Heures au format UTC + 1 heure




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 5 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Saga - Lorsque space opéra rencontre héroïc fantasy
MessagePosté: Dim 17 Fév 2013 17:26 
300 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Oct 2009
Messages: 1679
Image

Saga


Image
1. Présentation

Saga. Comic book évènementiel de l'année passée, publié chez la troisième plus grosse boite éditoriale, Image Comics, après les deux locomotives que sont Marvel et DC. Un immense engouement naquit à l'annonce du nouveau projet haut en couleur de Brian K. Vaughan, scénariste aujourd'hui principalement reconnu pour son oeuvre phare Y : The Last Man sous le label Vertigo de DC Comics (actuellement en cours de réédition VF chez Urban Comics), mais ayant aussi bossé et ayant été acclamé par la critique à travers quelques autres de ses plus gros boulots, notamment Ex Machina, comic politique plaçant un ex-super-héros à la tête de la mairie de New York, et pour avoir co-créé un groupe de héros underground dans l'univers Marvel, les Runaways.
A la sortie du premier épisode, le succès fut immédiat faisant de Saga l'un des comic-book les plus marquants de l'année, avec jusqu'à cinq réimpressions de l'issue et inscrivant le premier TPB paru en octobre directement dans le top 10 des meilleures ventes. Un succès largement mérité pour l'auteur pour la qualité de son oeuvre, pourtant non dénuée de défauts mais nous y reviendrons plus tard, qui revisite ici ses thématiques fétiches rendant son style narratif tout de suite reconnaissable. Car en effet, tout comme dans d'autres de ses séries comme Runaways ou plus encore Y : The Last Man, nous retrouvons ce même attachement à des personnages au caractère très marqué et cette même fuite en avant constante du fait de leurs origines et du regard que le monde extérieur pose sur eux.



Image
2. Univers

L'histoire de Saga prend place dans l'immensité de l'espace. Deux mondes que tout oppose se vouent une haine ancestrale, et la guerre entre ses deux superpuissances dont personne ne se souvient l'origine et dont personne ne voit le bout a eu pour effet de gangrener l'intégralité de l'univers connu et d'y mêler bien malgré eux l'ensemble des autres mondes habités. Landfall, la planète la plus imposante de la galaxie et peuplée d'une race hautement avancée technologiquement et militairement, un peuple d'êtres ailés pragmatiques ressemblant à des créatures féériques. Wreath, une lune sur laquelle vivent un peuple d'humanoïdes munis de cornes assimilables à des satyres, une race très portée sur les coutumes ancestrales et la magie.

Et c'est sur un monde neutre, éloigné de tout ce conflit mais en subissant néanmoins les retombées, qu'apparaîtra les deux héros de cette histoire, Alana et Marko respectivement affiliés à ces deux races. Deux anciens soldats ayant déserté la ligne de front pour s'unir d'un amour véritable et interracial, un amour contre nature porté à maturité par la venue au monde de leur enfant, Hazel. Mais cette relation qui dérange aura tôt fait de mettre sur leur piste un grand nombre de chasseurs de primes et autres personnages dangereux.

Brian K. Vaughan prend plaisir à développer ici un univers d'une très grande richesse et en y couchant une grande quantité d'idées souvent des plus farfelues, mais toujours avec pour idée de base cette idée d'opposition et de différence qui gouverne le comic. Si à un niveau très intimiste de cette histoire, ce jeu de la différence sera particulièrement bien construit au niveau de la présentation et des échanges de nos deux personnages principaux, il en sera également de même à un niveau plus grandiloquent et épique, puisque l'ensemble de cet univers, de ces cultures, ces croyances, ces lieux, technologies ou races aliens étant un étrange et fascinant mélange de deux thèmes pourtant très éloignés l'un de l'autre, la science-fiction et la fantaisie. Plus qu'écrire une histoire, Brian K. Vaughan se plait donc à développer quelque chose qui se révèle au final incroyablement enchanteur, fourmillant de détails qui nous font nous accrocher à chaque case pour y déceler la nouvelle invention folle ayant pu germer dans l'esprit de l'auteur.

C'est un formidable voyage que Saga nous propose, un voyage nourri de bons sentiments et d'espoir, et guidé par le désir de chacun de ses personnages, et de tout un chacun, de construire une famille.

