Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 6 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Le repaire blanc
MessagePosté: Mer 22 Fév 2012 01:18 
500 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Jan 2007
Messages: 112
Localisation: entrain de regarder Phineas et Ferb sur Disney Channel +1
Bonjour à tous !

Aussi paradoxal que cela puisse paraitre, je ne suis pas spécialement friand des fanfics en général, considérant qu'il est préférable de s'inventer un univers à soi plutôt que d’insérer son histoire dans celui imaginé par quelqu'un d'autre. Et pourtant je me plais à trainer dans le Cabinet d'écriture qui en regorge. Paradoxal, je vous l'avais dit.

Je suis ce que l'on peut appeler un membre passif du forum. En d'autre terme, je viens souvent lire avec plaisir les avis, les œuvres, des uns et des autres, mais je poste rarement. Timidité? Flemme? Je ne saurais dire...

Mais, me direz vous, autant cela n'a pas grande importance dans les différentes sections du forum que de lire sans commenter, autant dans le Cabinet d'écriture, lire, apprécier et critiquer dans sa tête sans commenter c'est priver les autres d'un avis qui leur permettrait de s'améliorer, ou tous simplement d'un encouragement. Et à ça je répond : oui, c'est vrai, ne jamais lâcher un petit "Hey frère, la vérité ça déchire ta fic là, elle est trop soin, rien que je m'enjaille quand j'te lis, c'est fou..." c'est pas sympa. Mais je compte bien tenter d'y remédier.

Surtout que, comme la création de ce sujet le laisse présager, j'ai moi aussi une histoire à partager, qui j'espère vous plaira.

Cette histoire que je vous propose a pour titre "Le repaire blanc", qui est le nom du lieu où la grande majorité de l'intrigue se déroulera.
Le monde dans lequel se situe l'action est le même que le notre, à un détail près. Une invention près pour être plus précis. (Et si vous voulez savoir laquelle, il faudra lire le prologue qui suit ^^rhaa le teasing de diiiingue).

Mais je tiens à préciser que l'action, ce n'est pas mon fort, alors ne vous attendez pas à des combats épiques ou des courses poursuites enivrantes. Attendez vous plutôt à de l'enquête, de la suspicion et des retournements de situations (teasing de diiiingue 2, le retour !!! Mais du coup je me met la pression à fond, parce que si ça suit pas derrière j'aurais l'air bête --'...)

Bien sans plus tarder, voici le...








Prologue



Jamais l'on avait vu un rassemblement de voitures de luxe semblable à Honiara.
Certes, la capitale des iles Salomon avait déjà accueilli par le passé de riches habitants, attirés par les paysages idylliques et le soleil radieux, mais jamais elle n'avait assisté à une telle démonstration de richesse.

Pourtant, parmi tout ces superbes bolides colorés et hors de prix, sublimés par les reflets du soleil de cet après midi d'été sans nuage sur leur carrosseries, se trouvait une voiture noire on ne peut plus banale. Le contraste était d'autant plus grand qu'elle semblait assez mal entretenue, avec quelques rayures sur la portière avant droite, des pneus quelques peu sous-gonflés sans enjoliveurs, faisant peine à voire en comparaison des jantes en alliage lumineuses des voitures voisines.

A son bord se trouvait deux hommes vêtus d'un ensemble costume noir, chemise blanche et cravate noire. M.Yellow, assis à la place du conducteur, était un homme assez grand et plutôt maigre, avec des cheveux courts, barbu, et d'environ une quarantaine d'année.
M.White, quant à lui, était un homme plus âgé, d'une soixantaine d'année, avec des cheveux blancs, un bouc et une moustache tout aussi blanche et des lunettes de vue à monture épaisse et noire.

Voilà plusieurs secondes que ces deux hommes étaient garés là, sans dire un mot.
M.Yellow avait les mains derrière la tête et les jambes étirées au maximum, ce qui donnait l'impression qu'il faisait une sieste. M.White regardait avec attention son smartphone, faisant glisser son doigt à intervalles régulier de haut en bas, certainement pour faire défiler des pages.
Après encore quelques secondes, il rangea son téléphone dans sa poche et ouvrit sa portière.

-J'y vais, attends moi là, dit-il à M.Yellow, je préfère le mettre en confiance en y allant seul.

-Pas de problème. Amuses toi bien, répondit le conducteur avec un large sourire.

M.White sortit, referma la porte avec force, et s'avança vers la grande propriété à laquelle ce parking prestigieux était relié.
Il y avait un petit chemin de sable, dessiné par des cailloux suffisamment grands et lourds pour ne pas être déplacés, donnant sur un immense portail blanc en bois, parfaitement entretenu, et embelli par le soleil.
Alors qu'il se tenait devant le portail prêt à entrer, il s'arrêta un moment et se mit à repenser à la raison de sa venu sur les iles Salomon.
Et puis, soudain, il eu un choc. Il sorti son téléphone de sa poche et vérifia la date. 5 Février 2012.

Il avait prit conscience qu'aujourd'hui, jour pour jour, cela faisait vingt deux ans.

Vingt deux ans qu'un entreprise appelé Orion avait révolutionnée le monde en faisant du souvenir et du « non-souvenir » des biens achetables et modifiables a volonté.

Et avec l'introduction du M-000 en 1990, première machine a pouvoir lire et effacer les souvenirs avec précision, c'est toute la vie quotidienne qui avait été chamboulée. A l'époque, c'était une immense machine, relié à l'homme par un casque très imposant, qui ne retranscrivait les souvenirs que sous forme de chiffres, et qui causait une douleur non négligeable lors de la lecture, et encore plus importante quand il s'agissait d'effacer.
Mais avec le temps et l'argent acquis, Orion avait affiné sa machine, et le M-048 sorti en 2011 était une sorte de fauteuil très confortable dont le casque, bien plus design, était intelligemment intégré à l'appui-tête. La lecture et la destruction de souvenir se passait sans la moindre douleur, et les souvenirs étaient à présent retranscris en images de synthèses, directement visibles et modifiables via une tablette tactile incorporée dans le dossier du fauteuil.

