Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 35 messages ]  Aller à la page [1], 2, 3  Suivante
Auteur Message
 Sujet du message: Shôtarô Ishinomori - Le Roi du Manga
MessagePosté: Ven 28 Jan 2011 20:30 
300 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Oct 2009
Messages: 1679
J'ai voulu rédiger ce sujet pour deux raisons, à la fois pour présenter le travail d'un mangaka ayant marqué son époque grâce à son travail que tout le monde connaît, sans pour autant être capable de mettre un nom derrière ses oeuvres en dehors des frontières nippones, et surtout pour rendre hommage à cet artiste nous ayant quitté voici déjà treize ans.

Image

Shôtarô Ishinomori


Le Roi du Manga :

Né le 25 Janvier 1938, c'est à l'âge de 60 ans, le 28 Janvier 1998 que Shôtarô Ishinomori trouva la mort. Il est l'un de ces grands mangakas de génie dits classiques qui donnèrent leur lettre de noblesse au manga et inspirèrent des générations entières de jeunes artistes. Il est l'un de ces illustres personnages ayant façonné l'image du manga telle qu'on la conçoit aujourd'hui.
Auteur contemporain à Osamu Tezuka, si ce dernier a gardé le titre honorifique de Dieu du Manga, Shôtarô Ishinomori lui emboîta le pas en terme de notoriété en acquérant à titre posthume le titre de Roi du Manga et en entrant dans le Guinness des records comme étant l'artiste ayant publié la plus grande quantité de matériel avec plus de 128.000 pages. Un artiste à la carrière extrêmement fournie en somme.

Peu de temps après avoir collaboré avec Tezuka en tant qu'assistant sur "Astro Boy", relation de travail qui se développera et s'enrichira dans les années à venir, c'est en 1954 que débute sa carrière de mangaka, lorsqu'il publiera son premier manga, "Nikyu Tenshi" et alors qu'il hante toujours les bancs du lycée. Il accumulera ensuite des expériences très enrichissantes pendant près de dix ans, en travaillant notamment avec Tezuka sur la production d'un animé ou grâce à une période de plus de deux mois où il put voyager et voir le monde en dehors du Japon.

A partir de 1963, les choses s'accélèrent pour le Roi du Manga à la fois professionnellement et personnellement, lorsqu'il fonde sa propre maison d'édition de dessin animés, le Studio Zero. A la fin des années soixante, son travail est récompensé lorsqu'il devient le septième lauréat du prix Kodansha avec "Cyborg 009" puis le treizième lauréat du prix Shogakukan avec "Sabu et Ichi". Des prix et des nominations prestigieuses qui se multiplieront pendant trente ans.

Disposant d'une liste de travaux impressionnantes, c'est donc en Janvier 98, qu'il meurt d'une insuffisance cardiaque. Cependant, l'ombre du Roi du Manga continue de planer sur le genre grâce à de très nombreuses personnes entretenant et saluant la légende qu'il est dans ce monde. En plus de titres qui lui furent attribuer à titre posthume, on remarquera la fondation de deux musées à son nom, le Musée Commémoratif Shôtarô Ishinomori dans sa ville natale ainsi que le Musée du Manga Ishinomori. Pendant la dizaine d'années qui suivirent son décès, de nombreuses reprises et suites furent donner à ses titres les plus emblématiques. Un mangaka qui aura marqué à jamais de son empreinte le monde du manga.

Son oeuvre :

Comme dit plus haut, le Roi du Manga est à ce jour mondialement reconnu comme étant le mangaka le plus prolifique qui fut.

Image
Cyborg 009
- 5 tomes (série terminée - 25 tomes prévus)
- Shonen
- 1964
- Glénat


Il faudra attendre jusqu'en 1966 pour que son nom soit véritablement reconnu auprès du grand public, avec la sortie de son premier grand succès, "Cyborg 009". Un excellent manga de science fiction pour lequel j'invite d'ailleurs tout les amateurs du genre à y jeter un coup d'oeil à l'occasion, puisque, en effet, Glénat nous propose de découvrir depuis 2009 cette référence de la bande dessinée japonnaise au travers des cinq premiers tomes de la série sur les 25 prévus (le cinquième devant sortir en fin de mois). Un coup de maître de la part de Glénat qui s'ouvrit, comme d'autres éditeurs avant eux, à un nouveau marché, celui touchant ce que l'on peut considérer comme le patrimoine du manga, en créant sa nouvelle collection "Vintage", dont Cyborg 009 fut le premier représentant.
Cette histoire de science-fiction à l'ambiance old school s'imprègne du contexte politique et militaire de l’époque en revenant tout d’abord sur l’événement le plus marquant du vingtième siècle, le déploiement de la force nucléaire sur Nagasaki et Hiroshima, et sur la course à l’armement entre les Etats-Unis et l’Union Soviétique qui s’ensuivit. Dans une telle situation, où le monde vit dans la crainte d’une prochaine troisième guerre mondiale, une mystérieuse société secrète regroupant des marchands d‘arme et des banques, le Black Ghost, se lancera dans cette course à l’armement avec pour projet le développement de nouvelles armes pour des guerres d’un nouveau type. C’est ainsi que dix personnes de nationalités et d’âge différents seront ainsi enlevés un peu partout à travers la planète pour devenir les premiers cobayes destinés à devenir les prototypes des tout premiers cyborgs. Toutefois, refusant de servir les intérêts de cette organisation, nos héros, devenus de redoutables armes, parviendront à s'évader, se condamnant par là même à vivre une vie à devoir constamment fuir leur créateur.

