Accueil | A Propos | Evénements | Liens | Forum | Livre d'or | Voie Maritime | Archives
phrase
Il faut toujours pardonner les mensonges des femmes - Sanji
Chapitre 885


Episodes 814
    > Prépublication
  > One Piece
  > Le Monde
  > Encyclopédie
  > Synopsis
  > Personnages
  > Résumés
  > Etudes
  > Animé Guide
  > Book Guide
  > OST Guide
  > Jeux Vidéo
  > Goodies
  > Névrose
  > Les 7 Enigmes
  > Batailles
  > Mini Aventures
  > Wanted
  > Pandaman
  > Navires
  > Fringues
  > Détails
  > Galeries
  > Fan Art
  > Fan Fic
  > Jeux
  > Quizz
  > Bureau
  > Avatars
  > Gifs Animés
  > Extra


Loup Loup Présente

Les chroniques de l'océan I :
Des vacances pas de tout repos


Introduction | Chapitre I | Chapitre II | Chapitre III | Chapitre IV | Chapitre V
Chapitre VI | Chapitre VII | Chapitre VIII | Chapitre IX | Chapitre X | Chapitre XI
Chapitre XII


Chapitre V : une vérité troublante (Nami)

« Ta mère est vraiment EXTRAORDINAIRE!!! s’exclama Luffy
Mmm! Chais Ecchellent, complétais-je la bouche pleine
Mouais… dit Zolo, pas trop enthousiaste
Chéri, tu pourrais me présenter tes amis.
Hé bien voici : Luffy (l’abruti au chapeau de paille), Nami…
C’est ta petite amie?
Grand Dieu, non! répondit Zolo(Sanji était devenu rouge), ça, c’est Pipo (le menteur trouillard) et à côté, c’est Chopper (le médecin trouillard).
Il est mignon! Et qui est se jeune homme.
Lui? Blondinet, alias Sanji…
Oh, chéri! dit alors la mère de Zolo, que dirais-tu de visiter ta chambre? Tu sais, j’ai tout laissé exactement au même emplacement depuis neuf ans. J’ai rien touché!
Rien? demanda Zolo d’un air faussement intéressé (il reçut une gifle de ma part derrière la tête) Aïe!
Rien! répondit la dame qui n’avait pas remarqué l’air bête de son fils
Mmmm… Zolo soupira d’ennui… ou de honte, je sais pas»

La petite dame crac pot nous amena dans le salon

« Voici la maison du locataire!
Maman, on dirait plus un salon…
C’est ça!
Mais qui vit ici?!
Bien, ton père!
Mmmm…»

Puis, elle nous présenta passionnément la salle de bain.

« Maman, je t’en prie, passe les détails! supplia le pauvre Zolo, mort de honte»

Mais la femme continuait toujours à papoter de choses et d’autre en nous présentant des pièces tout à fait inutiles. Nous commencions à regarder Zolo (Qui lui se cachait la face derrière sa main) de travers. Mais de quel monde de cinglé sortait sa mère?

« Tiens, ta chambre! S’exclama la bonne femme
Maintenant, faudrait que je sache comment on est atterrit ici, alors qu’on a descendu et remonté quatre escaliers différents, passé cinq fois sans savoir comment devant le même couloir…
Ferme-la Zolo! Lui chuchota-je à l’oreille pour que sa mère ne m’entende pas
Ouaaa, dit Zolo d’un ton sarcastique et méchant, t’as vraiment rien touché»

Il avait dit cela en passant son doigt sur une commode qui avait à peu près 10 centimètres de poussières dessus. Il fit un air dégoûté et éternua. Puis, son attention fut attirer par un bocal de verre dont les vitres semblaient recouvertes de l’intérieur par des algues et de la mousse en tout genre.

« Ha! Cria Zolo, Qu’est-ce que t’as fait à mes poissons?
Rien.
Justement! C’est plus un aquarium, c’est une forêt tropical, que dis-je, une jungle de CRASSE!!! Ohhh… et mes poissons sont en décomposition dans l’eau…»

Tout le monde tira une tronche écœurée. Luffy partit vers les toilettes dont il avait soigneusement retenu l’emplacement, une main plaquée sur la bouche et le teint verdâtre.

« Ce qui compte, c’est que j’ai rien touché, non?»

Zolo regarda la chambre en entier, complètement recouverte de quatre pouces de poussière en tout genre. Il prit une mine d’enterrement. Pauvre garçon, je compris alors pourquoi il aurait préféré mourir foudroyé!

