Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 8 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: The Last of Us
MessagePosté: Mar 25 Juin 2013 17:43 
500 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Mar 2007
Messages: 3597
Localisation: Académie Honnōji
Image


2013. Les États-Unis d'Amérique. Une foudroyante épidémie d'un type inconnu frappe le pays, modifiant profondément le physique et la mentalité des infectés pour les transformer en froides machines à tuer. 20 ans plus tard, l'humanité est au bord de l'extinction à cause de cette épidémie, nommée Cordyceps. Les hommes se sont réfugiés pour les plus chanceux d'entre eux dans des zones de quarantaines, d'anciennes grandes métropoles où les allers et venus sont strictement contrôlés par les forces militaires de ce qu'il reste de l'État américain. Au milieu de cette dramatique situation, Joel, la cinquantaine, essaye de survivre au quotidien avec ses activités et trafics illégaux. Un nouveau contrat va changer la donne.

Le chant du cygne de la PS3 vient peut-être de débarquer en 2013 avec The Last of Us, dernière production du studio Naughty Dog. Les dernières années du studio ont principalement été marquées par le développement de la trilogie Uncharted, titres d'action/aventure à succès qui avaient permis à la PS3 de bénéficier d'une nouvelle licence forte. Naughty Dog s'essaye donc avec The Last of Us à une nouvelle aventure, couronnée elle aussi de succès ?

The Last of Us est présenté comme un Survival Horror où l'action a sa place. Dans la lignée tracée en son temps par Resident Evil 4 (2005), le titre alterne les séquences calmes jouant sur une peur d'ambiance et les séquences d'action où la peur se veut davantage une réaction à ce qui se trame à l'écran. Sur ce plan, l'aventure est une réussite : à l'instar d'autres mastodontes du genre, on parvient à tressaillir ou à être dérangé par la trame horrifique proposée. Après, quant à savoir si The Last of Us est un jeu répondant aux canons classique du Survival Horror... Non, nous sommes vraiment en présence d'un titre qui est l'héritage du Survival Horror/Action de ces dernières années.

Image

Pour embarquer le joueur une quinzaine d'heures durant dans son univers post-apocalyptique, le jeu propose trois types de phases différentes qui s’enchaînent tout du long, voire parfois se croisent. Le premier de ces gameplay est celui de la survie. Dans un monde autrefois prospère, libre à vous de récupérer les objets du quotidien utiles à votre survie. Par exemple, en récupérant des bouteilles d'alcool et des bandages, vous pouvez confectionner des kits de soin utiles en cas de coups durs. Le jeu vous invite donc à fouiller à outrance les différents environnements pour trouver les éléments que vous pourrez associer pour obtenir des objets efficaces dans le but de survivre à cet hostile environnement. Les objets proposés sont nombreux et invitent à faire des choix cruciaux : par exemple, avec les mêmes éléments, mieux vaut-il confectionner des kits de soin ou bien préparer des cocktails Molotov en vue des situations tendues ? Ces parties du jeu sont intéressantes car elles permettent de décompresser quelque peu, de profiter du formidable univers graphique proposé (surtout parce que l'on ne se sent pas enfermés dans des couloirs étroits durant la progression) et découvrir des éléments qui approfondissent le background de l'histoire (notamment la période où l'infection s'est déclarée et les premières années liées à la survie des différents groupes d'hommes).

Le deuxième gameplay proposé est axé sur la furtivité. Votre personnage principal n'étant pas capable de faire apparaître de façon illimitée des munitions pour les différentes armes à feu qu'il peut trouver sur sa route, il vous est vivement conseillé de faire attention dans les rencontres tendues à jouer davantage sur la furtivité que votre habilité à coller des balles entre les deux yeux de vos adversaires. Personnellement, j'ai bien apprécié ces phases, qui m'ont férocement rappelé le gameplay de Splinter Cell (2002) : amené à être souvent accroupi, vous jouez à cache-cache dans les décors avec vos assaillants pour pouvoir les attraper dans leur dos. Là, deux options s'offrent à vous : soit vous vous en servez comme bouclier humain, soit vous abréger les jours de votre victime... Même si il est dommageable, contrairement à Splinter Cell ou Metal Gear Solid, de ne pas pouvoir interroger ses cibles pour avoir de plus amples informations sur ce qu'il se trame, le jeu se veut généreux avec les joueurs qui jouent le jeu de la furtivité avec des munitions supplémentaires et tout simplement la survie (votre personnage principal n'étant pas capable de digérer outre mesure quelques balles dans son corps). Le jeu met notamment en avant ce gameplay quand le joueur se retrouve à infiltrer des zones d'infectés appelés « Claqueurs » : ces derniers sont aveugles, très résistants, se repèrent au son et provoquent une mort instantanée si ils vous attrapent ; tension garantie lorsqu'ils sont dans les parages accompagnés d'infectés lambdas qui ne se privent pas eux de faire du bruit histoire de les rameuter !