D’après l’image ci-dessous, voici les protagonistes que nous suivront au cours de cette aventure :
001 - Ivan (Russie) : L'intellectuel du groupe alors qu'il n'est qu'un nourrisson ne sachant pas parler. Victime des expériences scientifiques de son propre père qui fut recruté par le Black Ghost, 001 est aujourd'hui le stratège de l'équipe qu'il mène lors de leur mission grâce à son pouvoir télépathique et hypnotique. (Sur l'image, 001 correspond au bébé à l'arrière plan).
002 - Jet (Etats-Unis) : Un petit zonard, chef de bande, qui, lors d'une bagarre, tuera accidentellement son adversaire et sera capturé dans la panique provoquée par des hommes du Black Ghost. En tant que cyborg, 002 acquit une rapidité extrême et la capacité de voler à grande vitesse grâce à des propulseurs dans ses pieds. (Sur l'image, 002 correspond à l'homme au nez crochu).
003 - Françoise (France) : Une jeune parisienne qui se fera capturer à la volée dans la rue par le Black Ghost dans une folle course poursuite entre eux et son frère, Jean. Devenue cyborg, 003 a maintenant gagné des sens grandement accru faisant d'elle un véritable radar sur pattes. Elle est même capable d'utiliser une vision à rayon X pour voir à travers les murs. (Sur l'image, 003 correspond au seul personnage féminin).
004 - Heinrich (Allemagne) : Cet homme ayant une autorisation de franchir le mur séparant Berlin Est et Ouest, tentera d'une manière bien amusante de faire passer sa fiancée à l'ouest. Malheureusement, l'expérience tournera mal puisque cette dernière se fera tuer et que lui-même ne soit mortellement blessé avant d'être récupéré par le Black Ghost. Il deviendra par la suite une redoutable arme muni d'un arsenal impressionnant dans ses jambes et ses bras. (Sur l'image, 004 correspond à l'homme à droite aux cheveux blancs).
005 - Geronimo (Mexique) : Un amérindien extrêmement fier et éprouvant des difficultés à trouver un emploi digne dû à ses origines. C'est tout naturellement et très naïvement qu'il acceptera la proposition d'embauche du Black Ghost sans savoir ce qu'il se cache réellement derrière. 005 parle peu et est devenu la brute épaisse du groupe, incroyablement fort et résistant. (Sur l'image, 005 correspond au grand personnage à l'arrière plan).
006 - Chang (Chine) : Un paysan d'un certain âge qui, accablé par les dettes et la misère accompagnant sa condition sociale, tentera de se pendre. Récupéré par le Black Ghost, il deviendra un cyborg capable de cracher de redoutables rayons thermiques capables de faire fondre la roche, lui permettant par la même occasion de se déplacer sous terre. (Sur l'image, 006 correspond au petit personnage rondouillard au gros nez).
007 - Great Britain (Royaume-Unis) : Ancien grand acteur devenu l'un des plus grand poivrots de Londres, il se fera capturer sans ménagement par les forces du Black Ghost. Très utile pour le groupe en terme d'infiltration puisque son corps de cyborg lui permet désormais de copier la structure moléculaire de n'importe quel être vivant ou objet pour en devenir une copie conforme. (Sur l'image, 007 correspond au personnage chauve).
008 - Pyunma (Afrique) : Capturé par des négriers pour être vendu comme esclave, sa tentative d'évasion se soldera à la fois par un échec et un succès, puisqu'il ne fera qu'échanger l'identité de ses maîtres de riches blancs au Black Ghost. Son corps de cyborg fait de lui la parfaite arme en milieu sous-marin. (Sur l'image, 008 correspond au jeune garçon noir).
009 - Joe (Japon) : Héros de l'histoire, ce jeune métis japonais ayant perdu sa mère et n'ayant jamais connu son père, a passé sa vie en grandissant dans un orphelinat. A la manière de "Rainbow", il finira en maison de correction et sa tentative d'évasion le conduira entre les filets du Black Ghost. Ce cyborg hautement sophistiqué représente le summum de la technologie du Black Ghost, 009 regroupant à lui seul de multiples fonctionnalités de ses camarades. (Sur l'image, 009 correspond au personnage central).
Image

Voici donc un très bon shonen de la vieille époque qui nous parvient, une histoire bourrée de robots en tout genre, parfois très loufoques (les dauphins espions ^^), et qui peuvent paraître ridicule aujourd’hui pour quelqu’un immergé dans la science-fiction telle qu’on la perçoit de nos jours. Cependant, elle n’en reste pas moins très intéressante et novatrice pour l’époque sur certaines idées. Un manga totalement dans l’esprit des années 70, et l’un de ceux avec notamment Astro de Tezuka, ayant contribué à créer l’un des aspects les plus importants de la japanim’ et du manga d’aujourd’hui.

Un dernier mot sur la très bonne édition de Glénat, nous proposant un très beau livre avec couverture rigide et marque page directement cousu dans la reliure pour 10,55 euro. De plus, nous avons droit en fin de tome à quelques suppléments toujours très sympathiques, une biographie de l’auteur, des illustrations, une présentation des personnages, ... Une bien belle collection que nous offre l’éditeur avec un manga culte d’un des plus grands maîtres du genre.


Image
Sabu et Ichi
- 1 tome (série terminée - 4 tomes prévus)
- Seinen
- 1966
- Kana

Paru fin 2010 dans la prestigieuse collection Sensei de Kana, voici débarquer en France les presque inédites enquêtes de "Sabu et Ichi". Presque car contrairement à cette légende urbaine qui veut que ce soit l'éditeur Jacques Glénat qui ait le premier introduit le manga dans notre langue, il était possible dès la fin des années 70, dans le magasine de bande dessinée "Le cri qui tue", de retrouver des histoires courtes tirées de cette oeuvre. Ce n'est que quelques décennies plus tard que nous revoici, le premier tome d'une intégrale, devant au total compter quatre volumes, entre les mains. Un livre impressionnant de plus de 1100 pages, et au prix de 29 euro(intéressant vu l'épaisseur de la chose) pour pouvoir compter les 17 tomes parus en version originale.
"Sabu et Ichi" nous propose de nous faire visiter le milieu urbain et le contexte social de l'époque d'Edo grâce aux enquêtes du jeune Sabu et de son très bon ami, un masseur aveugle d'un certain âge dénommé Ichi. Sabu est un Shitappiki, fonction qui dans l'organisation du système policier de l'époque d'Edo représente la classe la plus basse. Au service d'un Okappiki , que l'on pourrait assimiler à un détective privé, lui délaissant systématiquement ses affaires, Sabu aura ainsi la chance de pouvoir être appelé sur de multiples scènes de crime, souvent des assassinats ou des kidnappings, afin d'aiguiser son flair et ses compétences d'enquêteur. Pour celà, il sera aidé de son ami à l'air inoffensif et pourtant si rusé et redoutable au sabre, Ichi.
Le manga est donc une suite d'enquêtes sans lien direct les unes avec les autres se concluant quasiment systématiquement par des combats entre les deux héros et les criminels dans lesquels Ichi nous fera preuve de ses incroyables talents au sabre et où Sabu nous dévoilera un style de combat à la corde faisant furieusement penser à Paulee de "One Piece". Pour ce qui est des enquêtes, elles sont souvent imprégnées des croyances et des superstitions ayant cours leur donnant un petit côté faussement surnaturel, si bien que la BD m'a souvent fait penser sur certains aspects aux Mystères de l'Ouest.
Un premier tome très intéressant où il est d'ailleurs important de souligner une certaine évolution dans le trait d'Ishinomori, un dessin s'éloignant de l'aspect un peu rond caractérisant Tezuka, pour un trait bien plus réaliste par la suite.
"Sabu et Ichi" ou une nouvelle fenêtre qui nous est offerte sur l'Histoire du manga.