Durant toutes ces années, les machines d'Orion donnaient la possibilité au client d'effacer de sa mémoire le souvenir douloureux d'une personne ou d'une période bien définie contre une forte somme d'argent.

Mais cela allait plus loin.
Dans le cadre des enquête policière, ces machines étaient utilisées fréquemment. La lectures des souvenirs permettait de désigner un coupable avec facilité.
Certes, les souvenirs pouvaient être déformés ou tordu par l'esprit humain, mais la fiabilité s'était avérée très satisfaisante au fil du temps.

Et comme il n'y avait aucun moyen de limiter les souvenirs à lire, c'est toute la notion d'intimité et de vie privée qui en prenait un coup.
Sous prétexte de vérifier ce que le suspect avait fait au moment du crime ou du délit, rien n'empêchait la police, le gouvernement, ou même Orion elle même de jeter un œil à la totalité des souvenirs de cette personne. Et comme ces derniers étaient secrètement archivés, une immense base de donnée contenant les souvenirs de millions de personnes avait alors vu le jour.

L'espionnage aussi avait prit une autre dimension.
Car si on pouvait résister à la torture, on ne pouvait rien face à une machine capable de lire vos souvenirs, et tenir une information secrète relevait alors de l'impossible.
De quoi affoler les gouvernements du monde entier.
Et comme souvent en cas d'affolement, une décision hâtive fut prise.
D'un commun accord, les différentes puissances du monde décidèrent dès 1991 qu'il fallait restreindre et surveiller la production de ce qui n'était encore à l'époque que le M-003, et n'autoriser qu'une seule entreprise à en fabriquer : Orion.

Quand on a le monopole d'une machine très utilisée, et quand chaque utilisation coute des milliers de dollars, on devient vite très riche. Et quand en plus près de cinquante gouvernements font alliance avec vous pour utiliser vos machines, alors on devient l'entreprise la plus riche et la plus puissante du monde.

C'est ce qui arriva à Orion, dont l'influence et la richesse devint rapidement plus importante que celle de la plupart des grandes nations.

Depuis vingt deux ans maintenant, M.White s'était donné la lourde tache de tenir tête à cette organisation. Pour cela, il avait crée la sienne: Arcus. Elle n'était soutenue par aucun gouvernement, et était composée de nombreux agents du monde entier, portant tous, comme M.White et M.Yellow, le nom d'une couleur.
La plupart de ces agents étaient soit des intellectuels conscient du danger qu'était Orion, soit des anciens employés de la firme, soit des personnes ayant eu la mémoire altérée, plus moins gravement, par Orion et avides de vengeance.
Car oui, Orion était une entreprise qui effaçait volontairement la mémoire de ceux qui s'opposaient à elle.

Et ne se satisfaisant pas de détruire des souvenirs uniquement, Orion avait, depuis toujours, une ambition bien plus grande : créer.
Créer des souvenirs permettait encore plus de possibilités. En effet, beaucoup paieraient cher pour se mentir à eux même et s'acheter des souvenirs heureux.

Et puis, contrôler les souvenirs de tout le monde, c'était en quelque sorte, contrôler le monde.
Un monde dans lequel on ne pourrait savoir si ce que l'on croit avoir vécu est réel, ou si c'est une illusion permise par la technologie.
M.White et Arcus se devaient d'empêcher cela à tout prix.

Et M.White avait un plan audacieux en tête qui pourrait porter un coup considérable à Orion. Il se trouvait à Honiara pour recruter un agent qui, il en était persuadé, apporterait énormément à ce plan, et valait la peine de faire des milliers de kilomètres. Et ses arguments pour l'enrôler s'annonçaient pour le moins efficace...

_________________
Le ridicule ne tue pas. Ce qui ne tue pas nous rend plus fort. Donc le ridicule nous rend plus fort.

Venez découvrir les mystères du "repaire blanc"...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le repaire blanc
MessagePosté: Mer 22 Fév 2012 08:57 
50 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 03 Oct 2010
Messages: 565
Localisation: Sur la Mer des Stratagème, occupé à boire du saké en dévalisant les villages de pauvres payans
Mama mia!

En voila une fic plus que prometteuse!

On voit que tu traine très souvent dans le Cabinet, car tu possède un style très fluide, qui est plaisant à lire, et renforcé par un fait que tu utilise un monde que tu connais très bien. Le nôtre.

J'ai toujours dit que pour écrire une belle histoire, il fallait utiliser des mécaniques sûr, dont on connait le moindre détail. Et je crois que c'est la première fic que je croise qui utilise le monde réel.

Chapeau. Vraiment. Chapeau.

_________________
In the darkness or light,
In cities or the countryside,
A Song resounds forcefully
The Song of the Phoenix Dragon.
Fear it, Love it, weep on,
Because the only people who fit
Are the souls of the damned pirates


Une future légende est en marche... Découvrez ses aventures ici!
-Walk The Phoenix Dragon-


My Name Is: HILRÉ LAMOU (Star Wars) - CONFUSED DRUADAN (Terre du Milieu) - CELEGORM CÚTHALION (Langue Elfique) - DRACO (SSBB) - Phénix Dragoon (Volonté du D)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le repaire blanc
MessagePosté: Mer 22 Fév 2012 22:11 
500 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Jan 2007
Messages: 112
Localisation: entrain de regarder Phineas et Ferb sur Disney Channel +1
Merci pour ces compliments !!
Je vais tâcher de continuer sur cette voie !

Comme tu le dit, c'est plus simple de situer l'action dans un univers bien maitrisé. Et l'univers que je maitrise le mieux, c'est le notre ^^.
C'est tout de suite plus simple de situer l'action dans le monde réel, comme ça il n'y a pas de nom de lieux à inventer ou de technologie à imaginer, puisque tout existe déjà ^^.