Image

Le troisième et dernier gameplay proposé est tourné vers l'action, de manière assez similaire à ce que l'on connaît de Naughty Dog à travers Uncharted : armé de quelques munitions, vous devez essayer de vous en sortir face à des groupes bien armés et bien organisés pour ratisser les zones où vous vous terrez. Ici, le gameplay est attrayant et on retrouve des sensations sympathiques des précédents titres cités. J'ai pour ma part surtout apprécié le maniement de l'arc, arme surpuissante dans ce jeu qui permet une très bonne furtivité. De plus, n'étant pourtant pas un adepte des armes types grenades dans les divers jeux, j'ai adoré utiliser les pièges types boites de conserves explosives ou bien les cocktails Molotov déjà cités. The Last of Us est doté d'un mode multijoueurs qui s'associe à ce gameplay et ressemble férocement au mode multijoueurs de Uncharted 3 : relativement amusant mais pas indispensable.

Image

The Last of Us est un jeu qui bénéficie d'une direction artistique démente : chaque salle ou chaque endroit que vous allez traverser dans ce jeu raconte une histoire propre ou bénéficie d'un soin particulier. Par exemple, chaque maison ou appartement que vous visitez a son ambiance propre et on a de terribles impressions de déjà-vu quand vous traversez des banlieues pavillonnaires laissées à l'abandon. Naughty Dog frappe fort ici car l'immersion dans cet univers post-apocalyptique est de taille pour le jeu. De plus, The Last of Us est l'un des jeux les plus beaux que l'on peut trouver sur PS3 : sincèrement, j'ai vécu à nouveau la claque graphique que j'avais déjà vécu avec Uncharted 2 (réalisation globale et cinématiques). En voyant un tel résultat à l'écran avec une PS3 en fin de vie, même si tout n'est pas parfait (aliasing parfois prononcé), ça laisse songeur pour le saut vers la Next Gen promis en fin d'année...

Reste à aborder le véritable point fort de The Last of Us, celui qui doit normalement vous amener à vivre au moins une fois cette expérience : l'intensité sentimentale de son scénario. Dès le prologue, le dit scénario risque de vous toucher et ne plus vous lâcher. Bénéficiant d'une motion capture de haute volée et d'une technique irréprochable, les cinématiques servent admirablement un scénario très prenant. Ici, la survie n'est pas un vain mot et les situations exposées ne pourront qu'interpeller le joueur dans ses convictions. Le jeu ne se veut clairement pas manichéen et personnages principaux comme antagonistes ont des raisons valables de faire ce qu'ils font dans cette situation critique, libre au joueur de supporter ou non ce qu'il sera appelé à faire dans certaines situations... J'ai adoré suivre cette histoire qui m'a surpris plus d'une fois, et c'est bien là la force de ce titre, servie il est vrai par un gameplay des plus plaisants.

Qui dit « Histoire addictive » dit « personnages évocateurs » pour la vendre. Pas de détour possible ici : le duo Joel/Ellie (les deux personnages présents sur la jaquette du jeu) risque de faire parler de lui durant très longtemps ! Sincèrement, cela fait bien longtemps que je n'ai pas été secoué ainsi par des personnages présentés dans un jeu-vidéo. Leur relation est si intense à découvrir que je ne me risque pas à dévoiler le moindre déroulement de son fil mais on tient bien là une motivation majeure pour découvrir la fin du jeu. Joel et Ellie ne sont pas seuls dans cette aventure et les autres personnages ont aussi leurs moments de gloire, associés plus souvent à des retournements de situation importants. À ce niveau là, pour ma part, la réussite est totale dans l'écriture des personnages, notamment pour Joel et Ellie qui tirent clairement la couverture à eux.

En conclusion, The Last of Us a été une très, très, très belle expérience vidéoludique pour ma part. Même si je n'ai pas été très surpris par les mécaniques de gameplay mises en avant (elles sont bonnes, il ne faut pas se leurrer, mais elles tiennent en partie de la trilogie Uncharted), j'ai littéralement adoré le scénario et les personnages présentés dans cet univers post-apocalyptique. Assurément l'un des jeux incontournables de l'année 2013, ainsi qu'une nouvelle référence du genre Survival Horror/Action.


Image

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: The Last of Us
MessagePosté: Dim 28 Juil 2013 20:44 
Ô-Totoro
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Mar 2006
Messages: 3647
Localisation: Échappe à la connaissance
Je viens d'atteindre la dernière phase, Spring, et pour le moment je trouve que la plus grande force narrative du jeu ne réside pas dans ses cinématiques. C'est effectivement dans les environnements racontant chacun une histoire : par l'aspect des décors, les notes laissées, les cadavres, les interactions entre les personnages et les dialogues hors cinématiques. Par exemple, l'évocation du passé de Joel à travers sa brève carrière de chanteur, c'est l'élément cheesy par excellence, mais le fait qu'elle ne se fasse pas à travers une cinématique avec moultes violons et larmes sur le visage des personnages la rend tout de suite plus intéressante.
En gros, ça ressemble à un jeu et pas à du cinéma entrecoupé de phases de gameplay.

