Accueil | A Propos | Evénements | Liens | Forum | Livre d'or | Voie Maritime | Archives
phrase
Il y a un frigo pour garder le coca au frais - Franky
Chapitre 885


Episodes 814
    > Prépublication
  > One Piece
  > Le Monde
  > Encyclopédie
  > Synopsis
  > Personnages
  > Résumés
  > Etudes
  > Animé Guide
  > Book Guide
  > OST Guide
  > Jeux Vidéo
  > Goodies
  > Névrose
  > Les 7 Enigmes
  > Batailles
  > Mini Aventures
  > Wanted
  > Pandaman
  > Navires
  > Fringues
  > Détails
  > Galeries
  > Fan Art
  > Fan Fic
  > Jeux
  > Quizz
  > Bureau
  > Avatars
  > Gifs Animés
  > Extra


kING D Zanza Présente

Le trésor perdu de San Faldo


Attention à tout ceux qui désirent lire cette Fan fic. Celle-ci se déroule après le dernier Arc de One Piece actuellement en parution au japon. Je vous averti donc que je ferais ici et là du Spoil. Certaines choses apparaissant ici tiennent compte de théories tel un hypothétique nouveau membre d’équipage….


Introduction | Chapitre I | Chapitre II | Chapitre III | Chapitre IV | Chapitre V
Chapitre VI | Chapitre VII | Chapitre VIII | Chapitre IX | Chapitre X | Chapitre XI
Chapitre XII | Chapitre XIII | Chapitre XIV | Chapitre XV | Chapitre XVI | Chapitre XVII
Chapitre XVIII | Chapitre IXX | Chapitre XX | Chapitre XXI | Chapitre XXII
Chapitre XXIII | Chapitre XXIV


Chapitre IX : MUTINERIE

Sandy rentrait tranquillement au port. La soirée s’était plutôt mal passée pour lui lorsque l’ex-petit ami de la fille avec qui il avait pris rendez-vous s’était pointé.
Oh ! Pas parce qu’il était fort (c’était en vérité un mec assez banal), mais parce qu’après l’avoir fait volé à l’autre bout du bar, la jeune femme s’était précipitée vers le gars en question et lui demandait si tout allait bien tout en insultant le pauvre cuistot de noms d’oiseaux, dont certains lui étaient inconnus…

Sandy : Pff ! Et dire qu’elle m’avait demandé de me débarrasser de lui… Les femmes… M’empêche qu’elle était super mignonne !!!!* dansant avec une personne imaginaire* La valse de l’amour m’a joué un bien beau tour !!! Oh ! Charlene chérie !!! Reviens ! Hum ??!!

Le cuistot n’en cru pas ses yeux. Alors qu’il était encore dans ses pensées, une ombre surgie non loin du navire, tombant sur les genoux, la main gauche maintenant la droite. Et cette forme lui semblait familière…

Sandy : *Courrant comme un dératé* Robin Chérie !!!!


Lorsque Robin se réveilla, tout l’équipage était autour d’elle. Chopper soignait ses blessures alors que Sandy pleurait comme une madeleine. Tout les autres attendaient le diagnostic du médecin de bord. Elle n’avait heureusement rien de grave, juste quelques contusions et le crâne quelques peu douloureux.

Robin : Hum, que s’est-il passé ?
Chopper : Sandy t’a trouvé près du bateau. Tu était évanouie et…
Sandy : ROBIN CHERIE !!! Mon coeur saigne de te savoir dans cet état !!!
Nami : *assommant le cuistot* Du calme toi, elle est en pleine convalescence…
Luffy : Qui t’a fait ça Robin…
Franky : Et Zack !!! J’suis sûr que tu étais avec elle quand tu t’es fait attaquer ! Si il lui est arrivé quelque chose par ta faute !!!
Zorro : *restant assis dans son coin* Dit nous tout…
Robin : … Il faut retrouver le Big band orchestra, ce sont eux qui détiennent Zack.

______________________________
Navire des big band pirates, le « Swing »

Zack : *se réveillant* Hum, Franky, j’veux te démonter alors arrête de bouger… Hum ?! Haaaaaaaaa !!! Qu’est ce que je fout là moi ?!

Zack regarda autour d’elle. Visiblement, elle était enfermée dans la calle d’un navire. Elle était enfermée dans une pièce dont le seul décor était du foin placé à terre et une écuelle. Lorsqu’elle tenta de se lever, elle sentait que son crâne allait exploser si elle réfléchissait un peu trop à la situation… C’est alors que quelqu’un ouvrit la porte. Elle reconnu aussitôt Samba et Be-bop, Zazou dormant comme à son habitude dans sa chevelure. Derrière eux se dessinait l’ombre d’un gars encapuchonné.

