Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 28 messages ]  Aller à la page [1], 2  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: [Fanfic] A la conquête de la nouvelle ère
MessagePosté: Mer 23 Mai 2012 19:46 
10 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 03 Mai 2012
Messages: 70
Tout d’abord bonjour à tous et merci d’avance à ceux qui prendront le temps de lire cette fic.
Bien j’ai le plaisir de vous proposer ma première et probable seule fic qui est prévu pour durer un bon moment.





ACNE
A la Conquête de la Nouvelle Ere



Liste des chapitres :





Arc d’Introduction – Wreck Island



Prologue – La chute

Voilà prêt d’un an qu’ont eu lieu les terribles événements de MarineFord …
Loin de toute l’agitation résultant de ce grand affrontement, sur Calm Belt, juste à la frontière de l’océan nommé West Blue, là où, ni courants et ni vents ne circulent, se dégageait la frêle silhouette d’une petite île dominée par les gigantesques montagnes de Redline derrière lesquelles on pouvait apercevoir le soleil se coucher.

Pourtant ce n’était ni vers cette île, ni vers le crépuscule que se tournait le regard des étranges monstres marins qui peuplaient cette mer inerte, non, leur attention était toute entière dirigée vers le ciel d’où émanait un étrange bruit. Ce son lointain, qui rompait avec le silence quotient, provenait apparemment d’un étrange oiseau, …, pas d’un oiseau, d’une machine …
Mais, plus que ce bruit, c’était la trajectoire de l’engin qui intriguait les géants des mers, effectivement, ce qu’ils avaient d’abord prit pour un oiseau semblait se dirigeait droit vers eux.
Entretemps le bruit était lui devenu clairement audible, ce n’était plus un bruit que l’on distinguait mais un cri, un cri d’effroi.

- « AAAAAAAAHHHHHHHHHH ! J’SUIS FOUTUUUUUUU ! »

Ce hurlement avait capté l’attention de l’un des monstres marins, ce son caractéristique ravivait en lui le souvenir de son dernier repas, ainsi, sans plus de réflexion, il se dirigea rapidement vers le rivage de la petite île, là où son futur dîner, il en était sûr, allait s’écraser.
Sortant précipitamment de l’eau il étendit ses deux nageoires antérieures sur l’île, celle-ci sembla alors, pour un temps du moins, chavirer sous le poids du monstre avant de finalement se rétablir tout en s’enfonçant néanmoins légèrement dans l’eau. Ce mouvement pour le moins inhabituel ne semblait pas gêner outre mesure le géant, qui lui, déjà, étirait son cou tout en ouvrant sa large gueule et ce dans le but d’attraper sa proie en plein vol.

L’étrange machine n’était plus qu’à quelques mètres de la mâchoire du monstre, on pouvait maintenant clairement la distinguer, elle ressemblait à une pirogue surmontée de deux hélices qui s’entrecroisaient, sur les côtés se trouvaient une longue paire d’ailes semblables à celles d’une chauve-souris, à l’arrière un large gouvernail qui lui ressemblait à une queue de poisson venait séparer deux espèces de gros coquillage placés à la poupe de l’embarcation.
Mais ce n’était pas ces détails qui attiraient l’œil du titan, lui ne voyait que l’occupant de l’appareil, c’était ce plat qu’il chérissait tant, un humain.
Un drôle d’humain en fait, le bas de son visage était caché par une longue écharpe blanche et ces yeux masqués par ce qui semblait être une paire de lunette de plongée, le corps lui, pour ce que le monstre en voyait, était recouvert d’une veste verte elle-même surmontée d’une armure qui ne le couvrait que partiellement, enfin il lui paraissait distinguer deux petites ailes émerger de son dos. Vraiment, cet humain ne ressemblait à aucun de ses congénères qu’il avait déjà pu déguster.
En fait, le seul élément véritablement identifiable était ses cheveux, blonds, courts, légèrement frisés et plaqués vers l’arrière.

Celui que l’on pouvait maintenant décrire comme le pilote d’un engin en perdition avait fini de s’époumoner, en effet, voyant le fond du gosier du monstre, il savait parfaitement qu’il ne pourrait en réchapper.
De dépit il laissa néanmoins échapper quelques mots :

- « Mais pourquoi, …, pourquoi ça arrive qu’à moi ce genre de trucs … »

A suivre…




Voilà, ce prologue, certes un peu court mais qui n’avait pour but que d’ouvrir l’histoire, va être suivi la semaine prochaine d’un chapitre introductif dans lequel les premières bases de l’histoire vont être posées.
Ensuite la publication des chapitres se fera toute les deux semaines.

Concernant les critiques/commentaires qu’ils soient négatifs, positifs ou au mieux les deux, l’idéal serait de me les envoyer par MP, néanmoins si la critique est bien formulée rien ne vous empêche de la poster directement à la suite du sujet.

Sur ce rendez-vous, exceptionnellement, la semaine prochaine pour le chapitre introductif intitulé : "Adieu Wreck Island, un dernier au revoir sous l’aurore."


Dernière édition par IIC le Jeu 22 Aoû 2013 23:16, édité 9 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfic] A la conquête de la nouvelle ère.
MessagePosté: Mer 23 Mai 2012 21:00 
150 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Déc 2010
Messages: 1058
Localisation: In Wonderland ~
Prologue certes court (et encore ça fait deux chapitres de certaines fictions) mais plutôt agréable.
Pour le peu qu'on en voit, tu as un style d'écriture plutôt agréable, de bonnes descriptions, voir très bonnes à vrai dire.
Je n'ai pas trouvé de fautes de gouts, répétitions, lourdeurs possibles, c'est un bon prologue. J'espère que les prochains chapitres seront dans la même foulée question style.

Pour le contenu, on n'a pas grand chose, un contexte (après Marine ford sur Grand Line) et un personnage (qui a l'air plutôt classe mais peu discret et chanceux.) Est-ce l'inventeur de son étrange machine, ou seulement le pilote ? La suite nous le dira surement. Pirate, révolutionnaire, simple aventurier ou pourquoi pas Marine, on en sait rien. Bref on ne sait pas grand chose, je reviendrais donc pour le prochain chapitre.
Ca à l'air prometteur, et ça faisait longtemps !

- C'était Shanji21, qui écrit des lignes sur de bonnes lignes mystérieuses.


PS : enlève le point à la fin de ton titre, c'est pas beau.

_________________
Image
"L'inventeur du champagne rosé a réussi le contraire de la quête des alchimistes :
il a transformé l'or en grenadine."


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfic] A la conquête de la nouvelle ère
MessagePosté: Jeu 24 Mai 2012 11:52 
15 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 21 Mar 2012
Messages: 389
Localisation: Pourquoi cette question ?
C'est vrai que ce prologue est court, mais personnellement, ça me va. Un prologue, c'est court et ça introduit l'histoire, sinon, je pense qu'on peut directement parler de chapitre 1.
J'aime bien comment tu écris, il n'y a pas beaucoup de fautes (je les cherchais pas alors je sais pas vraiment) mais moi, comme ça, en lisant, aucune ne m'a crever l'oeil.
En revanche, contrairement à Shanji21, j'ai repéré une lourdeur

IIC a écrit:
Loin de toute l’agitation résultant de ce grand affrontement, sur Calm Belt, juste à la frontière de l’océan nommé West Blue, là où, ni courants et ni vents ne circulent, se dégageait la frêle silhouette d’une petite île dominée par les gigantesques montagnes de Redline derrière lesquelles on pouvait apercevoir le soleil se coucher.

La phrase est un peu trop longue et ça m'a coupé dans mon élan quand j'ai lu la fin. Mais c'est pas grand chose.

J'attends le prochain chapitre.

_________________
Image



Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfic] A la conquête de la nouvelle ère
MessagePosté: Jeu 24 Mai 2012 13:14 
375 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 18 Fév 2011
Messages: 1928
Depuis le temps que j'attendais une fanfic se déroulant après Marinford, la voilà enfin.

Le fond : le pilote est vraiment malchanceux (chute + monstre). D'ailleurs, je pense que la chute soit être due plus à l'arrêt des hélices qu'à Calm Belt. D'ailleurs en parlant de la machine, elle ressemble énormément à la machine volante de De Vinci. En fait, c'est même sa copie conforme à quelques détails près (source d'inspiration démasquée !).
Sinon, à voir comment le pilote va se sortir de cette situation (chance/aide extérieure/acte de sa part).

Malgré ton attention, j'ai tout de même repéré une faute :
"là où son futur dîner, il en était sur, allait s’écraser. " C'est "sûr" pas "sur".

Et je confirme ce qu'a dit Liam d'émeraude. la phrase qu'il a relevé est lourde. on en perd le fil. Tu devrais la morceler en plusieurs phrases. Et de manière plus générale, tu devrais aussi faire des phrases plus courtes. Plus de points et moins de virgules (ça permet de mieux visualiser ce que tu écrits et donc d'appuyer certaines idées - cependant attention, trop de points peut rendre la lecture désagréable. Ça donne une impression de haché. Il faut donc trouver le bon équilibre ainsi que la juste utilisation).

Shanji21 a écrit:
PS : enlève le point à la fin de ton titre, c'est pas beau.
Je plussoie. Ça arrête la lecture entre le titre et le début du texte ce qui rend la chose désagréable pour le lecteur (aspect psychologique et symbolique du point).



C'est un début encourageant pour la suite. Je lirai à coup sûr le chapitre 1 (et le commenterai surement).


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfic] A la conquête de la nouvelle ère
MessagePosté: Sam 26 Mai 2012 18:38 
225 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 12 Nov 2007
Messages: 1327
Localisation: Dans tes rêves.
Je n'ai qu'une chose à dire : prologue de qualité supérieure.

Quand je compare mon style avec le tien, je pense que tu auras plus de succès que moi dans le cabinet d'écriture. Tes descriptions sont relativement complexes et complètes en plus de celles de sensations, bien réussies.

Contrairement aux autres jeunes fanfics, il y a très peu de fautes, même moins que moi.

Pour l'intrigue, ce prologue crée un suspense intéressant tout en évitant de trop révéler sur les personnages.

Bref, je pense avoir tout dit. Bonne chance!

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfic] A la conquête de la nouvelle ère
MessagePosté: Mer 30 Mai 2012 20:08 
10 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 03 Mai 2012
Messages: 70
Bonjour à tous, voilà le chapitre introductif qui va conclure cette vaste introduction, mais avant je tenais à remercier tous ce qui ont donné leur avis sur mon prologue.
Pour répondre à ta question sanjilopus, oui je sais parfaitement comment va évoluer cette fic.
Sans plus attendre.




Chapitre Introductif – Adieu Wreck Island, un dernier au revoir sous l’aurore

Irrémédiablement, l’étrange machine poursuivait sa chute en direction de la gueule du titan.
Le pilote pour sa part commençait lui à suffoquer entouré par l’haleine nauséabonde du monstre, abattu par la situation dans laquelle il se trouvait, il ne pouvait empêcher son esprit de vaciller.

Le bruit sourd de l’action qui se déroulait jusque là fut brutalement interrompu par un immense grondement, ce son d’une extraordinaire puissance fit sortir l’humain de son errance.
L’incroyable c’était produit, il ne distinguait plus devant lui cette obscure caverne hérissée de dents mais l’horizon totalement dégagé d’une mer sans vague se confondant avec une nuit sans lune.
Cette étendue d’un bleu profond, presque noire, lui paraissait infinie et inquiétante, d’autant qu’il pouvait encore apercevoir du coin de l’œil le géant qui, il y a peu de temps encore s’apprêtait à le dévorer.
C’était lui la source de cet affreux rugissement, s’agitant dans tous les sens, il ne semblait plus contrôler son corps comme prit d’une crise de folie. Soudainement l’une des nageoires qui jusque là posée sur le rivage se dressa devant la machine, ne pouvant l’éviter, l’engin ricocha dessus à pleine vitesse ce qui le conduisit à s’écraser non pas dans l’océan comme il l’aurait dû, mais sur cette étrange l’île sur laquelle s’était reposé le colosse.

L’impact de l’appareil bien qu’impressionnant fut moins violent que prévu, comme si l’île avait absorbée une partie de l’énergie du crash, le conducteur avait bien sûr était projeté du véhicule, mais là encore le sol avait contenu une partie du choc.
Encore un peu sonné par cet atterrissage en catastrophe, le rescapé remonta ses lunettes et abaissa son écharpe, son visage apparaissait désormais visible dans son entier, ses yeux jusque là cachés étaient bleus, presque cyans, d’une forme relativement ronde et douce dominés par de graciles sourcils, son nez fin, centré, d’une taille moyenne surmontait une bouche aux lèvres ténues. Cet ovale harmonieux ressemblait en fait à ces représentations d’ange découlant de l’imaginaire collectif, impression d’autant plus renforcée qu’il possédait lui aussi une paire d’aile dans le dos, mais ce qui impressionnait le plus était son regard qui revêtait, derrière l'expression de surprise d’être encore en vie, une intensité rare.
Avant même de retrouver l’intégralité de ses esprits, d’instinct, il se retourna là où il avait aperçu le monstre pour la dernière fois, il put alors constater que celui-ci continuait sa danse frénétique.
L’île, elle, vacillée au gré de des mouvements saccadés du colosse, quand finalement la cause de cette fureur fut révélée, la créature arborant un immense pieu planté dans l’œil.
Le géant, désorienté, s’enfonça brusquement, comme happé par les flots, la raison en était simple, une horde de monstres marins profitant de cette faiblesse temporaire, s’était jetée sur lui et commençait à le dévorer.

Cette scène horrifia un temps le naufragé si bien qu’il lui fallu quelques secondes pour constater l’exceptionnelle caractéristique de l’île sur laquelle il venait de écraser.
Elle n’était en fait qu’un gigantesque amas de débris de bois de toutes tailles duquel surgissaient, tels des arbres, d’immenses mats donnant l’impression d’une forêt ou les lambeaux de voile prenaient la place des feuilles. Ici et là apparaissaient des éclaboussures de couleur rompant avec la monochromie du bois, ces taches étant constituées de toutes sortes de mousses et lichens d'où émergeait par endroit des champignons de toutes tailles et de toutes couleurs, certains poussant directement sur les mats donnant une impression d’arbres bourgeonnants.
Bien que la nuit fut presque totalement installée, la forêt était plongée dans une obscurité artificielle, le pilote se tourna vers le centre de l’île afin de comprendre d’où pouvait provenir cette pénombre, il pu alors voir qu'émergeait du centre de l’île d’immenses monticules semblables à des montagnes masquant les dernières lueurs du jour.
Isolé, il se demandait comment il allait pouvoir survivre sur une île aussi étrange, quand sa réflexion fut soudainement interrompue.

- « Salut. »

Encore choqué par se qu’il venait de vivre, absorbé le paysage alentour, le nouvel insulaire n’avait pas vu approcher l’individu qui venait de s’adresser à lui.
Il était là, devant lui, un autre humain, bien qu’il ait été un peu plus petit que lui, l’ange se sentait pourtant étrangement dominé par ce nouveau venu, son corps était recouvert un grand manteau noir, les mains dans les poches, seul son visage se dégageait. Il affichait un petit sourire en coin, son menton était orné d’un bouc coupé court, le nez relativement fin bien d’assez long dessinait une ligne harmonieuse au milieu de son visage, ses yeux verts étaient assombris par des cernes bien marquées et par ses cheveux bruns mi-longs qui masquaient partiellement le haut de son visage.
Le mystérieux personnage tendit la main pour aider le pilote malchanceux à se relever.