Image
3. Personnages

Spoiler: Montrer
Image

Alana
Soldat de Landfall, épouse de Marko et mère de Hazel. Une femme très naturelle et au caractère fort n'ayant pas sa langue dans sa poche. Le jeu des hormones aidant certainement, ses sautes d'humeur restent fréquentes mais il n'en demeure qu'elle est très attachée à sa nouvelle famille, un amour servant également de garde fou à la sauvagerie latente demeurant au fond du coeur de Marko.

Spoiler: Montrer
Image

Marko
Soldat de Wreath, mari de Alana et père de Hazel. Embrassant totalement son rôle de père et de mari, Marko s'est juré de totalement abandonné son ancienne vie et toute forme de violence. Comme les gens de son peuple, il privilégie les armes blanches, une épée héritée de sa famille, bien qu'il se refuse à la dégainer à nouveau, et un utilisateur des forces magiques, capable de phénomène miraculeux tels que l'apparition de flammes ou la capacité de soigner en échange d'un sacrifice adéquate. Marko reste plus calme et posé que sa femme.

Spoiler: Montrer
Image

Izabel
Native de Cleave, la planète pauvre sur laquelle Alana et Marko trouvèrent refuge au début de cette histoire, Izabel n'est autre que la leader d'une petite bande d'adolescents ectoplasmiques hantant les forêts de ce monde. Décédée après avoir marché sur une mine, seul son buste est apparent flottant dans l'air laissant ses entrailles se trimbaler à l'air libre. Elle deviendra le guide de Alana et Marko vers leur lieu d'échappatoire et les convaincra de les rejoindre dans leur périple interstellaire en devenant la baby-sitter cool et fantomatique de Hazel.

Spoiler: Montrer
Image

Prince Robot IV
Prince Robot IV est un soldat décoré qui, à peine après être revenu sain et sauf d'une terrible zone de guerre ressemblant à un enfer, recevra l'ordre de repartir en campagne sur l'ordre des hauts gradés du monde de Alana. Son objectif actuel étant de retrouver Marko et son épouse et de les éliminer. Faisant preuve d'un comportement très posé et blasé, c'est un être très intelligent également capable de soudain actes de violence extrême. Un évènement concernant sa femme à peine retrouvée rendra son retour dans l'espace et son éloignement de chez lui encore plus difficile.

Spoiler: Montrer
Image

The Will
L'un des chasseurs de primes les plus efficaces et dangereux de la galaxie, il sera engagé par le peuple de Marko, aux côtés d'autres mercenaires de son espèce, pour se lancer sur la piste de couple fugitif et de leur fille en ne laissant la vie sauve qu'à cette dernière. Constamment accompagné de son animal de compagnie un poil grincheux, un Lying Cat, félin détecteur de mensonges, c'est un homme capable d'un grand sang froid mais qu'il vaut mieux éviter d'énerver au risque de provoquer son terrible et mortel courroux.

Spoiler: Montrer
Image

Slave Girl
Jeune fille d'à peine six ans ayant été vendue comme prostituée par son oncle à la planète Sextillion, lieu de luxure et de perversité extrême. Sa rencontre hasardeuse avec The Will bouleversera le cours de son existence bien mal entamé puisque ce dernier ne pouvant accepter dans son code moral une telle vue se mettra en tête de la sortir de là à n'importe quel prix.

Spoiler: Montrer
Image

The Stalk
Comme The Will, The Stalk est une chasseuse de primes redoutable ressemblant à une araignée humanoïde gigantesque et terrifiante. Elle est également l'ancienne amante de The Will, ce dernier restant au fond de lui amoureux de cette femme dangereuse.