Zack : Bon sang !! Vous me voulez quoi ! Où est Robin ?
Be-bop : Ce que je veut, je l’ai obtenu *Montre le médaillon* Quant à ton amie, elle a réussie à échapper à la « Death symphonia » de Requiem…
Zack : C’était Lui qui jouais ! Et puis, pourquoi tu voulais mon médaillon ! Il est à moi c’était à mon père !!!
Be-bop : C’était ? Il n’est donc plus de ce monde. Il aura donc rejoint sa femme.
Zack : T’as connu mon père ?
Be-bop : Samba, tu me l’emmèneras dans ma cabine dès que nous serons assez loin de cette île… Nous allons partir maintenant avant que le chapeau de paille n’arrive. De plus nous devons être au rocher de lune avant ce soir…
Samba : A vos ordres capitaine…
Zack : Le rocher de lune ? Pour quoi faire ?
Be-bop : Récupérer le trésor qui me revient de droit pardi…
Zack : Comment ?
Be-bop : Tu ne le sais peut-être pas mais ton père et moi étions tout les deux dans le même équipage… Ainsi que ta mère.

______________________________
Le Quartet, navire pirate, 12 ans plus tôt :

Charleston, la vigie : Capitaine Slow ! Île droit devant !!!
Slow : Bien….vu…matelot… Be-…bop… met le…cap
Be-bop : *Sans zazou et avec les cheveux plaqués en arrière* …Droit devant, j’ai pigé…

Cela faisait vingt jours que le navire avait quitté le port de Vila avec un très beau souvenir : La carte d’un des trésors de Gold Roger et la « clef », son médaillon. Slow était un vieux de la vieille, un pirate qui naviguait déjà sous le règne du seigneur des pirates. Son équipage n’était guère impressionnant, et l’une de ses dernières recrues, Be-bop, était un homme plein d’ambition, mais également quelqu’un prêt à tout pour s’enrichir et c’était peut-être la seule réticence qu’il avait envers lui… Par contre l’autre… Lui était tout aussi ambitieux, mais dans le bon sens, et la fille du capitaine ne s’y était pas trompée. Elle était enceinte depuis quelques mois et elle savait que l’accouchement était pour bientôt.
En fait, vu qu’elle était le médecin de bord, il fallait accoster au plus vite afin de trouver un autre médecin pour l’aider à donner naissance.

Slow : Mélopée !!! Nous…allons…bientôt…a…
Mélopée : Accoster, je sais p’pa !
Slow : Arriver…
Mélopée : Flûte, raté…
??? : Chérie, arrête de vouloir finir ses phrases, tu sais bien que tu perd à chaque fois à ce petit jeu.


Mélopée, avec son chignon et ses yeux verts se tenait aux cotés de l’autre dernière recrue de l’équipage. Un homme assez grand, portant un pantalon noir et des bottes pour tout vêtements, il avait les cheveux blancs en bataille.

Be-bop : Tiens, le décoloré ! Comment ça va Boogie-woogie ?
B.W : Raah ! Je t’ai déjà dit cent fois que c’est ma couleur naturelle ! Et appelles-moi B.W., c’est beaucoup mieux et court.
Be-bop : Comme tu voudras vieux…
Slow : Be-bop… Tu… prendras…Rock…avec toi. Vous irez… faire les…co…
Mélopée : Les cons ? Les cornichons ? Les coachs ? Cordages !!!
Slow : Courses….
B.W. : Ah ah ah !! Encore raté !


L’arrivée au port se fit discrète, pavillon baissée. Rock, qui portait des lunettes noires à l’époque était parti depuis déjà deux heures avec Be-bop, et la nuit était assez bien avancée… Boogie et Mélopée étaient restés sur le navire, prévoyant d’aller sur la terre ferme le lendemain. Lorsque la jeune femme arriva à coté du père de son enfant, elle fut surprise de le voir inquiet.

