Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 9 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Tsutomu Takahashi
MessagePosté: Dim 31 Oct 2010 08:51 
300 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Oct 2009
Messages: 1679
Tsutomu Takahashi



Voici l'un de mes mangaka favori, Tsutomu Takahashi, un homme qui fit son entrée dans le monde de la bande dessinée à la fin des années 80, en oeuvrant comme assistant pour le compte de Kaiji Kawaguchi ("Spirit of the Sun", "Zipang"). Né à Tokyo en 1965, c'est donc dès 1989 que sa carrière de mangaka débutera avec "Jiraishin". Un auteur qui verra sa renommé croître de plus en plus, tout d'abord en tant que scénariste, grâce à des oeuvres très dures dans des thèmes abordés avec sérieux et réalisme, mais aussi en tant que dessinateur grâce à un style inimitable, sombre et ultra nerveux. On notera d'ailleurs que parmi les assistants qui passèrent sous son coude, il est intéressant de remarquer la présence de certains grands noms du manga, comme Tsutomu Nihei ("Blame", "Abara", "Biomega"), ainsi que Syuho Sato ("Say Hello to Black Jack", "L'île des téméraires"). Il se rapproche aussi du milieu cinématographique grâce à l'adaptation de quelques unes de ses oeuvres sur grand écran, en l'occurrence "Sky High" et "Alive".

Tsutomu Takahashi, un très, très grand nom du manga, pour moi placé sur une espèce de podium légendaire aux côtés d'Urasawa et Inoue, d'où je l'idolâtre tant ses différentes oeuvres m'ont transportées, me transportent encore aujourd'hui et me transporteront encore sans aucun doute dans les années à venir. Il est toutefois important de rappeler que les mangas de cet auteur sont à réserver à un public averti, pas tant pour une violence graphique très prononcée, mais plutôt par la difficulté des thèmes abordés, avec une vision souvent très sombre de la société. Il est clair que les personnages et les situations qu'il se plait à décrire sont loin d'être des modèles de vertu et contribuent à donner une espèce d'atmosphère déprimante à leurs oeuvres respectives.

Pour terminer, si je devais donner un défaut à ce mangaka et ses titres, ce serait le fait que la boîte ayant acquis les droits de la quasi totalité de ses mangas ne soit autre que Panini. Une acquisition malheureuse pour les fans quand on connaît un peu les hauts-faits de Panini en terme de publication. Une publication chaotique pour certaines séries, je pense notamment à Jiraishin dont je reparlerai plus tard, où à Sidooh, très certainement son oeuvre majeure, et qui fut en arrêt pendant plus de deux ans, alors que la publication originale dépassait celle en France de quatorze tomes... Heureusement, c’est avec une très agréable surprise que, d’après Manga News, une reprise aurait été annoncé pour un total de deux tomes par an (vu le retard pris, c’est assez peu...), et un tome 9 tant attendu pour décembre 2010. C’est en parti pour cette nouvelle chargée d’espoir que j’ai d’ailleurs eu envie de créer ce sujet et, peut être, intéresser certaines personnes à ce mangaka incontournable du seinen.

Un auteur incontournable pour tous ceux qui s'intéressent de près ou de loin au seinen et aux bonnes histoires.

Deux oeuvres déjà cultes à découvrir de toute urgence :

ImageImageImageImage


Sidooh
- 8 tomes (publication en cours - 22 tomes VO)
- Seinen
- 2005
- Panini


Pour commencer en beauté, voici tout simplement le meilleur de Tsutomu Takahashi, sans aucune hésitation et contestation possible ! Une oeuvre forte et magnifique qui s’illustre comme étant, au côté de Vagabond d’Inoue, le meilleur manga de samurai qui soit, et l'une des meilleurs BD qui m'ait été donné de lire. Rien que ça !

Contexte historique :
En 1854, au Japon, le Commodore américain Matthew Perry force les portes du territoire japonais obligeant le pays à s'ouvrir aux voies commerciales avec l'étranger. S'ensuivra alors une profonde scission politique au sein du pays, entre le shogun et la noblesse japonaise qui conduira à une passation de pouvoir en 1868, mettant un terme à plus de 200 ans de l'ère d'Edo. Dans cette période politiquement instable où une ouverture internationale de l'état provoque contestations et une certaine forme de honte, le Japon est au plus mal. Cet état de fait est fortement accentué entre 1854 et 1860, une période connue sous le nom de Ansei, où, s'ajoutant aux problèmes de gouvernance, de terribles catastrophes s'abattent sur le pays. En 1855 un tremblement de terre de magnitude 6.9 frappe en son sein la ville d'Edo provoquant des dégâts considérables et faisant plus de 10.000 victimes. Loin de s’arranger, la situation va encore empirer dès 1858, où une effroyable épidémie de choléra ravage le Japon. Associant l'arrivée des étrangers aux causes de leur malheur et à la maladie, un profond sentiment de xénophobie se répandra alors. C’est sous ce contexte de grande misère, d'accentuation des disparités sociales et sous une montagne de cadavres, que débute notre histoire...