- « Ça va ? Rien de cassé ? Faut dire que tu as fait une sacrée chute. »
- « Un, euh, quoi … Mais t’es qui toi ? C’était quoi ce monstre ? Et, on est où ici ? »
- « Du calme…, allez respire blondinet. »
- « Blondinet ?! Non mais tu sais à qui tu t‘adres… »
- «Pas la peine de d’énerver. Bien, pour répondre à tes questions, moi c’est Cyryl, Atrecor Cyryl, ce monstre était un roi des mers et ici tu es sur Wreck Island. »
- « … »
- « Passons et toi, c'est quoi ton nom et plus important encore, tu viens d’où ? »
- « Mon nom ..? Je m’appelle Vivian, je viens de Nuevola. »
- « Je n’ai jamais entendu parler d’une île portant ce nom, où est-elle située ? »
- « C’est normal homme de la mer bleu, Nuevola est une île céleste, elle est située de l’autre côté des Géantes Rouges.»
- « Tu peux m’appeler Cyryl,…, alors comme ça tu viens d’une île céleste, moi qui ai toujours cru que ce n’était qu’une légende, remarque ça a le mérite d'explique ta chute... »
- « On peut en reparler plus tard, je ne m'en suis pas encore tout à fait remis... Par contre tu as dit que l’on était sur une île pourtant ça ressemble plus à une décharge ici… Cyryl … »
- « Je n’ai pas dis que l’on était sur une île j’ai dit que l’on était sur Wreck Island. »
- « ..?, euh ouais, d’accord … »
- « Ok,… Ça va nécessiter une petite explication, alors écoute bien. On est ici sur Calm Belt, sur cette mer il n’y a ni courants marins, ni la moindre brise. Mais ça ce n’est valable que pour la surface, en profondeur de puissants courants existent, ces derniers charrient les restes des navires qui ont sombrés sur cet océan et ces débris finissent par remonter là où les courants stoppés par Redline remontent à la surface, un peu à la manière d’un volcan si tu veux, les fragments, généralement bien conservés du fait de la température glaciale qui règne dans les profondeurs, se regroupent alors en amas de la taille d’îles c’est ce que l’on nomme une île épave ou Wreck Island. »
- «… Ok, J’ai pas tout saisi, mais bon ici au moins je risque pas de me faire boufFFAHHH ! C’EST QUOI CE TRUC ! »

Absorbé par sa conversation, Vivian ne s’était pas rendu compte que l’accident avait attiré l’attention d’un autre habitant de Wreck Island, enfin habitant le terme est mal choisi, la chose était semblable à un insecte, un termite pour être plus précis, si ce n’est que celui ci faisait la taille d’un ours.
S’extirpant directement du sol, le termite géant se montra d’emblée particulièrement agressif, se précipitant vers l’homme à l’écharpe les mandibules grandes ouvertes.
Surprit celui-ci esquiva de justesse, l’étreinte se refermant à quelques centimètres de son visage.
C’était l’ouverture qu’il attendait, un petit mouvement de recul et il revint rapidement sur son adversaire, le bras droit tendu, paume ouverte.

- « Axe-Dial !»

On pouvait lire la stupeur dans ses yeux bleus, l’attaque qu’il venait de lancer et qui aurait du trancher net l’insecte n'avait fait de ricochée sur sa carapace sans laisser la moindre trace.

- « Mais c’est pas possible ça » lâcha t’il de dépit, il se retourna alors vers Cyryl qui était tranquillement adossé à l’un des mats. « Et surtout viens pas m’aider toi. »
- « Ok, je te regarde, bonne chance. »
- « J’y crois pas… »

Dépité par la nonchalance de son nouvel ami, l’ange profita de la stupeur de l’animal, provoquée par sa dernière attaque, faisant légèrement pivoter le contour de l’objet qui était dans le creux de sa main, il tenta un nouvel assaut.

- « Ok, je vois, alors on va tester ça. Pal-Dial ! »

Cette fois l’impact transperça la cuirasse du termite à la manière d’une lance, celui-ci, enragé par cette offensive, assena un violent coup de tête que Vivian ne parvint qu’à esquiver partiellement.
Déséquilibré par ce léger choc et par l’instabilité du sol, le pilote ne put cette fois éviter la chute. L’invertébré profita de ce moment de faiblesse pour charger l’intrus et enfin en venir à bout.

Ce qu’il ne pouvait prévoir c’était la réaction du second humain, s’interposant entre lui et sa proie, un genou posé au sol, Cyryl saisit de la main gauche l’une des mandibules de l’isoptère le stoppant net dans son action sans le moindre effort.

- « Lui t’y touche pas … » dit-il de manière ferme.

Il posa sa main droite, qu’il gardait jusque là dans son manteau, sur une planche de bois presque totalement enfoncée dans le sol et murmura:

- « Charge... ».

D’une petite impulsion donnée en faisant glisser un doigt sur le débris, le pieu qu'effleurait son index vint violement empaler le termite en plein thorax, sortant du sol telle une flèche venant d’être décochée.
L’insecte se tordait de douleur émettant un cri strident, ses mouvements devenaient saccadés. Bien qu’il incapable de s’exprimer, tout son être semblait demander grâce. Peine perdu, rapidement il se recroquevilla, mort, suspendu à quelques centimètres de la surface.

- « MAIS BORDEL, C’ETAIT QUOI ÇA ? »
- « Un termite… » Répondit posément Cyryl.
- « TU TE FOUS DE MOI, ça fait pas cette taille là un termine ! » Répliqua avec violence Vivian.
- « C’est vrai, mais l’île est composée de bois, ils ont eu le temps de grossir avec le temps et puis c’était un soldat les ouvrier sont bien plus petits, la taille d’un loup environ »
- « Oui, plus petits… Bon maintenant tu me réponds, COMMENT ON QUITTE CETTE ILE DE DINGUE ! ».
- « Facile, tu répares ta machine et on s’enfuit par la voie des airs ».
- « Mais oui facile. Désolé de briser ton rêve mais de ce que je vois quatre des six Jet-dials qui permettaient d’activer les hélices sont en miettes et y a plus qu’un seul des Ventio-dial qui m’a l’air en état et encore c’est pas sûr. Conclusion l’Hélidial ne volera plus jamais. »
- « Je vois, j’aurai du laisser le Roi de mer te bouffer…, y en aurait eu au moins un d’heureux. »
- « Quoi, alors c’est toi qui m’a sauvé tout à l’heure … COMMENT ÇA LE LAISSER ME BOUFFER ! »
- « Je plaisante, au moins comme ça j’aurai de la compagnie, aller suis moi et ramasses tout ce qui peut encore servir sur ton Héli-machin, avant que d’autres ne rappliquent, moi je prends ça. » Dit-il tout en saisissant le pal sur lequel était empalé le soldat.
- « C’est Hélidial… Pourquoi tu prends ce truc ? »
- « Le repas. »


En quelques minutes les deux naufragés avaient rejoint le rivage, Vivian n’en croyait pas ses yeux, l’endroit n’avait plus rien à voir avec la partie de l’île où il s’était écrasé, devant lui il distinguait une étendue vallonnée s'ouvrant sur la mer, elle était recouverte d’une mousse bleue-verte où perçait par endroit de petit champignon blanc, ce paysage était illuminé par un grand feu extérieur placé devant une petite bâtisse construite non loin du rivage à l’ombre d’une petite colline, en aval naissait une plage sur laquelle se trouvait les restes de bateau construit avec des pièces de bric et de broc.
Vivian bien qu’intrigué par l’endroit revint dans la conversation qu’ils avaient entamée lors du trajet.

- « Donc tu es sur cette île depuis trois ans ! »
- « Et oui... »
- « Pourquoi t’es pas parti ? »
- « Calm Belt, ça ne te rappelle rien… »
- « Ah, c’est vrai… Mais ça là bas, c'est pas des bateaux ? Il faudrait juste les retaper un peu, puis on quitte cette île en ramant et toi tu t’occupes des monstres, de la même façon que celui de tout à l’heure. »
- « C’est pas si simple… Et surtout on est dans la seule zone de Calm Belt qui possède un courant de surface, il s’étend sur une centaine de mètres autour de l’île, ce courant se forme en raison du courant ascendant dont je t'ai parlé tout à l’heure, bien sur s’il menait vers le large ça aurait aidé mais il se dirige vers l’île. Au final essayer de quitter Wreck Island par la voie des mers sans aucun moyen de propulsion efficace est peine perdu. »

Vivian n’écoutait plus Cyryl, il était intrigué par la colline qui surplombée la maisonnette, cette colline avait déjà excitée sa curiosité lors de son arrivée, maintenant il pouvait clairement en distinguer tous les détails. Elle était parsemée de tombes en tout genre, l’une en particulier dominait les autres, cette sépulture était surmontée d’une immense croix faite de métal sur laquelle se reflétait la lueur du feu.
Intrigué, il se dirigea vers l’impressionnant sépulcre, qui pouvait bien être enterré là, il commença alors à lire les inscriptions qui y étaient gravées.

- « Magnus Oexmelin … »

Il n’eut pas le courage de continuer à énoncer à haute voix les écrits, tellement ceux ci étaient intimidants. Finalement, il arriva à la date de décès de l’individu.

- « Quoi il n’est décédé que depuis deux ans. » lâcha t-il de stupeur.
- « Hum… Tu as trouvé la tombe du vieux … Laisse tombé et viens manger. »
- « J’arrive. »

Encore impressionné par ce qu’il venait de lire, Vivian descendit souciant du tertre, pour finalement questionner son ami.

- « Dis moi s’il est mort il y a deux ans, tu as connu ce type, c’est vrai ce qui est marqué sur sa tombe ? »
- « Vas savoir, je l’ai côtoyé qu’un an, mais quand je vois ce qu’il m’a fait subir malgré son état, je me dis qu’il doit y avoir un peu de vrai dans tous ça... De toute façon il avait déjà réalisé sa tombe et cette croix avec divers fragments de métaux remontés jusque cette île, ça bien avant que j’arrive … quand j’y repense il disait qu’il lui fallait au moins un monument de cette taille comme tombe.»


De nouveau installé au coin du feu, observant l'insecte cuire, Vivian inquiet posa une question.

- « Dis-moi, on risque pas de voir des termites rappliquer avec ce feu ? »
- « Aucun risque, ils restent au centre de l'île jamais loin de leurs termitières. Tu vois ces petits champignons blancs, ils sont toxiques pour les termites, plus exactement ils les parasitent, je suppose que c’est pour ça que les premiers naufragés se sont installés ici, pour ça, mais aussi parce que cette partie de l’île est particulièrement stable, c’est sans doute l’endroit le plus ancien de Wreck Island, tellement ancien que sous cette mousse le bois c’est transformé en humus. »
- « Alors ces montagnes sont des termitières... Tu as dit premiers naufragés ? Y en a eut d’autres alors ? »
- « Tu as pu voir qu’il y a de nombreuses tombes sur la colline, pourtant il manque celles de ceux qui ont tentés la traversée de Calm Belt, mais à la rame, avec le courant, ils n’étaient pas en mesure d’échapper aux monstres marins. »

Ces quelques mots résonnaient dans la tête de Vivian, or de question pour lui de rester sur cette île, il avait un but à atteindre, quand soudain il eut une idée.
- « J’ai peux être un moyen de quitter cette île.» S’exclama l’ange.
- « Si t’as un moyen de quitter cette île je te suis ! » Réplica Cyryl.
- « Viens me donner un coup de main on va retaper un des bateaux »
- « Dis, t’es sûr de m’avoir écouté.. ? »

Quelques minutes plus tard le duo s’était installé sur le rivage là où se trouvait les bateaux, toute la zone était maintenant éclairée à l’aide de torches, déjà on pouvait entendre le bruit d’outil.

- « Donc ces trucs c’est des Dials ? » demanda Cyryl.
- « Exactement et même s’il n’en reste que trois, avec ça, crois moi, pas un ces foutus monstres marins ne pourra nous rattraper.»
- « Bon aller je te laisse bosser… »
- « Et tu vas où comme ça ? Tu vas pas me laisser bosser tout seul ! »
- « Y a minimum deux jours de mer avant de rejoindre l’île la plus proche, donc je vais aller voir si y a pas quelques morceaux du Roi des mers de tout à l’heure qui auraient dérivés jusqu’au rivage, ça, plus quelques autres bestioles ça devrait suffir pour le voyage. »
- « ..? »
- « Faut bien manger, non ? »
- « Ouais, mais évite les termites c’était pas terrible, et surtout fait vite. »
- « Quoi, on a peur. »
- « Rien à voir, c’est juste que tu as dit que l’on partait à l’aube.»
- « … Ouais… »
- « J’AI PAS PEUR ! »


Les heures passèrent, à l’est le ciel commençait à revêtir une teinte rougeâtre le bateau sur lequel avait travaillé Vivian était terminé, il avait restauré la plus petite des embarcations, comblant les quelques brèches présentent sur la coque, il avait ôté le mat, lourd et inutile sur Calm Belt, sur le gouvernail était fixé le Ventio-Dial auquel était rattaché de part et d’autre les deux Jet-Dial qu’il avait pu récupérer sur la ruine de son appareil.
L’embarcation était tournée vers le sud, la raison en été simple, West Blue se trouvait dans cette direction et était à moins d’une heure de trajet, là où plusieurs jours auraient été nécessaires pour rejoindre le "Nouveau Monde".
La destination avait été longuement débattue entre Cyryl et Vivian, car ce dernier voulait rejoindre le "Nouveau Monde", mais quand Cyryl lui fit part du danger de se rendre sur cet océan sans s’être préparé et que plusieurs jours de navigation sur Calm Belt seraient nécessaires pour s’y rendre, Vivian accepta finalement de rejoindre West Blue même si cela devait considérablement rallonger le temps qu’il mettrait pour rejoindre sa destination.

Le soleil allait apparaitre, le moment était parfait, les créatures nocturnes de l’océan allaient plonger alors que les diurnes, eux, remonteraient.
Ce Ballet durait en moyenne une heure, tout juste de temps de rejoindre West Blue selon Cyryl qui avait estimé ce temps par rapport à la puissance supposée des Dials.
L’aurore était là, le duo s’était installé, il ne suffisait plus que d’appuyer sur la poignée fixée sur la barre du gouvernail qui commandait la mise en route des dials.
Au premier rayon de soleil Cyryl poussa la poignée, le bateau démarra dans un fracas sans nom, filant à une vitesse telle que le courant de Wreck Island ne pouvait le ralentir, à cette vitesse il leur faudrait finalement moins d’une heure pour rejoindre West Blue.
Le bateau s’agitait dans tous les sens, malmené par le courant de Wreck Island, ce tangage avait rendu Vivian malade,... Où alors c’était le termite qui lui restait sur l’estomac. Cyryl lui n’était pas gêné par cette houle, trop heureux d’enfin quitter sa prison, il ne put s’empêcher de s’exclamer :

- « Adieu Wreck Island et à jamais ! »

Le regard tourné vers cette île où il avait passé ses trois dernières années, il aperçu les premiers rayons de lumière de la journée se poser délicatement sur la tombe d’acier, celle-ci, telle un miroir renvoya la lueur en direction du navire qui fuyait à toute allure, un peu comme un dernier au revoir de la part de cet homme qui avait tant compté pour lui une année durant.
L’œil humide, un sourire à peine dessiné, il se retourna lentement en direction de cette nouvelle mer qui lui tendait les bras.
Impossible de dire ce qu’il pensait alors, il avait maintenant les yeux braqués vers elle.

- « Tiens toi prête West Blue, me voilà !» Murmura-t-il.

A suivre…




Voilà, l'introduction est maintenant terminée.
Rendez-vous dans deux semaines, c'est à dire le mercredi 13 juin pour le début de l'Arc I baptisé "Nelson", avec le Chapitre I - Premières confrontations, l’apparition de « l’Espadon écarlate »


Dernière édition par IIC le Dim 17 Fév 2013 03:40, édité 22 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfic] A la conquête de la nouvelle ère
MessagePosté: Mer 30 Mai 2012 22:01 
15 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 21 Mar 2012
Messages: 389
Localisation: Pourquoi cette question ?
Bon alors bémol assez gros :
Les fautes d'orthographes. J'avoue qu'il y en a relativement peu mais, malgré ça, elle m'ont crever les yeux. Je t'en ai envoyé certaine mais il y en a d'autres en particulier tu te trompes entre conjugaisons et participe passé.
Edit : Je dis ça mais j'avoue ne pas être un pro et avoir surement bien plus de fautes dans mon texte que dans le tien

Bon, puisque je ne vais pas centrer mon message uniquement sur ça, je remarque l'apparition de Cyryl qui est, j'imagine :

Un habitant d'île céleste qui, contrairement à ce qu'on aurait pu croire n'est pas le héros.
Cyryl a un fruit du démon ? Celui de la télékinésie, je suppose ?
J'en attend plus :luffy langue:

_________________
Image



Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfic] A la conquête de la nouvelle ère
MessagePosté: Jeu 31 Mai 2012 11:32 
150 000 000 Berrys

Inscription: 14 Oct 2011
Messages: 1092
Localisation: Comme tout le monde !! À l'apéro ! ;)
Génial !


