Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 81 messages ]  Aller à la page [1], 2, 3, 4, 5, 6  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: Fanfic Le grand Edward Newgate (Risque de spoil)
MessagePosté: Ven 3 Juin 2011 01:57 
225 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 12 Nov 2007
Messages: 1328
Localisation: Dans tes rêves.
Bonjour chers amis, vous devez savoir que je fais mon retour ici (voir taverne) pour poster une nouvelle fanfic qui raconte le passé de Barbe Blanche. Toutefois, certains chapitres contiennent de la nudité et de la violence, mais rien de terrible. Actuellement, je suis rendu à la rédaction du douzième chapitre.
Enfin, j'ai l'immense plaisir de vous présenter le prologue et le premier chapitre :

Prologue: Sur le champ de bataille de MarineFord, les pirates alliés de Barbe Blanche affrontaient les marines dirigés par le cruel Sengoku et les impitoyables amiraux surtout Aka Inu.
Cette guerre fut interrompue temporairement par l'assasinat de Ace aux poings ardents et l'arrivée de Barbe Noire avec ses sous-fifres dont des anciens prisonniers qui avaient connu les pires supplices qu'un être humain imaginerait dans le dernier étage de Impel Down.
Malgré son âge avancé et son statut de pirate de la vieille école, Barbe Blanche, qui voulait libérer Portgas, s'est lutté comme un lion, mais il mourut debout.
Son cadavre donnait l'impression d'un colosse envoyé par le plus puissant des dieux pour régner sur cette jungle.
Il avait perdu la moitié de son visage par une coup de poing enflammé de Aka Inu, reçu d'innombrables blessures auxquelles un simple humain périrait et passé dernièrement par toutes les gammes d'émotions.
Or, ces obstacles furent jusque des petits accidents sans importance pour lui vu qu'il n'avait jamais reculé.
Son dos musclé ou un tatouage montrait l'emblème de son équipage et sa fierté qui était intact et sans blessures prouvant sa bravoure impressionnante dire inimaginable.
Tout avant que son coeur arrête de battre, tous ses vieux souvenirs; heureux, drôles, irritants, gênants, reposants, tristes, lui revinrent dans sa tête comme un film présentant un flash-back clair.



Chapitre 1: Depuis la création du monde, un enfant particulier ne naissait pas simplement, mais il était signalé par une magnifique étoile filante nommée Pegasa qui frôlait la planète.
On pouvait la voir dans le noir et c'était un amas de points lumineux multicolores qui constituait l'étoile filante.

À l'an 1449, sur une île s'appelant Rosarlio ou ses habitants pratiquaient des activités portuaires et la majorité d'entre eux étaient des pirates, Pegasa frôla une autre fois la Terre.
En effet, une maison avait gardé ses lampes à l'huile allumées et il y avait, dans cette demeure qui ressemblait à une simple cabane en bois, beaucoup d'ombres qui bougeaient, qui se parlaient et qui chuchotaient.
Dans la cabane, une femme enceinte vêtue d'une longue robe bleue était partiellement allongée sur son lit et son sexe était dévoilé pour permettre à la sage-femme de délivrer le bébé de l'utérus.
Cette femme âgée de 32 ans se nommait Clara Newgate et elle se caractérisait comme une grande fille au corps mince, à la poitrine plus ou moins moyenne, aux cheveux noisette et à des magnifiques yeux verts d'un félin.
Un moment donné, elle dépassa son seuil de tolérance envers la douleur et poussa un léger gémissement.
Heureusement, son époux Joseph Newgate, un ancien pirate âgé de 45 ans primé à 58 millions de berrys, lui soutint en caressant sa main fine comme de la soie.
Aussi, elle était sa deuxième femme et avec sa première, il n'a pas eu d'enfants.
Joseph ressemblait à un vieux flibustier d'une carrure impressionnante aux cheveux grisonnants en bataille et portant plusieurs balafres sur le visage montrant alors son ancienne et rude vie de pirate.
Sa barbe était mal rasée ainsi que sa moustache, ses membres étaient velus, mais il restait un homme gentil et avec un grand coeur.
Clara poussa un autre cri et son conjoint décida de lui rassurer verbalement.

-Tout va bien se passer, Clara.

Sa femme cria au désespoir.

— Je...je ne suis plus capable, aidez-moi, snif! Ahhhhhhhhh!

Elle mit toutes ses forces pour accoucher son rejeton.
Soudain, la sage-femme nommée Jeanne poussa un grand sourire et parla à sa patiente.

— Clara, tu as réussi. Ton enfant est né et c'est un beau garçon!

Jeanne lava le nouveau-né avec de l'eau provenant d'une baignoire à côté d'elle et le donna à la mère.
Clara berça son enfant et le regarda affectueusement en compagnie de Joseph.
Ce garçon était un bébé un peu plus grand et lourd que la moyenne, il n'avait pas encore un corps assez développé ce qui était normal pour un bébé qui vient de naître.
Après une demie-heure, Clara pensa quel nom à donner à son fils et en parla avec son homme.

-Chéri, quel prénom penses-tu lui donner?

Joseph embrassa sa femme et prit le bébé, le cajola, puis le souleva dans les airs en triomphant.

-Bienvenue parmi nous, Edward Newgate!



Cinq ans ont passé, la vie à Rosarlio était paisible et Edward avait bien grandi alors que ses parents n'avaient pas changé d'un poil.
Le petit Newgate passait la plupart de son temps avec son père en chassant le gibier, en bûchant du bois, en cueillant des baies et toutes sortes de trucs pour la survie d'un habitant sur cette île.
Dès son fils eût un certain âge pour comprendre des choses assez simples, Joseph et Clara lui expliquèrent la situation sur l'île.
L'île de Rosarlio ayant un climat printanier se situait dans un archipel lointain sur la mer de North Blue à des centaines de kilomètres du royaume de Luvneel où Mont Blanc Norland habitait jadis.
En effet, l'île de Rosarlio avait été peuplée quatre cents ans auparavant par un équipage de pirates qui recherchaient la liberté dont leur bateau abritait des familles qui fuyaient une guerre qui faisait rage à l'époque.
Tout de suite après leur arrivée, ils avaient adopté un mode de vie semblable à celui qui est adopté dans les campagnes au début du Moyen-Âge et la vie y était très rude surtout quand on voulait chasser du gibier en forêt qui était boréale.
Cependant, sur environ cinq cents âmes, il y a six pirates formant les Blood pirates qui se sont installés sur Rosarlio une décennie autrefois pour y couler des jours paisibles.
Parmi ces vieux hors de la-loi, il y avait bien sûr Joseph Newgate et son père, Albert Drook, Valor le molosse, Phil ''Gun'' et pour finir, Sword Khan.
Du côté de Clara, elle provient d'une famille traditionnelle sur l'île de Rosarlio et est la fille de Damian et de Gwenn.


Un jour, Joseph amena son fils au centre du village sur Rosarlio et une mauvaise surprise lui attendait.
Le port de l'île était en débris, car un immense navire de la Marine avait accosté sur Rosarlio et le père du jeune Edward resta la grande bouche ouverte pendant un bon moment.
Ce dernier savait bien qu'il avait commis des crimes avec ses compagnons et il était recherché par la Marine, mais jamais il ne penserait que des officiers lui trouveraient ici.
Aussi, c'était la consternation totale dans le village et de plus en plus de gens s'enfuyèrent en laissant le capitaine des Bloody pirates et son garçon seul devant la Marine.
Soudain, des filets descendirent du bateau et cinq cents soldats débarquèrent sur la plage, puis leur supérieur qui était gradé au prestigieux poste de vice-amiral.
Dès l'officier mit ses pieds sur la terre ferme, il prit la parole.

— Je suis le vice-amiral Cathbad. La Marine te recherche, Joseph Newgate et je vais clore ton dossier en te tuant ainsi tes complices.

Cathbad, âgé de 66 ans, ressemblait à un monstre de muscles qui mesurait huit mètres.
Son visage borgne et sans cheveux faisait dresser les cheveux du petit Edward ainsi que sa main droite manquante qui était une sorte de scie électrique et il portait un smoking luxueux.
Sans hésiter, le capitaine pirate donna un ordre à son fils.

-Ed, cache-toi dans l'entrepôt de poissons à côté!

L'officier regarda l'enfant avec un sourire méchant et se moqua de son adversaire.

-Ce sale gosse, il doit être ton fils, non?

Joseph s'emporta.

-Cathbad, tu n'insultes pas mon fils et je vais te trancher en lambeaux!

L'homme avec un seul oeil éclata de rire.

-HAAHAHAHAAAAAAAAAAAAAA! Comment pourrais-tu me tuer alors que tu n'as pas une seule arme sur toi?

Le pirate fut ramené à la réalité, mais un sabre surgit dans les airs et le reconnaissant, car c'était le sien, il l'attrapa habilement.
Ensuite, un homme mince fit son apparition.
Ce dernier portait des lunettes fumées, un drôle de chapeau dégarni qui cachait ses cheveux au complet et une sorte de canne.
Son visage relevait peu de choses, mais on pouvait voir une dent en or, une barbichette rousse et un nez très crochu.
Sa tenue ressemblait à un long veston en feutre rouge vin.
Il s'adressa soudainement à Joseph.

-Désolé, j'étais en retard. Héhéhé!

Furieux par ce léger imprévu, le haut gradé grinça entre ses dents.

-Albert Drook, navigateur des Bloody pirates et recherché pour 42 millions de berrys.

Une seconde plus tard, les autres compagnons de Newgate sortirent de leur cachette et se préparèrent au combat.
On pouvait voir Phill ''Gun'' qui était un grand homme mince habillé d'une camisole blanc très sale et des pantalons bruns usés.
Ses cheveux blancs étaient longs et ils touchaient les épaules, il avait des yeux bruns pâles et dans l'ensemble, c'était un tireur d'élite qui maniait deux carabines dont le tube mesurait environ un mètre alors que ses cartouches se situaient près de sa ceinture.
Deuxièmement, Valor le molosse, le timonier de l'équipage de Jos était un bonhomme tout joufflu aux beaux yeux bleu azur et velu avec une énorme bedaine visible, car il ne portait qu'un pantalon bleu délavé et ses cheveux blonds étaient presque rasés au complet.
En effet, son surnom lui représentait bien, car il était atteint d'une légère paralysie cérébrale et à cause de cela, il bavait, et adoptait des habitudes très étranges.
On dirait qu'il était un molosse et son courage incroyable dont il lui faut pour foncer dans le tas tout le temps en utilisant ses gros poings.
Enfin, il y avait Sword Khan, le bretteur des Bloody pirates, qui était sur les lieux.
La vraie stature de Khan était difficile à observer et juger, car il s'habillait d'une tenue traditionnelle en rouge de samouraï et ne portait jamais le casque.
Donc, ses cheveux étaient encore noirs et en queue de cheval, sa barbe et sa moustache de la même couleur prenaient une forme très pointue.
Il se combattait avec un gros sabre tranchant et cette arme était une des 50 lames de qualité supérieure.
Étant une personne un peu orgueilleuse, Joseph Newgate s'avança d'un pas, pointa Cathbad de son sabre et le menaça.

-Tu regretteras d'avoir mis les pieds sur Rosarlio et tu verras comment un équipage de vieux pirates est puissant.

Le vice-amiral aboya un ordre à ses soldats en ignorant Joseph.

-Feu à volonté! Je veux les voir morts! TOUS!

Les marines ne dirent rien et une bonne partie d'entre eux avaient au moins un pistolet.
Donc, ceux-ci commencèrent à s'exécuter, mais le sabreur voulut défendre son compagnon d'équipage.

ARCANE 17 DU SAMOURAÏ

Sword Khan traça un cercle imaginaire avec son arme et en une fraction de seconde, il fit un mouvement horizontal.
Toutes les balles tirées furent tranchées en deux et tombèrent sur le sol.
Ensuite, Valor fonça dans le tas et effectua une technique alors que les tireurs n'avaient plus de munitions.

POINGS DE L'ÉLÉPHANT

En courant, le molosse donna des coups de poing à tous les soldats qui furent entraînés dans les airs et Phil fit le reste en sortant ses carabines.

FESTIVAL AÉRIEN

Le tireur, avec une rapidité et une précision inouïe, toucha chaque cible dans les airs et les balles se retrouvèrent sur leur tête.
Enragé, Cathbad serra les poings, puis regarda chaque visage de ses hommes pour savoir s'il y avait encore un en vie, mais ça a été une tentative ratée.
Toutefois, un gros soldat arriva sur la plage et il semblait être mal à l'aise, puis bafouilla.

-Excusez-moi, mon vice-amiral, j'étais aux toilettes.

Découragé, l'officier borgne le fixa et lui ordonna.

-Dagan, tue ces piraaaaaaaaaaaates!

Le pauvre n'eut pas le temps de réagir parce qu'il ressentit un léger coup de canne et se tourna à sa gauche, puis il vit Drook exécuter un technique.

-COUP DE CIRCUIT

Il enfonça sa canne sur le soulier droit de Dagan qui gémit de douleur et Albert visa le soldat pour faire un coup comme on le fait au baseball.
Le gros fut projeté très loin et tomba dans l'eau, puis se noya puisqu'il était inconscient.
Ensuite, le vice-amiral piqua une crise de colère et devint énervé.

-HAUTE TENSION

Cathbad concentra toute son énergie pour renforcer ses muscles alors que les pirates voyaient ses yeux blanchir, ses veines et ses muscles grossir d'une façon considérable.
Quand il eut fini d'emmagasiner l'énergie, il poussa un cri incroyable et s'adressa à ses adversaires.

-Vous allez périr! Je.....

Il n'eut pas le temps de réagir, car Sword Khan se dirigeait vers sa direction pour l'attaquer.

-ARCANE 4 DU SAMOURAÏ

Il s'élança à une vitesse d'éclair pour transpercer le ventre du haut gradé qui riposta immédiatement.
Ce dernier donna un coup de scie très puissant sur le sabre du samouraï qui fit un second bond, mais très haut dans les airs.

-ARCANE 12 DU SAMOURAÏ

Quand il a sauté, Khan donna un coup de sabre vertical sur la bouche au niveau de ses incisives en haut et Cathbad ouvrit involontairement sa bouche ce qui offra une possibilité au tireur d'élite.

-ABAT G*****

Phil envoya deux balles dans la bouche ouverte de son ennemi et jusqu'avant que les balles rentrassent dans sa bouche, l'officier la ferma brusquement ce qui cassa les balles.
Toutefois, le bretteur était encore dans les airs, puis atterrit sur sa tête et voulut effectuer le coup de grâce.

-ARCANE 2 DU SAMOURAÏ

D'un air héroïque, il essaya d'enfoncer son arme sur la boîte crânienne de Cathbad qui contre-attaqua d'une façon bien spéciale.

-TENSION 2

Avec sa colère accrue ainsi que la force accumulée, il poussa un autre cri, mais 5 fois plus puissant que le premier et provoqua un séisme qui fit léviter les roches autour de lui et fit éjecter Khan qui percuta durement un kiosque en bois, mais il s'en sortit sain et sauf.
Ensuite, il exécuta un coup de scie meurtrier en direction du timonier et du ''gunner''.

-MARTEAU TRANCHANT

Le vice-amiral tenta de frapper ces deux là en sautant, puis donna un gros coup de scie en bas, mais Valor riposta.

-Al.... TORGNOLE

L'homme fort calcula la vitesse de la trajectoire de l'arme et dès la scie fut à côté de lui, il mit toutes ses forces pour claquer la partie lisse du métal.
Alors, la trajectoire fut déviée et le navigateur des Bloody pirates en profita afin d'attaquer le colosse.

-BOTTE SECRÈTE

Albert sauta sur la scie et ressauta, mais encore plus haut pour atteindre la face de Cathbad et donna un violent coup de canne qui cassa le nez du titan, puis atterrit tout en douceur sur le sol.
Le molosse et Phil profitèrent de l'inattention de leur ennemi dû à sa douleur afin de le déstabiliser.

-RICKSHAW

Le tireur sauta sur le dos de son gros ami qui lui saisit les hanches et Valor s'avança à toute vitesse en direction des jambes du officier borgne.
Phil ''Gun'' prépara ses carabines.

-DÉVOREUR DES JAMBES

Phil envoya une pluie de balles en direction des jambes de son adversaire qui les encaissa à sa grande surprise et contre-attaqua.

-CERCLE TRANCHANT

Le vice-amiral se tourna lui-même en plaçant son arme à un angle de 75 degrés et une lame d'air circulaire projeta ses trois gêneurs à plusieurs mètres qui eurent des blessures saignantes.
Essoufflé, le timonier se demandait ou était son capitaine et il le retrouva sans connaissance à côté d'une roche qui doit l'avoir assommé.
S'étant remis de ses esprits, Cathbad déchira son veston et sa chemise, puis son dos nu était attaché un gigantesque bazooka lequel il le prit dans son bras disponible et ses munitions, répartis partout sur son tronc étaient reliées à cette arme.
Se sentant tout puissant à nouveau, il rit.

