Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 279 messages ]  Aller à la page [1], 2, 3, 4, 5 ... 19  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: Bakemonogatari
MessagePosté: Jeu 9 Juil 2009 18:05 
500 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Mar 2007
Messages: 3596
Localisation: Académie Honnōji
Si certaines personnes venaient à manquer au net francophone, on se demande comment on ferait pour s'en sortir... Nouvelle illustration pour mon expérience de la confiance que je peux créditer au compte de la blogueuse Exelen quant à sa capacité à avoir le bon coup d'œil sur les nouveautés en terme d'animes, c'est généralement imparable pour trouver la nouveauté qui peut tenir votre intérêt durant quelques semaines. Bref, en allant voir récemment son blog, je suis tombé sur ses reviews des nouveautés de l'été 2009 et elle y dressait un portrait fort élogieux d'un anime qui venait tout juste de prendre son départ. Intrigué par ses critiques dithyrambiques, j'ai donc regardé le premier épisode de cette fameuse série. Le résultat, c'est que je me retrouve ici à relayer ce point de vue qui je trouve est juste, parce que la série produit son effet dès son premier épisode. La série en question, il s'agit de Bakemonogatari.

Image

Le postulat de départ de la série est simple, le personnage principal, Koyomi, est l'un de ces nombreux lycéens à qui il arrive des trucs extraordinaires à l'instar de ce qui se passe dans de nombreux autres séries. Lui, sa particularité, c'est qu'il a été un vampire. Pas longtemps, juste le temps d'en être guéri par son « bienfaiteur ». Tout ce qui lui reste de cet ancien état, c'est une capacité à se soigner très rapidement. La série tourne donc autour des rencontres de Koyomi avec des gens de son entourage qui se révèlent aussi comme des possesseurs de capacités extraordinaires et qui ne demandent qu'à s'en séparer pour vivre une vie paisible, un souhait que Koyomi s'empresse d'appuyer dans sa concrétisation en organisant des rencontres entre ces personnes spéciales et son « bienfaiteur ».

La série va normalement comporter 15 épisodes, ce qui fait qu'elle sera très certainement courte mais dense. En effet, la série devrait s'organiser en 5 histoires principales, de 3 épisodes chacune. La série est adaptée d'un light novel (habitude récurrente ces derniers temps dites moi... ^_^) écrit par Nishio Ishin, où il existe actuellement deux volumes publiés dans cette référence. Mais bon, ce que tout ceux qui se sont aventurés par ici attendent de connaitre, ce sont les bases de l'intérêt de la série. Eh bien, ce qui m'a tout particulièrement marqué lors de ce premier épisode, c'est la réalisation graphique qui est plutôt de haute volée. Et au delà de l'aspect technique et de celui esthétique, cette même réalisation part parfois dans des directions psychédéliques bien amusantes à suivre. Que ce soit des messages subliminaux en plein épisode ou bien des passages en stop-motion bien barrés, il y a de quoi être facilement étonné dans cet anime. Quant au scénario, difficile de se faire une opinion sur un seul et unique épisode. Pour l'instant, ça me semble honnête et les personnages n'ont pas trop l'air alambiqués ou rédhibitoires. Le personnage principal n'a pas l'air d'être dans un excès en particulier, ce qui est un bon point. Ça flirte pas forcément vers le fan-service à outrance comme aurait pu le laisser présager la séquence d'ouverture de la série (à moins que ce ne soit carrément de l'opening comme semble le montrer le lien peu après...) et il y a une touche d'humour qui est rare mais qui marche. Pour l'instant, c'est un produit du genre fantastique qui tient assez bien la route pour attirer le spectateur et que je mets volontiers pour l'instant sur ma liste des séries à suivre du moment, c'est assez intriguant pour que je puisse passer à côté.

► OPENING ◄

Épisode 1 : Crab Hitagi – The First

Image

Koyomi Aragi est un lycéen à qui il va arriver un événement peu anodin : en montant des escaliers au sein de son bâtiment scolaire, il voit tomber une camarade de classe de plusieurs étages. Heureusement pour elle, Koyomi était sur sa trajectoire et n'a eu aucun mal à la rattraper. Ce qui est encore moins anodin, c'est que ce dernier a eu réellement aucun mal à l'attraper malgré la vitesse qu'elle avait prise grâce à sa chute de plusieurs étages...


J'ai essayé de spoiler le moins possible dans les lignes plus haut pour reporter le gros de mes impressions ici. En effet, la série part dans cet épisode avec des délires plutôt étranges qui m'ont bien amusé. La camarade de classe de Koyomi, Hitagi Senjogahara, est ainsi assez bien barré de base pour que l'épisode ait un intérêt. Son coup de planquer des objets à vocation offensifs de manière exponentielle sur elle n'est pas forcément original (ah, ça me rappelle l'époque de ma découverte de la spécialité de l'égérie de Isuzu tient ^_^) mais de la manière dont c'est amené, j'ai trouvé ça quand même bien efficace. La pauvre, on veut bien qu'elle pèse 5 kg et que ça la mette en rogne, mais ce n'est peut-être pas la peine de se trimballer autant de matériel de la parfaite écolière et d'en faire cet usage. \o/