Artistiquement et scénaristiquement, c'est ce à quoi aurait dû ressembler la série Revolution si ça n'avait pas été créé par des incompétents et/ou des producteurs louchant sur des statistiques. Et encore, la plus grande force du jeu étant l'atmosphère qui se dégage du parcours des décors, une adaptation cinématographique réduirait forcément sa portée. En série, par contre, je dis pas, mais vlà le budget @_@.

L'ensemble est tellement beau que je dois en être à 15h de jeu, dont 10 à marcher tranquillement entre les ruines, histoire d'être un Joel cool et pas un Joel pressé 8)

J'ai, pour l'instant, une grosse réserve concernant le découpage du jeu : la première phase, Summer, est la plus longue alors que Autumn (visuellement époustouflante) est limitée à deux séquences, et une seule pour Winter (pour cette dernière, c'est compensé par une efficacité et un rythme incroyables de bout en bout).

edit : Ca y est j'ai terminé le jeu et j'ai recommencé une partie en mode Survivant (bien tendu mais pas impossible, chouette). C'est juste :O de bout en bout.
J'ai commencé dans le même temps Uncharted 3 de Chien coquin et v'là la comparaison : une fête foraine scénaristique qui ressemble à du sous-Indiana Jones 3 (qui est déjà un sous-Indiana Jones) avec des stages bordéliques ponctués de QTE, de QTE et parfois de fusillades (trop délire), des scripts immondes (au début, dans un garage, si tu passes pas sur UNE des 40 000 dalles au sol, tu tournes en rond comme un con) et des personnages en carton contre une histoire simple mais racontée avec justesse et allant jusqu'au bout de son idée et de ses personnages, une ambiance de folie sans cesse renouvelée où chaque élément du décor a sa propre histoire qui transparait, un gameplay diversifié (approches bourrines et discrètes se complètent farpaitement) où les phases de QTE pourtant bien présentes ne donnent pas l'impression de réaliser des trucs de fou méga frustrant à ne pas pouvoir exécuter à la manette, des scripts élégamment placés et des personnages attachants et jamais clichés.

Je trouve même que les défauts du jeu n'en sont pas vraiment : l'IA teubé qui ne repère pas les pnj (en même temps, je trouve ça totalement pertinent dans la mesure où ça permet de ne pas avoir à se taper des game overs rageant), le manque de peps du final (mais c'est totalement raccord avec l'aventure qui a été vécue jusque là) et le déséquilibre entre les différentes saisons (on passe moins de temps sur l'automne, l'hiver et le printemps cumulés que sur l'été... mais quelle aventure tout de même !)

_________________
| Avatar : A. Schaff |


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: The Last of Us
MessagePosté: Lun 16 Sep 2013 13:01 
300 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Oct 2009
Messages: 1679
Leto II a écrit:
(on passe moins de temps sur l'automne, l'hiver et le printemps cumulés que sur l'été... mais quelle aventure tout de même !)

Pfff... N'importe quoi. J'ai mis autant de temps pour réussir à tuer ce foutu cerf en hiver que pour parcourir tout l'été.

Alors, mes impressions sur The Last of Us, quelques jeures après avoir bouclé l'aventure : bah, c'était vachement prenant. Une excellente ambiance tout du long qui m'a bien pris aux tripes au fur et à mesure de l'exploration de toutes ces ruines, zones urbaines inondées et autres immeubles désolés menaçant de s'effondrer sur eux-mêmes à chaque instant.

Le découpage en saison aide énormément à l'immersion et à la narration, chaque période répondant à une thématique bien particulière et explorant de nouvelles facettes de la relation entre Ellie et Joel. Même si j'ai trouvé la période estivale trop longue pouvant me lasser par moment. Heureusement, de fréquents changements de lieux, de personnages et de problématiques permettent de renouveler de manière régulier l'intérêt. Le rythme devient bien plus soutenu et l'action intense passé cette saison, l'automne étant vraiment le moment où le jeu décolle vraiment, avec des environnements magnifiques et de vrais liens qui commencent à se tisser entre nos deux protagonistes.

Mais ma plus grosse claque dans ce jeu, ça aura été toute la période de l'hiver où là, on s'en prend un peu plein la tronche. Alors qu'on s'était plutôt bien habitué à la maîtrise des systèmes de jeux et à l'éradication des bouffeurs de carne grâce aux nombreux jouets acquis (bombes à clous, cocktails molotov, fusil à pompe, lance-flamme !, sans oublier la bonne petite machette qui fait plaisir à être plantée dans une sale tronche), on nous enlève toutes nos bonnes vieilles habitudes et notre attirail, en prenant soin au passage de nous refiler une bonne petite flopée d'infectés et de chasseurs. Punaise, quelle montée en puissance de stress et d'angoisse tout à coup ! Je me demande encore comment j'ai réussi à me tirer de la sale situation nous confrontant à une invasion de coureurs, de claqueurs, et même une de ses saloperies de colosse (bon je me suis fait buter quelque chose comme 15 ou 20 (fois aussi). Qui plus est, une visibilité extrêmement réduite arrivé un certain point du fait de la tempête de neige, et un moment qui m'a juste terrifié personnellement lors du combat en trois manches contre "l'homme à la machette".