-HAHAHAHAHAHAHAHA! Avec mon bazooka, vous êtes fichus! Il est surpuissant!

Le haut-gradé choisit le sabreur comme cible et tira une fusée qui se dirigea à une rapidité phénoménale, mais à la place de l'éviter, Khan essaya de la détruire.

-ARCANE 1 DU SAMOURAÏ

Le bretteur prit son sabre avec ses deux mains alors, la force de frappe était plus puissante et tenta de décapiter la balle, mais elle explosa à temps qui blessa grièvement le samouraï.
Plus acharné que jamais, le colosse voulut tuer tous ses opposants.

-FESTIVAL BLAZERS

Comme une mitraillette, ce dernier tira comme un fou en direction des bandits qui eurent beaucoup de difficulté de les éviter et à la fin, la plupart des édifices furent rasés ce qui donna au port de Rosarlino le statut de ruines.
En effet, Edward avait réussi miraculeusement à échapper à l'effondrement de l'entrepôt de poissons et vint à la ressource de son père, mais Cathbad l'aperçut.

-Tiens, j'avais oublié le gamin! LANCE TRANCHANTE

Il tenta de tuer l'enfant en s'élançant à sa direction pour donner un coup de lame vif dans le centre, mais Valor intervint de dernière minute en bloquant la scie avec toutes ses forces et cria au gosse.

-ED, SAUVE-TOI ET SURVIS! JE NE POURRAI PAS TENIR LONGTEMPS!

Edward se mit à retrait et le vice-amiral esquissa un sourire et donna un coup final.

-PLUIE DE SANG

Ce dernier continua sa trajectoire et peu à peu, les lames tranchèrent la peau du timonier qui mourut dans la torture et devint finalement un cadavre maculé de sang.
Fou de rage, Phil s'emporta et commença à courir vers le meurtrier.

-TU VAS MORFLER!

Ayant un oeil attentif, Cathbad le vit et prépara son arme à poudre de canon.

-ÉCLATE-TÊTE

Le vieil officier pointa son bazooka qui se situait maintenant à un centimètre de la face du tireur d'élite et tira sur sa tête qui explosa avec une mare de sang.
Or la mort du tireur, Albert était déjà sur son bras qui tenait l'arme et le navigateur décida de le détruire.

-Tu as causé trop de dégâts, Cathbad! BLOQUAGE

D'un geste brave, Drook planta sa canne dans le trou du bazooka ce qui provoqua une gigantesque explosion qui tua le pirate et enleva le bras entier du vice-amiral.
Grièvement blessé au point d'avoir de la difficulté de marcher et en essayant de refouler ses larmes, Sword Khan décida de décapiter la scie électrique avec la technique que son père lui avait apprise.

-ARCANE ULTIME DU SAMOURAÏ NIRVANA

Le sabreur se concentra à un tel point qu'il entra en transe pendant quelques secondes et suivit sa respiration pour atteindre un niveau spirituel très avancé et puissant.
Donc, des illusions représentant cinquante mains tenant un sabre apparurent.
Du côté du titan, il observa la stratégie de Khan et décida de riposter.

-LAME DE LA MORT

Le géant asséna un violent coup de scie au niveau du cou de son adversaire et contre-attaqua de toutes ses forces.

-EXÉCUTION

Il donna un léger coup de sabre, mais en réalité avec les illusions, il était titanesque et pouvait tuer un gaillard.
Les lames détruisirent la scie en mille morceaux et d'autres percutèrent le ventre et le torse de Cathbad qui fut mis KO un moment.
Après son coup, Sword Khan sentit sa vision faiblir, tomba à genoux, puis par terre et un peu plus tard, son coeur cessa de battre.
Ne sachant plus quoi faire, le jeune Newgate sanglota et resta immobile.
Cinq minutes plus tard, le gamin vit les membres du haut gradé bouger et l'homme qui était KO se releva en furie et plaça une épée sur son engin qui tenait auparavant sa scie électrique.
Il grogna comme un ours et s'avança en direction du petit qui commença à réciter une prière tribale que son père lui avait apprise un an plus tôt.
Soudain, le visage du officier borgne pâlit iimmédiatement, car il voyait un personnage aussi amoché que lui derrière Edward et c'était bien Joseph Newgate qui avait repris connaissance.

-Impossible, je te pensais évanoui pour très longtemps.

L'époux de Clara regarda son fils ainsi que les cadavres de ses amis et lui donna un drôle de collier, puis il fixa son ennemi avec deux yeux vifs.

-Ed, prends ça! Ça te protégera du haki......... Cathbad, mon fils a imploré mon aide et prépare-toi à goûter ma puissance et à regretter le meurtre de mes potes.

Le jeune répondit au paternel.

-Papa, tu as un pouvoir, non?

Toujours sidéré, le colosse murmura comme s'il y avait quelque chose de très grave qui se produirait.

-Si cet enfant dit vrai, tu maîtrises bel et bien le haki......

Joseph confirma sans hésitation.

-Oui, c'est un pouvoir qui est légué père en fils et le haki des Newgate est très puissant.
Prépare-toi!

Sans se forcer, Jos libéra ce fluide invisible et à chaque pas qu'il faisait, les bottes firent secouer la terre et le haut gradé essaya de tout son possible de dégager son haki.

-Je maîtrise très difficilement le haki! TENSION UTLIME

Il poussa un cri maintenant anodin, mais qui devenait de plus en plus puissant et le flibustier continuait de renforcer son haki comme c'était un jeu d'enfant.
Après un bon vingt minutes de cette compétition de haki, Cathbad sentit un malaise au niveau du coeur et devint tellement faible qu'il ressemblait à une poupée de chiffon.
Le père d'Edward pointa son opposant du sabre et l'acheva.

-Le haki des Newgate est absolument inébranlable et JE VAIS VENGER MES COMPAGNONS! CAGE DU GOLEM

Le pirate, à la vitesse d'un léopard, suivit une trajectoire carrée avec son sabre et décapita les deux jambes et le bras restant du vice-amiral qui tomba par terre.
N'étant plus capable d'être concentré, le perdant parla.

-Tu as gagné, tue-moi.

Le haki de Joseph se dissipa, il s'approcha du vaincu et le menaça de la lame.

-Pas tout de suite, pourquoi es-tu venu ici et qui t'envoie?

Le colosse n'eut pas la forcer de protester verbalement et dit toute la vérité.

-Haaaaaaaaaahaaaaaaaaaaaaaaaaaaaahhh! Tu veux vraiment tout savoir..... cela ne te plaira pas!
Tout a commencé, il y a un an, la Marine a voulu éradiquer tous les bandits qui s'étaient cachés et on a développé une sorte de technologie de carte radar ayant la fonction de trouver les lieux ou les pirates restaient ce qui a repéré Rosarlio, il y a environ trois mois.
Donc, un des amiraux m'a envoyé vous éliminer et mon bateau est seulement une infime partie de l'armada de 50 navires qui se dirigent vers ton île.
Cette armada est dirigée par le même amiral qui est le plus cruel et le plus fanatique.
Son nom est Benjiro mieux connu sous le surnom le Soleil Pourfendeur à cause de son port d'un drôle de masque représentant un soleil et il se combat avec un trident légendaire qui a des pouvoirs monstrueux et le haki ne le gêne pas.
En plus, il prétend être un ancien chef d'un clan d'indigènes et ce clan est disparu, il y a environ cent cinquante ans, alors mes amis et moi, nous nous sommes arrivés à une conclusion qu'il est un vieil amiral âgé d'environ deux cents ans.
On le qualifie parfois de prophète et son caractère belliqueux l'amène à faire des massacres et présentement, il est à son dernier essai de trouver la fontaine de jouvence qui rajeunit les gens qui la boivent.
Je sais très bien quand il était jeune, il avait une puissance environ vingt fois supérieure à la sienne d'aujourd'hui
Le pire dans tout ça, il a fait apporter des munitions suffisantes sur son armada pour faire un Buster Call sur Rosarlio......

Quand il entendit les derniers mots du géant, le mari de Clara fut sous le choc et des gouttes de sueur perlèrent sur son front....


J'espère que vous avez aimé et je posterai le chapitre 2 dans quelques jours maximum.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Fanfic Le grand Edward Newgate (Risque de spoil)
MessagePosté: Ven 3 Juin 2011 20:42 
1 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 02 Mai 2011
Messages: 30
Localisation: sur le bateau pirate de zaxi le dangereux, dans un océan rempli de monstre!!
ohoh alors deja très bonne idée que de prendre un pirate connu de one piece et de refaire son passé, ceci est très original.
Après jaime boucoup ton style d'écriture, tu utilise boucoup de mots et de synonyme.
Un grand points fort a ta fic : on rentre très vite dans laction, peut etre un peut trop vite même mais bon je preéfère sa que une fic qui a besoin de boucoup de chapitre pour rentrer dans laction.
Après ton combat est superbement ecrit, avec les description, les détails....
les personnage sont attachant : les compagnons qui arrive pour sauver leur capitaine.
avec le prologue on comprend tout de suite ton histoire, ce que tu veut raconter et sa c'est encore un plus pour ta fic

en gros rien a redire pour le moment. je veut volontier la suite!!!!!!!!
un dernier mots : bravo pour ton premier chapitre de ta fic!!!!!

bah alors le troisième chapitre cest pour quand, moi je le veu, je le veu, je le veu!!! :luffy langue: :luffy langue:

_________________
Image

Hissez le drapeau noir!!!
A l'Abordage!!!!!


Dernière édition par zaxi le dangereux le Dim 5 Juin 2011 12:58, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Fanfic Le grand Edward Newgate (Risque de spoil)
MessagePosté: Ven 3 Juin 2011 20:59 
225 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 12 Nov 2007
Messages: 1328
Localisation: Dans tes rêves.
Merci beaucoup pour ton commentaire zazi. Voici le chapitre 2:

En furie, Joseph Newgate pressa son sabre sur l'artère carotoide de son ennemi qui ferma les yeux en pensant que sa vie et sa carrière allait s'achever d'ici quelques secondes.
Le pirate proféra des grosses injures.

-Sacrebleu de sauvage, il y a des habitants qui sont innocents qui habitent sur l'île.
Surtout des femmes enceintes, des enfants ignorant le mal, des jeunes pères apprenant leurs valeurs à leurs enfants, des aînés racontant des contes d'antan et des vieux pirates qui ne veulent pas faire du mal au gens, mais vous nous n'aviez pas laissé le choix de nous défendre.
Tu mérites d'être exécuté, mais je ne te torturerai pas! BARBARE.....

Soudain, un bruit sourd se fit entendre, puis les sons furent causées par des vagues anormales et à l'horizon, les deux guerriers et le jeune purent observer l'armada de Benjiro accoster les côtes de la plage.
En soupirant, Cathbad pointa une drôle de sillhouette sur le devant du principal navire.

-C'est lui, le Soleil Pourfendeur.

De ce même bateau, un pont s'abaissa et un vieillard mesurant deux mètres accompagné d'une centaine d'officiers qui étaient gradés au dessus du poste de commandant arrivèrent sur le sable chaud.
Ce vieux, appellé l'Amiral Benjiro ou le Soleil Pourfendeur correspondait très bien à la description que le vice-amiral a faite à son adversaire et il était d'une laideur épouvantable.
Ses membres semblaient tellement maigres qu'on dirait qu'ils étaient complètement desséchés, ses veines étaient visibles même les plus petites, ses longs cheveux blancs comme la neige touchaient le sol, il portait un manteau de fourrure à l'effigie de la Marine pour le réchauffer ainsi qu'un pantalon déchiré de cuir brun et sa peau était entièrement tatoué de tatouages tribaux.
Son masque de soleil lui donnait l'air sinistre et dangereux.
Il semblait avoir un peu de difficulté à marcher et servait son trident comme sa canne ce qui est normal pour un âge si avancé.
À un moment donné, il regarda son sous-fifre qui venait d'échouer et Cathbad voulut présenter ses excuses.

-Mon amiral, je....

Le Soleil Pourfendeur lui coupa immédiatemment la parole et pointa l'arme à fourches à sa direction.

Cathbad, tu es un de ces incapables qui méritent d'être exterminés de la planète et tu nuis à la création des Jardins du Soleil.
RAYON FULGURANT

Un rayon lumineux sortit du trident pour percuter le coeur du colosse duquel son corps fondit comme du beurre dans le micro-ondes et Joseph recula d'un pas et prit solidement la main gauche de son garcon.
Le paternel insulta le vieillard voulut des explications de la part de la même personne

-Sale chien de la Marine, tu as fallu faire fondre mon bras!
Quelle est cette arme, quel est ton but, que sont les Jardins du Soleil et que veux-tu faire avec cette fameuse fontaine de jouvence?

L'amiral sourit et raconta ses plans au hors de la loi d'une voix très rauque.

-Tu es bien impétueux pour me parler comme ça ce qui est normal pour un pirate!
Mon trident est l'arme forgée par les ancêtres de mon clan et elle a un pouvoir monstrueux en relation avec le soleil.
Quand je suis devenu le chef de mon clan, j'ai voulu rendre obligatoire le culte du soleil que j'ai appris durant ma jeunesse ce que mes confrères ont refusé.
En effet, les origines de ce culte remontent à des siècles auparavant et constitue minimum cent sacrifices par jour sur une période de cent cinquante ans sans que je meure.
Une fois ce devoir fait, le fils du Soleil viendra sur Terre pour faire le dernier génocide du Mal et fonder les Jardins du Soleil qui abriteront les gens du Bien sur la plaine Sainte qui est située au centre du Nouveau monde.
Pour effectuer ces sacrifices, j'ai fait le premier en tuant les cent personnes qui formaient mon clan qui ne voulait pas collaborer avec moi et je me suis enrôlé dans la Marine en leur mentant que j'avais tué ces cent indigènes qui formaient la caste des bandits.
Impressionés, les haut-gradés me promurent au poste de lieutenant-colonel ce qui me donna un certain pouvoir et à l'époque, j'ai manipulé mes soldats pour qu'ils coopérent dans mon projet et ensemble, nous avons attiré cent magnifiques vierges par jour qui allaient être délivrées de leur chasteté et desquelles nous les tuons avant la nuit.
Cette même opération se répéta au fil des jours, je te le dis, c'était un vrai paradis et en même temps, je tuais des pirates pour rendre service à la Marine jusqu'à l'âge de cent ans.
À cet âge, j'avais gravi des échellons jusqu'au grade d'amiral ou je pourrai jouir d'une liberté encore plus grande ainsi qu'une infulence.
Donc, j'ai raconté mes plans aux cinq étoiles et au amiral en chef en déformant la vérité.
Or, ils feraient partie du Jardin du Soleil et tous les pirates seraient morts, alors ils ont accepté en m'autorisant de sacrifier cent de mes hommes par jour.
À partir du lendemain, j'ai formé une armada qui se renouvellerait tout le temps et j'ai commencé ces nouveaux sacrifices.
Cependant, après soixante-quinze ans, j'ai contracté une sorte de maladie qui me rend beaucoup plus faible et moins compétent à effectuer les meurtres et j'ai fouillé dans ma mémoire, puis je me suis rappellé une vieille légende de fontaine de jouvence qui rajeunit la personne jusqu'à ses âges de jeunesse.
Cette fontaine pouvait se situer, soit au bout de chaque point cardinal et il me reste seulement le nord à vérifier.
Mais ce n'est pas aussi le seul motif, c'est de remplacer le fils du Soleil en l'éliminant et ça serait moi qui régnerait sur les Jardins du Soleil.
Aujourd'hui va être un jour funeste, car je suis rendu à mes cent derniers sacrifices à faire et je vais raser l'île pour trouver la fontaine de jouvence!

Horrifié, le petit Newgate s'écroula en larmes en se bouchant ses oreilles.

-J'en ai assez d'entendre ces méchantes choses! Snif....

Benjiro le remarqua et siffla.

-Que fait cet enfant ici? Ce garcon doit faire partie des Jardins du Soleil et il fera un bon gaillard, soldats, amenez-le sur le bateau!

Sur le champ, le vieux pirate se dirigea vers son opposant et l'insulta.

-Enfoiré de malade mental! Je t'empêcherai de finir ton but utlime et de kidnapper mon fils.
FURIE DE LA LICORNE

À une vitesse folle, il transperca plusieurs fois le corps entier du ancien chef de clan avec son sabre et Benjiro contre-attaqua en donnant un coup de trident horizontal sur le torse de son adversaire, légèrement paralysé, qui chancela quelques minutes.
Puis, l'amiral attrapa le gamin et le lanca sur son bateau au grand dam de Joseph qui explosa de colère.