Ce qui m'a ensuite bien plu dans cet épisode, c'est le trajet de Koyomi et de Hitagi chez le « bienfaiteur » du premier. Au delà de certains délires visuels, j'ai bien apprécié les blagues hors à propos qui arrivent sans prévenir entre les deux, comme celle de la qualité de tsundere de Hitagi. Et c'est là que la série continue a presser l'accélérateur du non-sens marqué avec le gag sur la présence dans un coin de la pièce où se trouve Momo Shino de Shinobu, qui n'a pas trop l'air heureuse du sort que lui laisse la série. Le petit discours de Momo ne fait pas de doutes, la série va se lancer dans le pur genre fantastique dès la prochaine fois et j'espère bien que l'attente de cette même suite sera récompensée par une intrigue solide qui vienne transformer l'essai de cet épisode qui arrive sans mal à attirer l'attention. Reste à voir si le package renferme une série intéressante sur la durée de par son intérêt.
:Vogue Merry:

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Dim 12 Juil 2009 18:39 
325 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Déc 2005
Messages: 1712
Localisation: Ahnenerbe
Wahou Oo.

C'est carrément impressionnant comme épisode. Déjà, la première chose qui frappe, c'est l'opening. Le début est incroyablement calme. La musique qui passe derrière est très lente. Tellement calme que ça en devient malsain. Et puis, une fois la moitié de l'opening dépassé, on assiste à un revirement complet. La musique devient super speed. Les images s'enchainent à une vitesse incroyable sans que l'on comprenne quoi que ce soit. Tout va vite, très vite. Tellement vite que pourrait presque en avoir le vertige. Avec, en plus, des couleurs sur-saturés. Ce qui permet de se dire immédiatement qu'on va une série complètement folle sur le plan graphique. Et, ça ne rate pas.

La réalisation est impeccable. Ce qui permet d'avoir un rendu absolument magnifique. Au niveau des protagonistes. Mais surtout au niveau des effets graphiques. Qui sont véritablement une pure claque. Une vraie merveille psychédélique. C'est frachement du grand art. Et, c'est surtout très sombre. Il n'y a jamais de passage lumineux dans ce premier épisode. C'est tout le temps sombre. Les ombres sont omniprésentes. Ce qui donne une atmosphère qui est parfois vraiment glauque. Oppressante. On est parfois à la limite du film d'horreur.

De plus, les dialogues sont purement excellents. Ils sont souvent en décalage complet avec la situation. Du pur WTF. Le dialogue entre Koyomi et la déléguée par rapport aux bananes est un pure délire narratif. Et, c'est vraiment ça qu'on ressent. Un délire total. Psychédélique, narratif.

C'est vraiment spéciale comme anim. Mais, c'est tellement somptueux.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mar 14 Juil 2009 18:00 
500 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Mar 2007
Messages: 3596
Localisation: Académie Honnōji
Épisode 2 : Crab Hitagi – The Second

Image

Meme Oshino a indiqué à Hitagi Senjôgahara qu'elle pourrait être sauvée du mal qui la ronge si elle acceptait de suivre les indications qu'il lui donnerait afin de l'aider à réaliser son souhait le plus cher. Il lui a indiqué aussi qu'elle devait se purifier avant toute chose, en prenant tout simplement une douche et en changeant de vêtements. Koyomi accompagne sa camarade chez elle en attendant le rendez-vous de minuit avec Meme.


Je ne m'attendais pas à cela mais les histoires se concluent apparemment plus vite que prévu car le cas de Senjôgahara est dorénavant clos, non sans talent dans cet épisode. Je passe outre le fait qu'une nouvelle fois, la série se présente comme très intéressante dans la direction graphique qu'elle prend, ce serait je l'imagine se répéter de semaine en semaine. Il reste surtout à se concentrer sur le cas de Senjôgahara qui se conclue de manière peu anodine...

La première moitié de l'épisode est étrange, dans le sens où on se demande vers quelle direction souhaite nous mener la série. Cette longue séquence chez Senjôgahara m'a laissé plutôt perplexe au début, car bien que celle-ci étaient parsemée de dialogues au non-sens affirmé qui avaient leur effet, un autre point récurrent de la série maintenant, je me demandais surtout si cette situation n'était qu'un prétexte à un fan-service débridé ou bien devait amener une quelconque réaction de fond chez Koyomi. Ni l'un ni l'autre apparemment, on arrive mieux à surprendre ou à toucher les gens quand on a baissé leur niveau de sensibilité préalablement.

En effet, ce à quoi je ne m'attendais pas réellement, c'est que le cas de Senjôgahara se révèle si torturé dans le fond. Pour la forme, il n'y a pas grand chose à redire, ça remplit très bien son office. Mais là, je ne m'attendais pas avec cette histoire à un cas de viol avorté, à une affaire de mœurs et à des problèmes en pagaille à cause de la dérive sectaire. Le petit discours de la dernière fois sur sa qualité de tsundere et la séquence qui introduisait cet épisode n'étaient donc pas fortuits ou gratuits, ces cordes narratives étaient bien apparentes pour accentuer le côté dramatique du personnage, et ça a bien marché pour moi vu qu'une nouvelle fois, je ne m'attendais par à un truc aussi poussé, on pourrait dire aussi mature je pense. Associé au traitement graphique de la série, l'histoire de Senjôgahara est très dérangeante, même si on reste dans le suggestif. Décidée à affronter ses vieux démons pour retrouver ses sentiments que le dieu crabe lui avait ôter pour la sauver, Senjôgahara se révèle au final être un personnage bien plus amical que ne le laissait prévoir son précédent état. Peut-être est-ce là un personnage que l'on verra de façon récurrente auprès de Koyomi comme la déléguée Hanazawa.