Pour moi, automne et hiver ne sont pas du tout des périodes que je juge comme trop courte ou trop rushée, elles disposent d'une durée parfaite aidant à créer un certain dynamisme et à ne jamais perdre l'attention du joueur. En revanche, il en va autrement du printemps, qui là m'aura plutôt déçu. La phase en ville été plutôt très sympa niveau émerveillement, ça débute légèrement et ça nous aide à faire retomber la pression et à profiter des quelques échanges entre Ellie et Joel. Mais la suite et fin du jeu manquent de situations périlleuses sortant de l'ordinaire. Les quelques face à face avec les infectés ou dans l'hôpital n'arrivent pas vraiment à se distinguer d'autres cas qui nous ont été présentés durant notre voyage et peinent à installer cette nouvelle ambiance de dernière ligne droite haletante que j'attendais.
A titre d'exemple, durant tout le jeu, j'ai attendu avec des frissons d'effroi deux situations que l'on devine arriveront tôt ou tard. Les moments où l'on fait franchir Ellie au dessus d'un obstacle pour qu'elle nous ouvre la porte, et où l'on craint et où l'on est dressé sur son fauteuil en attendant qu'un éventuel hôte fort peu désiré se manifeste à ses côtés. Et les passages nous demandant de faire franchir une zone inondée à Ellie et où l'on surveille le moindre de ses pas en attendant que la plate-forme sur laquelle elle se repose ne s'effondre. Bien sûr, ces deux moments arrivent enfin, mais de manière très molle, se résolvant sans grandes difficultés et sans que la peur ne vienne nous secouer.

Un détail, mais c'est un peu dommage, d'autant que les moments où j'ai rempli mon slip ne manquent pas. Que ce soit m'a première confrontation avec un claqueur, pousser la voiture de Bill alors qu'on est encerclé d'infectés, le tank lancé à notre poursuite, l'échappée des égouts ou encore la phase de sniper où l'on doit protéger le groupe.
Un vrai plaisir d'explorer les cités en ruine et de contempler les environnements (punaise, la scène de pluie torrentielle à la sortie de Boston est juste hallucinante, autant d'un point de vue visuel que sonore !), et le fait d'être scotché à la manette durant les phases d'infiltration/combat, en cherchant la moindre petite cachette, guettant les faits et gestes des gardes ou des monstres et testant les différentes possibilités et armes offertes pour parvenir au bout d'une carte.
Et même si je reste très mauvais à ce type de jeu (j'ai quelque chose comme 162 morts et moins de 50% de réussite au tir en mode facile ^^), j'ai absolument été conquis par l'expérience proposée et surtout par ce duo mémorable que l'on accompagne et du développement qui en est fait. Ellie est une gamine formidable et on a qu'une envie, tout faire pour la protéger.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: The Last of Us
MessagePosté: Mar 19 Nov 2013 23:18 
300 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 19 Déc 2007
Messages: 1624
Localisation: Comme la vérité, ailleurs.
The Last of Us...
Naughty Dog n'est vraiment pas mon ami, normal en même temps c'est un chien, du coup avant d'avoir joué au jeu je portais un œil très sombre sur le jeu. Et pourtant...

Mais reprenons depuis le début, un scénario forcé pour mener à une chose que l'on attend forcément dans ce genre d'histoire. On essaye de nous attacher à un personnage qui meurt rapidement mais chez moi la manière dont c'est fait ne fonctionne pas du tout. De plus il y a plein de détails très moches dans les séquences, ainsi la route est floue, les environnements de nuits font que le studio ne s'est pas foulé pour être magnifique, il est beau et ça s'arrête là. Autre gros problème de cette introduction, la maladie que l'on appelle COD. Pourquoi dans ce genre d'histoire vouloir tout faire exploser autour du personnage. Un scénario intéressant n'a pas besoin d'explosion toutes les minutes pour être intéressant. Sûrement des gens fan de la lamentable série TV Walking Dead. Et oui on va commencer à mettre cette licence en jeu parce que j'y reviendrais à plusieurs moments, si je n'oublie rien. L'introduction finie donc sur une chute qui est aussi logique et attendue (donc peu marquante), qu'elle peut être risible. Nan mais franchement, il y a à peines des émeutes que déjà les militaires se sont organisés pour encerclés les villes et faire des périmètres ? Et en plus de cela il y a déjà de tuer des civiles, comme cela ? C'est tellement pas crédible que j'ai hésité à arrêter le jeu tant la peur de me retrouver devant un WD tv bis était fort mais heureusement…

