Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 76 messages ]  Aller à la page Précédente  1, [2], 3, 4, 5, 6  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message:
MessagePosté: Sam 19 Jan 2008 18:17 
3 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 13 Aoû 2007
Messages: 190
Il y a beaucoup d'action dans ton histoire ^^. Et ce chapitre nous dit toujours pas où se trouve Judith...Mais je pense qu'on ne le sera pas toute suite...
Encore quelques fautes de frappes par contre...
Voilà ^^

_________________
HAMM- Mais taisez-vous, taisez-vous, vous m'empêchez de dormir. Parlez plus bas. Si je dormais je ferais peut-être l'amour. J'irais dans les bois. Je verrais...le ciel, la terre. Je courrais. On me poursuivrait. Je m'enfuirais. Nature ! Il y a une goutte d'eau dans ma tête. Un coeur, un coeur dans ma tête. - Fin de Partie, Beckett


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Dim 3 Fév 2008 17:50 
200 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Juin 2007
Messages: 1262
Localisation: Sandford, UK
Allez en avant pour un nouveau chapitre ! Merci Elwë pour tes encouragements ! Tu es bien la seule à suivre cette Fic, c'est triste T_T Enfin, en avant !

Livre I: la Route vers la Capitale.

Chapitre 7: Arsène


Après l’assaut des voleurs, nos héros prirent plusieurs jours pour récupérer leurs forces. L’apparition des brigands les avaient complètement désorientés et l’envol du dernier avait accentué cette impression d’être perdus, d’avoir peur et de ne jamais être en sécurité…Si de simples voleurs pouvaient blesser à mort l’un d’entre eux, qu’allez-t-il advenir de leur quête ? Il faudrait affronter bien d’autres personnes plus puissantes que ce voleur supersonique pour trouver Judith…Et c’est ainsi que nos héros commencèrent leur aventure avec le moral au plus bas…

Martial s’était endormi, sa blessure encore ouverte crachait encore un peu de sang. Il avait passé plusieurs jours entre la vie et la mort. Bien que son état se soit stabilisé, il n’ouvrait toujours pas les yeux et ne pouvait parler.
-Comment as-t-il put le blesser autant avec un simple coup de pied ? demanda Théodore.
Tous haussèrent les épaules, interloqués.
-Et aussi, il peut voler, ce n’est pas rien. Ses réflexes sont aussi terribles. Il a mis hors d’état de nuire le meilleur élève de Wolf Island !
-S’il revient, je ne sais pas ce qu’on fera, avec Martial dans les vapes…
Tous poussèrent un soupir de mécontentement…

Dans la nuit, la pluie recommença, obligeant les Parcourriers à s’abriter sous un arbre, perdu au milieu de l’immense plaine. Un orage vint s’ajouter au déluge. Aucun d’eux n’avaient peur du tonnerre, bien sûr, mais l’idée de voir apparaître ce voleur les terrifiait au plus haut point…Ils se sentaient isolés et perdus…Leurs pensées voguaient ailleurs, ils pensaient qu’ils auraient pu rester bien tranquilles chez eux, à faire de simples études de commerçants au lieu de partir à cette aventure…Une onde néfaste et malfaisante les enveloppa. Leur ridicules pensées n’avaient plus rien à faire ici. Ils dégainèrent leurs armes mais ils savaient que la mort allait les frapper, forte et puissante. Une ombre leur enleva tout espoir de combattre, au moindre mouvement, ils mourraient…Un bruit de lame fendant l’air se fit entendre et une lourde masse d’armes s’abattit sur Raphaël : le coup lui trancha un bras. Ses yeux partirent en vrille, sa gorge voulut pousser un cri mais rien n’en sortit. Il voyait ce bras, qu’il avait utilisé durant 15 années gisant à terre…Cela ne pouvait être vrai…Des cris retentirent, d’autres avaient été touchés…Raphaël, malgré son calme apparent, se coucha à terre et voulu que la mort le prenne rapidement et facilement…Un morceaux de métal froid lui transperça le ventre…Tout était fini…

…ou presque : il se réveilla, assis au même endroit qu’avant l’attaque invisible, ses amis visiblement aussi paniqués que lui…Il ne pouvait avoir rêvé : les autres avaient le teint pâle et semblaient au bord de l’évanouissement…
-Mon Dieu, mais qu’est ce que c’était ? hurla Théodore.
-Aucune idée, balbutia Raphaël. Ce n’était pas une illusion…Regardez, il y a du sang par terre. On nous a vraiment attaqué…
Après cette déclaration acide, tous voulurent dormir mais bien évidemment, ne pouvaient pas trouver le sommeil…

