Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 19 messages ]  Aller à la page [1], 2  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: Universal War One
MessagePosté: Lun 18 Aoû 2008 15:01 
Ô-Totoro
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Mar 2006
Messages: 3649
Localisation: Échappe à la connaissance
Image



Genèse

« Au commencement, le souffle de dieu tournoyait au coeur des ténèbres, et les ténèbres recouvraient l’abime. Dieu dit "Que la lumière soit", et la lumière fut. Dieu vit que la lumière était bonne, et sépara la lumière des ténèbres. Dieu appela la lumière "énergie" et les ténèbres "espace/temps". Il y eut un soir, il y eut un matin. Ce fut le premier jour. »


Auteur

Image

Denis Bajram est un dessinateur français, né à Paris en 1970 et dont la principale œuvre est, et restera, Universal War One. Il fait ses études à la faculté des sciences de Jussieu -qui lui permet d’acquérir une connaissance certaine de la physique, qui est au centre de sa série phare- puis rejoint les Beaux-Arts avant d’étudier la scénographie et le graphisme aux Arts déco de Paris. Il est remarqué très jeune par le fanzine Scarce, qu’il quittera pour l’équipe du Goinfre cinq ans plus tard, en 1992. Il deviendra rédacteur-en-chef pendant un an avant de partir en 1994 pour débuter des projets.
Très vite, il rencontre Thierry Cailleteau et Guy Delcourt qui lui permettront de sortir sa première bande-dessinée « professionnelle », Cryozone, le premier étant son scénariste et le second son éditeur. En les deux tomes de cette série, il en profite pour quitter Paris et s’installe à Angoulême, où il travaillera dans plusieurs ateliers.
En 1998, la maison d’édition Soleil lui offre la liberté de commencer une nouvelle série, en solitaire cette fois-ci, qui deviendra rapidement son œuvre culte : Universal War One. Il y travaille pendant huit longues années, pendant lesquelles il reviendra sur Paris avant de s’installer pour de bon à Bruxelles ; il fondera un atelier avec son épouse Valérie Mangin, scénariste ; et il créera le scénario des Mémoires Mortes, aux Humanoïdes Associés.
En 2006, il devient son propre éditeur en fondant avec sa femme un nouveau département éditorial au sein des Humanoïdes Associés, Quadrant, qui englobe tous les projets du dessinateur, notamment son dernier, tout en préparation, Trois Christs.


Introduction

Image

Bajram étant un fondu de sciences, Universal War One (aussi abrégée en UW1) est une œuvre de science-fiction, prenant les théories physiques les plus connues (notamment celle de la relativité d’Einstein) et tout en y apportant sa vision scientifique du monde, reniant ou approuvant certains aspects des théories échafaudées. L’auteur a cependant l’art d’expliquer simplement la science, permettant ainsi de ne pas réserver exclusivement sa série à une « élite » quelconque, et de rendre accessible à tous les théories les plus complexes et fascinantes de la physique.
Pour compléter le tout, UW1 est construite de façon à ce que chacun de ses six tomes soit ponctué intelligemment par les passages les plus marquants de la Bible (qui sont tous symbolisés dans le titre des volumes), donnant à l’ensemble un caractère religieux assez prenant, et qui évite de plonger dans le pompeux.
On observe donc que la bande-dessinée est un mélange improbable et pourtant extrêmement réussi de deux concepts qui semblent pourtant interagir en opposition. La combinaison des deux fait que la série flotte entre la crédibilité la plus totale et le fantastique ; comme si Bajram voulait qu’on puisse croire à cette histoire, tout en nous rappelant que ce n’est que de la fiction.



Fruit de la connaissance

« L’éternel Dieu dit : Voici, l’homme est devenu comme l’un de nous, pour la connaissance du bien et du mal. Empéchons-le maintenant d’avancer sa main, de prendre de l’arbre de vie, d’en manger, et de vivre éternellement. Et l’éternel Dieu le chassa du jardin d’Eden, pour qu’il cultivât la terre, d’où il avait été pris. C’est ainsi qu’il chassa Adam ; et il mit à l’orient du jardin d’Eden les chérubins qui agitent une épée flamboyante, pour garder le chemin de l’arbre de vie. »


Synopsis

Image

2098.
En moins d’une centaine d’année, la colonisation du système solaire a explosée, envoyant dans l’espace des millions d’hommes sur les colonies artificielles telles Terre 2 (la Lune) ou Terre 3 (Mars). Depuis cinquante ans, deux grandes organisations universelles sont au-dessus de ce titanesque chantier : la Fédération des Terres Unies, réorganisation de l’ONU et réunification de tous les territoires terrestres sous une seule et même bannière ; les Compagnies Industrielles de Colonisation qui sont le regroupement de neufs sociétés multimilliardaire pour emporter les formidables nouveaux marchés coloniaux.