Image
Hokusai
- One-Shot (série terminée)
- Seinen
- 1987
- Kana

Toujours et encore dans la collection Sensei de Kana, j'enchaîne cette fois avec un nouveau manga de l'artiste, "Hokusai, un one shot de 600 pages pour un prix de quinze euro. Cette fois ci, Shôtarô Ishinomori va s'intéresser et écrire sur une personnalité de l'Histoire du Japon avec un trait bien plus abouti et moins enfantin que dans ce qu'on pouvait voir sur "Cyborg 009" ou les débuts de "Sabu et Ichi". Nous suivrons donc ce charismatique bonhomme que fut Hokusai, le Fou de Dessins, durant différentes périodes de sa vie sans suivre de véritables chronologie. Passant d'époques en époques dans la vie d'un homme au caractère fort, un homme et un peintre ayant fait découvrir au monde entier l'art de l'estampe propre au Japon, Ishinomori illustrera sa vision du personnage en insistant particulièrement sur les moments les plus noirs de sa vie. Un personnage très porté sur la chose que le mangaka met en scène en revenant sur les nombreuses estampes au thème érotique qui semblaient obséder Hokusai, mais surtout un personnage qui ne renoncera jamais à faire valoir son travail et son art et à la force vitale exceptionnelle. Les derniers épisodes décrivant la fin de vie de ce vieillard sont d'ailleurs particulièrement marquants..
Autre point fort de ce manga, le fait qu'Ishinomori mélange à ses propres dessins des travaux de l'artiste qu'il aborde, notamment l'une de ses estampes les plus connue, "La vague géante de Kanagawa". Je ne connaissais pas cet incroyable homme que fut Hokusai, un artiste représentant la base sur laquelle s'appuiera plus tard le manga pour se construire, et je dois avouer que cette lecture me fut très enrichissante à titre personnel.

Image


Image
Miyamoto Musashi
- One-Shot (série terminée)
- Seinen
- Kana

Je poursuis dans la collection Sensei de Kana pour présenter un tout nouveau one shot paru en 2008 d'à peu près 500 pages. Je pense qu'il est inutile de présenter le personnage ultra culte de Miyamoto Musashi. Cette adaptation de Ishinomori se démarque assez de celle de Inoue (je n'ai pas lu les deux romans d'Eiji Yoshikawa, donc impossible pour moi de comparer les deux), et en seulement 500 pages, ceux ayant découvert la légende de Musashi au travers de "Vagabond" comme moi, ressentiront forcément un manque au niveau du développement très riche et philosophique de l'histoire mouvementée de ce samurai. Pas mal de personnages sont absents ou peu représentés, tel que Matahachi qui bénéficie d'un traitement particulier sous la plume d'Inoue, beaucoup d'autres sont totalement différents, bien plus proches de la version de Yoshikawa d'après ce que j'ai compris, à commencer par Musashi qui se retrouve bien moins dans l'introspection pour un caractère plus affirmé et sauvage. Le même constat peut être fait en observant des personnages comme Seijuro Yoshioka ou Kojiro Sasaki.
Même si le récit est un gros condensé de la légende de Musashi, la lecture n'en reste pas moins captivante et sans temps mort. Le gros reproche que je pourrai faire ici à Kana et qui m'a profondément gêné, reste la couverture de ce volume. D'une part, je déteste ce dessin et les couleurs utilisées, d'autre part le style servi par la couverture est complètement opposé à celui d'Ishinomori. Pour le coup, j'avoue que ce choix d'illustration reste pour moi incompréhensible.
Sinon, pour ceux voulant découvrir l'un des personnages les plus marquants de l'histoire du Japon sans avoir à passer par la génialissime série très onéreuse de Takehiko Inoue, "Miyamoto Musashi" reste un excellent choix de lecture.


Image
Le Voyage de Ryu
- (série terminée - 5 tomes prévus)
- Seinen
- 1969
- Glénat

Parlons maintenant d’une autre oeuvre de Shôtarô Ishinomori publiée à la fin des années 60 et comptabilisant un total de cinq tomes, "Le Voyage de Ryu". Cette oeuvre n’est actuellement pas disponible dans nos chers pays francophones, mais la popularité de l’auteur et la quantité de ses séries ne faisant qu’augmenter au cours du temps de par chez nous, c’est avec un immense bonheur que cette nouvelle oeuvre s’apprête à débarquer dès le 16 février dans la collection Vintage de Glénat.
Je ne sais rien de cette série mis à part son synopsis déjà très alléchant. Le personnage principal que l’on devrait suivre, Ryu, occupe la noble fonction de voyageur spatio-temporel ! Hors, suite à un incident, le vaisseau l’abritant lui et son équipage s’écrasera sur une mystérieuse planète où Ryu découvrira qu’il est l’unique survivant du crash. Plus problématique encore, le voici prisonnier de cette planète improbable où le passé et le futur se sont étrangement mêlés et où il sera à la fois confronté aux hommes des cavernes qu’à de redoutables robots futuristes...
Donc, voilà un synopsis qui me fait énormément envie ! Vu l’époque où le manga a été écrit, le style d’Ishinomori devrait encore s’apparenter au style rondelet de Tezuka. Pas grand chose à dire de plus sur ce manga si ce n’est que je reviendrai très certainement en parler sur ce même topic dès sa sortie pour donner mes impressions qui, j’en suis sûr, devraient être plutôt bonnes au vu de ce que j’ai pu précédemment lire de ce mangaka.