Durant la nuit, un bruit de pas se fit entendre, non loin d’eux.
-Oh non, mais qu’est ce que ça va être encore ?! se plaignit Wilfried.
-Vous ne dormez pas ? demanda une voix. Vous avez raison, les environs ne sont pas surs ici…
-Qui est là ? hurla Isaac.
-Bah, moi, répondit simplement la voix.
Raphaël, malgré la pluie, activa une technique dont il avait le secret et le visage de leur interlocuteur leur apparut : il avait le même age qu’eux, des trais simples, un air du Sud légèrement bronzé. Malgré ces traits banals, tous le reconnurent : le voleur supersonique.
-C’est bon, c’est bon, je ne vous veux aucun mal !
-Ouais, c’est ça !
Théodore lui flanqua un coup de poing dans les dents mais étrangement, le voleur ne se défendit pas.
-Arrête Théodore ! ordonna Raphaël. Il est venu pour autre chose que pour nous tuer ! Il se défendrait sinon !
l’intéressé cessa aussitôt : le raisonnement était bon et censé. Le voleur déposa ses armes à terre et leva les mains en l’air. Par simple peur, tous braquèrent leurs armes sur lui.
-Je suis venu en paix. J’ai besoin de vous. Puis-je m’asseoir ?
La discussion se poursuivit alors sous l’arbre où les garçons s’abritaient.
-Je m’appelle Arsène, je suis voleur professionnel, dit-t-il un petit sourire aux lèvres. Depuis ma naissance, j’officie dans la bande de voleurs de Trowln, le port de Wolf Island. Je vole depuis l’age de cinq ans. On m’a enseigné l’art des armes dès que j’ai pu marcher. J’ai besoins de vous pour m’aider à tuer Helmut, le chef des voleurs de Trowln.
-Quoi ? Pourquoi voudrais tu le tuer ? C’est ton chef !
-Non, c’est un pochard qui déshonore le métier de voleur. Je veux le tuer par simple affaire personnelle. Malheureusement il est trop fort pour moi. Après notre combat, j’ai pu constater que vous vous défendez bien. Vous me seriez d’une grande aide et je pourrais vous renseigner sur votre amie Judith.
-Où est-t-elle ? demanda aussitôt Isaac.
-Tut tut ! Je ne vais pas te le dire tout de suite. Je ne voudrais pas que vous me lâchiez si vite ! Elle est vivante en tout cas.
-Cet Helmut doit être très fort si toi même tu n’arrives pas à le tuer. Tu es pourtant balèze !
-Disons que mes pouvoirs sont inefficaces face à lui.
-Tes pouvoirs ?
-Oui, vous ne vous êtes pas demandés comment j’ai pu mettre KO votre ami d’un seul coup de pied ? Et bien, c’est grâce à ça.
Il pointa du doigt un rocher dépassant du sol. Aussitôt, un éclair foudroya la roche, le désintégrant.
-Je maîtrise la foudre, voyez vous, continua-t-il devant leur regard médusé. Si j’ai terrassé votre ami, c’est grâce à un coup de pied chargé d’électricité qui a parasité son système nerveux. Helmut est insensible à mes coups car il a une musculature importante et un gilet en Feuille-Foudre, une plante qui immunise contre la foudre.
-Mais ça n’explique toujours pas comment tu as pu t’envoler !
-Avec un orage pas loin, mes pouvoirs sont démultipliés et je peux aisément m’envoler ou faire des sauts de plusieurs centaines de mètres.
-Dernière question : c’était toi avant ?
-Quoi ?
-Une ombre terrible nous a envahie et on a eu l’impression de mourir et de perdre nos membres.
-On dirait que vous avez eu affaire avec un Criqueur. C’est un insecte qui existe depuis la nuit des temps sur le Continent. A peine il vous pique et vous vous sentez seul, perdu et apeuré. Cela peut générer des illusions plus vraies que nature.
-Mais, pourquoi dans notre village nous n’avons jamais eu d’hallucinations comme ça !
-Certaines villes ont une barrière contre ça…

-Arsène, j’ai quelque chose à te demander, dit Wilfried.
-Oui ?
-Raconte nous ton passé si tu veux rester avec nous. On verra si tu es apte à nous rejoindre.
-Je vous préviens ce n’est pas très glorieux…
-Raconte et vite !
-Vous l’aurez voulu…

Fin du chapitre !

Note de l'auteur: Chapitre axé sur Arsène, le nouveau personnage important. Que sont réelement les criqueurs ? A suivre car j'en ai besoin pour la suite de l'aventure ! Le passé d'Arsène sera dans le prochain chapitre minimum et peut être dans le suivant encore après ! A suivre, donc...

Bonus: Martial: Il a 15 ans, est né un 14 Aout. Il maitrise le Feu, ne parle pas beaucoup et est très à cheval sur les règles. Il ne ressemble à aucun personnage de ma connaissance donc pas d'image...

A bientôt pour le prochain chapitre !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Lun 11 Fév 2008 18:37 
3 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 13 Aoû 2007
Messages: 190
Tu devrais peut être essayer plus de décrire les émotions et sentiments des personnages, ça rendrait ta fic plus vivante.
Par contre je dois t'avouer que je vois pas trop l'interêt que Arsène raconte son passé...
Au prochain chapitre !

_________________
HAMM- Mais taisez-vous, taisez-vous, vous m'empêchez de dormir. Parlez plus bas. Si je dormais je ferais peut-être l'amour. J'irais dans les bois. Je verrais...le ciel, la terre. Je courrais. On me poursuivrait. Je m'enfuirais. Nature ! Il y a une goutte d'eau dans ma tête. Un coeur, un coeur dans ma tête. - Fin de Partie, Beckett


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Lun 18 Fév 2008 22:46 
200 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Juin 2007
Messages: 1262
Localisation: Sandford, UK
Citation:
Elwë a écrit:
Tu devrais peut être essayer plus de décrire les émotions et sentiments des personnages, ça rendrait ta fic plus vivante.


Oui c'est vrai faudra que j'y pense !