Entre Saturne et Jupiter, au cœur des jeunes Etats les plus prospères de la Fédération des Terres Unies, la troisième flotte de l’United Earthes Force veille inlassablement sur la périphérie du système solaire. Elle assure par son gigantisme un incroyable sentiment de sécurité à ses habitants.
Mais LE MUR est apparu. Si grand, si sombre. Insondable.
Ici commence la Première Guerre Universelle.


L’escadrille Purgatory

Sous ce nom évocateur dans ses connotations bibliques se cache le cœur même du récit, puisque c’est là que les sept personnages principaux du récit commencent leur périple. Sept personnages au caractère très typés, parfois à la limite de l’archétype, mais qui réussissent tous à être émouvant à un moment ou à un autre, jamais caricaturaux, touchants et dans lesquels ont réussi à se retrouver.

Image
June Williamson
C’est elle qui commande l’équipe de bras cassés et de fêlés qui composent l’escadrille, sous le grade de capitaine. Originaire d’Afrique du Sud, June est aussi nantie d’un cœur généreux et d’une grande faiblesse humaine, qui lui ont valu d’entrer au commandement de l’escadrille Purgatory, lorsqu’elle a osé désobéir aux ordres de ses supérieurs et qu’elle n’a pas massacré des gens lors d’émeutes ouvrières sur Titan.

Image
Kate Von Richtburg
Commandant en second de June, cette jeune allemande est la seule de l’équipage à ne pas avoir commis de faute. C’est grâce à son père, l’amiral Von Richtburg, le commandant de la troisième flotte, qu’elle y ait entré. Même si elle a un look de fille à papa, Kate n’en reste pas moins une jeune femme ayant besoin de mûrir, ce qui s’effectuera tout le long du récit.

Image
John Baltimore
Plus souvent appelé Balti par ses compagnons, il a la gueule et la mentalité d’une caricature américaine : beau gosse étant entré dans l’armée grâce au football américain, il a un caractère impulsif qui le fait se prendre pour un héros en de nombreuses situations à risque. C’est d’ailleurs en outrepassant les ordres de ses supérieurs qu’il a causé la mort d’une douzaine de personnes, ce qui lui a valu d’être envoyé dans l’escadrille.

Image
Paulo del Gado
Pour sa très forte ressemblance avec une icône du jeu vidéo, il a été très rapidement dans la vie renommé Mario, ce qui constitue pour lui un deuxième prénom beaucoup plus employé par ses fréquentations que son vrai prénom. Mario est un pleutre, qui déserta lors d’une mission, ce qui entraina la perte de trois transbordeurs. Trouillard de nature, il n’a aucune confiance en lui, ce qui fait qu’il se décrit comme laid, bête et pas très gentil avec les autres. Il navigue avec Balti, ce qui met en rude confrontation leur caractère diamétralement opposés.

Image
Milorad Racunisca
Ce serbe d’origine est assez obscur, préférant le plus souvent rester en retrait que s’afficher. Il a été envoyé dans l’escadrille après avoir été condamné par la cour martiale de l’UEF pour agressions sexuelles sur une infirmière.

Image
Amina El Moudden
Elle est la benjamine de l’équipage, puisqu’elle s’est engagée dans l’armée le jour de ses dix-huit ans afin de fuir un père qui abusait d’elle et le mariage qu’il avait arrangé pour elle. Toutefois, son âge n’est en aucun cas synonyme d’innocence puisqu’elle est arrivée ici après avoir émasculé un colonel qui essayait d’abuser d’elle, colonel qui est encore dans le coma. Malgré tout, elle reste bien intégrée dans l’escadrille et est une redoutable pilote.

Image
Edward-Phillip Kalish Warrington
Ce scientifique détenteur de quatre doctorats en mathématiques et physique est le cerveau du groupe. Il est notamment celui qui a permis la mise au point du vol spatial. Son intelligence est telle qu’elle lui vaut un complexe de supériorité, ce qui lui permet de trouver légitime de raser un bar de Titan après des altercations avec d’autres personnes.



