Accueil | A Propos | Evénements | Liens | Forum | Livre d'or | Voie Maritime | Archives
phrase
Il faut toujours pardonner les mensonges des femmes - Sanji
Chapitre 885


Episodes 814
    > Prépublication
  > One Piece
  > Le Monde
  > Encyclopédie
  > Synopsis
  > Personnages
  > Résumés
  > Etudes
  > Animé Guide
  > Book Guide
  > OST Guide
  > Jeux Vidéo
  > Goodies
  > Névrose
  > Les 7 Enigmes
  > Batailles
  > Mini Aventures
  > Wanted
  > Pandaman
  > Navires
  > Fringues
  > Détails
  > Galeries
  > Fan Art
  > Fan Fic
  > Jeux
  > Quizz
  > Bureau
  > Avatars
  > Gifs Animés
  > Extra


Hitsugaya Présente

L'île Paradisiaque


Attention à tout ceux qui désirent lire cette Fan fic. Celle-ci se déroule après le dernier Arc de One Piece actuellement en parution au japon. Je vous averti donc que je ferais ici et là du Spoil. Certaines choses apparaissant ici tiennent compte de théories tel un hypothétique nouveau membre d’équipage….


Prélude | Chapitre I | Chapitre II | Chapitre III | Chapitre IV | Chapitre V
Chapitre VI | Chapitre VII | Chapitre VIII | Chapitre IX | Chapitre X


Chapitre V : Nekano et la ville de métal

« Vous n’êtes pas des hommes de Nekano ? », répéta Jona surprise.
Elle dévisagea l’inconnu qui se tenait devant elle, les trois katanas attachaient à sa ceinture l’impressionnait malgré elle. Néanmoins ce dernier semblait déstabilisé, ne sachant comment réagir :
« Euh….. »
Une main se posa sur son épaule et le tira d’un geste sec
« Dégage ! Tu lui fais peur ! »
Une jeune femme aux cheveux roux, très belle, s’agenouilla devant elle et lui dit d’une voix douce :
« Ne t’inquiètes pas, tu n’as aucune raison d’être effrayée »
« Je ne suis pas effrayée ! »
Nami ne se déstabilisa pas et sourit
« C’est vrai, excuse-moi, on va dire que tu n’as aucune raison de nous en vouloir alors »
Jona baissa son épée en bois, rassurée
« Vous êtes des invités de Papa alors ? »
« Mmmm…on peut dire ça »
« Tu comptais nous étaler avec cette épée ? », demanda curieusement Pauly, qui s’était tranquillement rassit, le poing contre la joue, le pied gauche sur le genoux droit.
« Oui ! », répondit-elle d’un ton ferme
Pauly sourit
« Je vois…. »
Toujours assis sur sa chaise, Tezuna se décala :
« Viens t’asseoir sur mes genoux de ton papa ma chérie »
« Arrête de me parler comme à une petite fille, j’ai bientôt 10 ans ! »
Jona vint tout de même s’asseoir sur ses genoux, Nami s’était également rassise et Zorro s’était replacé contre son mur.

Nami réfléchit, d’une part cette île l’intriguait, et l’arrivée de cette petite fille, si inattendue, lui donnait un sentiment de déjà vu. Pendant de longues années de tyrannie, elle avait eu à subir le joug d’Arlong, elle connaissait parfaitement ce genre de révolte, celle qui animait le visage de Jona il y a encore quelques instants, elle était maintenant sure que cette île devait subir également une domination similaire, mais elle ne savait pas s’il était prudent d’aborder le sujet.
Cependant, elle n’eut pas à réfléchir plus longtemps, Tezuna prit tout à coup la parole :
« Notre dernier roi est décédé il y a 10 ans, c’était un souverain jovial et réfléchit, bon et juste avec son peuple. Malheureusement il n’avait que 34 à sa mort, était fils unique, n’était pas marié et n’avait aucun descendant. A ce moment là, cette île respirait encore la nature. Puis l’ancien conseiller de notre roi prit le pouvoir, conformément aux directives qu’imposaient nos lois, et en attendant un éventuel successeur, ce fut le début du règne de Nekano. Il n’avait jamais été très apprécié, ne sortait jamais et était connu pour détester les fleurs, l’herbe, les arbres…..la nature ! Cependant, personne n’aurait imaginé ce qui allait suivre…. »
Tezuna s’arrêta un instant, se frappa le front et s’exclama en rigolant :
« Ahahahahah !! Mais pourquoi je vous raconte tout ça ? Pas la peine de vous ennuyer avec ! Reprenons plutôt nos aff… »
« Plus tard ! », le coupa Nami, « Ca ne m’ennuie absolument pas ».
Elle pensait à Wapol et à la tyrannie qu’il avait imposée sur l’île de Drum avec sa chasse aux médecins. « On a déjà eu affaire à ce genre de problème.. »
« Moi je vous écoute », ajouta calmement Pauly, tout en remarquant que Zorro semblait beaucoup plus absorbé par Jona que par Tezuna.
Elle lui faisait penser à Kuina, bien sur, cette fois ce n’était pas un sosie, mais son caractère, ses cheveux bruns coupés court, cette jeunesse. Il ne pouvait s’empêcher de la regarder.
Tezuna s’apprêta à reprendre..