Citation:
Elwë a écrit:
Par contre je dois t'avouer que je vois pas trop l'interêt que Arsène raconte son passé...


Autant répondre aux deux questions à la fois: Arsène raconte son passé pour convaincre toute l'équipe mais également ce sera une occasion pour le lecteur de comprendre beaucoup de choses sur le passé du Continent. Je vais Spoiler ce nouveau chapitre mais sache que Arsène a eu un passé très difficile et donc il y aura des émotions (pour répondre à la première de tes questions).

Par contre, j'ai prévu de faire un chapitre assez long donc ce ne sera pas cette semaine malheureusement...D'autant plus que la quantitté d'informations sera énorme et il faudra que je veille à ce qu'il n'y ait pas d'erreurs. En clair, pas avant Jeudi minimum !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mar 19 Fév 2008 12:14 
175 000 000 Berry
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 17 Mar 2007
Messages: 1129
Localisation: Dans la jungle, terrible jungle
Voilà un deuxième lecteur pour toi !!! (au fait, viens faire un tour sur http://www.volonte-d.com/forum/viewtopic.php?t=5409 c'est mon topic et moi aussi je n'ai qu'un lecteur...) :Chapeau de paille goute:

J'aime beaucoup ton histoire grâce notamment au fait que tu manies bien le fait d'avoir d'avoir de nombreux personnages. J'aime bien l'ambiance de groupe dans toutes les histoires que je lis...
Tu as su créer un monde avec des codes et un environnement... la seule chose que je peux te dire c'est de continuer comme ça, et d'enrichir encore plus ton univers !!!
PS: j'aime bien aussi quand y a plein de morts ^^

Ce qui m'a quand même fait marrer c'est les bonus. On dirait les SBS sauf que personne ne te pose de questions. :Luffy hilare:

_________________
Le Grand Torchon - Numéro 5 disponible !
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mar 19 Fév 2008 14:01 
4 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 06 Nov 2007
Messages: 224
Et hop encore un autre lecteur.
Que dire de cette fic si ce n'est que son écriture est trés bien faite et vraiment prenante, et que l'on se sent comme embarqué dans les combats et l'aventure.
Donc une bonne continuation, et vivement la suite ! :teach:

_________________
Image

Visitez Mangamania !

http://www.mangamania.forumgratuit.tv


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Ven 22 Fév 2008 00:35 
200 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Juin 2007
Messages: 1262
Localisation: Sandford, UK
Merci à vous Jacky D. Kaput et roxas182 pour vos commentaires. Je vous l'avais dit: le Chapitre est prêt pour Jeudi...Ah zut, c'est minuit passé ^_^ Tant pis, l'important c'est que le chapitre soit là !

Chapitre 8: Vengeance

Nuit calme dans les rues de la cité. Les gardes patrouillent le long des remparts, scrutant le moindre signe d’un être vivant qui devrait dormir. La forteresse de Dorth dominait les habitations de la populace, du haut de ses trois cent et quelques mètres de haut. Quatre séries de remparts, surmontées de tours inébranlables, avec une centaine de soldats à l’intérieur…C’était l’hiver et comme dans tout hiver qui se respecte, il fait froid, très froid voire même trop froid. Le gel commence à s’accumuler sur les pavés de la ville basse. Mais quand on est soldat de garde pendant les nuits les plus froides, on reste à son poste qu’on le veuille ou non ! Les patrouilles étaient tellement affaiblies par le froid que leur concentration diminuait très largement à tel point que personne ne vit une douzaine de silhouettes se faufiler à travers les portes de service…

Après avoir franchi la première porte, les mystérieux personnages se faufilèrent habilement à travers les défenses des remparts…Ce genres de personnes, qui agissent la nuit, avec un masque, deux poignards à la ceinture, on les appelle des voleurs ! Et pas n’importe quels voleurs ! Des voleurs de la Guilde Atosof, la plus influente du Continent. Bien qu’elle ne soit composée que d’un millier d’hommes, elle brille par son habileté et sa manie de ne jamais se faire attraper… Aussi, il faut dire que l’autorité du Continent n’a pas que cela à faire…Des dizaines de guerres éclatent entre communautés et il faut gérer ces conflits au plus vite, sous peine d’une guerre civile… Les conflits avec les voisins de Lagor n’étaient pas en manque malheureusement…Tout ça depuis que l’Empereur Helmut était arrivé au pouvoir…

En clair, la vigilance est relâchée à cause de la lassitude de guerre et elle profite aux voleurs qui font leur besogne, peinards… Arrivés dans la salle des coffres, il prennent tout ce qui est humainement transportable : bijoux, perles, armes, etc.… Sauf que, manque de bol, un garde les surprend à fouiller dans le château et l’alerte est vite donnée ! Très vite, une cinquantaine de soldats armés jusqu’aux dents (mais frigorifiés) leur tombe dessus ! Les voleurs parviennent à en abasourdir quelques un mais ils se font vite encercler. Un seul continue à se battre, un jeune homme, se battant avec deux épées et qui fait mystérieusement tomber ses adversaires par on ne sait quelle magie…Vous l’aurez reconnu : c’est Arsène ! Mais il y a des limites : lorsque déboule un homme de deux mètres avec un fléau, Arsène ou pas, on prend ses jambes à son coup ! Et c’est ainsi que les voleurs enjambent d’un bon les murailles pour fuir, devant la panique et l’énervement des soldats, médusés…