Caïn et Abel

« Dans la nuit, Caïn adressa la parole à son frère Abel ; Et par la parole, Caïn vainquit son frère Abel, et son frère Abel, pris de doutes se tua. L’éternel dit à Caïn : Où est ton frère Abel ? Il répondit : Je ne sais pas ; suis-je le gardien de mon frère ? Et Dieu dit : Qu’as-tu fait ? La voix de son sang hurle à en couvrir ta parole ! N’as tu donc pas compris que c’est toi que tu tuais en tuant ton propre frère ? »


Guerre universelle

Image

A nouvelle époque, Bajram nous montre sa vision de la guerre futuriste. Une guerre qui emprunte beaucoup aux différentes conflits du XXème siècle, tels que –évidement- la WW2 ou la Cold War. Si au premier abord, certains moments peuvent renvoyer au nazisme, comme on peut le voir avec les soldats de la CIC (et les paroles d’un des personnages qui les traite ainsi), je ne pense pas que Bajram ait voulu jouer dans la facilité et s’est juste limité à une telle référence. S’il la prend bien pour départ, on remarque que l’idéologie est en tout point opposée : le nazisme est une forme extrême du nationalisme, du communisme et du naturalisme ; alors que celle du CIC est une forme extrême du capitalisme le plus abjecte, qui consiste à avoir le monopole le plus complet sur le marché. La différence se situe sans aucun doute là et tranche incontestablement entre les deux idéologies, ce qui nous amène à penser que Bajram est allé plus loin qu’une simple transposition du passé dans le futur, et qu’il a véritablement créé un nouveau genre de guerre.
De plus, empruntant beaucoup sur la Cold War, on voit rapidement que l’UW1 est basée sur une intimidation à base de menaces d’attentats tous plus démesurés les uns que les autres. Mais là où cette guerre devient réellement effrayante, c’est qu’elle s’attaque à l’humanité toute entière, pour des raisons commerciales, comme si l’être humain ne pouvait que se détruire lui-même.
Et même, en comparant les deux guerres déjà citées avec celle-ci, on peut voir une allusion très forte dans le fait que c’est une « guerre éclair ». L’effarante poussée technologique permet la création d’armes de destructions massives instantanées et surpuissantes, une vision extrêmement pessimiste de la technique par l’auteur.

Les références bibliques ne sont pas anodines non plus, étant données qu’elles permettent de donner une épaisseur aux évènements. L’uniformisation du mode de vie (représenté notamment par le restaurant Mc Donald) à une échelle universelle, et la création idyllique d’un seul état souverain sur Terre sont rapidement mis en relation par l’auteur avec la Tour de Babel, Tour qui finit par amener la destruction des hommes et leur éparpillement. Il existe dans chaque tome un parallélisme vraiment bien fait entre les évènements de l’Histoire et la Bible, qui ponctue le récit de citations ; ce qui rajoute un degré de lecture supplémentaire appréciable.

Il est évident qu’avec mon niveau en cours de lettre, mon décryptage est extrêmement limité sur une telle œuvre, et que d’autres personnes sauraient plus creuser en profondeur alors que je reste à la frontière de l’évidence.


Tragédie

Image

Toute l’intrigue repose sur un aspect tragique que l’auteur a exacerbé afin de rendre son histoire encore plus cruelle, sans pour autant montrer une violence gratuite et saignante au travers de ses pages.
Ce qui est intéressant là dedans, c’est qu’il crée une double tragédie : celle de l’humanité et celle des personnages.
La première est assez simple, puisqu’elle concerne évidement la guerre universelle qui a lieux et ses conséquences. La deuxième n’apparaît qu’à la fin, lors du dénouement, et rend l’histoire encore plus dense. On peut voir en effet que le tragique est similaire à celui des pièces antiques, où les personnages sont cloitrés dans une situation intenable à laquelle ils ne peuvent pas échapper. Le piège tragique s’est refermé sur eux avant même qu’ils en aient conscience, et de là né une pitié de la part du lecteur, rendant les personnages énormément attachants.



Déluge

« Et il arriva que les hommes commencèrent à se multiplier sur la surface de la Terre.
Et l’éternel vit que la méchanceté de l’homme était grande sur la Terre, et que toute l’imagination des pensées et de son coeur n’étaient que méchanceté en tout temps.
Et l’éternel se repentit d’avoir fait l’homme sur la Terre, et il s’en affligea dans son coeur.
Et l’éternel dit : j’exterminerai de dessus la face de la Terre L’homme que j’ai créé, depuis l’homme jusqu’au bétail, jusqu’aux reptiles, et jusqu’aux oiseaux des cieux, car je me repens de les avoir faits. »



Aspect graphique

Image

La première chose qui frappe si l’on feuillète les pages d’un des six tomes, c’est bien la beauté du trait. Le style de Bajram est très réaliste et nous offre des personnages reconnaissables entre mille. En quelques pages, on réussit à identifier les têtes tant il a voulu les marquer physiquement. Cette pluralité du style provient en partie des origines diverses des personnages, mais elle n’en reste pas moins très réussie.
On remarque aussi que la palette de couleur est vraiment sombre, ce qui renforce la solitude de l’espace, donne un caractère claustrophobique a beaucoup de scènes. L’oppression se fait aisément ressentir. De plus, il alterne entre des nuances froides et chaudes, donnant une impression de fournaise ou de glacier, qui, dans les deux cas, insiste sur le malaise de l’aventure. Les pages jonglent entre les deux ambiances, ce qui a pour but de ne pas nous laisser indifférent, et former le sentiment de la tragédie.