-TOI! TU.....

Le vieillard éclata de rire et annonca la finale de ses plans.

-Vieux boucanier croulant, tu aurais déjà une augmentation de cinquante millions sur ta prime pour avoir tué plusieurs de mes hommes dont Cathbad, mais je t'ai privé d'un élément et observe bien les sacrifices.
Tu m'as blessé grièvement et j'ai perdu tout espoir de trouver la fontaine de jouvence, donc je mourrai avec toi et le fils du Soleil m'enverra au paradis HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA!
SOLDATS, ACTIVEZ LE BUSTER CALL!!!

Obéissant aveuglément à leur supérieurs, les officiers sur les navires firent éjecter des tonnes de matières explosives dans le ciel pour retomber sur Rosarlio et après un calme plat, les grenades tombèrent et firent exploser graduellement l'île.
Lorsque les bombes tuèrent les cent soldats destinés au sacrifice, un personnage lumineux en train de se matérialiser éclairait les nuages de fumées et le ciel rouge.
Ce phénomène surnaturel était absolument un spectacle féerique avec des jeux de rayons de soleil et le vieux Benjiro, épuisé, tomba à genoux en incantant dans une langue inconnue, celle de son clan et pleurait de joie.

-Traduction: Ô fils du Soleil, je t'attendais depuis longtemps! Fonde les Jardins du Soleil!

Du côté du brave flibustier, il se libéra de sa paralysie grâce à son haki et avec son sabre, il effectua un coup de grâce.

-Les amiraux ne surveillent-ils pas leurs adversaires? BOND DU LÉOPARD

Joseph bondit en s'élancant et poussant un cri de guerre, il transperca le coeur du Soleil Pourfendeur qui n'eut pas vraiment le temps de réagir.
Ensuite, les bombes du Buster Call retombèrent sur eux.

Environ une dizaine de minutes plus tard, les navires fermèrent leurs canons et les matières explosives avaient fait leur travail, puis le nuage de fumée se dissipa avec un vent léger qui soufflait sur le secteur.
En effet, toute Rosarlio était rasée, il ne restait plus de maisons, plus d'arbres, plus de quais, plus de troncons, etc.. et son paysage complètement gris avec les montagnes et les collines semblait fantomatique et tout droit sorti du pire cauchemar d'un humain sous un ciel bleu immaculé.
Cependant, cent deux personnes pouvaient être visibles et celles-ci étaient les officiers sacrifiés, le cadavre d'un amiral sans son masque de soleil qui avait cassé en mille morceaux et enfin Joseph Newgate qui avait fait disparaître le fils du Soleil.
Il était très mal en point, son corps entier saignait, ses jambes boitaient et ses yeux semblaient sans vie, mais il était toujours vivant.
Sur le bateau de feu Benjiro, Edward n'en croyait pas de ses yeux que son père avait survécu à une telle attaque et il regarda Joseph qui commença à lui parler en utilisant ses dernières forces.

-Edward, survis et deviens un grand pirate! Ah...........

Le mari de Clara chancela et finit par tomber par terre, puis poussa son dernier souffle.
Ed pleura la mort de son papa et cria.

-PAPAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA! Ouinnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnn!

À côté du lui se trouvait le nouveau chef de l'armada, un commodore qui s'appellait Garalt et il ne supportait pas les sanglotements du gosse et ordonna à un soldat costaud.

-Assomme-le, Mathugen!

Mathugen asséna un coup de poing qui fit perdre connaissance au petit Ed et le navire commença de naviguer vers une nouvelle destination.
À mi-chemin pendant le fils du regretté Joseph était dans le coma et dans les cales du bateau, Garalt décida de convoquer ses deux hommes de confiance en réunion durant une nuit.
Dès le dernier officier arriva sur la table de la réunion dans la chambre de feu Benjiro, le commodore prit la parole.
Ce haut-gradé, dans la fin de la trentaine était un combattant costaud avec des poings américains aux cheveux en bataille noirs, son front avait un tatouage tribal ce qui était très rare à l'époque, ses yeux rouges donnanient la trouille aux moins courageux et il s'habillait comme un prêtre malpropre.

-Je suppose, mes chers Loeg et Laeg, que vous savez bien le motif qui nous amène à faire une réunion exceptionnelle comme celle-ci?

Loeg et Laeg, tous sous-amiraux, étaient les fils jumeaux du regretté amiral Ordan et maîtrisant l'art de l'épée, ils semblaient des chevaliers médiévaux complètement habillés de métal, mais par contre, chaque frère portait une armure de diffiérente couleurs.
Celle de Loeg était noire et Laeg, blanche.
Soudain, le guerrier en blanc tapa le meuble et répondit d'une voix incroyablement grave.

-Garalt, tu dois penser au petit. N'est-ce pas?

Le commodore voulut approuver, mais l'autre frère lui coupa la parole et celui-ci avait une voix d'un ton contraire de son jumeau.

-T'as raison frangin! Il s'appelle déjà comment?

Le chevalier noir répliqua.

-Loeg, tu n'as pas entendu les dernières paroles de Joseph Newgate. Il a appellé son fils Edward.

Puis, c'est l'autre qui reprit la parole.

-Oh oui, c'est vrai! J'espère que Garalt ne le fera pas tuer même si c'est le fils d'un bandit.

Alors, une conservation débuta et l'unique auditeur était un commodore qui s'irritait de plus en plus.

-Franchement, penses-tu que notre ami pourrait tuer un innocent, il doit vivre sa vie.

-Laeg, as-tu de l'empathie pour le bambin? Moi oui.

-Moi aussi, mais selon mon raisonnement, Edward est un jeune enfant quand on voit son physique.

-Ouais, papa voudrait combattre Benjiro. Je le trouvais vraiment pas net et papa est un homme de coeur.

-Loeg, je suis parfaitement d'accord avec toi sur ce point-ci et ses histoires de sacrifices épouvantables me donnaient mal au coeur.

-On devrait gracier l'enfant pour revenir au sujet, non? Et......

Tout à coup, leur attention furent attirés par un coup de poing qui cassa la table de bois en deux et un commodore en furie leur somma un ordre très strict.

-SILENCE, SI VOUS REFAITES ÇA, VOUS ÊTES RÉTROGRADÉS!

Mal à l'aise, Laeg bafouilla.

-Euh...que fait-on pour la table?

Alors que Garalt se calmait doucement, il expliqua son plan.

-Je m'en fous, je vais faire rénover cette pièce! J'ai décidé du sort du jeune Edward, je l'enverrai se faire éduquer par le père Paulo et il deviendra un officier plus tard dans sa vie. La réunion est terminé et n'oubliez pas votre avertissement!

Enfin, les deux frères, tout penauds, sortirent de la pièce et allèrent se coucher.


Une semaine plus tard, pendant que le petit Edward était toujours dans le coma et pour s'assurer qu'il ne reprenait pas conscience avant l'arrivée à destination, le commodore a fait droguer le gamin, l'armada accosta les côtes d'une île automnale située au centre de North Blue et nommée San Miguel en l'honneur du fondateur du couvent qui se retrouvait au centre de l'île, il y a des centaines d'années.
Le père Paulo attendait déjà les navires sur la plage, il semblait être dans le début de la cinquantaine avec des cheveux gris, ses yeux bruns, sa stature osseuse et ses sourcils broussailleux affichaient un air fatigué, son corps était couvert d'une longue tunique noire aux manches longues avec une sorte de robe de la même couleur et il marchait avec des vieilles sandales.
Garalt mit les pieds sur la terre ferme le premier et commença à parler.

-Mon père, je suis le commodore Garalt qui le successeur de feu Benjiro et j'apporte le fils, nommé Edward Newgate, du assasin de ce amiral pour qu'il se fasse éduquer sous votre tutelle. Le but de son éducation sera un nouveau officier dans la Marine dans les prochaines années à venir

Le religieux hésista un instant et il répondit.

-Pas de problème mon commodore. Je suis un allié du gouvernement et de la Marine et j'obéis à ces ordres.

L'officier hocha la tête et donna un ordre à un soldat situé derrière lui.

-Ungus, apporte Edward dans sa nouvelle chambre du couvent.

Paulo décida de l'aider.

-Je vais vous la montrer.


J'espère que vous avez aimé le chapitre, à la prochaine.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Fanfic Le grand Edward Newgate (Risque de spoil)
MessagePosté: Dim 5 Juin 2011 13:51 
225 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 12 Nov 2007
Messages: 1328
Localisation: Dans tes rêves.
Coucou, je n'ai pas pu poster le troisième chapitre parce que j'étais très occupé samedi, mais le-voici :

Tôt dans une matinée qui ensoleillait l'extérieur du couvent, Edward Newgate se réveilla dans une chambre austère et décente.
En effet, le jeune n'avait pas encore repris ses esprits et les événements déroulés avant de perdre connaissance lui étaient flous et son cerveau ne fonctionnait pas parfaitement.
Il se leva très péniblement, trébucha plusieurs fois en essayant de marcher et sa face ressemblait à celle d'un zombie.
Quand sa vision devint plus claire, il put observer une pièce blanchie à la chaux abritant plusieurs meubles en bois dont une commode avec des tiroirs, une table de chevet sur laquelle une lampe à huile reposait, un bureau avec tout l'équipement d'un écolier normal, deux chaises et un lit composé du matelas et d'une couverture de fourrure d'ours brun des deux côtés, puis d'un oreiller moyennement mou.
Ensuite, un drôle de rideau de couleur rouge retenus par un support en bois lui attira l'attention et il le tassa de côté, puis il mit le pied sur une sorte de corniche cloturée qui était enclos par trois murs qui lui empêchaient de tomber de plusieurs mètres, mais suffisamment bas pour lui permettre une vue de dehors.
La vue était absolument magnifique, la lointaine plage côtière aux galets se limitait par une immense forêt aux arbres aux feuilles de couleurs chaudes et la seule coupe à blanc dans ce secteur était marquée par un sentier sinueux en terre battue.
Après le sentier, il y avait un ponton qui reliait les deux bouts d'une rivière alimentée par une baie située au nord de l'île, car Ed avait une vue allant vers l'ouest et son regard se riva sur la colline ou était construit l'édifice religieux et il put observer seulement une miniscule chapelle alors que des pas résonnèrent dans la chambre.
L'enfant tourna sa tête et aperçut un religieux qui était le père Paulo debout et Newgate le regarda d'un air médusé, puis lui posa une question.

-Qui êtes-vous et ou suis-je?

Le professeur garda un ton neutre et lui expliqua.

-Edward, les officiers de la Marine me t'ont confié afin que je t'éduque dans ce couvent pour que tu deviennes une Marine et je suis le père Paulo.
Évidemment, tu es resté couché pendant trois jours et aujourd'hui, c'est le premier jour des cours, tu commençeras à étudier dans un quart d'heure avec huit nouveaux élèves ayant ton âge.
Cependant, tu es encore en tenue de pyjama, c'est à dire un caleçon et tu ne peux pas venir dans ma classe dans cette tenue, voici ton garde-robe.

D'un geste brusque, il ouvrit la commode en bois qui dévoila sept ensembles de polos de couleur blanche avec des shorts bleus, un chapeau protège-soleil, une paire de souliers en cuir brun, une serviette noire et une paire de sandales, tous soigneusement rangés.
Enfin, il avait un autre ensemble, mais moins propre, c'est à dire un t-shirt blanc avec des jeans, dédiés sûrement à des activités extérieures.
Encore mélangé dans sa tête à cause de l'effet de la drogue, il obéit à son maître et s'interrogea.

-Quel tenue enflie-je?

Sans avoir recours à une petite pause, le père répondit immédiatement.

-Le polo avec le short. Après t'être habillé, descends les escaliers à gauche et tu me verras avec tes compagnons.
Que ça saute!

L'homme quitta la chambre et ferma doucement la porte.
Alors, Ed mit sa nouvelle tenue laquelle il la trouva un peu trop serrée à son goût, mais il ne se plaignit pas et il ouvrit, puis referma la porte de sa chambre qui était encore en bois.
Toutefois, il avait une sorte de morçeau collé au milleu représentant une gravure de son nom au complet.
Ne pouvant que satisfaire sa curiosité, il lit les gravures des autres portes qui étaient au nombre de huit et il retint les noms de ses collègues:

-Tiens, les noms des élèves..... Jacob Xabada.... Benito Pinelle.... Pedro Morales.... Axel Ayxeres.... Santos Erasun.... Leonardo Garri....
Emilo Landric.... Rubén Molinari....

Ensuite, il quitta le couloir des chambres pour emprunter un escalier qui mèna jusqu'à la classe et il eut un léger malaise quand il vit Paulo et ses huits élèves, car il allait entrer dans une nouvelle période de sa vie.
La pièce était très vaste mais austère, car la seule décoration dans la classe était une sorte de croix en bronze avec une statue du même matériau évoquant un personnage souffrant et les murs formant un cylindre dont les limites semblaient construites en marbre gris.
Deux portes situées aux extrémités ouvraient cette pièce à deux autres plus loin et neuf pupitres ainsi qu'un bureau plus imposant étaient utilisés par les nouvelles connaissances de Edward.
Soudain, le père Paulo apercut le nouveau arrivé et l'invita à s'asseoir sur le meuble vacant, puis il commença par se présenter.

-Enfin, nous voilà tous réunis. Cette assemblée est exceptionnelle, car nous devons nous faire connaissance et parler un peu de votre cheminement pendant les sept années que vous étudierez ici.
Pour commencer, je suis le père Paulo, un membre de la célèbre famille de religieux Soto et je suis un des neveux du directeur de San Miguel, le père Alberto.
Comme vous l'avez remarqué, je serai votre professeur et en plus de ça, il y a trois autres pères qui travaillent au couvent.
Celui qui est le concierge est le père Dino Zerrate, le père qui est responsable des cuisines est Hervé Selva et si vous êtes blessé, le père Oscar Oms vous soignera.
Alors, vous serez huit élèves et je suppose que vous vous êtes déjà présentés à l'exception d'Edward qui est arrivé plus tard.

Le fils de feu Joseph Newgate en profita d'observer le physique de ses compagnons.
Santos était un gamin svelte, à la peau blanche comme la neige, aux beaux yeux bleus et aux cheveux noirs courts.
Leonardo et Pedro ressemblaient à des enfants grassouillets et petits aux cheveux blonds en bataille, mais ceux de Pedro étaient roux.
Rubén avait le corps physique le plus semblable à Edward, donc grand et bien bâti pour son âge, mais sa peau prenait un teint cuivré.
Jacob et Benito avaient les cheveux bruns longs, un physique peu imposant et portaient des grosses lunettes.
Enfin, Jacob représentait le corps parfait et équilibré, puis il avait des yeux bruns de félin et des cheveux blancs très courts.
Après une petite pause de respiration, Paulo reprit la parole.

-En effet, cette première année sera la moins exigente en travail que les autres alors que l'avant-dernière sera la plus.
On se concentrera en premier surtout sur les notions de base de l'éducation de futurs officiers de Marine au niveau de la matière grise, c'est-à-dire de lire et de parler dans notre langue maternelle commune, compter et faire des calculs simples, apprendre les rouages du cathéchisme et faire de l'activité physique.
Durant votre deuxième et troisième année, vous perfectionnerez la langue maternelle, vous ferez des calculs mathématiques plus complexes, vous vous découvrirez la langue parlée par les religieux du ancien temps et vous pratiquerez différents sports ainsi que certaines réflexions du cathéchisme.
Ensuite, à votre quatrième et cinquième année, vous perfectionnerez la langue parlée par les anciens, vous pratiquerez les diffiérentes formes de mathématiques, vous allez découvrir les notions de sciences, de géographie et d'histoire ainsi que pratiquer plus intensivement certains sports.
À votre avant-dernière, vous allez faire une perfection des programmes suivants: les mathématiques, les sciences, la géographie, l'histoire, les deux langues apprises, le catéchisme avancé, les arts musicaux et plastiques et bien sûr, le sport au niveau de la musculation et la mise en forme.
La septième année n'est pas vraiment une année complète, mais vous aurez une grande révision de tous les matières ainsi que des examens à faire.
Enfin, des soldats de la Marine vous chercheront pour passer des vacances méritées de deux mois sur un archipel de rêve et après, vous allez vous vous entraîner au combat avec des haut-gradés pendant huit ans.
C'est terminé pour ce matin, vous irez prendre votre petit-déjeuner à la salle à manger qui se trouve à droite et vous commencerez les cours après le déjeuner.