_________________
Le ridicule ne tue pas. Ce qui ne tue pas nous rend plus fort. Donc le ridicule nous rend plus fort.

Venez découvrir les mystères du "repaire blanc"...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le repaire blanc
MessagePosté: Mar 28 Fév 2012 04:06 
500 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Jan 2007
Messages: 112
Localisation: entrain de regarder Phineas et Ferb sur Disney Channel +1
Voici le premier chapitre de mon histoire !! J'espère qu'il vous plaira et qu'il vous donnera envie de lire la suite !! Toutes les critiques et les conseils sont les bienvenus !!





Chapitre 1



Quelle idée farfelue que de nommer sa maison « Esméralda ».
C'est ce que se disait M.White en contemplant l'incroyable propriété face à laquelle il se tenait.
Peut être était-ce le nom d'une femme ayant marqué la vie de l'heureux détenteur du lieu, peut être sa mère.
Cette idée fit sourire M.White, car à « Esméralda » la fête battait son plein, et il trouvait amusant qu'un homme put donner le nom de sa mère à un lieu où l'on pouvait trouver un tel rassemblement de jeunes gens alcoolisés en maillot, dansants, riants,criants et sautant autour de la très grande piscine dont les rares espaces vide éblouissaient fortement du fait des reflets du soleil sur l'eau.
Il remarqua qu'il n'y avait que quelques salomoniens sur place, et que la grande majorité des fêtards était des caucasiens. De très riches héritiers sans doute, pensait M.White.

Le contraste entre le costume noir et les cheveux blanc du sexagénaire qu'était M.White et les couleurs fringantes qu'arboraient la majorité des personnes présentes à la fête, était saisissant.

Indiscutablement, toute cette agitation et cette excitation ambiante n'attirait pas le moins du monde le chef d'Arcus, mais il se plaisait à penser qu'il s'attendait exactement à ça.
Car le propriétaire, la personne pour qui M.White était allé jusqu'aux iles Salomon, c'était Jude.

Jude était ce que l'on appelle un « caméléon », c'est à dire une personne sur qui les machines d'Orion n'ont aucun effet. Les caméléons avaient le pouvoir de tromper les machines, leurs faisant lire des souvenirs crées de toute pièce par l'imagination, même sans être conscient, et l'on ne savais pas vraiment comment cela était possible. De ce fait, les caméléons étaient des personnes très recherché, et c'était le cas de Jude. Ce dernier avait été repéré et formé par Orion alors qu'il n'était qu'un adolescent, et avait été un agent utile et efficace pendant des années. Mais son coup de maître, la mission qui l'a rendu mondialement célèbre, c'était l'infiltration de la CIA en 2007 sous le nom de Frank Oak.
Jude, avait réussi à faire échouer une offensive de grande envergure contre Orion, et l'entreprise l'avait remercié en le payant énormément, de quoi s'acheter l' «Esméralda » dans le iles Salomon et ne plus travailler pendants dix vies.


M.White s'attendait donc parfaitement à ce que Jude se plaise à montrer qu'il était riche. Et cette fête en était la parfaite confirmation.
Pourtant, alors que cela faisait maintenant un bon moment que le vieil homme était à la fête, le maitre des lieux était toujours introuvable.
M.White se mit donc face à la piscine, espérant y avoir une bonne vue d'ensemble, et commença à scruter chaque visage à la recherche de celui pour qui il avait fait le déplacement.

Soudain, une main se posa sur son épaule, et voix pleine d'assurance se fit entendre.

-Et bien, vous êtes incontestablement la dernière personne sur Terre que je m'attendais à voir à cette fête. Croyez moi, M.White, j'aurais été moins surpris de recevoir le Président des États Unis saoul et en sous vêtement que vous. Comment m'avez vous retrouvé ?

M.White se retourna. Il savait que c'était Jude mais il ne le reconnu pas. D'après les photos et les vidéos, Jude était un jeune homme simple, habillé de façon classique, les cheveux mi-long et de grosse lunettes. Mais M.White compris assez rapidement que cette personne, c'était Frank Oak, un personnage imaginaire, et que l'acteur Jude était complétement différent.

En effet, la personne qu'il avait en face de lui était loin d'être simple et classique.
Le large sourire de Jude laissait tout de suite imaginer l'étendue de l'arrogance et de l'espièglerie du personnage. Contrairement à ses convives, qui pour la plupart étaient en short ou en maillot de bain, il portait un costume beige cintré, dont on devinait dès le premier regard l'inestimable valeur. Il avait de grandes lunettes de soleil à monture blanche, bien excentriques en comparaison des lunettes de M.White.
Excentrique était aussi le mots définissant le mieux l'incroyable montre qu'il portait au poignet, qui faisait à n'en pas douter, au moins trois fois la taille de celle de son invité surprise.
Les cheveux très courts, semblable à ceux d'un militaire, associé à un barbe de trois jours avec un faux air négligé finissaient de lui donner un air unique et complètement différent de celui auquel s'attendait M.White.

-Et vous, comment me connaissez vous? répondit M.White.

-Ah, bien répondu. Il est normal que si je suis bien renseigné, vous le soyez aussi, je comprends.

-Et puis il faut dire que je n'aurais raté pour rien au monde l'anniversaire de Francesco Quercia. Excusez mon impolitesse, mais si je ne vous souhaite pas un joyeux anniversaire, c'est parce que ce n'est certainement pas votre anniversaire, n'est ce pas?

Jude se mit à rire. Il avait dans la main un grand verre de vodka, si grand que l'on serait tenté de penser que c'est une cruche sans anse plutôt qu'un verre. Il pris une gorgée.

-Excusez mon manque d'imagination, mais je n'ai même pas pris la peine de rendre cette couverture officielle. Le pauvre Francesco n'a même pas de passeport potable, il n'a qu'un faux permis qui ne m'a presque rien couté. Et sur ce dernier, j'avais marqué au hasard le 5 février comme date de naissance, alors il fallait bien que je fête comme il se doit cet anniversaire imaginaire.