Bajram fonctionne aussi par une construction au niveau des cases, qui s’entremêlent, se superposent dans les moments les plus intenses, nous immergeant dans la vitesse des évènements. Et pour les passages les plus dramatiques, il peut prendre des pages entières pour marquer un seul évènement. On voit d’ailleurs à la fin du tome 4 une apocalypse qui n’est pas sans rappeler le découpage chaotique d’Otomo lors des scènes de destructions, une référence qui saute aux yeux tant elle parait être un hommage.

Si dans les premiers tomes, il utilise les méthodes ancestrales de dessin et de coloriage, il finit son œuvre en utilisant des techniques modernes sur l’ordinateur, créant des effets célestes à couper littéralement le souffle, notamment la voie lactée qui est extraordinaire de réalisme.



Babel

« La Terre avait été détruite et dispersée au néant, et ceux qui étaient avec Noé furent frappés de saisissement. Ils étaient perdus dans les cieux. »


Avis

Si je ne devais résumer UW1 en un seul mot, celui-ci serait parfait.

Oui, cette bande-dessinée fait parti des chefs-d’œuvre du genre, qui en seulement six tomes nous époustoufle et laisse une trace indélébile. La perfection est atteinte au niveau des personnages, qui sont imparfaits et donc vraiment touchants ; au niveau du dessin qui est par moment sublime ; au niveau du scénario, qui est inégalable. C’est l’une des seules fois où l’on découvre, médusé, dans les dernières pages du dernier tome que tout ce que nous avons lu jusque là n’était pas le fruit du hasard, que tous les évènements ont des répercussions sur le reste. Il dispose d’une construction tellement diabolique que je suis tombé sous le charme, et que je me dis que c’est une performance hallucinante.
De plus, même s’il arrive très tardivement (la dernière planche du tome 5), la série dispose d’un des plus grands méchants de la bande-dessinée, ni plus ni moins.

C’est à essayer d’urgence, que ce soit dans la forme ou dans le fond, UW1 est exceptionnel, et tout bédéphile doit l’avoir eu au moins une fois dans les mains.


Et quand on sait que Bajram a depuis le début prévu de faire trois Universal War, de six tomes chacune, on ne peut pas s'empêcher de baver.

_________________
| Avatar : A. Schaff |


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Jeu 21 Aoû 2008 12:22 
2 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 08 Mai 2008
Messages: 151
Localisation: Dans les nuages
Une excellente présentation pour une excellente BD!

Quand je me suis offert le premier album de cette série, je ne savais pas à quoi m'attendre, le dessin est soigné, mais ça ne fait pas tout, est-ce que les bulles allait m'offrir une superbe histoire? Il m'a suffit de lire les premières pages pour savoir que je tenais dans mes mains le début d'une bande dessinée à part.

Au niveau du casting, on ne peut pas faire mieux avec l'escadrille purgatory façon 12 salopards, leurs relations sont intéressantes à suivre, notamment le duo Balti-Mario (drôle et touchant), et la psychologie des persos est fouillée. On ne peut pas s'empêcher de s'attacher à eu avec la fin que nous offre Bajram: "Vous aviez beau tenter l'impossible tout était écrit d'avance".

Au point de vue science-fiction, je pense qu'on est dans le haut niveau, même si au départ on peut penser que les paradoxes temporelles sont du déjà vu, ici leur utilisation est totalement renouvelée, le tout expliqué clairement par un perso charismatique: Kalish l'intello de la bande qui n'en est pas moins violent, façon antihéros (le contraire absolu de Balti).

Enfin comme toutes bonnes séries SF qui se respectent, UW1 nous offre une vision probable de ce que pourrait être notre société dans un futur proche: une culture mondialisée pour une nation plus que terrienne guidée par un libéralisme poussé à l'extrême.

Impatient que Bajram se remette au travaille pour nous offrir le second cycle de UW. Et puis pour ceux qui n'ont pas encore lu cette magnifique série, vous pouvez y aller les yeux fermés, vous ne serez pas déçu.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Jeu 21 Aoû 2008 14:23 
The old man
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Jan 2004
Messages: 19458
Localisation: Joker
Bon je ne viens pas donner mon avis sur cette série vu que je ne l’ai pas lu^^

C’est juste que je ne peux m’empêcher de voir un cousinage dans la forme entre « Universal War One » et le fameux cycle de SF de Leo, « Les Mondes d'Aldébaran ». Ce cycle relate la colonisation humaine d’une planète (différente pour chaque série). Le tout est composé de 3 séries (donc 3 planètes) de 5 albums chacune (La troisième série est en cours).

