Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 16 messages ]  Aller à la page [1], 2  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: [Fanfic] Aquatic Blood Spade
MessagePosté: Sam 11 Fév 2012 16:40 
55 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 03 Oct 2010
Messages: 582
Localisation: Sur la Mer des Stratagème, occupé à boire du saké en dévalisant les villages de pauvres payans
AQUATIC BLOOD SPADE


Je l'ai annoncé hier, et la voilà déjà ici! "Aquatic Blood Spade" est une petite fiction assez hardcore, je dois l'avouer, que j'ai imaginé il y a une semaine. 10 chapitres sont pour l'instant prévu, mais si jamais l'aventure se rallonge encore, peut-être y aura-t-il encore des chapitres supplémentaire.

Liste des chapitres:
Prologue
1. Akim et Perséflonne
2. Akalgara VS Akim
3. Envahisseurs
4. ???
5. ???
6. ???
7. ???
8. ???
9. ???
10. ???

Le rythme de parution sera assez rapide, j'espère avoir terminé en une semaine. Je ne vous fais pas de résumé, car ça ira très vite. Sur ce, place à l'histoire!

"Prologue"

Spoiler: Montrer
*souffle*
Enfin. C’était terminé.
L’ennemi jonchait le sol, mort. Le sang coulait de sa bouche et de ses nombreuses plaies. Son sang enveloppait aussi les mains d’Akim, son adversaire.
Akim n’entendait pas la foule en délire. Il entendait son propre cœur battre la chamade. Il sentait son propre sang couler dans ses veines. Ce sang, qu’il sentait chaud comme la braise, qu’il avait versé tant de fois.

Cette victoire le hissait à la barre des 99 victoires d’affilée dans l’arène. Plus qu’une et il se rapprocherait d’un pas de plus vers son rêve… Mais il ne devait pas penser à ça maintenant. Il avait autre chose à faire.
Akim avait 20 ans. Il était le plus jeune lutteur à mort de sa génération. Le pays d’Anrokamna était réputé pour ses guerriers à la force démesurée et à son besoin de sang. On le surnommait aussi « Le Pays Rouge ». Les villes, construites à même le roc des montagnes, étaient teintée de reflets rouges. Ces reflets n’étaient pas de la peinture. Ni de la roche rouge. C’était le sang des travailleurs, qui ont creusés leurs maisons à la force de leurs mains.
Anrokamna possède une législation très stricte, et en même temps très simple : Pour survivre, chaque homme doit protéger sa famille, trouver soi-même sa nourriture, et gagner l’argent eux même lors des affrontements dans l’arène. Mais pour faire tout cela, il fallait avoir 20 ans.
Dès qu’il avait eu vingt ans, Akim avait été trainé dans l’arène. Comme tout les jeunes de son âge. Ou plutôt, Akim avait trainé les gardes qui l’accompagnaient dans l’arène. Morts. On lui avait alors cité les trois lois d’Anrokamna, et l’avait prévenu que, pour faire ses preuves, il devait vaincre cinq adversaires le soir même. Il avait aussi eu le choix de son arme : Epée, hache ou massue. Il avait opté pour ses poings. Et le même soir, les cinq jeunots de vingt ans qu’on lui avait servi en guise d’amuse-gueule s’était retrouvé étendu par terre, la nuque brisée. Dès lors on l’avait surnommé « Le Démon Rouge ».

Depuis ce soir là, et ce durant une semaine, Akim n’avait cessé de se battre contre les esclaves, les pirates, les guerriers et même un elfe prisonnier que lui envoyait le Chef du Pays, Kolum.
Pas un instant de répit. Pas une pause. Pas une goutte d’eau. Pas une tranche de pain. Akim avait tout refusé. Et durant cette semaine, il avait sentit os sur os se briser entre ses mains. Et aujourd’hui, au moment ou le soleil se couchait à l’horizon, le dernier ennemi s’affaissait devant lui.
Akim, depuis sa position de « Jeune », était passé en une semaine à la case « Adulte Confirmé, Prêt à se Battre sur le Champ de Bataille ».

_________________
In the darkness or light,
In cities or the countryside,
A Song resounds forcefully
The Song of the Phoenix Dragon.
Fear it, Love it, weep on,
Because the only people who fit
Are the souls of the damned pirates


Une future légende est en marche... Découvrez ses aventures ici!
-Walk The Phoenix Dragon-


My Name Is: HILRÉ LAMOU (Star Wars) - CONFUSED DRUADAN (Terre du Milieu) - CELEGORM CÚTHALION (Langue Elfique) - DRACO (SSBB) - Phénix Dragoon (Volonté du D)


Dernière édition par Phénix Dragoon le Mer 22 Fév 2012 23:59, édité 6 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfic] Aquatic Blood Spade
MessagePosté: Sam 11 Fév 2012 19:20 
3 000 000 Berrys

Inscription: 18 Fév 2011
Messages: 197
Bon, comme pour l'instant on a juste un prologue assez court, je ne commenterai pas en détail. Je dirai juste que c'est très bien écrit, et agréable à lire.

Autre remarque :
Citation:
le Chef du Pays, Kolum.

My preciousssss... Gollum ! Gollum ! Sneaky little Hobbits... They stole us our preciousss...

:)
Oui, c'est la première chose à laquelle j'ai pensé en voyant ce nom. Suis-je le seul ou est-ce que d'autres ont pensé la même chose ? :p

_________________
"Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait." --> ça me fait un peu penser à One Piece, bizarrement...
Mark Twain


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfic] Aquatic Blood Spade
MessagePosté: Sam 11 Fév 2012 19:26 
100 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Aoû 2011
Messages: 852
Localisation: Buch 260
Très bien écrit, c'est clairement génial ce que tu as comme capacité d'écriture Phénix, le thème est très bon, c'est vrai que c'est assez hard mais ça reste agréable à lire tout ces petits combats. Écris-nous le reste très vite!

PS: Be the best of the pirates... ^^, on en commence une au même moment, le fruit du destin!

[EDIT] Des répercussions ou pas, c'est pas vraiment important. J'aimerais des avis ou des conseils, positifs ou négatifs, peu importe. Je veux pas t'obliger à lire ma fic mais bon, quelques commentaires seraient les bienvenus...

_________________
Kto ma siłę w swoich rękach, świat ma u jego stóp


Dernière édition par Léoshka le Dim 12 Fév 2012 20:42, édité 3 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfic] Aquatic Blood Spade
MessagePosté: Sam 11 Fév 2012 20:55 
55 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 03 Oct 2010
Messages: 582
Localisation: Sur la Mer des Stratagème, occupé à boire du saké en dévalisant les villages de pauvres payans
J'avais remarqué, Leo... ça m'a l'air d'être une bonne fic, mais malheureusement je ne suis pas fan des textes sur base de l'univers d'Oda. donc si je me mettait à donner un avis dessus, ça aurait surement des répercussions.

Bref, je vais quand même expliciter un peu la trame scénaristique... "Aquatic Blood Spade" se déroule dans le monde de "l'Oeil du Démon Léviathan", mais un peu plus tôt dans le temps que l'histoire originale. L'histoire est celle de Akim, jeune guerrier qui, comme vous avez pu le voir, est assez... amateur de sang. Mais je dois dire que je prends mon pied à décrire ces scènes là... même si je sens mon sang bouillir dans mes veines...

_________________
In the darkness or light,
In cities or the countryside,
A Song resounds forcefully
The Song of the Phoenix Dragon.
Fear it, Love it, weep on,
Because the only people who fit
Are the souls of the damned pirates


Une future légende est en marche... Découvrez ses aventures ici!
-Walk The Phoenix Dragon-


My Name Is: HILRÉ LAMOU (Star Wars) - CONFUSED DRUADAN (Terre du Milieu) - CELEGORM CÚTHALION (Langue Elfique) - DRACO (SSBB) - Phénix Dragoon (Volonté du D)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfic] Aquatic Blood Spade
MessagePosté: Dim 12 Fév 2012 13:17 
55 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 03 Oct 2010
Messages: 582
Localisation: Sur la Mer des Stratagème, occupé à boire du saké en dévalisant les villages de pauvres payans
________________________________________________________________

Chapitre 1 : Akim et Perséflonne
________________________________________________________________


Spoiler: Montrer
Perséflonne est la fille de Kolum. Sa fille unique.
À Anrokamna, les femmes n’ont le droit que d’enfanter et de rester à la maison. Perséflonne était contre cette loi. Malgré ses 19 ans, elle est déjà un petit bout de femme très virulente, avec des idées et des rêves très arrêtés :
-Moi, quand j’aurai vingt ans, j’irai me battre dans l’arène !
Mais elle avait beau s’esquinter, son faible poing n’arrivait pas à éroder la roche de sa chambre royale. Pas comme son père qui avait bâti cette même chambre sur trois coups de poings.
Elle était donc obligée de suivre les combats de l’arène par le biais de la loge royale.
Elle avait assisté au combat d’Akim dans son entièreté. Perséflonne était impressionnée par sa force, mais n’avait pas le droit d’aller le féliciter. Son rôle à elle était de rester dans la maison, à tricoter la laine ou cuisiner la viande. Elle rêvait donc d’aventure et de combat en tout genre.
Perséflonne n’avait qu’un seul bien personnel qui avait vraiment de la valeur à ses yeux : son journal de dessin. Elle avait un don pour le dessin et les histoires. Son carnet était donc rempli d’histoires héroïque la mettant en scène, elle, combattant les pires bandits que l’on puisse imaginer. Dans ses histoires, elle avait le don de contrôler la nature comme bon lui semble.
Quand Akim se retira de l’arène, Perséflonne retourna à l’intérieur de la loge. Elle s’élança dans le couloir montagneux recouvert de torches, franchit une porte de bois (un luxe sur l’île), et se jeta sur sa couche, composé d’une structure en pierre taillé recouverte d’un matelas de plumes. D’une alcôve cachée elle en sortit son journal. C’était le seul livre de l’île. Son père lui avait raconté qu’il l’avait trouvé dans une carcasse d’un navire échoué sur la plage de l’île. C’était un petit livret recouvert d’une couverture brunâtre très solide, avec un étrange symbole au milieu : une spirale blanche en forme de losange, avec un œil au milieu. Perséflonne n’y avait jamais fait attention. Mais bientôt, ce symbole allait occuper toute ses pensées.

