Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 36 messages ]  Aller à la page [1], 2, 3  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: [Fanfic] black's destin
MessagePosté: Dim 27 Mar 2011 18:42 
25 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Mar 2011
Messages: 430
Voilà ma première fan fic... Merci de la commenter pour que je m'améliore

PROLOGUE: Je suis né dans un hôpital de Marie-Joie. J'ai eu une vie facile. Tout m'était donné, rien ne m'était refusé. On m'apprit le mépris des autres races. Je faisais partie de bon nombre des soirée mondaines. J'étais idolâtré, j'étais un prince. Je contrôlais dès mes 5 ans la vie des hommes.
Oui, j'étais un dragon céleste. Oui, je faisais partie de la noblesse mondiale. Mais c'est fini. Je suis parti, sûrement à cause de cette rencontre. Je pars à la conquête du monde... Ma nouvelle vie démarre ici...

_________________
Image


Dernière édition par Houblon Warrior le Mer 15 Juin 2011 21:12, édité 2 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfic] black destin
MessagePosté: Dim 27 Mar 2011 18:46 
100 000 Berrys

Inscription: 17 Fév 2010
Messages: 92
Je pense que tu devrais d' abord écrire tes chapitres sur OpenOffice, car il y a quand même pas mals de fautes ! ;)
Sinon, le prologue est vraiment trop court, il faudrait le dévelloper ! ;)

_________________
Si vous lisez cette signature, c' est que vous n' avais rien d' autre à faire...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfic] black destin
MessagePosté: Dim 27 Mar 2011 18:49 
25 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Mar 2011
Messages: 430
Oui je sais j'écris sur i phone
Le but de cette prologue est une mise en bouche le premier chapitre remettra l'histoire en place

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfic] black destin
MessagePosté: Dim 27 Mar 2011 18:50 
100 000 Berrys

Inscription: 17 Fév 2010
Messages: 92
Ok, mais faudra quand même le peaufiner un peu une fois que tu seras sur un ordi ! ;)

_________________
Si vous lisez cette signature, c' est que vous n' avais rien d' autre à faire...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfic] black destin
MessagePosté: Dim 27 Mar 2011 19:01 
The Endless Sorcerer
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Mai 2007
Messages: 1993
Localisation: Dans une partie d'échec face à Beatrice
Je verrouille car là, c'est trop.

Je peux comprendre vraiment que vous avez une envie d'écrire/raconter une histoire. On est pas contre ce genre de démarche ici, c'est même plaisant. Mais on arrive à du grand n'importe quoi.

Vous prenez de plus en plus "Le Cabinet d'écriture" comme votre espace détente or, ce n'est pas le cas. On demande pas du travail de professionnel, mais un minimum de sérieux.

Cette section n'est pas une poubelle où vous pouvez créer des topics selon votre humeur du moment. On vous a déjà prévenu une fois, on a pas envie de prévenir une troisième fois.

Edit : Réouverture du topic.

_________________
ImageImage
PyroVision


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfic] black destin
MessagePosté: Dim 3 Avr 2011 16:02 
25 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Mar 2011
Messages: 430
Chapitre 1: Jarren, le pirate qui m'a secouru


Oui, sa véritable vie a démarré avec cette rencontre...
Tout a commencé il y a quatre ans. Il avait 13 ans à l'époque. Il était sur les îles Saobody pour, si possible, acheter un esclave géant. Il y avait son père et sa sœur Jeanne. Père les avait laissés quelques heures pour qu'ils se baladent avant la vente aux enchères. Déjà, il était différent et ne prit pas d'escorte. Il marchait en flânant, en pensant à ses prochains achats, si bien qu'il finit par aller un peu plus loin que d'habitude, et c'est là qu'il le rencontra.

C'était un pirate, il était seul, la trentaine, il avait des cheveux noirs, des yeux verts perçants, un nez de taille standard et une bouche qui était un peu plus grande que la moyenne. Il avait un chapeau noir. Il était habillé d'un manteau vert (qui avait l'air assez luxueux), d'un pantalon rouge et de chaussures noires. Le tout avait un coté sauvage mais assez charismatique.