Luffy s’arrêta un moment, aucun signe de fatigue visible, il ne devait plus être très loin de l’endroit d’où provenait ce cri. Tout à coup il entendit un froissement de feuille qui venait de derrière, puis plusieurs froissements, un groupe de personne se dirigeaient vers lui. Il se retourna, ce qui l’intriguait c’est que les froissements semblaient provenir plus haut dans les arbres et non au sol. Un jeune homme atterrit avec souplesse sur une branche d’un séquoia située à une dizaine de mètres au-dessus de lui, il avait les cheveux bleu ciel, et porté une sorte d’énorme tonneau fermé dans le dos, il regarda Luffy :
« Eh Tayuya ? »
Une fille du même âge atterrit sur une branche un peu plus loin, apparemment elle avait parfaitement compris ce que voulais son comparse :
« Pas le temps abruti ! Maître Orochimaru nous attend et on est en retard ! »
Sans autre cérémonie, les deux acrobates partirent en sautant de branche en branche à grande vitesse. Luffy les regarda disparaître, « Drôles de types ? ! », Se dit-il. Avant qu’il ne puisse faire un geste, un autre froissement de feuille se fit entendre, au même endroit qu’auparavant. Un jeune garçon apparut, un chien entre sa capuche et sa tête, il adressa un bref regard à Luffy mais ne s’arrêta pas pour autant. Il fut immédiatement suivi d’un deuxième adolescent, du même âge, aux cheveux longs fixé en haut de son crâne par un élastique, celui-ci ne s’arrêta pas non plus. Puis un troisième larron apparut juste derrière : Les cheveux blonds, une tenue orange, un bandeau sur le front. Luffy eu une sensation étrange lorsque ce dernier le regarda, il était sur de l’avoir jamais vu, pourtant il avait l’impression d’en être proche, mais il n’eu pas le temps d’y songer plus longtemps :
« Je vous ai dit de dégager !!! Je ne le répéterai pas !! »