Lentement, les élèves délaissèrent leur pupitre et se dirigèrent vers la salle à manger ou de la nourriture appétissante reposait sur les assiettes.
Cette pièce était assez vaste, mais constituait un seule longue table en bois ou douze chaises y reposaient et des fenêtres éclairaient ce lieu.
Edward s'assit à côté du père Paulo et Santos, puis examina son plat qui était consitué de deux tranches de pain tartinées avec de la confiture, une pêche, du lard salé et un verre de lait.
Avant que les convives puissent manger leur première bouchée, un clerc bedonnant sortit des cuisines et ce religieux n'était autre que Hervé Selva qui se dirigeait vers sa chaise.
Le gros bonhomme obèse, partiellement chauve, semblait afficher une mine joyeuse et d'enfant et son visage avait des beaux yeux verts ainsi qu'un double menton impressionnant.
Il portait la même tenue que Paulo tout comme les autres employés du couvent.
Ensuite, Dino Zerrate et Oscar Oms arrivèrent à leur tour en saluant les enfants et leurs collègues.
Dino, le concierge, était un homme ayant une carrure imposante et malgré son âge, il semblait avoir la fougue de la jeunesse avec un visage illuminé et sérieux.
Ses cheveux gris longs et frisés, ses longues balafres au niveau de ses bras, ses yeux bruns et sa barbichette pointue représentaient les marques de son corps.
Du côté de Oscar, le médecin, avait une petite taille, une carrure équilibrée, des yeux bleus, des cheveux rasés et une grosse moustache.
En plus, son problème de myopie était soigné par le port de petites lunettes qui lui donnaient l'allure d'un savant.

Le petit-déjeuner fit profiter des gens de se faire la connaissance surtout entre les élèves alors qu'Edward s'est lié d'amitié avec Santos, Pedro et Leonardo.
Le repas s'achèva une demie-heure plus tard en laissant les élèves jouer dehors dans les limites du terrain du couvent et les pères reprendre leur travail, puis Paulo quitta la sallle pour servir le petit-déjeuner à son oncle Alberto qui travaillait au dernier étage de l'édifice religieux.
Après avoir gravi une centaine de marches, le professeur se retrouva devant le directeur qui écrivait dans une sorte de bibliothèque austère.
Le père Alberto, un vieil homme âgé de 96 ans, écrivait un rapport sur un document important et cessa immédiatement lorsqu'il entendit le bruit des pas de son neveu.
Il ne s'était jamais coupé ses cheveux blancs dans sa vie ainsi que sa grosse barbe et sa moustache, ses sourcils cachaient une partie de ses yeux bleus et son corps osseux semblait être caché par une énorme toge brune de moine.
La peau semblait être du papier parchemin craquelé sur ses mains et on pouvait voir la forme de ses os saillants.
Semblant faible, le directeur salua le visiteur et entama la conversation.

-Bonjour Paulo, qu'est-ce qui t'amène à visiter mes appartements?

D'un ton respectueux, le neveu lui répondit.

-Mon oncle, je vous amène votre petit-déjeuner.

Le professeur le servit et après avoir mangé quelques bouchées, le vieillard voulut expliquer une chose au plus jeune.

-Paulo, tu devras être vigilant pendant ces sept années qui suivront.

Surpris par la réplique de ce dernier, Paulo haussa les épaules pour dire son étonnement et son oncle reprit la parole.

-Parmi tes élèves, il y a ce fameux Edward Newgate qui est le fils d'un pirate ce que tu sais, mais tu ne sais pas vraiment sur son passé récent.
En effet, Edward est le fils de feu Joseph Newgate, le capitaine des Bloody Pirates et primé à cinquante-huit millions de berrys ce qui est une énorme prime pour un pirate à North Blue.

Sous le choc, père Paulo bégaya.

-Ah... ah.


Flash-back du père Paulo:

Vingt ans auparavant sur la même île, un massacre sanglant se déroulait dans les alentours du couvent et les religieux, au nombre de cent, de cette époque essayaient de se défendre de leur mieux, mais les Bloody Pirates, sous les ordres de Jos, les dominaient.
À la fin du carnage, la moitié de l'édifice était détruit, presque tous les clercs, dont cinquante-cinq par Sword Khan, s'étaient fait tuer sauf quatre et le feu ravageait la végétation.
Avant que les hors de la loi quittent le couvent avec des gros sacs, Paulo, beaucoup plus jeune autrefois, leur bloqua le chemin sous les yeux de son oncle qui n'avait pas beaucoup changé et attira l'attention du capitaine Joseph.

-Qu'est-ce qui te prend à te mesurer à moi et à mes potes?

Le clerc cracha des mots avec un ton furieux.

-POURQUOI AS-TU RAVAGÉ NOTRE PATRIE SPIRITUELLE ET JE VAIS ME DÉFENDRE JUSQUE À LA MORT?

Joseph Newgate l'expliqua avec un ton assez méprisant.

-Je me suis emparé les biens précieux de la demeure pour que je paie une rançon de la Marine, car elle a capturé un de mes camarades, Valor et vous vous êtes opposés à nous.
Alors, nous avons été forcés de s'emparer par la force et en plus, rentre bien ça dans ton cerveau, je déteste toute la Marine et ses alliés.

En regardant les cadavres de ses amis, la colère du père Paulo augmenta et il cria de toutes ses forces.

-Que Satan et tous ses démons te condamnent à la torture éternelle?

Le pirate lui répondit.

-Si je vais en enfer, je défierais Satan et ses sous-fifres! Tu ne me laisses pas le choix!

Newgate dégaigna son sabre, puis il donna un coup sur le torse du clerc qui perdit connaissance seulement et partit en direction de la berge avec ses cooéquipiers pour reprendre la mer.

Fin du flash-back.


Voyant son neveu troublé, Alberto laissa quelques minutes s'écouler et raconta le reste de l'histoire d'Edward.

-Je te comprends bien, ce sont des mauvais souvenirs et tu t'étais retrouvé sous le bistouri pendant des semaines.
Toutefois, tu n'as pas entendu le reste de l'histoire de cet enfant.
Son père s'est retiré dans une île lointaine à plusieurs centaines de kilomètres de chez nous et il n'y a pas si longtemps, il s'est battu contre le puissant Cathbad qui a perdu ce combat et s'est opposé au légendaire Benjiiro.
Son île a été détruite par un Buster Call ou il a péri ainsi que l'amiral et Edward a survéçu puisqu'il était emmené dans une flotte, mais il a vu le carnage au complet ce qui n'est pas comique.
Avant de mourir, Joseph Newgate aurait dit à son fils de survivre et de devenir un grand pirate.
Ensuite, sur le bateau du ancien amiral, le petit s'est fait droguer par les officiers afin qu'il se calme et il ne se rappelle pas grand-chose de cet événement...

Surpris, le père Paulo lui interrompit un moment.

-Comment avez vous appris toutes ces informations alors que je n'en ai su très peu sur ce sujet?

Le directeur lui montra un escargophone.

-Grâce à cette technologie, j'ai pu contacter les hauts-gradés de la Marine afin de compléter le dossier du nouveau.

Il soupira un instant et parla à nouveau.

Paulo, tu dois me promettre trois choses avant de quitter mon bureau, c'est de ne rien dire ces propos-là à Edward et tu l'éduques correctement pour en faire un pirate de moins dans ce monde. En plus, je veux que tu surveilles constatement son comportement. Compris?


A la prochaine pour le chapitre suivant.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Fanfic Le grand Edward Newgate (Risque de spoil)
MessagePosté: Dim 5 Juin 2011 19:30 
1 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 02 Mai 2011
Messages: 30
Localisation: sur le bateau pirate de zaxi le dangereux, dans un océan rempli de monstre!!
ah bah enfil le troisième chapitre, cest pas trop tot.....NON je rigole biensur!!!!!!3chapitre en 2 jours???? trop fort, jai jamais vu sa!! :Chopper allucine: :Ussop big gloup:

donc cela devient intéréssant, barbe blanche aurait eu un début ? ou la total ? d'enseignement de la marine?? wahou!!! belle reconvertion pour edward!!!
aprés jaime vraiment tes descriptions que tu fait de tes personnages, des décors (surtout la chambre)...
ohoh le père paulo à "combattu" contre le père d'edward donc on peut penser qu'il va en faire baver a notre jeune pirate.

jai juste un truc a dire : pourquoi je suis le seul a mettre des commentaires!!!!! car ta fic est exellente et je veut la suite!!!!


aller on fait plaisir à Chaosx et on post!!!!!!

_________________
Image

Hissez le drapeau noir!!!
A l'Abordage!!!!!


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Fanfic Le grand Edward Newgate (Risque de spoil)
MessagePosté: Mar 7 Juin 2011 03:12 
225 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 12 Nov 2007
Messages: 1328
Localisation: Dans tes rêves.
Encore merci Zazi, et voici le chapitre 4:

Sept ans plus tard, Edward Newgate étudiait toujours au couvent et il avait atteint l'âge de douze ans.
Au niveau scolaire, il a passé ses trois premières années avec facilité en excellant en mathématiques, en français et surtout en éducation physique, mais il avait un peu de misère en cathéchisme. Hélas, il eut plus de misère à apprendre des matières un peu plus complexes dans les trois dernières années et son comportement changea.
Il était devenu rebelle, hyperactif et parfois impoli ce qui attirait les foudres du père Paulo et leurs relations devinrent, à chaque connerie du fils de Joseph, de plus en plus tendues. Toutefois, il a appris des choses fascinantes.
En arts, il peinturait, sculptait, dessinait, bricolait et jouait plusieurs instruments de musique comme la flûte, le violon, le piano, etc.... En géographie, Paulo lui expliquait sur la mer de North Blue et sur ses îles. En mathématiques avancées, il pratiquait l'algèbre, la géométrie, la probabilité, la statistique, la trigonométrie, etc... Au niveau des sciences, il étudiait sur la géologie, la biologie, la zoologie, l'océanographie, la chimie, la physique, etc... Puis en histoire, il a écouté des cours sur l'histoire de la religion, de la Marine, des pirates, des explorations, des civilisations, etc... Aussi, dans la même matière, chaque étudiant a essayé de poser des hypothèses sur le siècle oublié.
Malheureusement, ses relations avec les élèves et les clercs semblaient assez particulières. Son meilleur ami était toujours Santos et son pire ennemi, Rubén qui tapait aussi sur les nerfs de l'enseignant. Il s'était lié d'amitié avec Dino, car Paulo punissait souvent Newgate en l'envoyant nettoyer les planchers avec le concierge.
À sa septième année, qui s'était très mal déroulée, il échoua plusieurs examens et lors de la dernière journée des cours, il fut convoqué au bureau du père Alberto.
C'était un après-midi pluvieux, frais et qui annonçait le début du passage d'une tempête tropicale , Edward eut un message de la part du père Paulo et le lit assez facilement:
Edward, tu es convoqué au bureau du père Alberto dans une heure. J'y serai et la présence au bureau est très importante!
Surpris, Edward sembla un peu hésister, mais se résolut qu'il n'avait pas le choix et éxécuta l'ordre. Donc, il se retrouva devant le père Paulo et Alberto, visiblement furieux. L'étudiant agé de douze ans voulut parler, mais le vieillard, frappant son bureau, l'interrompit sèchement.
-Combien de conneries as-tu fait durant ces sept années? Avant de donner la réponse, je pourrais émunérer plusieurs de tes excès de ton caractère, qui s'oppose aux principes du cathéchisme, de ta première année jusqu'à maintenant.... de t'être battu avec Rubén, d'avoir touché la poitrine de mademoiselle l'inspectrice, d'avoir frappé l'organe sexuel de Jacob après une défaite à la course, d'avoir fait déborder les toilettes à deux reprises, de t'être endormi en cours, d'avoir vomi sur la robe du père Hervé après avoir trop mangé, de t'être promené tout nu dehors pour faire le comique, d'avoir joué dans l'atelier du père Oscar en mélangeant des médicaments ET J'EN PASSE!
Le professeur montra à son élève un compte-personne.
-Savais-tu qu'à partir de votre première année, on évalue votre caractère et on compte le nombre de vos bêtises jugées graves? Mon cher, tu talonnes le classement avec pas moins deux cent cinquante-cinq conneries. Qu'est-ce qu'on va faire de toi?
Le directeur hocha sa tête de haut en bas et prit une décision.
-En plus d'avoir coulé la majorité de tes examens sauf en sports, tu as affiché un comportement inacceptable et je peux dire qu'en quatre-vingt ans de carrière, tu es le seul élève qui m'a donné du fil à retordre. Ta sanction sera de recommencer la septième année au complet avec des travaux supplémentaires. Du côté de tes camarades, ils ont réussi généralement leurs cours et continueront leur éducation aux côtés des officiers de la Marine. Va et tu recommences cette fameuse année après-demain!
Irrité, le fils du pirate serra ses poings, puis quitta la pièce, mais il fut rattrapé par son enseignant qui lui saisit l'épaule. Le visage de Paulo semblait afficher un calme sinistre et chuchota à l'oreille de Edward avant de le lâcher.
-J'aimerais te parler en privé après le dîner dehors près de la porte d'entrée du couvent.
La tête remplie d'idées sombres, Ed laissa son professeur seul et descendit les escaliers en vitesse.
Quand l'horloge du couvent sonna pour annoncer l'heure du dîner, le fils de Joseph et de Clara se dirigea en direction de la salle de manger même s'il n'avait pas très faim. Il s'assit et observa son assiette qui contenait de la nourriture appétissante comme toujours. Son repas constituait deux tranches de pain et un délicieux ragoût au boeuf braisé avec plein de légumes. Il mangea son dîner avec difficulté en essayant de mieux parraître le plus possible et examina l'évolution de quelques de ses amis depuis sept ans. Du côté de Santos, il avait beaucoup grandi, son caractère restait le même ainsi que la couleur de sa peau, mais il était devenu, déjà à douze ans, un si beau garçon qu'il pourrait même draguer les vieilles femmes. Son rival Jacob n'avait pas vraiment changé physiquement, avait beaucoup mûri à la grande joie de Paulo et personne ne pouvait le surpasser en sports. Il s'examina lui-même; ses cheveux blonds semblaient trop courts à son goût, son corps était désormais bien bâti pour son âge, l'effet de la drogue(voir chapitre précédent) rendait ses souvenirs, qui remontent avant sa première année scolaire, flous et il avait gardé son sale caractère.
Après avoir salué les clercs et ses collègues, il essaya de retrouver Paulo à l'extérieur pour le fameux rendez-vous. En effet, il aperçut son enseignant à l'extérieur ou des gouttes de pluie tombaient d'une façon violente et le vent soufflait très fort. La tempête tropicale venait de commencer et des puissants éclairs déchiraient le ciel nuageux. Le jeune garçon, médusé, se demandait pourquoi Paulo l'a invité à entreprendre une conversation dehors en ce temps mouilleux et lui posa une question.
-Mon père, je ne voudrais pas être impoli, mais pourquoi vous voulez vous entretenir avec moi sous la pluie qui est insupportable?
Sans répondre, le religieux, à une vitesse impressionante, prit un bâton en acier et assomma le pauvre Ed sur la tête.
Une demie-heure plus tard, Newgate se réveilla dans une pièce qu'il ne connaissait pas. Sa migraine lui permettait à peine d'examiner le lieu d'une façon vague: les murs étaient en roche et n'offraient pas de trou ou regarder ce qui se passait dehors ce qui rendait l'air très humide et insupportable à respirer. Quelques secondes après, il se rendit compte que le lieu était éclairé par une lampe à l'huile et qu'il était menotté des chevilles et des poignets auxquelles les chaînes étaient reliées au mur ou il était appuyé. Le bruit du torrent pluvieux s'abattant sur le sol à l'extérieur ainsi que celui du tonnerre lui donnaient mal aux oreilles, il regarda enfin au centre de son champ de vision. Or, le père Paulo, trempé jusqu'aux os, se tenait à deux mètres de lui et jouait avec un fouet. Dès le fils de Joseph reprit ses esprits, le clerc s'approcha de lui et grinca.
-Edward, je vais te....
La tête haute malgré son mal de tête épouvantable, l'écolier s'interrogea sur le comportement bizarre de ce dernier.
-Bon sang, qu'est ce qu'il fait?
Sur le champ, le jeune adolescent reçut un coup de fouet brutal sur la joue et gémit de douleur pendant que Paulo commenca à lui réléver certaines choses.
-Sais-tu que depuis tu es entré au couvent, j'ai une dent envers toi, plus précisement ton père. Je vais te rafraîchir ta mémoire que tu as perdue..... en effet, ton père était Joseph Newgate et tu as été choisi comme élève ici pour devenir un officier de la Marine, non un pirate.
Depuis que le père Paulo avait prononcé le pronom Joseph, Edward ne l'écoutait plus et se rémémorait de lointains souvenirs et tentait de refouler des chaudes larmes. Des images défilaient dans sa tête: de sa mère Clara, de ses grands-parents, de son frère et de sa soeur qui jouaient avec lui, de son père tout souriant en compagnie de ses vieux compagnons d'équipage, de sa maison natale, de ses jouets, des habitants de Rosarlio, de ses amis, etc.... Puis, d'autres souvenirs repassèrent, mais cette fois tristes: du massacre de Rosarlio, du vice-amiral Cathbad avec sa scie électrique, des cadavres des frères d'armes de son père, le vieux Benjiiro racontant ses histoires de sacrifices, du BusterCall de Rosarlio, de son père mourant sur un paysage lunaire et du visage hideux de Garalt. Son corps entier fut pris de violents spasmes et le père Paulo reprit la parole en empruntant un ton cruel.
-Fils de Lucifer! TU NE PEUX PAS SAVOIR À QUEL POINT JE VOULAIS LE TUER!
Edward brava sa douleur et s'emporta.
-N'INSULTE PAS MON PÈRE!
Le coeur de l'enseignant ne fit qu'un seul battement et il fouetta le jeune garçon, qui tenta de refouler ses larmes, cinquante fois. Après ce supplice, le chandail de Ed était en lambeaux, sa peau était recouverte d'ecchymoses et maculée de sang et son ennemi avait aussi reçu le sang sur sa robe et ce dernier ressemblait à l'incarnation du diable. En sueur, l'agresseur incanta une formule dans une langue inconnue et dégaigna un long poignard en fer. Celui-ci le placa sous le menton de son élève et lui fit d'autres rélévations douloureuses.
-Il y a vingt-sept ans, ton père avec ses frères d'armes, afin de s'emparer de nos anciens trésors, a assasiné presque tous les clercs travaillant à San Miguel sauf moi et certains de mes amis. Certes que ton père est mort, je ne trouve qu'une façon de venger mes compagnons: que tu le rejoignes à l'enfer!
Le fou s'apprêta à transpercer la gorge de l'enfant, mais un gaillard intervint dans la pièce. En effet, il avait pris la voie de la porte d'entrée pour accéder dans cette fameuse pièce, puis sauta sur Paulo et lui donna un coup de poing violent sur les côtes de ce dernier qui fut projecté sur un des murs. Pendant que le professeur était couché par terre, l'individu libéra Edward de ses chaînes, puis le pré-adolescent bégaya.
-Ah....Di...Dino! C'....c'est... to...to..toi!
Le concierge passa sa main dans ses cheveux et lui rassura.
-Tu n'as plus rien à craindre. Je vais donner une leçon à ton professeur.
Encore sonné, le neveu du directeur gémissa et aperçut Dino qui fonça pour lui envoyer cinq uppercuts en direction du ventre, puis un gigantesque coup sur la boîte cranîenne. Son collègue cracha des flaques de sang et ses cheveux étaient mouillés de son liquide rouge. Furieux, Soto essaya d'asséner un coup de fouet sur l'oeil de Zerrate qui riposta en cassant cette arme flexible. Le père Paulo, un peu affaibli, décida de passer aux choses sérieuses, insulta son adversaire et alla même à le menacer de sa dague.
-Crétin, pourquoi as-tu intervenu?
Ne comprenant pas toujours son infériorité au niveau physique contre Dino, le clerc fou tenta de transpercer le coeur du religieux costaud, mais le plus fort donna un coup de paume de sorte que son ennemi échappa son poignard. Déterminé, l'allié du jeune l'avertit.
-Paulo, tu n'as aucune chance. Je dois te punir pour le crime que tu as fait envers Edward.
Le professeur grinca ses dents et sortit un pistolet à canon long qui était caché sous sa toge.
-N'empêche pas la vengence de mes compagnons! MEURS!
Un coup de feu se fit entendre et la balle se logea dans le coeur de Dino, qui s'évanouissa. Pour Edward, il lui semblait que le temps était au ralenti et que son ami tombait sur le sol avec lenteur. Le fils de Joseph, estomaqué, regardait l'assasin d'un oeil noir. En riant, Paulo pointa son arme à feu en direction de son apprenti.
-HAHAHAHAHA! Personne ne s'oppose à moi, à ton tour de rejoindre Satan!
Toutefois, le fils du capitaine des Bloody pirates, lorsque le neveu d'Alberto ricanait, avait saisi le couteau et s'était rué sur lui, puis sauta assez haut. Le clerc n'eut pas le temps de tirer et l'enfant poignarda le front de ce dernier. Alors, Paulo Soto mourut sur le coup et s'écroula. Épuisé, Ed ne regretta pas d'avoir tué son maître après toutes ces cruautés et s'approcha du concierge qui était mourant. La peau blanche comme celle d'un spectre et le sang jaillissant de sa poitrine, Dino essayait de survivre de son mieux et quand il vit son protégé à ses côtés, il lui prit la main, puis lui parla d'un ton essouflé.