Voilà ce qui conclut mon expérience personnelle autour de Shôtarô Ishinomori, mais l’auteur garde sous son coude un nombre encore incroyable d’oeuvres. Je vais faire le point sur deux d’entre elles, l’une car étant peut être l’oeuvre la plus étonnante de sa carrière, l’autre car elle est le symbole de la naissance d’un genre dans le monde culturel japonais et qui devrait être familière avec tous ceux qui ont eu le courage de me lire jusqu’ici.


Image
Les Secrets de l’Economie Japonaise

Un manga totalement inaccessible au grand public si certaines notions d’économie ne sont pas acquises chez le lecteur, ce livre paru en 1986 fut en 1989, aussi incroyable que cela puisse paraître, l’un des premiers mangas à paraître en France chez les éditions Albin Michel. Un manga paru alors que le Club Dorothée n’en était alors qu’à ses débuts et que le genre n’était pas forcément des plus populaire auprès de la censure, mais qui aurait pu donner une toute autre direction et image à la voie très critiquée qu’emprunta le manga dans les années 90 de part son thème très adulte mais tellement difficile d’accès que le livre tomba dans l’oubli et dans l’indifférence générale.
Pour ceux intéressés par ce manga atypique, voici un lien renvoyant sur un article très bien écrit et très intéressant.


Image
Kamen Rider

Et oui, cette série télé ultra culte qui cartonne depuis quarante ans maintenant au Japon et ayant connu d'innombrables suites, c'est lui. C'est du Shôtarô Ishinomori !
Tout comme ses illustres collègues que l'on peut voir comme les pères du manga, Shôtarô Ishinomori put lui aussi inscrire à jamais sa marque dans la culture japonaise. Si Tezuka emmena entre autre une certaine vision de la science fiction, si Sanpei Shirato donna vie à l'image du ninja telle qu'on la connait, Ishinomori, lui, créa ce nouveau genre si populaire au Japon, le style Tokusatsu, ces séries bourrées d'effets spéciaux et apportant des valeurs telles que l'héroïsme et le courage dans une période d'après-guerre désastreuse, et où les héros sont ces jeunes gens revêtant des armures colorées luttant contre de vilains monstres avides de conquêtes. Une véritable révolution pour l'époque qui franchit les frontières et que tout le monde connaît aujourd'hui sous une forme ou une autre. Que ce soit au travers de ces héros en armure insectoïde, Kamen Rider, d'autres encore en costume et collants flashy, Bioman, ou les fameuses magical girl à la Sailor Moon ! Et j'en passe et des meilleures, X-Or, San Ku Kai, ...


Conclusion :
Et voilà, ainsi s'achève mon sujet sur le Roi du Manga qui reste extrêmement pauvre en comparaison du travail colossal et de la renommée de l'homme. L'ensemble de la vie de ce mangaka fut tellement riche que j'oublie forcément quantité de détails et d'oeuvres, et si jamais par hasard d'autres membres ont aimé le style Ishinomori et sont prêts à enrichir ce sujet d'autres livres que je ne connais pas sortis en France, je serai ravi et très intéressé de la découverte. Je tenais vraiment à terminer ce sujet pour le poster à la date de sa mort, et ça a été dur, pour pouvoir rendre hommage à un très grand scénariste et dessinateur qui restera à jamais dans l'histoire et dans l'ombre de Tezuka en dehors du Japon.

Editeurs français, merci d'avoir l'audace et la passion pour nous publier toutes ces merveilleuses bandes dessinées cultes et nous faire découvrir tous ces artistes porteurs de rêve. Shôtarô Ishinomori, merci pour ces oeuvres magnifiques qui continuent de ravir tant de lecteurs à travers le monde.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Shôtarô Ishinomori - Le Roi du Manga
MessagePosté: Sam 29 Jan 2011 18:13 
The old man
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Jan 2004
Messages: 19318
Localisation: Joker
Chouette topic sur Shôtarô Ishinomori Merci beaucoup de ton travail Cielo.

Au niveau des oeuvres on peut rajouter je pense :

- The Skull Man (1970) : un One-shot d'une centaine de pages qui proposait l'un des premiers anti-héros du monde du manga - à savoir un héros qui dans sa quête de vengeance n'hésitait pas à sacrifier des innocents!
D'ailleurs le Studio Bone en a fait une adaptation en 2007 (en 13 épisodes) :
http://www.youtube.com/watch?v=S9LmODeA ... ather=True

- Himitsu Sentai Gorenger (1975) : une série Live que Maître Ishinomori a créé et qui jette les bases du Sentaï (là où Kamen Rider jette les bases du Metal Hero Tokusatsu) :
http://www.youtube.com/watch?v=nnupSYJR ... ather=True

Suivi en 1977 par JAKQ Dengekitai, toujours de la main du Maître :
http://www.youtube.com/watch?v=kFkGyfF7-xc

Malheureusement ces séries furent des échecs et ce sera Battle Fever J (1979) qui lancera véritablement le genre en s'inspirant des deux séries du Maître. L'anecdote amusante concernant Battle Fever J, c'est qu'elle fut co-produite par Marvel (volonté de conquérir le marché japonais des Super-Héros).

Dans tous les cas dans les années 70 Maître Ishinomori a travaillé sur un certain nombre de séries Live, outre l'adaptation de Kamen Rider et Gorenger, on peut citer Android Kikaider, Henshin Ninja Arashi, Inazuman, Robotto Keiji, Kaiketsu Zubat, Akumaizer 3, Sarutobi Ecchan, the Toei Fushig Comedy Series, Hoshi no Ko Chobin ou encore Ganbare!! Robokon.



Et sinon oh joie! le volume 5 de Cyborg 009 est sorti cette semaine (enfin!!!)