Bon sur le fond ça n’a rien à voir car « Les Mondes d'Aldébaran » explore le thème de l’arrivée humaine sur des planètes lointaines sur fond d’écologie. C’est juste qu’on retrouve cette idée de faire 3 séries « distinctes » de 5/6 albums sur le même thème pour former un cycle ^_^

PS : en cherchant un peu, je viens de découvrir que Leo et Denis Bajram font parti du même groupe d’auteurs évoqués par Leto II, « Le Quadrant Solaire », et qu’ils ont un projet de BD commune. Comme quoi^^

_________________
Image
Manga List | Anime List
Les règles du forum sont faites pour être respectées, merci de les garder en tête.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Dim 24 Aoû 2008 19:47 
The old man
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Jan 2004
Messages: 19458
Localisation: Joker
Décidément je reviens sur cette série^^

Je ne sais pas si vous le saviez mais Soleil a signé une collaboration avec Marvel pour sortir des titres de son catalogue sur le marché américain.
Parmi les premiers titres Soleil à bénéficier d'une sortie US nous trouvons "Sky Doll", "Samurai", "Le Fleau Des Dieux" et "Universal War One".

Après je n'ai pas tout compris mais le premier tome de "Universal War One" a a priori été découpé en 3 parties pour être publié comme un comic issue classique :

http://www.marvel.com/news/comicstories ... One_Begins

Le premier numéro, sorti en Juillet, s'est vendu à 8 963 exemplaires ce qui n'est pas mal pour un titre français pas spécialement facile d'accès.

_________________
Image
Manga List | Anime List
Les règles du forum sont faites pour être respectées, merci de les garder en tête.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Ven 29 Aoû 2008 16:07 
2 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 08 Mai 2008
Messages: 151
Localisation: Dans les nuages
Pour appuyer ton dernier message Ange bleu:

http://www.actuabd.com/spip.php?breve2764

J'avais lu le communiqué de soleil en entier à ce sujet mais je n'ai pas réussi à le retrouver. J'ai aussi entendu parler d'hypothétique colab' entre auteurs Soleil et Marvel, mais là rien n'est sûr.
En tout cas je trouve ça bien ce partenariat ( il n'y a pas de hasard le patron de soleil est un grand fan de Marvel), ça permet de diffuser le travail de nos formidables auteurs qui méritent d'être plus connus. En plus, peut-être que les studios cinéma US s'intéresseront à nos BD, UW sur la toile ça pourrait être vraiment splendide avec des moyens financiers à la hauteur de l'histoire et des graphismes.

Pour la comparaison avec Aldébaran, c'est vrai qu'il y a des similitudes, 3 cycles, de la SF, beaucoup d'imagination ( la faune et la flore dans aldébaran est magnifique), et deux bons scénarios.
Un petit bémol pour aldébaran: trop de larmes!

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Ven 29 Aoû 2008 18:04 
Ô-Totoro
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 25 Mar 2006
Messages: 3649
Localisation: Échappe à la connaissance
Merci à ange bleu d'avoir parlé un peu de la similitude de UW1 et Les Mondes d'Aldébaran, puisque je ne connais cette série que de vue et qu'elle ne m'a jamais attirée graphiquement, alors que maintenant je vais certainement m'y pencher un peu plus sérieusement ^_^

Pour la version cinématographique de UW1, c'est sûr que si rien n'a jamais été annoncé, elle a un très gros potentiel et peut facilement être adaptée, sans être dénaturée (peut-être le faire en deux films, ça serait plus digeste et moins coupé). Surtout que, sans être producteur, j'ai le sentiment que c'est un film qui pourrait être bankable, sans être nullissime. Si ce n'est pas annoncé, ça reste quand même un rêve.

_________________
| Avatar : A. Schaff |


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Dim 8 Mar 2009 13:04 
225 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 08 Oct 2006
Messages: 1340
Je me suis souvent posé la question de savoir quelle était la meilleure façon de commencer un texte, un message, une critique, whatever. N’en ayant pas trouvé, je vais débuter ce message là comme ça, de cette manière un peu désinvolte.

La première chose qui m’a frappé lorsque j’ai eu entre mes mains UW1, c’était son prix : 12,90€. Crise cardiaque. Aussitôt, je demande à Leto II la confirmation qu’il n’y a bien que six tomes. Mais n’entrons pas dans des détails vaseux et sans intérêt.

En réalité, les dessins sont ce qui m’a sauté aux yeux de prime abord. Je les ai d’instinct trouvé somptueux, graphiquement très réussis, tant sur le trait que sur les couleurs, ni trop vives ni trop fades. Il m’a semblé observer une variation sur les couleurs des bords de pages, par groupe, et par couplet de la Bible de Canaan ; eh bien, j’ai trouvé cette idée également très bonne, puisqu’elle nous permet une plongée progressive dans l’événement qui va être conté.