-Edward, je me suis battu contre Paulo puisqu'il t'avait agressé et me voilà à quelques pas de la faux de la mort. Avant de la subir, je veux te parler sur certaines choses.... Dès ta première année au couvent, Alberto a appris ton histoire à Paulo et pendant ce moment-là, j'étais en train de nettoyer le plancher à quelques mètres de la porte du bureau du vieux Alberto et j'ai tout entendu en cachette. J'ai réfléchi longtemps et j'ai conclu que j'étais de ton côté et celui de ton père. En effet, je suis le seul ici au couvent à tolérer soit les idéologies du gouvernement ou des pirates, car j'ai côtoyé les deux camps. Avant ton agression dans cette pièce, j'étais dehors en train de réparer quelque chose alors que j'ai entendu tes cris et je suis venu à ta ressource. Dans les moments suivants, tu dois déguerpir de cette île avant que les autres découvrent tout ça et un radeau flotte sur les quais de la plage. L'île la plus proche d'ici est celle de Cabrera, située à l'est, où des pirates font la fête...................... Suis ton chemin......

Le père Dino Zerrate ferma ses yeux et poussa son dernier souffle. Edward le pleura pendant des dizaines de minutes. Après avoir versé des chutes de larmes, le fils de Joseph prit le poignard, souillé de sang de couleur rouge-noir, qui était enfoncé dans le crâne de son agresseur et sortit de la pièce pour arriver à l'extérieur. Dehors, il pleuvait toujours d'une violence inouie, mais le vent soufflait plus fort que tout à l'heure et plusieurs secteurs semblaient partiellement inondés. Des arbres étaient sur le point d'être entièrement déracinés et le ciel offrait un spectacle visuel montrant des orages épouvantables. Malgré ses blessures, le fils du pirate ne se découragea pas et avança péniblement en direction du quai situé sur la plage où il trouva un radeau de technologie de pointe, ressemblant plus à un bateau avec une toile, sous un abri très résistant qui appartenait au père Alberto. Sans rencontrer un pépin, Edward prépara le moyen de transport comme le père Dino lui avait appris. Tout cela effectué, il s'empara d'une boussole qu'il avait trouvée sur le radeau ainsi que les rames et partit prendre la mer en direction de l'est.

Très tôt le matin, le père Hervé, ayant très mal dormi cette nuit-là, décida d'aller prendre de l'air à l'extérieur où il y avait un calme plat. Le cuisiner remarqua que le ciel était bleu avec un soleil qui se levait tranquillement et observa les dommages que la tempête tropicale avait fait: la petite chapelle n'était plus qu'un amas de bardeaux de bois; au moins une dizaine arbres, déracinés, gisaient par terre; quelques fenêtres du couvent étaient brisées; plusieurs zones plus basses étaient inondées, et pour couronner le tout, les murs du couvent semblaient sérieusement endommagées. Pendant qu'il se promenait près de la scène du crime qui s'était déroulée hier soir, Selva aperçut, à proximité, du sang et décida d'aller voir dans cette fameuse pièce où il croyait que le sang partait de là. Il vit alors les cadavres de Dino et de Paulo. Sidéré, le gros bonhomme resta dans cette pièce en train de regarder les morts, puis partit réveiller le directeur afin de lui apprendre cette macabre découverte. Ensuite, la nouvelle se répandit dans tout l'édifice religieux au bout d'une heure.
À sept heures du matin pendant que Alberto voulait savoir davantage sur la scène du crime, deux bateaux de la Marine accostèrent sur la plage. Nerveux, le directeur accueilla les officiers qui étaient dirigés par Garalt en personne. L'ancien acolyte de Benjiro avait été promu au grade d'amiral peu de temps après la mort du fanatique et il semblait terrible. Son visage ressemblait à celui de Dracula, il portait une tenue de mariage avec une cape rouge en velours ainsi que des épaulettes composées de pics et il se combattait avec des poings américains. Or, il représentait la terreur et même ses hommes le craignaient. Soudain, le haut-gradé interpella le vieillard qui tremblait.
-Je suis venu chercher les élèves qui ont terminé leur formation. Ils partiront dans le plus petit bateau pour partir au sud et je suis aussi venu voir Edward Newgate.
Sceptique, le oncle de Paulo ordonna aux finissants d'obéir à Garalt et ce fut un moment très émouvant, car les compagnons d'Ed avaient remercié avec tout leur coeur aux clercs. Puis, ils partirent prendre la mer sur le petit vaisseau de croisière de la Marine avec un groupe de dix officiers. Quand le bruit des moteurs du navire furent disparus, le cruel officier serra ses poings et grinca ses dents.
-Où est le jeune Edward Newgate?
Mal à l'aise, le vieux regarda ses collègues Oscar et Hervé, puia répondit d'un air pessimiste.
-Mon amiral, il s'est passé un drame la nuit passée, et ce matin, notre cuisiner a constaté que le rideau n'était plus là et Edward manquait à l'appel.
Le supérieur aboya un ordre à un commando de cinq vices-amiraux.
-Vous cinq, inspectez le terrain de San Miguel AU COMPLET!
Ces officiers s'éxécutèrent sur le champ et les recherches se durèrent une demie-heure. Enfin, un des sous-fifres de Garalt avec ses camarades exposa les cadavres du père Dino et Paulo devant les trois religieux. Furieux, l'ancien sous-fifre de Benjiiro prit Alberto par le cou et le condamma.
-Vous avez échoué à votre mission! Je ne tolère point cela et vous allez subir mes foudres!
L'amiral donna un violent uppercut sur le ventre du vieux Soto qui tomba à genoux, puis répéta la même opération sur les deux autres clercs qui ne surent pas se défendre et attacha ces trois hommes solidement. Dans un accès de fureur, Garalt versa plusieurs litres d'huile sur les vêtements des prisonniers et leur expliqua leur sort.
-VOUS! Vous allez périr brûlés vifs par un Buster Call!
Les condamnés restèrent la grande bouche ouverte pendant que les officiers quittaient l'île afin de se rendre sur l'immense navire de la Marine, ressemblant à un Atakebune (http://fr.wikipedia.org/wiki/Atakebune). Ce bateau avait aussi en réserve suffisamment de munitions pour une vingtaine de Buster Call. Une fois à la proue et que le moyen de transport se soit éloigné, le haut-gradé pointa l'île, puis vociféra.
-Que les bombes soient larguées en direction de cette île!!!!
En premier, l'atakebune pivota lui-même à 180 degrés avant que les soldats puissent commencer à mettre une partie des munitions dans les canons. Ensuite, San Miguel fut bombardée à plus de cinquante reprises et les charges étaient si puissantes qu'à la fin des opérations, le lieu n'était qu'une plaine noire où nul être vivait. Enfin, le navire parta en direction de l'est comme le radeau de Edward, mais à une vitesse impressionante.
Quelques heures plus tard, en plein milieu de l'océan, le fils de Joseph naviguait toujours vers l'île de Cabrera, mais il entendit un drôle de bruit et arrêta de ramer. Intrigué, le jeune garçon regarda autour de lui: derrière se trouvait le bateau de la Marine où Garalt commandait. Impressionné par la taille de l'atakebune, Ed continuait à le regarder à s'avancer. Lorsque les deux moyens de transport se retrouvèrent côté à côté avec une distance de cinq mètres, l'imposante nef s'immobilisa et l'amiral aperçut le pré-adolescent.
-Toi! Soldats, feu à volonté!
Obéissant aveuglément à leur supérieur, les officiers sortirent leurs armes à feu, puis tirèrent en direction de la petite construction flottante afin de casser le toit. À peine trente secondes de fusillade passées, l'abri était en miettes, l'ancien acolyte de Benjiro ordonna à ses hommes, qui obéirent, de cesser de tirer et fixa les yeux enragés de Newgate qui tonna.
-TU NE M'AURAS PAS! JE VAIS VENGER MON PÈRE!
Surpris que sa cible avait retrouvé sa mémoire avant qu'il s'est fait droguer, le haut-gradé répliqua d'une façon violente.
-Morveux! Tu es vraiment mal éduqué par ces zêlés de religieux de ce couvent! SOLDATS, QU'ON ACTIONNE LE CANON 8 ET Y METTRE UNE BOMBE À RETARDEMENT À COURT TERME!
En effet, le canon huit était celui qui se retrouvait juste devant le radeau. L'ordre se promèna du rez de chaussé jusqu'à la pièce en dessous où toutes les munitions nécessaires aux BusterCall se reposaient: deux matelots ouvrèrent la trappe du canon huit avant de le reculer afin de mettre la charge explosive à retardement qui venait de s'actionner, puis d'allumer la mèche. Pendant que le bout de corde se consumait, Edward réfléchissait comment il pourrait esquiver ou contre-attaquer et deux idées surgirent dans sa tête. La première ressemblait plutôt à un souvenir d'enfance quand il avait quatre ans où il était avec son père et Phil Gun. Or, le tireur d'élite voulait montrer à son capitaine son tout nouveau pistolet ainsi qu'en pratiquant une démonstration. Hélas, durant qu'il se préparait à tirer, le vent, qui soufflait fort cette journée-ci, envoya quelques cailloux légers dans le tube métallique de l'arme et l'actionnement du fusil se bloqua au grand désespoir de Phil. Ensuite, le deuxième était le souvenir tout l'apprentisage d'un volet en activité physique dans lequel il avait appris à lancer des roches touchant une petite cible à une certaine distance. Cette fusion de pensées-là ammèna au fils de Joseph et de Clara de lançer son poignard en direction du trou de la huitième bouche à feu ce qu'il réussit. Dès que la mèche disparut, l'obusier connut des ratés, puis à peine une seconde plus tard, il explosa. Cette déflagration tua sur le coup les deux marines situés à côté avant de donner naissance à un feu qui incendia les munitions. Elles explosèrent à leur tour, rasant ainsi l'atakebune d'un seul coup et montrant un jeu de flammes spectaculaire, mais la force de ce phénomène créea un tsunami qui toucha le radeau. Quand l'eau engloutissa le petit moyen de transport, Edward perdit connaissance.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Fanfic Le grand Edward Newgate (Risque de spoil)
MessagePosté: Mar 7 Juin 2011 17:19 
70 000 000 Berrys

Inscription: 27 Nov 2010
Messages: 651
Localisation: Aux enfers.
Un conseil, Chaosx, avant de poster tes chapitres, aérent les. Ils sont serrés, et c'est désagréable de lire un tel fouillis. Fait des espaces entre les paragraphes et les dialogues, et je t'assure que cela sera encore plus lisible. Ensuite, il y a une erreur que j'ai fait dés ma premiére fic sur la Volonté du D et que je n'aimerais vraiment te voir faire:
Poster des chapitres trop rapidement. C'est bien d'avoir de l'inspiration, mais attend plusieurs jours entre tes chapitres, voir une semaine (comme certains qui ont choisis un jours de la semaine en particulier pour la parution). Cela te laissera le temps de les relire, les corriger et même les améliorer si tu juge un passage pas assez dévellopé, ou trop. Et cela évitera aussi une trop grande activité de la part du cabinet d'écriture (qui a reçut beaucoup de plaintes de la part des modérateurs a cause de ça).

(et puis Zaxi, si tu es le seul a poster des commentaires c'est parce que certains aiment lire sans forcémment poster des commentaires, même si les auteurs apprécient qu'on le fasse. Et puis, ça évite les posts pas construtifs du genre "Ouais, c'est cool" ou "Continue comme ça, j'adore" sans dévelloper d'un iota.)