Luffy s’avança, le type qui avait dit cela devait être dix mètres devant lui, il écarta quelques feuillages pour finalement atterrir devant la scène qui lui avait fait parcourir tout ce chemin : Quatre hommes entouraient un cinquième, deux mètres derrière une entrée dans une petite montagne indiquait la présence probable d’une mine ou d’un tunnel. Luffy constata avec surprise que ces quatre hommes étaient affublés d’une tenue vestimentaire pour le moins étrange : Ils étaient couverts de plaque de métal quasiment de la tête aux pieds, seules les mains, les pieds et la figure étaient épargnés.
« Waaaah !! C’est génial, des armures magiques !!! »
L’un des quatre soldats se retourna en sursautant :
« MAIS T’ES QUI TOI ??? »
« Je m’appelle Luffy », répondit-il avec son naturel habituel
L’un des soldats s’avança en poussant l’interlocuteur de Luffy, visiblement c’était le chef de la bande.
« Et qu’est-ce que tu es venu faire là petit ? »
Luffy passa à côté de lui en sifflotant, il se dirigea vers le cinquième homme, le seul à ne pas être couvert de plaques de métal, qui était au contraire plutôt habillé comme un paysan. Ce dernier qui avait regardé la scène sans rien dire se mit en garde instinctivement, ses cheveux qui étaient hérissés en pointe se tendirent
« Salut tête d’hérisson ! Tu peux me dire ce qu’il se passe ici ? »
L’un des deux soldats qui n’avaient pas encore bougé se pencha vers l’oreille de son comparse :
« T’as vu comme il a ignoré le chef ? », lui chuchota-t-il.
« Ouais, j’ai rarement vu une question partir dans le vent comme ça ! », répondit ce dernier en pouffant de rire.
« Vraiment ? », demanda une voix juste derrière eux qui avait écouté leur petite conversation, et qui était en train de les regarder d’un air menaçant en craquant les os de ses mains.
« Euh !!..On plaisantait chef !!! »
« Parce que vous trouviez ça drôle ? »
« Ben ouai..euh non ! non! * PAF *.. »
« John !! * PAF*.. »
Les deux hommes à terre, assommés, le chef se tourna vers Luffy, ce dernier écoutait la fin des explications de tête d’hérisson.
« ….et j’ai pris trop de retard dans le pourcentage qu’il prenne sur mes ventes, pas difficile de deviner le reste, mais je te conseille de pas trop rester là petit, ces types ne plaisantent pas »
« Ouais, rien à manger quoi, bon tant pis », déçu Luffy s’apprêta à faire demi-tour.
« Tu vas regretter de m’avoir ignoré sale morveux ! Je supporte pas qu’on me tourne en ridicule, j’vais t’refaire le portrait ! »
Il suivit du regard Luffy qui s’avancer vers lui « Quoi ? Il croit avoir une chance ? Très bien, viens, je t’attends », il tourna lentement la tête, suivant Luffy qui lui passa à côté pour se diriger vers la forêt. Toujours sur ses gardes, il finit par comprendre que Luffy l’avait encore ignoré : « RAAAAAAH !! S’en est trop ! »
Les deux gardes préalablement assommés choisirent ce moment pour émerger. Le chef se tourna vers les trois soldats : « Attrapez-moi ce gamin ! On va lui flanquer une correction dont il se souviendra longtemps ! »
Deux soldats se jetèrent sur Luffy qui était de dos, ZVIIIIIFF deux coups de sabres se croisèrent….dans le vide.
Luffy avait effectué un salto arrière, atterrissant derrière eux « Je n’ai pas l’intention de me mêler de vos affaires, alors je vous conseille de ne pas me chercher »
« On t’a rien demandé petit », lui répondit un soldat en tendant la main pour lui faire tomber son chapeau de paille….*PAFF*
« Oups !! Désolé, un réflexe », s’excusa Luffy
« Tu vas aller faire tes excuses en enfer !! », cria un soldat en se jetant de nouveau sur lui
« Pfouuuu…ils sont ennuyants… »
Avec une rapidité hallucinante, il esquiva le coup tout en envoyant un coup de poing dans le ventre du soldat, qui tomba à terre inconscient. Toujours à la même vitesse il courut vers les deux soldats restants, prit appui sur le plus proche et sauta en l’air « CHEWIIIIIING… », il effectua deux salto sur lui-même « …LANCE !!!! », un violent coup de ses deux jambes écrasa l’un des soldats. Son comparse le regarda les yeux écarquillés « Pas possible….C’est qui ce.. *BAM* », Luffy venait de toucher terre à côté de lui en lui ajustant une splendide beigne du droit.
Le chef avait regardé la scène sans bouger, atterré de voir ce gamin balayer ses hommes comme on se sert un verre d’eau, et puis il n’avait pas rêver, ces jambes s’étaient allongées en l’air ! Mais c’était qui ce type ?
« CHEWIIIIIIING….STAMP !!! *SMASH* », il n’eut pas le temps de réfléchir plus longtemps à la question….Assommé par la semelle de Luffy.

Luffy se tourne vers la tête d’hérisson pour lui poser une question…personne ! Un bruissement de feuilles dans les buissons d’à côté lui fit comprendre que ce dernier avait préféré partir….depuis peu visiblement..
Luffy allongea son bras en arrière « CHEWIIIING… », il le lança d’un coup sec dans l’imposante touffe de buisson « …LANCER DE PECHE !!!! ». Sa main attrapa quelque chose de lisse « Et une prise de pêche ! Une ! », Luffy tira d’un coup sec, content d’avoir réussi son lancer, pour ramener sa pêche.
« GROAAAAAAR !!! »
…Un loup lui atterrit violemment dans la tête.
« Oups…..*AIE* »
Venant de le mordre, visiblement peu content d’avoir était traité comme un poisson, le loup semblait décider à attaquer.. Luffy comprit que c’était inévitable.. !
Une tension s’instaura entre les deux adversaires, ils se jaugeaient du regard, l’adrénaline était palpable, des gouttes de sueurs coulaient lentement le long de leur joues ….Le loup estimait la force de son adversaire, il était lui-même un dur à cuire et ne laissait rien au hasard : un jeune humain visiblement banal, sa vitesse ferait le reste !
Il s’élança, sûr de son coup, crocs en avant !……Il eut juste le temps de voir un poing s’allonger dans sa direction avant de comprendre que ce n’était pas une bonne idée *SBAM* !
« Nan mais qu’est-ce qui lui a pris de me mordre à ce sale clebs, malin ! Je saigne maintenant ! »

Jona regardait un papillon par la fenêtre, quand un loup tomba brutalement dans l’herbe !! Elle tira son père par la manche
« Papa ! Y a un loup qu’est tombé du ciel »
« Ca doit être la saison ma chérie »
« Non mais c’est vrai ! Je l’ai vu passé par la fenêtre »
« Il poursuivait sûrement un lapin qui tombait du ciel », répondit son père en souriant « Allez, va donc aider ta mère à préparer le repas »
« Pff.. tu m’crois même pas ! »
« Mais si, je te crois »
Jona se leva en direction de la cuisine, on entendit une petite voix
« Maman ! J’ai vu un loup tombé du ciel »
« Ca doit être la saison ma chérie »