Si les personnages sont relativement bien écrits, j’ai, pour autant, été bien davantage impressionné par le scénario d’UW1 en ce sens que, sans conteste, c’est celui-ci qui écrit – justement – les personnages. Cet état de fait, en outre, apporte une dimension tragique supplémentaire puisqu’il marche de pair avec une cruelle fatalité dont il devient impossible de se défaire. Le plus troublant reste sans doute cette passivité constatée chez Kalish qui, sous couvert que le cours des choses résulte déjà de tous les voyages temporels, assoit une position bizarre car, précisément, c’est parce qu’il pense qu’il ne peut rien faire qu’il ne fait rien ; et parce qu’il ne fait rien que la guerre universelle finit par avoir lieu… Bercée par la Bible de Canaan, le ressort dramatique de cette histoire, par conséquent, ne s’en trouve que renforcé.

J’ai comme l’impression qu’UW1 porte un regard ambivalent sur la notion du Temps. D’une part parce qu’il ne fait aucun doute que si la Bible de Canaan est écrite de la main de Kalish, elle est en réalité dictée par le Temps lui-même, par nécessité ou par contrainte, peu importe. De ce fait, le Temps devient, en quelque sorte, le Dieu tout puissant, celui qui a une totale main mise sur le monde et son cours. D’autre part parce que Kalish, dans un finish haletant, parvient à vaincre le Temps, du moins symboliquement, pour mettre fin à la première guerre universelle. Ainsi, le Temps en tant que Dieu voit ses pouvoirs relativisés puisque domptés par l’homme. Du coup, on en revient presque indiciblement au fait ce n’est pas Dieu qui a inventé les hommes mais les hommes qui ont inventé Dieu…

En tout cas, Bajram a inventé UW1, et c’est d’une telle qualité qu’on s’en réjouit !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Sam 9 Mai 2009 19:47 
200 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 26 Juin 2007
Messages: 1262
Localisation: Sandford, UK
Je me suis également permis de lire les quatre premiers tomes de cette série récemment (empruntés à la médiathèque locale, ne m'en veuillez pas si les informations données sont quelques peu approximatives).

En effet, la première chose qui "choque" (dans le bon sens du terme bien sûr) dès le commencement, c'est bien sur le dessin de Bajram. Je le trouve suffisamment expressif et détaillé pour ravir le lecteur. Il permet aussi de se faire rapidement une idée de chaque personnage, avec par exemple, Kalish, dans son rôle d'intello limite arrogant. J'ai énormément apprécié cet aspect là du dessin. Il concorde parfaitement à l'opposition "froid de l'espace" et "chaleur des vaisseaux" avec des couleurs vraiment significatives dans leur antagonisme.
Ensuite, je dois avouer que toutes les œuvres qui mettent des références à la Bible ou à quelque livre religieux sont risibles de nullité, car "on veut mettre des références pour montrer que la culture ça nous connait bla bla bla". Pourtant j'ai éprouvé un certain enthousiasme devant les quelques extrait proposés par Barjam, bien que ce sentiment de dégout perdure beaucoup. Bilan plutôt mitigé de ce côté-ci.

Ensuite, venons en à l'intrigue. Là, j'ai beaucoup aimé. Les récits de SF me passionnent en règle générale et celui-ci ne déroge pas à la règle. Il est passionnant de voir toutes les planètes du système solaire colonisées, comme le fut l'Amérique. Et placer ici la civilisation humaine comme si elle y avait toujours été, c'est du bon, du très bon. Comme l'a beaucoup souligné Leto dans sa présentation, on ressent assez les influences des différentes guerres, avec les attentats à échelle planétaire ou les tensions militaires.
Les personnages sont eux aussi d'une qualité remarquable. Mon préféré reste quand même Kalish, qui est le plus intelligent et le plus "conscient" de cette bande de joyeux drilles. Aussi, la perspective d'avoir une équipe uniquement constituée de repris de justice est certes classique, mais toujours aussi efficace.

Bref, j'ai beaucoup aimé ces quatre premiers tomes de la série, et je pense pouvoir bientôt me procurer les deux derniers, que je commenterai, cela va de soi.

PS: Et merci à Tonton Leto pour son sujet, qui m'a un rien poussé à lire cette série.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Dim 10 Mai 2009 08:02 
The old man
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Jan 2004
Messages: 19458
Localisation: Joker
Blitz a écrit:
Ensuite, je dois avouer que toutes les œuvres qui mettent des références à la Bible ou à quelque livre religieux sont risibles de nullité, car "on veut mettre des références pour montrer que la culture ça nous connait bla bla bla".