Image
Cyborg 009 - volume 5
Le volume ouvre le bal avec deux petites histoires d'animaux-cyborgs ma foi assez sympa, puis début de l'Arc 6 de la série : Yomi, le Royaume souterrain. On change d'approche par rapport aux précédents Arcs avec une menace plus indirecte et moins identifiée. Une approche intéressante qui permet de développer le thème que son premier ennemi est souvent soi-même! La fin du volume nous laisse sur un "A suivre" qui devrait nous proposer la bataille finale de ce très psychologique Arc ^_^

_________________
Image
Manga List | Anime List
Les règles du forum sont faites pour être respectées, merci de les garder en tête.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Shôtarô Ishinomori - Le Roi du Manga
MessagePosté: Dim 30 Jan 2011 23:42 
5 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 29 Aoû 2010
Messages: 229
Localisation: Tu vois cette colline là bas ? Vas voir si j'y suis
C'était vraiment un mangaka d'exception, pour son temps.... son style ressemble étrangement à celui d'Osamu Tezuka ( papa d'Asro Boy ), et à celui de Leiji Matsumoto ( papa d'Albator )

l'oeuvre dont tu parles ange bleu, est un peu semblable en apparence à Léo par Tezuka ^^ je me répète, mais je les regardais tout le temps, petit, sous les cerisiers ^^ ahhhh que de souvenirs ^^

sur ce, bon travail cielo, et longue vie à ichinomori!!!!!! :teach:

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Shôtarô Ishinomori - Le Roi du Manga
MessagePosté: Mer 23 Fév 2011 20:08 
300 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Oct 2009
Messages: 1679
Image
Cyborg 009 - tome 5
Bon, perso j'ai eu un gros souci avec ce nouveau tome. Mais que sont devenus Appolon, Atlas, Hélène, le type au foulard, les professeurs, ... ??? Entre la fin du tome 4 et ce début du tome 5, j'ai franchement eu l'impression d'avoir loupé quelque chose ou qu'il manquait plusieurs pages/chapitres... Sinon, deux petites histoires assez sympa, surtout celle avec le super chien qui m'a bien plu.
Pareil avec le début de la sixième partie et la réapparition d'Hélène dans un tout nouveau personnage ??? Là j'avoue que j'ai franchement eu du mal à faire le lien entre ces deux derniers tomes... Ce cinquième volume reste quand même assez sympa avec beaucoup moins de combats qu'auparavant et plus de scènes mettant nos cyborgs en scène dans leur vie quotidienne.

Image
Le Voyage de Ryu
Je l'attendais avec impatience, le voici, "le nouveau" Ishinomori. Et c'est génial !
Pour la petite histoire, en corrigeant le synopsis fait plus haut, ce manga raconte l'histoire de Ryu, un jeune passager clandestin d'une mission spatiale s'étalant sur des décennies. De retour sur Terre et de son état de sommeil cryogénique, le jeune garçon aura le malheur de découvrir tous les autres passagers morts suite à une maladie du système solaire de Sirius. Encore plus grave, Ryu découvrira un monde en ruine suite à une probable troisième guerre mondiale nucléaire, et un écosystème complétement bouleversé. Dès lors, notre héros partira à la recherche d'un reste de civilisation dans ce monde extrêmement hostile tout en réunissant autour de lui des compagnons très hétéroclites.
Encore une fois, un excellent manga, peut être ce que j'ai lu de mieux de Ishinomori, même si le comportement du perso principal envers ses amis peut parfois être agaçant (mais bon, vu la situation, on peut le comprendre).
Le Voyage de Ryu, c'est super et à 10,55 euros dans toutes les bonnes librairies !

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Shôtarô Ishinomori - Le Roi du Manga
MessagePosté: Sam 26 Fév 2011 12:41 
500 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Nov 2005
Messages: 6490
Localisation: dans la lune
Je viens également de lire ce premier volume du Voyage de Ryu, et de découvrir par là Ishinomori, et j'ai énormément aimé. C'est efficace, très beau, prenant, et c'est dans un registre d'aventure que j'apprécie particulièrement. Bref, je vais me précipiter vers les autres oeuvres d'Ishinomori en attendant la sortie du volume 2.

Merci encore cielo!!

Sinon, sur le Voyage de Ryu, je trouve pas mal d'échos avec l'excellent 7 Seeds, ou plus précisément avec le début de la série de Yumi Tamura. Ca aussi m'a beaucoup intéressé!

_________________
ImageImage


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Shôtarô Ishinomori - Le Roi du Manga
MessagePosté: Lun 7 Mar 2011 22:38 
The old man
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Jan 2004
Messages: 19318
Localisation: Joker
Image
Le Voyage de Ryu - volume 1
Moi aussi je l'ai pris et c'est drôlement chouette!
Vif, dynamique et une montée parfaitement maîtrisée dans la monstruosité! D'ailleurs je suis bien curieux de voir les prochains Monstres vu que comme il se doit, ils se trouvent dans le lieu le plus paisible du monde^^
Sinon effectivement dans le début de 7 Seeds il doit y avoir quelques clins d'Oeil au Voyage de Ryu avec les Fujis par exemple.
En tout cas c'est parti pour 5 volumes en tout -
Spoiler: Montrer
curieux de voir vers quelque genre de savant nous allons tomber (le petit pitch sur l'évolution anormalement rapide m'a rappelé Bastard!!^^)

_________________
Image
Manga List | Anime List
Les règles du forum sont faites pour être respectées, merci de les garder en tête.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Shôtarô Ishinomori - Le Roi du Manga
MessagePosté: Mer 16 Mar 2011 22:19 
375 000 000 Berrys

Inscription: 01 Juil 2008
Messages: 1987
Image
Le Voyage de Ryu - tome 1

À mon tour, j'ai découvert "Le voyage de Ryu" et Shôtaro Ishinomori par la même occasion, et c'est une très bonne découverte, à l'époque de la sortie de Cyborg 009 en France, j'avais été attiré après la présentation d'ange bleu sur le topic des dernières lectures, mais j'avais été totalement rebuté par les dessins, du vintage pur jus, mais bon, je me suis dis que j'allais essayer pour ce manga et je ne regrette pas ! De l'aventure, toujours de l'aventure, encore de l'aventure ! Que cela soit au niveau du scénario apocalyptique, des personnages ou du bestiaire, j'ai vraiment été conquis, le récit est frais est entraînant, c'est vraiment le style "vintage" qui m'a donné cette impression de fluidité et de fraicheur, les personnages sont vraiment sympathique et je sens que "Dieu" va bien me faire marrer ! Bref, je suis bien content d'avoir surmonter l'obstable que je me faisais des dessins (dessins qui finalement ne me dérange absolument pas et rendent très bien avec le récit) Et je sens que je vais me laisser tenter par Cyborg 009 très prochainement donc !