-En tout cas mon cher Francesco Quercia, ou bien Frank Oak voire même pourquoi pas Francis Chêne, ou bien Jude tout simplement , c'est une bien belle fête que vous avez organisé là dans une bien belle propriété. Je me demandais, le nom « Esméralda », se rapporte-t-il à quelqu'un en particulier?

-C'est officiellement le nom de la mère de Francesco. En réalité c'est le nom d'une restauratrice que j'ai rencontré au Chili et que j'aime bien. Les gens gobent vraiment n'importe quoi, ce n'est même pas cohérent, parce qu'Esméralda est un nom espagnol et que je suis sensé être italien.

En disant cela, il souriait et secouait la tête de gauche à droite, pour bien montrer qu'il se moquait de la crédulité de tout ces gens.
Puis, il reprit une gorgée et son visage redevint plus sérieux.

-Mais parlons d'autre choses que ma ridicule fausse identité et du nom de ma maison. J'ai bien regardé, il n'y a que M.Yellow attendant patiemment dans une vilaine voiture noire avec vous.
Je suis surpris que vous vous teniez seul devant moi, alors que votre tête pourrait me rapporter énormément d'argent. Et vous me semblez étrangement serein pour quelqu'un qui fait face à un ennemi potentiel.

M.White se mit à sourire, regarda longuement son interlocuteur, et se tourna de nouveau face à la piscine avant de reprendre.

-Je ne vous ferais pas l'affront de vous considérer comme un ennemi. Vous êtes simplement un mercenaire, qui offre ses services au plus offrant.
Il se tourna de nouveau vers Jude,

-Et il se trouve qu'actuellement, le plus offrant, c'est moi.

Jude se mit à sourire à son tour, et amorça même le début d'un rire, puis il regarda M.White d'un air moqueur, comme si ses yeux disaient « Mais qu'est ce que tu me raconte là mon vieux » mais M.White ne put le voir, ses yeux étant cachés par ses extravagantes lunettes de soleil. Il leva son bras, et montra son immense propriété avant de reprendre.

-Comme vous le voyez, j'ai tout ce qu'un homme peut désirer. Le plus offrant, dites vous, mais que pouvez vous donc m'offrir? Certes, j'ai toujours été impressionné par la façon dont Arcus réussissait à trouver des fonds, mais il est indéniable que financièrement, la comparaison n'est même pas envisageable avec Orion. Ce serait comparer le bac à sable d'un parc pour enfant au désert du Sahara. Alors, comme je vois que vous avez pris la peine et le risque de faire des milliers de kilomètres pour arriver jusqu'aux iles Salomon, je réitère ma question, que pouvez vous bien m'offrir?

M.White se tourna de nouveau vers la piscine, et regarda en direction du ciel bleu.

-La vie.

Jude se mit à rire bruyamment. Il ne s'attendait pas du tout à cette réponse.

Mais il se calma assez rapidement car il sentait au ton de son invité qu'il était parfaitement sérieux. Cela l'intriguait énormément. Il reprit une gorgée de vodka.

-La vie? J'espère que ce n'est pas une menace, répondit-il avec un ton encore plus sérieux que précédemment, je crois que vous n'êtes pas en très bonne position pour vous permettre de me menacer.

M.White se mit à sourire, puis fit face au jeune homme et posa sa main sur son épaule tout en le regardant droit dans les yeux.

-Réfléchissez deux secondes. Vous êtes un mercenaire, un agent qualifié et mondialement reconnu.
Et moi, ma tête est officieusement mise à prix à plusieurs millions de dollars par Orion.
Là, je suis seul, chez vous, sur une ile perdue de l'Océan Pacifique et sans arme. A votre avis, est-ce que je bluff ?

Jude leva les yeux au ciel et soupira longuement. Il porta une fois de plus le verre qu'il avait dans sa main à sa bouche et bu une gorgée. Puis il se déplaça lentement vers un transat située non loin de la piscine, et s'assit.

-C'est en rapport avec la puce c'est ça?demanda-t-il.

-En effet. Je suis étonné qu'un homme de votre qualité ait laissé Orion installer une puce mortelle dans son corps. Je présume que c'était la condition pour qu'il vous laisse partir à la « retraite » à Honiara.

Le visage de Jude se ferma. Il reprit une gorgée, et leva les yeux au ciel.

-Je vois, vous avez réussi à obtenir l'émetteur...

-Oui. C'est ce que j'ai a vous offrir, en effet. Vous comprenez a présent que c'est bien de votre vie qu'il s'agit.

Jude posa son verre, qui malgré les très nombreuses gorgées déjà avalées était encore bien rempli.

-Et qu'attendez vous de moi en échange?

M.White se déplaça en direction du transat situé juste à coté de celui où se trouvait Jude et il s'assit à son tour.

-Je veux ni plus ni moins que vous deveniez un agent d'Arcus.

Le visage de Jude se décomposa. C'était la pire réponse qu'il pouvait lui donner. L'obliger à quitter ses privilèges pour rejoindre une organisation qui, selon lui, n'avait aucune chance de subsister face au monstre qu'était Orion.
Les deux hommes ne se dirent rien pendant de longues secondes et restaient assis, les regards fixant l'horizon.
Puis Jude se leva, reprit son verre, fit face à la piscine et reprit une gorgée.

-Sortez de chez moi, dit-il d'un ton sec.

M.White se leva à son tour et se mit juste à coté de Jude.

-A la seconde où je serais sorti de cette propriété, je considèrerais que vous avez refusé mon offre de façon définitive et non-négociable. Vous imaginez bien que je ne m'amuserais pas à refaire le déplacement jusqu'aux iles Salomon.

Puis il se dirigea vers le grand portail blanc.