Oh le beau complexe d'infériorité culturel dans toute sa splendeur ^_^
J'imagine que lorsqu'on cite Shakespeare, c'est la même chose pour toi...
Faut pas se sentir "agressé" lorsque quelqu'un utilise des références culturels qu'on ne connaît pas ou peu.
Contrairement à ce que tu penses, ce n'est pas toujours pour épater la galerie, il y a des gens qui apprécient réellement ce genre de culture pour leur portée symbolique ou tout simplement parce que c'est bien tourné.
Bon je comprends l'idée que tu veux soulever mais c'est vraiment trop bourrin comme formulation et ça te retire toute crédibilité pour le coup^^

_________________
Image
Manga List | Anime List
Les règles du forum sont faites pour être respectées, merci de les garder en tête.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Dim 15 Aoû 2010 11:35 
The old man
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Jan 2004
Messages: 19458
Localisation: Joker
Image
Universal War One - volume 1 : La Genèse
Entre Saturne et Jupiter, nous suivons l'histoire de l’escadrille Purgatory, membre de la troisième flotte de l’United Earthes Force.
Donc on m'a offert le premier volume de UW1 ^_^
Un premier volume qui pose les personnages ainsi que le contexte d'étrangeté du MUR.
Le contexte de base et les premières péripéties qui ont découlent sont bien sympas et je suis vraiment curieux de voir ce qui est réservé à notre cher bande de pêcheurs ^__^

_________________
Image
Manga List | Anime List
Les règles du forum sont faites pour être respectées, merci de les garder en tête.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Dim 5 Sep 2010 10:48 
The old man
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Jan 2004
Messages: 19458
Localisation: Joker
Eh ben, comme on m'a offert dernièrement les volumes 2 à 6 d'UW1, j'ai donc achevé la série plus rapidement que je l'avais imaginé^^

Donc tout d'abord, UW1 c'est drôlement bien, aucun doute là-dessus! Le récit est rondement mené et habilement construit - et vu le thème et le propos, il y avait intérêt à ce que ce soit maîtrisé^^

Outre les personnages parfaitement caractérisés et bien sympas, la grande force d'UW1 réside sans doute dans son rythme dynamique qui ne nous laisse pas le temps de souffler. Les péripéties s'enchainent à un rythme endiablé et les enjeux deviennent de plus en plus démentiels.

J'avoue avoir été un brin perplexe par le contexte socio-politique de la dernière partie qui m'a semblé dans un premier temps apporter une transformation un peu trop radicale et rapide (ou Too Much comme on dit :P) mais force est de reconnaître que le final légitime tout cela et le rend logique et cohérent. Chapeau!

Evidemment le personnage principal d'UW1 c'est l'Espace/Temps que Denis Bajram nomme dans son approche Biblique Ténèbres et dont le motif trouve ses occurences aussi bien dans l'approche scientifique (le MUR) que dans le traitement de son humanité et de sa dérive machiavélique. Heureusement il y a la Lumière et l'Energie ^_^

Dans tous les cas un fort beau récit mythologique qui m'a conquis!

_________________
Image
Manga List | Anime List
Les règles du forum sont faites pour être respectées, merci de les garder en tête.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Universal War One
MessagePosté: Mer 9 Fév 2011 01:08 
3 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 20 Avr 2010
Messages: 192
Localisation: Beyond the Infinite...
La première fois que j’ai entendu parler de UW1, c’était sur ce topic (il y a presqu’un an maintenant) que j’avais survolé en vitesse. Je m’étais arrêté au synopsis qui m’avait totalement convaincu : Universal War One était une œuvre que je devais découvrir. Il y a quelques semaines, au détour du coin BD d’une boutique, je me suis retrouvé nez à nez avec l’intégral de la série !! On peut le dire, j’ai agit sur un coup de tête et bien que mon porte-monnaie s’en est trouvé soudainement "allégé", je n’éprouve aucun regret quant à cet achat.

L’histoire d’UW1 m’a captivé de bout en bout. Bajram nous plonge dans son univers très rapidement en gardant toujours la précaution de ne pas trop embrouillé son lecteur, notamment vis-à-vis des différentes explications scientifiques qui nous sont plus ou moins familières (pour peu qu’on soit amateur de SF). Comme l’a décrit Ange Bleu, l’ensemble s’enchaîne très vite et nous amène à nous poser de nombreuses questions, au même titre que les personnages. Ces derniers, admirablement travaillés, sont comme pris dans un tumulte scientifico-philosophique qui les dépasse jusqu'au "Deus Ex Machina" (twist ending), ce qui participe efficacement à faire accrocher le lecteur. C’est là que je plains ceux qui ont découvert l’œuvre tome par tome car, en ce qui me concerne, chaque conclusion d’un tome m’attirait vers le suivant que je dévorais aussitôt (j’ai lu l’intégrale de la série en deux fois, dévorant les tomes trois par trois). Ce n’était pas forcément la meilleure façon de découvrir cette œuvre mais cela n’empêche pas le fait que j’y ai pris beaucoup de plaisir.

