Accueil | A Propos | Evénements | Liens | Forum | Livre d'or | Voie Maritime | Archives
phrase
Tu n'iras nulle part !! Rends-moi M. Tom !! - Cutty Flam
Chapitre 885


Episodes 813
    > Prépublication
  > One Piece
  > Le Monde
  > Encyclopédie
  > Synopsis
  > Personnages
  > Résumés
  > Etudes
  > Animé Guide
  > Book Guide
  > OST Guide
  > Jeux Vidéo
  > Goodies
  > Névrose
  > Les 7 Enigmes
  > Batailles
  > Mini Aventures
  > Wanted
  > Pandaman
  > Navires
  > Fringues
  > Détails
  > Galeries
  > Fan Art
  > Fan Fic
  > Jeux
  > Quizz
  > Bureau
  > Avatars
  > Gifs Animés
  > Extra


Interviews

Publiée dans le numéro du 21 décembre 2009 du Asahi Shimbun Weekly AERA.
Source : http://www.thegrandline.com/odaaeraint.htm
Traduit de l'anglais par Donnie Darko.


Note du traducteur : traduire correctement une traduction n’est pas chose aisée, surtout lorsqu’on l’on se base sur une transcription approximative. A cela s’ajoute l’oralité du texte (une interview d’Oda), la forme décontractée et le discours indirect qui parsèment le document. Afin de rendre le texte plus compréhensible et plus agréable à lire, nous avons décidé d’expliciter beaucoup de choses. Amusez-vous bien !


Avant-propos de Greg, le traducteur original : contrairement aux autres interviews d’Oda qui sont retranscrites mot pour mot, le texte qui suit est un article qui tente de décrire le manga One Piece, d’explorer la pensée de son auteur et l’approche qu’il a vis-à-vis de son œuvre. Nous ne sommes pas certains de la véracité des propos qui suivent. Afin de ne pas laisser place à une quelconque ambigüité, nous avons essayé de mettre en exergue les propos prononcés par Oda ; c’est pourquoi nous avons mis entre parenthèse notre propre explication du texte et entre guillemets les propos rapportés. La traduction et les notes générales sont suivies d’un astérisque. Bonne lecture !


Mettre en avant chaque membre de l’équipage

One Piece retrace la fable d’une ère de piraterie prospère située dans un univers fantastique. Luffy, le héros, porte un chapeau de paille et un short loqueteux. Il est moins pirate que Tom Sawyer*. Capitaine de l’équipage du Chapeau de Paille, son regard est fixé sur « Le Plus Grand Trésor Caché» (le One Piece). Ils poursuivent leurs aventures sur « La Grande Voie » (Grand Line).

* Le terme exact est « gakidaishou », litéralement « le chef de la bande de gamins ».

Le cercle d’amis augmente à chaque tome à mesure que le navire avance, et l’équipage comporte désormais neuf membres. Chaque membre de l’équipage, et pas seulement Luffy, a son histoire propre et est mis en avant à un moment donné dans l’histoire. L’histoire est vouée à se prolonger mais l’enthousiasme des lecteurs ne faiblit pas car One Piece est toujours « à fond les manettes. » Qu’ils soient hommes ou femmes, les célébrités n’hésitent pas à manifester leur admiration pour le manga : Takuya Kimura (chanteur et acteur, notamment connu pour avoir doublé Le Château ambulant), Kousuke Kitajima (athlète, nageur ayant remporté plusieurs médailles olympiques et mondiales), Mari Yakuji (idole de Hello ! Project), etc. One Piece est un « manga nationalement célèbre » apprécié des enfants comme des adultes. La seule personne qui s’oppose à une telle description est son auteur lui-même, Eiichiro Oda, qui affirme que son manga est avant tout pour les garçons. Depuis le début de la série, il dessine avec cette idée en tête. « Avoir autant de lecteurs si divers va au-delà de toutes mes attentes. »

Une fois devenus grands, lecteurs se tournent habituellement vers des romans ou des mangas pour jeunes adultes. Et pourtant, être lu par un groupe de lecteurs si vaste signifie « qu’ils portent en eux l’esprit d’un jeune garçon, qu’ils soient hommes ou femmes, jeunes ou vieux. Je pense que le manga les rend nostalgique. »

Pourquoi dessiner des pirates ? « Je voulais dessiner un manga d’aventures, et pour moi aventure rime avec piraterie. Les deux sont liés dans ma tête. » Apparemment, Vic le Viking (série télévisée austro-germano-japonaise des années 70) marqua le début de son intérêt pour les pirates.

Luffy est un garçon résolu*

Puisque les pirates sont méchants, il est difficile d'en faire un rôle modèle qui convient aux shônens typiques. Une telle idée n’a jamais traversée la tête d’Oda. En tant qu’ « exemple d’un garçon typique»** Luffy amoindrit les aspects les plus sombres de la piraterie, comme le pillage ou la violence, avec l’onomatopée récurrente dans la série « DO~N ». C’est un hédoniste avant tout, avec une faim sans précédent et une volonté de fer. « Il y a beaucoup de choses que les enfants veulent faire mais que leurs parents leur interdisent. Je pense que l’attitude de Luffy met fin à leurs frustrations ».

