Accueil | A Propos | Evénements | Liens | Forum | Livre d'or | Voie Maritime | Archives
phrase
Il faut toujours pardonner les mensonges des femmes - Sanji
Chapitre 885


Episodes 814
    > Prépublication
  > One Piece
  > Le Monde
  > Encyclopédie
  > Synopsis
  > Personnages
  > Résumés
  > Etudes
  > Animé Guide
  > Book Guide
  > OST Guide
  > Jeux Vidéo
  > Goodies
  > Névrose
  > Les 7 Enigmes
  > Batailles
  > Mini Aventures
  > Wanted
  > Pandaman
  > Navires
  > Fringues
  > Détails
  > Galeries
  > Fan Art
  > Fan Fic
  > Jeux
  > Quizz
  > Bureau
  > Avatars
  > Gifs Animés
  > Extra


kING D Zanza Présente

Le trésor perdu de San Faldo


Attention à tout ceux qui désirent lire cette Fan fic. Celle-ci se déroule après le dernier Arc de One Piece actuellement en parution au japon. Je vous averti donc que je ferais ici et là du Spoil. Certaines choses apparaissant ici tiennent compte de théories tel un hypothétique nouveau membre d’équipage….


Introduction | Chapitre I | Chapitre II | Chapitre III | Chapitre IV | Chapitre V
Chapitre VI | Chapitre VII | Chapitre VIII | Chapitre IX | Chapitre X | Chapitre XI
Chapitre XII | Chapitre XIII | Chapitre XIV | Chapitre XV | Chapitre XVI | Chapitre XVII
Chapitre XVIII | Chapitre IXX | Chapitre XX | Chapitre XXI | Chapitre XXII
Chapitre XXIII | Chapitre XXIV


Chapitre X : SAUVETAGE


Tandis que Rock pensait que Be-bop le rendrait riche comme crésus et avait abandonné la surveillance du navire, Mélopée et B.W. embarquaient sur une barque sous le regard inquiet du capitaine qui était le seul encore debout à cette heure.

Slow : Mélo…pée… reviens…
Mélopée : *soufflant comme elle pouvait pour oublier la douleur* Bon on y va ! Tant qu’il finisse sa phrase, j’aurais le temps de retomber enceinte !
Slow : Tiens…

Slow fouilla dans sa poche et sorti un médaillon qui brillait d’une belle lumière sous la pleine lune, laissant sortir un fin rayon à travers la pierre qui se trouvait en son centre.

B.W. : Mais… c’est le médaillon du décapité ! Pourquoi vous nous le donnez ?
Slow : Aucune idée… J’ai…envie…que…l’enfant…porte…ceci…
B.W. : Vous êtes sûr ?
Slow : Un cadeau…de valeur…pour…sa…naissance…
B.W. : Mais, on ne peux pas…
Mélopée : BON ! C’est pour aujourd’hui ?! J’perds les eaux moi !!!
B.W. : *sautant sur la barque et se préparant à ramer comme un fou* A plus tard !!!

Les deux amoureux s’en allèrent donc tandis que d’autres barques, sur lequelles se trouvaient des chasseurs de primes et des mutins profitaient d’un nuage masquant la lumière de la lune pour commettre un massacre…


______________________________
Hopital Gebeha :

Infirmière : Asseyez-vous bon sang !
B.W. : J’peux pas, c’est beaucoup trop long… Qu’est-ce qui se passe ?
Infirmière : Comment voulez-vous que je saches alors que je suis obligée de vous surveiller…
B.W. : Pff…

B.W. s’en alla vers un distributeur et se pris un café bien serré lorsqu’un brancard tiré par des infirmiers et un médecin failli le bousculer.

B.W. : Hé ! Faites atten… Hé attendez !!!*jette son gobelet plein de café brûlant sur la tête de l’infirmière* Attendez !
Médecin : Reculez, nous n’avons pas le temps, cet homme est grièvement blessé !
B.W. : Charleston!!
Charleston : Boogie. Tu est là. On a été attaqués…
B.W. : La marine ?
Charleston : Pire, un des nôtres, pour la carte. C’est… ce sont Rock et Be-bop…
B.W. : Et les autres ?
Charleston : Quand j’ai été blessé dans la bataille, le cap’tain m’a envoyé te prévenir de t’enfuir avec Mélopée, que si ils vous trouveraient, ils auraient gagn… Kof !