L'épisode de cette semaine a son lot de bonnes surprises avec lui, notamment le fait qu'au delà de la beauté de l'écrin qu'offre la série, il y avait bien quelque chose d'intéressant qui sommeillait en son sein.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Lun 20 Juil 2009 14:23 
500 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Mar 2007
Messages: 3596
Localisation: Académie Honnōji
Épisode 3 : Mayoi Snail – The First

Image

Koyomi retrouve Senjôgahara dans un jardin, pour discuter de choses et d'autres. À moins que ce ne soit un moyen pour Senjôgahara pour découvrir si Koyomi peut réellement devenir son ami... Malgré la grande attention qu'il porte à son interlocutrice, Koyomi remarque qu'une petite fille s'est arrêtée longuement devant un panneau d'indication à proximité.


J'ai bien aimé l'épisode dans l'ensemble, notamment pour la longue discussion entre Koyomi et Senjôgahara. J'ai bien apprécié ce dialogue faussement candide sur la nature de la relation qui pourrait unir les deux, ainsi que les nombreuses piques innocentes de Senjôgahara sur la vie de Koyomi ou encore de sa relation avec sa petite sœur. Et puis, là encore, la série surprend avec le final de cet épisode avec l'introduction très certainement de la nouvelle personne que Koyomi va aider, à savoir Mayoi Hachikuji. La petite a un caractère bien trempé et je n'aurais pas pensé un seul instant que la confrontation verbale avec un Koyomi en pleine déprime puisse aboutir à une confrontation plus physique cette fois-là. Si Senjôgahara avait eu un rapport à un dieu crabe, j'attends de voir quels trucs loufoques peuvent bien être mis en scène par rapport à un escargot et Mayoi.

En tout cas, la série continue de me plaire dans le très bon sens. Si Koyomi a son intérêt en tant que personnage principal, Senjôgahara est taillée pour être un personnage féminin que je puisse beaucoup apprécier. J'espère beaucoup que l'introduction du nouveau cas ne la laisse pas sur le bord de la route, car c'est vraiment le personnage qui cristallise l'intérêt étrange que distille la série.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Lun 27 Juil 2009 10:02 
500 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Mar 2007
Messages: 3596
Localisation: Académie Honnōji
Épisode 4 : Mayoi Snail – The Second

Image

Koyomi tente d'amener Mayoi chez le proche dans les parages qu'elle semble vouloir rencontrer. Pour se faire, Senjôgahara part dans le quartier à la recherche de l'adresse que Koyomi lui a indiqué, elle qui a vécu ici quelques années auparavant. Quant à Koyomi, il est en charge de s'occuper de l'écolière, mais la cohabitation entre les deux ne se fait pas forcément sans heurts.


La chance a l'air de sourire à la série, vu que les VOSTA pour cette dernière sont réalisés de plus en plus rapidement et par de plus en plus d'équipes ; c'est bien mieux niveau timing de diffusion et contenu de traduction qu'au tout début. ^_^; En effet, la série est criblé de messages qui s'enchainent à une vitesse qui les rend impossibles à lire, mais dont on peut au moins capter quelques mots : auparavant, ces panneaux liés à la narration n'étaient jamais traduits et par chance, ils le sont maintenant, ce qui rajoute maintenant au côté déjà épique de suivre cette série qui très, mais réellement très bavarde. ^_^;

L'épisode de cette semaine est encore plutôt riche, les situations s'enchainent très vite et l'intrigue ne prend pas de pauses pour suivre son cours. Même si le mystère qui plane autour de Mayoi et cristallisé par l'image de l'escargot s'est plutôt bien dévoilé cette fois-ci, il n'en demeure pas moins que ce mystère reste quand même présent en assez grande partie pour donner de l'intérêt à la résolution de son problème une prochaine fois. Ce que j'ai bien aimé dans cet épisode, c'est le délire très barré du générique autour des Magical Girls avec Mayoi en vedette ainsi que la conversation vers la fin au téléphone entre Koyomi et Meme Oshino qui en dehors de ce qui s'y racontait d'intéressant, n'avait que de cesse de distraire jusqu'à la moelle le spectateur grâce à ce qui se tramait sur l'écran du portable. À noter aussi la nouvelle variation de l'ending.

J'attends donc avec intérêt la conclusion de cette histoire, tant sur la révélation du problème de Mayoi que sur le moyen très certainement alambiqué dont va user Meme Oshino pour la soulager de son poids. Et puis, il faut voir aussi si Mayoi va enfin réussir à bien tabasser son bourreau de sauveur qui lui colle quand même une raclée depuis deux épisodes...
:Zoro nargueur:

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Dim 2 Aoû 2009 15:11 
500 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Mar 2007
Messages: 3596
Localisation: Académie Honnōji
Épisode 5 : Mayoi Snail – The Third

Image

Koyomi se retrouve une nouvelle fois seul dans le parc avec Mayoi, en attendant le retour de Senjôgahara qui doit rapporter de chez Oshino le moyen de régler cette affaire. Alors qu'à l'accoutumée, Koyomi et Mayoi se battent comme des chiffonniers à propos de tout et n'importe quoi, Senjôgahara arrive avec une bien étrange conclusion à délivrer à Koyomi...