Heureusement cela s'arrête rapidement par la suite. On touche là une réelle et rare originalité dans un jeu Naughty Dog PS3 version. Le choix du personnage. Ici pas de bel éphèbe de trente ans pour adolescent mais un gars bien bourru, grisonnant avec la cinquantaine approchant. L'originalité dans les personnages s'arrête là pourtant car pour le reste on baigne tellement dans du cliché et du plat qu'a aucun moment cela les rends intéressants. D'ailleurs j'ai dit du bien du caractère originel du personnage principal mais derrière une création plutôt sympathique, l'intérieur du personnage est lui aussi pourri par un classicisme et un cliché assez flagrant. Un vieux qui sera bourru au départ et qui va s'assouplir par la suite parce que voilà. La profondeur des personnages n'étant pas très prononcé et tournant toujours en rond. A mon sens. Le scénario ne propose rien de bien intéressant, il permet simplement de profiter d'une aventure dont on profitera pendant un temps mais qu'on oubliera rapidement, la faute à un gros manque d'originalité et d'une platitude assez conséquente. Et puis il y a des passages bien nanarghty Dog également. Le passage avec la mort d'un personnage par des militaires qui sortent d'on ne sait où. Oui parce que bon passé la zone de quarantaine ils n'ont aucun intérêt de poursuivre quelques fuyard vers une mort assurée. Essayer de réfléchir 2 secondes à cette ficelle scénaristique vous comprendrez qu'elle n'est pas logique, le problème étant qu'à part servir de mort sacrificiel pour le personnage l'apparition des militaires à ce stade ne sert à rien puisqu'on ne les reverra plus. Juste pour éviter une mort plus tragique du personnage en somme.

Et le problème du scénario du jeu il est bien là, dès qu'on peut avoir un développement intéressant dans le jeu celui-ci est tourné pour que son impact soit amoindri. Parfois même il ressort de manière totalement absurde. Pendant longtemps je me rappellerai de l'hiver. Pendant tout le début de l'aventure on joue Elie qui tue des infectés puis on tue des humains par pelleté de douze, et paf à la fin elle est traumatisé. Parce que c'est une cut scene. On est ou là ? Voilà donc ce genre de chose ne passe pas du tout et la logique est absente de la construction des personnages. On ne rate même pas le "je t'aime mais je suis obligé de faire cela" et du "non je l'aime je n'accepte pas". Le scénario n'est pas mauvais il n'est pas là le problème. Le souci principal c'est que l'on veut en faire une œuvre majeure sauf qu'elle a été écrite pour des adulescents (encore que ado tout court conviendrait mieux), plus qu'autre chose. Le scénario ne permet jamais de nous mettre une claque dans la figure pendant les séquences, et tout ce qui se passe à déjà été vu bon nombre de fois dans d'autres œuvres de survie, et cela de manière bien plus intéressantes. Il faut reconnaître tout de même que le studio a su faire autre chose que du scénario nanar débile pour son jeu qui possède un sujet sérieux, de là à l'encenser lui et sa fin en carton-pâte… A la fin du jeu j'avais clairement plus envie de me replonger dans le jeu The Walking Dead (TWD)plutôt que de refaire ce jeu. Même envers la personne que l'on doit protéger c'est raté. Dans le premier jeu que j'ai cité, l'empathie est forte car c'est le premier personnage que l'on rencontre, il est pur et en tant que protagonistes principal on veut faire en sorte de la protéger de tout ce qui peut arriver. Ici on a droit à une gamine qui sort des insultes toutes les deux minutes, enfin pendant les trois quarts du jeu sur la fin elle arrête (ce que je me demandais si elle allait arriver à le faire) donc niveau construction et profondeur des personnages ce n'est pas ça. Et puis surtout on nous propulse dans un passage on par son biais on tue plein de gens. Pourquoi vouloir protéger une fillette qui sait se défendre ? Il est où l'intérêt là ? Non et puis vraiment cette fin… =_="

Côté gameplay le studio a mis de côté celui tout naze et approximatif d'Uncharted pour mettre une mécanique beaucoup moins permissive et plus rigide, mais plus réaliste au tout. C'est très sympa et il est appréciable de parcourir les différents niveaux proposés. Les contrôle sont bien plus précis… sauf dans les gunfights ou le studio reste cloisonné dans le brouillon de jouabilité. Un autre défaut important du soft est issu de la trilogie PS3 du studio. Pourquoi vouloir faire de la furtivité s'il n'y a aucun contrôle pour cacher les corps ? Cela existe depuis le début des années 2000 (1990 ?) donc qu'il n'y en ai pas en 2007, en 2009 ou 2011 soit. Mais absent d'un AAA en 2013 ce n'est même plus du fumisme c'est de l'incompétence. C'est d'autant plus rageant quand on se fait prendre après 15 minutes de furtivité à cause d'un corps laissé là depuis 10 minutes. C'est une chose à laquelle je ne m'habituerais jamais. Niveau des phases de jeu il y en a deux clairement. Sois on se ballade sois on combat. Le rythme est d'ailleurs démonté par cette dynamique qu'on en perd toute intensité ou suspens. Contrairement à TWD ou le danger arrive à tout moment même quand on ne s'y attend pas ici c'est tout l'inverse. Le manque de pression, et donc de peur, est assez terrible pour ce genre de jeu et tue l'essence même du genre du survival horror. D'ailleurs le jeu est très mal découpé personnellement j'ai dû faire 7h sur l'été, 2h sur l'automne, 1h40 sur l'hiver et à peine plus d'1h sur le printemps. Les deux parties intermédiaires m'ont d'ailleurs particulièrement piqué les yeux. Le moteur cache la misère graphique sur des couleurs saturés mais dès que cela s'assombrit vive les pixels et le crénelage. Mais il parait que les jeux du studio sont magnifiques… En fait là où j'ai été impressionné surtout c'est sur la modélisation des personnages. Ceux-ci sont vraiment magnifiques. Mais voir les décors en arrière donne l'impression d'un mauvais incrustage photoshop résultat qui est particulièrement curieux.

