Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 7 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: [Livre] Les Cantos d’Hypérion
MessagePosté: Ven 13 Mar 2009 18:04 
The old man
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Jan 2004
Messages: 19328
Localisation: Joker
« Ci-gît celui dont le nom était écrit dans l’eau »
Epitaphe de John Keats, poète britannique (1795 - 1821)


Introduction

« Les Cantos d’Hypérion » sont un cycle de Science-fiction en 4 tomes écrit par Dan Simmons et publiés en 1989 et 1990. Bardé de prix (dont le Prix Hugo du meilleur roman pour la première partie), il s’agit d’une œuvre majeure de la littérature SF moderne et certainement de l’un des plus beaux romans de SF jamais écrit.
Découpées en deux parties distinctes, « Hypérion » (2 tomes) et « La Chute d’Hypérion » (2 tomes), c’est une œuvre complexe et puissante difficile à décrire et à présenter sans porter préjudice à sa lecture. C’est donc dans une présentation un peu casse-gueule, avec une marge de manœuvre assez mince, que je lance. Le tout sans véritable plan en tête, d’où un résultat qui risque de s’approcher du tâtonnement, vous êtes prévenu ^_^


Un mot sur l’auteur : Dan Simmons

Auteur américain vagabondant entre science-fiction, fantastique, horreur et policier, Dan Simmons est un écrivain accompli qui a su gagner la faveur du public et la reconnaissance de ses pairs. Il est polymorphe dans le sens où il tente toujours d’adapter son style au genre du récit.
Son premier roman, « Le Chant de Kali », un récit fantastique, est publié en 1982 et rencontre un beau succès.
Il s'essaie à la Science-fiction en 1989 avec « Les Cantos d’Hypérion », un coup d'essai qui est un coup de maître et qui le fait entrer dans la cour des auteurs « classiques ». Néanmoins après les Cantos il ne retourne pas immédiatement à la SF et continue d'explorer d'autres genres.
Il revient à la SF en 1996 avec « Les Voyages d’Endymion », un cycle qui n'est ni plus ni moins que la suite des Cantos. Personnellement je ne l'ai pas (encore) lu en raison de la peur de perdre la magie des Cantos. Les critiques sont cependant plutôt bonnes : indiscutablement inférieurs aux Cantos, « Les Voyages d’Endymion » n'en reste pas moins une œuvre intéressante qui les complète à merveille. Un jour peut être je franchirai le pas.
L'autre incursion de Dan Simmons dans la SF est le dyptique « Ilium »/ « Olympos » (2004/2005), basé sur l'Iliade et l'Odyssée. Par contre les avis sont là bien plus mitigés : trop long, trop lent et avec un fond thématique assez douteux... Je ne l'ai pas lu non plus et les critiques ne sont guère engageantes, surtout sur Olympos...
Néanmoins son dernier roman, « Terreur », un récit horrifique narrant l'expédition véridique de Sir Franklin en Arctique semble l'avoir réconcilié avec ses lecteurs. Les critiques sont élogieuses et je me laisserai bien tenté ce coup-ci.
Parmi ses autres romans les plus fameux, nous pouvons citer : « L’Échiquier du mal » (fantastique - 1989), « Nuit d'été » (fantastique - 1991), « L’Homme nu » (fantastique - 1992) et « Vengeance » (policier - 2001).


Image


Histoire

Dans un avenir lointain où la civilisation humaine s’est essaimée sur de nombreuses planètes à travers l’espace, 7 personnes sont choisies pour effectuer un pèlerinage a priori sans retour sur la planète Hypérion. Une fois là-bas leur destination finale sera les très mystérieux « Tombeaux du Temps ».
Qui sont ces pèlerins ? Pourquoi ont-ils accepté ce pèlerinage dont ils ont peu de change de revenir vivants ? Et que sont exactement ces « Tombeaux du Temps » ?
Autant de questions qui trouveront leurs réponses au fur et à mesure que se déroulera cet extraordinaire et ultime voyage.


Image


De la difficulté de présenter les Cantos d’Hypérion

Traditionnellement c’est à ce point là de mes présentations que je propose une description des personnages et de l’univers, exercice plus ou moins intéressant mais malheureusement impossible à pratiquer dans le cas des Cantos, en raison de la structure narrative spécifique que Dan Simmons a donnée à son œuvre.
Cette structure n’est pas spécialement originale ou totalement démente, mais elle repose sur un jeu du mystère que je ne peux me résoudre à trahir par respect de l’intention de l’auteur – en ce sens la présentation sur Wikipedia des Cantos, même relativement courte et succincte, donne bien trop d’information à mon goût.

