Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 2 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Ergo Proxy
MessagePosté: Sam 17 Jan 2009 05:13 
4 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 16 Déc 2005
Messages: 214
Localisation: Traverse les océans, brulant les mecréants...
Hop,


comme en ce moment je suis dans une période très très post-apocalyptique (la sortie de Fallout 3 aidant un peu ^^), j'ai décidé de créer un sujet sur un magnifique anime découvert ce mois ci. J'ai nommé Ergo Proxy !

Image


Bon, je vais essayer de planter le décor de la série en évitant de tout dévoiler, car pour moi, la découverte du background du premier épisode est bien foutue et scotche le spectateur jusqu'à la toute dernière minute. :)



L'histoire s'ouvre sur une cité futuriste, Romdeau, qui est une des dernières mégalopoles de l'humanité encore en fonctionnement dans ce monde ravagé. A l'intérieur du dôme protecteur, les humains et leurs assistant robots Autorave cohabitent harmonieusement. Cependant, suite à une série de meurtres étranges, la jeune inspectrice Real Mayer du bureau de renseignement est chargée d'enquêter. De plus, un mystérieux virus baptisé "Kogito" (provenant de Cogito, je pense, je suis) semble donner aux androïdes la notion d'auto-détermination. De ce fait, la société extrêmement ordonnée du dôme commence à se dérégler petit à petit... Pour couronner le tout, des créatures nommées PROXY commencent à faire leur apparition. Au fur et à mesure de son enquête, Real commence à se douter que tous ces événements sont liés. Elle s'intéresse particulièrement au dénommé Vincent Law, qui est recherché dans toute la ville par les autorités et par les être PROXY. Law semble être la réponse à toutes les questions.



Ergo Proxy est donc une production du désormais renommé studio Manglobe, créateurs du très bon Samurai Champloo (diffusé en 2004). La série fut diffusée sur les écrans nippons en 2006. Le thème CyberPunk, sombre et empli de mystères de l'anime tranche radicalement avec l'ambiance Funky et décalé de Samurai Champloo. Normal me direz vous, la réalisation n'est plus entre les mains de Shinichiro Watanabe (Cowboy Bebop entres autres) mais de Shukou Murase (Witch Hunter Robin et Argento Soma). La série comporte 23 épisodes.




Personnages :


Real Mayer
Image

Real, 19 ans, est un agent inspecteur attaché au Bureau Civil du Renseignement... et accessoirement la petite-fille du régent de Romdeau. La vie hyper formatée du dôme la saoule au plus haut point et elle ne partage pas la vision de son grand père et de ses supérieurs sur cette société. Elle est tout d'abord chargée d'enquêter sur une affaire de meurtres d'une violence encore jamais vue auparavant. Étant également l'officier chargé du suivit de Vincent Law, Mayer trouve étrange son comportement et décide de le poursuivre.

Si vous vous attendiez ici à une bimbo divertissante comme perso de figuration, c'est raté... Perso-iceberg par excellence, Real ne vous aime pas, Real n'aime personne, Real n'aime rien, Real trouve que le monde est pourri. Cependant, elle sait quand même jouer du flingue. C'est charmant.



Vincent Law
Image

Vincent est un immigré, il n'est pas né à Romdeau, mais il viens de Mosque, une autre cité dôme apparemment. Il bosse au service de retraitement et remise en état des Autoraves pour tenter d'acquérir le statut de citoyen à part entière. Il est obligé de s'enfuir suite à une accusation d'un crime qu'il n'a pas commis. Cependant, ou fuir?

Law est un excellent personnage, ce bougre nous prends souvent à contre pied. C'est véritablement autour de lui que gravite l'histoire, puisque l'on suit son périple sous forme de quête à la recherche de son identité. A noter qu'il est raide dingue de Real depuis qu'ils se sont rencontré à son arrivée à Romdeau.


Pino
Image
Pino est un Autorave de classe compagnie, plus précisément, sa fonction était de servir d'enfant artificiel pour un couple aisé de Romdeau. Elle sera rejetée suite à l'arrivée d'un véritable bébé dans la famille. Suite à un incident coûtant la vie à la mère et au bébé, Pino sera frappée par le virus Cogito et va donc commencer à éprouver de véritables sentiments. Par la suite elle rencontrera Vincent et le suivra partout dans son voyage.

Pino est le rayon de soleil de la série, tout simplement. Chacune de ses apparitions est une bouffée d'air frais dans ce monde de brutes. Ses mimiques sont souvent très drôles et son "Bunny suit" est devenu culte! Pour moi, c'est clair que le personnage de Pino tire son inspiration du plus célèbre pantin de Walt Disney. L'autorave, qui désire inconsciemment devenir une vraie petite fille, va même rencontrer sa fée bleue au cours d'un épisode mémorable.