Voici l'histoire de deux frères...
1858. Alors âgés de 14 et 10 ans, Shotaro et Gentaro Yukimura s'apprêtent à embrasser leur destinée. Témoignant des derniers mots et des dernières volontés de leur mère atteinte du choléra, Sho et Gen hériteront du sabre de leur défunt père se jurant de devenir forts et de survivre quoiqu'il advienne. Deux orphelins s'élanceront alors dans le monde sans en comprendre son sens, et feront alors la rencontre d'un homme qui aura une influence considérable sur leur destin, Kiyozo Asakura. Dès lors une nouvelle vie débutera pour eux au sein de la secte des "coeurs purs" où ils passeront tour à tour de marchandises, à esclaves, assassins et terroristes. Mais quelque soit leur situation, ses deux frères continueront de survivre envers et contre tout avec au centre de leur âme, le sabre.

Le Byakurentai, ou le Bataillon Blanc
Sous ce nom se cache une redoutable organisation de six assassins créée par le leader de la secte des "coeurs purs", avec pour objectif principal de combattre le bakufu et d'aider à la chute du gouvernement afin de signaler leur colère quant à l'entrée dans le pays des "démons américains".
Maître Rugi : Leader de la secte des "coeurs purs", une organisation malsaine, puissante et coupée de la pourriture du "monde d'en bas". Rugi est un homme dangereux, manipulateur et impitoyable. Il sait imposer sa volonté d'une façon très malsaine, et son influence est surtout dû à son charisme imposant et sa clairvoyance quant aux tournures politiques.
Kiyozo Asakura : Ce ronin, samurai sans maître, entretient des liens étroits avec la secte des "coeurs purs" tout en ayant toujours refusé de se soumettre à la volonté de Rugi et en prenant soin de maintenir un certain écart. C'est un homme intelligent et un samurai de renom. Il acceptera la mission de Rugi en devenant un brillant leader pour le Byakurentai.
Shotaro et Gentaro Yukimura : Les deux frères au centre de cette histoire. Deux garçons qui deviendront rapidement de redoutables escrimeurs mais au caractère bien distinct. Sho, l'aîné, est un jeune homme protecteur, habité par un désir de survivre inébranlable. Il est d'un naturel calme et réfléchi et est désireux d'apprendre et d'assimiler les connaissances qui animent ce monde. Gen, lui, est à l'exact opposé. Impétueux et impatient, c'est une véritable tête brûlée se jetant dans les problèmes sans se soucier des inquiétudes ou de la sécurité des siens. La seule personne qu'il écoute et respecte vraiment est son grand-frère, sinon Gen est un personnage haineux et toujours prêt pour sortir son sabre. Malgré leurs différences, ces deux-là restent extrêmement proches.
Ino Kennosuke : Un garçon grand et fort et vieille connaissance de Asakura. Tout d'abord réticent à l'idée d'intégrer des enfants tels que Gen et Sho dans leur groupe, il nouera très rapidement une relation de confiance et de rivalité avec Gen.
Samejima Tasuke : Jeune homme fin et de petite taille, sa discrétion et sa capacité à se déplacer rapidement et avec agilité font de lui l'espion et l'expert en renseignements du groupe.
Mozu : Seule femme du groupe et, du haut de ses 19 ans, est la plus âgée du Byakurentai après Asakura. C'est la personne idéale pour les missions d'infiltrations dû à sa très grande beauté qu'elle sait utiliser pour arriver à ses fins. Mais il ne faut pas s'y fier car Mozu reste une femme très dangereuse.

Image

Mon avis :
Avec Sidooh, je ne le répète jamais assez, mais Tsutomu Takahashi tient là son oeuvre phare et l'un des meilleurs mangas qui soit. Tout y est excellent. Un scénario prenant et dynamique dans lequel s'entremêle faits historiques à de la pure fiction. Des personnages tentant de survivre et de combattre un monde en proie à la folie, profondément attachants, voir bouleversants dans les moments les plus difficiles du manga. Un univers où le réalisme est de rigueur, rien ne nous est épargné, torture, viol, et, surtout, au niveau des combats, aussi violents que brefs. Les duels ne font pas d'artifices et ne s'attardent pas sur des chapitres entiers, au contraire les échanges ne se limitent qu'à quelques coups avant que l'un des deux opposants ne s'écroule. Aucun personnage n'est invincible, et le suspens instauré par le mangaka est tel, qu'on a vraiment l'impression que n'importe qui peut mourir subitement, y compris les deux héros. Ici, les sabres ne sont pas plus puissants que les balles, et on sent bien que la fin des samurai approche à grand pas, augmentant l'impression que la quête des héros n'a que peu d'espoir.