Alors de quoi s’agit-il ? Oh rien de bien compliqué en soi.

D’abord sur l’univers des Cantos : c’est un univers de Science-fiction très réussi, riche en détails et en concepts pour la plupart assez classique mais mis en œuvre avec une rare efficacité. Sur le parti pris de Dan Simmons, il consiste tout simplement à ne jamais présenter ou expliciter l’univers en avance par rapport à l’intrigue. C'est-à-dire que nous découvrons l’univers des Cantos au fur et à mesure du déroulement du récit. Beaucoup de choses sont obscures ou inconnues, jusqu’au moment où elles entrent en scène. Le premier exemple est le pèlerinage vers Hypérion : tous les personnages savent parfaitement ce qui les attend, mais nous lecteurs, devons attendre qu’ils en parlent pour le découvrir.
Beaucoup d’effets, d’éléments d’intrigues et également une grande partie du plaisir de la lecture repose sur ce choix narratif, et donc ce ne serait pas rendre justice au travail de Dan Simmons de présenter l’univers des Cantos, puisqu’il s’agit d’un des enjeux de sa narration. A l’extrême rigueur je peux citer l’étonnant vaisseau-arbre Yggdrasill qui fait la couverture du tome 1 « d’Hypérion » mais je me refuse à davantage.

Ensuite sur les personnages : Une base de 7 individus, mystérieux et qui ne se connaissent pas. La raison pour laquelle les Cantos sont séparés en deux romans, « Hypérion » et « La Chute d’Hypérion », provient du fait que Dan Simmons va d’abord nous présenter en détails ces 7 pèlerins. Pour être précis, chacun d’eux va raconter son histoire aux autres et ce sont ces histoires qui constituent le contenu des 2 tomes « d’Hypérion ». Il s’agit d’histoires à l’intérieur de l’histoire. Dan Simmons s’essaie à la nouvelle et chaque histoire dispose d’un style, d’un ton et d’une forme propre – par exemple certains récits sont à la première personne, d’autres non.
De ce fait présenter les personnages principaux (et même secondaires) des Cantos serait porter préjudice au récit, une nouvelle fois.
Chacune de ces histoires explore un thème de SF particulier et en plus de découvrir les pèlerins (et leurs motivations), elles nous font découvrir un peu plus à chaque fois l’univers des Cantos – et ainsi que des personnages secondaires bien évidemment.

Frustrant aussi bien pour vous que pour moi, mais je ne peux guère en dévoiler davantage…


Image


Mister John Keats, haut de cinq pieds

Vous me direz que cela est fort joli mais en définitif vous n’êtes pas beaucoup renseigné sur ce qui fait la particularité des Cantos et dans ces conditions il est difficile de susciter l’envie. Il en faut donc davantage et comme le scénario et l’univers ne me sont pas accessibles, je vais évoquer le fond et la substance des Cantos.
Rien que par son titre, « Les Cantos d’Hypérion » résonnent de leurs intentions qui sont de s’inscrire dans une certaine tradition littéraire – à la fois antique et romantique. Si l’œuvre de Dan Simmons est riche en référence et en hommage de toutes sortes (je reviendrai dessus plus tard), il y a une référence qui écrase toutes les autres au point qu’elle constitue la substance même de l’œuvre : la poésie en générale et John Keats en particulier.
Le thème central des Cantos est une réflexion sur le rôle du poète et sur la création poétique. De nombreux poètes (ou leurs œuvres) sont évoqués à travers les Cantos, que ce soit William Shakespeare, Jonathan Swift, Christopher Marlowe, John Milton, William Butler Yeats ou encore Dante Alighieri mais c’est John Keats qui tient un rôle majeur dans le récit de Dan Simmons.
En effet « Hypérion » est le titre de son grand poème inachevé et « La Chute d’Hypérion » le titre sous lequel il le réédita. L’importance de John Keats, de sa vie et de son œuvre, monte en puissance au fur et à mesure que le récit des Cantos avance : simple référence au départ, parmi un grand nombre, elle devient à un moment si dominante que les niveaux de lecture se mélangent et nous ne savons plus très bien si les Cantos sont un récit qui rend hommage à John Keats ou s’il s’agit d’un essai sur John Keats illustré de métaphores reposant sur une trame de SF.
Dan Simmons parsème son œuvre d’extraits de poèmes et de lettres écrites par le poète britannique, et le fait même intervenir de façon indirecte par le biais de plusieurs personnages qui se réclament de son héritage littéraire. L’un d’eux en résumant son poème « Hypérion », résume également et parfaitement les Cantos de Dan Simmons :
Le thème est celui de la mort des dieux et de leur difficulté à accepter leur exil. Celui de la souffrance, de la transformation et de l'injustice. Celui du poète, également. Il [John Keats] pensait que c'était le poète qui souffrait le plus de toutes ces injustices.
« Les Cantos d’Hypérion » narrent donc, en utilisant John Keats et son œuvre comme axe narratif principal, le déclin des Titans de l’espace que sont les êtres humains et pose la question de savoir ce qui doit leur succéder.
Est-ce suffisant pour susciter l’envie ? ^_^