Il l'aborda:
- Hey toi le gnome!!! Tu saurais où trouver un marchand d'armes?
- Sais-tu qui je suis, s'emporta-t-il. Je suis un dragon céleste, tu mérites vraiment que je t'aplatisse.
- Hahahahaha, rigola-t-il. Quelle pourriture tu fais ! On dirait un petit morveux qui ne peut faire sa place sans sa paternité.
- Quel grossier personnage ! Tu ne mérites même pas de vivre, dit-il avec toute la haine qu'on sut lui apprendre.
- Tu n'es décidément pas très intéressant. Je n'aimerai pas avoir un gosse dans ton genre.
- Tu ne mériterais pas d'être un dragon céleste. La seul race méritant de vivre...
- La seul race dont les membres ont les mêmes défauts... Un pirate qui tuerait de sang froid vaudrait mieux que toi.
L'homme commençait à s'en aller quand le garçon lui donna un coup de poing de rage.
- Pauvre petit... T'aurais-je vexé?
L'adolescent bouillonnait de colère. Il recevait là une telle humiliation. Il dégaina alors mon pistolet de sécurité et tira.
L'homme s'aplatit par terre et se déplaça derrière lui à une telle vitesse que sa pupille ne pu le suivre. Quand il se retourna, il vit le pirate, l’œil haineux.
- Un abruti qui dégaine son arme ainsi ne mérite pas de vivre, me dit-il.
Le jeune homme crut qu'il allait le frapper, quand il releva la tête et rigola à gorge déployée.
- M'énerver face à un gosse. Je ramollis vraiment trop.
Sa rage s'éteignit. Comment pouvait t-il se contrôler ainsi ? Il avait beau être un dragon céleste c'était cet homme qui avait le mieux réfléchi. Il recommençait à partir quand il dit pour lui-même.
- Suis-je aussi méprisable?
Visiblement, il avait dit cette parole un peu trop fort car le pirate se retourna, le regarda étonné, puis sourit:
- Tu n'es peut-être pas aussi bête que tes idéaux le font croire.
Cette phrase scella son estime pour lui. Il allai même jusqu'à s'excuser (chose inconcevable pour un dragon céleste) et il lui répondit avec un regard amusé:
- Tu mériterais peut-être bien que je te frappe en fin de compte.
Et cette phrase le fit rire, et le garçon en sourit aussi.
- Moi c'est Jarren, me dit-il d'un coup.
- Moi c'est Eugène. Quand pourrais-je te revoir?
- Mon équipage et moi sommes ici pendant trois jours. Qui sait le destin fait bien les choses...
Et il s'en alla. Il venait de briser le code de la noblesse. Quel homme!

Eugène repartit à la vente aux enchères même si cela te dégoûtait plus à présent. Il eut un esclave-géant. Le soir il réfléchissait à sa vie, son destin, sa race... il était dans le doute. Enfin il voulait plutôt partir loin d'ici, loin de cette condition humaine, loin de tout souci.
Il retournait le lendemain aux îles Saobody et cherchait pendant toute la journée Jarren. Il le retrouva l’après-midi vers 17 heures, il était devant un fier bateau rouge et bleu, un voilier trois mats, qui arborait dignement un drapeau noir avec une tête de lion transpercée par deux os. Il discutait avec deux hommes grands et qui avaient l'air forts. L'un avait des cheveux noirs, une tenue de flibustier marron avec deux pistolets accrochés des deux cotés, un pantalon noir assez serré et pieds nus. L'autre avait une tête assez charismatique, un regard tenant, des traits nobles. Une tenue blanche composée d'une chemise et d'un pantalon. Il avait aussi de superbes chaussures noires qui contrastaient avec ses habits.
Jarren le vit et leur dit:
- C'est lui, celui dont je vous ai parlé.
Le jeune garçon avança:
- Bonjour, dit-il timidement. Je te cherchais.
- Allez viens, dit Jarren. T'en crève d'envie.

Il embarquait dans leur bateau et ce jour-là, vit ce qu'était une vie libre. Ils lui montrèrent les pièces de leur bateau, lui firent visiter des endroits où il n'était jamais allé car on lui interdisait de se "mélanger" aux criminels. Il avait abandonné mon scaphandre.

Le soir, il réfléchissait de plus en plus sur lui-même. Quelle vie, que celle qui l'attendait. Le lendemain il retourna sur leur bateau et revécu une journée amusante et libre. Le surlendemain, ils lui annoncèrent qu'ils repartaient le soir-même. Eugène en fus profondément triste mais n'en laissa rien paraître et profita de cette journée. Le soir il osa enfin demander la folle idée qui lui triturait le cerveau depuis deux jours:
- Prenez-moi dans votre équipage, dit-il en pleurant.
- Et puis quoi encore, rigola le pirate. Tu es bien trop jeune, l'aventure ne t'as pas encore appelé. Sois patient, venir avec nous serait signer ton arrêt de mort.
Ils lui dirent alors adieu et commencèrent à partir.
Le jeune homme était infiniment triste, alors qu'il voyait enfin le bon chemin, la personne qui devait le guider allait partir. Il passait de riche d'esprit à pauvre de cœur. Sa vie n'avait aucun sens sans cette lumière de phare, il ne se voyait pas poursuivre sans Jarren. Il était à ce point déboussolé qu'il se jeta à l'eau pour le rejoindre. Mais comprit vite son erreur: les courants l'envoyaient valdinguer tel un papier dans les bourrasques du vent dévastateur. Il se débattait tant bien que mal. Mais la nature est bien souvent la plus forte et il coulait, si profondément qu'il apercevait déjà les racines des mangroves et si longuement qu'il aperçut déjà un ange arriver à sa rescousse ; il l'attrapa par la taille l'emmena tant bien que mal vers la rive et le hissa jusqu'au bord. L'adolescent s'aperçut alors que cette ange été Jarren. Le garçon pleurait et pour le consoler, le pirate lui expliqua que la mer était rude comme il venait de le voir, qu'il aurait le temps de partir à l'aventure et en gage de notre nouvelle amitié, lui raconta son histoire. Il n'avait pas dû la raconter souvent vu les émotions qu'il laissait transparaître par ses mots et son visage.