Comment ?! Mais tu es trop fort niveau écriture toi, j'adore les ponctuations que tu as fais ... J'adore l'histoire, elle est bien construite, et surtout, ce n'est que le commencement et ton chapitre est super grand, par apport a d'autre qu'on voit ... ^^' après je dis pas que tu es le meilleur écrivain de la volonté, mais tu n'est carrément pas le plus nul, et tu n'est pas loin du 1er a mon goûts !
Je te souhaite une très bonne continuations. Sur ce au revoir ! ;)

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfic] A la conquête de la nouvelle ère
MessagePosté: Mer 13 Juin 2012 23:55 
10 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 03 Mai 2012
Messages: 70
Bonjour à tous, certes le chapitre 1 arrive un peu tard, mais il sort le jour prévu.
Bon ce point mis à part, ce premier qui ouvre le premier Arc s’avère être un peu long, mais pas de problème pour ce qui manque de temps, il est divisé en plusieurs parties (marquée par un double espacement).
Sans plus atteindre voici le chapitre premier de l’Arc I.




Arc I – Nelson


Chapitre 1 – Premières confrontations, l’apparition de "l’Espadon écarlate"

Sur West Blue, le jour s’était maintenant levé. Le soleil, perçant le reliquat des brumes matinales, venait illuminer un océan sanguin dont la teinte inhabituellement rouge provenait du miroitement des montagnes de Red Line sur sa surface.
Perdu dans cette immensité cramoisie se détachait une petite embarcation sans voilure aucune, immobile quoique tanguant légèrement au gré des vagues.
Tranchant avec le calme remous des flots une violente altercation régnait sur le navire.

- « NON, MAIS J’Y CROIS PAS ! T’avais dit que tes dials tiendraient au moins deux jours. » Vociférait Cyryl.
- « C’est bon je m’en occupe… Normalement ils sont pas faits pour fonctionner dans l’eau. Sinon, merci de demandé mais oui, je ça va mieux ! » Lui rétorqua Vivian.
- « De quoi ! C’est juste le termite qui t’es resté sur l’estomac, pas la peine dans faire un plat, y a pas mort d’homme… »
- « MAIS JE M’EN FOUS DE ÇA ! Moi je te parle de tout à l’heure, j’ai bien cru que j’allais y passer ! Et c’était quoi ce requin de je sais pas combiens de mètres qui a surgit de je ne sais où ! D’ailleurs si t’avais pas poussé les dials comme un malade quand il est apparu, ils n’auraient pas callés ! »
- « Ok, la prochaine fois je laisse le requin nous bouffer alors… » Ironisa t-il.
- « Très marrant … Passe moi plutôt la clef à ta droite que je finisse de régler les dials pour les adapter à l’eau. »
- « Je pige pas… C’est des coquillages. Comment tu peux les régler ? »
- « Tout simplement car se sont des dials artificiels, ils peuvent être adaptés à leur environnement mais ils sont aussi en mesure de remplir une autre fonction, tant que celle-ci ne diffère pas trop de sa mission d’origine. Ainsi pour le dial de ma main droite, un anneau extérieur me permet de légèrement modifier sa structure interne, ainsi je peux basculer entre impact, pal et axe dial. Dans ce cas précis seul la manière de renvoyer le coup diffère. »
- « C’est ça, je me demandais comment tu avais pu passer d’un coup tranchant à un coup transperçant… Sinon, Juste comme ça, tu penses avoir fini d’ici à deux minutes ? »
- « Oui, dans tes rêves les plus fous... » Railla l’ange.
- « Alors on va avoir un problème. »

Vivian intrigué par ces paroles se releva, tournant son regard dans la même direction que son ami.
Devant eux, se dégageant d’un l’horizon encore voilé, surgit un trois mâts aux voiles rouges battant pavillon noir, sa grand-voile arborait un immense crâne blanc, de sa mâchoire grande ouverte s’échappait une flamme, un peu à la manière d’un cracheur de feu, à l’arrière, deux flambeaux embrasés et entrecroisés prenaient place.
Des pirates sans aucun doute, mais pas un équipage que Cyryl connaissait, cependant en trois ans de nombreux groupes avaient eu le temps de se former.

Sans moyen de se mouvoir, tout deux en étaient réduit à regarder le navire se rapprocher à vive allure porté par de puissants vents qu’eux ne pouvaient exploiter.
Le bâtiment était maintenant arrivé à leur hauteur, sa grande voile venait d’être hissée, l’ancre commençait à s’enfoncer dans la mer, il se tenait tel un géant surplombant la frêle embarcation.
Un individu en particulier ce détachait du lot de pirate.
Adossé à la rambarde, il était affublé d’un large manteau de cuir sombre auquel manquait la manche droite, le bras nu ainsi apparent affichait une affreuse brûlure courant sur l’ensemble du membre. Le reste de son habilement était composé d’une ceinture noire retenant un long sabre à la poignée enflammée, un pantalon rouge ample fait d’un tissu simple couvrait l’intégralité de ses jambes et venait s’enfoncer dans une paire de botte éculée.
Le sombre personnage se tourna finalement vers la petite barque, son teint était pâle, le manteau qui revêtait laissa apparaitre sur le côté droit de son torse le prolongement de la brûlure qui recouvrait son bras, ses cheveux cuivrés dressés flottaient au vent tels des flammes, son visage était dur, ses yeux sombres et acérés, son nez pointu, il arborait un cigarillo encore fumant au coin la bouche qui elle-même affichait un petit sourire sadique.
D’une voix rauque il s’adressa aux deux compères.

- « C’est quoi ça ? Un bateau sans voile… Je vois, vous vous êtes déjà fait dépouiller... Aucun intérêt, aller les gars cramez moi ça ! »

A peine l’ordre fut-il donné, qu’un des nombreux canons du pont fit feu sur la frêle embarcation.
Pourtant aucune déflagration ne vint s’abattre sur l’humble bateau, bien au contraire c’est le silence qui marqua cet instant. A ce calme s’opposait un sentiment de surprise affiché sur les visages de l’ensemble de l’équipage pirate, même l’individu qui avait donné l’ordre de détruire la barque afficha un temps un regard étonné, avant de finalement esquisser un sourire.

- « RAAH-AHH-AHH-AH ! Finalement on va peut-être pouvoir s’amuser un peu avec eux. » S’amusa t’il.

Devant lui l’individu en manteau noir, bras gauche tendu, tenait du bout des doigts le boulet encore fumant. Celui-ci tourna légèrement la tête et chuchota à son ami.

- « Combien de temps avant de repartir ? »

L’ange lui fit alors discrètement signe en lançant glisser deux doigts le long de sa jambe.
D’un léger hochement de tête Cyryl lui fit comprendre que le message était passé, il se retourna alors vers l’homme qui avait donné l’ordre de les abattre et s’adressa à lui posément tout en jonglant avec le boulet de la main gauche.

- « Donc toi tu es le capitaine de cette bande de pirate, je ne crois pas connaitre ce drapeau, qui es-tu ? »

Ces quelques mots, posés de façon si calme provoquèrent un infime brouhaha sur le pont du galion. L’ensemble des hommes se trouvant dessus étaient stupéfiés, comment ne pouvait-il pas connaitre leur capitaine, l’une des terreurs de West Blue, mais ce qu’ils craignaient plus que tout s’était la réaction de ce dernier face à une telle insulte.
A leur grande surprise, loin de la colère, c’est l’hilarité qui s’empara de leur capitaine.

- « RAHH-AHH-AH ! Mais tu débarque d’où, toi ? Je suis Aheno Henke dit le "Flambeur" capitaine des Arsonist Pirates ! Mon nom fait trembler tout West Blue ! Quiconque voit ce pavillon sait qu’il faut s’enfuir en courant, mais toi, tu oses dire que tu ne me connais pas. »

Cyryl ne n’écoutait plus, son nom lui avait suffi, il se moquait des menace et surtout il était intrigué par les pavillons du navire, en effet, si l’un reprenait le symbole du "Flambeur», un second, plus imposant, ondulait au sommet du mât principal.
Il s’agissait aussi d’un Jolly Roger mais celui exhibait un motif bien différent, le crâne était assez classique à ceci prêt que le menton se prolongeait sous la forme de deux cornes pointant vers le bas, à l’arrière s’entrecroisait deux lances, pointes vers le bas qui chacune transperçait le fragment d’un cœur coupé en deux.
Ce symbole là par contre, Cyryl le connaissait.

- « Ce drapeau qui flotte là haut c’est celui du "Brise cœur". J’en déduis que tu n’es qu’un un simple lieutenant à sa solde. »
- « QU’UN SIMPLE LIEUTENANT ! Je pensai en finir rapidement avec vous deux, mais là, toi et ton pote vous allez souffrir ! » Répliqua Aheno enragé.

Entretemps les deux minutes s’étaient écoulées, Vivian avait fait signe à Cyryl que les réparations étaient terminées, celui-ci s’adressa alors au capitaine du vaisseau pirate.

- « Bien, si ça ne te dérange pas tu t’occupera de nous une prochain fois, nous, on va pas s’éterniser ici… Aller à la prochaine. Charge !»

Suite de ce mot, il projeta par-dessus son épaule le boulet avec lequel il jouait jusque là.
Celui-ci parti à une vitesse telle qui semblait sortir droit de la gueule d’un canon, on pouvait le voir décrire une trajectoire légèrement circulaire, orbitant autour des deux navires, fini par toucher la poupe le trois-mâts, l’explosion qui s’en suivi provoqua un incendie sur l’ensemble de l’arrière du navire.
Profitant du désordre régnant sur le bâtiment ennemi, Cyryl saisi la poignée du gouvernail.
Alors qu’il allait relancer les dials, deux des hommes de Henke tentèrent un abordage, mais s’était sans compter sur l’ange qui tendant la main gauche, paume ouverte, s’écria :

- « Vous aimez le feu hein, alors vous allez apprécier ça, Pyro-Dial ! »

L’assaut des deux forbans fut stoppé net par une déferlante de flammes.
Entretemps Cyryl avait pu relancer les dials, ainsi, comme lors du départ de Wreck Island, l’embarcation fila à une vitesse telle que le temps d’armer un canon, elle ne serait déjà plus à portée.
Cette fuite aussi soudaine que mouvementée, attisa la fureur d’Aheno.

- « Eteignez moi ce feu, repêchez ces deux abrutis, et faites moi savoir quand le navire sera prêt à appareiller, on les poursuit. »
- « Mais capitaine, ils sont trop rapide, on va les perdra de vu avant de pouvoir les suivre. » Lui fit discrètement remarquer l’un de ses hommes.
- « Crétin, avec une aussi petit embarcation il ne peuvent rejoindre qu’une seule destination dans cette direction, le "Rocher". »
- « Mais capitaine, le chasseur de prime doit encore y être ! »
- « T’EN MIEUX ! Comme ça je pourrais enfin me débarrasser de lui par la même occasion ! Et le prochaine que j’entends se plaindre je le crame sur place, C’EST COMPRIS ! ».
- « OUI CAPITAINE.»


Malgré cette mésaventure les deux compères purent finalement rejoindre, peu avant la fin de la journée, leur objectif.

- « Incroyable ! Je te fais mes excuses Vivian, ces dials sont incroyables ! Il nous aura à peine fallu un jour pour rejoindre notre destination, là où deux jours de mer sont normalement nécessaires. »

Devant eux se dressait un énorme pic montagneux, aussi rouge que Red Line, la montagne plongeait abruptement dans la mer si bien que les habitations qui y étaient construites donnaient l’impression de défier la gravité, ces bâtiments tranchés de par leur couleurs blanches avec la roche, partout d’immense escaliers raides, taillés à même le roc reliés entre elles les demeures, ici et là certaines s'affichaient "hôtels", "banques", "casinos" et autres lieux communs d’îles balnéaires.
Le sommet du pic était surmonté d’une immense fortification à l’aspect de château, bien que délabrée, la plus hautes de ses tours avaient été transformée en phare.
En contrebas, des quais flottant avaient été construis pour faciliter les accostages. Directement posé dessus se trouvait une première série de bâtiment en tout genre, eux construit simplement en bois et principalement composé de petits motels et de bars miteux.

- « Voici le Mont Pic Rouge, le point de ralliement de tout West Blue, tout le monde sait que pour le rejoindre il suffit de longer Red Line. Aller on va s’amarrer au plus vite, le bateau commence à prendre l’eau. »

En effet à peine l’embarcation fut telle arrimée au quai qu’elle commença à sombrer, les deux compères s’empressèrent de récupéré tout se qu’ils pouvaient.
Le plus urgent pour Cyryl fut de trouver un hôtel, Vivian ébloui par l’endroit aurait préférer une petite visite mais la nuit tombant, il se résolu à suivre son ami.
Les deux acolytes entrèrent dans un des hôtels situés en bord de quai. Celui-ci était petit, construit en bois. Bien moins impressionnant que les grands hôtels bâtis à même la falaise, il était pourtant tout à fait correct en comparaison de certains de ses voisin immédiat et surtout les prix n’était pas élevés, cela avait fini de convaincre les deux amis. Vivian parce qu’il ne possédait aucun Berry et Cyryl, parce que, bien que disposant un énorme sac rempli de divers pièces d’or et d’argent provenant de Wreck Island, était très économe, allant même jusqu’à négocier le prix de la chambre et à prendre une chambre avec deux lits plutôt que deux chambres séparées.
La négociation fut âpre et l'hôtelier ne put cacher son agacement en voyant celui qui avait tant négocier payer en pièces d’or.
Si Vivian se dirigea immédiatement vers la chambre, épuisé, Cyryl lui profita de la fin de soirée pour visiter divers magasins. Le premier fut un magasin de vêtement, il était en effet pressé de quitter ses vêtements usés par trois années passé sur l’île épave.
L’autre endroit où il désirait se rendre était la bibliothèque de l’île, pressé de découvrir les grands événements qui c’était déroulés durant ces trois années d’absence, et, notamment par la grande guerre de MarineFord dont-il avait eu connaissance du fait d’un fragment d’article parvenu jusqu’à Wreck Island.
La bibliothèque fermant ces portes, il retourna finalement à son hôtel, chargé des paquets de ses courses et de multiples ouvrages et archives qu’il avait pu emprunter, durant le trajet le conduisant à son hôtel, il pu apercevoir que curieusement une partie de l’île semblait avoir connu un incendie récemment.


Perçant les volets mal fermés de la chambre, les premier rayons de soleil vinrent réveiller Vivian à peine l’aube levée.
Celui-ci fut stupéfié de voir que Cyryl ne semblait pas s’être couché, il était en effet toujours sur cette même chaise, celle sur laquelle il l’avait vu s’asseoir dans la soirée d’hier avant de s’endormir, devant lui, posé sur la table des piles de documents, articles et livres, ainsi qu’une tasse de café.
Mal réveillé, l’ange ne s’était pas immédiatement aperçu que son ami avait ôté son long manteau noir qu’il porté jusque là, celui-ci revêtait en effet maintenant un ensemble de vêtement neuf, une chemise blanche au dessus de laquelle se trouvait un gilet assorti à un pantalon de costume noir, des souliers de cuir noir eux aussi, une cravate et une fine ceinture de tissu bleu roi venaient compléter ce nouvel habillement.

- « Pas mal le nouveau look, sinon tu as dormi cette nuit ? »
- « Merci, j’en avais marre de ces vieux vêtements, sinon oui, j’ai pris une heure ou deux pour me reposer, mais faut dire qu’il s’en est passé des choses durant ces trois ans, surtout l’année dernière avec la guerre au sommet. »
- « Y a que toi qui n’était pas au courant... Ces événements ont même atteint Nuevola. Enfin faut dire que mon île n’est pas très loin de Sabaody et donc de MarineFord. Mais vu l’ampleur de ce qui c’est passé même l’île la plus perdu de ce monde doit être au courant. »
- « Seulement partiellement en fait … »
- « C’est vrai c’est toi qui était sur cette île ! » Rigola Vivian.
- « Bon assez ri, aller viens on à pas mal de truc à faire. » S’exclama Cyryl tout en saisissant son nouveau manteau posé jusque là sur le dossier de la chaise, une sorte d’Ulster entièrement blanc aux coutures noires et aux boutons argentés.