Jude était abattu. Il avait rangé ses lunettes dans la poche intérieur de sa veste, de sorte que l'on pouvait voir son regard vide et fixé sur la piscine. Il faisait d'autant plus peine à voir avec son air triste, qu'autour de lui l'on entendait les cris et les rires des convives, qui n'avaient pas du tout remarqué son changement d'attitude, et qui de toute façon, ne s'en souciaient pas.
Il savait qu'il n'avait pas le choix et qu'il devait accepter, et rapidement car M.White était entrain de s'en aller. Il se mit les mains sur le visage et respira fortement. Il poursuivit alors M.White qui était au niveau du parking.

-Attendez !! cria-t-il.
Puis étant arrivé à son niveau il reprit,

-Laissez moi juste le temps de me changer et de prendre congé de mes invités.

-Très bien, je vous attend ici. Laissez tous vos objets personnels, ils ne vous seront d'aucune utilité.

M.White s'appuya sur la voiture noire avec laquelle il était arrivé et attendit quelques minutes. Jude revint avec un costume différent, bleu, et des lunettes de vue tout aussi extravagantes que l'étaient ses lunettes de soleil.

-Excusez la tristesse de notre moyen de locomotion, mais c'est une location. Rassurez vous, le jet qui nous attend est plus coquet et digne du playboy que vous êtes.

Ils entrèrent dans la voiture, M.Yellow se tourna vers Jude et hocha la tête.

-Tu savais que Jude t'avais repéré et t'avais reconnu Yellow? lui dit M.White.

-C'est normal, ce gamin est très bien informé sur Arcus. Il a été formé par Graham tu sais, lui répondit-il.

Puis, se tournant vers Jude, il reprit,

-Ah, je suis vraiment désolé, ce n'est pas agréable d'entendre des gens parler de soi à la troisième personne alors qu'on est là.

Jude se contenta de sourire en guise de réponse.

M.Yellow démarra la voiture, fit sa manœuvre avec souplesse, maitrise et rapidité, et il quittèrent le parking de la propriété.
Durant les dix minutes du trajet menant jusqu'au petit aéroport d'Honiara, Jude ne dit pas un seul mot.
M.White et M.Yellow quant à eux discutaient de la qualité du repas qu'ils avaient eu à midi, mais Jude ne les écoutait pas. Il était perdu dans ses pensés, se demandant comment il allait sortir de cette fâcheuse situation. Car les termes du contrat qu'il venait implicitement de passer avec M.White était très vague, et il ne savait ce à quoi le fait de devenir agent d'Arcus l'engageait réellement et pour combien de temps. Et M.White savait parfaitement qu'il ne serait pas dévoué, mais que la puce l'obligeait à être loyal.

Une fois arrivé, ils s'arrêtèrent sur la piste atterrissage, près d'un jet qui les attendaient. Ils sortirent et ce dirigèrent tout les trois vers le petit avion.

Peu après le décollage, M.White tendit une étrange seringue à Jude.

-Qu'est ce que c'est que ça? demanda ce dernier, tout en regardant la seringue d'un air interrogatif.

-Nous allons finaliser votre entré à Arcus dans mon Q.G, le repaire blanc. Même les membres d'Arcus ne savent pas comment s'y rendre, alors vous imaginez bien que je ne vais pas vous le montrer à vous, qui n'êtes même pas encore officiellement un agent.

-Et bien, c'est assez radicale. Vous pourriez vous contenter de me bander les yeux. Qu'est ce qui me prouve que ce n'est pas dangereux?

-Rappelez vous que je suis en possession d'un émetteur me permettant de vous tuer à distance. Si je voulais vous tuez, je l'aurais déjà fait. Ce produit vous enverra juste au pays des rêves pour une durée assez importante, avec un simple bandeau vous pourriez évaluer la distance qui sépare mon Q.G des iles Salomon. Au pire, si vous préférez, on peut faire demi-tour, c'est à vous de voir.

Convaincu et résigné, Jude regarda la seringue et soupira,
-Bon, quand il faut y aller...

Quelque secondes après s'être injecté le produit, il se senti soudain très fatigué.

-Et bien, ça fait effet très rapidement ce truc là, je me pensais plus résis...

Et il sombra dans un profond sommeil.

_________________
Le ridicule ne tue pas. Ce qui ne tue pas nous rend plus fort. Donc le ridicule nous rend plus fort.

Venez découvrir les mystères du "repaire blanc"...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le repaire blanc
MessagePosté: Mar 6 Mar 2012 02:17 
500 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Jan 2007
Messages: 112
Localisation: entrain de regarder Phineas et Ferb sur Disney Channel +1
Me voici de retour pour vous présenter un nouveau chapitre du "repaire blanc". Il est assez long, mais c'est un chapitre décisif et un tournant de l'histoire, toute la suite se rapportera à ce qu'il va s'y passer. Enjoy !






Chapitre 2


Dire qu'Olivia avait été réticente à s'injecter ce somnifère était un euphémisme. Elle se sentait blessée de ce que M.White ne lui fasse pas suffisamment confiance pour lui montrer la localisation du Q.G. Après cinq années de bon et loyaux services envers Arcus, elle se considèrerait comme digne de faire partie des privilégiés connaissant les secrets du fameux repaire blanc.

Elle ne saurais dire combien de temps elle avait dormi, et elle se sentait d'autant plus déroutée qu'elle était seule dans cette étrange chambre. Si le papier peint était gris, les meubles eux, faisaient honneur au nom du lieu et étaient tous blanc, sans exception. Le lit, la couverture, la table de chevet, l'armoire,les portes et même le lino posé au sol était blanc et le puissant néon les rendaient affreusement éblouissants pour les yeux à peine réveillés de la jeune brune.

Dans cette chambre, il n'y avait pas la moindre fenêtre, et il n'y avait que deux portes, une face au lit et une sur la droite. Olivia se leva et décida d'aller voir ce qui se trouvait derrière la porte à sa droite. C'était une salle de bain. Olivia profita du lavabo pour se rafraichir le visage et pour boire un peu. Elle remarqua qu'il y avait posé sur une petite armoire près du lavabo quatre brosse à dent encore neuves et dans leur emballage, ainsi que quatre savons, tout aussi neufs et emballés. Il y avait aussi quatre serviettes, une verte, une violette, une grise et une bleue.