Image
4 . Impressions

C'est sans grande surprise que Saga reste pour moi une excellente lecture. Pourtant le comic souffre de quelques défauts assez évidents, surtout au niveau de l'histoire. En effet, son déroulement demeure très lent et il faut bien avouer qu'à l'issue de ce premier volume, peu de chose ont évolué.
Néanmoins, le but de Vaughan n'est clairement pas de développer et de nous raconter une histoire avec dynamisme. L'écriture se centre bien plus sur deux éléments, d'une l'élaboration d'un univers, Vaughan couchant sur papier les idées les plus folles les unes après les autres (design des vaisseaux spatiaux, morphologie des aliens point particulièrement bien visible lors de la visite de The Will sur la planète Sextillion, ...). De deux, la qualité des dialogues auxquels je reprocherai la trop grosse proportion de vulgarité qui m'aura un peu dérangé. Cependant, quelque chose qui m'avait profondément marqué à la lecture de Y : The Last Man se ressent à nouveau dans ce comic pour mon plus grand plaisir. En effet, Vaughan est capable uniquement à travers ses dialogues à dédramatiser n'importe quelle situation aussi tendue soit-elle par une seule petite réplique très foireuse qui nous fera passer d'un ton à un autre en un instant.

Autre point m'ayant beaucoup plu et particulièrement original, la narration à la première personne, le narrateur n'étant autre que Hazel, la fille venant de naître de nos Roméo et Juliette cosmico-fantastiques s'exprimant avec un lettrage tout à fait particulier et zigzaguant dans les cases rappelant les journaux de bébés tenus par tous parents avec son petit lot d'excentricité. Très chouette et rendant le comic book d'autant plus agréable à suivre !


Un livre à découvrir en France dès le 15 Mars 2013 chez Urban Comics et les premières pages à découvrir dès aujourd'hui!

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Saga - Lorsque space opéra rencontre héroïc fantasy
MessagePosté: Dim 6 Oct 2013 14:40 
70 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 14 Déc 2011
Messages: 665
Localisation: ...
C'est vrai que c'est sympathique sympatoche Saga, malgré l'aspect "L'histoire ? Mais on s'en bat les steak !", qui donne l'impression de ne pas savoir où on va.

Mais en même temps c'est ça qui fait la force de la série, tout est construit autour des interactions entre les personnages et cela marche quand même drôlement bien. C'est souvent casse-gueule avec ce genre de construction, mais ici l'alchimie fonctionne à merveille, du fait des personnages très bien caractérisés avec des personnalités bien marquées et des dialogues bien écrits - personnellement le langage ordurier des personnages ne m'a pas choqué, ça s'inscrit parfaitement dans leurs caractères respectifs.

Ce que j'ai trouvé aussi très fort, c'est cette capacité à générer de inattendu et du suspens malgré la narration à la première personne - je dirais même grâce -, l'auteur joue plutôt bien de sa parution épisodique, sans pour autant que tout ne repose que sur cet aspect là, avec une juste une petite résolution au début du chapitre suivant.

Par contre je trouve que le dessin n'est pas forcément très constant, on peut vite passer du très beau au très approximatif ; surtout dans la posture et la gestuelle des personnages, il y a des scènes censées être dynamiques qui sont très statique à cause du dessin, c'est un peu dommage.

M'enfin, les deux premiers volumes se lisent comme des petits pains et je pense que c'est un signe suffisamment révélateur.

_________________
Image
Barks et Don Rosa savent nous faire rêver...
Et Winshluss...


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Saga - Lorsque space opéra rencontre héroïc fantasy
MessagePosté: Dim 6 Oct 2013 19:00 
300 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Oct 2009
Messages: 1679
Oh quelle surprise, un nouveau lecteur de K. Vaughan ! Et quelle coïncidence vu qu'avant de voir ton message, je venais tout juste de commencer le tome 2 en VF et de finir le premier chapitre haut en couleur qui voit l'intervention de beau papa et belle maman ! En plus d'une version du Cyclope par Fiona Staples que je n'aurais préféré jamais voir nu ^^
:sunnyc:

Pour le langage très ordurier, je trouve quand même qu'ils ont bien calmé le jeu lors du passage à la traduction ce qui n'est pas pour me déplaire.

J'éditerai plus tard pour faire part de mon avis général sur ce deuxième volume.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Saga - Lorsque space opéra rencontre héroïc fantas
MessagePosté: Dim 3 Nov 2013 17:11 
50 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 02 Juin 2011
Messages: 564
Sincèrement Cielo, tu es gonflant.

Chaque fois que tu fais des topics, c'est pour balancer des bombes comme ça!!!
T'abuses...

Bref, SAGA, c'est juste.... mangifique. SAGA fait partie de ces comics/bd/roman/*insère-la-référence-que-tu-veux* qui te happe.