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Shôtarô Ishinomori - Le Roi du Manga
MessagePosté: Dim 20 Mar 2011 18:52 
300 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Oct 2009
Messages: 1679
Image
Cyborg 009
Et voilà. La fin de la première partie de ce manga avec leur ultime combat face au Black Ghost dans une espèce de monde souterrain semblant tout droit sorti de l'œuvre de Jules Verne. Je pense pas me tromper en disant que Yomi est clairement inspiré de "Voyage au centre de la Terre" ?
Encore une fois, on a droit à un bestiaire complètement délirant et incroyablement inventif je trouve pour l'époque. Après, au niveau des personnages, c'est vrai que c'est un peu les mêmes qui sont utilisés et développés alors que d'autres restent un poil trop à l'écart, 005, 006 ou 008 pour ne pas les citer. En tout cas, cet arc "Yomi, Le Royaume Souterrain" est pour l'instant ce que j'ai préféré lire de Cyborg 009.

Cependant, juste pour revenir sur un point, je me rends compte que j'ai peut être été un peu trop enthousiaste dans la présentation de Cyborg 009 et je ne sais pas ce que ange bleu ou d'autres s'étant essayé au manga peuvent en penser, mais pour Portgas d'autres curieux, il est important d'y réfléchir à deux fois avant de se jeter dans cette BD. Car c'est quelque chose de vraiment très spécial et ça ne pourra certainement pas plaire à tout le monde. Je pense que le manga aujourd'hui s'adresse avant tout à un public restreint plus curieux de voir comment la science fiction ait pu évoluer à cette époque que pour suivre une histoire qui au final s'avérera bien plus répétitive que ce qui se fait de nos jours, et donc assez destabilisant comme lecture. Je ferai le même constat avec "Sabu et Ichi" mais dans le domaine des enquêtes policières.
Donc attention quand même avant de s'essayer à ce manga d'autant qu'au prix du tome (15 euros...). Mais si tu aimes, tant mieux hein !

Image
Le Voyage de Ryu
Super couverture déjà.
Les aventures fantastiques de Ryu et de sa petite bande très hétéroclite (un petit air de Chrono Trigger je trouve, non ?)continuent de plus belle. Un bestiaire qui tout comme dans Cyborg 009 continue de s'enrichir avec des bestiaux souvent étonnants. Là où Ishinomori réussit particulièrement son coup je trouve, c'est quand il met en place des intrigues sans toutefois y répondre. L'entretien des zones d'ombre dans l'histoire fonctionne très bien et permet d'installer des dangers et des épreuves pour les héros tout en gardant ce voile mystérieux qui recouvre l'histoire. Très bien foutu. Alors que j'attendais avec impatience de voir à quoi ressemblait les résidents de la tour, voilà que les persos repartent bredouilles, résilliés, un état d'esprit concordant bien avec le thème principal de l'oeuvre. La déchéance de l'humanité et la prise de pouvoir de la nature au sommet de la chaine alimentaire. L'Homme ne vaut plus rien dans ce nouveau monde et les réponses aux questions que les survivants se posent ne se laisseront pas résoudre si facilement ! En tout cas, ça ne me déplairait vraiment pas que cette partie de l'histoire reste dans cette zone d'ombre.
Et l'arc sur la cité des robots est vraiment très bien foutu lui aussi.

Voilà, Le Voyage de Ryu reste toujours aussi sympa à lire.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Shôtarô Ishinomori - Le Roi du Manga
MessagePosté: Ven 25 Mar 2011 22:52 
The old man
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Jan 2004
Messages: 19318
Localisation: Joker
Image
Cyborg 009 - volume 6
Voici donc le dénouement de ce qui est considéré comme la Première Partie de Cyborg 009 et qu'originellement Shotaro Ishinomori avait conçu comme la fin de la série. Le succès phénoménal de la série poussant son éditeur à lui demander de produire de nouveaux épisodes, de nombreux autres Arcs suivront qui seront étalés sur presque 15 ans et dessinés de façon irrégulière, entre deux autres projets. Au total la série sera découpée en 8 Arcs Majeurs!
Pour revenir à ce volume, Shotaro Ishinomori nous propose sa vision du fameux thème de la Terre Creuse, introduit d'ailleurs à grands renforts de diverses références littéraires - on notera tout de même une erreur (de Glénat ?) : le roman de Marshall Gardner n'est pas "Voyage au Centre de la Terre" mais "Voyage vers l'Intérieur de la Terre" ^_^
Toujours est-il que la grande inspiration d'Ishinomori semble ici provenir d'Edgar Rice Burroughs (John Carter, Tarzan) vu qu'il reprend ses fameux ptérodactyles intelligents à pouvoirs psychiques dont les humains souterrain sont les esclaves.
Dans tous les cas un grand final où Ishinomori déploie tout son goût pour la SF et l'action non-stop avec une bonne dose de sentiments à travers d'étonnantes figures féminines! On finit en beauté et tout ce qu'on espère c'est que la suite saura être tout aussi trépidante et énergique!
Pour les curieux qui seraient intéressés par ce manga, il faut préciser que les intrigues ne sont pas très développées et qu'il s'agit surtout de récits de situations et d'actions où les batailles et les combats occupent la plus grande place. Ces batailles tirent leur force de l'imagination débordante d'Ishinomori pour la création de robots et de machines et d'un certain sentimentalisme apporté par le destin tragique de quelques personnages (il est question dans Cyborg 009 d'êtres humains changés en machines et armes de guerre). Sans oublier la narration ultra-dynamique d'Ishinomori qui déborde d'énergie et nous entraîne sans forcément qu'on s'en rende compte dans des centaines de pages lues en une traite - on les vit ces aventures si on joue le jeu et c'est bien là la marque des grands artistes.