Les deux camarades quittèrent alors leur chambre et descendirent vers le port, ils purent alors constater que leur frêle navire avait fini de sombrer durant la nuit.

- « Bon il va nous falloir un nouveau bateau. Tiens je te laisse un peu d’agent. »
- « Euh, ok, mais tu veux quand j’en fasse quoi ? » Questionna l’ange.
- « Quelle question … Vas nous acheter un nouveau bateau. » Répondit-il un petit sourire moqueur aux lèvres.
- « Bin, et toi tu vas où ? »
- « Je vais prendre mon petit-déj dans le bar restaurant là bas. Aller à tout à l’heure et trouves-nous un bon navire… » Dit-il en s’éloignant, laissant Vivian seul sur le quai.
- « J y crois pas, il c’est passé quoi là … » Lâcha t-il dépité.

•••


Longeant tranquillement le long de la rive, Cyryl arriva face à un petit bar, il faisait lui aussi parti des ces constructions en bois de bord de mer réservés à un public plus populaire que les grands établissements bâtis plus en hauteur. Poussant tranquillement les portes il pu apercevoir que le bar était plus grand qu’il n y paraissait vu de l’extérieur.
Sur la gauche se trouvait le tenancier, derrière lui un grand miroir entouré d’étagères recouvertes de liqueurs et autre boisons de toutes sortes, face à lui le bar à proprement dit devant lequel était installé une dizaine de sièges. A droite les tables étaient éparpillées le long du mur sur lequel étaient accrochés divers tableaux. Le centre de la pièce était lui dégagé, probablement volontairement laissé vide pour servir de piste de danse et dans une moindre de ring pour les fins de soirées agitées.
Le jeune homme en manteau blanc vint finalement s’asseoir au bar, face au patron, il lui commanda un café et entama une conversation avec lui.

- « Merci pour la café. Dites moi, vous savez s’il y a des bateaux à vendre par ici. »
- « Oui, y en a quelques un, plus loin sur les quais, pourquoi vous êtes intéressé ? »
- « Rien d’urgent et j’ai un ami qui s’occupe de ça, je voulais juste m’assurer que je ne lavais pas envoyé pour rien. Laissons ça de côté, hier soir j’ai pu observer que quelques bâtiments ont brulés un peu plus haut. »
- « A ça… Il y a deux jour les pirates ont débarqués sur notre îles, ils ont commencés à piller les commerçants mais ont fuis dans la précipitation quand ils ont appris que "l’Espadon Ecarlate" allait arriver sur l’île. C’est leur capitaine qui a ordonné de mettre feu à l’île, mais heureusement nos pompiers l’ont très vite maitrisé. »
- « "L’Espadon Ecarlate" ? Avec un tel nom c’est sans doute un homme poison ? »
- « Vous n’êtes pas d’ici vous. Non vous n’y êtes pas du tout, c’est un chasseur de primes très connu sur West Bl… »

Le rugissement d’une sirène se fit brutalement entendre et stoppa net le gérant dans son explication, provoquant chez lui un sentiment de panique.

•••


Quelques instant avant que ne se déroulent ces événements, sur les quais, se trouvait Vivian trainant des pieds et marmonnant.

- « Je me suis vraiment fait avoir comme un con sur ce coup là ! Enfin heurtement il m’a laissé une sacrée somme, avec ça je n’aura pas de mal à trouver un bateau potable et dès que j’ai plus besoin de lui je me casse, c’est vrai quoi, j’ai rien à faire ici sur West Blue, moi, je dois me rendre le plus vite possible sur M… »

Stoppé net dans sa réflexion, il sursauta impressionné par le puissant bruit de la sirène retentissant. Autour de lui les passants commençaient à s’enfuir, criants et hurlants.

- « NON ! ILS SONT DE RETOUR ! »
- « CETTE FOIS CI ILS VONT TOUT BRULER ! »
- « CE SONT EUX, Y A PAS DE DOUTE ! LES PIRATES SONT DE RETOUR ! »

Il ne pouvait pas en croire ses yeux, observant la mer au alentour, l’ange se rendit compte que les pirates que tous craignaient étaient ceux rencontrés la veille au matin, d’ailleurs il reconnaissait la voix du capitaine hurlant ses ordres à son équipage.

- « JE VEUX QUE VOUS ME LES RETROUVIEZ LE PLUS VITE POSSIBLE ET QUAND CE SERA FAIT PREVENEZ MOI, JE VEUX PRENDRE LEURS TÊTES PERSONNELLEMENT ! »

Le navire s’approchait rapidement, bientôt il allait atteindre le quai où se trouvait Vivian. Conscient que seul il ne pourrait tous les vaincre, ce dernier sauta à bord du premier bateau venu et s’empressa de recouvrir son corps sous une vieille couverture qui trainait sur le pont du navire.
Sous sa cachette de fortune, il pu sentir néanmoins sentir toute la force de l’impact du galion enfonçant les quais, s’en suivirent des tremblements provoqués par les dizaines de membres de l’équipage débarquant et s’agitant à fouiller les alentours à sa recherche ainsi qu’à celle de Cyryl.
Ce ballet fut bref, moins d’une minute après leur arrivée l’un des pirates s’écria.

- « CAPITAINE ! J’EN AI TROUVÉ UN ! ICI, DANS CE BAR !»

•••


Dans le bar on pouvait entendre la sirène retentir à l’extérieur, le tavernier s’était tu, au dehors, se faisait entendre les cris des passants.

- « ILS SONT DE RETOUR ! LES PIRATES SONT DE RETOUR ! »

Le propriétaire de l’établissement se tourna alors vers son client.

- « C’est l’alerte qui prévient l’île de l’arrivée des pirates et apparemment se sont les même qu’il y a deux jours. Les fous, cette fois ils sont faits ! »
- « Com… ! » Une violente secousse stoppa net Cyryl dans son élan et fit tomber sa tasse de café. Une fois le tremblement terminé il se retourna vers le tôlier. « Comment ça ils sont fait ..? »
- « Je vous l’ai dit "L’Espadon Ecarlate" est ici et ces pirates aussi forts soient-ils ne pourront pas en réchapper ! »

Alors qu’il ramassait les débris de sa tasse et s’apprêtait à questionner le gérant sur le fameux chasseur de prime, l’un des pirates ouvra brutalement la porte du bar et se mit à crier.

- « CAPITAINE ! J’EN AI TROUVÉ UN, IL EST LÀ ! DANS CE BAR !»

Menaçant Cyryl de son arme, il lui fit comprendre qu’au moindre geste suspect il tirerait sans hésitation. Cela ne semblait pas gêner le jeune homme outre mesure qui paisiblement attendait sur sa chaise l’arrivé du reste du groupe, un léger sourire d’impatience dessiné sur le visage.
Il ne fallu que quelques secondes pour voir arriver le "Flambeur" et le gros de son équipage.

- « Parfait et en plus c’est le brun ! » S’enthousiasma Henke. « Ne bouge pas ça va être vite fini, tu ne souffriras pas. SWORD TORCH, BEHEADING ! » S’exclama t’il en dégainant son sabre tout en se jetant sur lui.

Le coup était parfait, vif et précis. La lame aiguisée portait encore quelques traces de sang. La future victime ne bougeait pas, cela paraissait si facile de se débarrasser de lui, si bien qu’Aheno voyait déjà la tête de celui qui lui avait fait affront suspendue à la proue de son navire.
Encore quelques millimètres et tout serait fini…
A peine la lame eut-elle touchée le cou de Cyryl que le coup porté par le pirate s’arrêta net, non pas comme si la lame était entrée en contacte avec une autre, non, plutôt comme si l’attaque n’avait jamais était lancée.

- « Un problème ? » Ironisa Cyryl.
- « Mais c’est quoi ce bordel ! ALLER LES GARS, TOUS AVEC MOI ! » S’exclama Henke.

•••


Relevant légèrement le tissu qui le recouvrait, Vivian put apercevoir le capitaine des Arsonist Pirates, ainsi que la majorité de son l’équipage se diriger en toute hâte vers le bâtiment que lui avait indiqué son subordonné.
Une fois le groupe passé, il s’extirpa lentement de la bâche qui le couvrait et observa les pirates s’introduire à l’intérieur du bar, persuadé que Cyryl ne pourrait survivre à cette affrontement il décida de quitter l’île en volant le bateau sur lequel il se trouvait, ce afin de fuir l’endroit le plus vite possible.
Il releva l’ancre, abaissa la voile et alors qu’il s’apprêtait à appareiller, une silhouette massive apparue devant lui, tout en relevant progressivement les yeux, on pouvait voir le visage de Vivian se figer.
L’imposant individu s’adressa alors à lui.

- « On tente de me voler à ce que je vois… Bien, un petit échauffement avant de m’occuper de ces pirates ne peut pas me faire de mal… »

•••


Dans le bar, seul le capitaine était encore debout, la scène était impressionnante, les membres de son équipage étaient éparpillés un peu partout dans la pièce, certains transpercés par leur propre sabre se retrouvaient épinglés au mur ou au plafond, d’autres présentaient des traces d’impact de balle, d’autres encore se retrouvaient encastrés dans le mobilier.

- « Mais… Il est pas possible ce type ! ET TOI ! TU AS MANGE UN FRUIT DU DEMON, C’EST LA SEULE EXPLICATION POSSIBLE ! » S’exclama Henke.
- « Vas savoir… » Répondit-il d’un ton moqueur.
- « Tu à peut être résisté à tout mes attaques jusque là, mais tu ne résisteras pas à ça ! FIRE BALLS ! » Le pirate, à la manière d’un cracheur de feu avala le contenu d’une bouteille cachée à l’intérieur de son manteau, porta son épée à la poignée enflammée devant sa bouche et projeta des boules de feu sur son adversaire.
Celui-ci pour la première fois dut esquiver l’attaque qui lui était lancée, courant à la rencontre du pirate.

- « Charge ! »

Le poing serré, il frappa son ennemi au ventre, l’horion dégagea après coup une puissance telle que son adversaire se retrouva violement projeté contre le mur et perdit connaissance à l’impact.
La combat était fini, le gérant n’en revenait pas, les pirates n’avaient pas eus l’ombre d’une chance.
Le combat à peine terminé un petit grincement de porte se fit entendre, se retournant vers cette dernière Cyryl put découvrir qu’un autre individu venait d’entrer dans l’établissement, celui-ci était plutôt grand, son visage masquait par un heaume sur lequel se dessinait une croix latine, seule sa main gauche reposant sur la poignée de son épée sortait d’une immense cape rouge qui lui recouvrait l’ensemble du corps, l’épée bien qu’elle même partiellement cachée apparaissait par endroit, elle semblait disproportionnée par rapport à sa taille.
L’individu s’avança lentement, son bras droit, qui jusque n’apparaissait pas, trainait quelque chose sur le sol, ou plutôt quelqu’un… Vivian !

- « C’est "L’Espadon Ecarlate" ! » S’écria le gérant.
- « "Ecarlate" ok ça je comprends avec cette grande cape rouge, mais pourquoi "Espadon" ? Tu es sûr que c’est pas un homme poisson qui se cache sous ce masque ? »
- « AHHAHHAAH ! Tu n’y es pas du tout ! » S’exclama l’individu. « "Espadon" est le terme qui qualifie le type d’épée dont je me sers. »
- « Bien, maintenant que l’on connait les raisons de ton surnom, on va pouvoir passer aux choses sérieuses. C’est mon ami que tu traines par terre… »
- « Vraiment, J’en déduis que tu es toi aussi un voleur. Preuve en est, tu m’as volé ma proie, Aheno Henke dit le "Flambeur", prime douze millions de Berrys… Et tu l’as battu... Ça risque d’être amusant, EN GARDE ! »
- « Je vois, encore un imbécile qu’il va falloir raisonner… Bien si ça peux te faire plaisir… Aller ramènes toi ! »

A suivre…




Voilà, que vous ayez aimé ou non, nécessitez pas à laisser un petit commentaire directement à la suite du sujet (à condition qu’il soit bien construit).
Si vous ne vous sentez pas l’envie de commenter directement ma fic, mais que vous l’avez aimée (ou non) envoyé un petit MP, ça fait toujours plaisir.

Le chapitre suivant sera publié le mercredi 27 juin 2012 est s’intitulera « Chapitre 2 – Un duel empreint de souvenirs, prochaine destination : l’île de Gaviotaz »


Dernière édition par IIC le Dim 17 Fév 2013 03:39, édité 10 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfic] A la conquête de la nouvelle ère
MessagePosté: Ven 15 Juin 2012 19:15 
15 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 21 Mar 2012
Messages: 389
Localisation: Pourquoi cette question ?
Pas mal, j'ai apprécier ce chapitre avec le début de l'action. Tu laisses le mystère sur le Fruit du Démon que possède Cyryl, ou peut-être est-ce un pouvoir annexe ?
Le Flambeur a peut-être été vaincu un peu trop raidement à mon goût mais bon, ce n'est qu'un avis personnel.
Je n'ai pas encore grand-chose dire là alors je dirais juste que j'ai hâte d'être dans deux semaines ^^

Pour finir, j'ai remarqué quelques fautes mais je laisse les autres t'en faire part... sauf celle-ci "nécessitez" après le à suivre c'est plutôt "hésité"?

Encore repoussé ?

_________________
Image



Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfic] A la conquête de la nouvelle ère
MessagePosté: Dim 19 Aoû 2012 16:36 
10 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 03 Mai 2012
Messages: 70
Houlà, plus de 2 mois que je n’ai plus posté !
Non, ce n’est pas le symptôme de la page blanche le synopsis de ma fic étant construit depuis longtemps, ce n’est pas non plus l’envie de faire une pause dans l’histoire ou de prendre un peu d’avance dans la rédaction, c’est un mal bien plus profond, celui du : JENAIMARREDETAPERSURUNCLAVIE.
Oui je fais ça 8 mois sur 12 de façon intensive (merci la FAC), donc une petite pause ça fait du bien (même si à l’origine je n’avais prévu qu’un mois).
Et pendant c’est 2 mois ? Et bien l’histoire à continuée à se développer, mais sur le papier…, enfin pas de problème je tape relativement vite, donc le retard entre manuscrit et numérique devrait (normalement) être vite être rattrapé.

Juste avant de découvrir ce nouveau chapitre une petite précision, dans le but de rendre la lecture plus plaisante je rajoute de nouvelles ponctuations :
- « … », ça c’est un dialogue normal, parlé quoi, il était déjà présent pas de changement.
- «« … »», les doubles guillemets, utilisé pour les conversations quand le personnage n’est pas directement présent, l’exemple le plus simple et celui de l’utilisateur d’un escargophone.
- ((…)), symbolise une pensée, une réflexion, donc un élément non parlé.
A cela s’ajoute les flashbacks et autres événements passés qui seront rédigés en italiques.

Voilà ça sera tout, maintenant le chapitre 2 peut commencer, bonne lecture (car y en a).



Chapitre 2 – Un duel empreint de souvenirs, direction : L’île de Gaviotaz

Dans le petit bar du bord de mer, les murs affichaient les récents stigmates de l’affrontement qui venait de voir la défaite de la bande des Arsonist Pirates. La poussière n’était pas encore retombée que déjà s’annonçait un second combat d’une toute autre l’intensité qui ne laissait planer que peu de doute sur le sort de la frêle bâtisse.
Les deux adversaires se faisaient face, l’un éclairé sur l’arrière par le soleil dégageait une aura lumineuse, d’autant plus prononcée que venait si ajouter le miroitement de son heaume et le chatoiement de son ample cape d’un rouge écarlate, à l’opposé, Cyryl lui se trouvait plongé dans une semi pénombre provoquée tant par la fumée que dégageaient quelques flammèches rescapées du précédant heurt, que par la poussière de bois s’échappant d’un plafond sur le point de s’écrouler.