Toute excitée, elle ouvrit le journal, s’empara d’une mine de charbon, taillé en pointe, qu’elle utilisait pour écrire :
« … La courageuse guerrière s’avançait dans l’arène, l’épée à la main, sans montrer aucune peur. Face à elle, 100 guerriers assoiffés de sang. N’ayant pas peur de quelques gros tas de muscles, elle pointa sa lame vers le plus gros d’entre eux et leurs cria :
-Approchez donc, les bouseux, que je vous expédie dans l’au-delà !... »
Elle dessina une femme dépassant les deux mètres, couvert d’une armure reluisant au soleil, une épée géante pointée devant elle. En face de la lame, elle dessina rapidement une centaine d’ombres, sensé représenter les cent hommes assoiffés de sang.
« … Les guerriers, répondant sans hésiter à la provocation, sautèrent au dessus d’elle. Mais en deux coups d’épées, leurs boyaux se répandirent sur le sol, et leurs sangs coulèrent sur le fil de la lame. La guerrière lécha la lame, goûtant le sang du bout de la langue.
Myrtille. Le sang avait un goût de myrtille. »

***


Akim s’allongea sur sa couche. Ce n’était pas aussi luxueux que celle de Perséflonne – à peine une couverture en peaux de bête pour servir de matelas – Mais il s’en contentait très bien. Il attrapa un bandage sur le rebord d’une table en pierre qu’il avait sculpté lui-même, et se banda les avant-bras. Lorsqu’il avait fracassé la colonne vertébrale de son septante-huitième adversaire, il avait senti une méchante douleur lui piquer l’avant-bras. Ayant peur qu’il soit cassé, il s’enveloppa correctement, du poignet jusqu’au coude.
Depuis qu’il était gosse, il avait rêvé de se battre dans l’arène, juste pour ressentir les émotions qu’avait dû ressentir son père. Au départ, il avait été grisé par la sensation qu’avait provoquée le sang coulant sur ses mains. Puis la griserie avait empiré quand il avait fracassé un os. Un fémur. Droit. Akim s’en souvenait : C’était un colosse qu’il avait en face de lui. Mais le jeune homme n’avait pas hésité, car il n’était plus tout à fait lui-même. Il avait sauté, attrapé le bras et l’avait tordu dans le dos aussi fort qu’il l’avait pu. Un horrible craquement s’était fait entendre. Suivi d’un hurlement inhumain. Le fémur s’était brisé en deux. La moitié de l’os sortait du bras, entrainant une fontaine de jus de myrtille. C’est à ce moment qu’Akim avait perdu la maîtrise de son corps et de son esprit.
Quand la tuerie prit fin, on pria Akim de patienter dans sa couche. C’étaient les gardes qui l’avaient escorté, mais Akim avait remarqué le mouvement de recul qu’ils avaient exercé à son passage. Comme s’ils se méfiaient d’un animal sauvage particulièrement dangereux.
Pour Akim, cet examen n’était rien d’autre qu’un échauffement. Car le pire était à venir, il le savait.
On frappa trois coups à la porte de pierre. Akim grommela un las « Entrez ». La porte s’ouvrit, dévoilant deux colosses portant la barbe et recouvert d’une armure. L’armure royale des gardes personnels de Kolum.

Ils effectuèrent le salut traditionnel pour une personne d’un haut rang, c’est-à-dire qu’ils se frappèrent trois fois la poitrine avant de s’abaisser bien bas. L’un d’eux énonça :
-Par ordre du grand Kolum, vous êtes conviés dans l’arène pour un affrontement final.
-Contre le futur prince héritier lui-même, ajouta le deuxième.
Akim releva un sourcil. C’était bien connu que sur l’île, celui qui arrivait en deuxième position, après Kolum, était bien le futur prince héritier, Akalgara. On disait de lui qu’il avait tué le Marash’mall (un ours des montagnes dépassant les six mètres de haut, ne se nourrissant que de chaire fraîche et de cœurs battants) en lui tordant le cou. Non content de cet exploit, il lui aurait ouvert le ventre et se serait nourris de ses tripes.
Un excellent adversaire pour Akim, en somme.

***


On frappa à la porte de la chambre royale. Perséflonne tourna la tête, étonnée, et lança :
-Entrez !
Une imposante masse de muscle ouvrit la porte et tenta de s’engouffrer dans la chambre de sa bien-aimée.
Rougissante de joie, Perséflonne s’élança dans les bras d’Akalgara, et s’embrassèrent tendrement. Dans les bras du colosse, elle avait l’impression de n’être qu’une brindille dans les mains d’un homme. Akalgara avait le profil parfait du combattant parfait : Des muscles trois fois plus gros que la moyenne, un visage ravagé par la guerre, mais avec toujours une lueur de tendresse et un sourire bienveillant aux lèvres. Il avait beau être un monstre dans l’arène, avec Perséflonne, il se transformait en peluche.
-Tu m’as manqué… Murmura-t-il à l’oreille de la jeune fille.
-Pas autan que moi… Souffla-t-elle dans son oreille.
Akalgara avait 25 ans, et déjà il se comportait comme un adulte responsable. C’est ce qui avait fait fondre la princesse, quand on le lui avait présenté.
Perséflonne et Akalgara s’allongèrent sur le lit. Ils s’embrassèrent longuement et se murmurèrent des mots doux au creux de l’oreille. Puis Akalgara annonça fièrement à sa promise :
-Tu sais quoi ? Ton père m’a promis que, si je vaincrai le « Démon Rouge » ce soir, dans un combat à mort dans l’arène, il organiserait notre mariage sur le champ !
-C’est vrai ? Mais le « Démon Rouge » est fort… Tu es sûr de le battre ?
-Allons, Persée, tu sais à qui tu demandes ça, au moins ?
-Oui, je le sais… mais je n’ai pas envie de te perdre… Ces combats sont trop dangereux pour toi…
-Et c’est toi qui dis ça ! Toi qui ne rêve d’une chose : Te battre dans l’arène !
-Oui, mais moi, c’est différent : je ne trouve pas ça juste que les hommes puissent se battre et pas les femmes !

Akalgara leva un sourcil :
-Tu as vu les muscles que tu as ? Pour pouvoir se battre dans l’arène, il faut savoir briser un rocher avec un seul coup. Regarde.
Il se leva et observa la vaste pièce. Dans sa jeunesse, Perséflonne avait peint des paysages sur ses murs, de mondes inconnus et fantastiques. Akalgara observa quelques secondes ces paysages, avant d’apercevoir une pierre d’une bonne taille. Il la souleva comme si c’était un ballon d’air, et lança à Perséflonne :
-Es-ce que tu sais faire ça ?
-Non…
Avec un grand sourire de satisfaction, Akalgara lança la pierre en l’air. Au moment ou elle retomba devant lui, il lui asséna un puissant coup sur la gauche. La pierre se brisa en une myriade de petits cailloux.
-Tu vois ? Je ne pense pas que tu sois capable de faire cela.
-Non… je ne peux pas, admit-elle.
-Voilà. Bon excuse-moi, Persée, mais je vais devoir y aller.
Perséflonne sauta à son cou et l’embrassa tendrement.
-Promet moi d’être prudent… Larmoya-t-elle.
-Mais oui, ma chérie. Tu viendras me voir ?
-Bien sûr…
Il mit fin à son étreinte à regrets. Perséflonne le regarda partir avec l’impression qu’elle ne le reverrait jamais…

_________________
In the darkness or light,
In cities or the countryside,
A Song resounds forcefully
The Song of the Phoenix Dragon.
Fear it, Love it, weep on,
Because the only people who fit
Are the souls of the damned pirates


Une future légende est en marche... Découvrez ses aventures ici!
-Walk The Phoenix Dragon-


My Name Is: HILRÉ LAMOU (Star Wars) - CONFUSED DRUADAN (Terre du Milieu) - CELEGORM CÚTHALION (Langue Elfique) - DRACO (SSBB) - Phénix Dragoon (Volonté du D)


Dernière édition par Phénix Dragoon le Lun 20 Fév 2012 11:50, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfic] Aquatic Blood Spade
MessagePosté: Sam 18 Fév 2012 23:11 
55 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 03 Oct 2010
Messages: 582
Localisation: Sur la Mer des Stratagème, occupé à boire du saké en dévalisant les villages de pauvres payans
Voilà le chapitre 2. J'ai déjà écrit le 3, le 4 et le 5, mais par manque de temps, je n'ai pu le poster. La deuxième partie du 2 sera posté dans le courant de demain après midi. J'espère.