Image


Une œuvre complète

Ce qui constitue indéniablement la réussite des « Cantos d’Hypérion », en dehors de la qualité de son scénario, de la finesse de ses personnages, de l’élégance de sa narration ou encore de son écriture raffinée, c'est la richesse des thèmes abordés. En effet Dan Simmons rend hommage à 60 ans de Science-fiction et développe dans son chef d’œuvre tous les thèmes et aspects de ce genre. Space Opera, Métaphysique, Cyberpunk, Cyberspace, Vie Extraterrestre, Paradoxe Temporel ou encore Problématique de la colonisation Planétaire, rien n’est oublié et toutes ces thématiques trouvent leur place dans la grande épopée que sont les « Cantos d’Hypérion ».
De ce fait les références sont innombrables et dépassent le simple cadre de la science et de la littérature de science-fiction : écologie (John Muir), zen (Ummon), théologie (Teilhard de Chardin), littérature classique, et poésie en particulier, sont autant de thèmes/références qui constituent la substance de l'œuvre de Dan Simmons.
« Les Cantos d’Hypérion » sont une œuvre majeure de la SF non par leur originalité ou parce qu'ils apportent quelque chose de révolutionnairement nouveau, mais parce qu'il s'agit d'une œuvre somme quasi-parfaite et qui peut être vu comme un manifeste de la SF moderne. Aujourd'hui encore les Cantos font référence et ont rejoint les grands cycles qui ont fait la Science-fiction, comme « Fondation » d'Asimov ou « Dune » de Frank Herbert.
Pour finir, sur le découpage des Cantos en deux romans, la pièce maîtresse est indiscutablement « Hypérion ». « La Chute d'Hypérion » ne démérite pas mais est simplement génial là où « Hypérion » est renversant. La structure non linéaire « d'Hypérion » en sous récits apporte une densité et une intensité remarquable et construit un univers et des personnages fascinants et mythiques. De structure plus classique et linéaire, « La Chute d'Hypérion » est « simplement » le dénouement logique et l'accomplissement des destins des personnages. Mais quel dénouement il faut reconnaître! Si Dan Simmons fait avancer lentement son récit dans le tome 1 de « La Chute d'Hypérion » et s’amuse à faire durer le suspense, le tome 2 est un déferlement de poésie épique et lyrique qu’il est difficile d’oublier.
Puis, lorsque enfin le lecteur tourne la dernière page des « Cantos d’Hypérion » et qu’il achève cette grande épopée au souffle antique et romantique, il voit surgir en lui une subite envie de lire et de déclamer de la poésie pour célébrer la vie, la souffrance et l'amour.


Voilà ce que sont « Les Cantos d’Hypérion ».


Image

_________________
Image
Manga List | Anime List
Les règles du forum sont faites pour être respectées, merci de les garder en tête.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Sam 14 Mar 2009 14:23 
175 000 000 Berry
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 31 Oct 2005
Messages: 1161
Localisation: Non pertinent
Oh, wow. Si je m'attendais.
En voilà une bonne idée que d'écrire un sujet sur cette série de livre. Non pas que je l'aie lu moi aussi et que je vous encourage à faire de même, plutôt que j'ai déjà été en contact avec et que ça m'avait terriblement intrigué.
Justement hier, le jour où ce sujet a été posté, j'ai revu ces livres dans des rayons de la Fnac et je me suis dit que vraiment, un jour faudra que je les lise. Quelle coïncidence, n'est-ce pas ?

Ce que j'apprécie particulièrement dans cette présentation des Cantos d'Hypérion, c'est que cela confirme l'idée que je me faisais sans en avoir rien lu : ce sont des livres indescriptibles (ou alors apparemment sans briser totalement le plaisir de la lecture). Parce qu'ils faut savoir que les Cantos font partie des livres où le quatrième de couverture ne sert strictement à rien.
A rien du tout. Je veux dire, vous pouvez le lire, ce quatrième de couverture, mais vous ne comprendrez rien et ne serez pas plus avancé. Par contre, vous serez peut-être suffisamment intrigué pour avoir envie de les lire...