Un doute s’empara brièvement des deux adversaires, l’homme masqué en particulier de par sa posture avait l’air d’hésiter à engagé le combat.
- « Non, c’est bon … » Bougonna t-il étouffé par son casque, « Ça sera rapide … ».
Ces mots à peine prononcés, il ne lui fallu qu’une fraction de seconde pour projeter Vivian contre le mur de l’entrée, sa main droite ainsi libéré l’épéiste pu saisir l’arme qu’il portait sur son flanc gauche qu’il venait de dévoiler en renvoyant sa lourde cape dans son dos d’un rapide mouvement du bras gauche.
Cette lame qui avait fait sa réputation était maintenant sortie de son fourreau, d’environ 2 mètres de long, loin d’être immaculée, elle présentait une surface mate, couverte d’éraflures, son tranchant présentant ici et là quelques éclats.
Bien que présentant des traces d’usure certaine, son fil n’était aucunement émoussé, preuve s’il en fallait, sa première attaque avait dans la foulée tranchée net le sabre d’un des pirates restait planté dans le sol.

Le premier coup porté, un estoc, fut stoppé net du plat de la main par Cyryl. S’en suivirent une série de tailles qu’il ne prit même pas la peine d’esquiver, celles-ci se stoppant d’elles-mêmes dès que l’épée effleurait son corps.

Le bretteur n’insista pas et esquissa quelques pas en arrière.

- « Etrange manière de se battre… Avec une arme si lourde je ne pensais pas te voir exécuter des mouvements si souples et précis.» Fit remarquer Cyryl.
- « Escrime est un art. Je ne suis pas de ces brutes sans cervelle qui se contentent de brandir un sabre. Mais ton cas et plus intéressant, aucunes esquives et aucunes blessures, je ne pense pas me tromper en disant que c’est là l’œuvre d’un fruit du démon… » Répliqua l’Espadon.
- « Très perspicace, il s’agit du Dasei Dasei no mi ou si tu préfères du le fruit de l’inertie, aucun objet en mouvement ne peux m’atteindre… ».
- « Ce n’est pas un problème, ou va tenter autre chose. LE VENT TOURNE ! ».

D’une rapide torsion du poigné, l’escrimeur provoqua la rotation immédiate de son épée qui elle-même provoqua une sorte de forte bourrasque de vent se déplaçant avec vélocité vers Cyryl qui l’esquiva que de justesse, laissant cette dernière s’abattre et trancher net le mur du fond de la bâtisse.

- « Tiens… Il semble que ces techniques là d’atteignent. » Nargua le chasseur de prime.

Cyryl laissa échapper un petit soupire tout en essuyant le sang s’écoulant le long une petite coupure sur la joue.

- ((Cette manière de se battre …)). « Le bâtiment ne tiendra pas d’avantage, on va poursuivre ça dehors. » Lâcha Cyryl avant de se jeter à l’extérieur par la brèche nouvellement créée.

Celui-ci fut rapidement rejoint par son adversaire, avant que, quelques secondes plus tard, se soit prêt de la moitié du plafond de l’établissement qui ne s’écroule, ensevelissant pour parti le groupe de pirate sous les décombres et offrant à Vivian, bien qu’encore sonné, une fenêtre sur le combat en train de se dérouler le long des parois abruptes du Mont Pic Rouge.

Spectacle impressionnant que de voir ces deux individus s’opposer, la raideur de la pente ne paraissait ni les gêner, ni les ralentir. L’un taillait dans le vif, rocs et bâtiments ralentissant sa progression, ce dans le but d’obtenir l’angle parfait pour enfin atteindre cet ennemi un peu trop vivace à son goût. L’autre, dominant de quelques mètres son adversaire esquivait avec facilité les vagues tranchantes envoyées en rafale, tout en profitant des débris générés par ces assauts, projetant les plus gros d’entres eux sur son assaillant avec une facilité déconcertante et ce malgré leur poids.
Cette course folle, faite d’offensives et de ripostes, avait meurtrie toute une partie de la falaise, laissant visible la cicatrice d’une âpre confrontation.

Le sprint avait prit fin, les deux belligérants étant arrivés au sommet du mont sur la place de la ville-haute, là où se trouvait la plupart des grands hôtels et autres magasins qui faisaient la réputation de l’île, là aussi où une foule d’anonymes avait pu suivre cette furieuse escalade.
Se faisant face pour la deuxième fois, les deux antagonistes se préparaient pour le grand final, aux alentours une multitude de spectateurs retenaient leur souffle, la peur gravée sur le visage, tous souhaitaient ou s’enfuir ou crier, mais aucun n’en avait le courage.

- « C’est ici que tout fini, dommage… quand j’en aurai terminé avec toi tu ne pourras même plus de vanter de m’avoir donné du ma… ».

L’homme au casque interrompit soudainement sa bravade, comme gêné par cet élément extérieur en provenance du public. Des sanglots, les sanglots d’une fillette que sa mère tentait désespérément de calmer.
Ce petit bruit aurait pu passer inaperçu dans une telle situation, mais il avait accaparé toute l’attention de l’épéiste, délaissant son combat il se dirigea en direction de l’enfant sous le regard horrifié de la foule avant de s’accroupir à son niveau.

- « Je suis vraiment désolé petite, allé, sèches tes larmes…, voilà ça y est c’est fini… » Dit-il d’une voix pausée, comme souhaitant la réconforter.

L’assistance fut décontenancée par ce brusque revirement, la stupeur marquait d’ailleurs clairement la plupart des visages des individus présents sur la place, abasourdis par ce comportement pour le moins versatile.
Ici et là fusaient de discrètes réflexions : « Il est sérieux ?! », « C’est quoi ce délire ! », « Pas possible il stoppe le combat juste parce qu’une gosse c’est mise à chialer ! »…
Cyryl lui-même était déconcerté par cette attitude, où était passé l’homme qui lui avait promis milles souffrances, puis soudain la lumière se fit dans son esprit.

- ((Plus de doute possible, il avait beau être masqué des comme lui il ne peut y’en avoir qu’un…)).

D’un pas lent mais déterminé il se dirigea vers celui qui avait été son adversaire, ce dernier, pleinement absorbé par les pleurs de la jeune fille ne se souciait plus guère du combat ce qui permit à Cyryl de furtivement ôter se heaume, dévoilant enfin le visage de l’escrimeur et confirmant par la même sa théorie.

Le mystérieux bretteur était un homme relativement jeune, d’une vingtaine année, ses longs cheveux blonds était tirés vers l’arrière et attachés de sorte à former une courte queue de cheval, seules quelques mèches venaient ici et là courir le long de sa figure, ses yeux bleus, incisifs, bien qu’adoucis par la situation, décrivaient toute sa détermination, son nez fin et relativement long lui donner un faux air de rapace, sa bouche relativement large surplombait un menton carré particulièrement prononcé.

- « Tu as laissé poussé tes cheveux depuis la dernière fois qu’on c’est vu Aramis. Et alors on a quitté la marine ? » Nota Cyryl.
- « Un tu me connais, mais qui es-tu ? » Interrogea le chasseur de prime.
- « Non mais tu es sérieux là ? Aller, un petit effort. »
- « C’est vrai que tu ressemble à l’un de mes anciens amis, ça je l’avais remarqué, mais les cheveux c’est pas ça, il a jamais porté le bouc et de toute façon il est mort il y’a trois ans... »
- « Ton sens de l’observation c’est pas amélioré, toi… Et il encore une fois tu m’as enterré un peu vite, "Blondin"… ».
- «"Blondin"… ! J’y crois pas, mais alors c’est toi… Cyryl …, c’est vraiment toi, mais comm…?! ».
- « IMPACT ! ».

Les retrouvailles furent de courtes durée, brutalement interrompues par le retour de Vivian qui, bien qu’encore un peu sonné, avait à cœur de se venger de la correction qu’il venait de recevoir de la part de "l’Espadon écarlate", et forcer de constater qu’il avait réussi son coup, bien aidé en cela par le relâchement passager de l’épéiste, ce dernier ayant était projeté à travers l’épais mur de pierre blanche de la façade d’un des bâtiments de la place, le traversant de part en part.

- « NON, MAIS QU’EST-CE QUE TU AS FOUTU LA !? » Hurla Cyryl.
- « Rien, je viens juste de te sauver la vie, bon aller ramènes toi … » Rétorqua Vivian, un sourire de satisfaction dessiné au coin des lèvres.

Sourire de courte duré, car très vite, avant même que toute la poussière ne soit retombée, un bruit de gravât se fit entendre et très vite une silhouette s’extirpa des décombres.

- « TOI ! JE VAIS D’EXPLOSER LA TRONCHE, ALORS COMMENCE A FAIRE TES PRIERES ! » Vociféra le bretteur fou de rage.

Finalement, en quelques instants, grâce à la médiation de Cyryl la tension retomba entre Aramis et Vivian. De même la foule commençait à s’éveiller, mais le brouhaha naissant fut très vite interrompu avec l’arrivé bruyante d’un vieil homme trapu, coiffé d’un sombre et étrange chapeau melon et arborant une large et broussailleuse moustache grisonnante. Celui-ci s’époumona :

- « MAIS… QU’EST-CE QUI S’EST PASSÉ ICI! EN MA QUALITÉ DE MAIRE J’EXIGE UNE EXPLICATION ! »



Bien plus tard, voguant sur West Blue, un petit bateau traçait son chemin laissant derrière lui la rougeoyante silhouette du Mont Pic Rouge, à son bord Cyryl, Vivian, Aramis et plus surprenant, ligoté dans un coin se débattant, Aheno Henke plus connu sous le pseudonyme du "Flambeur".

- « J’arrive pas à y croire, comment t’as fait pour convaincre le maire de nous laisser quitter l’île sans qu’il ne contacte la marine ? » Demanda Aramis à Cyryl.
- « Ça a pas été si simple, mais bon pendant que toi et Vivian étiez occupés à préparer le navire et surtout à faire monter l’autre crétin à bord, le maire c’est laissé convaincre par… l’argument financier, tout ce que j’avais pu récupérer comme objet de valeur sur Wreck Island y est passé, mais bon je ne tenais pas plus que ça à voir ma tête mise à prix… même si y’en avait pour presque de vingt millions. Enfin, on va pouvoir récupérer les douze millions sur la tête de l’autre idiot, dommage qu’il soit le seul de sa bande à avoir une prime d’ailleurs, mais je ne peux m’empêcher de me demander ce qui s’est passé dans la tête des gars de la marine pour mettre une telle somme sur la tête de cette larve … ».
- « UN IDIOT ! UNE LARVE ! DÉTACHE-MOI UN PEU POUR VO… » Vociféra Henke avant de brutalement se faire interrompre par un coup de poêle en pleine face, asséné par Aramis, le mettant KO sur le coup.
- « Elle accroche pour cuisiner, mais pour assommer les imbéciles elle et bien pratique cette poêle. Sinon Cyryl, tu te plains beaucoup mais je vois qu’il de reste un autre gros sac bien lourd, là, dans le coin. À et pour répondre à ta question le "Flambeur", comme on l’appelle, est sur le terrain depuis environ 6 mois, il c’est fait connaitre en brûlant plusieurs villages qu’il venait de piller, sa mise à prix à alors était fixé à six millions de Berrys, peu de temps après il a était recruté par Quelch dit le "Brise cœur", rien que ça a suffit pour doubler sa prime.» Expliqua Aramis.
- « En même temps quand on connait la réputation de ce malade de Quelch c’est pas étonnant. Et, concernant le sac y a rien à vendre là dedans, se sont des "souvenirs". Bon aller, dans si je me rappelle bien c’est sur l’île de Gaviotaz de l’archipel d’Avemare que ce trouve la base navale la plus proche. On est parti, direction Sud-est. ».
- « Ouais, enfin même les "souvenirs" ça peut se vendre. » Plaisanta Aramis.

•••


Non loin de là, sur le navire des Arsonist Pirate le reste de l’équipage, privé de son capitaine, avait réussi à quitter discrètement le Mont Pic Rouge sans se faire remarquer des habitants.

- « Alors il arrive cette escargophone ?! » S’impatientait Érostrate le capitaine en second.
- « Le voilà … mais tu es sûr de vouloir lui dire ce qui vient de se passer… parce que… ».
- « TU CROIS QUE ÇA ME PLAIT ! J’ai pas le choix, le capitaine va être remit à la marine si on fait rien et tu sais bien qu’il veut être au courant de tout. Je préfère même pas penser à ce qu’il nous ferait s’il l’apprenait par les journaux… Va y, met moi en contacte ! ».
- «« Qu’est-ce qui t’arrive encore Henke ? »».
- « … Non ici c’est Érostrate, le se… second, … je vous contacte parce que… euh… on a un problème Bo…Boss… ».



Voilà trois jours que l’embarcation faisait route vers Gaviotaz, à bord la vie se déroulait somme toute normalement, profitant de ce trajet Cyryl, Vivian et Aramis en ont profités pour se raconter leurs aventures les plus récentes, Aramis en particulier ne s’était pas privé de se vanter de ses nombreuses aventures de chasseur de primes à ses deux compagnons, enfin surtout à Vivian, Cyryl étant comme à son habitude absorbé par la navigation.

- « … et voilà comment j’ai écrasé Boris le "Hachoir". Tient notre passager se réveille, remet lui un petit coup de poêle. ».
- « Aucun problème » Répondit Vivian tout en s’exécutant.
- « Pas mal, t’as un bon coup droit. AH! AH! » S’amusa Aramis.
- ((Quand je pense qu’il y a trois jours ils se mettaient sur la gueule ces deux là)) Constata Cyryl l’air de rien.
- « Merci, mais bon… il est encore loin d’égaler le tien. Sinon je me demande… comment t’as connu Cyryl ? » Interrogea Vivian.
- « Il t’a pas raconté, il n’a jamais était un grand bavard mais là…, ouais en même temps on c’était pas encore retrouvé voit pas pourquoi il te l’aurait raconté…, je m’embrouille là. Enfin bref ça remonte à dix ans… ».


••… Il y a de cela dix ans, sur l’île de disjuma, centre de formation des jeunes marines de la région de West Blue, venait d’appareiller un petit bâtiment de la marine, à son bord une multitude de jeunes hommes accompagnés pour certains par un proche, et justement, parmi eux …

- « Tu es sûr Aramis, j’ai moi-même était marine pendant 20 ans et…, comment dire…, ce n’est pas aussi valorisant qu’on croit… ».
- « Père, vous êtes mon modèle, c’est vous-même qui m’avais appris la valeur de la Justice, que puis je faire d’autre que moi aussi rejoindre la marine pour faire régner l’ordre. ».
- « Ta décision est prise à ce que je vois, aller va, il est tant pour toi de te forger ta propre opinion. Voilà l’instructeur, aller suis le. »

Guidé par un vieil instructeur, le jeune Aramis de douze ans à peine observa le navire qui l’avait amené partir au loin avant de découvrir avec émerveillement le centre de formation, ses cantines, ses grandes cours, salles d’entrainements et de classes, dortoirs, bref tout y passait. Finalement le cortège s’arrêta devant une sorte de baraquement isolé à l’intérieur duquel se trouvait un autre jeune garçon. L’inspecteur prit alors la parole :

- « Nous voici devant les cellules d’isolement, désobéissez et c’est là que vous finirez. Bien sur ce je vous laisse, les élèves plus ancien vous indiqueront votre route, soyez tous dans la grande salle en uniforme dans trente minutes. ».

Intrigué, Aramis questionna l’un des jeunes matelots sur les circonstances qui avait conduit ce garçon d’à peu prêt son âge à finir emprisonné, celui-ci lui raconta alors toute l’histoire.
Il lui révéla qu’il s’appelait Cyryl et qu’il était élève dans l’établissement depuis ses huit ans, il en avait aujourd’hui douze et cela faisait près de cinq mois que la punition durait, la raison en était aussi simple que grave, en effet, il avait aidé son meilleur ami d’alors, Absque Lex, à s’enfuir du camp pour que ce dernier puise enfin réaliser son rêve, celui de devenir pirate. Une fois l’évasion terminée il s’était lui-même rendu chez l’officier en chef reconnaissant avoir aidé Lex à s’enfuir bien qu’il n’approuvait pas son choix, ce au nom de la liberté de dont joui chaque individu.
Nul doute que s’il avait été un élève ordinaire son renvoi aurait été immédiat, mais voilà à 11 ans à peine il était le meilleur élève de tout le centre et faisait fi d’une intelligence remarquable, aussi fut-il décidé de lui appliquer la peine la plus sévère du règlement, six mois à l’isolement.