Bon mine de rien je casse le jeu mais contrairement à la trilogie Uncharted j'ai passé un bon moment. Tout simplement parce que malgré ses nombreux défauts il propose une aventure sympathique et surtout qui dure un peu plus longtemps que 5 ou 6 heures. Et cela à notre époque c'est déjà énorme. Un bon jeu sympathique à essayer, sans forcément crier au chef d'œuvre qu'il n'est pas vraiment.


Pour finir quelques quote :

Spoiler: Montrer
Bubul
le titre alterne les séquences calmes jouant sur une peur d'ambiance et les séquences d'action où la peur se veut davantage une réaction à ce qui se trame à l'écran.
Comme je l'ai dis c'est justement ce qui casse l'ambiance du jeu. Ou c'est calme ou il y a des ennemies, pas vraiment prenant je trouve.

le jeu propose trois types de phases différentes qui s’enchaînent tout du long, voire parfois se croisent. Le premier de ces gameplay est celui de la survie. Dans un monde autrefois prospère, libre à vous de récupérer les objets du quotidien utiles à votre survie. Par exemple, en récupérant des bouteilles d'alcool et des bandages, vous pouvez confectionner des kits de soin utiles en cas de coups durs.
Ha oui cette fameuse phase. Bin globalement que ce soit là ou qu'on ramasse c'est du pareil au même je trouve. C'est vraiment une option présente pour faire genre "bin on a mis quelque chose de pas très développé profitez-en". Mais c'est quand même sympa sans être transcendant.

The Last of Us est un jeu qui bénéficie d'une direction artistique démente : chaque salle ou chaque endroit que vous allez traverser dans ce jeu raconte une histoire propre ou bénéficie d'un soin particulier.
keuf, keuf. N'importe quel jeu important de notre époque bénéficie du même apport de détail. J'ajouterais même quand regardant en arrière il y a très peu de ces fameuses zones bien identifiable. La faute en est que 95% des bâtiment que l'on croise sont fermés. C'est bête. ^^

De plus, The Last of Us est l'un des jeux les plus beaux que l'on peut trouver sur PS3 : sincèrement, j'ai vécu à nouveau la claque graphique que j'avais déjà vécu avec Uncharted 2
keuf, keuf. juste keuf keuf. tu feras partie des gens qui vont avoir une claque grâce aux nouvelles consoles et leur graphismes datant d'il y a deux ans.

Cielo
Le découpage en saison aide énormément à l'immersion et à la narration, chaque période répondant à une thématique bien particulière et explorant de nouvelles facettes de la relation entre Ellie et Joel.
mouais j'ai plus eu l'impression que c'était injustifié pour seulement montrer des environnements sous différentes saisons. un jeu vraiment de qualité aurait joué le jeu de la survie sur l"'automne avec la chute des température et en hiver avec le moyen de survivre pour la nouriture. C'est pas en chassant un cerf pendant 2 minutes que cela suffit.

Alors qu'on s'était plutôt bien habitué à la maîtrise des systèmes de jeux et à l'éradication des bouffeurs de carne grâce aux nombreux jouets acquis on nous enlève toutes nos bonnes vieilles habitudes et notre attirail, en prenant soin au passage de nous refiler une bonne petite flopée d'infectés et de chasseurs.
Euh... on enlève juste les pistolets et les fusils. Le gameplay reste très strictement le même? C'est d'ailleurs très gênant d'avoir le même gameplay entre un vieux de 50 ans et une ado de 14 ans, avis personnel. Pis de toutes façon l'arc y'a que cela de vrai.

Pour moi, automne et hiver ne sont pas du tout des périodes que je juge comme trop courte ou trop rushée, elles disposent d'une durée parfaite aidant à créer un certain dynamisme et à ne jamais perdre l'attention du joueur. En revanche, il en va autrement du printemps, qui là m'aura plutôt déçu.
Dès l'automne le studio balance plein de petites histoires pour gonfler leur jeu jusqu'à la fin. Le tout me paraît super flagrant surtout quand on repense aux longueurs de la période sur l'été alors que d'autres choses plus intéressantes sur les autres saisons sont lâchés et développer de manière très furtive.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: The Last of Us
MessagePosté: Lun 10 Aoû 2015 01:33 
Chasseur de Rêves
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 11 Nov 2004
Messages: 2492
Localisation: Nulle part ailleurs
Le message peut contenir du spoil :

Je viens de finir ce jeu, et je ne pense pas que l’on puisse ressortir indifférent après une telle expérience vidéoludique qui tient en haleine du début jusqu’à la fin par sa réalisation et par le scénario, réaliste voire cruel mais certainement mature.