Maintenant que j'ai bien parlé dans le vent, puisque je n'ai pas parlé des livres, je vais dire la phrase qui peut résumer tout mon message : "Woh, cool, déjà que j'avais envie de lire ça, bah maintenant c'est encore plus décidé !"

Petit PS : J'ai toutefois déjà lu une oeuvre de Dan Simmons, L'échiquer du Mal et vu comment ça m'avait scotché, je n'attends que du bon de ces Cantos d'Hypérion.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Sam 14 Mar 2009 20:41 
Ô-Totoro
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Mar 2006
Messages: 3647
Localisation: Échappe à la connaissance
Si ce n'est pas le hasard pour moi non plus, j'étais justement en train de commencer le deuxième tome d'Hypérion et là, surprise, ce beau topic qui apparaît comme par magie ^_^. Merci ange bleu pour cette très bonne présentation, énigmatique à souhait, mais qui fait bien passer l'essence de ce cycle culte de la science-fiction !

De ce que j'en ai lu pour le moment, je remarque que mon ressenti est bien ce qui caractérise la série, à savoir une grande poésie et un univers qu'il faut découvrir et non pas avaler avant de commencer le livre. Et ces personnages dont on apprend les passés phénoménaux (du background toujours très complexe, touchant et inattendu ; du moins pour le moment), tout simplement magique de se plonger là-dedans.

En tout cas, ça me donne furieusement envie de terminer ce tome pour tout découvrir de cette saga mythique !

_________________
| Avatar : A. Schaff |


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Dim 15 Mar 2009 18:18 
The old man
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Jan 2004
Messages: 19328
Localisation: Joker
Effectivement, amusant ces coïncidences ^_^

Amusant aussi TEW parce que « L'échiquer du Mal » est justement l'autre roman de Dan Simmons qui m'a toujours attiré. Par contre les 1000 pages que représentent ses deux tomes m'ont également toujours un peu refrondi - j'ai un blocage sur les pavets nous allons dire même si au final j'en ai lu pas mal tout de même^^
Bref je sens que cette année je vais mettre au programme un Dan Simmons, nous verrons bien si ce sera « Les Voyages d’Endymion » ou « L'échiquer du Mal » ^_^

Sinon Leto II, bonne lecture ^_^

_________________
Image
Manga List | Anime List
Les règles du forum sont faites pour être respectées, merci de les garder en tête.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Dim 26 Avr 2009 16:57 
Ô-Totoro
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Mar 2006
Messages: 3647
Localisation: Échappe à la connaissance
Je viens de terminer les Cantos d'Hypérion. La claque.

Très difficile de pouvoir commenter une oeuvre si riche, si complète, si large dans tous les thèmes qu'elle aborde et pourtant si cohérente. Les mots me manquent presque.
Si ce n'est que j'ai encore un peu de mal à comprendre [SPOIL]qu'est ce que le gritche réellement, que sont les Tombeaux du Temps[/SPOIL]. Mais pour le reste, que de découvertes, que de réponses évidentes et inattendues !
Je ne sais pas quel livre je préfère entre Hypérion et la Chute d'Hypérion, les deux ayant une narration très différente (le premier sous la forme de récits différemment contés et poignants -Sol ! Rachel !- ; le second plus simple mais digne conclusion des réponses posées dans le premier), même si le premier tome de la Chute d'Hypérion est lui aussi original (les pélerins n'apparaissent que lorsque Severn rêve). Mais l'un dans l'autre, les deux se complètent parfaitement dans leur structure et leur contenu.
En relisant la très bonne présentation d'ange bleu, je me suis d'ailleurs rendu compte que pas mal des références sont appuyées par les noms des personnages (le pape Teilhard I...).

C'est sans difficulté que les Cantos d'Hypérion font parti de mes romans de SF (et même tout court) préférés, supérieur aux Cycles de Fondation ou de Dune (même si celui-ci a une valeur nostalgique indéniable), époustouflant de bout en bout (il faut y entrer, c'est tout ^_^). C'est grand.
J'aurais bien voulu savoir si Endymion valait aussi le coup (peut-être que certains mystères y sont expliqués), mais je crains de devoir trouver moi-même la réponse, soit ^_^ !