Un manga excellent qui vient de s'achever en prépublication et qui comptera au total 25 tomes, pour 8 tomes VF (snif...). En espérant une accélération du rythme de parution par Panini très prochainement et, s'il y a un seul manga de Tsutomu Takahashi à découvrir, c'est bien Sidooh. Une référence.


ImageImageImageImage


Bakuon Rettô
- 10 tomes (publication en cours - 14 tomes VO)
- Seinen
- 2003
- Kana


Et voici la seconde histoire longue du mangaka parue chez nous, une histoire un peu particulière par rapport à ses précédentes oeuvres, puisque, ici, il nous propose de nous ramener au tout début des années 1980 pour nous faire visiter un monde qu'il a aimé et côtoyé, le monde des Bosozoku... Avec ce manga, nous entrons dans l’oeuvre la plus personnelle de Tsutomu Takahashi.

Une autre facette de la jeunesse japonaise
Le manga, quel que soit le genre ou le public visé, a très souvent tendance à intégrer dans ses histoires les notions de zoku, ces jeunes en marge de la société constituant de multiples gangs de motards et réputés pour leur violence et leur opposition à toute forme d'autorité ("GTO" de Fujisawa en étant le meilleur exemple). On les retrouve très souvent représentés dans la BD comme des éléments perturbateurs à l'avancée des héros et restent quand même très ancrés dans leur rôle, celui du gars bête et méchant terrorisant les plus faibles. Tsutomu Takahashi va ici développer cet univers en nous plongeant directement dans le quotidien de ces jeunes très souvent en état d'échec scolaire, coupant peu à peu les liens avec leurs familles, mais avec une passion commune, celle de protéger et d'honorer le nom de leur bande.

C'est ainsi qu'est introduit le personnage de Takashi Kase. Un garçon plutôt introverti, très calme et ne semblant montrer d'intérêt ou de motivation pour quoi que ce soit. Ses parents s'exilèrent eux-mêmes du centre de Tokyo pour une banlieue proche bien plus isolée en raison des mauvaises fréquentations de leur fils. Hélas pour eux, Takashi retombera très vite dans ses vieux travers grâce à la seule chose semblant être capable d'aviver une flamme en lui, la moto et par extension les bandes de zoku suscitant le mépris de tous. Ce jeune garçon va alors rapidement évoluer en jonglant entre une vie d'adolescent classique et son implication dans sa nouvelle famille.
Une oeuvre donc très proche de l'auteur qui nous raconte d'ailleurs son propre parcours sur les jaquettes de ses livres, de petits textes toujours très intéressants. L'évolution de Takashi reste assez troublante au début du manga. Il n'a absolument rien du voyou tel qu'on nous le dépeint si souvent à travers le manga. Il ne cause pas de problèmes, semble assez obéissant, et son physique même n'aide pas à comprendre la voie qu'il s'apprête à emprunter. Petit et sans aucun signes distinctifs, il va bien vite se transformer au côté de quelques amis collégiens, toujours à cause d'une véritable passion qui va de plus en plus s'affirmer, la moto et le désir de ressentir le frisson d'un monde à très grande vitesse. Il est comme mort au début de l'histoire et, lors de sa première virée, c'est comme si on lui découvrait enfin une immense force vitale l'envahissant.

Mais Tsutomu Takahashi ne tombe pas dans la facilité en nous livrant un manga reposant sur les côtés les plus connus des zoku et les desservant le plus, bagarres, rackets, ... Au contraire, un très grands nombres d'interactions et de situations seront ici décrites, toutes très différentes les unes des autres, tantôt violentes, tantôt tendres, et d'autres fois encore drôles et tout simplement très banales.

Image

La petite vie mouvementée et ennuyeuse des Zoku
Car ce sont bien ces deux aspects très différents l'un de l'autre qui vont perpétuellement s'opposer et donner à l'ensemble de l'oeuvre un réalisme et un intérêt certain.

Takashi et ses amis Mitsu et Maniyon vont donc intégrer l'une des bandes de zoku la plus réputée de la région, celle des Zeros. Cette intégration sera très bien mise en avant lors des grands rassemblements, ces moments où des centaines de motos défilent à toute allure dans les rues de Tokyo faisant rugir les pots d'échappements de leurs bolides et bataillant ferme pour faire face à leur pire ennemi, la police routière. Ces défilés là sont de purs moments de bonheur au niveau visuel, le mangaka s'en donnant à coeur joie en dessinant des doubles pages sublimes où l'on ressent parfaitement bien la notion de vitesse qu'il tente de retranscrire. En voyant toutes ces motos d'époque et la description qu'il en fait, on ressent bien la passion que partage l'auteur avec ses héros. Bien sûr, la vie de zoku que suit Takashi se veut aussi être une embarquée dans un monde assez violent. Une violence jamais gratuite et plutôt bien répartie pour qu'elle ne soit jamais omniprésente. Elle se présente surtout sous forme de conflits plus ou moins importants entre bandes rivales, où on assiste là à de grandes batailles bien bordéliques, ou une violence qui va se manifester dans le quotidien du héros.