Allez, a la revoyure^^


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Fanfic Le grand Edward Newgate (Risque de spoil)
MessagePosté: Ven 10 Juin 2011 01:55 
225 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 12 Nov 2007
Messages: 1328
Localisation: Dans tes rêves.
Pas de de problème Porito pour les espaces, mais je ne veux pas que tu dises aux autres que leurs commentaires sont mal structurés. Le support pour moi est important et chacun a le droit de faire des commentaire, structurés ou non, à condition qu'ils ne sont pas blessants et offensants. Aussi, les chapitres postés rapidements ont été préparés et relus, il y a plusieurs mois, et je t'assure qu'ils ont été vérifiés plusieurs fois. Toutefois, je suis rendu à la rédaction du 12, et quand j'aurai rattrapé tout ce retard, vous allez attendre plus longtemps pour la sortie de chaque chapitres chers fans parce que je veux vous offrir d'excellents chapitres. J'espère t'avoir répondu clairement, mon cher Porito.

En tout cas, voici la suite de ma fic, le chapitre 5 :

Trois jours avaient passé depuis l'explosion du bateau de Garalt, Edward se réveilla sur un lieu paradisiaque. Les légères vagues d'une étendue d'eau turquoise terminaient leur course à une plage d'un sable fin et chaud, et des majestueux arbres exotiques et des broussailles délimitaient ce petit paradis. En ouvrant les yeux, il mumura.

— Suis-je au paradis?

Soudain, une voix ferme lui tira de sa rêverie.

— Non, tu es toujours vivant!

Médusé, le regard du jeune garçon se porta sur un rocher où une créature marine de sexe masculin luisait au soleil qui chauffait. Se rappelant de ses cours de sciences, le survivant arriva à déterminer l'espèce de cette bête des mers.

— Un...... un..... un homo siren!

En effet, c'était un homme sirène au corps bien bâti qui ressemblait à celui d'un humain, sa peau était d'un teint azuré, ses cheveux argentés brillaient, sa nageoire et sa queue musclées étaient recouvertes d'écailles dorées et sa face évoquait celle d'un elfe. L'étranger se présenta d'une drôle de façon.

— Je suis Océanos le solitaire, fils de Trito et toi?

Edward, gêné, répondit à l'autre en essayant de l'imiter.

— Je suis Edward Newgate, fils de Joseph Newgate! Es-tu mon sauveur?

Agréablement surpris, Océanos commença à lui expliquer les événements précédents.

— En effet, je suis un homme sirène qui vit en solitaire, mais je suis né dans la maison du clan fondée par mon père. Alors que je me promenais à quelques mètres sous l'eau, j'ai vu deux coques de différents moyens de transport flottants et j'ai entendu peu après une explosion épouvantable. Ensuite, je t'ai aperçu sombrer dans les profondeurs et j'ai décidé de te sauver. Étant donné que j'ai remarqué que tu étais un humain, je t'ai couvert d'une sorte de pouvoir qui t'a permis de respirer sous l'eau et j'ai nagé, en te tenant par mes bras, jusqu'à cette plage de l'île Cabrera où tu te trouves actuellement. Le trajet a duré environ une journée et tu es resté couché sur le sable pendant deux jours. Donc, tu es resté inconscient pendant trois jours.

Le visage du rescapé prit un air reconnaissant et ne trouvant pas les mots pour lui remercier, il bégaya alors que son ventre criait famine, mais son sauveur pensa à tout.

— Ne dis rien, ça me fait plaisir et c'est un devoir de sauver la vie des autres. En tout cas, j'ai réservé quelques brochettes de poissons pour toi.

Ce dernier apporta la nourriture au garçon qui bouffa avec appétit, puis le fils de Trito, prêt à repartir à la mer, lui posa une question.

— Quelles sont tes ambitions?

Sans hésiter, le fils de Joseph et de Clara répondit en souriant.

— Devenir le plus grand pirate du monde!

Impressionné par cette parole franche, Océanos invita à son ami à s'approcher de lui.

— Tu es sur le bon chemin, mon brave! Derrière la végétation se trouve la ville de l'île où des centaines de pirates natifs de North Blue ont entamé leur carrière. Avant de partir, j'aimerais que tu portes ça dans le cou.

La créature détacha son collier auquel pendait une sphère en diamant et le passa à Ed qui le mit sur son cou. Une fois cela fait, le gaillard expliqua certaines choses.

— Ceci est un porte-bonheur qui te protégera une fois d'une mort certaine, réalise tes rêves!

L'homo siren leva une main en guise d'au revoir, puis il plongea dans l'eau. Edward fit une déclaration.

— Je ne t'oublierai jamais, Océanos.

Le pré-adolescent tourna les talons et partit en direction des arbres afin d'atteindre cette agglomération. Après une rude marche sur un sentier partiellement dégagé où la forêt luxuriante dominait avec ses animaux, il arriva à un site de décharge de déchets. Il contourna cette montagne polluante avant de dépasser la limite marquée par une clôture en bois. Tout de suite, il put observer la ville. Celle-ci, organisée en un plan de damier et délimitée par des ports au nombre de trois qui accueillaient les visiteurs, les pirates et les marchands, abritait quelques centaines de petites maisons pratiquement tous identiques soit des ménages, des boutiques, etc. Cependant, au nord, il y avait un magnifique palais qui était un chef-d'oeuvre d'architecture en bois de construction où le maire Amadeus et ses fonctionnaires habitaient. Edward trouvait les lieux très jolis, mais l'ambiance le dérangeait. Des pirates alcooliques, escortés par des concubines, fumaient de gros cigares; des enfants, très nombreux, à moitié vêtus jouaient dans les rues avec des animaux de la basse-cour comme les poules, les chats ou les cochons qui ne se gênaient pas à décharger leurs excréments n'importe où; des vendeurs criaient à tue-tête pour attirer la clientèle et certains battaient les voleurs; des prostituées, à certains endroits, essayaient d'effectuer leur misérable travail. En résumé, c'était, dirait-on, l'anarchie qui régnait chez ce peuple alors que leurs dirigeants menaient leur vie de riche sans s'en soucier. Malgré son stress, le fils de feu Joseph resta discret et se promena sur les ruelles pavées jusqu'à une sorte de kiosque à journaux où il trouva quelques annonces de recrutement dans des équipages de pirates. Il les feuiletta, puis prit une offre assez intéressante à son goût avant de la lire :

Ayant perdu de nombreux membres suite à des combats sanglants, les Fils de la Liberté qui sont commandés par Christopher le flibustier recherchent plusieurs moussaillons prêts à rechercher la liberté et de réaliser leurs rêves!
Notre bateau est au port deux : celui de Florencio.

Le coeur rempli d'espoir, il courut, parfois en demandant le chemin aux passants, en direction du port de Florencio. Ayant gagné ce lieu un peu plus tranquille où il pouvait entendre les cris des oiseaux côtiers ainsi que les vagues et sentir l'eau de la mer qui faisait flotter les navires, il se mit à la recherche du bateau des Fils de la Liberté. Au bout de quelques minutes, il aperçut cinq personnes situées devant un bateau et l'un d'entre eux lui signala la raison de leur attente.

— Mon pote, nous attendons Christopher le flibustier pour le recrutement.

Immédiatement, Ed répliqua sous le visage médusé de l’inconnu.

— Justement, j'y viens pour cela!

Donc, ils restèrent cloués pendant une dizaine de minutes ce qui parut une éternité pour le jeunot. Une fois ce laps de temps écoulé, une passerelle bougea afin de relier le quai et la barque. De là, le fameux capitaine est accompagné de ses compagnons. Ils mirent le pied sur le quai et cette arrivée donna au futur pirate une impression d'un spectacle mystique. Christopher apparaissait comme un homme très grand et mince, au visage malpropre avec des cheveux, une moustache et une barbe noire mal entretenus, il portait une tunique kaki trouée et une paire de pantalons aussi usée que son autre vêtement et il se combattait à l'aide d'un long sabre tranchant et en pointes. Un de ses bras était absent et était remplacé par une prothèse en bois, et un de ses yeux était caché. Ses deux amis semblaient être aussi en mauvais état que lui. Celui qui était à sa droite s'appelait Balor. Vêtu comme un noble asiatique d'autrefois, ce gros gaillard à la peau noire et au crâne rasé n'avait pas d'armes à porter, donc il était un maître d'arts martiaux qui se servait de ses poings dévastateurs. Ensuite, à gauche se trouvait l'épéiste Siegfred, un pirate musclé au torse nu qui portait une paire de jeans ainsi que des sortes de bras de métal. Son visage, même légèrement blessé, pourrait encore séduire les femmes avec ses longs cheveux blonds et ses yeux bleus pétillants. À peine quelques secondes plus tard, le capitaine prit la parole.

— Je suis Christopher le flibustier, primé à vingt millions de berrys et je suis flanqué, comme vous le voyez, de Balor et Siegfred. Nous devons trouver de nouveaux membres, car plus de cent sont morts d'une longue bataille contre le colonel Heinrich. Nous trois, nous sommes les uniques survivants de ce massacre et notre bateau, le Liberty Queen, a résisté. Je vois cinq personnes qui sont prêtes à sacrifier leur vie pour la liberté et qui êtes-vous? Je vais commencer par entendre la présentation du candidat situé le plus à gauche de mon champ de vue.

Le premier à se présenter était Drogon, un homme dans la fin de la vingtaine. Un peu petit, son physique s'apparentait à une personne un peu plus costaude que la moyenne, il s'habillait d'un long manteau recouvrant le cou jusqu'aux chevilles, et son visage, orné d'un maquillage de poudre blanche avec des traits violets, de cheveux noirs mi-longs et d’yeux bruns, ressemblait à un clown. Ce gugusse bizarre murmura d'un ton doux.

— Je m'appelle Drogon. Je suis spécialisé dans les feux d'artifices, les bombes et enfin, tout ce qui rime avec la poudre de canon. Je suis motivé de rejoindre votre équipage afin de venger mon mentor qui s'est fait tuer par la Marine à cause de ses expériences.

À côté de lui se trouvait Sven, un beau jeune homme qui avait encore un an avant d'atteindre l'âge de dix-huit ans. Sven, qui avait un corps svelte, se vêtait comme un écuyer médiéval : des pantalons en feutre serrés par une ceinture grossière où pendait un fleuret, et une tunique où il y avait quelques protections au niveau du torse. Ses longs cheveux roses en bataille, ses yeux verts de félin et sa peau pâle caractérisaient son visage. L'adolescent fit une noble déclaration.

— Je suis Sven, fils d'Adameus. Voulant échapper à la tyrannie de mon père et connaître la liberté, je suis prêt à vous rejoindre et à suer eau et sang.

Le troisième, Rudolph, semblait être le vieux du groupe. Ses cheveux gris, plaqués à l'arrière et sa moustache épaisse de la même couleur étaient crasseux. Des petites lunettes de soleil cachaient ses yeux sévères. Son corps bien bâti était couvert d'un ensemble de travail d'un scientifique, mais troué et usé. D'une voix grave et saccadée, le vieil homme s'exprima.

— Mon nom est Rudolph. J'excelle en médecine et j'ai pratiqué cette profession pendant trente-cinq ans sur le bateau du défunt pirate Crôkem qui sévissait sur les mers de North Blue. Depuis qu'il s'est fait assassiner un an auparavant, son équipage fut dissolu. Donc, je recherche du boulot ainsi que la liberté.

La personne suivante se nommait Trevor. Ce mystérieux candidat dans la trentaine ressemblait à un cow-boy: vêtements de ferme, le petit brin d'herbe à la bouche, le foulard rouge mince attaché au cou, son revolver dans la gaine de cuir. Cependant, il ne portait pas de chapeau ce qui laissait ses cheveux marron ondulés flotter au gré du vent. Il se présenta.

— Je suis Trevor, l'ancien desperado qui pillait les richesses des nobles et qui tuait les pirates. Un jour, j'ai été trahi par mes pairs et cette journée-là, je me suis vu. Alors, j'ai déduit que j'étais un gars qui rêvait de la liberté. En vous rejoignant, je rêve de me venger et de connaître une vie de pirate.

Jusqu'à présent, le capitaine avait accepté tout le monde et il restait seulement Edward qui ne s'était pas encore présenté. Le petit garçon, le coeur inondé de fierté, vociféra.

— Je suis Edward Newgate, je veux devenir le plus grand pirate au monde!

Ces paroles surprirent tout le monde surtout Christopher. En effet, des larmes interminables coulaient sur les joues du flibustier qui s'approcha d'Ed, puis tomba à genoux sous les regards curieux des autres. Le pirate, en évacuant des pleurs de soulagement, prit les épaules du jeune et murmura.

— Ed. Tu ne te souviens pas de moi?

Soudain, des souvenirs d'autrefois occupèrent le cerveau d'Edward qui ouvra les yeux comme un hibou et bafouilla.

— Grand frère?

Sous les regards médusés des pirates, Christopher, le visage mouillé, hocha la tête en signe que oui, puis serra son frère de toutes ses forces.

— Je te croyais mort avec papa!

Les deux sanglotèrent chaudement, puis bientôt tous les membres de la bande commencèrent à verser des larmes d'émotion. Après quelques minutes, le capitaine avait séché ses larmes et poussa un cri joyeux.

— Montez sur le Liberty Queen! Notre équipage renaît!

Tout le monde s'exécuta avec un grand sourire. Après quelques manoeuvres, le navire quitta le port pour de nouvelles aventures.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Fanfic Le grand Edward Newgate (Risque de spoil)
MessagePosté: Ven 10 Juin 2011 13:48 
1 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 02 Mai 2011
Messages: 30
Localisation: sur le bateau pirate de zaxi le dangereux, dans un océan rempli de monstre!!
ohoh deux chapitre trés intérressant : donc edward ne terminera jamias ses etudes pour entrer dans la marine. Donc sa volonté de devenir pirate est bien présente!!!
Jadore ton cinquième chapitre : edward a un frére???? :Sandji sur le cul: ca c'est trés intéressant!!! et edward va devenir un pirate pour la première fois de sa vie!!! il va savoir ce que c'est la vie de pirates. et pourquoi pas il va avoir sa première prime???? je me demande pour le presque second seigneur des pirates sa sera quoi?? une toute petite prime : 100 berry?? ou direct une bonne prime, par exemple 50 000 berry ou entre les deux??? on ne sait pas encore.

je confirme tes descriptions sont parfaites!!!! :luffy langue: surtout celle du frère d'edward!!


Pour porito : c'est vrai que on peut lire et aimer une fic sans mettre de commentaire mais je sais que sa fait toujours plaisir, c'est tout.

_________________
Image

Hissez le drapeau noir!!!
A l'Abordage!!!!!


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Fanfic Le grand Edward Newgate (Risque de spoil)
MessagePosté: Ven 10 Juin 2011 17:43 
70 000 000 Berrys

Inscription: 27 Nov 2010
Messages: 651
Localisation: Aux enfers.
Chaosx a écrit:
Pas de de problème Porito pour les espaces, mais je ne veux pas que tu dises aux autres que leurs commentaires sont mal structurés. Le support pour moi est important et chacun a le droit de faire des commentaire, structurés ou non, à condition qu'ils ne sont pas blessants et offensants. Aussi, les chapitres postés rapidements ont été préparés et relus, il y a plusieurs mois, et je t'assure qu'ils ont été vérifiés plusieurs fois. Toutefois, je suis rendu à la rédaction du 12, et quand j'aurai rattrapé tout ce retard, vous allez attendre plus longtemps pour la sortie de chaque chapitres chers fans parce que je veux vous offrir d'excellents chapitres. J'espère t'avoir répondu clairement, mon cher Porito.


Et bien, je ne disais cela que pour te prévenir, au cas où^^ Je vois que tu avais tout prévu, donc pas de probléme pour moi non plus. Quand aux commentaires structurés, que tu t'en fiche ou non, c'est obligé d'en faire. Parce que tu n'es sûrement pas a la place des modérateurs, qui considére tout commentaire non structuré comme du flood pur et simple (ce que c'est, d'ailleurs). Encore une fois, ce n'était qu'un simple avertissement^^ Je ne voulais pas faire mon rabat-joie de service. J'ai déja lu ton chapitre 1, et je lirais les autres lorsque j'aurais moins de boulots, et donc aprés cela fait, je commenterais.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Fanfic Le grand Edward Newgate (Risque de spoil)
MessagePosté: Mer 15 Juin 2011 02:46 
225 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 12 Nov 2007
Messages: 1328
Localisation: Dans tes rêves.
Merci et je comprends mieux ton message Porito. Voici le chapitre 6, un peu court, mais qui introduit quelques rélévations.