Il me dit qu'il vécut son enfance sur l'île agréable et chaude de Hirashama, une île de South blue comportant un village au nord et l'autre au sud-est. Il vécut une enfance heureuse sur le village du nord ; jusqu'à l'arrivée de pirates qui se croyaient tout permis: des pirates dragons célestes. À la différence des autres pirates, ils étaient protégés par le gouvernement et pouvaient faire les pires ignominies en toute impunité. Et pour en donner la preuve, ils décidèrent de détruire son village. Leur attaque fut aussi soudaine qu'efficace, ils tuaient, dévastaient, pillaient à une vitesse fulgurante, si bien qu'aucune équipe de défense ne put intervenir efficacement. Son père pressentais déjà la fin du village, ne pouvait se résoudre à abandonner sa patrie, mais vu qu'il ne pouvait se résoudre à risquer la vie de sa progéniture, il prit alors Jarren et courut l'emmener dans la forêt, il aurait bien aimer aussi caché sa femme mais celle-ci ne voulait pas partir. Jarren avait alors 10 ans. Son père repartit juste après non sans avoir versé de chaudes larmes. Il faisait sombre, froid et humide, il était seul. Il ne comprenait pas ce qu'il se passait, et au bout de quelque heures il s'endormit. Le lendemain matin, il se réveillât et reconnaissant l'endroit où il était, retourna au village. A son arrivée, il fut tout de suite horrifié par le spectacle qui se présentait à lui. Tout était dévasté, les rues baignaient dans le sang. Les vitres étaient brisées, les murs détruits, on voyait des livres brûler, de l'alcool se mêler au sang. Cela sentait la mort et la poudre et déjà on voyait quelques vautours dans le ciel. Il fondit en larme mais le pire restait à voir. Pour voir s'il restait des survivants, il tomba sur la tête de son père; même vingt ans après et malgré son contrôle de soi, il ne put réprimer quelques larmes. Il ne retrouva aucune trace de sa mère. Il étais désorienté, et ne savait quoi faire. Il pensa alors à l'autre village et il courut jusque là-bas. Celui-là n'était pas détruit. Il raconta tout au maire et une équipe de guerriers partit pour venger l'autre village. Ils rentrèrent le soir, ils n'avaient trouvé aucun survivant et aucun pirate, vivant en tout cas. Jarren fur alors gentiment recueilli par le poissonnier et 8 ans plus tard, il partit de l'île, ne voulant pas devenir poissonnier à son tour, il rencontra de vaillants compagnons et suivit sa route.
Eugène fut étonné par cette histoire et après de nouveaux adieux, rentrait chez lui en pleurs. Il avait honte de faire partie de la noblesse mondiale. Et à partir de cette nuit là, il commença à s’entraîner à l'épée. Il me défoulait avec des katanas en bois sur des petits mannequins et sa rage s'en allait. Il vit au cours des années suivante quels crimes avait fait sa race. Il avait de plus en plus de dégoût envers sa famille, ses amis et lui-même. Il vécut une vie de haine le jour et d’entraînement la nuit pendant quatre ans.

Et quatre années plus tard, Eugène était en voyage sur Laminite, une belle île montagneuse. Elle faisait partie d'une des premières îles qu'indiquait le Log Pose. Il se trouvait dans une belle petite ville construite sur une pente. Il marchait sur les pavés sans son scaphandre car il l'ôtait dès qu'il n'était plus en compagnie de sa famille, il était en colère contre sa sœur Jeanne qui venais de tuer un marchand car ses prix étaient trop élevés, il commençait à être fatigué de cette vie criminelle qu'ils menaient. Il vit alors une fille assez jolie en face de la place où il se trouvait. C'était une fille de 18 ans, avec des cheveux bruns ni-longs, ni-courts, elle avait un T-shirt violet, un pantalon noir et de belles chaussures blanches. Elle portait aussi un chapeau beige. Elle avait de superbes yeux bleu, des traits fins et une sorte de distinction ressortait de son air joyeux. Elle le regardait fixement et décida à l'appeler:
- Et toi!! Je t'ai vu tout à l'heure être avec des dragons célestes. T'en es un avoue ! Je dis ça car t'avais un de leur casque. D'ailleurs pourquoi t'as quitté ton casque?
- Car ils me dégoûtent, ainsi que cette vie d'ailleurs, répondais-je sèchement.
- Ah bon, t'es marrant. Tu me plais bien. Ça te dirait de faire partie de mon équipage?






Je tiens à remercien venfl-samar et le gourmet
merci de commenter
ps: mon corecteur word marche pas

edit: merci phenix xD (javais oublié ^^)

_________________
Image


Dernière édition par Houblon Warrior le Mer 15 Juin 2011 21:12, édité 3 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfic] black destin
MessagePosté: Dim 3 Avr 2011 16:49 
100 000 Berrys

Inscription: 17 Fév 2010
Messages: 92
C' est pas mal, pour une première fan-fiction !
J' aime bien le fait que notre héros change d' idéaux par une rencontre ! :Luffy hilare:
Par contre, y a certaines fautes d' orthographes ou de ponctuation qui pourraient être évités sans correcteurs, quand même ! ;)

_________________
Si vous lisez cette signature, c' est que vous n' avais rien d' autre à faire...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfic] black destin
MessagePosté: Dim 3 Avr 2011 16:57 
25 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Mar 2011
Messages: 430
Merci
je sais CA fait très one piecien ^^

faut aussi rajouter que je suis nul en orthographe ^^

édit: je posterais la suite assez irregulierment (j'espère un par semaine)