L'oeuvre se base plus sur une envie de faire ressentir une certaine ambiance. Il le fait en nous dévoilant des personnages à la vie complètement déstructurée. On va notamment passer quelques années en compagnie de Takashi et voir son détachement de plus en plus profond par rapport à ce qu’était sa vie d’avant. Son rapport à la famille, à l’école, aux gens ordinaires ou aux filles. Abandonnant peu à peu tout ce qui fait le quotidien d’un jeune ordinaire, on s’apercevra bien vite que la vie d’un zoku peut paraître très ennuyeuse. Il ne s’y passera pas grand chose hors des grands rassemblements et leur vie au jour le jour reste d’une banalité incroyable. Ce que mettra un certain temps à comprendre Takashi, avant de véritablement commencer à s’interroger sur ce qu’il doit faire de son avenir. En tout cas, en regardant l’évolution de ce personnage du premier tome au dernier sorti, le volume dix, le contraste est saisissant et la maîtrise qu’a le mangaka pour faire vivre ces héros est encore une fois fascinante et passionnante à suivre.

Bakuon Rettô ou le monde des Bôsôzoku tel que vous ne l’avez jamais vu !

Image


Trois histoires courtes, trois perles rares :

Image


Blue Heaven
- 3 tomes (série terminée)
- Seinen
- 2003
- Panini


Le Blue Heaven est un immense paquebot luxueux naviguant dans les eaux du Pacifique. En pleine nuit et au beau milieu de l'océan, alors que la fête bat son plein, les membres d'équipage croiseront alors la route d'un petit bateau de pêche à la dérive. Leur portant secours, ils trouveront à bord un homme à moitié mort, affaibli par la faim et la soif, et l'emmèneront d'urgence à bord de leur navire. En fouillant un peu plus en profondeur, ils trouveront alors un second survivant, caché, apeuré et traumatisé, sur les lieux de ce qu'il semble être un effroyable massacre... Et s'ils venaient d'accueillir à leur bord un monstre terrifiant et impitoyable ?
Critique :
Dès lors, pour le chef de la sécurité, Sano, la responsable des relations publiques, Yoshiko et l'homme mystérieux, un chassé-croisé angoissant et oppressant se mettra en place dans cette histoire en 24 chapitres. Et quand une riche famille représentant tout ce qu'il y a de pire dans l'humanité vient se mêler à la fête, les choses vont vite dégénérer à un point où plus personne sur le paquebot ne soit en sécurité.
Blue Heaven est une histoire courte et violente. Sans faire dans la démonstration gratuite de violence graphique, certaines scènes procurent vraiment un sentiment de gêne chez le lecteur. Notamment celles où apparaissent les membres de la famille qui va s'opposer à l'homme infiltré, des personnages au design et à l'attitude extrêmement dérangeante. Le personnage principal, cet homme énigmatique qui va être à l'origine de la catastrophe du Blue Heaven, est un personnage dégageant une classe et un charisme immense.
Le manga est loin d'être la plus grande réussite de Tsutomu Takahashi, mais la lecture reste néanmoins très divertissante par une très grosse dose d'action et de suspense. L'aspect le plus plaisant de ce livre selon moi, est le thème principal de l'histoire, une interrogation de l'auteur sur la capacité des hommes à vivre les uns avec les autres, quelques soient leurs origines. A de multiples reprises, que ce soit dans la narration ou dans les mots de certains de ses protagonistes, on s'aperçoit que le mangaka aime à comparer ce paquebot de luxe à une miniaturisation de notre planète. Ici, des personnes de tout horizon se sont rassemblés, principalement regroupés entre les américano-européens et les asiatiques, avec pour seul point commun l’argent. Et que se passe-t-il lorsqu’on introduit un élément dangereux ? Automatiquement, les différences entre les gens se font de plus en plus apparentes dans une escalade d’incompréhension et, fatalement, de violence. Pour reprendre une citation du manga que j’aime beaucoup :
« Ce bateau est à l’image de la Terre. Quoi qu’il advienne, nous sommes tous bloqués sur cette planète... Même si un malade décide de lancer dessus une bombe atomique.
Notre pauvre Terre ! Il suffit d’un forcené pour qu’elle s’écroule comme un château de cartes ! »
Une excellente bande dessinée qui, au-delà de la course à la violence et à l’action sur trois tomes, pose là de vraies questions et un regard sombre et fataliste sur le monde.
A découvrir.