________________________________________________________________

Chapitre 2 : Akalgara VS Akim

________________________________________________________________

Spoiler: Montrer
Akim pénétra dans l’arène sous les cris de la foule admirative. Sa peau brillait au soleil, suite au seau d’eau dont il s’était aspergé pour se refroidir. Ou pour se laver. Il n’aurait su le dire.
L’arène était une construction naturelle de l’île. On dit que les premiers hommes qui l’ont colonisé furent stupéfaits par la beauté du site. L’arène présentait une forme circulaire parfaite. Sans aucun défaut. Trois séries de dix rangées de banc, taillés dans du granit pur, formaient les gradins. Au dessus des gradins avaient été taillés quinze arcades, placés l’une à cotée de l’autre. La loge royale se trouvait face à Akim. C’était une terrasse gigantesque, passant au dessus des gradins et maintenu en place par deux piliers tombant sur le terrain. Un énorme fauteuil, taillé dans du bois (matériaux rare dans le royaume d’Anrokamna) et rembourré de peaux de bête. C’était le fauteuil de Kolum. Sa fille Perséflonne se trouvait juste à coté de lui, assise sur un fauteuil semblable mais plus petit. Ce n’était que la princesse, après tout.

Kolum n’était pas un humain. C’était un géant. Au sens propre du terme. Dépassant les cinq mètres de hauts, ayant des bras aussi large que le corps entier d’Akim, possédant une chevelure et une barbe immense, il représentait le Dieu de la Force réincarnée. On dit de lui qu’un simple coup de pied sur le sol peut abattre les plus grandes montagnes. Kolum ne souriait jamais en public. En tout cas rarement. Les seules qui auraient pu le faire sourire était Mulan, sa femme déchue, et Perséflonne, sa fille adorée.
Perséflonne était une déesse. C’était le seul adjectif qu’Akim avait pu lui trouver. Elle avait de fins cheveux noirs aussi doux que du satin. Elle avait une peau tannée par le soleil. Elle avait un visage rond tout ce qui a de plus mignon, ainsi qu’un petit nez qui lui donnait un charme sans pareil. C’était ça qu’Akim retenait le plus chez elle. Elle était vêtue d’un habit simple, fait avec des tissus que l’on ne trouve pas sur l’île. Un habit rose pâle, mettant en valeur ses arguments féminins. Pour l’occasion, elle avait mis une fleur rose pâle dont le pistil dépassait du fond de la fleur. Une fleur des montagnes, symbole de virginité et de mariage futur.

Kolum leva la main et le silence revint dans l’arène. Il se leva, bomba son torse (faisant ressortir son ventre bedonnant) et lança :
-Alors c’est toi, Akim… Celui que l’on surnomme « Le Démon Rouge », depuis une semaine… J’ai observé tes combats avec attention… Et il me paraît évident que tu es à la hauteur d’être l’un de mes fidèle soldat… Toutefois, j’aimerai te faire passer une ultime épreuve, ton 100ème combat. Contre le fiancé de ma fille chérie : Akalgara !
D’une grotte cachée, Akalgara sauta et atterrit dans l’arène, faisant soulever des gros cailloux du sol. Même Akim sentit le souffle de l’atterrissage. Akalgara avait deux têtes de plus qu’Akim, ce dernier devait donc lever la tête pour le regarder.
-Alors, moucheron, c’est toi « Le Démon Rouge » ? Tu ne ressemble pas à un démon…
Kolum leva la main…
-Et toi, t’as une tête de demi-portion, on ne te l’avait jamais dit, face de pet ? Rétorqua Akim, tombant dans le jeu d’Akalgara.
… Et l’abaissa.
-Tu vas regretter tes paroles, moucheron…

Ils se fixèrent intensément, leurs regards plongeant mutuellement dans leurs yeux. Leurs muscles étaient tendus au maximum. Une goutte de sueur perla sur le front d’Akim.
Sans prévenir, les deux adversaires bondirent l’un vers l’autre. Alors qu’Akim allait porter un puissant coup de poing dans le ventre d’Akalgara, ce dernier avait sauté au dessus de lui au dernier moment. Une fois au dessus de lui, il retomba sur le dos d’Akim, écrasant sa colonne vertébrale.
« Le Démon Rouge » poussa un hurlement de douleur si puissant que la roche se fissura autour d’eux. Une folie meurtrière s’empara de ses émotions. Désormais, il n’avait plus qu’un seul but : Tuer Akalgara.

D’abord, il tapa des poings sur le sol dur, gigota pour se libérer de la douleur. Rien n’y faisait. Akalgara avait bien trop de forces. Alors il tenta autre chose. Il fit appel à toute son énergie, et tenta de se relever en contrant la force imposée par son adversaire. Un rire moqueur s’échappa de la bouche d’Akalgara :
-Mwahaha ! Il est beau « Le Démon Rouge », bloqué sous mon pied ! Et qu’es-ce que cela fait si je prends ton bras… Et que je fais ça !

Il tira d’un coup sec sur le bras droit d’Akim. Un craquement horrible se fit entendre. Ainsi qu’un nouveau hurlement de douleur. Mais cette fois, il ne laisserait pas passer.
Faisant fi du troisième craquement d’os que cela provoqua, il se déboita l’épaule encore valide, attrapa le poignet d’Akalgara et le tordit au plus fort qu’il le pouvait dans cette situation. La douleur que cela lui provoqua délogea le dos d’Akim, qui se releva en vitesse et s’éloigna en roulé-boulé de son adversaire. Il souffla profondément en se massant le dos. Attrapant son bras, il se remboita l’épaule et se leva péniblement.
En face de lui, Akalgara avait les yeux rouges de colère. Une haine telle qu’il n’en avait jamais été envahi faisait face. C’était le pouvoir principal des Anrokamniens : Le pouvoir de la Colère.
-Tu vas crever, moucherons, haleta-t-il. Tu vas crever, et ensuite, je me repaîtrais de tes boyaux en guise de repas !
Sa main devint rouge, et une formidable quantité de fumée s’en dégagea. Une sombre énergie fit hérisser les poils d’Akim, qui sentit son cœur battre plus fort. Il connaissait cette énergie. Il l’avait déjà ressentit dans tout son corps.
Ça allait faire mal. Très mal.

Dans les gradins, Perséflonne sentit les poils de sa peau s’hérisser d’excitation.
Depuis qu’elle avait assisté à son premier combat dans l’arène, elle était devenue comme accro à cette sensation. Cette sensation que l’on ressent lorsque quelque chose de fort, de puissant, se déroule sous ses yeux.

La fumée sur la main d’Akalgara se propagea à son corps entier. Et tout comme sa main, il devint rouge sang, comme s’il était chauffé à blanc de l’intérieur. Akim se plaça en position défensive, prêt à stopper la moindre attaque.

Soudain, Akalgara disparut, ne laissant derrière lui qu’un impact de coup de pied.

Et sans qu’il n’y fût préparé, son poing se logea dans le ventre du « Démon Rouge ».
La force du coup fut telle qu’il défonça le mur du gradin, alors qu’il se trouvait six mètres derrière Akim. Ce dernier n’avait pourtant pas bougé d’un poil. Les deux guerriers était resté immobile, Akalgara le poing collé au corps d’Akim ; Akim courbé sur le poing d’Akalgara. Son corps craqua, en même temps que le jeune homme crachait le sang par flaques. Il sentait ses pieds reculer sous la puissance d’Akalgara.
-Vois-tu, moucherons, il existe un pouvoir sur notre île…
Un nouveau craquement, une nouvelle flaque de sang et Akim recula d’encore quelques centimètres.
-… Un pouvoir que tu ne possède pas encore, bien sûr…
Nouveau craquement.
-… pour faire partie de notre armée, il te faut le maîtriser… Or, tu n’es clairement pas prêt à le recevoir…
Akim vit son propre sang couler de l’impact du poing sur le bras d’Akim. Ses yeux se révulsèrent. Il ferma ses paupières et tenta de réduire au silence le sifflement qui perçait ses tympans.
-Argh… ‘Chier…
-… Alors, moucherons, quand tu seras prêt, tu reviendras me voir. En attendant, va coucher !!!
Akalgara concentra toute sa force dans son poing et termina son attaque. La douleur devenait insupportable pour Akim, qui fut littéralement projeté contre le mur de l’arène. Un hurlement, mêlant rage et douleur, s’échappa de la fumée ainsi créée.

Akalgara se tourna vers la tribune royale. Il vit Kolum fermer les yeux et agita la tête de gauche à droite. À sa droite, Perséflonne avait observé la scène avec étonnement, car elle n’avait jamais vu son chéri s’énerver ainsi. Elle aurait presque de la pitié pour Akim s’il n’avait pas tenté de briser le bras d’Akalgara.
-Ouargh… Argh… Arf… Arf…
Sous les yeux surpris du public, l’ombre d’Akim se tenait droit derrière le voile de fumée. Akalgara pivota et fit face au « Démon Rouge ». Il lança :
-T’en veux encore ? Tu ne devrais déjà ne plus savoir bouger, avec la droite que je t’ai collée !
-Haa… Haa… Ha… Hahaha… Hahahahaha !!!
-Hum ?
C’était plus fort que lui. Akim ne pouvait s’en empêcher. Le rire sortait de sa bouche comme l’eau d’une cascade. Il était plié, bien qu’Akalgara n’ait rien dit de spécialement drôle.
-Qu’es-ce qui te fait rire, moucherons ? Réponds !
-Rien… Hahaha… Je crois qu’en fait, je riais de la tronche que t’allait faire quand je t’aurais transpercé le cœur… Haha… C’est tout…
-Sale insolent !