Trois jours plus tard : Les brigands sont de retour à leur base, dans la ville de Trolwn. Ils boivent et discutent tels des enfants de chœur, le butin entassé à côté d’eux…
-Et Arsène, pas mal du tout ce combat face aux soldats ! beugla un voleur, apparemment en état d’ébriété…
-Oui mais il a eu peur le gamin devant le lourdaud ! ricana un autre.
Arsène, lui se fichait de ses brimades. Il se tenait dans un coin de la pièce, silencieux. Il ne buvait pas, par peur de se rabaisser à des porcs comme ces « confrères ». Ses deux épées étaient rangées dans un fourreau, à la droite du garçon. Bien qu’il considère ces voleurs comme des attardés, il n’en est pas moins l’un d’entre eux. Mais lui ne vole pas pour tuer ou pour s’accaparer des richesses. Non, lui, il vole pour la gloire et le sentiment du travail accompli. Il veut être reconnu à travers le monde comme le plus grand des voleurs, celui que personne n’a jamais attrapé. Il sait que c’est possible et reste fixé sur ce rêve. S’il suit ces voleurs, c’est qu’il est redevable à vie envers eux. Ces bougres l’ont sauvé d’une mort certaine alors qu’il n’avait que trois ans. Ils l’ont trouvé dans une rivière, le corps de sa mère flottant un peu plus loin…D’après leur dires, ils avaient été émus par « ce morveux qui hurlait à la mort »…Et voilà notre Arsène enrôlé parmi les brigands !

-Au feu ! Au feu !
Arsène sortit de sa torpeur et regarda autour de lui : un des voleurs avait renversé une torche alors qu’il était bourré et était en train de mettre le feu à son voisin, le tout en rigolant, bien sûr…A la limite, un porc de plus ou de moins, qu’est ce que cela change ? Sauf que le feu commençait à gagner du terrain et menaçait de faire exploser la réserve de poudre ! Bondissant, Arsène attrapa un saut et alla en trombe chercher de l’eau au puit le plus près…Coup de chance, il y en avait un à moins de dix mètres, car il faut dire que les voleurs aiment s’accaparer les richesses des autres…Revenant dans la base, il vit l’étendue de la stupidité des voleurs, qui plus est bourré : plusieurs se poussaient dans les flammes, d’autres gloussaient en voyant les autres brûler vifs…S’apprêtant à éteindre le feu, Arsène ne vit pas une colonne de flamme ronger un pistolet, qui tira une cartouche, qui alla se loger dans la remise à poudre (et oui, quand on a pas de bol, et bien on en a pas !). Arsène fut donc naturellement déboussolé lorsqu’une explosion le projeta en l’air, lui brûlant la chair et mettant le feu aux voleurs encore en vie…Son œil avait failli y passer et son bras était noir, brûlé gravement. Titubant, il parvint à aller jeter un regard à l’intérieur de la base : tout était détruit, quelques membres subsistaient encore, mais sans leur propriétaire…
-C’est ta faute, sale môme !
Se retournant, il vit le voleur qui l’avait tourné en ridicule lors du repas. Il lui manquait un bras, emporté par l’explosion. Il semblait perdre la raison.
-Quoi ?! demanda naturellement Arsène.
-Tu es maudit, Arsène ! Le jour où on t’a repêché dans la rivière, on aurait du te laisser crever avec ta mère !
Arsène empoigna l’homme et le plaque contre le mur.
-Répète un peu ?! hurla-t-il sur le coup de la colère.
-Tu peux dire ce que tu veux mais moi, au moins, je connais la vérité !
-Quelle vérité ?!
Il flanqua un coup de poing à l’homme bourré.
-Ta mère, tu sais comment elle est morte ? Et ton père ? Et pourquoi tu es avec nous ?
Arsène ne comprenais rien du tout : on lui avait dit la vérité depuis longtemps. Ce n’était pas un homme soul avec un bras en moins qui allait lui faire changer d’avis !
-Ta famille était un clan de voleurs réputés pour l’assassinat. Mais un jour, ils ont buté un membre de notre Guilde ! Et ça, ça n’a pas plus à Black. Tu vois qui c’est Black ?
Entendre prononcer ce nom fit perdre ses repères à Arsène. Black, le voleur qui règne sur la Guilde ! Un des plus puissants hommes au monde !
-Il a envoyé ses meilleurs hommes tuer ta famille et ton clan. Bien sûr, Black était lui même de la partie…Je te laisse imaginer le massacre !
Il ricana avant de sentir une douleur cuisante dans l’oreille : Arsène venait de lui trancher en partie l’oreille…
-Tu mens !
-Puis, on a mis le feu à ta baraque, on a tué tout le monde mais ta mère a réussi à s’évader…Avec toi dans ses bras…Black vous a poursuivi et à tué ta mère, la faisant tomber dans les flots déchaînés de la rivière…Miraculeusement, tu t’en ais tiré. Black a voulu t’épargner je ne sais pourquoi et on t’a enrôlé !
Tout se bousculait dans la tête d’Arsène : ces révélations, les voleurs, sa mère…Il ne put en supporter davantage : il frappa l’homme qui retourna dans les flammes, finissant sa vie misérable…Arsène tomba à terre : il savait que c’était vrai, il ne voyait pas de mensonge dans les yeux du voleur. Sous le coup de la haine, de la colère et de l’horreur, il eut un haut le corps et vomit par terre…Derrière lui, les flammes dansaient, les premiers secours venaient, tentaient d’éteindre l’incendie, l’amenaient en sécurité…Il hurlait, criant son amertume, sa rage. Il commençait à devenir fou mais il fallait se rendre à l’évidence…Il s’évanouit enfin, à force de tant hurler et pleurer…