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfic] black destin
MessagePosté: Dim 3 Avr 2011 20:56 
55 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 03 Oct 2010
Messages: 582
Localisation: Sur la Mer des Stratagème, occupé à boire du saké en dévalisant les villages de pauvres payans
Ah, maintenant, je comprend pourquoi j't'ai souvent vu dans les autres fics. J'avais aussi oublié que ta fic avait été locké.
Alors, je vais faire comme avec Venfl-Samar:
Ta fic part d'un bon début. Quand on voit ta prologue et ton chapitre, on peut voir que certains auteurs t'ont inspiré.
Bonne idée de partir d'un dragon céleste pour une histoire de pirate. Et ça change aussi car le héros n'est pas forcément un chef. c'est (où ça va devenir) un subordonné. et il a l'air de ne maîtriser que le noble art du sabre. Pas mal, pas mal...

Niveau structure, maintenant. Pour un début, c'est pas mal, t'essaye de limiter les fautes. Mais il y en a qui gêne vraiment la lecture. En plus de cela, ce qui gêne aussi, c'est que tu fais des phrases sans trop les dévelloper. Exemple:
Citation:
-Et puis quoi encore, rigola-t-il. Tu n'as pas encore l'âge, l'aventure ne ta pas encore appelé, attend là.
Ils me souhaitèrent adieu et commençèrent à partir. J'étais infiniment triste et je me jetais à l'eau pour les rejoindre. Je me débattais contre les courants pour le rejoindre je coulais sous l'eau, revenais à la surface et c'est alors que Jarren m'attrapa par la taille et me ramena sur le bord. Je pleurais et pour me consoler, il m'expliqua que la mer était rude, que j'aurais le temps de partir à l'aventure et en gage de notre nouvelle amitier me raconta son histoire. On voyait qu'il revais de ce confesser à quelqu'un.

Moi, persos, ça me dérange. C'est sûr que tu met des virgules, des points, ect. pour alléger ton récit. Mais à force de toujours les utiliser, tu alourdit trop le récit. Comme le dit Gan Forr sur Skypiea, lors du test de l'impact dial "Toutes les choses que les hommes trouvent utiles ont un revers." Essaye peut-être comme ça:
Citation:
"Je ne voulait pas qu'il me laisse. Je m'était trop attaché à eux. Je sauta à l'eau, dans l'espoir qu'il m'accepte. Mais les courant était trop fort pour moi. Je n'arrivais pas à lutter, il m'emportait vers le fond de l'océan, si bien qu'à un moment donné, je vis les racines des mangroves. Mais à ce moment, Jarren me récupéra par la taille, me ramena à la surface, et me fit monter à son bord."

Qu'importe la taille du texte, il faut faire les choses en grands pour le panache! Et puis, l'effet ne sera que plus réussi! Des fois, de la description aide à mieux cerner le moment de l'action. On arrive à mieux voir le message que tu veux faire passer.
Parfois, tu fait complètement l'inverse! Toujours dans le même extrait en gras, regarde la partie souligné. Ici, ça ne gêne pas, mais mieux vaut prévenir que guérir. à cette endroit, la prochaine fois, met une virgule, ça peut aider^^

Je vais reposter le même conseil que j'ai donné à Venfl-Samar:
Citation:
Une dernière chose: dis toi que quand tu écris une histoire, tu fais passer un message au lecteur. ce message, c'est ton texte. Mais c'est comme si tu voulais parler à un allemand: dans ta tête, il y a le texte, mais il n'est pas encore traduis. et c'est cette étape, la plus importante: La transcription de ton idée en un message clair pour le lecteur. Si tu foire à ce moment là, t'es fichu.


Pour terminer sur une note moins sombre, je dirait que tu démarre bien, et que je suis curieux de voir comment tu vas continuer ton histoire

Ne prend pas mal tout ce que j'ai dit là haut: c'est un conseil pour améliorer ton niveau d'écriture^^

Edit: Bon, la correction est pas mal, c'est un bon début. Au moins, on arrive à cerner l'action qui s'y déroule, le message est clairement transmit. Du moins, moi j'arrive à en comprendre le sens^^

P.S.:
Citation:
Je tiens à remercien venfl-samar et le gourmet

Et moi, alors? J't'ai pas aidé au point d'être ignoré?!^^

_________________
In the darkness or light,
In cities or the countryside,
A Song resounds forcefully
The Song of the Phoenix Dragon.
Fear it, Love it, weep on,
Because the only people who fit
Are the souls of the damned pirates


Une future légende est en marche... Découvrez ses aventures ici!
-Walk The Phoenix Dragon-


My Name Is: HILRÉ LAMOU (Star Wars) - CONFUSED DRUADAN (Terre du Milieu) - CELEGORM CÚTHALION (Langue Elfique) - DRACO (SSBB) - Phénix Dragoon (Volonté du D)