Au lieu de céder à sa provocation, Akalgara décida d’utiliser du droit qu’il tenait auprès de Kolum : Ordonner à cent gardes de sauter sur lui et de le transpercer de leurs épées. Il leva donc la main, dressa deux doigts, et l’abaissa sitôt fait.
Partout à l’intérieur de l’arène, des portes en pierre, camouflées, s’ouvrirent dans un fracas assourdissant, comme si dix avalanches étaient déclenchées en même temps. En sortirent une marée d’hommes aussi musclé qu’armé, recouvert d’une armure métallique protégeant leurs bras, leurs têtes, leurs jambes et leurs torses.

Quand Perséflonne avisa ces guerriers surgirent de touts côtés, elle ne put s’empêcher de s’exclamer :
-Mais… C’est déloyal ! Il est tout seul et il a déjà du mal !
Puisque personne autour d’elle ne réagissait, elle tira la main de son père en criant :
-Père ! Arrêtez ça ! Il ne va pas en sortir vivant !
Kolum baissa la tête sur sa fille bien aimée. Habituellement, quand elle demandait quelque chose, il la lui accordait. Mais cette fois, il allait devoir faire abstraction.
-Non, ma chérie. C’est le droit de l’arène : Chacun a le droit de demander un renfort armé. Bien qu’Akalgara soit le premier à l’utiliser. Le sang d’Akim va couler sur les murs, et tu ne peux rien y faire. Reste assise.
Le « Reste Assise » était bien clair : Si elle tentait encore de le déranger, elle allait rejoindre Akim. En tant que prisonnière.
Elle avait beau être Princesse, elle devait se plier à l’autorité paternelle. C’était la loi. Et la loi est inviolable et absolue.

***


Akim n’avait pas bougé quand les gardes avaient surgit de l’intérieur de l’arène. Il avait continué à rire. Par contre, il avait relevé l’oreille quand Perséflonne avait crié. Rien que d’entendre sa douce voix mielleuse, il avait sentit mille pointe se planter dans son cœur.
La foule continuait de crier à s’en déchirer la voix. Le combat gagnait en intensité de minute en minute. Et il était loin d’être terminé.
Akim essuya le sang qui perlait de sa bouche. Mais maintenant, c’est terminé de se défendre, il passait à l’attaque.
Les gardes s’approchaient lentement, en rangs serrés, pour ne pas laisser la moindre faille. Tous mesuraient dans les environs du mètre quatre-vingt. Akalgara les dépassait d’une tête, derrière eux.
L’arc de cercle qu’ils formaient se resserra de centimètre en centimètre. Akim remarqua qu’ils portaient tous une épée. Parfait.
Il fonça sur eux comme un buffle, défonça le mur qu’ils formaient, et s’empara d’une lame se trouvant non loin. Il para un coup, trancha un bras, fut aspergé du sang du malheureux, porta un coup de poing dans l’occiput d’un soldat, brisa la mâchoire d’un autre, trancha, frappa, cogna, défonça…

Bientôt, il se retrouva au milieu d’un cercle d’ennemi, sur un petit tas de cadavre, le torse et les bras baignés de jus de myrtille. Sa respiration se faisait haletante, tandis que les deux épées dans ses mains se faisaient lourdes. L’une d’entre elle était à moitié brisée. Chacun de ses muscles était tendu à l’extrême. Ses yeux commençaient à devenir rouges. Son corps aussi. Son cœur battait très rapidement, à tel point qu’Akim en devenait sourd.
Alors qu’un des dix derniers gardes sauta sur lui, Akim réalisa ce qui pourrait être assimilé à un exploit : Il stoppa le bond du garde à mains nus et planta ses mains dans son corps, pour ensuite le déchirer en deux dans un hurlement sauvage. Ce fut son corps entier qui baigna dans le sang et les boyaux.
Et puis ce fut le noir total.

_________________
In the darkness or light,
In cities or the countryside,
A Song resounds forcefully
The Song of the Phoenix Dragon.
Fear it, Love it, weep on,
Because the only people who fit
Are the souls of the damned pirates


Une future légende est en marche... Découvrez ses aventures ici!
-Walk The Phoenix Dragon-


My Name Is: HILRÉ LAMOU (Star Wars) - CONFUSED DRUADAN (Terre du Milieu) - CELEGORM CÚTHALION (Langue Elfique) - DRACO (SSBB) - Phénix Dragoon (Volonté du D)


Dernière édition par Phénix Dragoon le Mer 22 Fév 2012 23:58, édité 2 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfic] Aquatic Blood Spade
MessagePosté: Sam 18 Fév 2012 23:45 
70 000 000 Berrys

Inscription: 27 Nov 2010
Messages: 661
Localisation: Aux enfers.
Et bien que dire de tout cela! Simplement que je préfére attendre la toute fin de cette fic avant de me pronnoncer dessus, mais sache que tu écris très bien et que tes descriptions sont courtes mais efficaces, autant pour les personnages (j'ai particuliérement apprécié celle de Kolum et de Perséflonne dans le dernier chapitre, surtout pour le premier, tu pousse les choses a la démesure et tu le fais de maniére a ce que l'on ressente que, si Akim est un démon et Akalgara est un monstre, lui, c'est un titan) que pour les lieux (L'aréne, par exemple).
Petit bémol, j'ai beaucoup de mal avec le nom du personnage féminin principal. Bien sûr, c'est une référence directe a Perséphone, mais... Perséflonne, ça sonne très mal. Enfin, ce n'est qu'un avis personnel, et tout les noms des grandes oeuvres ne font pas l'unanimité (Le très récent "Narupuding" dans Fairy Tail... O_o, enfin, si on considére Fairy Tail comme une grande oeuvre, ce qui est loin d'être le cas...). En tout cas, pour m'enlever ce mauvais goût de la bouche, je me dis que c'est parodique, que ça rajoute a l'humour dissimulé dans ton texte (ben oui, moi je trouve ça drôle de voir toute cette violence qui en devient presque normale dans cet environnement sauvage^^).

Quoi qu'il en soit, bonne chance pour la suite. Je posterais un autre commentaire dés que t'aura finis tout tes chapitres (si je résiste a l'envie de commenter avant^^).


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfic] Aquatic Blood Spade
MessagePosté: Mer 22 Fév 2012 00:20 
55 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 03 Oct 2010
Messages: 582
Localisation: Sur la Mer des Stratagème, occupé à boire du saké en dévalisant les villages de pauvres payans
________________________________________________________________

Chapitre 3 : Envahisseurs
________________________________________________________________


Spoiler: Montrer
Le noir.
C’était le noir le plus total dans l’esprit d’Akim.
Il sentait juste de la chaleur.
Quelque chose de chaud coulait sur son corps.
Il ne savait pas ce que c’était, mais ça l’apaisait.

***


Quand il se réveilla, il était enchaîné. Ses poignets étaient accrochés à un mur, derrière lui. Ainsi que ses jambes. Son torse était maintenu en place par un grand anneau de métal fixé au mur. Il ne pouvait bouger que la tête.
Quand il la releva, il ne pouvait pas encore ouvrir les yeux. Heureusement qu’il y avait des chaînes pour le tenir au mur, car il se serait affaissé au sol. Il se sentait vide. Vide de toute énergie. Rien que de l’imaginer dans cette situation, Akim ne pouvait que se constituer des bribes de mémoire quand aux évènements antérieur. Néanmoins, ceci sera remis à plus tard. Une bonne odeur venait d’allécher ses narines. Une odeur de vanille.
Péniblement, il souleva ses paupières. Et ce qu’il vit le sidéra.
Perséflonne était assise devant lui, l’air soucieuse.

Quand elle vit que le jeune homme revenait peu à peu à lui, elle se leva vivement et s’empara d’une épée, placée à coté d’elle. Elle la tendit devant elle, pointant le cœur d’Akim avec assurance. Toutefois, sa voix ne suivait pas ses intentions :
-F… faites gaffe… Je… Je suis armée… Si vous tentez quoi que ce soit…
-Allons, allons, princesse… Je ne vous ferai aucun mal, voyons…
Akim n’avait la force que pour murmurer. Aucun de ses muscles ne répondait, il ne voyait pas pourquoi elle devrait pointer cette épée vers lui.
-Déposez cette arme, princesse…
-J… Jamais ! V… Vous êtes un monstre !
-Moi… ?
-Oui ! V… Vous avez tué mon futur époux !

Cette nouvelle résonna dans les oreilles d’Akim comme une bombe. Il ne savait pas pourquoi cela avait tant d’effet sur lui. Surement à cause du fait que c’était, justement, le futur prince d’Anrokamna ? Non… Peut-être alors parce que Perséflonne faisait ressortir un coté plus tendre qu’Akim avait voulu enfouir sous un masque de dureté absolu… ?
-Princesse, pouvez-vous m’expliquer ce qui s’est passé ? Je ne m’en souviens plus…
Son teint devint livide. Aussitôt Akim regretta de lui avoir demandé cela. Malgré tout, elle se redressa et lui conta ce qui s’était passé :
-Après vous être pris le coup de poing d’Akalgara, vous êtes devenu… Méconnaissable. Vous tuiez les gardes comme des mouches. Voyant la situation dégénérée, mon futur époux s’est interposé entre vous et le peu de gardes restant. Et puis…
Les larmes se mirent à couler sur les joues de la Princesse Anrokamnienne. Elle avait du mal à continuer, mais elle souhaitait terminer son récit dignement :
-… Vous vous êtes sautés dessus… La fin du combat n’a duré que trente secondes… Mais à ce qui parait… Ces trente secondes vous ont suffi à tuer l’homme que j’aimais !
Elle s’effondra sur le sol, et pleura de toutes les larmes de son corps, les mains cachant son visage. Akim ne savait plus trop quoi faire ni penser. Pendant les 18 années de son entraînement, on ne lui avait inculqué qu’une seule règle : la loi du plus fort. En cas de problème, le seul arrangement possible se tenait dans un duel. Or ici, il s’agissait de réconforter une femme, princesse qui est ! Personne ne lui avait appris ce qu’il devait faire dans ces cas là !
-Princesse… je… Je suis désolé…
Mais rien n’y faisait. Perséflonne ne l’avait pas entendu. Alors Akim observa les alentours, pour déterminer comment il sortirait d’ici.