Image


Sky High Karma
- 2 tomes (série terminée)
- Seinen
- 2002
- Panini


Voici encore une fois une histoire très sombre et emprunte de surnaturel, qui, pour moi, reste peut être son oeuvre la moins intéressante, mais néanmoins représentant un passage nécessaire pour tout amateur du mangaka. C'est une histoire angoissante de vengeance et d'esprits malfaisants comme savent si bien le faire les japonais. L'héroïne de cette histoire, une jeune fille à l'avenir prometteur, fera une découverte effrayante à la suite d'un accident de voiture. Observant les radios prises suite à son accident, elle apercevra sur son crâne comme la trace d'une main fantomatique... Pas très réjouissant comme nouvelle. C'est en se rendant dans l'enceinte d'un temple que le débuts d'une enquête cauchemardesque débutera, lorsqu'un spectre mystérieux et vengeur lui apparaîtra. Dès lors, et aidé d'un jeune médium atteint de cécité, elle n'aura de cesse de combattre sa malédiction en recherchant les origines de sa possession. Et ces origines là risquent fort de la conduire à une révélation effroyable...
L'histoire est loin d'être mauvaise, mais reste toutefois bien moins originale que ses autres titres. Ce manga a le défaut de se confondre dans l'amas d'histoires de fantômes déjà existant. Après, c'est sûr, les qualités artistiques de Tsutomu Takahashi font que l'on retrouve des personnages qui campent à merveille leur rôle, et son trait est capable de nous procurer quelques frissons à l'apparition des spectres. Y a quelques éléments que j'aime particulièrement, notamment la relation de l'héroïne avec sa mère et les révélations chocs qui attendent le lecteur sur les origines de la malédiction.

Et, comme pour Alive, Sky High est lui aussi un manga quasiment introuvable de nos jours. Je sais que Tsutomu Takahashi a développé d'autres histoires autour de Sky High mais uniquement paru au Japon. Peut être aurons nous droit à une réimpression de l'oeuvre en plus de ses compléments, car début 2010, le mangaka annonçait une courte suite à sa série. Un jour, peut être...

Image

Alive
- One Shot
- Seinen
- 1999
- Panini


Ce thriller fantastique nous propose d'entrer dans une histoire malsaine et oppressante. Condamné à mort pour meurtre, le destin de Yashiro Tenshuu sera une nouvelle fois bouleversé grâce à une étrange proposition qui lui permettra d'échapper à son exécution. Lui et un autre condamné seront alors soumis à une expérience inquiétante et feront très bientôt la connaissance d'une jeune femme désespérée et possédée par une sorte de parasite...

Pas grand chose à en dire vu que le récit avance à un rythme très soutenu et ne s'étale que sur un seul volume. Certes, c'est de l'excellent Tsutomu Takahashi mais on en ressort forcément avec un léger goût de frustration à l'issu de la lecture tant on aurait voulu prolonger l'expérience offerte par ce manga. On nage complètement en territoire inconnu tout du long jusqu'à une fin assez brutale laissant place à la libre interprétation du lecteur pour répondre aux questions en suspens. En plus du récit principal, l'auteur nous propose à intervalles réguliers de nous faire découvrir le passé et les raisons qui ont conduit le héros à être accusé de meurtre.

On se retrouve au final avec tous les ingrédients qui ont su faire le succès du mangaka, des personnages très recherchés et profondément abîmés par la vie, une écriture dans la narration et les dialogues fluide et qui nous entraîne jusqu'à la dernière page sans temps mort, et un dessin sombre avec cette petite touche particulière qui lui permet de retranscrire une atmosphère quasiment palpable.
C'est en un tome, c'est court, c'est excellent, mais malheureusement quasiment introuvable de nos jours, dû à une politique de distribution et de réimpression catastrophique de la part de Panini. Je sais néanmoins que quelques tomes sont disponibles actuellement sur Amazon (mais en anglais) et qu'une adaptation cinématographique a été faite il y a quelques temps déjà (et que je n'ai pas vu).

Le manga intronisant le personnage de Tsutomu Takahashi :

Image

Jiraishin
- 19 tomes (série terminée)
- Seinen
- 1993


Jiraishin, première de ses séries, est le manga pour lequel j'ai le moins de choses à dire puisque je ne l'ai tout simplement pas lu. Ce manga publié entre 1993 et 2000 rassemble au total dix-neuf tomes, ainsi qu'une version deluxe en huit tomes. Il me semble que les droits du titre furent obtenus par Panini (j'en suis absolument pas sûr), et reste encore à ce jour inédite de par chez nous.

