant qu'ils se reverraient un jour. Ketsueki était à moitié évanoui, mais il semblait avoir compris qu'il avait réussi. Gaikotsu aperçut certains de ses hommes sauter par-dessus bord, préférant la mer grise au feu. Il ne l'avait pas remarqué, mais la tempête s'était calmée

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Dim 14 Mar 2010 02:55 
1 Berry

Inscription: 10 Mar 2010
Messages: 3
Chapitre 3. L'équipage des Shinigamis.

Le bateau incendié avait disparu de l'horizon depuis plusieurs heures, déjà, et Gaikotsu continuait toujours à ramer, sans apercevoir la moindre île ni même le moindre navire. Alors que des gouttes de transpiration coulaient le long de son visage, Ketsueki se redressa, et entrouvrit lentement les paupières. L'éclat du soleil lui piqua les yeux, et il dut les refermer. S'habituant à la lumière, il dévisagea son mentor.

-La tempête est finie ? demanda-t-il bêtement, regardant vers le ciel azuré.
-Tu es... très perspicace ! ironisa Gaikotsu, se courbant sur les rames. On arrive bientôt ? Ça fait plusieurs heures que je rame comme un forcené !
-Vous vous êtes trompés de direction... marmonna Ketsueki.
-Tu te fiches de moi ?!? J'ai ramé sous la pluie, sous un soleil de plomb, j'ai lutté contre le vent, j'ai dû faire fuir un Roi des Mers, et tu me dis que je me suis trompé ? hurla Gaikotsu, sidéré.
-Il fallait bien que vous vous familiarisiez avec la mer avant de revenir parmi nous, se défendit Ketsueki.
-Je suis resté capitaine, devrais-je te rappeler ! Je n'ai pas perdu l'habitude de naviguer ! reprit Gaikotsu, haussant le ton à chaque mot.

Après une brève dispute, les deux hommes se mirent en route dans la bonne direction.

-Alors, qu'est-ce que vous êtes devenus ? s'intéressa Gaikotsu, pendant que Ketsueki ramait. Uchijini n'a toujours pas trouvé de fruit du démon ?
-Si, il en a trouvé plusieurs, mais il n'a pas débusqué celui qu'il cherchait, répondit Ketsueki, surveillant le mouvement des vagues.
-Vouloir trouver ce stupide fruit... il y en a des beaucoup plus puissants que ça, sur l'océan, non ? grommela Gaikotsu.
-Uchijini-sama est obsédé par ce fruit. C'est pour ça qu'il a créé l'équipage des Shinigamis. Le fruit du Squelette, celui du Sang, celui de la Faux... Tous nos pouvoirs ont un rapport avec la mort, de près ou de loin, fit remarquer Ketsueki.
-J'étais son second, je sais quand même pourquoi il a formé cet équipage, grogna Gaikotsu.
-Il a un nouveau second, précisa l'homme-sang, en regardant pour la première fois en direction de son ancien maître depuis longtemps.
-Je m'en doute... grommela Gaikotsu. Je ne mérite pas de redevenir son second...

Ketsueki resta silencieux et continua à ramer.
Au bout de quelques nouvelles heures, un bateau apparut à l'horizon. Sur la ligne entre le ciel et la mer, un immense navire aux couleurs de la Marine se dressait, toutes voiles dehors.

-La Marine... marmonna Ketsueki. On va devoir les éviter, ajouta-t-il, à l'adresse de son compagnon.
-J'ai bien envie de me dérouiller un peu ! fit Gaikotsu, se faisant craquer les doigts, un sourire ravageur sur la bouche.
-On n'a pas le temps, répondit Ketsueki. En plus, ils doivent être beaucoup plus nombreux que nous...

En effet, ce bateau appartenait à un vice-amiral de la Marine, qui revenait d'une mission périlleuse.

-Dépêchez-vous, et empêchez ce voleur de s'échapper ! hurla le vice-amiral Onigumo à ses troupes. Il ne doit pas quitter sa cage !
-À vos ordres ! lança un soldat, se mettant au garde-à-vous.
-Ce dangereux criminel ne doit pas s'échapper... Si jamais il s'enfuit, vous en serez tous tenus pour responsables, siffla le vice-amiral, en regardant le soldat dans les yeux.
-Ou... oui, Chef ! répondit celui-ci, effrayé.
-CHEF ! CHEF ! On... on a repéré un petit bateau, plein nord ! Le Pirate Écarlate est à bord ! cria alors un soldat, placé en haut du mât, muni d'une longue-vue.
-Le Pirate Écarlate... répéta Onigumo. Nous avons déjà un voleur à bord... si en plus de ça, on ramène ce fameux pirate, nous aurons droit aux félicitations de l'amiral en chef ! jubila-t-il. FONCEZ-LUI DESSUS ! ordonna-t-il.

S'exécutant, le navire accéléra l'allure, dans la direction de la petite barque, où les deux pirates attendaient.

-Ils viennent sur nous... soupira Ketsueki. On est mal partis...
-On va s'amuser un peu, Ketsueki. VENEZ ICI, SALES MARINES ! hurla Gaikotsu, se passant une nouvelle fois la langue sur les lèvres.
-Ne sois pas imprudent, Gaikotsu, espèce d'abruti...
-Quoi ? Tu as dit quelque chose, Ketsueki ? demanda Gaikotsu, tout en se retournant vers son élève.
-Euh... non, répondit Ketsueki, surpris par cette question.
-Tu m'as appelé "abruti", je crois ? continua Gaikotsu, en approchant son visage de celui de l'homme-sang.
-Hein ? Mais non, sensei, je n'oserais jamais... commença Ketsueki.
-Gaikotsu, pauvre andouille ! l'insulta alors la voix mystérieuse. Tu ne me reconnais pas ?