La pièce circulaire n’était pas très meublée. Juste un lit, une chaise, une table sur laquelle étaient posé quelques assiettes en bois et une armoire. Il n’y avait qu’une fenêtre, mais elle n’était réduite qu’à un cercle de pierre au dessus de la porte. Pas assez grande pour le laisser passer.
Les minutes s’écoulaient dans un silence qui devenait presque insupportable pour Akim. Il voulait absolument se libérer et enfin savoir ce qui s’était passé dans l’arène pour qu’il se trouve enchaîné ainsi. Car, de mémoire d’Anrokamnien, peu de prisonnier était faits. Ceux qui enfreignait la loi étaient soit mort, soit pendu, soit exilé, soit servant de décorations ou de peinture. Mais les seuls prisonniers étaient des étrangers où des Anrokamniens ayant provoqué le roi, ayant perdu et qui allait servir de pâture pour les guerriers de l’arène. Il ne se souvenait pas d’avoir attaqué Kolum…
Pour briser le calme ambiant, il demanda à Perséflonne :
-Dites-moi, princesse… Avez-vous un rêve ? Une ambition ? Ou quelque chose dans le genre ?
Tout à coup, ses lamentations cessèrent. Perséflonne avait toujours ses mains sur son visage, et les larmes coulaient toujours ; mais elle était attentive, et « une femme attentive est toujours bon signe », comme disait l’adage. Elle répondit lentement, pesant chacun de ses mots :
-J… j’ai un rêve… Je veux me battre dans l’arène, comme vous-tous !
-Hein ? Murmura Akim. Mais… C’est trop dangereux, l’arène, pour une femme ! Vous risqueriez de vous faire tuer !
-Taisez-vous !

Elle s’était levée, et une expression de franche détermination se lisait sur son visage.
-C’est injuste que seuls les hommes soient admis dans cette arène ! Je me suis baladé en ville, le jour où je peux sortir de cette tour ! Je n’ai vu que des monstres maltraitant leurs femmes et leurs enfants, ou de pauvres hypocrites stupides et sans cœurs qui tentaient de me courtiser ! Je suis sûr que les femmes de ce pays seraient aussi fortes que les hommes si on les laissait se battre ! J’en ai la preuve avec moi !
Elle sortit de son armoire son carnet d’écriture. Elle s’installa devant Akim, jambes croisées, posa son livre dessus et l’ouvrit sous le regard intéressé du jeune homme, en tournant vivement les pages. Soudain, elle s’arrêta sur une page précise presque entièrement recouvert d’une écriture noire et soignée. Elle pointa le livre sous le nez d’Akim en disant :
-Et ça c’est quoi ? C’est le seul jour ou j’ai pu aller en ville toute seule. Ecoutez :

« Cher journal,
Aujourd’hui je suis allée en ville. J’était toute excitée à l’idée de ma première visite de la ville sans être accompagnée par mon père. Je pouvais visiter tout ce que je veux.
Mais hélas, quand j’ai voulu aller dans les endroits ou je ne suis jamais allée, j’ai vu des hommes qui battaient leurs femmes à sang. Une fois, j’ai même vu un homme lécher la plaie qu’il avait lui-même fait à sa femme !
J’étais dégoûtée. Je ne savais pas que ce genre de félonies se produisait dans le royaume. J’ai tenté d’implorer l’aide de mes gardes, mais ils m’ont rétorqué que c’était normal, et qu’ils avaient tout à fait le droit.
Je me demande si papa avait battu maman. Cher journal, tu ne pourrais pas me le dire, toi qui m’es si fidèle, si chère ? »


Akim en était resté sans voix. Pour lui aussi c’était une première. Il avait été rejeté par sa mère dès son enfance, et avait dû se débrouiller dans les montagnes. Il n’était pas au courant des supplices que subissaient les femmes.
Perséflonne rangea soigneusement le livre et se rassit devant Akim, un air de défi lui mangeant le visage. Le prisonnier avait du mal à respirer. Mais il demanda :
-Pourquoi me gardez-vous ici ?
La question étonna Perséflonne, mais avant qu’elle ne puisse répondre, une explosion retentit à l’extérieur. Toute la pièce en trembla.
Soudain, du bruit se fit entendre à l’extérieur de la pièce. Akim tourna péniblement la tête vers la porte en métal. Celle-ci possédait une petite fenêtre à barreaux. Et c’était de là que provenait la seule source de lumière de la pièce. Un homme hurlait des instructions aux gardes sans arrêt :
-Allez, bandes de moucherons ! Faut empêcher ces sous-merdes d’atteindre la Princesse et d’entrer dans le palais !
-Oui, chef !
-Me dites pas « Oui, Chef ! » en restant planté là comme des piquets ! En avant !
-Que… que se passe-t-il ? Murmura Perséflonne, inquiète.

Akim réfléchissait à la situation. Il était emprisonné, il était fatigué, et quelque chose menaçait la pièce ou ils se trouvaient, Perséflonne et lui. Il ne voyait pas grand-chose d’autres à faire que de dire :
-Détachez-moi.
-Pardon ? S’étonna-t-elle.
-Détachez-moi, Princesse ! Et vite ! Je connais un lieu sûr, quelque part sur l’île !
-Il n’en est pas question ! Vous…
-Vite ! Vous êtes en danger !
Elle hésitait encore, son regard allant de la porte à Akim en passant par un tiroir où se situait les clés.
-Vous… vous êtes encore faible, non ?
-Ça va mieux, maintenant, mais dépêchez-vous, bon sang ! Je les entends approcher !
Elle hésita encore un instant, puis décida d’aller contre la volonté de son père : Elle s’empara des clés dans le tiroir et actionna le mécanisme qui maintenait Akim emprisonné. Les chaînes se rétractèrent, l’anneau central s’ouvrit, et Akim tomba sur le sol. Il éprouva quelques peines à se mettre debout, mais les incessants bruits de pas et d’explosions le forcèrent à se lever. Il s’avança, tituba, et s’écrasa par terre.

Pendant qu’Akim tentait de se relever, Perséflonne se précipita vers son armoire et sortit un sac de cuir, dans lequel elle rangea son livre et trois mines de charbon, ainsi qu’une pierre plate faisant office de gomme. Mais elle n’eut pas le loisir de prendre d’autres objets, qu’Akim la soulevait et la plaçait sur ses épaules comme un sac de pommes de terre.
-Hé ! Mais, qu’es-ce que… ?
-Ne vous en faites pas. Ce sera plus simple pour moi de vous faire voyager.
Akim se dirigea vers la porte métallique. Il la tâta des mains, puis lui asséna un violent coup de pied.
Rien. Pas une égratignure.
Étonné, il asséna un deuxième coup de pied, encore plus puissant que le premier.
Toujours rien, si ce n’est une légère bosse.
Énervé, il serra le poing et défonça la porte. Qui sauta littéralement de ses gonds et s’affaissa sur le sol dans un grand « BONG ! »
Dans le couloir, c’était des affrontements partout. Les gardes repoussaient tant bien que mal des hommes vêtus d’armures complètes. Ils se battaient au moyen de pouvoirs magiques basiques : Explosions, maniement des morceaux de murs, fumées toxiques,…
Malgré tout, ces hommes se faisaient repoussés par la force et la férocité des guerriers Anrokamniens. Pour éviter à la Princesse de se faire tuer par un tir perdu, il décida d’employer une tactique d’esquive qu’il appréciait beaucoup :
Il défonça le mur et sauta dans le vide.

_________________
In the darkness or light,
In cities or the countryside,
A Song resounds forcefully
The Song of the Phoenix Dragon.
Fear it, Love it, weep on,
Because the only people who fit
Are the souls of the damned pirates


Une future légende est en marche... Découvrez ses aventures ici!
-Walk The Phoenix Dragon-


My Name Is: HILRÉ LAMOU (Star Wars) - CONFUSED DRUADAN (Terre du Milieu) - CELEGORM CÚTHALION (Langue Elfique) - DRACO (SSBB) - Phénix Dragoon (Volonté du D)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfic] Aquatic Blood Spade
MessagePosté: Mer 22 Fév 2012 23:49 
500 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Jan 2007
Messages: 112
Localisation: entrain de regarder Phineas et Ferb sur Disney Channel +1
Gore, mais très efficace !! Cette histoire me plait beaucoup, j'aime particulièrement la façon dont tu retranscris l'ambiance dans l'arène, il y a presque un petit coté "Spartacus: Blood and Sand".