« Hé puis, je m’excuse, mais tu t’amusais souvent à torturer tes poissons en ne les nourrissant pas! Se défendit la vieille dame
Peut-être une journée ou deux, d’accord, mais pas toute une vie! Maman, tu les a pas torturé, tu les a MARTYRISÉS! Pauvres bêtes…

Ses paroles jetèrent un silence froid sur l’assemblée. Personne ne parla pendant quelques minutes, ne voulant pas interrompre la petite famille qui se regardait l’air aussi exaspéré l’un que l’autre. Je finis par prendre la parole.

« Bon et bien je propose qu’on aille allumer un feu, Sanji et moi, et on pourra se retrouver pour parler de nos aventures! dis-je
Nos aventures à nous, s’exclama Sanji, les yeux en cœur, NAMI CHÉRIE!!!
Rêve pas en couleur, lui répondis-je, je parlais de nos aventures de PIRATES!!!
Quoi!? Mon petit Zoli est un pirate!!! dit la dame d’un air horrifié
Euh… Non, je parlais de moi et Sanji, il y a bien longtemps lorsque nous étions des petits hors-la-loi!
Hein? dit Sanji, Aïe! (Je venais de lui piler sur le pied) Ha oui, je me souviens!»

La dame sembla nous croire sur parole et un sourire illumina son visage un peu ridé. Ils retournèrent dans la « maison du locataire » pour parler de leur voyages. Puis, espiègle, Sanji demanda à la mère de Zolo de leur en dire plus sur son fils, qui lui se cacha derrière un sofa dans une lamentation que lui seul entendit. Enchanté, la femme raconta toutes les vacheries et conneries imaginables que «Zoli Chéri» avait commises à l’école. Après une demi-heure de papotage, pas mal tout le monde était fatigué d’histoires de faiseur de trouble. C’est alors que je demandai à la dame si elle n’aurait des photos de son fils. Zolo, lui, qui en avait assez entendu, se leva pour aller se chercher un bol de chocolat chaud. Quand il revint, Chopper, Pipo et moi étions attroupé autour de sa mère qui nous montrait des photos de son enfance. Nous nous amusions a pousser de temps en temps un « oh, l’ai trop chou! ». Mais, à la photo suivante, nous nous sommes tous tus, bouche bée.

« Ça, c’est quand j’ai trouvé mon p’tit Zoli au bas de ma porte, dit la mère
Hein? S’exclama tout le monde en même temps (y compris Zolo)
Quoi? S’interrogea la femme»

Zolo accouru vers les photographies. Sur celle que tenait sa mère, on voyait un petit nourrisson aux cheveux verts, en pleurs dans un panier, avec, griffonné sur un papier, le nom de Roronoa.

« C’est une farce ou quoi? s’étrangla-t-il (les choses devenaient sérieuses, même Sanji détourna le regard)
Bien sûr que non! dit la dame… on dirait juste que j’ai oublié de te dire que je t’avais adopté avant que tu ne partes pour ne jamais revenir»

Elle avait fini sa phrase sur un ton de reproche. Zolo, l’air perturbé, courut vers je ne sais trop où, revint tout habillé, un jeté sur le dos et sorti dehors.

«Fais pas ça, c’est la tempête dehors! m’écriai-je alors que Zolo continuait d’avancer vers l’orage»

Mais la bonne femme ne semblait pas s’inquiéter. Elle regardait seulement la photo d’un air accablé. Elle faisait presque pitié.

«Madame, faites quelque chose! S’exclama Pipo
Regardez moi se pauvre petit ange malheureux, dit-elle finalement avec un regard attristé, Je ne pensait pas avoir à lui avouer cela un jour.
Mais, madame, il s’en va vers les malheurs! cria Sanji à la surprise de tout le monde
Nan…dit-elle en hochant la tête…il s’en va vers le cimetière.
Hein? dirent tous les pirates
Il va rendre visite à une amie…»

Tout le monde resta silencieux. Tout compte fait, cette dame connaissait peut-être un peu son enfant. Mais à qui pourrait-il rendre visite?

« Il rentrera, assura la dame, quand il sera prêt… Allez! Au lit tout le monde, je vous offre la maison de locataire pour la nuit.»

Aucun pirate ne s’y opposa. Nous trouvâmes chacun une place pour dormir mais personne ne sombra vraiment dans le sommeil…sauf peut-être Zolo?


Retour






  Connecté(s) : 22
  Livre d'or : 5305
  Total pages : 1870
  Total images : 7093
Comment avez-vous trouvé le passé secret de Sanji ?

Genial
Pas mal
Moyen
Nul

Jojo’s bizarre adventure-FR
TYPE-MOON France
El Nano Brokeur
X ^ Revenir en haut ^
X
X


A man's dream will never die !!
Site créé par ange bleu et Dark Sol
Copyright © 2003, 2017 - One Piece la volonté du D - Tous droits réservés
Copyright © One Piece - Eiichiro Oda
Version 3.1