Aramis ne savait que trop bien ce qu’il fallait faire. Ayant le même âge, ils allaient, lui et Cyryl, se retrouver dans la même promotion, et il comptait bien lui montrer qu’il lui était bien supérieur, après tout comment un individu prenant de telles libertés avec les règle pouvait être considéré comme le meilleur.



Un mois passa et ce court laps de temps avait déjà permis à Aramis de se faire remarquer comme élément à très fort potentiel, mais lui ne souhaitait qu’une chose, se mesurer à ce pseudo "génie" qui venait justement de terminer sa peine.
Rapidement les deux rivaux entrèrent en compétition, leurs styles étaient diamétralement opposés l’un travailleur à l’extrême ne comptait plus ses heures passées à étudier, et s’entrainait de façon acharné pour maitriser à la perfection chaque technique, l’autre, Cyryl en l’occurrence, avait un don d’assimilation naturellement exceptionnel, mais la compétition instaurée par Aramis le motivait à aller toujours plus loin.
Si dans les premiers temps aucun des deux ne portait l’autre dans son cœur, leur compétition les forçât à se reconnaitre mutuellement un certain respect, sentiment évoluant aux fils des ans en une amitié sincère qui influença le comportement chacun offrant à l’autre ce qu’il lui manquait le plus, une ouverture d’esprit pour le premier qui enfin reconnaissait que le gris pouvait exister entre le noir et le blanc, une ouverture aux autres pour le second qui jusque là menait une existence renfermée à quelques exceptions prêtes.



Trois années passèrent, Aramis et Cyryl avaient maintenant quinze ans tous les deux et tous deux avaient réussi l’exploit de terminer leur classe avec trois ans d’avances, si bien qu’ils avaient été conviés à parfaire leur formation au quartier général de la marine, MarineFord.

- « Près de trois mois de mer. On a traversé West Blue, passé Calm Belt, vogué sur le nouveau monde, franchi Marijoa et nous voilà arrivé à bon port, et franchement c’est impressionnant, pas vrai, blondin ! »S’enthousiasma Cyryl.
- « Ouais, mais ça va être d’un tout autre niveau maintenant ! Ça me fais penser qu’il faut que je te trouve un surnom à toi aussi Cyryl. Mais ça peut attendre, pour l’instant je n’ai qu’une chose à dire : MARINEFORD, NOUS VOILÀ ! »… ••



- « MARINEFORD ! VOUS ÊTES ALLÉS À MARINEFORD ! J’Y CROIS PAS ! Et après qu’est-ce qui c’est passé ? ».
- « Désolé, la suite sera pour une prochaine fois Vivian. Regardez, on arrive à l’archipel d’Avemare et là, au loin, se dégage la prison-citadelle de Gaviotaz bâti par la Marine. » Fit remarquer Cyryl.
- « Le plus simple c’est de s’amarrer sur l’île de Pescador, c’est là où se trouve le seul vrai port de tout l’archipel. » Conseilla Aramis
- « Et dans la forteresse ? Y a pas une calle où on pourrait ancrer ? » Demanda Vivian.
- « Si, mais vu le dispositif, ils l’ouvriront pas pour nous. Pas d’inquiétude, un pont relie Pescador et Gaviotaz, ils ont pensés à tous les marines. » Rétorqua Aramis.

La nuit tombant, la petite embarcation progressait prudemment à travers le récif vers le port de l’île de Pescador ce qui laissa tout le loisir aux occupants du navire d’apprécier panorama qu’offrait l’archipel d’Avemare.
Cet archipel était entouré d’une magnifique barrière de corail et d’impressionnants récifs rendaient la navigation particulièrement difficile, mieux ne valait-il pas quitter le canal creusé à travers tous ses obstacles, c’était là le seul chemin sûr pour ce rendre sur le groupe d’îles.
L’archipel en lui-même comporté six îles au total, leurs surfaces extrêmement planes n’émergeaient guerre plus d’un mètre de la surface, elles étaient constituées d’un fin sable blanc particulièrement prisé par les grandes fortunes et autres nobles.
En fait seul Pescador présentée un visage différent, complètement réaménagée, cette île, la plus grande de toutes, était la porte d’accès de ce paradis touristique, quasiment située au centre du lagon, elle était reliée aux autres îles par un ensemble de ponts, c’est aussi sur elle qu’avait été construit l’ensemble des hôtels, magasins et autres aménagements de l’archipel.
Enfin dominant l’archipel, celle qui était appelée la septième île ou île de Gaviotaz, était en fait à l’origine un pic rocheux sans vie, aménagé par la marine d’abord dans le but premier de protéger l’archipel, puis agrandi par la suite pour faire régner l’ordre dans tout le centre de West Blue.

Enfin les trois compagnons finirent par atteindre le port, assez pressés d’en terminer ils réveillèrent leur prisonnier d’un seau d’eau en pleine face. Étrangement, Vivian pu remarquer qu’avant de débarquer ses deux amis avaient à cœur de se monter discret, l’un en arborant à nouveau son heaume, l’autre se dissimulant sous un ample manteau à capuche.
Ainsi camoufler l’ensemble du groupe se dirigea en direction de la base marine, Henke fut, un temps durant, relativement silencieux avant de brutalement se mettre à émettre divers contestations, menaces et autres provocations :

- « VOUS ME PRENEZ POUR QUI ! FAITES ATTENTION J’AI DES AMIS HAUT-PLACÉS ! SI VOUS ME RELÂCHAI MAINTENANT ÇA PEUT ENCORE S’ARRANGER POUR VOUS ! »

Bien évidement, ces menaces m’eurent aucun effet et le groupe continua d’avancé. Arrivé sur le pont des "menaces", ainsi nommé en raison des vociférations des prisonniers conduits à Gaviotaz, le "Flambeur" reprit plus fort encore ses bravades avant de redevenir soudainement muet dès la porte de la forteresse franchie.
La cour intérieur de la place forte arborée divers décorations, comme en vu d’un grand événement, ce détail mis à part, le groupe fut rapidement accosté par un marine en charge de récupérer et d’identifier les divers individus apportés par les chasseurs de primes, se dernier ayant reconnu celui qu’il connaissait sous le pseudonyme "d’Espadon Écarlate".
L’identification fut rapide, mais, la somme conséquente ne pu être délivrée immédiatement en raison d’un manque de liquidités, le marine offrit alors au groupe un bon au trésor le temps de réunir la somme, bon immédiatement accepté par Aramis qui savait que celui-ci était suffisant pour que les commerçants de Pescador acceptent de faire crédit, réglant du même coup les problèmes d’argent du clan.
Alors que ses anciens geôliers s’en allaient en direction de l’île hôtel, Aheno Henke ne pu s’empêcher de leur lancer une dernière provocation :

- « Profitez bien de votre argent, d’ici peut je sortirai de ce trou et là… vous me le payerai…, je prendrai un malin plaisir à vous tuer un par un… »

Une fois ceux qu’il prenait pour des chasseurs de primes partis, le marine confia le "Flambeur" à l’un de ses subordonnés, s’empressant de rejoindre le bureau de l’officier en charge du complexe.
Rapidement arrivé le jeune officier s’annonça avant d’ouvrir la porte.
La salle de commandement du fort était richement décorée arborant dorures, tapisserie fines et meubles en bois précieux, et fait étrange, une multitude de paquets cadeaux de toutes tailles étaient disposés en plein milieu de la pièce. Quatre hommes se trouvaient à l’intérieur de la pièce, deux, qui étaient des colosses quasi identiques, étaient tranquillement assis dans un large canapé dégustant un thé tout en s’empiffrant bruyamment de biscuits, un autre adossé à-même un mur était en train de tranquillement nettoyer son sabre. Le dernier, qui n’était autre que le dirigeant de la forteresse, faisait lui les cents pas autour de son bureau.

- « Oui, qui y a-t-il Caporal ? ».
- « Colonel ! Le pirate Aheno Henke dit le "Flambeur" vient de nous être remis par un groupe de trois chasseurs de primes, l’un d’eux était "l’Espadon écarlate". ».
- « Bien. Exactement comme il l’avait prévu. », « Castor, Pollux vous savez ce que vous avez à faire… Quand à toi Horatio prends une escouade et ce caporal avec toi, et allez me chercher ces chasseurs de primes. »

Sans bruit les trois hommes et le Caporal s’éclipsèrent rapidement laissant seul le Colonel, celui-ci ouvrit alors l’un des tiroirs de son bureau et en extirpa un escargophone.

- « Allo… Balthazar…, oui, c’est moi. Tu avais raison, Henke vient de nous être remis. ».
- «« Bien. Son équipage va venir le chercher, ils devraient arriver d’ici peu. Sinon… c’est demain le grand jour il me semble, tu as reçu mon cadeau ? »».
- « Oui, il est magnifique … ».

•••


Entretemps, Cyryl, Aramis et Vivian avaient prit place autour d’une table dans l’un des nombreux restaurants de Pescador, bien décidés à enfin prendre un repas digne de ce nom après plus de trois jours de mer. Pourtant l’un d’eux observant la mer par la fenêtre affichait une certaine inquiétude. Prenant conscience de cela Aramis le questionna :

- « Un problème Cyryl ? »
- « C’est fort possible oui. Il a beau faire nuit noire, ce navire qui approche ne m’est pas inconnu. Je pense que l’on ferait bien de partir d’ici le pl… »

Avant même de pouvoir terminer sa phrase, l’ensemble du restaurant fut envahi par une cohorte de marines qui avaient à leur tête un officier vêtu de l’habituel manteau blanc et coiffé d’une casquette réglementaire masquant son visage, son seul signe distinctif, le sabre qu’il tenait dans la main gauche dont le pommeau et le fourreau particulièrement travaillés dessinaient d’harmonieux motifs dorée sur un fond de velours bleu roi.

- « Ce sont bien eux, Lieutenant Horatio ! » S’exclama le jeune Caporal qui avait pris en charge le "Flambeur".
- « Bien. Dans ce cas… Messieurs la Marines vous remercie du service que vous lui avez rendu, ce dangereux criminel était un véritable problème pour nous, aussi le Colonel Nelson aimerai à s’entretenir avec vous. ».

Le Lieutenant avait fini de parler et alors que Vivian, rassuré, commençait à quitter la table, amis il se rendit compte bien vite que ses deux amis étaient, eux, tous deux restaient crispés sur leur chaise pour une raison qui lui était inconnue

À suivre …




Pour les courageux, une série d’explications bonus mis en spoiler ainsi libre à vous de les lire si vous voulez en savoir un peu plus sur cette fic, des explications complémentaires sont entres autres apportées.
Spoiler: Montrer
Comme promis une série de bonus sur les trois personnes principaux actuels de ma fic concernant leurs prénoms, noms et divers anecdotes.
Le plus simple et de faire ça selon leur ordre d’apparition.


Prénom : Vivian
L’un des prénoms plus dur que j’ai eu à trouver et pourtant la seul contrainte était de trouver un prénom commençant par un "V", j’ai un temps pensé à Vivien mais Vivian avait une tournure plus "angélique" dirons-nous.
Nom : ???
Il en a un, mais il ne sera révélé que beaucoup plus tard dans l’histoire, la raison ? Son nom et Vivian en général vont être l’un des éléments essentiels d’un arc futur.
Anecdotes :
Il a récupéré deux Eternal Pose dans les débris de son Hélidial (machine volante) l’un indique la direction de Nuevola (l’île céleste dont-il est originel), l’autre pointe vers une mystérieuse île du nouveau monde.
Tous les Dials artificiels qu’il utilise sont frappés d’un logo " W".

Prénom : Cyryl
Forme polonaise (que je trouvais plus original) du prénom Cyril qui lui-même à des origines grec et qui en gros signifie "Seigneur", pas la peine de crier, non, ce personnage n’a pas pour but/rêve de devenir "Seigneur des pirates", néanmoins la définition de seigneur : Personne qui occupe le premier rang dans quelque domaine trouvera à s’appliquer (tout du moins d’une certaine façon).
Nom : Atrecor
Jeux de mots avec deux termes latin "Atre" qui veux dire noir/sombre et "Cor" Cœur, on peut le traduire comme "Cœur sombre", ici il est plutôt question de la mentalité/personnalité du personnage, mais vais m’arrêter là.
Anecdotes :
Utilisateur du Dasei Dasei no mi ou fruit de l’inertie. Fruit de la catégorie de paramécia l’utilisateur capte l’énergie de tout objet en mouvement (balles, coup d’épée) mais seulement des objets, malheureusement son utilisateur à une contrainte majeur il ne peut frapper d’autre personne directement (poing) ou indirectement (épée), il peut néanmoins "charger" un objet d’inertie (en fait énergie cinétique) pour atteindre un adversaire.
Je sais Cyryl à battu le "Flambeur" d’un coup de poing, aucune erreur de ma part, en fait Cyryl a contourné le problème en arborant un anneau/bague à chaque majeur, il charge en fait la bague d’énergie cinétique et quand celle-ci entre en contacte avec un ennemi se déverse sur lui à la manière d’un Impact Dial. Ce détail n’a pas été évoqué pour éviter de chargé encore plus un texte qui l’est déjà beaucoup.
Dernier point, Cyryl n’aime pas ce fruit/pouvoir.

Prénom : Aramis
La aussi j’ai bien galéré à trouvé le nom du personnage, j’avais son caractère mais impossible de trouver le nom quand je suis (re)tombé sur le roman d’Alexandre Dumas, Les trois mousquetaires et étrangement le caractère des deux personnages était très proche, tout deux ont une forme d’élégance et un code de l’honneur (religieux pour l’original) qui s’ouvre relativement facilement à toutes formes de plaisirs.
Nom : Depayn
Forme légèrement transformée de "(Hugues) de Payns", fondateur et premier maître de "l’ordre du Temple" ou plus simplement des "Templiers", l’idée ici était de souligner l’attitude chevaleresque du personnage.
Anecdotes :
Utilisateur d’une épée de type "Espadon", en fait les plus grosses épées jamais créées, la sienne mesure exactement 1. 96 mètres soit 10 centimètres de plus que lui et pèse plus de cinquante kilos, autre précision cette lame est particulièrement vieille et usée (ce qui n’ôte rien à son tranchant), Aramis lui-même sait quelle ne tardera pas se briser.
Son style de combat ce trouve quelque part entre celui de Mihawk et de Brook, je n’en dit pas plus, divers techniques seront développées tout au long de cette fic.
Enfin détail non évoqué par manque de place, mais important, si Aramis a autant de mal à reconnaitre les personnes qui l’entoure, c’est du à son entrainement, en effet ce dernier l’a rendu particulièrement sensible aux plus infimes variations (cela résulte d’un entrainement poussé qui avait pour but de rapidement identifier les techniques utilisées par ses adversaires), ainsi le simple fait pour une personne de changer de coupe de cheveux, par exemple, lui donne l’impression de côtoyer une autre personne.


C’est déjà du bon bonus ça, le prochain sera un récapitulatif sur l’ensemble d’un des personnage, en l’occurrence Vivian et sera complété soit par un portrait ou une représentation totale de ce dernier (selon le temps dont je disposerai).


Voilà je semble remis de cette terrible maladie qu’était la : JENAIMARREDETAPERSURUNCLAVIER, reste à ne pas succomber à un autre mal récurent chez moi le : JEFERAIÇALASEMAINEPROCHAINE, donc chapitre 3 prévu pour… quand il sera prêt, donc compter une bonne semaine si tout va bien.
Avant de dévoiler son titre, petit aparté, j’ai décidé de simplifier mes titres de chapitre à partir du prochain car ils avaient tendance à être… disons LOURD.
Donc prochaine parution : Chapitre 3 – Vol ? Non, purification.
Sortie : 30 décembre 2012.


Dernière édition par IIC le Dim 17 Fév 2013 03:38, édité 7 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfic] A la conquête de la nouvelle ère
MessagePosté: Dim 19 Aoû 2012 18:10 
15 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 21 Mar 2012
Messages: 389
Localisation: Pourquoi cette question ?
Ouah, c'était long :Luffy hilare:
IIC a écrit:
Voilà je semble remis de cette terrible maladie qu’était la : JENAIMARREDETAPERSURUNCLAVIER, reste à ne pas succomber à un autre mal récurent chez moi le : JEFERAIÇALASEMAINEPROCHAINE, donc chapitre 3 prévu pour… quand il sera prêt, donc compter une bonne semaine si tout va bien.

