Accueil | A Propos | Evénements | Liens | Forum | Livre d'or | Voie Maritime | Archives
phrase
Il y a un frigo pour garder le coca au frais - Franky
Chapitre 885


Episodes 814
    > Prépublication
  > One Piece
  > Le Monde
  > Encyclopédie
  > Synopsis
  > Personnages
  > Résumés
  > Etudes
  > Animé Guide
  > Book Guide
  > OST Guide
  > Jeux Vidéo
  > Goodies
  > Névrose
  > Les 7 Enigmes
  > Batailles
  > Mini Aventures
  > Wanted
  > Pandaman
  > Navires
  > Fringues
  > Détails
  > Galeries
  > Fan Art
  > Fan Fic
  > Jeux
  > Quizz
  > Bureau
  > Avatars
  > Gifs Animés
  > Extra


kING D Zanza Présente

Le trésor perdu de San Faldo


Attention à tout ceux qui désirent lire cette Fan fic. Celle-ci se déroule après le dernier Arc de One Piece actuellement en parution au japon. Je vous averti donc que je ferais ici et là du Spoil. Certaines choses apparaissant ici tiennent compte de théories tel un hypothétique nouveau membre d’équipage….


Introduction | Chapitre I | Chapitre II | Chapitre III | Chapitre IV | Chapitre V
Chapitre VI | Chapitre VII | Chapitre VIII | Chapitre IX | Chapitre X | Chapitre XI
Chapitre XII | Chapitre XIII | Chapitre XIV | Chapitre XV | Chapitre XVI | Chapitre XVII
Chapitre XVIII | Chapitre IXX | Chapitre XX | Chapitre XXI | Chapitre XXII
Chapitre XXIII | Chapitre XXIV


Chapitre XI : POURSUITE

Slow : Alors… Fille ou Garçon.
Boogie Woogie : Capitaine, taisez-vous, vous vous fatiguez à parler si vite, vous n’en avez pas l’habitude.
Slow : Pff… de… toute façon... je…
Boogie : Taisez-vous, nous sommes bientôt arrivés. Vous serez sûrement dans la même chambre que Mélopée.

Les deux hommes étaient en route depuis une bonne demi-heure et l’état de Slow ne cessait d’empirer. Boogie avait de moins en moins d’espoir.

Slow : Aller. Je dois dormir.
B.W. : Capitaine, arrêtez vos bêtises… Capitaine ? Capitaine !!

Boogie s’arrêta et posa le corps de son ancien capitaine à terre. Il pouvait lire sur son visage un large sourire. Qu’est-ce qu’il pouvait signifier ? Il ne le saurait sans doute jamais. Le jeune homme fut tout de même content, au moins le corps de son capitaine ne serait pas aux mains de la marine. Par contre, comment annoncer la nouvelle à Mélopée ?…

Il entra dans l’hôpital et posa le corps de son capitaine sur une civière qui traînait là. Il aurait bien le temps de reprendre le corps plus tard et de l’emmener au loin, sur un navire afin qu’il repose en pleine mer…
Il continua le long du grand couloir et passa non loin de la chambre de Charleston qui se remettait petit à petit de ses blessures selon le médecin.

Médecin : Votre ami a eu de la chance. Un peu plus. Au fait, quel est son nom ? Je dois l’inscrire sur notre registre…
B.W. : Son vrai nom ? C’est Ringo…
Médecin : Bien.
B.W. : Appelez-moi dès qu’il sera réveillé…

Boogie s’en alla lorsqu’il croisa l’infirmière qui s’occupait de sa femme, exténuée et toute tremblante.

Infirmière : Je vous tiens enfin ! Venez vite !
B.W. : C’est pas vrai ? Elle accouche enfin !
Infirmière : Le bébé est né, mais votre femme…


Sage-femme : … Est décédée juste après la naissance. Je suis désolée.

Boogie était là, agenouillé devant le corps de sa femme, dont le visage avait été recouvert par un petit morceau de toile blanc. Dans la pièce d’à coté, il y avait un bébé, une petite fille, sa petite fille. Et elle dormait sans se soucier de l’ambiance de tristesse qui envahissait la pièce.
Cette nuit était la plus triste qu’il ait vécu. Il avait perdu une grande partie de ses amis, son chef et beau-père et sa femme. Ce fut aussi une nuit de trahison. Pourtant, ce fut aussi la nuit où il reçut son plus beau cadeau.