En y regardant de plus près, les brosses à dent aussi étaient verte violette grise et bleue. Devinant que c'était la sienne, Olivia s'essuya le visage avec la serviette violette. Puis elle sorti et se dirigea vers la seconde porte, celle qui faisait face au lit.


En ouvrant, elle découvrit un grand salon, où se trouvait cinq hommes. L' un était debout, deux étaient assis autour d'une étrange table triangulaire blanche située au centre de la pièce, et deux autres étaient assis sur un canapé blanc lui aussi, situé dans l'angle en haut à droite par rapport à Olivia. Tous étaient en costumes. Sur le canapé, le plus jeune avait un costume bleu, une cravate bleue ciel et de grosses lunettes de vues à la mode. L'autre, plus âgé, portait un costume marron et une cravate jaune. Les trois autres hommes étaient habillés exactement de la même manière, en costume noir avec une cravate noire et une chemise blanche.

-Mlle Indigo, quelle plaisir de voir que vous êtes réveillée.

L'homme qui venait de parler était M.White, assis à la table avec M.Green, un agent qu'Olivia avait déjà croisé par le passé. Elle reconnue M.Yellow qui était l'homme debout, mais ne connaissait pas les deux hommes assis sur le canapé.

-On va encore dire que je suis misogyne, mais je ne peux que constater que les femmes résistent moins bien à ce somnifère, dit l'homme en bleu avec un large sourire.

-Ne vous croyez pas si résistant que cela, vous n'avez même pas idée du temps considérable que vous avez passé dans les bras de Morphée, rétorqua M.White.

-Je sais bien, je taquinais juste ma future partenaire voyons.

Olivia s'avança vers la table et s'assit sur la chaise située juste devant elle.

-Très bonne idée Mlle Indigo, reprit M.White, faites donc de même messieurs, asseyez vous, il y a pile six places et nous sommes six. Maintenant que nous sommes tous présent je vais enfin pouvoir vous exposer votre prochaine mission.

La table triangulaire pouvait en effet contenir deux places par côté. L'homme en marron s'assit à coté de Mlle Indigo, M.Yellow s'assit à coté de M.Green et l'homme en bleu s'assit à coté de M.White. Une fois tout le monde installé, le vieil homme prit de nouveau la parole.

-Bien, avant toute choses, refaisons les présentations pour la jeune demoiselle qui vient de nous rejoindre. Autant vous le dire tout de suite jeune fille, vous ferez équipe avec ces trois messieurs, alors vous avez plutôt intérêt à retenir qui est qui.
A coté de vous, c'est M.Grey. Avec M.Yellow, c'est M.Green, mais je pense que vous le connaissez déjà. Et le charmant jeune homme qui a fait une réflexion à votre arrivée a pour nom de code Jude, mais au sein d'Arcus, il sera appelé M.Blue.

-Attendez, quand vous dites Jude, c'est celui qui a infiltré la CIA? demanda Olivia, qui n'était pas encore parfaitement réveillée.

-Lui même, répondit M.Yellow.

-Je dois dire que moi aussi je suis assez surpris, annonça M.Green, je ne m'attendais pas du tout à ce qu'il ressemble à ça.

-Jude est réputé pour être une base de données ambulante, ce garçon n'a même pas l'air de savoir ce qu'il a mangé à midi, ironisa M.Grey.

Voyant que tout les regards étaient sur lui, Jude se mit à sourire, replaça ses lunettes et se frotta les mains.

-Voyons Docteur, votre scepticisme me vexerait presque.

M.Grey, qui souriait déjà, leva les sourcils pour signifier son étonnement.

-Oh, intéressant, montrez nous donc si vous savez autre chose sur moi que ma profession ...

Jude reprit un air sérieux.

-Bien, sachez que j'ai l'avantage de connaître toutes les personnes présente autour de cet étrange table. Je me permettrais donc d'approfondir les présentations faites par M.White. Comme vous l'avez si gentiment demandé, je vais commencer par vous et votre somptueuse cravate jaune. Vous êtes le Dr Andrian Paul, un neurochirurgien américain réputé pour ses études sur les « caméléons ». Vous faites partie depuis six ans de la section de recrutement d'Arcus, sous les ordres de Mme Pink. Quant à vous Mlle Indigo, vous êtes Olivia Van der Hayden, journaliste dans le magazine d'investigation néerlandais « Openbaring ». Il y a huit ans, vous avez fouiné trop loin, et Orion vous a puni en effaçant complètement votre mémoire, faisant de vous ce que l'on appelle une « errante ». Vous êtes entré à Arcus pour vous venger il y a cinq ans, et vous faites partie de la section de recherche de M. Brown.

-Effrayant... murmura M.Green.

-Vous par contre M.Green personne ne sait votre véritable nom, même pas vous même si ça se trouve. Mais je sais que vous faites parti depuis 2008 de la terrible « section rouge » dirigée par M.Red. Pour tout vous dire, des trois sections principales qui constituent Arcus, c'est la seule qui inquiète réellement Orion. Il faut dire que vos méthodes sont assez radicale, et je dois avouer que en ce qui me concerne, je vous considère tout simplement comme des terroristes.

-Content de voir que l'on pose des problèmes.

-Ah, et anecdote amusante, avant vous, il y a eu trois autres agents appelés M.Green, le premier étant l'un des fondateurs d'Arcus. Et tous les trois ont été assassinés. J'espère que ce nom de code ne vous portera pas la poisse...

L'air espiègle et je-sais-tout de Jude énervait petit à petit M.Green qui soupira profondément avant de reprendre d'une voix calme et posée.

-Sérieusement M.White, je n'ai aucune confiance en ce gars. Il nous trahira à un moment où à un autre. Ou alors c'est moi qui vais le trahir, parce qu'il me porte déjà sur les nerfs.