Dernière édition par Phénix Dragoon le Mer 6 Avr 2011 15:04, édité 2 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfic] black destin
MessagePosté: Dim 3 Avr 2011 21:54 
25 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Mar 2011
Messages: 430
Merci pour ces conseils mais je tiens à te dire que cet après midi j'ai revu mon texte et l'ai corrigé a beaucoup d'endroit.
c'est vrai que j'ai posté cette suite un peu trop tôt mais une relecture ce fait
le second chapitre est près en terme d'histoire et ces jours ci je le rendrait mieux en terme d'orthographe description etc...
En tout cas merci je suis vraiment content de tes conseils et je mameliorerer un maximum

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfic] black destin
MessagePosté: Mer 6 Avr 2011 17:30 
25 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Mar 2011
Messages: 430
voilà le deuxième chapitre. J'ai fait de gros changement pour le premier chapitre.
bon ba c'est parti:


Chapitre 2: La fuite


A Laminite il y avait une place. Les pavés y brillaient, les magasins déployaient un auvent pour les personnes qui se massaient vers ces zones d'ombres. Il faisait très chaud. Cette place était en forme de trapèze où une imposante église prenait la moitié du coté le plus large. Autour de cette église et sur le même coté, on pouvait voir des arbres, des buissons, des arbustes: un vrai petit jardin. Sur les trois autres cotés de la place se trouvaient des ribambelles de magasins de toutes sortes qui s'étendaient, ne laissant aucune place, à part pour de petites ruelles qui entaillaient ce marché à intervalle régulier. Au centre de cette place se trouvait une belle fontaine de marbre, et qui représentait la victoire des villageois face à un géant ; histoire mythique qui faisait partie du folklore de cette sympathique bourgade. A gauche de cette fontaine se trouvaient deux personnes qui débattaient joyeusement:

- Si tu veux que je te rejoigne pour que le gouvernement ne t'attaque pas...
- Mais non ! Je cherche juste à monter un équipage. Alors tu viens ?
C'était l'occasion de partir et de vivre cette vie de liberté qu'il avait toujours voulu. Mais il ne voulait pas partir avec n'importe qui non plus.
- Tu sais, je peux pas venir maintenant. Je dois être à l'hôtel dans 30 minutes, après ça ils me chercheront.
- Bah, t'as qu'à t'enfuir ce soir...
Solution douteuse: il faudrait avoir de la chance.
- Sinon c'est quoi ton nom? Moi c'est Arianne.
- Moi c'est Eug... Black
- Ok Black, alors ce soir à minuit je te retrouve place de l'église d'accord?
- Ok, dit-il. Mais je n'ai pas encore dit que je serai dans ton équipage.
- Ça se voit à ton regard. rigola-t-elle.
- Bon ok j'accepte d'être de ton équipage, abdiqua-t-il face à tant de naïveté. Combien sommes-nous?
- Deux maintenant, pourquoi?
Déception.
- Comme ça...
- T'es bon en quoi?
- Bah, j'me débrouille pas mal au sabre. Et aussi pour donner des ordres vu que je suis un dragon céleste
Tentative d'être capitaine...
- Tu rêves. C'est moi le capitaine, dit-elle en me tirant la langue.
Raté !
- Moi je me bas avec le bâton que j'ai derrière le dos. Et j'aime bien lire.
- Ça sert pas trop pour être pirate.
- Bah si pour connaître l'ennemi. Et puis comme ça, je connais les bases de la navigation. Je viens de West blue.
- Et ça te suffit pour naviguer sur la route de tous les périls?
- Bah ouais.
- Donc tu serviras de navigatrice.
- Sauf si on en trouve une en chemin... elle le regarda ensuite intensément et dit. Je suis bien heureuse. Je ne voyagerai plus toute seule.
Le jeune dragon céleste était un peu embarrassé par ce regard.
- Bon, il faut que j'aille m'acheter une épée moi...
- A ce soir...


Il repartit vers une des ruelles et chercha une boutique d'armes. Il la trouva deux rues plus loin: c'était une bâtisse faite de pierres et de tuiles avec une vitre un peu sale montrant les mots quelque peu ternis par le temps: " Herman's shop: armes en tout genre". Il rentra à l'intérieur. C'était assez sobre. Une pièce un peu poussiéreuse qui présentait des articles bien rangés, soigneusement dans l'ordre de leur prix puis de leur taille. À droite, se trouvaient pistolets, bâtons, fusils, munitions ou autres armes incrustés dans plusieurs objets comme la lame-poignet, ce genre d'objet était décliné à l'infini. À gauche, se trouvaient les épées, qui étaient aussi vastement déclinées. Il y avait même au centre, un canon un peu rouillé, d'une longueur d'environ un mètre pour cinquante centimètres, et affichait le prix de 1000 berry. Le vendeur, probablement, arriva, répondant au ding annonçant l'arrivée du jeune homme, par une porte se situant en face. C'était un homme d'une cinquantaine d'années, il avait une barbiche noire, des lunettes, et avait l'air assez méfiant.
Il le fixait du regard, regardant bien si le garçon ne volait rien. Eugène fit quelques pas jusqu'au rayon des épées et les examina chacune, l'une après l'autre. L'une d'entre elles retenu particulièrement son regard: la lame était fine, gracieuse mais semblait pouvoir trancher facilement n'importe quelle matière. Il la prit, cette lame avait un bon équilibre, sa prise en main avait l'air bonne, il sentait en elle une grande férocité. Le dragon céleste avait fait son choix. C'était l'épée la plus chère mais vu la grande richesse de ses parents, cela importait peu. Il la prit pour l'emmener au vendeur et du coup celui-ci le regarda encore plus fixement: il était prêt à lui sauter dessus. L'adolescent la lui donna, la paya et repartit avec. Le vendeur n'avait pas lâcher un seul mot. Eugène sortit de sa boutique en pensant "drôle de bonhomme".