Écoutant attentivement, l'homme-squelette reconnut soudain la personne qui était proche d'eux.

-Ibuki ? C'est toi ? questionna-t-il, en semblant parler à l'air environnant.
-Tu n'as même pas reconnu mon fruit du Souffle, espèce d'imbécile, répondit le dénommé Ibuki, tout en restant caché.
-Montre-toi, sombre crétin... ça fait tellement longtemps ! Tu as appris à te camoufler ? demanda Gaikotsu, cherchant son interlocuteur du regard.
-Non, j'ai simplement trouvé un nouvel ami ! confessa Ibuki, apparaissant soudain aux côtés d'une autre personne.

Ibuki était plutôt grassouillet, et avait une chevelure blonde frisée. Il souriait en permanence d'un sourire exaspérant, mettant en valeur des pommettes rosies par l'air marin. Ses yeux restaient cachés derrière des lunettes aux montures vertes et aux verres bleus nuit. Comme à son habitude, il portait un costume de toutes les couleurs. Cette fois, c'était une sorte de manteau vert pomme qui descendait jusqu'aux genoux. De fins traits roses décoraient les extrémités des manches et entouraient la fermeture-Éclair. Il ne portait aucun pantalon, Gaikotsu remercia le ciel que le pirate ait porté une veste assez longue. Pour finir, ses chaussures -qui ressemblaient à des babouches- étaient d'un orange fluo à en faire mal aux yeux.
L'homme qui se trouvait à côté de lui ressemblait à un lion, une longue chevelure blonde attachée dans son dos, un museau blanc et ocre, achevé par un nez noir et humide. De longues dents ornaient sa bouche, son visage était couvert de cicatrices. Il portait une sorte de turban bleu, assorti à sa veste et à son pantalon.

-Je te présente Absalom ! ricana Ibuki, ravi d'avoir trouvé un nouveau partenaire. Il a le fruit de l'Invisibilité, et ça a rappelé les esprits à Uchijini-sama. Le pauvre, il a été victime d'un mariage raté...

Absalom lança un bref signe de tête aux deux autres, puis détourna le regard.

-Pas la peine de s'inquiéter de ces abrutis de Marines, lança Ibuki. Je vais utiliser cette technique qui plait tant à Uchijini-sama !
-On voulait se battre, grommela Gaikotsu.
-Non, tu peux y aller, Ibuki, l'interrompit Ketsueki.
-Alors j'y vais ! Je les tue ou je les laisse s'enfuir ? demanda Ibuki, indécis. Absalom chéri, dis-moi ce que je devrais faire !
-Tsss... Je croyais que les Marines entraient dans le plan d'Uchijini ? grogna le lion.
-Exact ! Autant les laisser filer... Le Vent de la Confusion... marmonna-t-il.

Une bourrasque sembla alors émaner de lui, et se dirigea vers le bateau. Pendant qu'Ibuki restait concentré, les mains posées sur le haut de la tête, le souffle s'approcha d'Onigumo, tourna autour quelques secondes, puis s'éleva de nouveau dans l'air. Il se répandit alors, et tous les soldats entendirent la voix de leur vice-amiral prononcer très clairement ces paroles :

-Faites demi-tour, ils sont trop nombreux !

Aucun Marine présent sur le navire ne comprit ce changement de la part du vice-amiral, mais tous, en un seul mouvement, firent virer de bord le navire. Onigumo, se rendant compte qu'ils changeaient de direction, hurla à ses hommes de reprendre la route normale. Mais, assourdis par le souffle d'Ibuki, les soldats n'entendirent pas l'ordre lancé par le vice-amiral. Afin d'éviter qu'ils ne remarquent la colère de ce dernier, Ibuki donna à son souffle un son identique aux Den Den Mushi de la Marine, et attendit que le vice-amiral ne décroche celui qui se trouvait à sa ceinture. Le souffle imita ensuite la voix d'un Marine quelconque et siffla aux oreilles du capitaine :

-On a un problème dans la soute !
-Le prisonnier s'est évadé ? beugla Onigumo, s'interrompant dans ses ordres.
-Euh... oui... marmonna le souffle.

Devenant rouge sous l'effet de la colère, le vice-amiral abandonna toute tentative de pourchasser les pirates embarqués dans le frêle esquif, et fonça dans la cale.

-On en profite pour s'enfuir, ordonna Ketsueki, voyant que le navire de la Marine modifiait sa trajectoire.

Déçu, Gaikotsu fini cependant par céder et ne s'opposa pas à cette décision. Ibuki reprit une posture normale et se mit à rire à gorge déployée.

-Je n'avais jamais plumé aussi facilement un vice-amiral ! hurla-t-il, fier de lui. Allez, direction : le Cercueil !

Très vite, les quatre pirates arrivèrent en vue d'un bateau en forme de cercueil.

-Il n'a pas changé, constata Gaikotsu, légèrement ému.
-Tu verras, l'équipage n'a presque pas changé non plus ! assura Ibuki. Ils sont tous restés complètement stupides !

En abordant, un bref coup d'oeil suffit à Gaikotsu pour se rendre compte que tout l'équipage était en effet au complet. Il reconnut Scythe, l'homme-faux, Karasu et ses vêtements noirs d'homme-corbeau, Arbre-Mort, qui avait obtenu son surnom grâce à son fruit du Bois, et il ne put manquer les deux jumelles Tika et Natassa, deux utilisatrices d’une forme de haki et d'une arme... particulière, qui dansaient en permanence

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 3 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com