C'est d'autant plus dommage que l'histoire de base paraissait plutôt bonne et qu'il est toujours intéressant de découvrir les premiers travaux d'un artiste afin de voir l'évolution de son dessin et de son écriture au cours du temps. pour la petite histoire, donc, le manga narrerait les aventures de Kyôya et Yamaki, deux inspecteurs un peu brutaux dans leur méthode et travaillant sur des affaires toutes plus sombres les unes que les autres, reflétant la part d'ombre de toute société moderne.

Donc, voilà, pas grand chose à en dire de plus, et qui sait, peut être que la sortie du neuvième de Sidooh lancera une nouvelle vague de réimpression et de réadaptation sur les titres de Tsutomu Takahashi. (on peut toujours rêver...).


En tout cas, ce mangaka est vraiment une perle au niveau de toute ces histoires qui prennent aux tripes. Un artiste proposant un graphisme d'une très grande beauté au service de scénarii extrêmement variés, entre la grande époque des samurai, une histoire fantastique de fantômes faisant froid dans le dos, de mystérieuses expériences scientifiques, d'un thriller oppressant ou d'un récit sur des tranches de vie de jeunes voyous, Tsutomu Takahashi est l'un de ces auteurs qui est capable de se renouveler à chaque fois. Il a énormément de choses à nous raconter, beaucoup de personnages à nous faire rencontrer et continue de se réinventer à chaque fois depuis plus de vingt ans avec une base très solide de fans totalement conquis par ses oeuvres.
Ses mangas ne sont pas forcément très faciles à trouver en librairie, mais je conseille vraiment la lecture de Sidooh et de Bakuon Rettô, encore disponibles sans trop de problèmes.

Voilà, voilà ! En espérant avoir pu intéressé certaines personnes, et qui sait, peut-être certains sur ce forum ont-ils déjà lu l'une de ses oeuvres ou sont tous simplement déjà fans du bonhomme ?

Image


Dernière édition par cielo le Dim 2 Jan 2011 19:56, édité 1 fois.

Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Dim 31 Oct 2010 11:05 
375 000 000 Berrys

Inscription: 01 Juil 2008
Messages: 1987
*0*

J'ai appris beaucoup de truc ! Merci cielo !

Personnellement, le seul manga venant de cet auteur que j'ai lu est Blue Heaven, et en effet, bien que court, c'était profondément intense et prenant. On voit, comme le résume ta citation du manga, qu'ici Takahashi a fait une version miniaturisée du monde et qu'un "simple perturbateur" peut foutre une merdre sévère ! Bref, j'ai un très bon souvenir de ce manga ! Je me souviens encore de la double page du navire éclairé la nuit, magnifique *_*

Concernant les autres oeuvres, j'avoue que je connaissais pas du tout -_-
Et même pas de nom, d'ailleurs -_-
Et tu m'as bien tenté ! Enfin, je pense que je vais quand même commencé par Bakuon Rettô car la publication VF n'est pas si loin de la publication VO donc au moins je n'aurais pas forcément à atteindre trop longtemps pour la suite :)

En revanche, concernant Sidooh, si effectivement Panini ne reprends pas la publication... Ca m'enerverait de commencer la lecture et de m'arrêter pendant X années en plein milieu de l'histoire -_- Mais d'ailleurs tu t'es aussi arrêté au tome 8 ou tu as suivis le reste avec une team de scantrad ?

En tous cas, merci encore cielo et je pense qu'au moins une des oeuvres que tu as presentées fera partie d'une de mes prochaines lectures ! :)


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Dim 31 Oct 2010 11:51 
300 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Oct 2009
Messages: 1679
C'est vrai que je me souviens que tu avais parlé de "Blue Heaven" dans le topic des dernières lectures mangas.

L'avantage de Bakuon Rettô c'est que c'est publié chez Kana, donc assez peu de soucis pour se procurer le manga (les tomes sont à 7,35 euros).

Pour Sidooh (8,95 euros il me semble, Panini c'est cher...), si tu veux te faire une idée du manga va jeter un petit coup d'oeil ici. J'ai dû lire deux ou trois chapitres en dehors de la publication VF par pure curiosité, mais sinon je suis assez peu les mangas en scantrad.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message:
MessagePosté: Dim 19 Déc 2010 18:35 
300 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Oct 2009
Messages: 1679
Le petit miracle de cette fin d'année, après plus de deux ans de suspens dans sa publication, le voici ENFIN !, le tome 9 de Sidooh !