Pour en revenir au chapitre 3, j'ai trouvé intéressent la façon dont le dénouement de l'affrontement Akim/Akalgara n'est pas montré directement mais expliqué après coup par Perséflonne. Cela renforce l'impression qu'Akim-en-transe est monstrueusement fort, au point que lui-même ne sait plus ce qu'il fait.

Les intentions de la princesse Perséflonne sont étonnantes, se battre pour rétablir la place de la femme, c'est original. Mais à sa place, après avoir vu ce qu'elle a vu, tant de violence et celui qu'elle aime mourir atrocement sous ses yeux, l'arène est bien le dernier endroit où j'aimerais me trouver. Curieux de voir si elle aura l'occasion de se battre dans la suite de l'histoire.

Pour ce qui est de la menace inconnue qui pèse sur elle, j'ai trouvé que la réaction de Akim était pour le moins, rapide. C'est une simple impression mais en lisant j'avais l'impression qu'il s'affolait vite pour pas grand choses, et le pire c'est qu'il était suffisamment convainquant pour que Perséflonne le libère. Peut être est-ce parce que cette menace n'est annoncé que par un simple "bruit" et des cris de garde. Forcément ça me fait bizarre qu'un mec qui voit des têtes tranchées et qui baigne dans le sang quotidiennement en arrive à sauter dans le vide après un bruit entendu et des gardes qui parle.

Bonne continuation en tout cas, je suis curieux de voir quelle sera la tournure des évènements !

_________________
Le ridicule ne tue pas. Ce qui ne tue pas nous rend plus fort. Donc le ridicule nous rend plus fort.

Venez découvrir les mystères du "repaire blanc"...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfic] Aquatic Blood Spade
MessagePosté: Ven 24 Fév 2012 15:08 
55 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 03 Oct 2010
Messages: 582
Localisation: Sur la Mer des Stratagème, occupé à boire du saké en dévalisant les villages de pauvres payans
Aaah! Enfin!

Je les attendais, des commentaires dans l'genre! Ca m'fais plaisir!

Pour ce qui est de la réaction rapide d'Akim, il ne faut pas oublier qu'il ressent des sentiments assez forts pour la princesse. Il est normal qu'il ait besoin de la protéger. Et puis après, La princesse est une fierté pour les Anrokamniens, qui n'ont pas souvent des princesses aussi jolies...

Sinon, dans cette fic, je fais en sorte que l'ambiance soit assez gore. Si ça baisse de régime, faut pas hésiter à le dire!

Edit: le prochain chapitre va être assez long, il sera donc divisé en 2 partie. Voire plus.

_________________
In the darkness or light,
In cities or the countryside,
A Song resounds forcefully
The Song of the Phoenix Dragon.
Fear it, Love it, weep on,
Because the only people who fit
Are the souls of the damned pirates


Une future légende est en marche... Découvrez ses aventures ici!
-Walk The Phoenix Dragon-


My Name Is: HILRÉ LAMOU (Star Wars) - CONFUSED DRUADAN (Terre du Milieu) - CELEGORM CÚTHALION (Langue Elfique) - DRACO (SSBB) - Phénix Dragoon (Volonté du D)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Elfe, géants, ombres... Mais où sont les Hobbits?
MessagePosté: Ven 24 Fév 2012 16:35 
85 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 13 Nov 2011
Messages: 742
Localisation: Oh mon dieu, ILS m'ont retrouvé!
Sanglant. C'est sanglant, pour sûr. Le principe de "combattre dans l'arène en CDD" me parait bizarre pour l'instant, mais tout de même crédible, et il y a là-dedans du potentiel pour la suite du récit. Les combats sont parfois exagérés, mais toujours très bien décrits, et l'équilibre entre les sensations meurtrières et les comparaisons aux parfums rendent le tout encore plus dérangeant. De ce point de vue, c'est une réussite.
Cependant, je trouve qu'il manque encore une pointe d'originalité dans ton histoire. Pour l'instant, le scénario ne fait pas très "neuf". J'espère donc que tu as prévu du lourd et du surprenant. Faut surtout pas que t'hésites.
Et dernier détail... Dans le premier chapitre. Ton héros doit être sacrément costaud pour tordre le bras de son adversaire au point de lui casser le fémur ... --' Comme erreur, à ton âge, c'est limite.

Bref, c'est bien, mais ça pourrait être vraiment mieux, notamment avec l'introduction dans le scéna de quelque chose qui tranche avec tout ce qui a été fait dans le genre. Coagulant soie, bonne chance pour la suite!

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfic] Aquatic Blood Spade
MessagePosté: Ven 24 Fév 2012 18:24 
55 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 03 Oct 2010
Messages: 582
Localisation: Sur la Mer des Stratagème, occupé à boire du saké en dévalisant les villages de pauvres payans
Vous allez me la faire combien de fois pour le fémur?! ^^

T'inquiète, Triplem. Je crois que niveau lourd, tu va être servi. Bien que ce que je prépare s'est sûrement déjà vu...

_________________
In the darkness or light,
In cities or the countryside,
A Song resounds forcefully
The Song of the Phoenix Dragon.
Fear it, Love it, weep on,
Because the only people who fit
Are the souls of the damned pirates


Une future légende est en marche... Découvrez ses aventures ici!
-Walk The Phoenix Dragon-


My Name Is: HILRÉ LAMOU (Star Wars) - CONFUSED DRUADAN (Terre du Milieu) - CELEGORM CÚTHALION (Langue Elfique) - DRACO (SSBB) - Phénix Dragoon (Volonté du D)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfic] Aquatic Blood Spade
MessagePosté: Dim 26 Fév 2012 23:54 
15 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Aoû 2011
Messages: 385
Localisation: Acculé.
Comme convenu. Deux Critiques. La première de Paku Jagger, la deuxième d'Enitu.
Ce sera tout ? Très bien, voilà nos honoraires: 250 $ la Critique. Adressez vous à la secrétaire du Comité pour payer.



Paku le tueur de vermines a écrit:
_________________________________________________________________________________________________________

CRITÈRE N°) 1: LA FORME

_________________________________________________________________________________________________________


Alors, la partie la plus facile. C'est vraiment bien formé comme Fiction, peu de fautes d'orthographes, texte aéré et pas de pavé de 500 mots les uns à la suite des autres. Rien qu'avec ça, on peut mieux déguster la fic et l'on est pas brouillé par 36 000 fautes grammaticales ou orthographiques (y'en a bien quelques-unes mais elles se comptent sur les doigts d'une main, rien de grave donc.)

Bilan ? Un texte très bien mis en forme qui nous met en confort pour la compréhension de l'intrigue.
Conseils pour améliorer: Bah....Rien à dire si ce n'est, essaye d'éradiquer la moindre faute ^^

_________________________________________________________________________________________________________

CRITÈRE N°) 2: LE FOND

_________________________________________________________________________________________________________


L'intrigue est assez, voire extrêmement spéciale. Habitués à un univers Oda-esque, on se retrouve plongé dans une trame digne de paraître dans les livres de légendes de la Grèce Antique.
L'histoire est bien relaté, on voit ou tu veux en venir, les descriptions claires et concises nous plongent dans l'atmosphère froide et... sanglante de ton récit. Juste pour dire, le passage ou Perséflonne lit son journal, j'ai ressenti un truc bizarre. Ça m'a mit mal à l'aise.
Et à partir du moment où un auteur arrive à nous faire ressentir des émotions, c'est bingo pour lui.
Les personnages ont un aspect...mythologique, légendaire. Les noms aident aussi ^^
De plus, tu sèmes plusieurs détails intriguant au fil de ton récit,(Comment se fait-il qu'Akim ait perdu connaissance alors qu'il a latté le prince ? Que fait Perséflonne dans la cellule d'un dérangé mental ? Est-ce que Béatrice achètera les pommes de terre ?) ce qui nous laisse en alerte constante. Ce qui est un bon point car il m'est déjà arrivé de "lire sans lire".
En gros faire défiler les mots sans en percevoir le sens. Ça arrive généralement lors de description trop lourdes qui font que Morpheus s'empare de notre âme (pour rester dans l'univers de la Fic ^^)
Mais au vu de ton style clair et tranchant, impossible de s'endormir foutrediouche!

Bref, une intrigue très prometteuse qui promet du sang et des boyaux. Tiens, j'aurais pas dû manger avant de lire ça...


_________________________________________________________________________________________________________

AVIS GÉNÉRAL ET CONSEILS ADDITIONNELS

_________________________________________________________________________________________________________


Mon avis ? J'aime bien ta fic. Moi qui suis assez sensible niveau sang et tout le reste, j'ai ressenti une atmosphère assez hostile. Tes descriptions ultra-bien-choisies atteignent ma sensibilité lectorielle, j'en conclu donc que ce sont de bonnes descriptions.
L'univers que tu as créer nous dépaysage, ce qui n'est pas pour me déplaire.
En tout cas, j'ai bien envie de connaître la suite.
Je n'ai pas de conseils supplémentaires à donner.
En fait, si: Continue comme ça!