* Le terme utilisé par Oda est « nikushokukeidanshi », « le garçon carnivore », synonyme d’« agressif » sans sa connotation négative européenne. « Résolu » est donc un meilleur choix. (ndt : à noter que le terme s’oppose à « soshokudanshi », l’homme herbivore, terme japonais utilisé pour définir la génération asexuée. J’ai également évité le terme carnivore car l’appétit de Luffy pour la viande est déjà mis en évidence par son auteur).
** Littéralement « enfant », mais puisque c’est un shônen, le terme désigne surtout les garçons.

Bien qu’il soit jeune, Luffy reste le capitaine d’un équipage de pirates. De fait, il lui arrive d’aider ses amis en se jetant dans des combats qui jouent en sa défaveur. Il dit à de nombreuses reprises « Je ne suis rien sans mon équipage »* Ce courage viril attire à la fois les hommes et les femmes résolues. « Luffy est une espèce assez rare de nos jours, un garçon intrépide. »

* Je ne suis pas certain qu’il l’ait dit autant que l’auteur de l’article le laisse entendre.

Oda a eu l’occasion (pour la première fois) d’élaborer l’histoire du film One Piece « Strong World », qui sortira dans les salles ce mois-ci. Le film s’est inspiré de Ninkyo Shimizu-minato* dans la scène où Luffy et ses amis entrent dans le palais de leur ennemi, lorsque le groupe part à la rescousse d’un membre de l’équipage kidnappé. « Je voulais remettre la chevalerie héroïque au goût du jour. » C’est cet esprit courageux qui fait battre le cœur des enfants. Oda s'impose beaucoup de contraintes afin de réussir ses dessins. Parmi les contraintes qu’il s’inflige, il y a l’interdiction de l’histoire d’amour, tout simplement parce que les garçons s’ennuient en les lisant : « Mon public féminin me demande souvent ce genre d’histoires, mais je refuse d’en faire une. »

* Le titre traduit est « La Vie et la Mort de Jirocho Shimizu ». On peut notamment y voir l'acteur Torazo Hirosawa, connu pour sa pratique du rokyoku (narration chantée d’une histoire accompagnée d’un shamisen) auquel Oda fait souvent référence.

C’est ma dernière longue série

Un autre exemple de contraintes qu’il s’inflige est d'éviter de dessiner des scènes de mort ou d’assassinat. Il essaie également de limiter les scènes violentes : « Même si je dessine un sabre qui tranche quelqu’un, j’évite de dessiner le sabre planté dans la plaie. »

C’est pourquoi Oda a donné à Luffy le pouvoir d’étirer les membres de son corps à volonté (et perdre ainsi sa capacité de nager). Les scènes de combat où Luffy utilise des attaques spéciales avec son élasticité, en faisant un mur de poings comme le Gomu Gomu Gatling / Chewing Rafale ou en gonflant pour repousser ses ennemis par exemple, sont idéales pour Oda : « Si vous voulez comparer Luffy avec une star de films d’action, il est plus Jackie Chan que Bruce Lee. Peu importe la raison pour laquelle il veut se confronter à un ennemi, le combat est beaucoup plus intéressant s’il fait (naturellement) l’andouille. »

Après que la bataille soit finie, il y a nécessairement une fête entre Luffy et son équipage ou avec l’île toute entière. Ce sont des scènes qu’Oda adore dessiner : « Si un ami proche ou un ennemi mourrait, il serait difficile de dessiner une fête de célébration. » Son personnage préféré est le sniper peureux et menteur Usopp : « On l’aime comme on aime une personne maladroite, mais je ne sais vraiment pas comment utiliser ce personnage. Sa popularité baisse très rapidement. »

Oda a en tête la fin de One Piece depuis son commencement, donc la série ne souffre pas du fléau des longues séries qui n’en finissent pas ou qui stagnent. Le grand-père, le frère et le père de Luffy sont tous apparus dans le manga et l’histoire se dirige vers la fin imaginée par Oda.

Il travaille sur l’histoire trois jours de suite puis la met en dessin pendant encore trois jours. Il n’y a pas de jour de repos. Il a déjà décidé qu’il ne dessinera pas d’autres longues séries après celle de One Piece : « je ne pense pas qu’il soit possible pour moi de refaire une autre longue série, mon corps ne pourrait pas le supporter. » C’est pourquoi il travaille avec autant d’acharnement sur celle-ci. C’est cette force-ci qui a gagné « l’esprit d’enfant » dans le cœur des Japonais et du reste du monde.

Mais Oda a un cœur qu’il n’arrive pas à gagner : celui de sa fille. « Elle préfère Pretty Cure (une série animée de type magical girl très populaire chez les petites filles de primaire) à One Piece. »


Retour






  Connecté(s) : 22
  Livre d'or : 5305
  Total pages : 1870
  Total images : 7093
Comment avez-vous trouvé le passé secret de Sanji ?

Genial
Pas mal
Moyen
Nul

Jojo’s bizarre adventure-FR
TYPE-MOON France
El Nano Brokeur
X ^ Revenir en haut ^
X
X


A man's dream will never die !!
Site créé par ange bleu et Dark Sol
Copyright © 2003, 2017 - One Piece la volonté du D - Tous droits réservés
Copyright © One Piece - Eiichiro Oda
Version 3.1