Deux ans se sont passés, Edward Newgate était devenu l'homme à tout faire du bateau, mais il cachait derrière lui un profil de pirate prêt à mourir pour son capitaine. Son physique avait beaucoup changé. Il avait laissé pousser ses longs cheveux blond châtain qui arrivaient maintenant un peu plus bas que ses épaules. De plus, il était devenu beaucoup plus costaud et plus grand. Par contre, son caractère, même plus heureux qu'avant, n'avait pas changé du tout : toujours fougueux, casse-cou, impulsif et aventurier. En tout cas, il possédait des belles qualités comme la fidélité, le courage, l'empathie, la sensibilité ou la curiosité. Il connaissait le Liberty Queen comme si c'était sa poche et il aidait Drogon à entretenir la mécanique du bateau. En effet, ce navire semblait être ressorti d'une bataille navale sans merci, mais les machines assurant son fonctionnement marchaient toujours. La proue, qui représentait une magnifique sirène avec une couronne de reine, était intacte. En vivant sur un bateau pirate avec des personnes qui le respectaient et qui le tenaient en haute estime, il avait retrouvé son bonheur qu'il avait perdu après la mort de son père.

Un jour, le Liberty Queen largua son ancre près d'une île, Coyo, située au sud de la mer de North Blue afin de faire le plein de provisions. Avant que ses hommes mettent le pied sur la terre ferme, Christopher les avait nommé pour chaque tâche.

-Mes amis, nous sommes rendus sur Coyo! J'ai remarqué que nos vivres manquent. Donc, je vous nommerai à tour de rôle pour une tâche que vous ferez. Drogon, achète les munitions. Rudolph, achète les soins médicaux. Trevor, tu es responsable de la nourriture. Ed et Sven, vous devrez aller au puits pour l'eau potable. Siegfred, surveille le bateau. Balor et moi, nous nous occuperons de la petite campagne de recrutement. Voici l'argent nécessaire pour les achats.

Peu de temps après, les pirates se dispèrsèrent. Edward, resté avec Sven, se demanda où se trouvait le fameux puits.

-Hé Sven, as-tu une idée à propos du lieu du puits?

Le jeune adulte haussa les épaules et l'invita à marcher avec lui.

-Ed, je n'en ai aucune idée. On va le chercher dans la ville.

Alors, les deux valeureux jeunes hommes marchèrent dans les petites ruelles étroites en plein centre des habitations qui ressemblaient à celles des îles grecques des Cyclades. Ils cherchèrent partout, mais il n'avait seulement des appartements jusqu'à apercevoir une femme qui transportait une jarre remplie de huile. Sven donna un léger coup de coude sur le bras de son camarade, puis se présenta à l'inconnue habillée d'une belle toge bleue.

- Ma chère, nous sommes perdus dans cette ville aux rues tentaculaires. Nous cherchons le chemin pour le puits.

Elle cligna ses paupières, puis déposa le contenant d'une façon sensuelle et répondit enfin.

- À quelques centaines de mètres tout droit. Ensuite, vous devrez emprunter le chemin à droite avant d'aboutir à une fontaine où se trouve le puits central. Enfin, il faudra consulter un certain Pétros pour acheter la quantité d'eau que vous voudrez.

Le fils d'Adameus s'agenouilla devant elle pour la remercier.

-Merci Dame. Est-ce que je pourrais au moins savoir votre beau nom?

Surpris par l'habitude de son compagnon d'armes, il songea à une chose.

-"Qu'est-ce qu'il a mangé ce matin?" Des huîtres?"

Cette dernière, charmée par le bel homme, bougea ses cheveux noirs soyeux avant de parler.

-Zographia.

Le regard médusé, Edward n'arrêtait pas de repasser plein d'idées dans sa tête alors que ce nom, pour lui, était un des plus laids qu'il a entendu.

-"Ils ont des noms compliqués ici!"

Sven ne prêta pas attention à celui-ci et se contenta à déposer un doux baiser sur la main délicate de Zographia avant de dire son prénom et celui de son ami.

-N'oubliez pas, je m'appelle Sven et mon ami, Edward.

Soudain, Zographia gloussa et parvint à articuler quelques mots.

-Vous n'êtes pas au hasard.... Vous devez partir d'ici avant....

Prise de panique, elle prit la fuite en oubliant sa jarre au grand découragement de Sven.

-Quelle mouche l'a piquée?

Son pote haussa les épaules, et les deux garçons continuèrent leur chemin jusqu'à leur destination. Là-bas, ils débouchèrent dans un lieu assez vaste où jallissait une eau cristalline qui remplissait une sorte de piscine où des personnes se rafraichissaient. Jusqu'à côté, il y avait le puits qui était surveillé par un homme chauve. Celui-ci avait un corps très trapu qui était couvert par une toge un peu usée. Son visage était orné d'une moustache et d'une barbe imposantes, et de beaux yeux bruns. Sven s'approcha de lui et interrogea ce dernier.

-Êtes-vous Pétros?

Le monsieur confirma la question en se bombant le torse.

-C'est moi! Que puis-je faire pour vous?

Cette fois-ci, ce fut Edward qui répondit.

-On veut recharger nos provisions en eau pour quelques semaines, nous sommes des pirates.

Ce dernier tendit une belle somme de cinquante mille berrys afin que le gaillard calcule le nombre de gallions d'eau qu'ils pourraient s'acheter.

-Jeunes hommes, vous devrez être corrects avec une cinquantaine de gallions. Voici les tonneaux remplis d'eau avec des chariots. Déposez les chariots au port quand vous aurez terminé. Un de mes employés les cherchera demain matin.

Les deux garçons se mirent à la tâche qui leur occupa une demie-heure avant que Sven parle à Pétros.

-Pétros, merci pour tout. Nous nous appelons Sven et Edward et nous faisons partie de l'équipage, dirigé par Christopher le Flibustier, des Fils de la liberté. Au juste, nous avions croisé une certaine Zographia qui s'est enfuie.

Soudain, le visage enjoué du propriétaire blêmit, et il ne tarda pas de bafouiller.

-Mon dieu, ma cliente a raison de fuir. En effet, vous êtes recherchés par la Marine surtout toi Sven.

Le séducteur prit une drôle de moue et lui questionna.

-Pourquoi?

Maintenant, Pétros tremblait, mais il réussit à prendre un avis de recherche dans un sac pour le montrer à son client qui le lut avec son ami.

-Avis de recherche très importante rédigée par la base principale de la Marine de North Blue.
Un des membres de l'équipage des Fils de la liberté, Sven Hohmein, est recherché à trente millions de berrys.
Note: Celui qui a lancé l'avis de recherche est le gouverneur Adameus Hohmein.

Bouillant de colère, le jeune homme chiffonna la feuille de papier et eut une mise en garde de la part de Pétros.

-Fais attention à toi Sven! Les habitants de Coyo détestent le gouvernement.


Une heure plus tard, les deux pirates avaient déjà quitté la fontaine avec les chariots pour se diriger à toute vitesse vers leur bateau. Un moment donné, Newgate posa une question à son compagnon.

-Qu'est-ce qui s'est passé exactement avant que tu entres chez les Fils de la liberté?

Les larmes aux yeux, Sven se défoula verbalement.

-Tu veux vraiment savoir cela Ed! Mon père est le diable en personne. Avant que je naisse, celui-ci était un colonel et avait pris le pouvoir de l'île de Cabrera et il la gouvernait avec une tyrannie épouvantable. Quand je suis né, ma mère Akiema a essayé de m'envoyer sur une autre île afin que je puisse vivre paisiblement, mais quand mon père a su cela, il a tué celle qui m'a mis au monde. Donc, j'ai passé toute mon enfance dans un palais où j'étais méprisé par mes deux frères aînés Walter et Otto qui n'ont pas la même mère que moi et par mon père. Entre autres, mon père, pour moi, était juste une crapule qui me réservait des supplices. À mes dix-sept ans, j'ai tué le garde du palais dont qui j'étais le souffre-douleur afin de m'échapper.

Suite à ces paroles, Edward essayait de trouver les mots pour lui consoler.


Une fois arrivés au port, le fils d'Adameus se réfugia dans les cales du bateau pour sangloter sous les yeux médusés des autres. Alors, Ed montra l'affiche au capitaine tout en expliquant le passé de son ami. Sidéré, Christopher mumura, puis fit une déclaration.

-Nous protégerons Sven, même au prix de notre vie. Nous devrons être vigilants dans les jours qui suivent.

Les bandits vaquèrent à leurs occupations avant de sortir de la zone maritime de Coyo.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Fanfic Le grand Edward Newgate (Risque de spoil)
MessagePosté: Mer 15 Juin 2011 13:18 
1 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 02 Mai 2011
Messages: 30
Localisation: sur le bateau pirate de zaxi le dangereux, dans un océan rempli de monstre!!
petit chapitre mais très interressant : on comprend de mieux en mieux comment Edward va devenir un célébre pirate. il va surement continuer detre dans cet equipage jusqua la mort du capitaine et la l'équipage va se dispairsé puis edward va monter son prope equipage. mais je me demande comment eu ou tu va introduire le fruit du démon de Ed.

je disait que c'est un chapitre assez court mais comme tu la dit il révéle des choses intérresante : alors Sven qui avait un père marine est devenu pirate. mais sa se comprend. en effet son père etait tiranyque et il a voulu connaitre la liberté. il pouvait pas plus mal tombé avec l'équipage du liberty queen.
jaime boucoup Sven, on ne le connait pas boucoup mais son passait me touche. je me demande comment il se bat ????


Et jattend avec impassiance de L'action!!!!!!!! :luffy langue:

voila voila donc encore un très bon chapitre... bravo Chaosx

_________________
Image

Hissez le drapeau noir!!!
A l'Abordage!!!!!


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Fanfic Le grand Edward Newgate (Risque de spoil)
MessagePosté: Dim 19 Juin 2011 16:28 
225 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 12 Nov 2007
Messages: 1328
Localisation: Dans tes rêves.
Zaxi, Sven ne sera pas un personnage très développé lors de la fic, et la façon qu'Edward deviendra un pirate est à peu près cela (tu verras dans les prochains chapitres). Pour le fruit du démon Gura Gura, tu devras patienter pendant un bon bout de temps puisqu'il le mange plus tard dans sa vie.
Alors, chers lecteurs et lectrices, je vous présente le chapitre 7 (les premières scènes de nudité commencent là) :

Quelques heures s’est passé depuis le départ du Liberty queen du port de Coyo, le navire se situait maintenant en pleine mer et se dirigeait en direction de l'île de Puso, un lieu désert où seulement des animaux vivaient aux côtés d'une végétation paradisiaque. En effet, Christopher voulait que son équipage se repose pendant quelques jours et qu’aucun ennemi ne vienne les guetter. Du côté de l'histoire de l'avis de recherche de Sven, le capitaine avait ordonné à ses hommes de se méfier des inconnus et de faire preuve d'une extrême prudence. Aussi, après avoir entendu la version de faits de son petit frère, il lui donna l'ordre de vaquer à ses tâches avec les autres, car il désirait parler avec le jeune Hohmein en privé. Cependant, ce fut plus corsé qu'il pensa puisque Sven essayait de cacher son triste passé et ces jours-ci, il semblait plus froid et distant envers ses compagnons, mais le fils aîné de Joseph insista. Au bout de quelques jours, le médecin dut fabriquer une potion nommée Veritus qui plongeait son consommateur dans un état alternant le stade de la conscience et celui de l'inconscient afin que la personne possédée réponde correctement à un interrogatoire. De plus, Rudolph assura Le Flbustier que ce liquide aux vertus médicinales était efficace parce qu'il l'a utilisé plusieurs fois pendant qu'il travaillait sous les ordres de son ancien capitaine Crokêm. Sous l'effet du Veritus, Sven répondit finalement en expliquant son passé au complet. Troublé, Christopher conclut que son frère avait dit vrai en résumé, mais son ami avait caché une partie de la réponse. Quand il entendit parler de ce bout manquant de la bouche du fils du gouverneur de Cabrera, il devint très furieux. En effet, le jeune homme voyait souvent son oncle qui était méchant comme son père et ceux-ci détenaient le même grade, mais la goutte qui fit déborder le vase, c'était que ce dernier se nommait Heinrich Hohmein, le même haut gradé qui avait massacré son équipage presque au complet avant qu'il vienne recruter Edward. Maintenant, la seule idée qu'il avait dans sa tête, c'était de venger ses anciens complices.
Deux jours plus tard, un morceau du Liberty queen se brisa. Edward annonça à son grand frère qu'il allait réparer le bris avec le matériel de l’ancien charpentier des Fils de la liberté qui s'était aussi fait assassiner par Heinrich. De plus, il manda à Trevor de nouer une corde autour de son ventre ainsi qu'il voulait que ça soit la personne qui le ferait monter et descendre. Alors, les deux pirates se mirent à la tâche pendant une demi-heure. Une fois ce laps de temps passé, l'ancien voleur, ayant marre de retenir le câble, gémit.

— Ed, as-tu terminé?

Donnant des coups de marteau, ce dernier sifflota.

— Presque, Trevor. Ah, tiens!

Or, un morceau de métal coincé dans une fente piqua sa curiosité. Il mit toutes ses forces pour l'enlever à l'aide de l’outil, mais cette épine fut projetée sur son visage et resta prise dans l'os oculaire droit. Il poussa un cri qui se fit entendre jusqu'à l'autre bout du navire. Le cow-boy le tira en haut pour l'étendre sur le plancher. En voyant le visage ensanglanté de son ami qui se tordait de douleur, il appela immédiatement le soigneur qui lui amena dans ses appartements. Avec ses outils, Dolph (son surnom) procéda à une légère chirurgie afin d'enlever cette sorte de vis, puis il coud des points de suture sur la partie. Tout de suite après l'intervention, Edward voulut retourner à l'extérieur, mais le médecin lui en empêcha.

— Tu dois te reposer! Tu as été très chanceux que ce soit seulement l'os qui était atteint. Si c'était l'oeil, tu serais devenu borgne.

Ed accepta à contrecoeur et voulut faire un peu la moue, mais son compagnon l'interrompit.

-Ed, j'ai parlé récemment à ton frère à ton sujet. Il pense que tu devrais commencer à combattre avec une arme comme un sabre pour leur aider...
Étant donné qu'il était très occupé avec l'affaire de Sven, il m'a remis un sabre nommé Shugyokuryu qui est une des cinquante lames de qualité supérieure qu'il a héritée d'un certain Sword Khan plusieurs années auparavant. Ma mission est de te le remettre.

Sous le choc, le fils de Joseph commença à se remémorer du début de son enfance sur l'île de Rosarlio et du caractère particulier du samouraï qui s'occupait toujours à effectuer des entraînements dans la forêt et des méditations. Pendant qu'il rêvassait, Rudolph ouvrit un tiroir pour y extirper un fourreau absolument magnifique. La surface lisse prenait une couleur noire comme la nuit sur laquelle un dragon était peinturé en vert alors que la poignée était verte. Maintenant, ses mains tremblaient d'excitation; il prit la lame et la dédaigna. Un doux bruit qui ressemblait plutôt à un sifflement s'ensuit par la vue d'un acier trempé et tranchant qui brillait de mille feux. Fou de joie, Edward remercia son ami.

— Merci Dolph, je m'entraînerai. Aussi, je jure d'en prendre soin.

Le vieux pirate sourit à son tour. Cependant, ce moment de réjouissance ne dura pas longtemps. En effet, ils entendirent un bruit sourd qui ressemblait à celui de deux bateaux qui entrèrent en collision. Peu après, un coup de canon rasa l'atelier du docteur qui s'évanouit. Hélas, il était en sale état : sa bouche en sang; une partie de sa boîte crânienne fragmentée; ses yeux crevés à cause de la vitre brisée de ses lunettes; un bras calciné. En larmes, Newgate, qui s'était mieux protégé, s'agenouilla près du blessé pour écouter son pouls. Malheureusement, il n'y avait aucun battement, et Rudolph était décédé sur le coup. Le survivant décida de le transporter hors de la pièce. Donc, en enfourchant son sabre, il plaça le cadavre sur son dos et se rendit à l'extérieur où tous les membres des Fils de la Liberté étaient placés en position de défense. Plus loin, un bateau appartenant à la Marine était amarré où tous les officiers, prêts pour se battre, regardaient leurs ennemis. En voyant son petit frère, Christopher remercia le ciel que celui-ci soit encore vivant et qu'il détienne le Shugyokuryu, mais quand il aperçut le mort, il bégaya.

— Mon dieu.......

Les autres bandits adoptèrent la même émotion que leur capitaine qui explosa de colère.

-QUE NOUS VOULEZ-VOUS? ON NE VOUS LAISSERA JAMAIS VIVANT! VOUS ALLEZ PAYER POUR RUDOLPH!

Soudainement, entre les officiers, un homme légèrement plus grand que la moyenne fit son apparition. Aborant la tenue habituelle de la Marine, ce haut gradé avait un visage, parsemé de cicatrices rouges avec une bouche défigurée où les dents prenaient un teint brun, à faire peur aux enfants. Pour couronner le tout, une de ses jambes était manquante et était remplacée par une attelle en bois. Ce colonel était Heinrich Hohmein le terrible qui s'adressa à son ennemi qui rageait.