Plusieurs jours plus tard, les quotidiens locaux parlèrent d’un incendie accidentel, quelques rescapés, plusieurs dans un état grave…Arsène, lui, était levé depuis longtemps. Il restait allongé toute la journée sur son lit d’hôpital, réfléchissant à sa vie, comment vivre en sachant cela…La seule chose qui lui venait à l’esprit, c’était la vengeance. Tuer toute la Guilde des Voleurs serait l’idéal mais encore fallait-il en avoir la force…Alors, le souvenir de ces année de misère passées au sein de la Guide lui remontèrent à l’esprit ; et il sut quelle était sa voie : il allait détruire, annihiler, raser cette foutu Guilde. Sa famille serait ainsi vengée et lui aussi jouirait d’une grande notoriété comme celui qui a fait tomber les voleurs du Continent, car c’était son rêve d’être connu…

Il commença plusieurs jours plus tard, lorsqu’il eut rassemblé toute la faction de la Guilde présent à Trowln, il leur indiqua une fausse direction…Les soldats leur tombèrent dessus, un combat acharné eut lieu auquel Arsène pris part, du côté des gentils évidemment…C’était la première proie de sa vengeance…Et certainement pas la dernière…Les voleurs finirent tous par être capturés et pendus le lendemain…Arsène se rendit à la Capitale, s’enrôla dans deux factions de voleurs et les conduit toutes les deux à leur perte. Puis il rejoignit la troupe de Helmut dit le Barbare où il est encore présent aujourd’hui…Il apprit également que c’était ce chef, Helmut qui avait participé au massacre de sa famille. Et depuis plusieurs mois, il guettait une occasion de le tuer, de lui faire payer son crime. Mais Helmut portait un habit résistant à la foudre et était sur ses gardes. La troupe fut mutée à Trowln, en remplacement de celle que Arsène avait éradiqué. Puis il rencontra Isaac et ses amis et essaya de les convaincre de l’aider à rayer Helmut de la carte.

Arsène s’est ainsi frayé un chemin pour la vie, entre enfance minable et adolescence tout aussi géniale. Survivre est son but, se venger est sa motivation et devenir célèbre est son rêve…Armé de ses deux lames, il génocide la Guilde des voleurs, dans l’espoir de détruire à la base ce groupe, en tuant Black, l’homme le plus fort du monde des brigands…

Note de l'auteur: Chapitre riche en révélations sur le passé d'Arsène. On en apprend beaucoup sur sa vie et sur ses objectifs et une orientation vers la bataille contre Helmut est signifiée...

Bonus: Personnage étudié: Raphaël: c'est l'intello de la bande, capable de tout résoudre grace à son QI. Son nom vient de quelqu'un de très intelligent de ma classe, en espérant qu'il ne le sache pas... Il n'est pas bien grand (autant que Isaac) et pas bien gros (autant que Isaac aussi). Pour l'apparence, disons que c'est un croisement entre Shikamaru de Naruto et Judo de Berserk...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Ven 22 Fév 2008 08:18 
175 000 000 Berry
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 17 Mar 2007
Messages: 1129
Localisation: Dans la jungle, terrible jungle
Comme promis, un passé intense pour Arsène.

Encore une fois, tu maîtrises bien l'action et l'aventure, avec une petite touche d'ironie sympa par moments. Globalement, l'action du chapitre "baigne dans la crasse" et tu le fais bien sentir.

Cela continue donc très bien même si les seuls enjeux véritables pour la suite de l'histoire concernent la fin du chapitre, et l'objectif d'Arsène...

J'attends donc la suite, même si je serai absent durant toute la semaine... ne t'inquiète pas, je continue à te lire !!! :teach:

_________________
Le Grand Torchon - Numéro 5 disponible !
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Ven 22 Fév 2008 13:59 
4 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 06 Nov 2007
Messages: 224
Encore un chapire que je ne peut trouver qu'excellent tant l'action y est bien décrite. Je chercherai bien une ou deux critiques pour rallonger ce post, mais je ne trouve rien. Et Arsène, quel personnage charismatique...
En attente de la suite :teach:!

_________________
Image

Visitez Mangamania !

http://www.mangamania.forumgratuit.tv


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Sam 23 Fév 2008 11:30 
3 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 13 Aoû 2007
Messages: 190
Vraiment sympa ce chapitre, on sent qu'il a été travaillé. Tes textes deviennent de plus en plus agréables à lire.
On arrive mieux à cerner le personnage d'Arsène désormais et, comme le dis roxas182, c'est vraiment un personnage charismatique.
J'attend la suite avec impattience :Zoro nargueur:

_________________
HAMM- Mais taisez-vous, taisez-vous, vous m'empêchez de dormir. Parlez plus bas. Si je dormais je ferais peut-être l'amour. J'irais dans les bois. Je verrais...le ciel, la terre. Je courrais. On me poursuivrait. Je m'enfuirais. Nature ! Il y a une goutte d'eau dans ma tête. Un coeur, un coeur dans ma tête. - Fin de Partie, Beckett


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Sam 23 Fév 2008 16:02 
200 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Juin 2007
Messages: 1262
Localisation: Sandford, UK
Allez ! On commente ce qui a été dit !