Evidement, je ne peux que recommander cette série à mon tour.

_________________
"A few people laughed, a few people cried. Most people were silent."
Image
See you, space cowboy...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Universal War One
MessagePosté: Mer 21 Mar 2012 22:06 
70 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Déc 2011
Messages: 665
Localisation: ...
Il es né le divin enfant. Jouez hautbois, résonnez musettes c'est que l'annonce, mais c'est tout comme ^^

Que ce jour soit sanctifié !

Denis Bajram a écrit:
[EDIT] J'ai signé chez Casterman pour UW2. Sortie prévue en 2013 !


On nous annonce la naissance de l'enfant jésus par un edit (enfin plutôt de son petit frère)! Par un put*** d'edit ! Si Bajram n'était pas un génie, la crucifixion eut été la peine adapté è__é

_________________
Image
Barks et Don Rosa savent nous faire rêver...
Et Winshluss...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Universal War One
MessagePosté: Dim 24 Fév 2013 14:26 
500 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 07 Oct 2012
Messages: 108
Presque un an après le dernier post de pif paf, je viens aux nouvelles, histoire de faire saliver les uns et les autres.

Le premier tome d'UW2 est donc prévu pour le premier semestre 2013, visiblement fin de la première moitié de l'année, puisque pas encore annoncé officiellement par casterman on voit en effet mal casterman sortir un titre tel qu'UW2, certainement l’évènement BD de 2013, autrement qu'en grande pompe. Rappelons que c'est, à priori, toujours bajram qui se charge du dessin ; bien que le dessin des 6 tomes, sur 8 ans, d'UW1 l'ait éprouvé ; n'ayant trouvé de dessinateur avec le même feeling que lui sur son univers.
Il y a 6 tomes prévus pour UW2 qui a été imaginé avec le premier cycle comme un diptyque, avec une "continuité" chronologique, les deux cycles ayant été écrits simultanément ; donc on peut s'attendre à une grande homogénéité entre les deux cycle, espérons le, aussi du point de vue de la qualité, même si ça fait peu de doute. Le deuxième cycle mettre en scène un affrontement inter-galactique avec des extra-terrestres, c'est assez flou mais on sait qu'il s'agira moins de brainfucking sur le voyage temporel que dans UW1.
Pour mémoire, bajram a prévu depuis le début 3 cycles.
Le 3éme cycle, dont on ne verra pas la couleur avant une dizaine d'année selon l'auteur lui-même, lui permettra un retour à ses premiers amours en étant à nouveau centré sur le voyage temporel, une guerre temporelle face à laquelle UW1 ferait office d'escarmouche ^^.

Bref, je trouve que ça sens très bon tout ça, donc à dans quelque petits mois pour pouvoir en juger pièce en main.

[Edit :] Le prosélytisme continue !

Celles et ceux qui ont suivis l'activité d’Angoulême ou qui suivent l'activité BD en général le savent ; casemate à sortie en plein pendant le festival un numéro spécial,
disponible en ligne (pas lisible) et dans tout les bon kiosques ; avec UW2 en couverture, une interview de m'sieu bajram -aux alentours de la page 50- et les trois premières pages du tome 1 -attention pour les maniaques du spoiler.
On a également droit à une date de sortie -sortez vos agenda !-, le 23 septembre -le 1er semestre semblait en effet un peu prématuré, mais maintenant la machine marketing est en marche !- prochain et
une page facebook a été créée.

Concernant les planches dans casemate, je n'ai pas lu les cases juste regarder les dessins pour garder un maximum de surprise, donc de visu l'accent semble être plus mis sur l'aspect space opéra de l'univers et le dessin de bajram, qui est donc toujours à l'illustration, n'a rien perdu son brio, cette maîtrise de la tablette...

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Universal War One
MessagePosté: Mar 10 Sep 2013 21:48 
The old man
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Jan 2004
Messages: 19458
Localisation: Joker
Il est temps de sonner le rappel je pense : le premier tome Universal War Two va sortir le 25 septembre prochain et pour les plus impatients, une preview avec les 11 premières pages est disponible :
http://www.bdgest.com/preview-1352-BD-u ... esert.html
Combien résisteront à cette lecture preview ? ^_______^

La couverture dans tous les cas :

Image

_________________
Image
Manga List | Anime List
Les règles du forum sont faites pour être respectées, merci de les garder en tête.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 19 messages ]  Aller à la page [1], 2  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 2 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com