___________________________________________________________


Enitu le maraudeur a écrit:
Une critique sur ta fic est loin d’être facile mais je vais essayer.
_________________________________________________________________________________________________________

CRITÈRE N°) 1: LA FORME

_________________________________________________________________________________________________________



Tout d’abord commençons par les fautes. Malgré tes relectures j’en ai relevé quelques-unes que. Les corrections apportées sont en vert et les non-sens en orange :
Phénix Dragoon dans le chapitre 2 a écrit:
En sortirent une marée d’hommes aussi musclés qu’armés, recouverts d’une armure métallique protégeant leurs bras, leurs têtes, leurs jambes et leurs torses.
Phénix Dragoon dans le chapitre 3 a écrit:
Or ici, il s’agissait de réconforter une femme, princesse qui plus est !
Phénix Dragoon dans le chapitre 3 a écrit:
Je pouvais visiter tout ce que je voulais.
Phénix Dragoon dans le chapitre 3 a écrit:
Une fois, j’ai même vu un homme lécher la plaie qu’il avait lui-même fait à sa femme !
Si elle n'est sortie qu'une seule fois sans son père et qu'elle a pu faire ce qu'elle voulait, l'indice de la fréquence est inutile.


Ce nombre très peu élevé de fautes montre que tu maîtrises pleinement l’orthographe, la grammaire et par la même occasion la méthode de relecture.


Ainsi donc, vient ensuite la syntaxe et le style. Etant une fic récente n’ayant pas beaucoup de chapitres au compteur il est impossible de voir une quelconque évolution dans ton écriture. Et puisque n’ayant lu que trop peu de tes autres écrits, il m’est de la même façon impossible de comparer. Néanmoins, je peux tout de même me pencher sur ton style. La plupart de tes phrases sont courtes ce qui contribue à mettre en place le rythme de cette fic qui est assez rapide. Et par rapide, je ne fais pas une critique négative, tout au contraire. Car le fait que ta fic est un tel rythme, s’inscrit pleinement avec l’histoire. Le tout va très vite, il n’y que très peu de pauses dans les moments d’action à part pour donner des précisions essentielles sur l’environnement ou sur l’état du personnage. Si un terme devait être donné à ce genre de rythme ce serait « un comportement nerveux ». A côté de ça tu gères bien les didascalies, les figures de styles et les temps d’action en adaptant la syntaxe.

Comme tu le vois, je n’ai pas de critiques négatives mis à part peut-être parfois un manque de diversité dans les mots. Je pense notamment au mot sang qui revient souvent dans les combats. Tu as bien sûr essayé de varier avec le « jus de myrtille » mais cela a plus une connotation lyrique servant à atténuer l'horreur et à mettre en valeur le sang. D’ailleurs, on ne retrouve cette métaphore qu’en fin de paragraphe. Je pensais donc plutôt que de mettre toujours le mot sang, de parler par métaphores, mais qui soient plus abruptes, c’est-à-dire plus en lien avec l’horreur que tu veux faire passer.
En parlant d’horreur, bien que les passages soient gores, ça ne se ressent pas tellement dans l’écriture (ps : c’est peut-être moi qui blindé contre ce genre d’atrocité portée à un niveau que je juge relativement "bas"). Il y a donc un point ici à améliorer qui est un appui plus conséquent sur certains détails de la même façon que dans les tournures de phrases.

_________________________________________________________________________________________________________

CRITÈRE N°) 2: LE FOND

_________________________________________________________________________________________________________


Contrairement à ce qui parait, je trouve la base de l’histoire assez banale mais pourtant peut-être originale dans son développement, mais ça reste à voir car tout dépend du développement qui sera fait.
Donc tout d’abord la partie banale, vue et mille fois revue. Je veux bien sûr parler du chevalier et de la princesse, car ils ont beau apparaître sous d’autres traits, il s’agit bien de cela. Le dernier chapitre l’explicite presque : le chevalier enlève la princesse de son donjon symbolisé ici physiquement par la prison et symbolisé de manière figurative par son statut de princesse. De plus, en complément à ça nous avons peut-être l’une des bases les plus classiques pour la psychologie d’un héros : la quête de son identité. Alors oui, il est difficile de voir réellement la quête identitaire ici, mais il s’agit bien de cela. Car le héros Akim nous est livré sans origine, on ne connait pas son passé bien qu’il en ait un qu’il connait. Mais est-ce vraiment son passé ? Ou plutôt est-ce vraiment lui ? Depuis tout petit il a vécu selon le précepte de la loi du plus fort et n’a vécu que dans cette optique. De plus, il n’a pas de mère, élément ultra-cliché du type à la recherche de son identité. Il y a de plus cette partie sauvage, incontrôlable qui sommeille en lui et qui se déclare à certains moments renforçant le fait qu’il ne sait pas quelque part qui il est. Ou plutôt devrais-je dire qu’est-ce qu’il est.
Et c’est là ce qui fait l’originalité de cette fic. Est-il un monstre ? Ou à l’inverse est-il un aimant ? Tu/vous l’auras/aurez compris ce n’est donc pas un qui mais un quoi qui se cache derrière sa recherche identitaire. Et cette nuance dans la question casse le traitement classique.

Malheureusement je ne peux développer plus en ce sens. La fic n’est pas assez avancé mais je pense être dans le vrai concernant mon analyse.
_________________________________________________________________________________________________________

AVIS GÉNÉRAL ET CONSEILS ADDITIONNELS

_________________________________________________________________________________________________________


Difficile là aussi de te conseiller. Le texte sent à plein nez la maîtrise et l’expérience, il n’y a donc plus rien à conseiller concernant l’écriture.
En revanche pour la présentation du topic j’aurais à dire. Tu as voulu faire un sommaire au début et il serait bon d’exploiter l’utilité d’un sommaire. C’est-à-dire, que tu pourrais mettre des liens URL voir même un système d’ancre pour mieux naviguer sur le topic et de ce fait accéder plus facilement aux chapitres. Je garde mon avis pour moi qui je pense serait trop subjectif pour avoir sa place ici. Je le ferai dans un post à part.


Voilà, et n'oublie pas Phénix, tout vient à point à qui sait attendre ^^

_________________
Image
"Je vais être sincère avec vous, mon père avait une philosophie : « la paix, c’est en avoir une plus grosse que le voisin »."

~ Président Giga du Club Ps ~


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfic] Aquatic Blood Spade
MessagePosté: Lun 27 Fév 2012 10:20 
65 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Aoû 2005
Messages: 631
Bravo les gars, vous l'avez bien descendu ce petit phénix ! Pan !

Phénix, j'ai lus cette fiction avec attention et le premier point qui m'à vraiment plus, c'est le faites que ton univers est mis en place tout de suite, sans chichi, on sait déjà à la première lecture que ça va aller vite (d'ailleurs le nombre de chapitre prévu nous le montre bien !) et cela se ressent aussi lors des combats. C'est rapide, sanglant et pourtant, tu ne confond pas vitesse et précipitation : même si le rythme peut paraitre acharné, c'est totalement maîtrisé, quand je lis ton réçit, j'ai l'impression d'écouté une morceau de guitare jouer extrêmement vite mais pourtant sans fioriture, sans déchets. C'est donc très positif.

Ensuite, j'ai toujours, personnellement de la littérature plus gore, très explicite dans la violence, à ce niveau là et je dois dire qu'ici je suis servit. Quant à tes personnage, même s'ils sont appréciable, c'est vrai que tu es resté dans le classique et archi classique, j'espère que ton développement les amènera à nous surprendre, vraiment. C'est important, je pense de pouvoir être surpris lors du récit.

Continue ainsi, je serai là pour lire la suite !

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfic] Aquatic Blood Spade
MessagePosté: Lun 5 Mar 2012 23:55 
55 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 03 Oct 2010
Messages: 582
Localisation: Sur la Mer des Stratagème, occupé à boire du saké en dévalisant les villages de pauvres payans
________________________________________________________________

Chapitre 4: Echapper à l'invasion (1ère partie)
________________________________________________________________


Spoiler: Montrer
-Kyaaaaaaaaaa !
Akim avait foncé sans réfléchir. Il n’imaginait pas se retrouver sur la plus haute montagne de l’île.
Le palais royal était constitué d’une forteresse gigantesque, bâti sur quatre montagnes. On raconte que les premiers rois l’auraient bâti à la gloire d’Ôtosword, le Dieu de la Guerre. Au départ ce n’était qu’une petite chapelle, remplie de dorures et de pierres précieuses. Dans les agrandissements réalisés, la chapelle fut conservée, et sert aujourd’hui de salle de trésor. Le palais possédait seize tours, chacune bâti sur un pic.
De là ou il était, Akim apercevait au loin la mer. Trois navires était à quais, relâchant sans cesse des hordes de soldats ennemis. Akim plissa les sourcils, mais ne chercha pas à comprendre. L’important maintenant, c’était de trouver un point d’appui. Et justement, la tour juste sur son coté allait l’aider.
Il donna un coup de pied sur le mur et se dirigea vers une tourelle, à dix mètres de lui. Il tenait la Princesse fort contre lui, pour éviter qu’elle lui échappe à un moment délicat. Malgré cela, elle n’arrêtait pas de crier.
Le toit en pierre était à portée. Il plaça ses jambes de sorte à ce que ses pieds soient bien positionnés par rapport à la toiture. Il ne lui fallu que quelques secondes pour rejoindre la tour.
Le choc fut rude. Il ressentit les vibrations partant de ses pieds jusqu’à son crâne. Ses jambes étaient placées en rectangle parfait par rapport au toit. Et au moment où il entendit un craquement suspect, il bondit vers une toiture pas très loin.