J'ai beaucoup apprécié cet épisode pour son twist de fin, qui est très efficace car réellement inattendu pour ma part sur le coup. Moi qui pensais que Koyomi était comme le cas précédent le vecteur de la solution, je ne pensais pas un seul instant que Mayoi puisse être le problème elle-même et qu'elle était elle-même l'esprit escargot qui pour le coup faisait de Koyomi une victime. Avec tout ces sous-entendus sur sa vie familiale durant ces trois épisodes, j'espère qu'il y aura une intrigue ou du moins un développement derrière pour reprendre le flambeau. Et puis, comme à l'accoutumée, les longs dialogues entre Senjôgahara et Koyomi m'ont plutôt plu dans l'ensemble et heureusement, il semble plutôt acquis maintenant que Senjôgahara soit très présente par la suite. De même, ça me fait plutôt plaisir de constater que Mayoi va aussi rester dans les parages comme un esprit qui hante maintenant au côté de Koyomi. Un épisode qui m'a donc beaucoup plu et dont j'attends maintenant avec impatience la prochaine intrigue.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Lun 10 Aoû 2009 13:02 
500 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Mar 2007
Messages: 3596
Localisation: Académie Honnōji
Épisode 6 : Suruga Monkey – The First

Image

Les examens du premier semestre arrivent, et Koyomi décide d'aller chez Senjôgahara pour profiter de l'assistance dans ses révisions de l'une des meilleurs élèves de sa classe d'âge. À moins que ce ne soit pour passer du temps avec sa nouvelle petite amie comme le laisse supposer Mayoi qui hante toujours les pas de Koyomi... Sur le chemin, il est rattrapé par une élève d'un grade inférieur d'an à lui, Kanbaru Suruga. Cette dernière lui pose de très nombreuses questions et a l'air de s'intéresser à lui. Une fois chez Senjôgahara, Koyomi apprend quelque chose de plutôt surprenant sur les liens entretenus par Kanbaru et son hôte du jour...


Le thème de cette affaire, comme le titre l'indique, sera le singe. Le cliff de fin ne laisse pas de doute, ça va très certainement cartonner sec entre Koyomi et Suruga, reste à voir si cette dernière est possédée par l'esprit du singe ou bien si le devenir de sa relation avec Senjôgahara a fait qu'elle soit pris d'une jalousie maladive envers son petit ami qui la pousserait à le démonter. La dualité entre le personnage et son complexe est toujours bien amenée par la série, et ici, je suis bien évidemment impatient de comprendre la clé du problème de Suruga.

D'un autre côté, la poursuite des développements relationnels entre les personnages principaux reste quand même réellement très prenant à suivre pour ma part ; ça peut partir dans tous les sens (cf. Senjôgahara) ou ça ne sonne pas creux (cf. Hanekawa), voire ça peut coupler les deux. Et quand il y a les trips visuels à côté pour illustrer le tout, ça renforce le côté imparable de la chose comme pas deux. Énième répétition pour ma part mais tant pis, Bakemonogatari est un SCUD de plaisir concentré duquel on ne pourrait que pleurer l'absence de son bombardement chaque semaine durant l'été.

Sinon, pour la route, voici l'un des MAD récents sur la série qui peut valoir le détour...
Hachikuji Mayoi Gourmet Race ♫

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Lun 24 Aoû 2009 11:46 
500 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Mar 2007
Messages: 3596
Localisation: Académie Honnōji
Épisode 7 : Suruga Monkey – The Second

Image

Koyomi se rend chez Kanbaru Suruga après la fameuse nuit où il s'est fait agressé près d'un passage à niveau. La jeune lycéenne réserve quelques surprises de taille à Koyomi, et pas forcément celles auxquelles il aurait pu s'attendre...


Deux semaines sans Bakemonogatari, qu'est-ce que c'était long de chez long après avoir goûté à l'intérêt de la série... >.<; En tout cas, pour mon grand plaisir, la série ne revient pas plus en forme que jamais mais ne fait que perpétuer un état de fait propre à cette dernière, ça n'arrête pas d'envoyer du lourd épisodes après épisodes. Et le cas propre à Kanbaru, il est carrément loin de laisser indifférent...

Comme cela nous a été très suggéré la dernière fois, c'est bien Kanbaru qui a agressé Koyomi, mais apparemment dans un état second. La thématique du singe se traduit dans cette affaire par la transformation du bras de Kanbaru, qui ressemble de plus en plus à une main de singe (je dirais plutôt King-Kong à ce niveau plutôt \o/). La main de singe fait ici comme cela nous est expliquée au mythe que l'on retrouve souvent dans les histoires fantastiques, celle qui réalise les vœux de ses possesseurs mais qui les tue une fois que tous leurs vœux sont réalisés (je crois me souvenir qu'il a eu cela aussi à un moment donné dans xxxHolic pour une analogie simple à relever...). Comme prévu aussi, c'est l'attachement à Senjôgahara qui a amené Kanbaru dans cette situation, l'ancienne senpai de cette dernière ayant apparemment brisé celle-ci en la repoussant au lycée à cause de son ancien problème résolu dans les premiers épisodes.