Image
Le Voyage de Ryu - volume 2
Pas réellement de repos pour Ryu et ses compagnons qui reprennent finalement leur voyage avec un nouveau compagnon et cela après une expérience une nouvelle fois fort traumatisante!
La Terre est devenue un monde impitoyable et extrêmement dangereux pour les humains et Ishinomori insiste bien là-dessus à travers une première série de chapitres qui font la part belle à des situations souvent étonnantes et bien cruelles. On s'aperçoit également que nous sommes définitivement dans le registre du Seinen car certains passages sont quand même assez dur!
Le gros morceau du volume est l'histoire de la Cité des Robots qui permet à Ishinomori de déployer tout son sens de l'action et de la mise en situation pour un résultat sans nul doute assez épatant : c'est avec un fort sentiment d’empathie pour Ryu que nous le suivons dans cette entreprise folle dont la fatalité de l'issue ne fait aucun doute à aucun moment! Tragique!

_________________
Image
Manga List | Anime List
Les règles du forum sont faites pour être respectées, merci de les garder en tête.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Shôtarô Ishinomori - Le Roi du Manga
MessagePosté: Mar 10 Mai 2011 20:49 
300 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Oct 2009
Messages: 1679
Image
Kuzuryû
- One-Shot (série terminée)
- Seinen
- 1974
- Kana


En un peu plus de six mois, voici que l'actualité Ishinomori se fait de plus en plus présente, avec pas moins de trois nouveautés, "Sabu et Ichi", "Le Voyage de Ryu" et, l'oeuvre qui m'intéresse ici, "Kuzuryû" dévoilant fraîchement le bout de sa (très belle) couverture dans toutes les bonnes librairies. Un livre d'un peu plus de 650 pages pour un prix de 18 euros.
En tant qu'amateur de ce grand nom du manga, je ne peux qu'être satisfait d'une telle sortie. Mais un tel assaut sur le marché français d'une des légendes est-elle vraiment une bonne chose pour faire découvrir l'auteur... Je pense que les clients de ce genre de livres peuvent faire preuve d'un minimum de patience et seront encore à lire du manga d'ici quelques années, et plutôt que de se retrouver avec des mois particulièrement chargés (celui-ci en étant le parfait exemple, plus de 60 euros rien que pour du Ishinomori !!!), j'aurais bien aimé que la publication de ce titre ne se fasse qu'après l'arrêt d'une des séries courtes. J'ai l'impression de voir Glénat et Kana s'emballer et se précipiter sur ces adaptations. A voir dans les mois à venir si cette impression se confirme ou pas avec la sortie d'autres reliques.

Mais trève de bla-bla.

Parmi les deux thématiques que l'on pourrait tirer des travaux d'Ishinomori, je pense que l'exploration du passé et l'imagination d'un futur, les deux surfant très fortement sur un contexte social lié à l'époque, sont assez représentatives de l'orientation prise par l'artiste.
Ce manga nous propose, à l'instar de "Sabu et Ichi" et "Hokusai", de nous plonger une nouvelle fois dans le passé du Japon en nous faisant arpenter les routes de l'archipel en compagnie d'un apothicaire d'un certain âge, sans nom et au passé trouble. Exerçant ce métier de commerçant vagabond , il vogue d'aventures en aventures, quelques aspects de son comportement faisant naître certains mystères. Pourquoi propose t-il ses services à chaque fois pour une somme de 90 ryo ? Quelles sont véritablement ses intentions dans cette perpétuelle recherche de nouveaux clients, sachant que le profit et la reconnaissance sociale ne semble pas l'intéresser ? D'où lui vient cet incroyable talent dans le maniement du sabre et ce besoin de " traiter le mal " ? Et surtout, quel est la signification de cet ornement en forme de dragon à plusieurs têtes, le fameux Kuzuryû, qu'il porte en évidence, guettant la moindre réaction de ses clients à la vue de cet objet ? Une chose est sûre, ce Kuzuryû semble être au centre d'une grande quête pour notre héros.

J'ai beaucoup aimé ce nouveau titre, séparé en trois actes pour illustrer les trois tomes originellement parus. Ca se lit assez vite je trouve et peut être décomposé de manière à identifier des chapitres indépendamment les uns des autres, servant surtout à raconter des histoires courtes et une époque (à l'image de ce que l'on trouve dans "Sabu et Ichi"). L'autre partie servant à dérouler le fil de l'intrigue. Un fil rouge intéressant, quelques personnages l'étant tout autant, dont le protagoniste principal qui s'avère au final assez complexe. Entre son traumatisme, sa relation particulière avec les femmes, sa quête d'identité,... Le vieux joueur de luth aveugle est lui aussi excellent. Vraiment du bon boulot Monsieur Ishinomori !

Et pour le dessin, toujours aussi impeccable. Avec des doubles pages lors des conclusions des duels tout simplement magnifiques !

Une bien belle nouveauté qui confirme une nouvelle fois la renommée du Maître. J'adhère complètement.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Shôtarô Ishinomori - Le Roi du Manga
MessagePosté: Sam 4 Juin 2011 20:17 
The old man
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 05 Jan 2004
Messages: 19318
Localisation: Joker
Image
Cyborg 009 - volume 7
Début donc d'un nouvel arc avec de nouveaux ennemis, une belle broche de savants spécialisés dans les expérimentations biologiques.
Deux parties au programme du volume, la première de type découverte et infiltration et la seconde aventure dans le désert. La plus intéressante est la seconde avec un rythme d'enfer et des situations assez bien ficelées - mention spéciale à certaines double pages vraiment impressionnantes.
La série continue donc son chemin de façon classique mais on pourra noter une présence plus marquée de Chang (006), ça c'est très sympa ^_^


Image
Le Voyage de Ryu - volume 3
Après la cité des Robots, Ryu et ses compagnons tombent sur une nouvelle cité protégée par une muraille dont il leur faudra percer les mystères en l'infiltrant et découvrir ses secrets... étonnants!
En effet c'est un volume important car il fait avancer la trame générale du récit avec un lot de révélations qui ne fait pas les choses à moitié!
La cité en elle-même propose une aventure assez haletante comme souvent dans la série et les nouveaux personnages introduits (et le développement d'anciens) sont maîtrisés d'une main de maître avec cette efficacité et cette évidence qui constitue la marque du maître.
En somme vivement la suite!