-Hé hé, moi ce garçon m'amuse bien, dit le Dr Paul d'un air joyeux, il est original, il brise la monotonie. Et je suis curieux de voir comment il va s'en sortir avec cette histoire de puce.

Jude avait remarqué ce sourire constant qu'arborait le cinquantenaire qu'était le Dr Paul, d'autant qu'il tranchait avec l'ambiance de la pièce, comparable à celle d'une réunion de grande entreprise.
Après avoir observé tout ceux présent autour de la table, il se disait qu'en cas de soucis, celui dont il devait se méfier le plus c'était M.Green. Déjà parce qu'il était membre de la section rouge, mais aussi parce qu'il était clair qu'il ne l'appréciait pas du tout. Et autant M.White, M.Yellow et le Dr Paul semblaient inoffensifs , autant M.Green semblait athlétique, musclé et compétant au combat. Ce jeune homme blond avait d'ailleurs quasiment le même age que Jude, et peut être même était-il plus jeune. Olivia quant à elle était une brune qui semblait très jeune, et si elle n'avait pas déjà été journaliste il y a huit ans, Jude lui aurait donné à peine plus de vingt ans. Malgré de très jolis traits, elle n'attirait pas Jude plus que cela. Ses cheveux étaient détachés et encore un peu ébouriffés suite à son long sommeil, et son tailleur gris était un peu froissé. L'attention de Jude était d'ailleurs porté sur l'un des plis de son tailleurs et il n'avait presque pas écouté les plaintes de M.Green.

-Messieurs, je n'ai pas l'habitude d'imposer quoi que ce soit mais ce jeune homme là, exceptionnellement, je vous l'impose. Vous verrez, il nous sera très utile. Il ne travaillais pas pour Orion par conviction mais par intérêt, et depuis peu il est en froid avec la multinationale.

-Ah, le voilà qui parle encore de vous à la troisième personne en votre présence, c'est une fâcheuse manie, coupa M.Yellow en s'adressant à Jude, je pense que vous avez compris que quand il dit « en froid », c'est un euphémisme évoquant les circonstances de la mort de Graham, votre mentor.

-Oui-oui, j'avais compris, répondit-il avec le sourire.

-Graham est mort? demanda M.Green, je n'étais pas au courant...

-Oui, et nous n'y sommes pour rien, c'est le résultat de querelles intestines au sein d'Orion, précisa M.White. Puis il se tourna vers Jude.

-D'ailleurs, il faut dire qu'Orion a plus de soucis avec ses propres hommes qu'avec nous, n'est ce pas?

-Apparemment oui. J'ai quitté Orion pour ne plus avoir à entendre parler de ça, mais leur cadeau d'adieu, cette maudite puce, m'oblige à revenir dans la partie, et dans le camp adverse en plus. Quelle ironie.

-Je présume qu'il faut profiter de ces moments de turbulences pour frapper un grand coup, non?

C'était Olivia, dont la petite voix douce contrastait avec la voix très grave de Jude qui avait parlé juste avant. Comme si tous avaient été surpris par son intervention, il y eut un étrange moment de silence. Puis M.White reprit.

-Exactement. En fait, pour tout vous dire, leur vigilance baisse. Et c'est là que votre petite équipe intervient.

-Ah, je sens qu'on va enfin rentrer dans le vif du sujet, se réjouit Jude.

-Yellow a bien fait d'évoquer Graham, parce que c'est de lui dont il va être question.

-Je ne voudrais pas passer pour un l'ignorant de service, mais qui est Graham? demanda le Dr Paul,

-Pour tout vous dire moi non plus je n'ai jamais entendu parler de cet homme, ajouta Olivia.

Jude semblait très contrarié que son mentor soit le sujet de conversation. Il avait les coudes sur la table et les doigts croisés face à la bouche. Il jetait un regard noir en direction de M.White, attendant impatiemment ce qu'il allait dire.

-Et bien, reprit M.White, il est normal que vous n'ayez jamais eu affaire à lui. Graham était un membre d'Orion, et occupait le poste de chef de la sécurité. C'était le joli nom qui désignait le bras armé de l'entreprise, un peu comme la « section rouge » chez nous, mais en beaucoup plus puissant et ordonné. Il a été, sans conteste, l'un de nos adversaires les plus coriaces pendant vingt ans, et il a, entre autre, assassiné le premier M.Green.
Il y a à peu près quinze ans de cela, Graham a recruté puis formé Jude ici présent, alors qu'il n'était qu'un adolescent. Et les renseignements qu'il a sur lui nous seront d'une très grande aide...

-Je ne voudrais pas faire le rabat-joie, mais comme vous l'avez rappelé, Graham est mort, coupa Jude excédé, je ne vois pas ce que des informations sur un mort peuvent vous rapporter.

-220 millions de dollars, répondit M.White.

-Pardon?

-Vous avez demandez ce que vos informations pouvaient nous rapporter, je vous ai répondu. 220 millions de dollars.

Cette affirmation jeta un froid autour de la table et il y eu, à nouveau, un silence.

-Vous parlez des « lingots de Graham »? C'est une légende qu'on raconte aux enfants M.White, reprit Jude, je suis déçu qu'un homme aussi intelligents que vous ai prit la peine d'aller me chercher aux iles Salomon pour des fables pareil.

-Des lingots? Cette mission s'annonce intéressante, se réjouit le Dr Paul.

-Pouvez vous nous précisez de quoi parles Jude s'il vous plait M.White? demanda Olivia.

-Et bien, je suis déçu moi aussi qu'un homme aussi bien informé que Jude ne saches pas à quel points les « lingots de Graham » sont on ne peut plus vrai.
Comme vous le savez, en 1997, la CIA a réussi à geler des milliards de dollars appartenant à Orion. Elle a d'ailleurs bien failli refaire le coup en 2010 si Jude ne l'en avait pas empêché. Il se trouve qu'après ces évènements d'il y a quinze ans, Graham ne faisant plus confiance au comptes en banque à transformé une grande partie de sa fortune, soit 220 millions de dollars, en lingots d'or et l'a cachée.