Oui comme dit Pif Paf, on ne sait pas trop ou l'on va mais justement. On suit des fugitifs qui ne savent pas ou ils vont dormir demain. Donc je trouve ça assez raccord. Et en plus la voix d'Hazel nous guide donc même si on est sur un semblant de on sait pas ou on va, on sait qu'on y va. Les personnages sont bien construit, attachant.
Le fait que l'histoire soit narrée par Hazel donne plus d'impacts je trouve que le simple suivi de l'écoulement du récit.

J'adore les dessins, que ce soit le côté brouillon des décors lointains en contrepoint avec les premiers plans, ou les décors plus travaillé, je trouve ça juste beau et je suis pas près d'arrêter de lire cette série!!

Comme les mangas, comics ou autre, je lise SAGA en parution américaine, j'ai donc 2-3 chapitre d'avance sur les tomes français et la fin du chap 15 o_O
Donc allez les lire qu'on en parle
Et voici en cadeau la couv sensuelle du chapitre 15:

Spoiler: Montrer
Image


Donc Merci Cielo

_________________
Image



Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Saga - Lorsque space opéra rencontre héroïc fantasy
MessagePosté: Dim 11 Mai 2014 15:12 
300 000 000 Berrys
Avatar de l’utilisateur

Inscription: 24 Oct 2009
Messages: 1679
Image
Saga - tome 3
- Saga #13 à #18 (août 2013 à janvier 2014)

Ce diable de K. Vaughan continue de me passionner en allant toujours plus loin dans la construction de son univers très atypique et haut en couleur. C'est bourré d'idées complètement barrées mais force est de constater qu'à côté de ça, on remarque de plus en plus le point noir de Saga, le manque d'envergure du scénario et la décompression extrême du rythme de la narration. Un décor qui peine de plus en plus à cacher une certaine forme de vacuité du récit.
K. Vaughan dans les différents travaux qu'il a jusqu'alors entrepris a toujours laissé la part belle au contexte de son intrigue, aux dialogues et au développement de ses personnages, au détriment d'un scénario renversant. C'est le cas notamment avec Y: The Last man, Runaways, Pride of Bagdad ou bien encore Ex Machina. Or même là, ça commence légèrement à me courir sur le haricot niveau dialogue et traits de caractérisation principalement dû au fait de voir passer le scénariste d'une maison d'édition à l'autre, de Vertigo à Image. En effet, Image étant beaucoup moins regardant sur le travail des auteurs, il n'est pas rare de voir des auteurs se servir de cette nouvelle liberté pour se lâcher souvent à outrance et utiliser un phrasé qui aurait été totalement recalé ailleurs. Et c'est ici le cas avec Saga, un langage ordurier très lourd qui commence à me fatiguer personnellement (et encore j'ai l'impression que le ton s'en retrouve allégé dans la VF) et des situations totalement gratuites qui ne servent à rien. Sérieusement, la scène où une Alana un brin énervée s'en va proposer une pipe à Marko...

Mais pour parler de l'album, on peut dire qu'on tient là la conclusion du premier chapitre de Saga qui aura sacrément pris son temps. Alana et Marko et toute leur clique débarquent sur la planète où ils espèrent trouver refuge et des réponses à leurs questions existentielles sur la nature de l'amour et de la guerre. Alors que tous leurs ennemis convergent en même temps vers leur localisation pour un clash final bien tendu qui mènera chaque protagoniste en présence vers le prochain stade de leur évolution. J'ai trouvé cette fin intéressante et j'ai surtout envie de découvrir la suite pour voir ce qu'il va bien pouvoir advenir des personnages du Testament, du Prince Robot IV et de Sophie...
De nouveaux personnages bien sympas viennent également enrichir une déjà bien belle galerie d'intervenants. Entre la soeur du Testament qui risque de provoquer quelques remous à l'avenir ou encore les deux journalistes homo se retrouvant à l'issue de l'album englués dans une situation contraignante.

J'ai très envie de découvrir la suite, mais faut vraiment que K. Vaughan cesse un peu de se perdre dans un trop plein de liberté éditoriale et de succès critique/populaire pour vraiment faire avancer son histoire et ses personnages.

_________________
Image


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 5 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group
Traduction par: phpBB-fr.com