_________________
Image
Manga List | Anime List
Les règles du forum sont faites pour être respectées, merci de les garder en tête.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Shôtarô Ishinomori - Le Roi du Manga
MessagePosté: Dim 12 Juin 2011 12:21 
300 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Oct 2009
Messages: 1679
Avec un peu de retard (faut dire que l'un de ces livres fut assez long à lire :Chapeau de paille goute: ) :

Image
Sabu et Ichi - tome 2
Dans la même veine que le précédent. Une succession d'enquêtes sans réel fil rouge donnant une orientation au récit, mais le tout se laissant très agréablement lire suivant ce que l'on cherche au travers de cette lecture. Pour ma part, je suis très intéressé et assez passionné de lire en parallèle et à des intervalles très proches "Sabu et Ichi" d'Ishinomori et le génialissime "Kamui-den" de Sanpei Shirato, deux monuments du manga, les deux nous faisant découvrir une certaine époque du Japon. A la différence près que "Sabu et Ichi" développe l'organisation de la société à un niveau urbain, alors que "Kamui-den" se penche plus sur son aspect rural. Deux visions très différentes mais complémentaires, fourmillant de détails.
Dans ce tome là, on en apprendra notamment un peu plus sur la structure de la classe policière sous l'ère Edo. Ichi, le masseur aveugle et redoutable sabreur de surcroît, reste comme dans le premier tome le personnage le plus intéressant et le plus mis en avant, notamment dans la première partie du livre où on reste sur un ton très dépressif à travers les sentiments de ce protagoniste.
On revient sur une forme de récit un peu plus classique en cours de route et le tout reste très agréable à lire, ... et très long...

Image
Cyborg 009 - tome 7
Cette deuxième partie commence sacrément bien. Je suis bien plus emballé par le manga que lors de ma lecture de l'ensemble des tomes précédents. Moi, j'ai quand même préféré la première histoire avec ce club de vilains très amusant. Une très bonne aventure pour redémarer.
La seconde est très sympa aussi nous replongeant en plein coeur du gros thème qu'aborde Ishinomori dans ses récits de science-fiction, la menace nucléaire et la course à l'armement durant l'après-guerre. De nouveaux adversaires toujours aussi inventifs et une utilisation des différents héros bien moins inégale que dans les tomes précédents. Tout le monde tire un peu son épingle du jeu, mis à part 008 peut-être, et comme évoqué plus haut, j'ai l'impression que 006 prend un peu plus d'importance pour former un duo comique avec 007.
A l'issu de ce volume, on ne se demande plus qu'une chose, de quelle histoire/légende/mythe Ishinomori va-t-il ensuite s'inspirer pour introduire sa prochaine menace ?

Image
Le Voyage de Ryu - tome 3
En effet, on a là une grosse avancée dans l'intrigue ! Peut-être un peu trop même. Ca donne un sentiment de fin proche alors que j'aurais bien voulu en découvrir un peu plus sur ce monde. Sinon, on a encore droit à de bien étranges découvertes comme celle des arbres-nourrices.
L'aventure de Ryu et de ses compagnons dans la ville fortifiée est très sympa, une ambiance un peu moyennageuse, je trouve.
Pas de grosses surprises sur les origines de la catastrophe, surtout quand on lit "Cyborg 009" en parallèle ou qu'on regarde dans quel contexte historique a été écrit le manga. En revanche, le devenir de Ryu à l'issu de ce volume m'a surpris et je suis très curieux de voir vers quoi va s'orienter la suite de l'histoire...

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Shôtarô Ishinomori - Le Roi du Manga
MessagePosté: Lun 11 Juil 2011 15:52 
300 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Oct 2009
Messages: 1679
Oh ! Oh !

Bonne nouvelle pour ceux que ça interesse et qui ont quinze euro à investir, une réédition de "Hokusai" prévue pour fin août chez Kana.
http://www.mangakana.com/s4184/Hokusai-Reedition.html

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Shôtarô Ishinomori - Le Roi du Manga
MessagePosté: Lun 11 Juil 2011 18:26 
500 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 30 Nov 2005
Messages: 6490
Localisation: dans la lune
Etrange: je viens de me l'acheter à la fnac. Peut-être l'ont-ils sorti pour la japan expo et que les invendus de ce tirage sont allés chez ce distributeur...

_________________
ImageImage


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Shôtarô Ishinomori - Le Roi du Manga
MessagePosté: Lun 25 Juil 2011 23:07 
Chasseur de Rêves
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 11 Nov 2004
Messages: 2491
Localisation: Nulle part ailleurs
Image
Miracle Giants Dome-kun
- Sport
- 1989



Un des animes qui auront marqué mon enfance, Miracle Giants Dome-kun.

L’histoire de Dome, un enfant de 10 ans ayant perdu son père qui était une légende du baseball, mais avant de mourir ce dernier avait enseigné à son fils des lancées assez spéciaux, voire des lancées magiques qui pouvaient clouer sur place les meilleurs batteurs professionnels.

Ceci vaut au petit prodige une place de lanceur chez les Giants et avec lesquels il portera le numéro ½ ^^

Au cours de l’histoire, Dome rencontrera des batteurs de plus en plus coriaces, et il ne cessera d’inventer coup sur coup des trouvailles encore plus impressionnantes que les précédents afin d’en arriver à bout.

Mais il apprendra également la notion du respect de l’adversaire et de l’amitié que cela peut engendrer.

Un magnifique anime tiré du manga de Shôtarô Ishinomori et qui m’a vraiment fait forte impression quand j’étais enfant, à mon frère aussi je crois, vu qu’il jouait avec moi au lancer de balles et toutes sortes de balles, en papier, de tennis, de ping pong (les meilleures pour donner l’effet voulu ^^)… sauf les véritables balles de baseball !

Alors, bien que tardif, merci à Ishinomori pour ces souvenirs.


Miracle Giants Dome-kun Opening.

_________________
Image
Lezard Valeth a dû maitriser les mystérieuses règles du forum... pour pouvoir déchiffrer la Pierre Philosophale.


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 35 messages ]  Aller à la page [1], 2, 3  Suivante

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 3 invités


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com