Charleston : Je suis désolé…
B.W. : Ringo ? Qu’est-ce que tu fais debout ?
Charleston : Comment voulait-tu que je restes là dans mon lit alors que le seul survivant de l’équipage est au plus mal ? Charleston n’est pas un sans cœur…
B.W. : N’oublie pas que je t’ai inscrit sous ton vrai nom. L’équipage est dissout, pas la peine de continuer à être Charleston le pirate…
Ringo : OK, Mais si Charleston n’existe plus, pourquoi gardes-tu le nom de Boogie-woogie ?
B.W. : Parce qu’il faut que ce soit lui qui tue Be-bop…
Ringo : Compris… Tu as une fille très belle.Au fait, comment tu va l’appeler ?
B.W. : Zack…
Ringo : *laissant pendre la mâchoire* Hein ? Mais c’est un prénom de mec ! C’est une fille j’te signale !!!
B.W. : Bha quoi ! J’suis nul pour trouver un prénom ! Et puis Zack c’est beau non ?!
Ringo : Mais c’est une fille crétin !! Une F-I-L-L-E !!!
B.W. : Francis alors ? Gérald ? Auguste !!!
Ringo : Laisse tomber, Zack, c’est pas mal pour définir… Et maintenant, qu’est-ce que tu compte faire ?
B.W. : J’ne sais pas, je n’ai nulle part où aller…
Ringo : Moi, je retourne chez moi. Mes parents tiennent une auberge à San Faldo, viens avec moi, avec ton sens des affaires, tu pourrais créer ton propre commerce !
B.W. : Pourquoi pas, mais auparavant, j’ai deux choses à faire… *regarde le corps de sa femme* Et je veux que ce soit bien fait…
Ringo : Et je vais t’y aider…

Boogie remarqua alors que sa fille s’était réveillée. Il s’approcha du berceau et vit qu’elle lui souriait, tendant ses petites mains vers le pendentif qu’il portait à son cou. Son père la pris dans les bras et lui mit le pendentif qui avait appartenu à Gold Roger autour de son propre cou. Elle rigola alors…

B.W. : Gardes-le précieusement ma fille, c’est un souvenir de ton grand père et de ta mère. Et un jour, le trésor qu’il ouvrira sera pour toi et tes descendants…

Fin du flash back…

Zack : Marre ! Comment on sort d’ici ?

Zack était en train de tourner en rond. Visiblement, si Robin n’avait pas pu avertir Luffy, elle devrait s’en sortir seule. Elle commença alors à observer la pièce et remarqua des maillons de chaînes qui traînaient dans le foin. Elle se saisit de l’un d’entre eux et sorti de sa poche sa clef à molette. Elle y gravit le mot « rocher de Lune ». Au moins, si elle pouvait laisser cet indice, les autres sauraient où la trouver. Puis elle se saisit d’un autre maillon et cogna les deux qu’elle avait en sa possession l’un contre l’autre.

Zack: *Suant à grosses gouttes* Aller, une petite étincelle, je ne demande pas mieux. C’est tellement sec ici que ça va cramer comme un rien.

Frappant les deux bouts de métal aussi fort qu’elle pouvait, la jeune femme n’obtint malheureusement pas l’étincelle suffisante pour faire son feu de joie. Cela faisait cinq bonnes minutes déjà que l’homme au chat, sa tarée de copine et l’autre gars bizarre l’avaient laissée et le départ devrait sûrement être imminent. Ce fut alors que l’étincelle providentielle arriva. Celle-ci mit immédiatement le feu à la paille.

Zack : Aïe ! Ça brûle plus vite que prévu. AU FEU !!!

Zack cria encore deux fois lorsqu’elle entendit ce qui semblait être Requiem crier que si il y avait le feu, ce n’était pas de sa faute ! Elle remarqua également la voix de Gospel qui demandait où il pouvait trouver de l’eau pour éteindre le feu.
Zack commença à étouffer lorsque enfin la porte de sa cellule s’ouvrit. Elle ne su pas qui lui ouvrit mais peu lui importait. Sans hésiter elle courut et passa entre les jambes de cette personne qu’elle reconnu comme étant Tango. L’homme basané fut surpris de voir la petite remonter sur le pont. Mais son problème actuel était d’éteindre l’incendie.
Zack était sur le pont supérieur. Elle remarqua avec dépit que le bateau avait largué les amarres.

Zack : Merde ! Trop tard…
Be-bop : Exact. Tel père telle fille on dirait...

La jeune fille se retourna et se trouva nez à nez avec le capitaine pirate. Celui-ci était entouré de Rock et de Zazou sous sa forme tigre, remuant la queue sous les caresses de son maître.

Rock : Bom ! Ce sont tous des pyromanes dans cette famille. Bom ! Son père avec la poudre et elle avec la paille…
Be-bop : Oui mais cette fois, on savait quoi faire. Allons petite, viens donc, tu ira dans la cabine de Samba et Sérénade te changer. Ces vêtements ne te conviennent pas. Tu serais plus mignonne en robe. Pas vrai Zazou ?
Zazou : Groar !
Zack : Je peux toujours nager jusqu'à la rive…
Sérénade : *apparaissant derrière Zack, un pistolet à la main* Fait ça si tu veut la môme, mais je t’aurait avant.
Zack : Flûte.