Citation:
Jacky D. Kaput a écrit:
Encore une fois, tu maîtrises bien l'action et l'aventure, avec une petite touche d'ironie sympa par moments


Merci et je suis satisfait de voir que l'ironie de certains passages passe à merveille.

Citation:
roxas182 a écrit:
Et Arsène, quel personnage charismatique...

Citation:
Elwë a écrit:
c'est vraiment un personnage charismatique


Oui c'est l'effet voulu...Mais j'avoue m'être bien pris la tête pour rendre cette impression. Mais rassurez vous: il n'y aura pas qu'Arsène comme personnage charismatique ! Martial ou Wilfried vont être plus que marquants mais pas avant vingt chapitres ^_^

Citation:
Elwë a écrit:
J'attend la suite avec impattience


Yepee ! J'ai réussi à regagner ton enthousiasme qui avait baissé, me semble-t-il, lors des derniers chapitres !

Aussi, je voudrais faire une sorte de Bilan de ma manière d'écrire: Je sors les Chapitres environ toutes les deux semaines. Ensuite, vous l'aurez remarqué, les chapitres tiennent dans des Livres. Dans chaque livre, il y aura entre quinze et vingt chapitres. Combien de livres alors ? Autant vous le dire tout de suite, pas moins de huit livres sont préparés dans le flou total, chacun d'eux résumés par une simple phrase...En espérant de pas vous avoir découragés, au prochain chapitre (qui sortira environ vers le 10 Mars !)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Sam 23 Fév 2008 16:02 
225 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 08 Oct 2006
Messages: 1340
J'ai lu les quatre premiers chapitres de ton histoire. Et globalement, je dois dire que j'ai bien aimé. Personnellement, au début, ça m'a un peu fait penser aux examens de ninja de Naruto et de Hunter de HxH avec une pointe toutefois de Harry Potter avec son école des sorciers... Mais au final, il se trouve que ces sources d'inspirations sont bien vite écartées au profit de l'intrigue générale qui semble se mettre en place. Pour ma part, ce n'est pas plus mal car au moins, c'est de l'inédit. ^^ Les personnages sont assez intéressants à voir évoluer mais comme ça avait déjà été suggéré, je pense qu'un rien d'intrusion dans les pensées intimes de tes protagonistes ne serait pas de trop (mais peut-être as-tu déjà corrigé ça par la suite ?)

Sinon, l'écriture est agréable et on se laisse tout de même facilement emporter par notre lecture. Tout est plutôt bien décrit et on se laisse prendre au jeu. Mais j'aurai quand même une petite critique (ça aurait été trop facile ^^) : je trouve que les phases de combats sont un brin fouillis et moi-même, je m'y suis perdu à plusieurs reprises. Cela dit, on parvient cependant à saisir les enjeux majeurs des actions des personnages. Une autre (et dernière) chtiote critique réside dans le fait que par moments, il manque peut-être légèrement une touche minime de fluidité dans les transitions. Enfin bref, l'ensemble est plaisant donc je crois que je vais continuer à suivre cette histoire en fonction de mon temps libre. ^^ En tous les cas, bon courage à toi !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Sam 23 Fév 2008 16:35 
375 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Jan 2006
Messages: 1941
Localisation: Kokoyashi
Bien j'ai lu ce dernier chapitre et ma foi en ce qui concerne la passé d'Arsène c'est plutôt bien mené. J'arrive plus à me rappeler où j'ai déjà vu une histoire similaire, le héros élevé par le tueur de ses parents, Black Cat peut être ou Berserk, je sais plus. Enfin bon ça a déjà été vu c'est sur mais c'est efficace.

Par contre, navré, mais au niveau du dernier chapitre je n'ai pas vu de passage comique ou qui m'ont fait sourire. C'était un passage sur le passé qui n'en avait d'ailleurs pas forcément besoin, enfin bon après c'est moi hein ^^
Ah si l'Arsène qui se barre face au géant tout de même ^^

Voilà, voilà, sinon je trouve que c'est plutôt bien raconté, un peu court mais ça on s'en fout.

_________________
Fuckin' Capitaine with Namittude Inside
Image
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Sam 8 Mar 2008 11:07 
200 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Juin 2007
Messages: 1262
Localisation: Sandford, UK
Merci à EnOd et Hitsugaya pour ces chaleureux commentaires ! Vous l'avez attendu, le voilà enfin, le nouveau Chapitre !

Livre I: La route Vers la Capitale

Chapitre 9: L'auberge des Poignards Volants.


Ville de Trowln, une semaine après que le voleur Arsène ait fait le récit de son passé, les Parcourriers en herbe louent une chambre à l’auberge des Poignards Volants.