-Vous nous envoyez à la chasse au trésor M.White? Comme c'est amusant, annonça joyeusement le Dr Paul.

-Il n'y a aucun trésor, rétorqua Jude, c'est une histoire à embobiner les vieux crédules comme M.White.

M.White sorti, un papier de sa poche, plié en quatre, et le déplia lentement.

-Voici un document qui prouve que Graham à retiré 220 millions de dollars en lingots d'or le 27 octobre 1997. Je ne vois pas ce qu'il vous faut de plus.

Jude examina le papier avec attention. Il voulait à tout prix trouver la faille, l'incohérence, mais il ne la trouva pas.

-Avez vous le moindre indice sur l'emplacement des lingots? demanda M.Green.

-Non. Aucun. Et c'est pour ça que j'ai créé votre petite équipe. J'ai réuni trois très bons éléments des trois sections pour cette mission, et je vous fais entièrement confiance. Une fois que vous aurez quitté ce repaire, nous ne nous contacterons plus, jusqu'à ce que vous les ayez trouvés. Et une fois que ce sera fait Jude, ou plutôt, M.Blue, je vous rendrais l'émetteur qui vous lie à moi.

Jude ne semblait pas écouter et continuait d'examiner le document.

Soudain, M.White se leva et dirigea vers le grand meuble du salon.
Il prit une étrange pochette qui se trouvait là, la posa sur la table, et l'ouvrit. Il y avait à l'intérieur quatre seringues, semblables à celles qui avaient endormi les quatre membres de l'équipe fraichement formée avant leur arrivée dans le repaire. Jude leva les yeux de la feuille de papier et regarda les seringues avec mépris.

-Vous êtes sérieux là? Une fois ça suffit, rangez moi ce trucs là...

-Là je rejoins le Jude le génie sur ce coup, j'espère que c'est une mauvaise blague, ajouta M.Green.

-Je vous l'ai dit, répondit M.White, je n'aurais plus l'occasion de vous revoir après, alors j'ai inventé un petit jeu pour entrainer votre travail d'équipe.

-Endormons nous avec un puissant somnifère pour la deuxième fois, et déréglons irréversiblement notre cycle du sommeil? Pas très amusant comme jeu...

-Je sais bien M.Blue, mais je suis bien obligé. A votre réveil, nous ne serons plus là. Et le but du jeu sera alors très simple, il vous faudra sortir d'ici.

Les quatre se mirent à regarder autour d'eux, et observèrent qu'il n'y avait aucune issue ni ouverture. Les bouches d'aérations étaient très fines et ne permettaient pas de savoir si le repaire était à l'extérieur ou sous terre.

-Attendez, c'est pour ça qu'il y a du savons et des brosses à dents de couleurs dans la salle de bain? demanda Olivia.

-Oui, et il y a même des vivres pour un mois dans le frigo et le grand congélateur situés dans la cuisine, ajouta M.Yellow.

-Vous êtes sérieux? Vous pensez qu'on va mettre plusieurs jours à trouver la sortie? demanda Jude. Je suis presque vexé du peu de jugeote que vous m'accordez.

-Ils savent ce qu'ils font malheureusement, et ils nous connaissent tout les quatre. Ils ne nous sous estimes pas, et c'est bien ce qui m'inquiète, se plaignit M.Green.

-A vrai dire, la précédente équipe à avoir fait ce jeu a mis six jours à trouver la sortie, expliqua M.Yellow.

-Ne vous en faites pas, il ne nous en faudra pas autant, assura Jude.

M.White distribua a chacun une seringue.

-Je récapitule une dernière fois, dit-il, à votre réveil, vous devrez trouver le moyen de sortir du repaire blanc. Et une fois à l'extérieur, vous devrez retrouver les « lingots de Graham ». Cela vous prendra peut être des années, et nous ne nous reverrons peut-être jamais. Bonne chance.

-Bon, pour se donner du courage on se pique en même temps les enfants, d'accord? proposa Jude.

-Un...Deux...


[...]





Comme prévu, Jude, Olivia, M.Green et le Dr Paul se réveillèrent affalés par terre ou sur la table, terriblement fatigués, et sans aucune notion du temps.
Mais à leurs grande surprise, M.White et M.Yellow étaient eux aussi étalés sur le sol.

-Hey, c'était pas prévu ça, annonça Jude d'une voix enrouée. Ils devaient pas être parti à notre réveil ces deux là?

-Docteur, allez voir ce qu'il leur arrive s'il vous plait, demanda M.Green.

Le Dr Paul s'abaissa vers le duo qui gisait au sol, et les examina pendant plusieurs secondes. Un silence terrible régnait alors qu'il inspectait et ré-inspectait les corps.

-Ils sont morts n'est ce pas? demanda Olivia.

Le Dr Paul se releva, tira une chaise à lui, et s'assit. Pour la première fois se dit Jude, il ne souriait pas.

-Oui, ils sont morts...

_________________
Le ridicule ne tue pas. Ce qui ne tue pas nous rend plus fort. Donc le ridicule nous rend plus fort.

Venez découvrir les mystères du "repaire blanc"...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Le repaire blanc
MessagePosté: Ven 9 Mar 2012 11:35 
65 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Aoû 2005
Messages: 630
Je tiens à te dire que j'ai absolument dévoré ta fiction ! Cette ambiance secrète est vraiment super !

J'aime beaucoup tes personnages, mélanges de Men In Black et de l'Observateur (de la série Fringe). J'en redemande, sur ce coup, j'attend la suite avec impatience !

Le twist de fin, j'ai beaucoup apprécié, j'attend de voir comment tu vas les sortir de là et quelles explication tu vas trouver à la mort des deux vieux !

Bonne continuation Junior !

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 6 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com