Le personnage introduit par ce cas me plait bien, Kanbaru étant assez barrée pour ne pas détonner dans l'ambiance de la série. Pour faire simple, je m'attendais à une amitié maladive envers Senjôgahara, mais carrément par à ce que Kanbaru soit une lesbienne fan de yaoi et doublée d'une sado-masochiste (difficile quand même pour ceux qui ne connaissent pas le Japonais de capter de suite le jeu de mots avec son nom qui renvoie apparemment à une pratique de bondage prisée des Nippons... ^_^;). Le plus drôle à constater, c'est que ce n'est pas un cliché ambulant et qu'elle sert admirablement à envoyer des remarques cinglantes ou inattendues lors des dialogues avec Koyomi. Si Senjôgahara est la prêtresse du teasing caliente pour Koyomi dans la série ("caliente" ? Allez, vous savez que vous n'y échapperez pas même ici cet été ^_<), j'imagine que Kanbaru sera celle qui prouvera inlassablement que Koyomi peut être coincé sur certains sujets et forcément, ça entrainera de bonnes situations comiques comme dans cet épisode (et accessoirement, ça grossit le trait autour du personnage principal à moindres frais, ce qui est toujours plaisant dans le sens où Koyomi s'affirme épisodes après épisodes comme un personnage très cool à suivre).

Quant au final, il suit le schéma habituel de l'histoire, à savoir la présentation à Meme qui trouve de quoi se remplir le porte-monnaie grâce à ce cas ; reste à voir comment il va faire pour repousser le démon qui semble prendre possession du corps et de l'âme de Kanbaru. À noter encore une fois le cas assez étrange de Shinobu qui est toujours dans son coin, j'imagine que la résolution de son cas sera quelque chose d'important vers la fin de l'histoire vu qu'elle partage la même caractéristique que Koyomi. Comme d'habitude, l'épisode démonte pour moi et comme toujours, c'est avec une impatience presque démente que j'attends la suite.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Lun 31 Aoû 2009 14:16 
500 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Mar 2007
Messages: 3596
Localisation: Académie Honnōji
Épisode 8 : Suruga Monkey – The Third

Image

Koyomi a amené Kanbaru chez Meme Oshino afin de la délivrer de son mal qui se caractérise par un avant bras gauche devenu l'égal de celui d'un singe. Oshino explique que le démon qui a lié un contrat avec Kanbaru ne fait pas que réaliser les souhaits qu'elle a formellement prononcé devant la patte de singe légué par sa mère décédée, il réalise aussi les souhaits qui lui sont inconscients. Pour éviter à Kanbaru de perdre son corps, Oshino voit deux solutions. La première consiste à amputer Kanbaru de son avant-bras gauche. La seconde consiste à ce que Koyomi défasse le démon une fois qu'il a pris possession du corps de Kanbaru afin de rendre impossible le vœu inconscient de Kanbaru qui le souhaite mort. Dans tous les cas, l'avenir de Kanbaru va se jouer dans la foulée... C'est le Money-Time pour l'ace du Basket !


Cet épisode se voit doter d'un Opening inédit qui est bien évidemment porté sur le personnage de Kanbaru Suruga ainsi que ses sentiments vers Senjôgahara. Bah, à part effectuer une répétition d'ensemble par rapport aux précédents pour dire que ça envoie du lourd ne serait-ce que sur le côté évocateur de la chose, eh bien... Bon, vous l'aurez bien compris, ça ne sert plus à grand chose de le répéter à chaque fois mais ça serait très surprenant maintenant que l'on se retrouve avec quelque chose de mauvais dans le genre dans cette série. ^_^;

Comme d'habitude, j'ai bien apprécié cet épisode, même si la façon initiale par laquelle devait être sauvée Kanbaru était convenue. Combattre le Mal à la racine pour expédier l'affaire et sauver la prétendue victime, c'était dans l'ordre des choses après l'agression du passage à niveau durant les épisodes précédents, plus porté sur l'action que la réflexion pure et dure comme précemment. Ce qui l'est déjà moins, ce sont quelques éléments dans ce dernier, comme par exemple la scène regroupant Shinobu et Koyomi. On comprend mieux pourquoi elle traine dans le coin la gamine et pourquoi ça a l'air très pratique que Koyomi se régénère dans de telles situations...
:Zoro nargueur:

Je me répète par rapport à la semaine dernière mais j'espère bien que la résolution du cas de Shinobu sera l'un des climaxs de la série, si ce n'est le plus gros à la fin. Ce que j'ai bien apprécié dans cet épisode, c'est la phase de baston débridée entre Koyomi et Kanbaru. Heureusement que le traitement graphique rend le tout plus bariolé que gore, sinon je me demande bien à quoi aurait ressembler le résultat vu la carcasse de Koyomi et son état lors de l'apparition du Deus Ex Machina de cet épisode. \o/ Sur la même lancée, j'ai aussi apprécié le twist de fin qui amène la résolution de ce cas, notamment parce qu'il donne la part belle à l'égérie proclamée de la série, à savoir Senjôgahara. Cette situation rajoute de l'épaisseur au personnage et amène une conclusion somme toute qui me satisfait, donc c'est assez efficace dans sa visée.

Vivement le prochain cas à résoudre maintenant, et voir ce qui se trame autour de ce fameux serpent annoncé...

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Dim 6 Sep 2009 12:24 
500 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Mar 2007
Messages: 3596
Localisation: Académie Honnōji
Épisode 9 : Nadeko Snake – The First

Image

Oshino a donné un nouveau travail à Koyomi, il doit aller placer un sceau pour lui sur les vestiges d'un temple abandonné. Pour se faire, il s'y rend accompagné de Kanbaru. En prenant les escaliers menant au temple, une collégienne descend à grande vitesse ces derniers, une jeune fille que Koyomi croit connaître mais dont il n'arrive pas à mettre un nom sur son visage. Une fois arrivés au temple, Koyomi et Kanbaru font une découverte quelque peu malsaine : des dizaines de corps mutilés de serpents sont plantés à même le temple ou les arbres cérémoniels environnants. Le temple indiqué par Oshino ne serait-il pas aussi abandonné que prévu ?