-On se retrouve, le Flibustier! Nous sommes ici pour nous emparer de mon neveu.

Une fraction de seconde plus tard, un autre officier surgit, mais il avait sauté en direction du Liberty Queen, ce qui attira l'attention des pirates. Une fois sur le plancher du navire, cet homme se leva et dévoila son identité. Ses cheveux bruns longs jusqu'aux épaules, un regard haineux, un nez crochu et une petite barbe décoraient son visage ovale. Il portait un long costume entièrement noir avec le logo de la Marine en bleu sur le dos, et un long chapeau de feutre orné d'une plume blanche. Le colonel Adameus Hohmein, dit le cavalier noir, venait de faire son apparition et qui murmura.

— Regarde qui est là, Sven.

Estomaqué par la présence du patriarche, le jeune Hohmein arriva à articuler un mot.

— Père...

Heinrich décida de prendre la parole.

— Soit vous nous rendez Sven ou soit, vous mourrez tous, sales pirates!

Un silence bourdonna pendant quelques secondes et fut rompu par un cri de guerre poussé par Edward qui fonça en direction d'Adameus sans qu'il le sache.

-HORS DE QUESTION!

Avec son nouveau sabre, il essaya de donner un coup de lame en direction du visage de son adversaire qui perdit son oreille gauche. La réaction immédiate fut le déploiement des ponts qui relièrent les deux bateaux où les deux masses de combattants, composés de sept pirates et de cinq cents soldats, s'entrechoquèrent. Tous les hors de la loi, à part Edward et Sven, se battirent d'une telle façon. Balor donnait des coups de poing qui faisaient projeter les Marines en air. Siegfred avait dégainé sa magnifique épée pour trancher les têtes de ses opposants. Trevor et Drogon fauchaient des âmes en utilisant leurs munitions. Christopher, en abattant quelques officiers au passage, cherchait ardemment à venger ses anciens amis en se battant contre Heinrich. Quant aux cadets de l'équipage, ils restèrent sur le Liberty queen en train de regarder le visage ruisselant de sang du cavalier noir qui hurlait de douleur. Après quelques minutes, le colonel reprit ses esprits, et, en ignorant son fils qui restait toujours paralysé, cracha une volée d'insultes à son agresseur.

— Morveux, tu vas goûter à ma médecine. Avant, je veux savoir qui tu es.

Sans hésiter un instant, l'adolescent répondit.

-Je suis Edward Newgate, fils de Joseph Newgate. Tu devras me tuer avant de toucher Sven.

En entendant le nom du père de celui-ci, le haut gradé frissonna : Joseph Newgate, avant de prendre sa retraite, était un des plus puissants pirates régnant sur North Blue et avait croisé le fer contre plusieurs officiers renommés dont Adameus vingt-trois ans auparavant. Le gouverneur grinça ses dents et décida de l'achever.

— Tu vas mourir. HACHE D'OURS

Comme une hache, il donna un coup de lame vertical de haut en bas vers son opposant, mais d'une grande puissance. Ed riposta en frappant l'arme de son ennemi pour ensuite profiter de la perte de contrôle de celui-ci pour donner un coup d'estoc en direction du patriarche Hohmein qui le bloqua en saisissant, à l'aide de sa main qui ne tenait pas l'épée, le bout du Shugokoyoru. Un rictus haineux se forma alors sur le visage de l’officier.

— Tu es pris au piège. DOMPTAGE

Toujours en gardant fermement le sabre d'Edward dans sa main, Adameus s'avança en courant, ce qui provoqua un mouvement de recul continu chez le fils cadet de Joseph. Peu de temps après, le père de Sven donna un violent coup de lame horizontal afin de couper le cou de l'autre, mais il fit une énorme erreur en lâchant l'ancienne arme de Sword Khan. Une fois libre, le jeune homme se coucha sur le ventre pour éviter le fer, puis il voulut trancher les pieds de son adversaire qui sauta pour éviter ce sort et contre-attaqua.

— LAME PÉNÉTRANTE

Le garçon vit le sabre de Hohmein foncer en direction de sa nuque. Alors, il roula à sa droite pour laisser cette arme se planter sur le plancher en bois et y rester prise. Profitant de cette situation, Edward poussa un cri de guerre avant d'essayer de décapiter le corps d'Adameus qui retira, après avoir forcé, son sabre du bois pour frapper la cage thoracique du jeune avec le bout du manche. L'action d'Ed fut arrêtée à cause de la douleur ressentie, puis le frère d'Heinrich enchaîna avec une nouvelle attaque.

— VITESSE DU VENT

Avec une rapidité inouïe, le colonel donna un coup de sabre en diagonale qui fit former une longue balafre saignante sur le torse du frère de Christopher qui fut projeté à quelques mètres plus loin. Maintenant, Edward semblait être en mauvais état : les vêtements en lambeaux; plusieurs côtes cassées; la blessure profonde; etc. Alors qu'Adameus reprenait ses forces, son ennemi faisait un effort herculéen afin de se lever. Une fois cela fait, il fixa le haut gradé d'un regard furieux, ce qui fit naître le Haki chez Newgate, mais incontrôlé. L'adolescent poussa un cri bestial et libéra peu à peu son Haki qui fit étourdir son opposant.

— Mon Dieu, quelle aura!

Pendant que le père de Sven chancelait, Ed fonça en direction de ce dernier pour lui trancher ses deux bras, ce qu'il réussit à cause de la faiblesse soudaine du gouverneur qui tomba à genoux. Le spectacle était horrifiant à voir puisque le sang giclait des épaules de l'officier en plus de l'image morbide des parties de la chair, des veines et des os qui gisaient par terre ou qui pendaient sous les membres mutilés. Très faible à cause de la perte majeure de sang de son corps, Adameus fut obligé d'admettre sa défaite.

— Tu es plus fort que moi, Edward Newgate! Tue-moi.

Avec un air réservé, le jeune pirate fixa le perdant avant de planter son arme dans le bois du plancher.

— Celui qui t'enlèvera ta vie sera ton fils en personne. Sven, viens ici!

À peine remis de ses émotions, le bandit âgé de dix-neuf ans obéit à son ami en prenant le sabre avant de le pointer sur le cou de son père pendant un très long moment, ce qui provoqua une saute d'humeur chez le patriarche Hohmein.

— Tu es juste une lâche! Regarde ton attitude! Tu es la honte des Hohmein!

Alors que ce dernier continuait à vociférer des paroles blessantes, Sven commença à pleurer à chaudes larmes. Du côté d'Edward, il s'impatienta et décida de prendre les choses en main : il s'empara de son sabre en l'arrachant des mains de son compagnon avant de trancher net la tête du colonel qui mourut subitement. Satisfait de son travail, le vainqueur rangea son sabre dans son fourreau sous les yeux de Sven qui murmura.

— Merci.


Un peu plus loin, les officiers étaient presque tous morts et les pirates étaient salement amochés, mais ils bravaient leur douleur causée par leurs blessures. Du côté de Christopher, il continuait à chercher Heinrich qui se cachait quelque part. Au bout de cinq minutes, il le coinça. Le capitaine cracha quelques mots.

— Heinrich, tu es fini!

Le haut gradé répliqua.

— Approche-toi si tu es un homme!

En ces mots, celui-ci dégaina un énorme sabre haut de trois mètres qui pesait environ cinquante kilogrammes. En fonçant en direction de son opposant, il poussa un rugissement de lion.

— OUVERTURE DES PORTES DE L'ESPRIT

Le frère d'Adameus concentra toute l'énergie se trouvant dans son âme afin de répartir le surplus dans toutes les parties du corps. En une fraction de seconde, le volume de ses muscles se doubla, lui permettant alors de bien porter le sabre. Malgré le déchaînement de son adversaire, le Flibustier resta calme et procéda à une technique prodigieuse.

— ÉPÉENERGIE

Ce dernier ferma les yeux pour puiser son Haki au fond de son âme pour le concentrer dans son sabre et tout le bras qui tenait l'arme. Une fois cela terminé, il fonça en direction de celui qui avait massacré son équipage quelques années plus tôt. Les deux guerriers essayèrent de donner un coup de lame colossal sur chacun, mais le fer se croisa, ce qui provoqua un lâchement d'énergie qui fit perdre connaissance à nombreux combattants. Peu après, les deux hommes décidèrent d'essayer de briser la défense de chacun avec des coups répétés, mais moins puissants que les premiers. Suite à une cinquantaine de coups envoyés et encaissés, le frère d'Edward passa à une autre technique.

— RUSH

Cette fois-ci, le Flibustier contracta ses muscles pour tripler sa force pendant quelques secondes. Puis, il donna un coup surpuissant sur l'énorme arme, ce qui déstabilisa son adversaire avant de faire un combo redoutable.

— COMBO DU X

Il donna deux coups de lames en diagonale en direction du ventre de son ennemi de sorte qu'il se forme un X sur cette partie du corps. Une fois cela fait, il essaya de transpercer le coeur de Heinrich qui contre-attaqua jusqu'à temps. En effet, celui-ci envoya un coup de coude sur la bouche de Christopher qui perdit douze dents : ses huit incisives centrales et latérales et quatre canines. Paralysé par la douleur intense suite à cette perte dentaire, le capitaine ne fit que chanceler, ce qui ouvrait la voie à son opposant qui avait presque gagné son combat. Heinrich s'apprêtait à décapiter le cou du pirate, mais une voix tonna de l'arrêter ce qu'il fit.

— TU NE TUERAS PAS MON FRÈRE!

En effet, celui qui avait parlé n'était autre que Edward Newgate qui se situait quelques mètres plus loin que les deux combattants et qui tenait la tête tranchée du cavalier noir par les cheveux. En apercevant son petit frère, le Flibustier resta bouche bée alors que son adversaire fulminait, mais il prit finalement la parole.

-Incroyable! OUVERTURE ENTIÈRE DES PORTES DE L'ÂME!

Le corps du colonel se crispa encore plus fort afin de permettre une concentration inouïe d'énergie dans ses muscles, ce qui quintupla la force musculaire de ce dernier, mais celle-ci allait s'éteindre très rapidement. Il suivit sa technique par une attaque dévastatrice.

— FESTIVAL DE LA MORT! BANZAI!

Le haut gradé donna, de haut en bas, des coups de sabre répétés, mais assez lents en direction de l'adolescent qui profita de deux points faibles de l’oncle de Sven afin de les éviter habilement : sa lenteur et sa force musculaire faiblissante. Après une vingtaine de coups, Heinrich était complètement exténué après une telle dépense d'énergie et il était plus vulnérable. Là, ce fut le moment pour Edward d'attaquer.

— LAME DU DRAGON

D'abord, il fit une roulade pour éviter un coup. Puis, il se leva pour courir à une vitesse impressionnante vers son ennemi. Ensuite, il sauta à la hauteur de Hohmein avant de dégainer son sabre pour enfin décapiter la tête de l'officier qui rendit l'âme.

Quelques minutes plus tard, les deux frères retrouvèrent leurs esprits avant de se parler. Le plus vieux en premier.

— Comment peux-tu être aussi bon après si peu de temps?

Ed répondit sur-le-champ.

-Je détermine très rapidement le point faible de mes adversaires. Par exemple, le père de Sven était plus vulnérable au Haki.

Christopher chercha les mots à dire avant de parler, mais Balor surgit soudainement.

-Le navire de la Marine est en train de couler, sûrement à cause des coups de sabre surpuissants de Heinrich.

La réaction fut immédiate pour tout le monde. En effet, les pirates de la Liberté se rendirent au Liberty queen et laissèrent l'autre navire couler. Au bout d'une dizaine de minutes, le jeune Newgate entendit un cri de secours auquel il identifiait à une voix féminine. Désireux de sauver cette inconnue, le fils cadet de Joseph sauta dans l'autre bateau au grand dam de son frère.

-ED!

Une fois sur le plancher brisé de l'épave, il utilisa ses oreilles pour repérer la source de ce son. Il chercha pendant quelques minutes sous les yeux inquiets de ses camarades. Enfin, il arriva à une porte partiellement cassée où le son provenait de la pièce auquel cette porte menait. Avec ses poings, Edward la fracassa avant de pénétrer dans une pièce sombre où il aperçut une forme représentant une humaine. Le gaillard la prit dans ses bras avant de quitter les lieux. Ses amis l'accueillirent avec un visage curieux, mais le sauveur prit la parole d'un ton ferme avant de se diriger vers l'infirmerie.

— Elle est maintenant inconsciente et elle a besoin de soins!

Une fois seul avec la femme dans sa chambre qui était à côté de l'infirmerie, Newgate l'étendit sur son lit et commença à examiner son profil physique qui ressemblait à une indigène : un visage ovale décoré de merveilleux yeux verts, de lignes rouges comme maquillage et d'une bouche fine; des longs bras minces marqués par des tatouages tribaux; une poitrine dévoilée de grosseur moyenne où les seins fermes prenaient une forme pointue; une taille gracieuse et mince où était noué un petit pagne en perles qui servait d'un minuscule cache-sexe. Mal à l'aise à cause de la grande partie de la peau de cette fille duquel il estimait l'âge à quatorze ans, Edward rougit comme une tomate. Bientôt, sa gêne transforma à un sentiment particulier : l'amour. En effet, il avait maintenant son sexe en érection, son coeur qui battait plus vite et il hésitait à explorer le corps d'une femme. Aussi, c'était le coup de foudre chez Ed puisque pour lui, c'était la fille de ses rêves. Très peu de temps plus tard, l'indigène se réveilla et quand elle observa les lieux et son sauveur avec curiosité, elle fut très étonnée. Pendant cette observation, le hors de la loi se rendit compte que la fille parlait un langage presque incompréhensible, et voulut, par la suite, se présenter en se pointant du doigt.

— Edward.

Quand elle entendit le jeune homme, cette dernière tourna la tête en direction de l'autre personne, et se sentit gênée parce que l'adolescent avait un corps parfait pour elle. L'étrangère comprit alors qu'elle était amoureuse d'Ed, et essaya d'imiter ce dernier.

— Cathleen.

Après avoir prononcé son prénom, Cathleen aperçut son sauveur qui s'apprêtait à toucher un sein d'une main et son pagne de l'autre. Elle décida de saisir les joues de son ami pour faire approcher ses lèvres contre les siennes pour l'embrasser. Newgate se laissa aller et ils firent des baisers langoureux, puis passionnés, et enfin, torrides.

Aujourd'hui, Edward avait sauvé la vie de trois personnes, combattu avec une blessure, obtenu un merveilleux sabre en cadeau, et finalement, son premier amour. Bref, il était maintenant l'homme le plus heureux du monde.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Fanfic Le grand Edward Newgate (Risque de spoil)
MessagePosté: Mar 21 Juin 2011 17:53 
1 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 02 Mai 2011
Messages: 30
Localisation: sur le bateau pirate de zaxi le dangereux, dans un océan rempli de monstre!!
ohoh un long chapitre très interressant. un beau combat qui revéle le Haki d'edward!!! il est adolescant et deja le haki. trop fort.
aaaaaaaaah le docteur est mort. je laimai bien mais bon pas grave.
Ed est fort, très fort. il utilise son sabre a merveille et est agile. de plus il arrive a découvrir le point faible des ses adversaire.
il na pas pitier pour ses ennemi ce qui constitu un véritable points fort.
ah sven na pas reussi a tuer son père. bah je le comprend. mais on la pas vu en trainde ce battre!!! et moi je veut savoir comment il se bat!!! :Zoro cri du sabre: donc si tu veut pas decrire les technique a Sven pas grave mais dit moi comment il se bat stp. bah je veut le savoir car c'est mon perso préféré (et ce chapitre le confirme rès bien) mais bon comme tu me la dit ce nest pas un perso très développé!! :Ussop gloups:
et donc je vai attendre pour le fruit du demon d'ed. oh jviende penser a quelque chose!! il ny a pas boucoup de Fruit du démon dans ta fic. va tu dévelloper un personnage ayant manger un?? jespère.
ah et je trouve qu ED et la fille ( Cathleen ) tombent très vite amoureux mais bon les coup de foucre sa existe.

voila voila et je veut le huitieme chapitre!!!

_________________
Image

Hissez le drapeau noir!!!
A l'Abordage!!!!!


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Fanfic Le grand Edward Newgate (Risque de spoil)
MessagePosté: Mer 22 Juin 2011 23:37 
3 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 21 Mai 2011
Messages: 179
Localisation: dans mon lit
Nan sérieux il faut que t'aille montré sa a maître ODA lol .
tu fais du super boulot continu.

_________________
Spoiler: Montrer
Image


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 81 messages ]  Aller à la page [1], 2, 3, 4, 5, 6  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com