La pauvre vigie n’eut pas le temps de finir sa phrase que l’homme aux cheveux blanc était déjà parti en direction du port. Il avait prit sa guitare et tira sur le chevillier qui était en fait la garde d’une épée dissimulée dans le manche de l’instrument.

Infirmière : Monsieur ! Il y a un problème ! Votre femme…
__________________________________
Port :

B.W. : Pourvu que j’arrive à temps. Bon sang, où est la barque ?!

Boogie était trempé de sueur. Il avait couru comme un fou. Il avait du mal à distinguer le Quartet de là où il était. Après avoir enfin trouvé la barque, le silence qui régnait durant la traversée lui faisait craindre le pire. Il finit de s’approcher l’entement, tenant l’épée que dissimulait sa guitare entre les dents alors qu’il grimpait discrètement par la corde d’amarrage.

Il retint un cri lorsqu’il vit la vingtaine de membre d’équipage mort, gisant à terre. Un attroupement était sur le pont. Quatre hommes qui lui étaient inconnus sirotaient un verre de Rhum auprès des cadavres de leurs compagnons.

Petit gros : Wahou ! Ça a été une belle baston. Pas vrai chef ?
Balafré : Yep ! Dommage que les autres soient tous morts. Ces types étaient vraiment forts. Une chance que nos deux amis les mutins étaient là sinon on serait tous en enfer...
Petit chauve : Pas grave chef ! Ça fera une plus grosse part chacun !

Le balafré et les autres chasseurs de prime regardèrent d’un œil noir le petit chauve. Le balafré sorti même une hache.

Balafré : Ne me dit pas que tu te fous de tout les autres ? Ils se sont fait massacrés par ses pirates à la con.
Petit gros : Ouaip ! Tu mériterais qu’on te descendes pour ce que tu viens de dire mon gars.
Petit chauve : Hein ?! Mais je…
Balafré : Yep ! On devrait te buter… Mais t’a raison, notre part en sera plus grosse !!!! Fwa ha ha !!! Bon, que font nos amis avec leur capitaine. Je croyais qu’ils voulaient juste discuter…
Petit chauve : Et si on les buttaient tout de suite ?
Balafré : Tu n’es pas un peu fou par hasard ? Tu as vu les pouvoirs de ce Be-bop ? Il a buté une bonne partie de ses anciens compagnons à lui tout seul ? T’en dit quoi Brew ?

Boogie s’était approché furtivement des quatre hommes et pu enfin voir le visage de Brew, le dernier larron. Il n’avait rien dit jusqu'à présent et n’avait pas lâché sa bouteille d’alcool. Il avait les cheveux noirs en brosse et une petite barbe et portait de petites lunettes noires.

Brew : Moi j’vous dit que ce mec est barje. Y’a pas une aut’ bouteille ?
Petit chauve : Arrêtes de boire Brew ! T’es toujours bourré !
Brew : Et alors ! Viens te battre si t’es pas d’accord.
Balafré : Arrête Brew, si t’était pas si fort, je t’aura viré à coup de pieds au cul…
Brew : *Marmonnant dans sa barbe* T’inquiète mec, j’te buterais avant… « My hearts belong to daddy !!»
Balafré : ça y est, il rechante…

Boogie arriva enfin près de la fenêtre menant au bureau du capitaine et ce qu’il vit le mit dans une colère noire. Il pu voir Be-bop et Rock, cote à cote, se tenant devant le capitaine, assit à terre et qui semblait avoir été battu à mort.

Be-bop : Alors vieux fou sénile, que dit-tu de mon pouvoir ? Pas mal n’est-ce pas.
Slow : Tu m’avais… Caché…
Be-bop : Je l’ai depuis trois ans maintenant. Mais je préférais garder l’effet de surprise.
Rock : Bom ! Même moi, j’en suis étonné…
Be-bop : Mais trêve de bavardages, Mon cher ami Rock a trouvé la carte. Cependant, sans le médaillon pour entrer et éviter les pièges de Roger, elle ne m’est d’aucune utilité… Je suppose donc que ta fille l’a en sa possession… Où est elle ? Et ce pleutre de Boogie ?

Boogie, de l’extérieur, réfléchi aux chances qu’il avait de s’en sortir vivant et de sauver son capitaine. Et il fallait bien dire que celles-ci étaient minces. C’est alors qu’il pensa à la sainte barbe. Tout aussi discrètement que tout à l’heure, il se faufila dans la pièce située sous le pont. Parmi les courses qui devaient être faites tout à l’heure, la poudre était en tête de liste car on en manquant terriblement. Il ne restait qu’un tout petit baril de poudre ouvert et presque vide. Le sabreur prit une mèche qu’il installa près du baril puis y mit le feu.