_________________
| Avatar : A. Schaff |


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mar 28 Avr 2009 20:12 
The old man
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Jan 2004
Messages: 19328
Localisation: Joker
Pour répondre à tes interrogations Leto II, voici ce que j'ai compris pour ma part :

< SPOIL

Les Tombeaux du Temps sont des artefacts créés par l'IU des IA pour remonter dans le temps et envoyer dans le passé son "agent", le Gritche.
Le rôle du Gritche est de retrouver la part de l'IU Humaine qui a fui la grande guerre dans le passé. Cette fraction de l'IU Humaine se serait incarnée en un être humain et le travail du Gritche est de retrouver cet humain pour ainsi mettre la main sur cette fraction de l'IU Humaine.
C'est à ce but que sert son Arbre de la Douleur : en torturant ainsi l'être humain dans lequel cette fraction s'est incarnée, il pourra la détecter et l'IU des IA pourra enfin la retrouver pour la détruire - son but étant de détruire totalement l'IU Humaine.
C'est pour cela que le Gritche mène (presque) tous ceux qu'ils trouvent à cet Arbre. On remarquera toutefois qu'il doit y avoir un test préliminaire car tous les humains qui rencontrent le Gritche n'ont pas la "chance" de finir sur son Arbre.
A cela s'ajoute le fait que les IA du "présent" cherchent eux-aussi à mettre la main sur cette fraction pour aider ainsi leur futur IU. C'est à cela qui sert le programme de résurrection des poètes : créer des receptacles très tentant pour que la fraction de l'IU Humaine s'y incarne et ainsi la pièger. D'ailleurs nous ne saurons jamais en qui elle s'est incarnée même si Ummon a toujours cru dur comme fer que Severn est cette entité.
Enfin il y a Moneta qui remonte le temps avec le Gritche pour l'empêcher de retrouver (et de tuer) la fraction de l'IU Humaine qui a fui.


> SPOIL

_________________
Image
Manga List | Anime List
Les règles du forum sont faites pour être respectées, merci de les garder en tête.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Lun 18 Mai 2009 04:42 
175 000 000 Berry
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 31 Oct 2005
Messages: 1161
Localisation: Non pertinent
Ca y est, j'ai fini ma lecture des Cantos d'Hypérion.
Sacré Dan Simmons, une fois de plus, il m'aura complètement soufflé.
Tout comme mon confrère Leto II, cette œuvre s'est trouvée une place de choix dans mon Panthéon de la Littérature SF. Non seulement grâce à un univers dont le côté "Science-Fiction Pure" (c'est-à-dire tout ce qui concerne les avancées technologiques et autres) est à toute épreuve mais aussi par les thèmes abordés. Bon, je ne suis pas super doué pour lire entre les lignes, mais je pense que même si je n'avais pas lu le petit topo d'ange bleu j'aurais pu saisir la problématique de la fin de l'humanité exprimée via "la mort de ses dieux".

Dans un registre purement subjectif, je suis assez content d'avoir compris ce qu'ange bleu explique dans son spoil sans avoir eu à le lire. N'empêche que ce n'était pas évident, tant la question temporelle entraîne une trame de la chronologie difficile à suivre (je pense que c'est plus clair pour ceux qui ont lu).

Autre chose, j'ai constaté la présence dans ce livre d'un thème très cher à Simmons, même si là où il plane comme une ombre dans L'Echiquier du Mal, ombre qui suit Saul Laski, autant dans les Cantos elle se campe à un unique personnage, Sol Weintraub (eeeeeeeh oui, vous aussi vous avez découvert la ressemblance entre les deux prénoms ! Ça c'est de la coïncidence). Il n'empêche que Simmons porte beaucoup d'intérêt à l'histoire et à la condition Juive. En même temps, c'est pas comme si c'était une question que l'on peut éluder rapidement...

Pour parler de la narration, elle est quand même super bien trouvée. Dans le premier tome, il est très plaisant d'avoir le récit brisé dans sa monotonie narrative en faisant parler/raconter les différents pèlerins. Personnellement, je crois que j'aurai encore plus de mal à me remettre du récit du consul que de Sol et pourtant il y a du niveau dans ce dernier. Mais pour moi "Je me souviens de Siri" est plus poignant que "Amer est le goût du Léthé".
La narration du deuxième tome est fichtrement bien pensée et bienvenue, tant elle sert le récit. Certes, cela fait beaucoup de va et vient entre différent narrateur, mais bon, c'est pas si difficile.

Maintenant, je me demande à quelle vitesse je vais revenir à Dan Simmons...

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 7 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com