L'habituel épisode de transition entre les cas reprend les mêmes codes que précédemment, ça part toujours au quart de tour vers la nouvelle intrigue tout en soulevant quelques points annexes qui n'avaient pas été entrevus récemment. Et encore une fois, la série réussit admirablement à nous mener là où elle le souhaite sans temps mort, ce qui est donc très agréable à suivre.

Le début de l'épisode nous montre déjà le problème qui va devoir être résolu, ou du moins l'une de ses conséquences. Sachant que le serpent va être la clé de l'intrigue des épisodes à venir, difficile de passer à côté de son évocation, même si là le sort réservé à ces mêmes serpents surprend bien au moment de la découverte... Et puis, peu avant, on aura mis peu de temps à découvrir qu'elle sera la personne à secourir pour Koyomi ; même si on aura attendu le dernier tiers pour découvrir son problème.

Le cas n'étant pas lancé officieusement, l'histoire s'arrête quelque peu sur Hanekawa dans la librairie. Bon, il me semble clair maintenant que si on entend pas parler d'un chat en rapport avec elle dans les prochains cas à élucider, ça me semblerait très étrange vu la tournure que cela prend de plus en plus... ^_^ En effet, plus l'histoire avance, plus j'ai l'impression que Hanekawa semble changer très sensiblement dans son comportement ; comme si la fille sage du début laisser quelque plus place à la jeune femme déjà plus indépendante comme en témoigne sa volonté de ne pas aller à l'université pour faire le tour du monde alors qu'elle est bien blindée niveau réussite scolaire... Et puis, il y a aussi les travaux d'approche avec Koyomi qui deviennent de plus en plus insistants, dur de se faire piquer sa cible par la première Tsundere venue... \o/ Un cas laissé sûrement en suspend pour les épisodes à venir mais qui aura très certainement vocation à être résolu.

Ce qui m'a le plus plu dans cet épisode, c'est le moment où Koyomi amène chez lui celle qui se révèle être une ancienne connaissance d'enfance de par ses jeunes sœurs, Nadeko Sengoku, et Kanbaru. Eh bien, mes espoirs de voir Kanbaru s'imposer comme un personnage amenant des situations comiques intéressantes se concrétisent très vite, ne serait-ce ainsi par exemple que par sa recherche de magazines ou livres suggestifs dans la première chambre de garçon qu'elle visite. Et puis, on a aussi la révélation du problème de Sengoku, et là... Attention mesdames, mesdemoiselles, messieurs ! Si vous pensez que c'est une scène de Lolicon Complex en puissance tout juste bonne à rameuter tous les otakus devant leurs écrans, tapez 1 ! Si vous pensez que le studio SHAFT en a rien à faire de la législation, tapez 2 ! Si vous auriez souhaitez un autre personnage un peu plus âgé dans cette configuration, tapez 3 ! Plus sérieusement, même si le scénario tente de justifier à raison cette scène pour dévoiler son problème , eh bien, je me demande tout de même vu l'âge théorique de la fille si c'était si nécessaire que cela d'appuyer autant sur le côté fan-service de la scène... Bon, il n'est peut-être pas si nécessaire que cela de faire émerger une pseudo-polémique à ce sujet, après tout, je ne pense pas que ça se représente de sitôt sous cette forme parce que ça ne se justifierait plus.

Sengoku reverra t-elle ses anciennes amies que sont les sœurs de Koyomi ? Son problème sera t-il réglé ? Kanbaru essayera t-elle de draguer la collégienne ? Koyomi arrivera t-il à prouver que ses marques en forme de serpents sur tout son corps ne sont pas des marques de bondage comme semble le penser Kanbaru ? Débuts de réponses la prochaine fois j'espère ! \o/

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Dim 13 Sep 2009 22:06 
500 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Mar 2007
Messages: 3596
Localisation: Académie Honnōji
Épisode 10 : Nadeko Snake – The Second

Image

Koyomi rend une nouvelle visite nocturne à Oshino afin de lui demander son éclairage sur le problème de Sengoku. Oshino lui explique que son amie est la victime d'un cobra, un reptile invoqué par un tiers afin de la faire souffrir par effet constricteur jusqu'à ce que mort s'ensuive. Fort heureusement, le cas est solvable : Sengoku doit se rendre au temple que Oshino avait indiqué précédemment à Koyomi afin d'y faire une prière quelconque qui doit, par ajout au côté rédhibitoire du temple pour de tels esprits, faire fuir le cobra.


Eh bien, si je m'attendais à cela, le cas de Sengoku est déjà résolu en deux épisodes. o_O Comme d'habitude, un nouvel Opening vient marquer la résolution du cas présent, un Opening qui détonne comme d'habitude de par sa singularité dans la série. Néanmoins, je trouve que cette singularité est moins marquée que précédemment dans le sens où l'histoire racontée autour de Sengoku dans cette séquence suit quand même la thématique des histoires de cœur que l'on avait aperçu par exemple avec Kanbaru. Cela ne m'empêche pas de bien apprécier toutefois cet Opening, notamment pour son thème musical (les « Fluffy Fluffy » m'ont fait penser à Mio qui avait mis le concept en avant avec l'écriture de ses chansons il y a quelques mois de cela, sûrement de bonnes réminiscences pour une fois \o/).