On a l’impression de retrouver Matthew Fox perdu dans l’univers de Walking Dead et formant un duo implacable avec une petite fille façon God Bless America le film. Visuellement c’est super beau mais j’aime bien la remarque de Leto quand il dit que l’on n’a pas affaire seulement à des scènes façon cinéma entrecoupées de phases de jeu. On est vraiment aux commandes et on prend aussi bien du plaisir que du stress à faire avancer les persos le long de l’histoire. Perso la fin de l’automne avec la blessure de Joel, j’avais l’impression de la subir moi-même tellement c’était bien fait, aussi bien en réalisation qu’en jouabilité et là on voit le bon mélange des deux, Les graphismes aident pas mal également, d’ailleurs au tout début du jeu quand on prend le contrôle de la fille de Joel, il m’a fallu quelques secondes pour me rendre compte que le jeu m’avait donné la main… wow !

Le point fort est bien entendu la relation Joel/Ellie qui m’a réellement touché, surtout lors de l’échange dans la cabane durant l’automne, car c’est à partir de là où Joel se laisse aller, même si c’est difficile pour lui de s’attacher à quelqu’un il tente encore le truc, et ça en dit long sur la nature humaine et qui nous renvoie à nous même. Je ne pense pas par exemple avoir été le seul à me poser la question sur la décision à prendre si j’avais été à la place de Joel vers le(s) choix à la fin du jeu.

Perso j’ai adoré toutes les saisons chacune apportant une nouvelle vision comme le note cielo. La fin de l’été m’a littéralement choqué, je pense avoir lâché la manette tellement j’ai été surpris mais il n’y a pas que cette scène, je pense une nouvelle fois à la blessure de Joel. Mais je pense que le passage le plus choquant dans le jeu c’est bien l’hiver, car non seulement on joue avec Ellie et que l’on a peur pour elle à chaque instant, mais le truc c’est que l’on tombe sur une bande de malades mentaux avec un leader qui fout vraiment la trouille. Quand t’as affaire à un méchant premier degré qui veut te tuer pas de problème mais le leader de la bande de malades de la partie hiver est vraiment un perso qui apporte une réelle tension psychologique et remet sur le tapis la notion de confiance qui est totalement perdue dans un monde comme celui que nous propose le jeu (on n'arrive pas à deviner ses intentions, donc on se méfie d'autant plus qu'il est gentil, surtout par rapport à une petite fille et la chose est assez bien suggérée sans être lourde durant cette phase). Je pense que c’est la saison qui m’a le plus fait d’effet tant elle beigne dans le désespoir le plus total avec Ellie toute seule et Joel dans un piteux état, sans parler de la dureté de la saison, avec la tempête de neige, non rien à dire les gars qui ont fait ce jeu ont pensé à tout. Ce passage me rappelle aussi l’OST du jeu qui est tout simplement excellente, une musique d’ambiance et qui est à l’hauteur de tout le reste, punaise rien que le thème all gone déclenche une inondation illico.


Je suis content de faire ce genre de jeux et de me laisser le temps de les découvrir dans une période qui me permet de vraiment les apprécier, et je suis content encore une fois de ne pas être passé à côté de cette perle. Une nouvelle preuve s’il en fallait une de montrer que le jeu vidéo est tout un art, tout un art.

_________________
Image
Lezard Valeth a dû maitriser les mystérieuses règles du forum... pour pouvoir déchiffrer la Pierre Philosophale.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: The Last of Us
MessagePosté: Dim 4 Déc 2016 19:31 
500 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Mar 2007
Messages: 3597
Localisation: Académie Honnōji


Prenez mon argent Naughty Dog et Sony, mais faites que ce second opus soit au moins aussi démentiel que le premier ! Maintenant que je sais qu'il existe un développement en cours pour le jeu qui m'a le plus retourné ces dernières années, voire l'un de ceux qui m'a le plus secoué de toute ma carrière de joueur, je suis carrément en transe !

Joel et Ellie sont donc de retour, sachant que la protégée de Joel a grandi et a désormais 18 ans. Tatouée et ensanglantée, celle qui a apparemment aussi appris à jouer de la guitare en veut apparemment beaucoup à des personnes qui n'auraient pas dû franchir la ligne jaune avec elle... Les paris sont ouverts : l'armée ? Les Lucioles ? Les rescapés de la ville de David ? Des inconnus ?

D'après les retours des développeurs à la Playstation Experience 2016, Sony prévoyait de vendre le morceau à l'E3 2017 mais Naughty Dog a préféré une révélation dès cette fin d'année. Mais que va bien pouvoir sortir Sony de sa poche désormais ? Ce titre là étant assurément l'un des plus attendus, si ce n'est le plus attendu de ses productions maison ?

Les développeurs ont aussi signifié qu'Ellie serait le personnage le plus joué dans cet opus, mais que Joel serait aussi de la partie (Hell Yeah !). De plus, si le thème du premier opus était "l'amour", les développeurs annoncent que le second aura pour thème "la haine"... Neil Druckmann, vend moi à nouveau du rêve !