Il retourna à l’hôtel parmi ses "semblables". Ils avaient pris un hôtel luxueux abritant tout le gratin de l'île. C'était un lieu assez chic pour l'île: il serait impossible de décrire tout ce qu'il s'y trouvait vu la grande abondance d'objets. Il décida d'aller rapidement dans sa chambre pour bien préparer sa fuite. Il prépara ses affaires d'abord et les mit dans un sac. Puis, il décida du plan d'action à utiliser. Pour commencer normalement cette aventure il lui fallait de l'argent. Il y avait une petite partie de leurs économies dans la chambre de ses parents: une petite partie représentait beaucoup. Donc il ne fallait pas partir trop tard pour être sûr qu'il avait tout son temps mais pas trop tôt pour s'assurer qu'ils dorment. Le jeune homme pensait que 23h30 suffirait. Il fit un petit plan des couloirs de l'hôtel pour s'assurer que tout était pris en compte. Il imaginait différents schémas en faisant les cent pas jusqu'à l'heure fixée. À cette heure là, Eugène s'extirpa de sa chambre, et s'avança dans le couloir jusqu'à leur porte. Il regarda bien qu'il n'y avait plus de lumière, attendit cinq minutes à l’affût de n'importe quel bruit. Après s'être assuré qu'ils dormaient vraiment, il rentra dans la chambre: le lit était au fond, on voyait à droite une porte mais ce qui l’intéressait se trouvait à gauche. Sur une petite table se trouvait un sac où étaient posées les économies. Il s’avança petit à petit vers le sac, marchant le plus doucement possible. Son cœur battait très fort, il imaginait déjà l'un des deux se lever et le prendre sur le faite. Au bout d'interminables minutes il arriva enfin à l'endroit tant souhaité, prit doucement le sac et repartit aussi lentement qu'il était venu. Il poussa un murmure de soulagement en refermant la porte de leur chambre. Puis il reprit son chemin, toujours sur la pointe des pieds, vers la sortie de l’hôtel. Et juste à la dernière ligne droite reliant les escaliers à la sortie:
- Maître Eugène que faites-vous là?
C'était son esclave-géant. Il faisait trois mètres de haut et le regardait de l'extérieur. Il ne dormait donc jamais ?

- Euh... rien je sortais juste prendre l'air, improvisa-t-il.
- Voulez-vous que je vous accompagne ?
- Non c'est bon.
Il sortit de l'hôtel, marcha normalement jusqu'à ce que son esclave-géant ne le voit plus et courut jusqu'à la place de l'église. Il n'y avait personne mais il n'était encore que 23h 45. Son anxiété monta au fur et à mesure que les secondes s'écoulaient. Le géant reviendrait-il? Le temps lui paraissait extrêmement long. Mais, au bout d'un moment, il avait perdu la notion du temps, elle se pointa à pas constant. Elle le rejoignit et lui dit:
- T'es en avance bravo. Ça a été?
- Ouais, bon on fais quoi maintenant?
- Eh bien on rejoint le bateau qui est de l'autre coté de l'île. Tu viens?
Mais à ces mots le jeune homme perçut un bruit derrière lui. Se retournant, il vit son esclave-géant:
- Je vous ai entendu courir que faites-vous?

Son sang se glaça, qu'allait-il leur arriver:
- C'est qui ce gros tas? l'interrogea la jeune aventurière.
Le géant commençait à s'énerver et dit plus fort:
- Que faites-vous?
- Bah on part à l'aventure, répondit la pseudo-capitaine.
- Ah c'est donc ça. Je suis désolé Eugène mais je vais devoir te tuer.
Le combat allait commencer. Le dragon céleste mit sa main sur la poignée de son sabre pour être plus efficace. Il fixait le géant des yeux prêt à frapper. La tension commençait à monter.
- C'est qui Eugène? demanda la jeune fille.


voilà

_________________
Image


Dernière édition par Houblon Warrior le Ven 17 Juin 2011 09:50, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfic] black's destin
MessagePosté: Mer 6 Avr 2011 18:16 
100 000 Berrys

Inscription: 17 Fév 2010
Messages: 92
Ce deuxième chapitre est pas mal, tu t' améliores ! :Luffy hilare:
Mais toujours des fautes, qui gâchent la lecture... :/

Par contre, le coup du "le maître qui veut partir à l' aventure et l' esclave qui doit le tuer pour l' en empêcher", c' est un peu... Bizarre... :Ussop tien tien:

_________________
Si vous lisez cette signature, c' est que vous n' avais rien d' autre à faire...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfic] black's destin
MessagePosté: Mer 6 Avr 2011 18:40 
25 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 23 Mar 2011
Messages: 430
Bah la du coup c'est plus lesclave de black ^^
avec ceux chapitre j'ai essayé d'introduire une sorte d'humour (plus pour faire sourir que rire franchement) et les passages descrpiptifs. Ba pour les fautes j'avoue être moyens moins ^^
et puis pour le côté bizarre faut prendre en compte l'espérance de pouvoir partir un jour de ce monde la il s'interpose plus en espérant une récompense qu'autre chose.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfic] black's destin
MessagePosté: Ven 8 Avr 2011 21:22 
15 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 02 Mai 2010
Messages: 389
Localisation: En train d'être acclamé par une foule en délire!
Comme je te l'ai déja dit, fais bien attention a ce qu'a dit Phénix Dragoon. :Ussop tien tien:
Pourquoi?
Parce que moi sans lui j'aurais sans doute stagné dans mon niveau d'écriture. Pas que grâce a lui mais a tout le monde! :Ussop gloups:

J'aime bien le début, je dirais plus précisément la situation(dragon céleste qui s'enfuit pour devenir pirate). Et, point innovant, le héros ne serra pas capitaine, je me languis de voir comment va évoluer ton personnage.
:luffy langue:

Sinon, je me demande a quel époque a lieu ton récit? après que Luffy soit devenu le roi des pirates, avant, etc...


Citation:
Une dernière chose: dis toi que quand tu écris une histoire, tu fais passer un message au lecteur. ce message, c'est ton texte. Mais c'est comme si tu voulais parler à un allemand: dans ta tête, il y a le texte, mais il n'est pas encore traduis. et c'est cette étape, la plus importante: La transcription de ton idée en un message clair pour le lecteur. Si tu foire à ce moment là, t'es fichu.


Ca ça ma vraiment aider, pense y a chaque fois, a chaque moment de ta fic!



Sinon je me langui la suite avec ce géant, peut être du combat!!! :luffy langue: :Luffy hilare:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfic] black's destin
MessagePosté: Dim 10 Avr 2011 10:24 
55 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 03 Oct 2010
Messages: 582
Localisation: Sur la Mer des Stratagème, occupé à boire du saké en dévalisant les villages de pauvres payans
Chapitre plaisant en soi, Eugène est tout mal que son secret est percé. la bataille contre le géant s'annonce épique.
Tu veux savoir pourquoi je déteste emprunter des notions importante d'un autre monde, comme ici les dragons célestes? Car on n'arrive jamais à retranscrire parfaitement les idées de l'auteur. Pour moi, le fait qu'Eugène se battent justement contre son esclave géant, ça sonne faux. Car quand tu vois Jean Bart, fait prisonnier par les nobles mondiaux, étant presque aussi grand qu'un géant, il ne se rebellait pas contre la famille de Rosward. Pourtant il aurait pu les écraser. Mais le fait qu'un Amiral aurait pu intervenir, et que son collier fait "boum!" quand on veut le retirer, ça à du le persuader du contraire.
Alors, quand tu nous dit qu'un géant va combattre son jeune maître, sous prétexte qu'il veut se faire la malle; pour moi, ça sonne faux.
Sinon, revenons à nos habituelles "niveau Structure": ça deviens bon, bien qu'il y ait des passages de flous. Durant ces parties, sûr, t'as eu envie de faire autre chose, comme ici:
Citation:
Je repartis vers une des ruelles et chercha une boutique d'armes. Je la trouvais deux rue plus loin: C'était une batisses faite de pierres et de tuiles avec une vitre un peu sales montrant les mots un peu ternis par le temps: " Herman's shop: armes en tout genre". Je rentrais à l'intérieur. C'était assez sobre. C'était une pièce un peu poussièreuses qui présetant chaques choses bien rangés soigneusement dans l'odre de leur prix puis de leur taille. A droite, se trouvaient les pistolets, batons, fusils, munitions ou autre armes incrustés dans plusieurs objets comme la lame-poignet, ce genre d'objet étaient déclinés à l'infini. A gauche, se trouvaient les épées, qui étaient aussi vastement déclinés. Il y avait même au centre, un canon un peu rouillé, d'une longueur d'environ un métre pour cinquante centimétre, il affichais le prix de 1000 berry. Le vendeur, probablement, arriva, répondant au ding annoncant mon arrivée, par une porte se situant en face. C'était un homme d'une cinquantaine d'années, il avait une barbiche noire, des lunettes, il avait l'air assez méfiant.