Tous commencèrent à partir lorsque Zack entendit un cri. Elle reconnue des voix familières au loin. Se retournant comme tout les autres, elle vit une espèce de petit bateau fendre les vagues, suivit plus loin d’un navire un peu plus imposant. Et le gros bateau avait une tête de mort avec un chapeau de paille dessus.

Zack : Luffy et les autres !!!!
Be-bop : Hum ? Plus rapides que Prévu. Mais leur navire est trop gros, nous sommes plus rapides. Mais ?! C’est quoi cette espèce de barque qui nous rattrape à une vitesse folle ?
Tango : *Qui venait à peine de remonter de la cale, une longue-vue à la main* Ay caramba ! Une embarcation muy curiosa. Ay ! On dirait que ça avance sans vent… Peut-être un fruit ?
Be-bop : *piquant la longue-vue des mains de Tango* Comment ? Et en plus c’est ce Luffy, Franky le cyborg et la rousse ! Bon, je crois que je vais devoir utiliser notre petite « modification » pour mettre de la distance entre eux et nous.*s’en va seul* Tango, ralenti-les.
Tango : *prenant sa guitare à bout de bras* Ay caramba ! Ils vont regretter. Ay ! Tango va percer des trous.

Luffy, Franky et Nami tenaient tant bien que mal à trois sur le Waver tandis que les autres les suivaient sur le bateau. Dès qu’ils étaient arrivés là où était amarré le « Swing », ils remarquèrent au loin le navire qui s’en allait. C’est alors que Nami eut l’idée du Waver, plus maniable et rapide pour les rattraper avec Luffy. C’était sans compter sur le charpentier qui voulait personnellement défoncer sa gueule à celui qui avait kidnappé son amie.

Franky : On ne peut pas aller plus vite ! Je croyais que ce machin céleste était très rapide !
Nami : Oh fermes-la toi ! Ce n’est pas fait pour une charge pareille. Si je pousse le dial plus que ça, il ne va pas le supporter !
Luffy : Ça ! Avec tout le métal qu’on transporte à l’arrière…
Franky : Ta gueule toi ! Si tu ne bouffais pas comme quatre non plus !!!
Nami : Arrêtez de gesticuler ! On va chavirer abrutis !!!
Franky : Plus vite ! On y est…
*PAN*

La navigatrice senti le Waver dévier mais réussit à le stabiliser tant bien que mal. Elle se retourna pour constater que Franky avait un impact sur le torse.

Nami : Que ? On nous tire dessus ?
Franky : Merde ! Il utilise quel calibre ce mec…
Luffy : T’aurais pu le renvoyer…
Franky : J’suis en métal et pas en caoutchouc moi !!!

*PAN ! PAN ! *

Nami : Accrochez-vous, je vais y aller en zigzag pour éviter les tirs !!!

La jeune navigatrice commença à virer de droite à gauche. Le Waver, même en faisant cela était toujours plus rapide que le navire de Be-bop et commença à le rattraper lorsque Luffy reçut une balle près du cœur qui rebondit dans l’eau.

Nami : C’est impossible ! Luffy, ça va ?
Luffy : Mouaip mais ça gratte !
Nami : Le type qui nous canarde doit être sacrément bon pour toucher une cible mouvante. On abandonne la poursuite, trop dangereux pour moi…
Franky : T’es tarée ?! Et Zack alors ?!
Nami : Hé !!! Je ne résiste pas aux balles comme vous autres moi !!!

Aussitôt après avoir dit cela un autre coup de feu retenti et perça un gros trou dans la coque du Waver qui commença à prendre l’eau et à perdre de la vitesse.

Nami : On est touchés !!!
Franky : Merde ! On est près d’eux ! Luffy ! Essaie d’attraper le bateau !
Luffy : Trop loin !
Franky : J’ai un plan !


Retour






  Connecté(s) : 28
  Livre d'or : 5305
  Total pages : 1870
  Total images : 7093
Comment avez-vous trouvé le passé secret de Sanji ?

Genial
Pas mal
Moyen
Nul

Jojo’s bizarre adventure-FR
TYPE-MOON France
El Nano Brokeur
X ^ Revenir en haut ^
X
X


A man's dream will never die !!
Site créé par ange bleu et Dark Sol
Copyright © 2003, 2017 - One Piece la volonté du D - Tous droits réservés
Copyright © One Piece - Eiichiro Oda
Version 3.1