Tout le monde resta bouche bée devant le récit plein d’émotions d’Arsène. Cela semblait avoir soulagé la conscience du voleur, qui espérait à présent que les jeunes hommes l’acceptent avec eux.
-Voilà, c’est ma misérable vie, dit simplement l’intéressé, le regard dans le vide.
Personne ne prononça un mot durant quelques minutes jusqu’à ce qu’Isaac rompit le silence :
-Je crois que cela ne fait aucun doute, tu dis vrai et je pense que personne ne te contredira.
En effet, pas même Théodore n’osa élever la voix. La vérité des dires d’Arsène était fondée et semblait avoir touché les garçons. Raphaël se leva et tendit la main au voleur :
-Bienvenue parmi nous.
Tous l’imitèrent et des poignées de mains fusèrent, quelques tapes sur l’épaule se glissèrent à la conversation.
-Donc, à présent, tu nous accompagnes ? demanda Théodore, qui semblait avoir perdu toute haine face au jeune homme.
-Non, désolé mais ce n’est pas encore le moment. Si les voleurs de Trowln venaient à apprendre que j’ai ramené des étrangers dans la ville, ils me menaceraient de vous faire partir et je perdrai toute crédibilité. C’est aussi simple que ça !
-Oui en effet, c’est ce qu’il y a de mieux à faire ! Mais où on se retrouvera ? Il faut un endroit que les voleurs ne connaissent pas et ça va être dur.
-Il y a un endroit : Trolwn est le port qui relie Wolf Island au Continent : les Quais sont surveillés mais pas certains hangars, comme le numéro 23, c’est là que nous nous retrouverons. Compris ?
Tous firent « oui » de la tête.
-Bien, continua Arsène, je vais vous parler à présent des voleurs de la ville : il y en a à peu près une bonne centaine, tous logés sur une sorte de donjon, à l’extérieur de la ville. Niveau combat, ce ne sont que des loques comparés à vous mais prenez garde à leurs poignards empoisonnés. Il possèdent également une auberge sous leur contrôle, celle des Poignards Volants. C’est là que vous logerez car plus on est proche du danger, plus celui-ci ne nous voit pas. Ne vous mêlez en rien de ce qui ne vous regarde pas ou sinon, il amèneront Helmut et ce sera un massacre dans votre camp !
-Mais c’est qui ce type, dont tu parles comme un monstre ?!
-C’est un homme d’au moins trois mètres, en habit de guerre, avec un casque de Dragon Fly (Note de l’auteur : cela correspond au masque d’aviateur pour notre époque, avec les lunettes et tout). Je ne sais pas quel pouvoir il détient mais il fait peur rien qu’à le voir. Aussi, il vous démasquera si vous vous trouvez dans la même pièce que lui : son aura envoie des signaux qui sont en quelque sorte captés par votre corps. Comme ces derniers ne reviennent pas, Helmut sait que vous avez de la magie en vous ! Et là, il sera sans merci !
Ces déclarations avaient rétamé le moral des jeunes hommes, qui avaient maintenant peur de leur nouvel adversaire…

Et c’est ainsi que Isaac, Théodore, Martial, Wilfried et Raphaël prirent un verre à l’auberge des Poignards Volants. L’auberge était comme toutes celles de l’époque : sale, avec des alcoolos qui passaient jours et nuits à se bourrer la gueule et à se frapper dans la joie et la piété la plus totale. Les voleurs qui squattaient l’auberge se remarquaient vite : ils étaient assis sur une sorte d’estrade, des femmes en petites tenues à leurs côtés et une pinte de bière à la main. Il y avait environ quinze brigands, paraissant tous éméchés. Si Isaac et compagnie se faisaient découvrir, ce n’était pas ses gaillards qui allaient les arrêter.
-Ne les regardez pas, contentez vous de tenir votre vue sur notre table et rien d’autre ! conseilla Raphaël.
Durant une bonne heure, ils restèrent assis, attendant un peu avant d’aller se coucher, par crainte de sentir les regards méfiants des autres clients.
Soudain, pas porte s’ouvrit en trombe ! Une bonne dizaine de voleurs rentrèrent, avec, à la fin du cortège un homme immense, correspondant bien à la description faite par Arsène du géant Helmut, le chef des bandits de Trowln. Le voleur avait raison : il faisait peur rien qu’à le voir mais personne ne sentit la pression de ces fameuses ondes, qui détectaient la présence de Magie dans les gens. Peut être qu’Helmut doit les activer pour qu’elles fonctionnent. C’est mieux, les Parcourriers ont ainsi une chance de ne pas se faire remarquer.

Mais très vite, ce fol espoir s’envola : Helmut s’assit avec ses sbires et déclencha une onde néfaste qui paralysa les garçons. Les autres clients ne semblaient rien ressentir : il n’y avait qu’eux. Ils allaient se faire remarquer et la chasse serait ouverte et aucun d’eux ne savait visiblement comment se sortir de cette situation épineuse. A mesure que leur peur s’aggravait, les ondes pénétraient dans leurs corps et comme Helmut ne les verraient pas revenir, il massacrerait tout le monde avant de trouver les coupables. C’était bien un voleur : toujours sur ses gardes, il déclenche son pouvoir même dans ses endroits familiers…
Une chaise vola à travers la salle et frappa de plein fouet le mur derrière le comptoir, faisant tomber les dizaines de bouteilles sur le sol et répandant leur contenu sur les chaussures du barman. L’origine de cet objet volant identifié n’était autre que ce géant : visiblement, il avait trouvé un bon prétexte pour se dégourdir les jambes. Et là, les Parcourriers pensaient qu’ils allaient pouvoir sortir avec la populace en proie à la terreur mais non : le regard d’Helmut s’attarda sur eux et ils surent très vite qu’il n’y avait plus de place pour le soupçon !