Il descendit ainsi les cents mètres de hauteurs que contenait le palais. Quand il atterrit sur le sol, il créa un joli cratère autour de lui. Mais il n’eut pas le temps de se reposer, car il avait atterrit dans la cour royale, et il voulait éviter de se faire tuer bêtement. Il fonça en zigzaguant dans les affrontements qui opposaient l’ennemi avec les guerriers. Par deux fois, on se dressa sur sa route. Mais il n’eut qu’à porter un coup de pied dans le thorax des ennemis pour entendre le craquement systématique que produisait un ennemi mort.
Akim dévala la pente assez raide qui constituait l’allée centrale pour se rendre au palais. Cette allée, taillée à même la roche, s’était vue par la suite dotées de dalles en marbre blancs et jaunes, au fur et à mesure des conquêtes Anrokamniennes sur le territoire de l’île. Ces dalles n’étaient pas fixée par du mortier. Mais par le sang des adversaires tués, mélangés avec une résine spéciales, présente uniquement sur les rares arbres de l’île.
Généralement, personne ne circulaient sur cette allée, surnommée « L’Allée du Conquérant ». Mais ici, c’étaient une centaine de petits combats, répartis un peu partout sur « L’Allée du Conquérant » et autour d’elle. Akim en restait bouche bée. Son pire cauchemar, ainsi que ses craintes les plus profondes depuis qu’il avait entendu les bruits de pas, se réalisait sous ses yeux : C’était une véritable invasion.

Une salve d’énergie passa à deux doigts de lui, lui arrachant trois cheveux. Surpris, il sauta sur le coté, se planqua derrière un rocher et déposa délicatement la Princesse contre le mur d’enceinte.
-Princesse, es-ce que ça va ?
-J’aurais mieux fait de rester caché dans le palais ! Vous êtes un rustre !
-Je suis désolé pour votre inconfort mais…
Une explosion retentit près d’eux. Des cris de douleurs atroce, ainsi qu’un jet de sang et de boyaux, le coupa momentanément dans son élan.
-Il va falloir se dépêcher maintenant, et j’ai peur qu’avec les combats qui se déroule maintenant, vous ne soyez blessée.
-Peu m’importe d’être blessée, Akim ! Rendons-nous à cet endroit dont vous me parliez dans la tour !
-Vous êtes sûr, Princesse ? C’est assez loin d’ici, et…
-Trouvé, Princesse Perséflonne !
L’un des hommes en armure venait de surgir de derrière le rocher. Avant même qu’il n’ait pu exécuter le moindre geste, avant même aussi que Perséflonne se mettent à crier, Akim s’était relevé et avait brisé la nuque du soldat armé, pour après le fracasser contre le mur d’enceinte. Sa mémoire sera à tout jamais répandu en une trace indélébile sur le mur d’enceinte. Ses entrailles aussi, par la même occasion.
-… C’est d’accord, Princesse. Allons-y, mais faites gaffes de ne pas vous faire tuer !
Ils se relevèrent et foncèrent dans la mêlé. Akim avait laissé Perséflonne marcher toute seule, sachant pertinemment qu’elle aurait refusé qu’il la porte à nouveau. À la place, dès qu’un ennemi s’approchait trop d’elle, Akim lui faisait comprendre autre que par des mots qu’il fallait laisser les personnes royales avancer tranquillement. Quelques fois, des gardes alliés le remarquaient accompagnée de la Princesse. D’abord effarés, ces mêmes gardes furent impressionnés par la vitesse à laquelle il tuait les envahisseurs, et les laissèrent donc passer.
Auparavant, ce détail ne frappait pas trop Akim, mais maintenant qu’il accompagnait Perséflonne, il se rendait compte que « L’Allée des Conquérants » était monstrueusement grande. S’étendant sur cinq kilomètre, elle descendait, en pente presque raide, vers les premiers villages de l’île. Car l’île avait été taillée dans le roc pur par la mer, de sorte à ce que les villages soient sur une pente légère, descendant directement vers la mer, et les montagnes sur une gigantesque colline, parsemée de pics en tout genre. Le château avait donc été bâti sur les pics les plus élevés, ceux qui se trouvaient au sommet de la colline, pour prouver la suprématie de la famille royale en termes de force.

Un tir perdu passa devant les yeux d’Akim, en plein dans ses réflexions. Il explosa sur un garde Anrokamniens. Revenant à la réalité, il fut surpris de voir qu’un véritable mur d’affrontement se trouvait devant lui et Perséflonne. Les gardes se tenaient littéralement dos à dos, affrontant des hordes de soldats armés d’épées et de lances parcourues d’éclairs verts. Ces épées tranchaient nets les armes Anrokamniennes et transperçaient la peau comme dans du beurre fondu. Ce à quoi ressemblaient les corps humains passant trop près de ces lames.
-Princesse ! Lança Akim devant lui.
Elle retourna la tête, affichant une expression horrifiée.
-Nous allons devoir faire un détour ! Suivez-moi !
Il s’empara de sa douce main et l’entraîna vers un chemin montagneux, invisible depuis l’allée, car plongée dans l’ombre des grands pics.
Les bruits des affrontements diminuèrent petit à petit, jusqu’à complètement disparaître de leurs oreilles. Ils étaient arrivés au quart de l’allée, et ils n’avaient passés que le faible des affrontements. Akim se demandait si cette invasion surprise allait finir dans un bain de sang ou non.
-Princesse, vous n’êtes pas blessée ?
-Haa… Haa… Non… J’ai quelques… égratignures, mais… rien qui m’empêche… de continuer… Raaah…
-Tenez bon, Princesse… Nous sommes à la moitié du chemin…
Il prit sa main et avança le long du chemin, dans l’ombre des « Pics Collonnées ». Les ancêtres Anrokamniens avaient décidé de placer le palais royal au centre même de l’île, pour ne pas avoir de distinctions entre un coté de l’île et un autre. L’extrême nord de l’île était une plage tout à fait normale, à l’exception près qu’elle est faite en roche pur. L’extrême sud de l’île n’était qu’une grande falaise, donnant sur plusieurs rangées de pointes acérées sortant de la mer. C’était vers ces pointes qu’Akim se dirigeait, car dans sa plus « tendre » enfance, il avait découvert ce qu’on pouvait qualifier de « petit coin de paradis » sur cette île entièrement recouverte de montagnes : une petite zone forestière, recouverte d’arbres verts et d’une herbe tendre. Dans cet Eden de verdure, Akim avait trouvé une grotte couverte de cristaux et de pierre précieuse. Il estima que cet endroit, en plus d’être resté à son état naturel primaire, serait le refuge parfait pour une Princesse tel que Perséflonne.

Mais un nouveau contretemps se dressa devant lui : un contingent de soldats, apparemment parti pour une mission d’infiltration, leurs fit face. Et leurs armures rutilante et aux couleurs différentes de l’invasion fit penser à Akim qu’ils pourraient lui livrer un combat intéressant.
Les soldats n’ayant pas l’air de les avoir remarqués, il planqua Perséflonne dans une anfractuosité de la roche.
-Surtout, ne bougez pas, Princesse. Je reviens tout de suite.
-Que… Où allez… ?
-Chut ! Taisez-vous et ne bougez pas, s’il vous plaît…
Akim attendit encore quelques minutes avant de se dresser sur leurs passages. La surprise leurs fit tirer leurs lames de leurs fourreaux en moins de temps qu’il ne faut pour le dire.
-Désolé, messieurs, ce chemin vous est interdit.
Le plus imposant du contingent se redressa et posa un regard dédaigneux sur l’intrus qui leurs bloquait la route.
-Voyez-vous ça ? C’est étonnant, j’ai comme l’impression de n’en avoir rien à foutre, de ton interdiction… ?
Ses hommes, derrière lui, rirent de la blague de ce qui semblait être le chef de la troupe.
-Dégage de là, avorton, continua-t-il. Ce pays nous appartient, maintenant, et tu ne pourras rien y faire. Je ne voudrai pas avoir à…
Il ne put continuer sa phrase : Akim lui avait décoché un poing dans la mâchoire, qu’il sentit se briser sous son poing. Il frappa ensuite son thorax et la main qui tenait son épée en deux coups de pieds, projetant le malheureux en arrière, contre le flanc de la montagne. La lame virevolta en tourbillonnant dans le ciel et tomba dans la main d’Akim. Celui-ci fixa avec dégoût les soldats effrayé. Il dit :
-Personne ne me traite d’avorton sans y perdre ses boyaux.
-Tous dessus ! Hurlèrent les soldats énervés.
Trois lames visèrent la tête d’Akim, qui para les coups d’épées, avec aisance, avec la lame volée. Des étincelles vertes volèrent de partout, alors qu’Akim repoussa les lames ennemies d’une main. Une pointe ennemie tenta de lui déchirer le flanc. En deux coups d’épée, ce fut la main entière du soldat ennemie qui vola vers la mer. Le sang du moignon marqua le chemin d’une longue marque.
-Qu’es-ce que…
Le soldat n’avait pas le temps de se remettre de sa main perdue que la lame de son capitaine s’enfonça dans son thorax comme dans du fromage. Quand la lame ressortit de l’autre coté du corps, ce fut une véritable giclée de sang qui s’échappa de la pointe.

_________________
In the darkness or light,
In cities or the countryside,
A Song resounds forcefully
The Song of the Phoenix Dragon.
Fear it, Love it, weep on,
Because the only people who fit
Are the souls of the damned pirates


Une future légende est en marche... Découvrez ses aventures ici!
-Walk The Phoenix Dragon-


My Name Is: HILRÉ LAMOU (Star Wars) - CONFUSED DRUADAN (Terre du Milieu) - CELEGORM CÚTHALION (Langue Elfique) - DRACO (SSBB) - Phénix Dragoon (Volonté du D)


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 16 messages ]  Aller à la page [1], 2  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com