Raul Creed
Image
C'est le patron du bureau de la Sécurité Publique. Selon les critères des cités dômes, Creed est un citoyen exemplaire. Il ne montre aucunes émotions, agit efficacement et utilise toute sa matière grise pour résoudre les problèmes. Cependant, les évènements vont prendre une tournure particulière, ce qui ne sera par sans conséquences sur l'esprit des citoyens les plus fidèles.

Ce type est un pantin. Machiavélique et classe, certes... mais un pantin quand même. ^^


Daedalus Yumeno
Image
Daedalus est le chef du Département de la Sécurité Publique. C'est un scientifique très doué malgré son jeune age. Il s'occupe de Real parfois quand celle ci passe pour ses visites médicales. En outre, il semble être très attaché à celle ci puisqu'ils se connaissent depuis leur enfance. Il est surnommé "Prince" à cause de sa beauté juvénile et de ses bonnes manières. Toutefois, cet adolescent cache bien des secrets, et il semble connaitre les Proxy.

Daedalus, dans la mythologie Grecque, est le père d'Icare, et l'inventeur des ailes permettant de s'échapper du labyrinthe de l'île de Minos. (le minotaure, le fil d'Ariane, les réf' manquent pas...) Cela explique le comportement de Yumeno à la fin de la série.



Iggy
Image
C'est l'Autorave de classe compagnie de Real. Il lui sert d'assistant personnel, de garde du corps, et occasionnellement aussi c'est son meilleur ami, son coiffeur, son chauffeur etc... ^^

Hummm, ha ba non, je peut rien dire ici :D


Husserl, Lacan, Derrida et Berkeley

Ce sont les 4 Autoraves du régent de Romdeau, le grand père de Real. Ce dernier étant cloué sur un fauteuil roulant par la maladie, celui ci ne peut pas agir. On peut dire que ce sont dont les 4 Autoraves assistant qui dirigent la cité-dôme.







Mon avis :

Graphiquement (ou comment s'en prendre plein les mirettes) : Premier épisode, pan, c'est la grosse claque. J'ai toujours su que Manglobe faisait de la qualité mais la, c'est effrayant, et tellement super en même temps! La 2D est superbe, les quelques passages en 3D sont remarquables et servent admirablement bien des décors post-apocalyptiques bien mélancoliques. C'est beau quoi! Les scènes d'action et de combat rendent super bien et l'animation est au top même quand il se passe pas grand chose à l'écran en fin de compte. ^^
Les personnages sont très réalistes et parfaitement rendus à l'écran. Pour moi sérieux, c'est le sans faute ici.

Scénario (ou comment bien utiliser sa matière grise) : L'intrigue est très prenante, personnellement j'ai mis 3 jours à dévorer la série. Quand on commence, on ne s'arrête pas. Ergo Proxy est le genre d'anime qui mets vos méninges à contribution, contrairement à d'autres ou on regarde le truc en se laissant guider. Pour résumer, chaque épisode développe une sous-intrigue avec ses propres questionnements. A chaque fin d'épisodes, aucune réponse n'est donnée, et finalement, c'est au spectateur de se forger sa réponse, son avis. En parlant des fins d'épisodes, des références, en veut tu en voila. C'est bien simple, il y a au minimum 2 références par épisodes. Cela peut être une référence à une œuvre littéraire, une théorie physique, une citation d'un grand penseur, une psychologie, un film ou une pièce de théâtre, une mythologie etc etc... Au final, on ressort de chaque épisode encore un peu plus troublé, parfois même complètement paumé. Mais de cet amoncellement de connaissances presque indigeste, il en ressort une grande cohérence. Du coup, pour bien comprendre l'ensemble de l'histoire, il faudra sans doute au spectateur lambda un second visionnage de l'ensemble des épisodes. Mais au final, est ce si important de vouloir tout saisir?

Ce qu'on peut dire, en tout cas, c'est que la série peut surprendre celui qui n'est pas préparé psychologiquement. On peut être vraiment déconcerté par la baisse de régime de l'intrigue dans la seconde partie de l'anime. Autant les 10 premiers épisodes ont un rythme plutôt soutenu, autant le reste est beaucoup plus sombre et psychologique.
On vous aura prévenu!