*BAOUM !!! *

BE-bop : *sortant affolé de la cabine du capitaine avec Rock * Bon sang ! C’était quoi ça ?
Balafré : Une explosion ! On y va les gars, il y a peu être une fuite dans la coque ! Faut éviter que ce rafiot coule, il vaut cher à la revente.
Rock : Bom ! J’vais les aider !

Tous s’en allèrent à la cale et ne remarquèrent pas l’ombre qui s’approchait de la porte et courrait en cabine. Slow était vraiment très amoché et saignait fortement.

Slow : Boogie… Que… File… Vite… ma fille…
Boogie : En sécurité. On file dans la barque.
Slow : Non, le trésor est pour… vous…

B.W. ne discuta même pas et mit le vieil homme sur ses épaules. Slow venait de s’évanouir et il fallait mieux s’enfuir avant que les six autres ne rappliquent. Malheureusement, à peine après avoir ouvert la porte.

Petit chauve : Aïe ! Bon nez !! Hein ?! alerte !!!
B.W. : Merde ! *transperce l’homme* Y’a intérêt à filer.

Boogie couru sur le pont quand il vit la tête du gros, suivie des autres chasseurs de prime commencer à sortir de la trappe menant à la cale. D’un coup de pied sec, il frappa le gros en pleine figure avec sa botte et celui-ci tomba en fond de cale, entraînant les autres. Le décoloré courut sans demander son reste puis se jeta à l’eau. Toujours en maintenant Slow, que le contact avec l’eau glacée du port réveilla, il embarqua sur sa barque et rama en vitesse en direction de la terre ferme.
Sur le Quartet, Be-bop, le balafré et les autres rageaient.

Balafré : Milles épées ! Un sacré pactole qui s’enfuie. Faut les rattraper !
Be-bop : On a pas le temps, j’aperçoit déjà des navettes de la marine qui s’approchent au loin. L’explosion les auras avertis de notre présence et si ils voient que nous sommes des pirates…
Balafré : Oh que non… *claque des doigts* Je ne vois aucun pirate ici.

Aussitôt que le balafré eut donné le signal, le petit chauve pointa la lame de son sabre directement sur le cou de Rock et Brew fit de même sur Be-bop sans lâcher sa bouteille de Rhum.

Be-bop : Notre accord est donc rompu…
Balafré : Tu ne me rapporteras peut-être pas de prime mais au moins je ne serais pas accusé de connivence avec un pirate.
Be-bop : Désolé mais tu mourra avant. N’est-ce pas…Jazz ?
Brew : A tes ordres chef !

Le balafré et le petit chauve furent fort surpris. Brew laissa tomber son sabre et fonça vers son ancien chef qui n’eut même pas le temps de dégainer le sien avant de se retrouver avec un trou béant en pleine poitrine. Le petit chauve, surpris par la tournure des événements, baissa sa garde, ce qui n’échappa au regard de Rock qui le tua d’un coup de poignard dans le dos.

Brew : Voilà… *s’approche du cadavre du balafré* Merci chef, grâce à toi j’ai enfin trouvé un pirate qui me permettrais enfin de vivre une belle vie. Cinq ans de bons et loyaux services enfin récompensés.
Be-bop : Tu ne le regretteras pas.
Rock : Bom ! Vous auriez pu me prévenir tout de même… Et si on filait ?
Be-bop : Tu as raison. Brew, Dès que nous arriverons dans un autre port, tu empochera les primes, elles serviront a racheter un nouveau navire. Un nouvelle équipage viens de naître : Les big band… Jazz te conviens comme nouveau nom ?
Jazz : Ok ! On fêtera ça dans l’alcool ! Et pour le pendentif ?
Be-bop : Pas grave, on le retrouvera… Un jour où l’autre. Remontez l’ancre ! On s’arrache !!!


Retour






  Connecté(s) : 10
  Livre d'or : 5305
  Total pages : 1870
  Total images : 7093
Comment avez-vous trouvé le passé secret de Sanji ?

Genial
Pas mal
Moyen
Nul

Jojo’s bizarre adventure-FR
TYPE-MOON France
El Nano Brokeur
X ^ Revenir en haut ^
X
X


A man's dream will never die !!
Site créé par ange bleu et Dark Sol
Copyright © 2003, 2017 - One Piece la volonté du D - Tous droits réservés
Copyright © One Piece - Eiichiro Oda
Version 3.1