Alors, que retenir d'un épisode qui va à 100 à l'heure tout en étant assez riche sur les informations données... Pour moi, ce sera le Twist de la présence d'un second cobra sur Sengoku au lieu d'un seul, suivi de l'affrontement de Koyomi avec celui-ci. En effet, vu l'avancement de la procédure initiale, je ne voyais pas comment introduire quelque chose qui cloche et c'était quelque chose de plutôt intelligent pour relancer le tout avant la fin. Quant à l'attachement de Sengoku envers son grand frère de cœur qui l'a oublié depuis quelques années... eh bien, c'est qu'il continue de se constituer un harem dans la plus pure tradition des histoires dont on a l'habitude je pense. ^_^;

Après, on a quand même les déclarations de Oshino qui planent même si elles ne sont pas décisives dans l'avancée de la résolution de ce cas. Koyomi resterait donc à 10% vampire, ce qui est logique vu sa capacité de régénération, mais surtout, il demeure dans cet état tant qu'il n'abandonne pas Shinobu. Et là, je me demande à cause de mon esprit dérangé si...

Image

Et si Shinobu était la réincarnation du vampire qui a infligé cet état à Koyomi et que l'on aperçoit dans le premier Opening qui servait selon toutes vraisemblances maintenant de FlashBack sans qu'on ne le sache ? Auquel cas, j'imagine que Koyomi avait voulu ne pas tuer celle qui lui avait donné cette malédiction à cause de son penchant à aider tous ses prochains, d'où une astuce qui sait pour faire continuer à vivre cette vampire. En tout cas, cette réplique continue de bien faire marcher la boite à fantasmes sur cette histoire... En tout cas, c'est Hanekawa et le chat qui passe sur le grill la prochaine fois ! \o/

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Mar 22 Sep 2009 11:21 
500 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Mar 2007
Messages: 3596
Localisation: Académie Honnōji
Épisode 11 : Tsubasa Cat – The First

Image

Pendant la Golden Week, Koyomi se retrouve à se balader dans la ville avec Hanekawa afin de discuter de choses et d'autres. Durant la conversation entre les deux amis, cette dernière explique à Koyomi les problèmes familiaux qu'elle rencontre actuellement avec ses parents adoptifs. Koyomi se sent désolé de par ce qu'il entend, mais comme bien souvent ce simple constat s'impose à lui, il ne peut concrétiser le bonheur absolu pour tous ses proches.


Dire que l'épisode de cette semaine m'a bien eu est un faible mot vu que, même si on sentait venir à des kilomètres à la ronde la substance même du cas de Hanekawa, comment aurait-on pu prévoir la composition même de cet épisode qui prend littéralement à contre-pied le spectateur dans sa manière de développer l'histoire ?
:Zoro nargueur:
En effet, j'ai été très agréablement surpris par cette astuce de l'ellipse narrative qui fait qu'au final, le cas de Hanekawa a déjà été résolu sans qu'on ne le sache jusqu'au fameux flashback qui fait découvrir le poteau rose. Une figure de style bien amenée dans la narration qui se permet le luxe de rendre ainsi l'épisode très complet vu qu'on a tout ce qui fait la série condensé en un seul épisode. Si on se penche sur le fait que le cas de Hanekawa a été suggéré en long et en large depuis le début de la série, il n'y a peut-être guère que les crédules comme moi pour penser que le traitement de son cas aurait été classique dans son approche.
:Luffy hilare:
J'ai quand même un petit bémol à émettre sur cet épisode, qui concerne principalement le dialogue entre Sengoku et Koyomi : si on n'y connait rien de chez rien aux classiques populaires du manga au Japon, difficile de s'y retrouver dans les références. Certes, ils expliquent bien que justement c'est un jeu sur des références obscures mais pour ma part, à part les références à Doraemon, le reste m'a échappé et j'imagine que cela m'aurait paru plus amusant si justement ces références étaient moins obscures.

Il ne reste donc plus qu'un épisode selon le Coming-Next... mais c'est le dernier épisode diffusé à la TV, car je l'espère bien, la prédiction d'une diffusion des épisodes 13 à 15 sur le net va se réaliser. C'est dans ce genre de cas que l'on constate que ce n'est pas si accessible que ça le temps d'antenne au Japon pour tenter de vendre par la suite les DVD de sa série. M'enfin, ça m'a surpris de le découvrir mais ça n'empêche pas la série d'être populaire... Il n'y a qu'à voir le classement sur Amazon.jp pour constater que Bakemonogatari est la seule série de l'année à tenir quelque peu la comparaison avec K-On! Dans les ventes de DVD et BR d'animes en 2009. En tout cas, ils ont bon goût nos amis nippons pour en arriver à un tel résultat ! \o/

Image
Mais il n'y a pas que ça on dirait !

En effet, si la série cartonne dans les charts, de manière étonnante pour ma part vu que je pensais que l'audience pour la série aurait été anonyme, la machine marketing se met en route pour Bakemonogatari vu que la série va avoir son lot de Nendoroids comme toute série populaire.