Attention tout de même j'ai remarqué qu'il reste quelques symptômes : il manque certain mots, de temps en temps, et plus souvent, ils sont mal orthographié. Notamment la conjugaison des verbes ou tu te plantes entre l'imparfait et le participe passé.
Pour continuer sur les points négatifs, je remarque quelques phrases trop longues ou tu aurais pu te permettre de rajouter un point.

Du côté du positif, il y l'histoire qui est très fluide et sans temps mort, ce qui est agréable.
Tu emplois des bons mots qu'on ne s'attendrai pas forcément a voir.
On a un troisième compagnon, Aramis et on voit que tu ne donne pas tes noms au hasard. D'ailleurs le nom de Vivian commance par un V.

Bon, voilà voilà, à la prochaine !

_________________
Image



Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfic] A la conquête de la nouvelle ère
MessagePosté: Jeu 13 Déc 2012 02:42 
10 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 03 Mai 2012
Messages: 70
Petit Up pour sortir ma fic du fin fond de la deuxième page.
Pourquoi ? Simplement pour annoncer la reprise de la publication de chapitre après un trop long temps d’inactivité que je n’ai pas voulu, pour une histoire que j’ai réellement envie de développer.

La date de parution du prochain chapitre n’est pas encore connue mais elle se fera avant Noël, j’invite donc tous ceux qui le souhaitent à lire (je pense notamment au nouveaux inscrits) ou à relire (on ne sait jamais, j'ai peut-être des fans) les chapitres déjà parus le temps de patienter (vous pouvez y aller il y a de la lecture malgré le faible nombre de chapitre, par ailleurs je m’excuse d’avance pour les éventuels fautes d’orthographe que vous pourriez relever, mais il n’y a rien de plus dure que se corriger soi-même).

Tout ça pour ça ? Non, je propose tout de même un petit bonus que je mets en spoiler (déjà de par la taille de l’image, mais aussi car il est préférable de lire la fic pour y trouver un réel intérêt).

Spoiler: Montrer
Donc comme promis un petit bonus avec une modeste illustration (portraits) des trois personnages principaux qui à l’origine devait servir à la création d’une signature.
De gauche à droite on retrouve Vivian, Cyryl et Aramis.

Image

PS : Je n’ai rien contre les commentaires, surtout s’ils permettent d’améliorer ma fic, mais si vous souhaitez seulement me poser une question passez directement par MP.


Dernière édition par IIC le Sam 2 Mar 2013 18:33, édité 5 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfic] A la conquête de la nouvelle ère
MessagePosté: Ven 14 Déc 2012 19:38 
40 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 28 Oct 2012
Messages: 502
C'est la première fois que je vais sur ta Fan Fic, je viens de me taper tout les chapters mis en ligne jusqu'alors, et je dois dire que j'ai adoré ! Le fruit du démon de Cyryl est plutôt chelou mais original, et surtout surpuissant !
Suite a la lecture du spoiler du dernier chapitre, j'ai découvert que les noms des personnages principaux étaient tous très recherchés, c'est bien comparé a ma propre Fic' ou les noms sont pour la quasi-totalité choisis au feeling^^ :luffy langue:


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: [Fanfic] A la conquête de la nouvelle ère
MessagePosté: Mer 2 Jan 2013 23:53 
10 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 03 Mai 2012
Messages: 70
Après de longs mois sans parution, auquel c’est ajouté un petit retard sur la sortie normalement prévue pour avant Noël (j’avoue avoir quelque peu abusé lors des fêtes), j’ai le plaisir de vous annoncer la reprise de la publication de ma fanfic (tout du moins pour ce que ça intéresse).
Le rythme de sortie des chapitres sera normalement de deux semaines pour un (en fait, le délai prévenu à l’origine), néanmoins ce rythme pourra être ralenti par la suite (en effet je ne dispose pas encore de mes horaires de second semestre, impossible de prévoir de combien de temps je disposerai pour poursuivre l’écriture).

J’aurai pu me repentir de cette longue absence avec d’avantage d’excuses, mais bon je préféré envoyer directement le chapitre 3, aller, bonne lecture à tous.




Chapitre 3 – Vol ? Non, purification

- « Messieurs ! Dépêchez-vous je vous prie ! Le Colonel Nelson est un homme très occupé, il est déjà exceptionnel de pouvoir lui parler alors inutile de le faire attendre d’avantage! » Pesta le Lieutenant.

L’atmosphère de l’établissement devenait, elle, de plus en plus lourde. Au ton pressant du gradé s’ajoutait maintenant les brouhahas de la cinquantaine d’homme qui composaient l’escouade, qui, sur ordre de leur supérieur, étaient tous venus s’engouffrer à l’intérieur de la petite gargote.

- « Evidemment, il fallait que tu nous emmène vers la base dirigée par Nelson … » Grommela Cyryl à l’encontre d’Aramis.
- « C’est toi qui voulais te débarrasser du pirate rapidement il me semble, … c’était la base la plus proche, en plus de ça on a été discret, … c’est vrai, comment j’aurai pu imaginer qu’il souhaiterait nous rencontrer, tu en connais beaucoup des gradés qui se déplacent pour féliciter les chasseurs de prime. » … « Et puis compte tenu de votre passif à tous les deux je ne pense pas que tu puisses m’en vouloir d’avoir tût le sujet … » Rétorqua discrètement Aramis.
- « … », ((Evidement que je ne peux pas lui en vouloir, mais …)) Admit Cyryl.
- « Dit donc, c’est fini les messes bases là-bas ! Je n’ai pas que ça à faire moi ! Allez, on se dépêche de sortir de ce taudis avant que je m’énerve ! » Fulmina le Lieutenant, tout en faisant signe à ses hommes de se mettre en joue.
- « Euh … Les gars qu’est-ce qu’on fait ? » Demanda fébrilement Vivian.
- « Ils ne nous laissent pas tellement le choix, inutile de se faire remarquer d’avantage, on les suit et on croise les doigts pour que ça se passe sans heurts. » Répondit Cyryl.

Finalement, sous la pression, les trois compères prirent la direction du fort de Gaviotaz solidement escortés par l’escouade de marines. Juste avant de quitter le restaurant, Vivian remarqua que, tout comme lors de leur débarquement sur l’île, Cyryl et Aramis avait pris soin de cacher, une nouvelle fois, leur visage. Le premier s’enveloppant dans le manteau ramené du navire, le second se couvrant avec son heaume.
Intriguait l’ange s’adressa directement à Cyryl :

- « Juste pour savoir… Est ce qu’il y a des raisons de s’en faire, parce que là, vous avez l’air inquiet … »
- « Disons qu’on a pas choisi la meilleur des base de la marine pour livrer Henke. Ça devrait passer, mais reste quand même sur tes gardes. » Répondit Cyryl, dont la voix était étouffée sous l’épais manteau.

Alors que la colonne était sur le point de franchir le pont qui reliant l’île de Pescador au fort de de Gaviotaz, le Lieutenant donna l’ordre de stopper la procession, le temps de s’adresser à ses "invités".

- « Messieurs ! J’aurai une question. Pouvez-vous m’indiquer où se trouve votre embarcation… N’ayez crainte, je vais simplement ordonner à mes hommes de le placer dans la cale de la forteresse, cela simplifiera votre départ. »

Soucieux de rester discret, Cyryl révéla la position du navire, ce qui lui permit aussi d’observer la progression du vaisseau qu’il avait repéré alors qu’ils se trouvaient encore dans l’auberge. Alors que le Lieutenant aboyait ses ordres, le cortège reprit la direction de Gaviotaz. Cyryl profita du fracas engendré par des pas cadencés de l’escouade sur le pont pour se retourner vers ses compagnons, et entamer une discussion.

- « C’est bien ce qui me semblait, ce navire qui approche c’est celui du "Flambeur", ça ne sent pas bon tout ça. »
- « Ouais, t’as raison, je ne vois pas comment un bateau pirate aurait pu venir accoster cette île sans y être invité. Apparemment ce crétin de pirate connait effectivement du monde, et ça, ça n’augure rien de bon pour nous » Rétorqua Aramis.
- « S’en déconner les gars, c’est quoi ce bordel ! Si je vous ai bien suivi, vous pensez que la marine en a après nous. Je savais bien qu’il ne fallait pas que je reste trop longtemps avec vous, vous m’attirez que des emmer… »

Vivian ne fut pas en mesure de finir sa phrase, estomaquait qu’il était devant l’imposante base de Gaviotaz, celle-là même que l’on surnommait aussi "Le Rocher oublié du Paradis".
Levant les yeux au ciel pour admirer l’impressionnante structure seulement partiellement éclairée par les rayons de la lune et quelques projeteurs. Les murs lisses de la fortification semblaient avoir été taillé à même le roc, mais, leur blancheur, tranchant avec la base grise et rocailleuse de la construction, venait contredire cette première impression. C’est bien l’Homme qui avait érigé cet édifice pierre par pierre, sa forme aussi était particulière, l’enceinte presque entièrement triangulaire présentait à chacun de ses croisements une imposante tour circulaire.
La concentration de Vivian fut brutalement interrompue par un bruyant grincement résultant de l’ouverture de l’imposante porte de la citadelle.
Le Lieutenant invita, d’un geste, les trois convives à franchir la porte, et, à peine celle-ci fut elle passée, qu’elle commença à se refermer. Le gradé ordonna alors à ses hôtes de patienter, évidement sous bonne garde, le temps pour lui de prévenir le Colonel de leur arrivée.

Ainsi quelques minutes durant, les trois amis se contentèrent d’observer ce qui leurs semblaient être une salle de garde, Cyryl, en particulier, fixait un mur ou était accroché ce qui semblait être le plan de la forteresse.
Finalement, l’officier revint à leur rencontre et s’adressa à eux :

- « Messieurs, le Colonel Nelson daigne vous recevoir. Venez, suivez-moi. »
- « Heureusement qu’il nous reçoit, il nous a quand même forcé à venir ici … » Glissa ironiquement Vivian à ses deux amis.
- « Tu vois, personnellement je me serai bien passé de le revoir … » rétorqua Cyryl.
- « Moi aussi … » Ajouta Aramis.

C’est pourtant sans traîner les pieds que les trois complices rejoignirent la cour intérieure du bâtiment, là où les attendait le commandant du fort.
Tous furent brièvement éblouis par la profusion de lumière émanant de projeteurs, une lueur telle qu’elle donnait l’impression d’être en plein jour. Après quelques secondes d’adaptation, le groupe put finalement contempler la cour intérieure, celle-ci était richement décorée de tentures et autre guirlandes sur lesquelles se réfléchissaient les rayons de lumière.
Au milieu de la cour, une seconde escouade de marines, au garde-à-vous, entourait le Colonel, lui-même drapé de son ample manteau blanc si caractéristique des hauts-gradés et vêtu d’un costume blanc particulièrement luxueux. L’individu lui-même mesurait environ un mètre quatre-vingt, sa silhouette ne laissait pas apparaitre de musculature particulièrement développée. Ces cheveux étaient bleutés et assez long, si bien enfin que certaines mèches lui recouvrait partiellement le visage. Celui-ci présentait des traits fins, la bouche, fine mais largue, affichait un sourire mesquin, ses yeux étaient, eux, acérés et d’un bleu grisâtre, son nez, enfin, était lui assez prononcé, bien qu’effilé, il s’étirait sur une certaine longueur.
Le maitre des lieux, voyant arriver ses invités, fit quelques pas vers eux, puis s’adressa à eux sur un ton narquois :

- « Très chers invités, merci de nous avoir remis ce dangereux individu …, néanmoins je suis au regret de vous informer qu’il nous fallut le relâcher. Vous comprendrez donc qu’il me faille vous demander de rester ici quelques temps. Il serait en effet malheureux que soit divulgué le fait que la marine ait relâché un pirate recherché. Bien cela étant dit… Soldats, veuillez-vous emparer d’e… »
- « Décidément, tu n’as pas changé en trois ans … » Lança Cyryl, tout en ôtant la capuche qui lui recouvrait le visage.
- « TOI ! Impossible, tu es… Tu es mort … Soldats, capturez-les ! Vite ! »
- « Apparemment on va pouvoir divertir un peu ! » S’amusa Aramis, en retirant son casque et saisissant son épée de sa main droite.
- « Lui aussi ! Faites vite soldats, capturez les ! Morts ou vif ! » Tempêta Nelson.

Alors que la centaine de marines, que composaient les deux escouades, se jetaient en direction des trois individus désignés par leur supérieur, ce dernier restait figé, comme assommé. En lui remontait à présent de de déplaisants souvenirs qu’il pensait avoir évincé de sa mémoire à jamais.


••… Sept ans auparavant, à Marineford, dans les quartiers de formation des jeunes officiers, un groupe d’aspirant voit arriver les nouveaux candidats au titre d’officier fraichement débarqué de West Blue.
Dans ce groupe, déjà bien constitué, un individu, aux cheveux bleutés, se détachait des autres, imbu de lui-même il raillait les nouveaux arrivants, convaincu qu’il n’avait rien à faire sur Grandline, eux qui venaient d’une de ces faibles mers extérieurs.
Cet individu était connu de tous, c’était l’élève le mieux noté, Nelson Nelson, un nom qui pouvait prêter à sourire, mais dont il était fier, car lui, plus qui quiconque représentait un grand nom de la marine, celui de son père, l’ancien Vice-amiral James Nelson, devenu célébré pour avoir fait chuter le commandant de la deuxième flotte de Barbe Blanche, ce lors d’une bataille épique dans le nouveau monde.
Ce haut fait d’arme lui avait valu d’être nommé à l’Etat-major du Gouvernement mondial à Marijoa, il put ainsi faciliter la carrière de son jeune fils en l’envoyant au centre de formation de Marineford dès ces dix-huit ans, lui évitant par la même occasion le passage, normalement obligatoire, des tests d’aptitude.
Evidement le jeune Nelson était doué. En une année seulement, il était devenu le major de sa promotion, encore quatre ans et il deviendrait Commandant, sa route était toute tracée, aidé dans l’ombre par son père, et personne n’était en mesure d’arrêté sa course vers les sommets.

•••


Au même instant débarquant du bateau Cyryl et Aramis découvrait du haut de leurs quinze ans la citadelle de Marineford, Quartier Général de la Marine et lieu où leur apprentissage allait se poursuivre.
L’officier de formation s’approcha du groupe arrivant de West Blue pour les guider là, où ils allaient résider les cinq ans que devait durer leur formation.



Quelques jours passèrent, et bien qu’il fût difficile pour les officiers formateur de l’admettre, deux des nouveaux arrivés avaient un niveau tel que leur promotion ne leur était pas adaptée. Ils disposaient en effet de bases bien suffisantes pour faire l’impasse sur la première année d’enseignement et rejoindre la promotion 1515.
C’est ainsi que Cyryl et Aramis rejoignirent le groupe de Nelson. Si l’accueil général dans le nouveau groupe fut bon, un élève ne fut pas enclin à se réjouir, il s’agissait bien évidement de Nelson, qui ne voyait en eux qu’une dangereuse concurrence qu’il fallait rapidement éliminer, ce d’autant plus qu’il connaissait bien le nom d’Atrecor, si bien qu’il profita de la première pause de la journée pour presser Cyryl de question :

- « Atrecor… C’est bien là ton nom, un… Cyryl ? »
- « En effet, et toi c’est Nelson c’est ça ? » Lui répondit Cyryl.
- « Exact ! Le fils du grand Nelson… Quand je pense que je dois côtoyer quelqu’un de ton engeance ça me rend malade… »

Cyryl ne prit pas la peine de répondre, il commençait même à s’éloigner quand Nelson le relança.

- « Où fuis-tu comme ça ? Tout le monde doit savoir, non ? … Et les gars vous savez qui était le grand-père du petit nouveau ? »
- « … » Impassible Cyryl se contenta de se retourner en direction Nelson.
- « Non, tu ne leur as rien dit… Et vous, vous n’avez même pas fait le rapprochement, ce type c’est le petit-fils d’Atrecor Lucian. » Se moqua Nelson, t’un ton sarcastique.