Musique (ou le bonheur des zoreilles) : La encore, c'est du tout bon. Les bruitages renforcent les ambiances et les scènes d'action. Les voix sont excellentes. Les musiques sont plutôt discrètes mais de qualité au moins. L'opening est fabuleux, et la musique de l'ending n'est autre que Paranoid Android de Radiohead. C'est que du bonheur je vous dit. ^^



Au final, sans révolutionner le genre de l'anime de type Science-Fiction et Post-CyberPunk, Ergo Proxy maitrise son sujet et nous offre une plongée dans son univers torturé dont on ne ressort forcément pas indemne. Perso, dés que je peux, je me fais le prochain bébé de Manglobe :Michiko to Hatchin
Surtout que Shinichiro Watanabe est revenu pour s'occuper de l'ambiance musicale. Ça va être énorme...

_________________
On dit que pétrir c'est modeler...
Moi j'dis que péter c'est démolir !


Dernière édition par Lascar le Mar 18 Aoû 2009 19:10, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mar 18 Aoû 2009 17:24 
500 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Mar 2007
Messages: 3599
Localisation: Académie Honnōji
J'ai attendu que la série soit disponible dans la collection Gold afin de l'ajouter à ma collection. Je planifiais ainsi de récupérer Ergo Proxy en octobre mais surprise, ils avaient pris de l'avance chez MangaDistribution dès mi-juillet pour mettre la série en vente, donc je me suis jeté dessus sans trop réfléchir. J'ai pris le temps de savourer à sa juste valeur la série, ce qui est plutôt rare, vu que généralement j'ai tendance à enchainer très (trop ?) vite les épisodes quand ça commence à me scotcher. À mon sens, Ergo Proxy navigue aisément entre le bien et le très bien dans mon référentiel ; c'est surtout une œuvre Cyberpunk très efficace à laquelle j'ai pris beaucoup de plaisir à me frotter.

Je vais commencer par le scénario, ce qui se révèle être le nerf de la guerre de la série. Au début, l'intrigue du Cogito me faisait penser à un remake de Ghost in the Shell, la comparaison ne tend pas à descendre Ergo Proxy vu que le traitement était différent mais que je pensais tout de même que la série s'orienterait vers la dualité entre l'Homme et la Machine. Eh bien, je me suis bien planté, et heureusement, vu que par la suite je n'ai pas cessé d'être surpris par le scénario, surtout pour aboutir à une fin que l'on n'imagine même pas au tout début. Même si cette même fin est plutôt difficile d'approche à mon sens (Même si les délires simili-créationnistes comme ici arrivent généralement à accrocher ma sympathie ^_^), elle n'en demeure pas moins bien menée pour une série avec un scénario à tiroirs, ce qui n'est pas une mince affaire. Sinon, je vois un « défaut » mineur à l'ensemble, comme l'a écrit Lascar, j'ai ressenti tout de même une petite baisse de tension dans le milieu de l'intrigue, rien de rédhibitoire mais à remarquer tout de même.

Du côté des personnages, il y a un casting très intéressant à suivre. Difficile de me prononcer trop fermement sur le personnage que je préfère car il y a plein qui peuvent prétendre à cette position... Re-l Mayer d'une courte tête peut-être ? Un personnage détonnant à suivre et qui est loin d'être une coquille vide, notamment grâce à une écriture du personnage très intelligente. J'ai bien apprécié aussi Pino, classique des classiques dans ce type d'histoires, mais ô combien attachante sur la durée. Vincent Law, outre le fait de m'avoir fait comprendre que l'Homme pouvait se matérialiser dans son brushing \o/, était quand à lui intéressant de par le fait qu'il évite à mon sens un bon paquet d'écueils propres à ce type de personnage. Daedalus, c'était son cheminement dramatique tout au long de la série que j'ai adoré : sa passion dévorante pour Re-l était terrifiante tout en étant subjuguante à voir se développer, un personnage qui marque assurément.

Pour le reste, la qualité technique de l'ensemble n'est pas trop à démontrer, ça claque très bien pour le millésime 2006 (même si la même année, KyoAni avait quand même balancé le nouveau standard à ce niveau). La bande-son, elle est vraiment pas anodine dans Ergo Proxy et je l'ai trouvé très bonne, même si le morceau de Radiohead à la fin marche plutôt bien pour l'ending, c'est l'opening que je retiens le plus tout de même. Quant aux épisodes, mon préféré en terme unitaire est le numéro 15, barré, dément et carrément original pour un épisode de ce type. Ergo Proxy, c'est un anime n'allant pas forcément tutoyer l'excellence mais assurant une vitesse de croisière qui s'approche facilement du très bon. Un anime à tenter pour les amateurs de Cyberpunk ou de SF, il y a matière à faire. En tout cas, personnellement, je ne regrette carrément pas d'avoir accueilli Ergo Proxy dans ma collection. \o/

Image

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 2 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com