Pour moi, c'était pas très clair. il m'a fallut relire une deuxième fois pour que se soit plus clair dans ma tête. Bon, au moins, point positif, quand j'ai relut, je me suis clairement imaginé la scène.
Sinon, il y a ça, aussi:
Citation:
Je retournais à l'hotel pamis mes "semblables". Nous avions pris un hôtel luxueux comportant tout le gratin de l'île. C'était un lieu assez chic pour l'île: je ne vous décrirais pas tout ce qu'il y avait, cela serait trop long. (1) Je decida d'aller rapidement dans ma chambre pour bien préparer ma fuite. Je preparas mes affaires d'abord et les mit dans un sac. Puis, je décidais du plan d'action a utiliser. Pour commencer normalement cette aventure il me fallais de l'argent. Il y avait une petite partie de nos économie dans la chambre de mes parents: une petite partie representais beaucoup. Donc il ne fallait pas partir trop tard pour être sur que j'ai tout mon temps mais pas trop tôt pour m'assurer qu'ils dorment. Je pensais que 23h30 suffirait. Je fis un petit plan des couloirs de l'hôtel pour m'assurer que tout était pris en compte. J'imaginais différents schéma en faisant les cent pas jusqu'à l'heure fixé. A cette heure là, je m'extirpas de ma chambre, et m'avancas dans le couloir jusqu'à leur porte.Je regardais bien qu'il n'y avait plus de lumière, attendait cinq minutes à l'affut de nimporte quelle bruit (2). Après m'être assuré qu'il dormaient vraiment, je rentrais dans la chambre: le lit était au fond, on voyait à droite une porte mais ce qui m'interessais ce trouvait à gauche. Sur une petite table se trouvait un sac où résidaient nos économies. Je m'avancais petit à petit vers le sac, marchant le plus doucement possible. Mon coeur battait très fort, j'imaginais déjà l'un des deux se lever et me prendre sur le faite. Au bout d'interminable minute j'arrivais enfin à l'endroit tant souhaité. Je pris doucement le sac et repartis aussi lentement que j'étais venu. Je poussa un murmure de soulagement en refermant la porte de leur chambre. Puis je repartais toujours sur la pointe des pieds vers la sortie de l'hotel.

(1): D'accord, ça m'a l'air très riche. D'accord, tu voulait pas surcharger le texte. Mais tu pouvait donner un minimum de détail, pour qu'on s'imagine bien l'hôtel, exemple:
Citation:
Nous avions pris un hôtel luxueux comportant tout le gratin de l'île. C'était un lieu assez chic pour l'île:Il y avait tellement de richesse que les habitants de l'île salivait rien qu'a en voir l'extérieur. Mais moi, j'était habitué au fait que le plafond était soutenu par des piliers de marbres doré, que des fresques représentant de preux guerrier surréaliste soit peints sur tout les murs, et que des plantes très rares poussent dans le rez-de-chaussé. J'était aussi habitué à être servis par une horde de dix serviteurs assoiffé du désirs de me contenter.

... Bon, j'avoue, j'ai pas fait dans le minimum. Mais tu vois ce que je veux dire. Il faut quand même qu'on ait une image du lieu, qui soit réaliste. Et là, tu met plus en valeur le fait que c'est un dragon céleste qui en a marra de sa vie d'antan.
(2):Là, tu fais tout le contraire. Comme je l'ai dit à Venfl-Samar, c'est bien de devoir décrire, mais trop décrire, c'est pas bon, non plus. Car ça alourdit trop ton récit. Dans ces cas là, t'a deux solution:
-1°) Tu modifie ta partie de texte pour qu'elle paraisse moins longue, moins carrée, et qu'elle donne envie de lire. Exemple:
Citation:
Pour commencer normalement cette aventure il me fallais de l'argent. Il y avait une petite partie de nos économie dans la chambre de mes parents: une petite partie representais beaucoup. Donc il ne fallait pas partir trop tard pour être sur que j'ai tout mon temps mais pas trop tôt pour m'assurer qu'ils dorment. Je pensais que 23h30 suffirait. Je fis un petit plan des couloirs de l'hôtel pour m'assurer que tout était pris en compte. J'imaginais différents schéma en faisant les cent pas jusqu'à l'heure fixé. A cette heure là, je m'extirpas de ma chambre, et m'avancas dans le couloir jusqu'à leur porte.Je regardais bien qu'il n'y avait plus de lumière, attendait cinq minutes à l'affut de nimporte quelle bruit

Moi, j'aurai mis ça:
Citation:
Pour éviter la misère dès le début, il me fallait de l'argent. Pour moi, cela ne posait pas de problème, nous étions riche. Mais comme mes parents sont mes parents, ils m'ont confisqué mes économies pour éviter que je dépense tout d'un coup. Je pourrait en prendre une partie. Mes parents n'y verrait que du feu. Mais pour ça, il fallait que mes parents soient endormis pour ne pas me repérer. 23h30 était l'heure parfaite: ni trop tard, ni trop tôt. Comme cet hôtel devait accueillir beaucoup de nobles, ses couloirs étaient parfois tortueux. Je me fis donc un plan des couloirs, que j'étudia jusqu'à l'heure H. Comme prévu, aucune lumière ne filtrait de leurs chambre. Parfait.

-2°) T'enlève des parties de récit qui sont superflues par rapport au message que tu veux transmettre: trouver un moyen d'atteindre la bourse. N'étant pas sûr du message que tu veux transmettre, je ne donnerai pas d'exemple. C'est à toi de voir quel morceau de texte tu dois enlever.

_________________
In the darkness or light,
In cities or the countryside,
A Song resounds forcefully
The Song of the Phoenix Dragon.
Fear it, Love it, weep on,
Because the only people who fit
Are the souls of the damned pirates


Une future légende est en marche... Découvrez ses aventures ici!
-Walk The Phoenix Dragon-


My Name Is: HILRÉ LAMOU (Star Wars) - CONFUSED DRUADAN (Terre du Milieu) - CELEGORM CÚTHALION (Langue Elfique) - DRACO (SSBB) - Phénix Dragoon (Volonté du D)


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 36 messages ]  Aller à la page [1], 2, 3  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com