Mélopée : Qu’est-ce qu’il y a ? Tu as des soucis mon chéri ?
B.W. : Hum ? Non, ce n’est rien.
Mélopée : Arrête de dire des bêtises, je sais quand tu me mens.
B.W. : *avec un sourire forcé* A vrai dire. Avant qu’il s’en aille, Be-bop m’a dit qu’il trouvait dommage qu’une si belle fille soit tombée amoureuse d’un gars qui ne pourrait pas la combler. Je crois qu’il est amoureux de toi… Et que cela pourrait poser des problèmes entre nous.
Mélopée : Et alors, si il n’est pas content, c’est le même prix ! C’est toi que j’ai choisi c’est tout. Et s’il n’est pas content, je l’assomme !
B.W. : Pas trop fort tout de même. Tu te souviens de notre première rencontre ?
Mélopée : Bien sûr, Tu m’as bousculée et tu m’as dit « Excusez-moi monsieur » ! Tu n’as pas eu le temps de constater ton erreur que je t’ai envoyé valser à travers des tonneaux !
B.W. : Et ton père t’as forcée à me soigner…
Mélopée : Et quand tu t’était réveillé tu m’avait demandé qui était le gros gars baraqué qui t’avait mis dans cette état.
B.W. : Et tu m’avais remis un pain en pleine poire. Remarque, tu t’étais plus énervée pour le gros que pour le « gars baraqué » !
Mélopée : Oui… Il faut dire aussi que je manie très bien ma Lyre-arc et que cela t’avait valu d’être « épinglé » contre le mur ! Aïe ! Encore…
B.W. : Hé ! Ne me dit pas que…
Mélopée : *allongé sur une chaise longue qui traînait par là* Si… Je crois que l’on va devoir voir ce médecin plus vite que prévu…
_____________________________
Port, non loin du navire :

Rock : *regardant à travers une longue-vue* Bom ! Ce sera bientôt l’heure vieux…
Be-bop : *jambes croisées sur un baril*Tu as bien fait de me suivre Rock. Je n’oublierais pas lors du partage du butin…
Rock : Cette carte et la clef nous rendrons riches… Et puis après on pourra piller tranquillement sans ce gêneur de capitaine dans nos pattes…
Be-bop : Et très bientôt ce sera moi le capitaine. La fortune sourie aux audacieux à ce que l’on dit. Et bien, je suis assez audacieux pour tuer tous mes compagnons. Tous sauf toi bien sûr.
Rock : Et cette personne là aussi. Si elle veut bien venir.
Be-bop : Elle n’aura pas le choix de toute façon… Vous êtes prêts les gars ?

Be-bop se releva et se retourna vers une dizaine d’hommes armés de fusils et de sabres. Devant eux se tenait leur chef, un homme édenté avec une cicatrice refermant son œil gauche.

Balafré : Bien sûr mon gars, ont est toujours prêts pour une bonne prime. Tu veux vraiment nous laisser empocher une telle somme ? Qu’est-ce qui ne m’empêchera pas de te tuer ?
Be-bop : Juste le fait que mon ami et moi n’avons pas de prime et que cela ne t’intéresse pas de souiller ton sabre inutilement. Mais n’oublie pas, laisses-moi la fille et le navire intact, c’est tout ce que je te demande…
Balafré : Si tu veux mec. On va faire un massacre les gars !!!

Be-bop se rapprocha de Rock qui tenait toujours sa longue-vue, à l’affût de tout mouvements. Il était mousse sur le navire et maître coq. Lui était au service de Slow depuis bientôt 8 ans et était tout assez avide de richesses, mais ses facultés à plus obéir à des ordres qu’à en donner ne lui donnait guère la trempe d’un capitaine. Be-bop ayant de quoi le satisfaire, il n’hésita pas à le suivre dans son projet de mutinerie.
Be-bop posa la main sur l’épaule de son homme de main qui le regardait. Rock sourie alors et pensa qu’il était vraiment tombé sur celui qui le rendrait riche comme crésus. Il se retourna alors vers les chasseurs de primes qui commencèrent à prendre place dans leurs barques, prêts à rafler les 180 millions que représentait tout l’équipage de Slow. Ce serait une belle bataille, une belle mutinerie…


Retour






  Connecté(s) : 22
  Livre d'or : 5305
  Total pages : 1870
  Total images : 7093
Comment avez-vous trouvé le passé secret de Sanji ?

Genial
Pas mal
Moyen
Nul

Jojo’s bizarre adventure-FR
TYPE-MOON France
El Nano Brokeur
X ^ Revenir en haut ^
X
X


A man's dream will never die !!
Site créé par ange bleu et Dark Sol
Copyright © 2003, 2017 - One Piece la volonté du D - Tous droits réservés
Copyright © One Piece - Eiichiro Oda
Version 3.1