Cette révélation laissa l’assistance sans voix, Atrecor Lucian, tous connaissait se nom, jadis grand pirate, il rejoignit l’ordre des corsaires pour protéger ses fils nouveaux nés de la Marine. Sous les ordres du Gouvernement mondial il traqua les plus puissants pirates du Nouveau monde et fut adulé pour avoir fait chuter deux empereurs. Bien sûr tout cela datait d’avant l’ère de Roger, néanmoins aujourd’hui encore il était considéré comme le plus grand corsaire à avoir rejoint cet ordre.

- « Et… En quoi est-ce une honte ? Il a permis à ses fils, puis à moi de rejoindre la Marine. » Répliqua Cyryl.
- « Le sang d’un pirate coule dans tes veines, quand à ton père laisse-moi rire, la seule mort de son frère à suffit à lui faire quitter la Marine, tu parles d’un soldat. » Railla Nelson.
- « Tu penses me mettre à cran… Ridicule. Oui, mon père a quitté la Marine, mais c’est plutôt le grand Vice-amiral Nelson qui en est responsable, après tout sa victoire contre de commandant de la deuxième flotte de Barbe Blanche n’avait rien de glorieuse. »
- « QUOI ! QU’EST-CE-QUE TU VIENS DE DIRE LA ! »S’époumona Nelson.
- « C’est lors que cette bataille que mon oncle est mort, tout comme plusieurs centaines de courageux marines. Ton père n’a fait qu’envoyer, vague après vague, des soldats à la mort, là où le commandant de Barbe Blanche a combattu seul pour permettre la fuite ses hommes. Libre au gouvernement mondiale que considérer cela comme une victoire, pour moi ce n’est qu’un terrible gâchis. » Rétorqua Cyryl.

Les accusations de Cyryl mirent Nelson dans un état second, il se jeta sur lui, sans pour autant réussir à placer le moindre coup, ce qui ne faisait qu’accroitre en lui ce sentiment de rage. Finalement la reprise des cours mis fin à la confrontation. Jamais plus les deux belligérants n’échangèrent des paroles durant les quatre longues années qui suivirent.



Quatre ans plus tard, sur West Blue, un bâtiment de la Marine stationnait à la frontière avec Calm Belt.
A son bord celui qui en avait la direction, le tout jeune Commandant Nelson et ses deux Lieutenants Cyryl et Aramis. Tous attendaient l’arrivée d’un navire remplit de pirate de renom, arrivant tout droit du Nouveau monde, avec le projet fou de traverser la Calm Belt pour conquérir West Blue…••



- « COLONEL ! COLONEL ! » Tels étaient les cris d’un des soldats chargés de mener l’assaut.

Les hurlements du matelot avaient forcé le réveil du Colonel. Ce retour dans son passé l’avait en effet laissé figer de longues secondes, secondes durant lesquelles les trois interpellés avaient mis à mal la grande majorité des troupes chargés de leur arrestation. Le spectacle qui se déroulait devant lui mettait Nelson hors de lui, si son lieutenant, Horatio, tenait bon face à Aramis, Cyryl et le drôle d’individu ailé parvenaient à se défaire, sans mal, des attaques répétées des marines.

- « Colonel, l’un d’eux possède un fruit du démon ! Ni les balles, ni les sabres n’ont d’effet sur lui, et l’autre emploi des techniques bizarres, on dirait de la magie. Seul le Lieutenant arrive à contenir l’épéiste. Colonel que doit-on faire ? » Demanda le soldat.

Le commandant de la forteresse était acculé, tout se bousculait dans sa tête, si bien que même lui pourtant brillant tacticien, n’était pas en mesure de faire face à la situation. C’est alors qu’un nouvel individu, vêtu d’une soutane blanche, et dont le visage était masqué par sa capuche, apparu derrière lui.

- « Mon fils. Vous avez apparemment un sérieux problème. De plus j’ai ouï dire que l’un des belligérants était en possession d’un pouvoir démoniaque... Je pense qu’il est temps pour moi de vous venir en aide. » Avertit le mystérieux individu.
- « Père Lankester ! C’est vous ! Dieu merci… Voici l’individu possédé. » Répondit Nelson en désignant Cyryl du doigt.
- « Fort bien mon fils.» … « Razor ! »

A peine ces mots prononcés, le moine disparu brutalement pour réapparaitre derrière Cyryl, et, bien que celui-ci l’eut senti venir il ne disposa pas du temps suffisant pour contrer le coup à venir, il se prépara donc à l’encaisser.
A sa grande surprise cette énigmatique personne, qui venait d’apparaitre, se contenta d’apposer sa main droite sur sa poitrine, ce sans aucune violence.
Alors qu’il pensait engager un mouvement de dégagement, Cyryl se rendit compte que cette main était comme collée à lui, avant même de ne pouvoir tenter une quelconque attaque le moine s’adressa lui :

- « N’ait crainte mon fils, le démon qui d’habite va te quitter… Peregrinari a corpore daemon, PURIFICATIONIS ! »

A peine le prêtre eut-il fini de prononcer sa phrase, qu’une lumière vive émana de sa paume pour englober Cyryl dans son intégralité. Le spectacle, aussi stupéfiant soit-il, ne dura qu’un instant, et brusquement l’éclat prit fin. Le moine ôta alors sa main du torse de Cyryl et celui-ci s’effondra, inconscient.

- « Voilà… La première étape est terminée. Je vous le laisse Colonel. »
- « Parfait, merci de votre aide Père Lankester. Soldats ! Saisissez-vous de lui avant qu’il ne reprenne connaissance ! »

L’individu en soutane disparu aussi soudainement qu’il était venu, les marines, eux, obéissant à leur supérieur, fondirent sur le corps inanimé de Cyryl, et malgré toutes ses tentatives Vivian ne put empêcher sa capture, pas plus qu’Aramis, qui lui était aux prises avec Horatio. Finalement les soldats parvinrent, relativement facilement, à trainer Cyryl jusqu’aux pieds de Nelson qui, dès lors, s’adressa aux deux combattants restants :

- « Aramis ! Et toi le mec aux ailes ! Stoppez immédiatement le combat et rien ne sera fait à ce traitre de Cyryl, sinon... Vous m’avez compris... »

Les deux compagnons d’infortune se regardèrent, puis fixèrent le corps inerte de leur ami. Aramis s’adressa alors à Nelson d’un ton dépité :

- « Bien, tu gagnes, on se rend… Alors satisfait, Nelson…? »
- « Ravis même… Caporal ! Les Sergents Pollux et Castor sont-ils rentrés ? »
- « Non pas encore Colonel ! »
- « Quels crétins ces deux-là. Ils doivent encore trainer dans l’une des gargotes de Percador... Caporal retrouvez-les moi rapidement ! » … « Horatio ! Prends quelques hommes avec toi et enferme moi ses trois-là au sommet de la Tour de détention avec les autres rebuts de leur espèce… Ah ! Et tant que tu y es, profite en pour la descendre, il est temps pour elle de se préparer. » … « QUAND A VOUS AUTRES, dépêchez-vous de me nettoyer cette cour ! Tout doit être parfait pour demain, sinon… »



Le groupe de prisonnier et leur escorte arrivèrent finalement au sommet de la Tour de détention.
Cette tour était la plus grande et surtout la plus sécurisée des trois tours que comptait la forteresse. Au rez-de-chaussée se trouvait le plus important poste de garde de toute la citadelle, c’est d’ailleurs là où le groupe s’était attardé le plus longtemps, le temps pour les soldats de procéder à une fouille en règle, leur ôtant tous les objets considérés comme dangereux.
La tour en elle-même s’élançait ensuite sur sept étages. Le principe était simple, plus le prisonnier était dangereux, plus l’étage de sa détention serait élevé, et, compte tenu du saccage qu’ils avaient provoqué à l’intérieur du fort, les trois interpellés furent logiquement conduit au septième et dernier étage de la tour.
Sous l’ordre du lieutenant tous trois furent placés en cellule, y compris Cyryl, qui pourtant, était toujours évanoui.
Une fois sa première tâche accomplit, le lieutenant se tourna vers l’une des autres cellules de l’étage à l’intérieur de laquelle se trouver une jeune femme menottée dont le visage était caché par l’obscurité ambiante.

- « Alors ma chère, ce petit séjour en isolement t’as t’il rendu plus coopérative ? » Lui demanda le Lieutenant Horatio.
- « … »
- « Pas de réponse, je vais prendre ça pour un oui. » … « Toi, Matelot va y, ouvre la porte de la cellule » Poursuivit le gradé.

Le jeune marin s’exécuta, il ouvrit la cage et saisit la femme par la main dans le but de l’entrainer hors de sa geôle. Mal lui en prit, cette dernière, bien qu’enchainée, réussit par un gracieux mouvement à saisir le poignet du soldat, puis a le lui briser comme si de rien n’était.

- « MAIS C’EST PAS VRAI ! Chopez-moi cette cinglée vous deux ! Et toi arrête de chialer ! » Vociféra l’officier.

Solidement escorté, la prisonnière fut conduite vers l’escalier qui menait vers la sortie, ce, sans dire le moindre mot, ni même pour protester. En effet, elle était bien trop intelligente pour ça et elle venait déjà de faire passer son message en fracturant le poignet du marine, tel un simple fétu de paille.
Le septième étage était maintenant devenu bien silencieux, du moins pour un temps. Ici et là quelques frêles lueurs venaient se plaquer sur les froids murs du cachot. Progressivement Aramis s’adapta à la faible luminosité, il put ainsi voir émerger deux silhouettes des ténèbres qui l’entouraient.

- « Vous êtes qui vous ? »
- « Jadis des pirates, gamin… Aujourd’hui, nous ne sommes plus que des hommes qui attendons la mort. »
- « Intéressant… Tu entends ça Cyryl ? » Demanda Aramis à son ami qui c’était à présent à présent relevé, adossé contre les barreaux de sa cellule.
- « Tu te réveilles enfin. » Constata Vivian.
- « Pas exactement… » Rétorqua Cyryl.
- « Comment ça ? » S’interrogea Vivian.
- « Aramis, explique lui, tu veux … »
- « Avec plaisir Cyryl... Pour tout te dire angelot, Cyryl est réveillé depuis un bon moment déjà, en fait, depuis que Nelson nous a menacé afin que nous nous rendions. »
- « Quoi ! Mais pourquoi t’as fait le mort alors » S’impatienta l’ange.
- « Plus tard, d’abord j’ai une question pour vous messieurs les ex pirates. C’est barreaux, ils sont bien constitués de granite marin ? » Demanda Cyryl.
- « Ouais, exact …»
- « Alors c’est plus grave que ce que je ne pensais, je ne sais pas ce qu’il m’a fait l’autre cinglé en soutane, mais j’arrive à toucher le granite marin sans que cela ne me provoque aucune réaction … ça n’augure rien de bon… »
- « Tu as perdu ton pouvoir. » S’inquiéta Aramis.
- « Apparemment… Mais ce n’est pas là le problème le plus urgent. Vivian je suppose qu’il te reste quelques Dials bien cachés dans ton armure. Tu serais capable de faire sauter les verrous de ces cages avec ceux qu’il te reste. »
- « Ouais, sans problème, mais tu seras gentil de répondre à ma question… Pourquoi tu as joué la comédie ? »
- « J’y viens, Vivian... Jouer la "comédie" comme tu le dis, m’a permis de récolter quelques informations intéressantes, outre ce plan qui j’ai subtilisé dans la première salle de garde, j’ai pu tranquillement mémoriser les horaires des tours des garde et autres rondes de nos geôliers pendant que vous vous faisiez fouiller ».
- C’est bien beau tout ça, et ça vous avance à quoi de connaitre tout ça ? » Objecta l’un des pirates.
- « Excellente question. Permettez-moi de vous répondre par une autre question. Vous évader, ça vous tente ? Répondit Cyryl, un sourire au coin des lèvres.

À suivre …




Bien, voilà, c’est tout pour aujourd’hui, mais ce n’est pas totalement fini. Pour les plus courageux d’entre vous voici un nouveau bonus, qui contrairement à ce que j’avais dit précédemment, ne portera pas sur un personnage (en l’occurrence Vivian) mais sur la géographie :

Spoiler: Montrer
Comment ça sur la géographie ?
Oh, mais c’est très simple, en relisant certains de mes anciens chapitres j’ai pu constater que les descriptions de mes îles n’étaient pas toujours parfaites, aussi je me suis mis en tête de corriger cela en réalisant quelques illustrations, le tous agrémentés de quelques descriptions/explications supplémentaires.
Deux îles seront développées dans ce bonus, Wreck Island et Mont Pic Rouge.


Wreck Island :


Image

Localisation :
Calm Belt, non loin de West Blue.
Inspiration :
Elles sont au nombre de deux, d’abord on trouve le "continent de plastique" du pacifique, formé d’amas de débris dérivants ; ensuite on retrouve la forme caractéristique des termitières géantes d’Afrique.
Concept :
Il était de créer une île formée des débris des bateaux ayant ratés la traversée de Calm Belt, or dans One Piece la majorité des navires sont construit en bois, aussi l’idée de peupler cette île de termites géantes m’a paru intéressante, après il n’y avait plus qu’à fusionner les deux concepts pour créer Wreck Island.
Anecdote(s) :
Comme vous pouvez le constater sur le dessin, en plus de l’île principale en forme de termitière, une seconde île se dessine sur la gauche, il s’agit bien sûr de la partie de l’île sur laquelle a trouvé refuge Cyryl et qui se caractérise par la présence de champignons parasites mortels pour les termites. Néanmoins un point important concernant cette île n’a pas été traité dans le récit, son origine. Il s’agit en fait de l’ancienne île centrale, qui devenu trop imposante à basculée sous son propre poids, évidement cela provoqua la mort de la majorité des termites qui la peuplée à l’époque. Ce sont d’ailleurs les cadavres de ces termites qui en contact avec l’eau de mer ont donné naissance aux champignons parasites.
Si vous regarder bien la croix représentant la tombe de Magnus Oexmelin (voir chapitre introductif) se trouve sur le dessin.

•••

Mont Pic Rouge :


Image


Localisation :
West Blue, non loin de Redline.
Inspiration :
La première est évidente, il s’agit du Mont Saint Michel, l’autre trouve son origine dans les phares de pleine mer.
Concept :
L’idée de départ était de créer une île de refuge/de signalisation, ainsi une l’île "phare en haute mer" m’est tout de suite apparue, mais un simple phare ne me satisfaisait pas, l’île devait aussi être une île de commerce/de transite, et là, je me suis simplement inspiré de l’une des îles les plus connue au monde, le Mont Saint Michel.
Anecdote(s) :
Je l’ai déjà indiqué, l’île est un prolongement de Redline, c’est d’ailleurs cela qui explique la couleur rouge de la roche qui la constitue. Le phare quant à lui était à l’origine la demeure d’un dragon céleste. Ce n’est que lorsque celle-ci fut abandonnée qu’elle fut transformée en phare, ce, simplement en prolongeant le donjon déjà existant.
Dernière anecdote, la crique (non visible sur le dessin, mais on peut l’imaginer sur la gauche) a récemment était aménagé pour accueillir le "Port Royal" destiné à accueillir les grands de ce monde en toute discrétion, a noter que ce nouveau port est directement relié à la ville haute par un ascenseur ce qui évite au plus fortunés de croiser la plèbe de la ville basse.
Dernier petit point le dessin représente le côté de l’île par lequel Vivian et Cyryl sont arrivés sur leur frêle embarcation (voir chapitre introductif).


Pour le prochain bonus on poursuivra avec la géographie, avec la représentation de l’archipel d’Avemare (là où se trouve entre autre le fort de Gaviotaz) et les plans de la forteresse de Gaviotaz.

Voilà, comme toujours n’hésitez pas à commenter (si vous en trouvez le courage) et si vous vous posez une question contactez moi par message privé, j’y répondrai.
Allez, on se retrouve d’ici deux semaines environ (si tout va bien) pour la sortie du prochain chapitre.
Prochaine parution : Chapitre 4 – Evasion & opposition
Date de publication : dimanche 27 janvier 2013.


Dernière édition par IIC le Dim 17 Fév 2013 03:38, édité 3 fois.

Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 28 messages ]  Aller à la page [1], 2  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com