Les dizaines de voleurs de présents sur l’estrade fondirent sur eux, qui durent se battre à pas beaucoup contre une armée, le tout sans avoir eu le temps de choper leurs armes. La bataille faisait penser à un pugilat : tout était bon pour esquiver, frapper, mordre et éviter de mourir. Il fallait donc faire avec ce qui tombait sous la main : Isaac prit une bouteille et la fracassa sur le crâne du premier voleur qui lui passait sous la main. Wilfried créa une lame de glace qui lui permis d’abattre trois voleurs d’un seul mouvement. Les autres aussi se défendaient comme ils pouvaient…
Helmut, pendant ce temps, regardaient ces ennemis s’entre tuer, un sourire aux lèvres, une femme dans les bras. Le pianiste de l’auberge tenta de sortir en douce mais le regard du chef lui fit comprendre de rester à sa place et de continuer à jouer… Une bien belle soirée : se trucider sur un air de musette, elle est pas belle la vie ?!

Les garçons reprenaient largement l’avantage sur les voleurs, qui battirent en retraite, se réfugiant derrière le grand Gourou Helmut. Profitant de ce cessez-le-feu, les Parcourriers récupérèrent leurs armes et se préparèrent à une nouvelle vague d’attaque, dix voleurs étalés dans leurs pieds.
-Vous êtes balèzes les gars ! plaisanta le géant.
-Et vous n’avez encore rien vu ! ricana Théodore.
-Oh ! Mais dites moi, que font des gamins Parcourriers dans mon humble auberge ? Veulent-ils me capturer pour me livrer aux autorités ?
Martial lâcha un juron parlant très péjorativement de la famille d’Helmut.
-Il ne faut pas s’énerver comme ça, Martial.
-Comment connaissez vous mon nom ? s’emporta l’intéressé.
-Un voleur sait beaucoup de choses mais tu n’as pas répondu à ma question : qu’êtes vous venus faire ici ?!
Comme il n’y avait pas de réponses, Helmut hurla, se leva, empoigna la femme dont il profitait et la lança de toute ses forces sur le plancher. Isaac la rattrapa en plein vol, son âme de justicier brillait toujours autant mais pas son bon sens : c’était comme un appât pour Helmut : il pointa sa paume de main vers le garçon. Aussitôt, une rafale d’énergie frappa la table située derrière, la désintégrant. Isaac balança la prostituée plus loin et trancha dans le gras le chef des brigands : un bouclier magique s’interposa et le gamin fut projeté en arrière.
-Vous pensez sérieusement me battre ?! hurla Hemut.
Il déploya ses bras de colosse et des myriades de rafales noires détruirent la totalité du bar, emprisonnant les garçons : ils ne pouvaient fuir, les voleurs et Helmut les rattraperaient facilement. Martial frappa alors dans ses mains et fit brûler l’alcool tombé par terre suite à la chaise volante. Un mur de Feu permit leur fuite…

A quelques centaines de mètres de là, Arsène était capturé par ses propres hommes, étant accusé d’avoir délivré des informations confidentielles à des Parcourriers… Il fut emmené dans un cachot, sous la base des brigands et attaché solidement. Les voleurs avaient ainsi leur appât pour faire venir les fuyards et les stopper pour toujours…

Ces derniers se cachaient dans un égout proche du centre ville : pas très reluisant, mais il faut faire avec. Ils ne savaient quoi faire : l’idée d’avoir été menés en bateau par un ami les tuait de l’intérieur… Leur carrière de Parcourriers était presque fichue : bientôt, les voleurs signaleraient leurs descriptions à toutes les bases de la Guilde et ils seraient fichés jusqu’à leur mort… Cela commençait vraiment mal…

Sur la colline surplombant la ville, un homme descendait le sentier, accompagné de dizaines de milliers de grillons noirs, faisant naître la terreur chez les gens qui le croisaient. Les Criqueurs, les insectes qui avaient horrifiés les Pacourriers en herbe, venaient d’arriver à Trolwn, avec eux leur maître, un être noir enveloppé d’une cape fantomatique…

Note de l'auteur: Voili voilou pour ce nouveau Chapitre, j'espère qu'il vous plaira. Le prochain devrait être la conclusion de l'arc Trolwn !

Bonus ! : Cette semaine, ce ne sera qu'Arsène passé au peigne fin mais comme tout est dans son passé, rien de plus...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Sam 8 Mar 2008 11:14 
175 000 000 Berry
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 17 Mar 2007
Messages: 1129
Localisation: Dans la jungle, terrible jungle
Coooool.
Un chapitre qui démarre lentement, mais prend de l'ampleur avec une vraie grosse baston de groupe très sympa, avec du rythme.

De plus, tu conclues par un suspense, ca que tu faisais assez rarement. Que dire de plus ? Très bien, on attend donc la fin de cet arc avec peut-être des aventures séparées pour nos héros...

A bientôt !!! Même si j'ai du mal à comprendre ton rythme de parution, je suis là pour te lire !!

_________________
Le Grand Torchon - Numéro 5 disponible !
Image


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 76 messages ]  Aller à la page Précédente  1, [2], 3, 4, 5, 6  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com