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: The Last of Us
MessagePosté: Dim 4 Déc 2016 22:07 
500 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Juil 2016
Messages: 107
Hum, je sais vraiment pas quoi penser de cette annonce. D'un côté je suis heureux de retrouver ces persos, mais je me demande si c'est vraiment nécessaire. Le premier jeu a vraiment une très belle fin et une suite l’atténuera forcément. The Last Of Us se suffit amplement à lui même sans nécessiter une suite. Bon je ne doute pas un seul instant de la qualité de cette dite suite, Naughty Dog s'y connait et le jeu sera excellent sauf accident de parcours.
D'ailleurs mauvaise nouvelle, Bruce Straley le co-directeur du premier jeu ne participera pas à cette suite. Il n'est clairement pas aussi médiatisé que Neil Druckmann mais il a joué un rôle tout aussi important dans la création de The Last Of Us et le voir absent ne me rassure pas forcément. Officiellement il est juste parti en année sabbatique donc rien d'inquiétant, j'espère juste qu'on ne se retrouvera pas dans le même cas qu'avec Amy Hennig qui s'est retrouvée écartée de Uncharted 4 pour être remplacée par Neil Druckmann et Bruce Straley, ce qui a au final donné un excellent jeu mais à la saveur bien différente de celle des trois premiers volets.

Rien que le titre du jeu "The Last Of Us Part II" donne l'impression que le jeu veut se légitimer en suite du premier volet. Parler d'une seconde partie laisse logiquement entendre qu'on a une histoire construite en plusieurs parties, alors que The Last Of Us se suffit totalement à lui même, il n'y aucune intrigue importante qui n'a pas été conclue, aucun cliffhanger à la fin du jeu. En soit j'ai pas vraiment de problème à donner une suite au premier opus, j'aurais juste préféré qu'on s'intéresse à d'autres protagonistes plutôt que de continuer avec Ellie et Joel.
J'y vois une certaine facilité, pas une facilité scénaristique vu qu'il sera encore plus compliqué pour Druckmann de donner une suite satisfaisante à une histoire conclue, mais plus une facilité commerciale, les producteurs n'osant plus prendre le risque de devoir vendre de nouveaux personnages. Bon on est d'accord que la mode des suites c'est pas nouveau mais ça s'est quand même intensifié pendant cette dernière génération de console avec le retour de sagas "terminés" (God Of War, Gears Of War, Mass Effect,...).

C'est pour ça que je peux pas m'empêcher d'être mitigé au vu des deux dernières annonces de Naughty Dog. D'un côté la satisfaction de voir le retour de deux séries que j'aime beaucoup, mais la tristesse de ne pas voir les développeurs s’atteler à une nouvelle série comme ils l'ont fait à chaque générations précédentes. Offrir un adieu à Uncharted sur PS4 m'a fait plaisir, mais voir que leurs trois premiers jeux sur PS4 seront des suites m'attriste un peu, sachant qu'ils n'ont sortis "que" quatre jeux sur chacune des générations précédentes. En espérant que leur éventuel dernier jeu sur PS4 soit une nouvelle licence. Autant l'annonce du nouveau Uncharted ne m'a pas dérangé vu qu'on prend d'autres personnages même si elle n'est clairement pas nécessaire, autant The Last Of Us Part II peut potentiellement ternir mon point de vue sur la fin conclusive du premier volet ce que je n'ai pas vraiment envie. Du coup j'ai vraiment l'impression de voir une décision de producteur plutôt que de créateur dans ces annonces, ce qui n'est clairement pas quelque chose de nouveau dans le jeu-vidéo et dans le divertissement en général, mais dont j'avais l'impression que Naughty Dog avait été épargné pour l'instant. Déjà le départ de Amy Hennig de sa série pour différents créatifs était pas forcément très heureux mais j'ai l'impression que Naughty Dog continue dans cette direction.

Bon pour finir je le répète vu que ça fait un peu coup de gueule ce que je viens d'écrire, je ne doute pas de la future qualité du jeu, je doute juste de sa nécessité ^^ En tout cas ce qui est sûr c'est que le jeu est en "very early development" donc je n'aurais pas de réponse à mes inquiétudes avant longtemps, on commence à avoir l'habitude de Sony qui montre des jeux à peine entamés (Uncharted 4 n'est sorti qu'il y a à peine 6 mois après tout) pour vendre des consoles sur pas grand chose de concret (FF7 Remake je pense à toi). Dans le fond je sais pas ce que je préfère entre ça et Nintendo qui n'a pas annoncé de gros jeux depuis plus d'un an en attendant qu'ils soient plus avancés. Mais bref c'est une toute autre question ^^


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: The Last of Us
MessagePosté: Ven 10 Nov 2017 20:44 
100 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 02 Fév 2014
Messages: 92


Nouveau trailer diffusé lors de la conférence Playstation de la PGW il y a un peu plus d'une semaine.

On n'y voit malheureusement pas Ellie et Joel mais de nouveaux personnages dont les noms ont été donnés sur le compte twitter de Naughty Dog je crois. C'est assez violent comparé à ce que l'on a pu nous servir auparavant et la beauté graphique d'un jeu ND est encore au rendez-vous.

Edit : le lien ne marche pas chez moi mais j'espère qu'il fonctionne pour vous.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 8 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com