Image

C'est un véritable bonheur de retrouver les frères Yukimura et le Byakurentai qui se rapproche encore un peu plus de leur but en entrant dans un nouvel arc qui risque de devenir très sanglant dès le prochain tome. Gen, d'habitude si grande gueule, se retrouve muet et aussi rouge que la lame de son sabre en découvrant les douces joies du bordel. Et un nouveau personnage fait son entrée, sa ressemblance avec un personnage ayant bouleversé la vie des deux frères troublant leur coeur.
Ca reste pour l'instant assez calme mais parallèlement à l'avancée des héros, dans les coulisses, les intrigues politiques commencent à faire des vagues menaçant de raviver de plus belle la révolution entre les partisants du Shogun et ceux de l'Empereur.
Le sang s'apprête à pleuvoir sur Kyoto en espérant que ces événements surviennent courant 2011.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Tsutomu Takahashi
MessagePosté: Dim 17 Avr 2011 12:49 
300 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Oct 2009
Messages: 1679
Tsutomu Takahashi revient se faufiler discrètement dans l'actualité du forum avec le dernier tome sorti de notre bande de zoku favorite, et, prochainement, ô joie !, l'arrivée du tome 10 des aventures des frères Yukimura dans toutes les bonnes librairies ! Deux tomes de Sidooh en six mois, mais à quoi doit-on un tel miracle ?
Sur ce,

Image
Bakuon Rettô - tome 11
Que dire sur ce tome mis à part que c'est toujours aussi excellent et imprévisible ? Imprévisible, oui, car après "l'accident" de moto de Takashi et Shinji où l'on aurait pu s'attendre à une explosion de violence de la part des Zeros face aux agresseurs, on se retrouve au final avec un volume assez calme où la modération des membres et des cadres des deux gangs sera de vigueur. Une situation dans laquelle Takeshi devra vraiment réfreiner sa rage et où, une fois encore, Tsutomu Takahashi prouve qu'il ne fait pas cas d'une certaine idée générale que l'on peut se faire d'un tel monde qui reste assez obscur et faussé, et se dirige vers des voies qui semblent peut-être moins intéressantes, si l'on ne cherche qu'à suivre une histoire pleine d'action, mais bien plus réaliste.
Du lourd, donc; les tranches de vie de nos jeunes héros paraissent toujours à la fois si banales et si bordéliques et c'est une nouvelle fois ce mélange des genres dans un univers si particulier qui donnent lieu à un manga aussi intéressant et passionnant à suivre.
J'ai bien aimé aussi le dernier chapitre présentant un nouveau personnage (récurrent ?) qui, de part ce qu'il incarne, entraînera quelques répliques et situations très amusantes. ^^

A très bientôt pour le tome 10 de Sidooh !!!

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Tsutomu Takahashi
MessagePosté: Mer 29 Juin 2011 19:42 
300 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Oct 2009
Messages: 1679
Image
Sidooh - tome 10
Ô joie !
Nous sommes donc au tout début de l'année 1863, le Byakurentai au service du fief d'Aizu s'étant établi à Kyoto. Le contexte historique du récit se rapproche de plus en plus de l'un des plus grands événements du Japon, la Restauration de Meiji, ou le renversement du shogunat des Tokugawa et la restauration des pouvoirs de l'Empereur suite au mouvement révolutionnaire s'étant formé après le dévbarquement des Navires Noirs. Et depuis un ou deux tomes, dans Sidooh, de plus en plus d'éléments politiques et de personnages historiques viennent se mêler à l'intrigue de manière intelligeante pour rendre le tout encore plus passionnant qu'il ne le fut déjà.
Et la présence la plus notable est bien sûr celle d'un groupe de samurai extrêmement populaire et connu de tous au Japon, les Loups de Mibu de Mibu ou Shinsengumi ! On a donc droit à l'apparition de personnages cultes sous la plume du génie de Tsutomu Takahashi, tels que Toshizo Hijikata, Soji Okita, Saito Hajime ou encore Isami Kondo. On a même droit à un super duel Shotaro/Hijikata ^^ ! On est au tout début de la montée en puissance du Shinsengumi et si le mangaka poursuit dans ce sens, ça risque de devenir très excitant.
Nous en sommes historiquement à la visite du shogun à Kyoto ainsi que l'accumulation des samurai sans maîtres à la capitale. Et les débordements tant attendus ne se font pas vraiment attendre...
La fin très... explosive!, est superbement mise en scène et même si le Byakurentai reste en retrait dans ce volume au profit du shinsengumi, j'avoue n'avoir plus qu'une envie, voir Okita un sabre en main (un petit face à face Gentaro/Okita serait l'extase ^^) !