Image

Une bien belle digression marketing pour aboutir sur ce point : je n'aurais jamais pensé que la série ait apparemment une si large audience. Est-ce parce que à la base, le Light-Novel est populaire ? Je n'en sais strictement rien malheureusement mais maintenant que l'on est dans la dernière ligne droite de la série, j'espère bien que le succès d'estime qu'elle a l'air d'avoir glané tout au long de l'été 2009 va lui servir à revenir dans une seconde saison pour narrer la suite des aventures de Koyomi & Co que l'on peut retrouver dans les autres livres qui composent la série. Après de tels épisodes aussi plaisants à suivre, ça serait dommage de ne pas en avoir une nouvelle dose à consommer sans modération dans le futur.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Lun 28 Sep 2009 13:18 
500 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 01 Mar 2007
Messages: 3596
Localisation: Académie Honnōji
Épisode 12 : Tsubasa Cat – The Second

Image

Le rendez-vous important qu'a Koyomi en tête en sortant de cours est sa première sortie avec Senjôgahara, même si il ne sait pas si cette dernière connaisse la signification exacte d'un rendez-vous amoureux... C'est donc inquiet tout en étant rempli d'espérances qu'il se rend à la maison de sa petite-amie.


Et dire que c'est cet épisode qui conclue la partie diffusée à la TV de Bakemonogatari...
C'est bien simple, c'est tout simplement magique de bout en bout, c'est très certainement le meilleur épisode de la série pour moi. La scène de la voiture fracasse littéralement tout et la scène finale termine le spectateur en terme de béatitude en lui plantant un bon gros pieu de pure romance parfumée à l'eau de rose au plus profond de son cœur.
  • C'est irréellement bon de mon point de vue.
  • Senjôgahara m'a tué en parachevant d'embellir sa place dans mes références des personnages qui marquent comme pas deux.
  • J'en pleurerais presque de ne pas avoir des trucs de ce niveau à me mettre chaque semaine devant les yeux.
    :Vogue Merry:

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Lun 28 Sep 2009 14:19 
200 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 04 Oct 2006
Messages: 1283
Localisation: En cure de désintox. Importante, la désintox.
Hitagi m'a donné du rêve. Et ça fait toujours plaisir, surtout quand je me souviens que je suis tombé sur Bakemonogatari par pur hasard.

Je n'irai pas jusqu'à plagier Bullzor, mais je suis entièrement d'accord avec lui. Cet épisode m'a transporté, alors même qu'il est hors du cadre normal de la série. Ici, pas de bizarreries (alors que le titre de l'episode est Tsubasa Cat 2, ce qui veut donc dire que le studio a choisi de respecter à la lettre l'organisation du light novel), mais simplement trois personnages, et une situation. Mais quelle force !

Comme je l'exprimais plus haut, Hitagi m'a fait rêver. J'ai retrouvé chez elle sa langue acérée et son caractère impossible, taquin, mais aussi son côté plus sombre, plus douloureux. Sans oublier sa détermination et son esprit clair. Très franchement, j'étais assez fou durant la scène de séduction de la voiture, car elle avait du envoyer du lourd pour rendre Koyomi dans cet état. De même, le running-gag avec Senjôgahara Père ou Fille m'avait donné de bons rires francs. Mais le top restera quand même la scène finale, d'une beauté assez impressionnante. L'énumération des dons de Hitagi peut paraître courte, mais pourtant... on sent, malgré la faible quantité, une intensité dans les sentiments. Dans le même registre, la répétition des questions "M'aimes-tu ?" m'a laissé... sans voix. Et je ne manque pas de vocabulaire. Mais plus que les questions, les réponses m'ont vraiment plu. Alors qu'il est clair que pour Hitagi, tout était clair dans son esprit, on sent que le rendez-vous à surtout permis à Koyomi de mettre de l'ordre dans ses sentiments. Jusqu'à en arriver à cette conclusion, très touchante, sur le baiser. J'ai, de plus, apprécié le désamorçage de la tension avec le gag final, redite du début de l'épisode.

Bref, très belle conclusion à la diffusion TV. En attendant la suite, et en espérant très fort que Baka Tsuki accélère le rythme de traduction du Light Novel !

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Lun 28 Sep 2009 16:35 
325 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Déc 2005
Messages: 1712
Localisation: Ahnenerbe
Best.Anime.This.Year.

Avec ce douzième épisode, c'en est fini de la diffusion TV des Bakemonogatari. Cette série m'aura transporté de bout en bout. Jamais je n'ai senti de lassitude. Jamais je ne me suis ennuyé. Ce n'était que 12 épisodes. Mais 12 épisodes absolument extraordinaire. Que ce soit le thème général, la réalisation ou le jeu sentimental entre Hitagi et Koyomi.

Jeu qui arrive d'ailleurs à une fin dans ce douzième épisode. Et qui se conclut de manière magnifique.

Cet épisode est parfait. De la première à la dernière seconde. La scène de la voiture est sublime dans le sens où elle permet aux deux protagonistes de réussir à s'avouer à eux même leurs propres sentiments. Et autant Hitagi y était déjà parvenu, autant Koyomi pas encore. Tout le trajet représente le changement d'attitude de Koyomi. Au début, il est tendu et ne dit rien. Il ne sait pas. Ou ne sait pas qu'il sait. Puis, grâce à Hitagi, il arrive à formuler des réponses. Une première fois. Et finit par transformer ses réponses en vérités. Il accepte ses sentiments. Il accepte de se laisser entièrement guider par Hitagi.

Et, le conclusion vient s'imposer d'elle même. Tout doucement. Mais de manière irrémédiable. Une conclusion qui ne pouvait pas être différente. Qui, puisqu'elle était prévisible aurait pu ne pas avoir d'impact. Mais qui, au contraire, vient magnifier l'épisode. Et clore la série en apothéose.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 279 messages ]  Aller à la page [1], 2, 3, 4, 5 ... 19  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 4 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com