Image
Bakuon Rettô - tome 12
La fin du tome précédent nous laissait sur un nouveau grand rassemblement des Zeros, avec un invité complètement à l'opposé de la voie des Bosozoku cherchant à se faire une petite éducation de voyou au côté de Takashi, notre "héros". Et malheureusement, cette virée nocturne en moto ne tournera pas très bien pour Takashi et ses potes puisque suite à un problème sa petite bande se retrouvera nez à nez avec une bande rivale. Et après la petite échaffourée d'usage, Takashi nous surprendra à éprouver un certain intérêt pour le chef de cette bande quelque peu excentrique.
Une fin de volume étonnante et intriguante. Je me demande bien ce que notre jeune voyou a bien pu remarquer chez ce protagoniste, et surtout, ce que l'entretien entre les deux amènera comme évolution chez le héros.
Et, bien que ce soit évoqué à chaque début de volume, on a là une postface intéressante confirmant une adolescence marginale de l'auteur et le statut très personnel que revêt pour lui cette oeuvre.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Tsutomu Takahashi
MessagePosté: Jeu 27 Oct 2011 14:30 
The old man
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Jan 2004
Messages: 19344
Localisation: Joker
Bon vu la dynamique de publication fr du monsieur c'est limite ironique mais je rapporte tout de même la new : Annonce du début d'une nouvelle série pour Tsutomu Takahashi qui démarrera dans le Young Jump #49 (2 novembre prochain). Elle aura pour titre Hito Hitori Futari et suivra Riyon, une jolie fille venant du ciel. Fantaisie et Action au programme. (oui c'est peu comme info sur le synopsis^^).

Image


Source : Manga-news

_________________
Image
Manga List | Anime List
Les règles du forum sont faites pour être respectées, merci de les garder en tête.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Tsutomu Takahashi
MessagePosté: Mar 15 Nov 2011 20:59 
300 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Oct 2009
Messages: 1679
Très bonne nouvelle ! Pouvoir s'extasier encore une fois devant les magnifiques dessins et sa maîtrise de l'encrage de Tsutomu Takahashi... Que du bonheur !!! Seul regret, ce qui en soi une immense déception pour tous ses fans, le fait que son héroïne n'ait pas les cheveux noirs. Parce que bon, la façon dont il dessine et donne vie aux longues chevelures noires... Wahou ! Faut le voir !

Sur ce,

Image
Bakuon Rettô - tome 13
Nous sommes à un tournant dans la vie du héros, ou d'un point de vue plus global, dans la vie de chaque jeune zoku, qui à l'approche de leur passage à la vie adulte doivent faire un choix sur leur futur. Poursuivre dans les zones sombres de leur société en embrassant la suite logique de la condition de zoku, les yakuzas ? Se construire un but ou un rêve et s'y consacrer à fond, qui saura autant les animer que ce que leur existence de voyous aura su faire ? Ou tomber dans une existence des plus banales gardant au fond d'eux un fond de nostalgie et de regret de leur jeunesse ?
Le héros de cette histoire, Takashi, voit tous ces choix heurtés violemment une vie jusque là d'insouciance et égoïste, chacuns représentés par une personne de son entourage répondant de par leur existence aux questions qu'il se pose.

Toujours aussi bon. Alternant entre passages mouvementés et autres scènes longues et posées aidant à l'introspection de Takashi, et par extention du mangaka qui rappelons-le reste très présent à travers son personnage principal dans lequel on retrouvera une part plus ou moins importante de lui-même, ce manga poursuit sur sa lancée. Les dessins une nouvelle fois sont un pur régal. Voir les lumières des gyrophares des voitures de policiers ou les phares des motos comme dansés sur les ombres nocturnes est quelque chose de saisissant. Il y a une vie et un sentiment de mouvement dans ses traits impressionnants qui font sans nul doute jeu égal avec ceux de Nihei, les deux grands Maîtres en la matière.

Bref, Bakuôn Rettô, ou Tsutomu Takahashi dans son ensemble, c'est que du régal !

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Tsutomu Takahashi
MessagePosté: Mer 30 Nov 2011 23:50 
100 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 03 Mar 2008
Messages: 811
Localisation: L'ile des sniper ! Où ? Dans ton coeur.
Sidooh. Je viens de commencer ce manga que je lit sur mangareader, je le trouve assez bon. Une œuvre qui n'est pas du tout manichéenne, on se demande des fois qui soutenir dans l'histoire. Une reprise assez correct d'évènement historique au Japon, comme la grande épidémie de choléra amené par les navires étranger dans le pays. Une histoire qui a un rythme soutenu, un côté malsain pour certaine scènes qui rendent l’œuvre dense. Le dessin est très agréable, on a des fois l'impression d'avoir affaire avec des estampes Japonaise sur certaines cases. L'exploitation de l'art et de la psychologie du samouraï est bien utilisé ...

Je sent que ce manga va vite ce retrouver dans ma bibliothèque ^^.

_________________
Image
Si la fin du monde est pour décembre 2012, c'est hyper grave, car la dernière saison de Breaking Bad sera diffusé en deux parties dont l'une en 2013 T_T.

La série du jour => TRON Uprising


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 9 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 5 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com