Pauly huma la délicieuse odeur de viande rôtie qui émanait de la cuisine, accompagnée de saveurs de thym et de sauce.
« Mmmmmh..Ca sent sacrément bon, m’étonnerait que vot’femme ait besoin d’aide »
« C’est même sur, mais je n’ai pas envie que Jona entende ce que je vais vous dire.. »
Les trois pirates le regardèrent
« Pour asseoir sa domination, Nekano décida alors d’éliminer toute cette nature qui le gênait et il fit construire Steel City, la ville de métal ou « la partie grise ». Toutes les pelouses furent rasées, les arbres déracinés, les buissons arrachés, puis furent bâtis tous ces édifices en métal, toutes ces routes d’acier, les bancs, les toits….Tout était en métal, sans couleur, sans vie….Mais cela ne se fit pas sans dépense, tous ces matériaux, tout cet équipement, Nekano le faisait importer directement de mines d’îles environnantes, le coût était effarant et dépassait largement les frais que pouvaient accepter les fonds de son gouvernement. Ivre de haine envers la nature, il en avait complètement oublié les conséquences d’une telle opération.
Pour combler ce déficit, il n’a rien trouvé de mieux que de doubler les impôts et les taxes de tous les habitants de l’île. Depuis la vie de chacun s’est plus rapproché du calvaire qu’autre chose, les restrictions étaient vraiment dures, fini les gâteaux à la crème qu’on s’offrait le dimanche, fini tous les petits plaisirs de la vie…On en vint à être contraint de vendre nos meubles, mais pas seulement nous ! Tout le monde se rapprochait petit à petit d’une misère qui ne faisait qu’empirer, on finit par quitter cette ville grise que je ne pouvais plus supporter pour emménager ici. Mon fils aîné Sushi resta à Steel City où les emplois rapportaient plus, malgré des conditions de travail plus que révoltantes. Cela fait presque 4 ans qu’on ne l’a plus vu, Jona l’aime beaucoup et il lui manque de plus en plus. »
Tezuna s’arrêta.
« Et personne n’a tenté de se révolter devant lui ? », l’interrogea Zorro
« Si, bien sur, mais Nekano s’est offert les services d’une bande d’ancien chasseurs de primes très célèbre, toutes les personnes qui se sont risquées à se rebeller contre Nekano ont été tabassé puis envoyer en prison. A présent plus personne n’ose tenter quoique ce soit »
« Des chasseurs de primes ? », répéta Zorro intrigué
« Oui, ils sont effroyablement forts, pour les avoir à ses côtés Nekano doit les payer grassement »
« Comment s’appellent-ils ? »
« Ils ont abandonné leurs anciennes activités, et on, en conséquence, laissé tomber leur nom. Mais auparavant on les appelait « Les Poulets » je crois. »
« Pas terrible comme nom », lâcha Pauly
« Comme quoi il ne faut pas se fier aux noms », dit Zorro
« Tu les connais ? »
« Non, mais j’en ai entendu parler quand j’étais encore chasseur de prime. Les « Poulets », je sais pas où ils sont allés chercher leur nom, mais ils étaient très connu dans le milieu pour leur efficacité, jamais rien n’était laissé au hasard et ils remplissaient tous leurs contrats sans la moindre anicroche. »
Pauly remarqua le double ton avec lequel Zorro avait parlé, de la fébrilité semblait se mélanger à de l’engouement, et le sourire de ce dernier laissait comprendre le reste.
Nami reprit :
« Donc si j’ai bien compris, vous avez quitté Steel City pour échapper aux taxes ? »
« Non, enfin si, mais Nekano ne tarda pas à remarquer qu’un grand nombre d’habitants quittaient la ville, et il a pris des mesures. Un mur de plus de 12 mètres de haut fut construit pour empêché toute fuite supplémentaire, bien sur, à chacune de ses entrées ont été placé assez de gardes pour faire passer l’envie de forcer le passage.
Ensuite, il a envoyé plusieurs groupes de soldats en dehors de Steel City, chacun de ses groupes a un périmètre d’action bien défini dans lequel il est chargé de récolter les impôts des personnes s’y étant installer. »

« Ils sont combien exactement ces groupes chargés de récolter vos impôts ? L’île est grande, ils logent où ? », questionna Pauly
« Chacun d’eux doit être composé à peu près d’une trentaine d’hommes, Nekano leur a fait construire à chacun une grande baraque, en acier évidemment. »
« Où ? »
« Hmmm…celui auquel je dois verser de l’argent n’est pas très loin, en suivant le chemin derrière la maison on y est en 5 minutes »
« Cette « partie grise », qu’est-ce qu’elle a de si spécial ? », demanda Nami.
« Je vous l’ai dit, elle est entièrement faite en métal…..Mais vous avez raison, ce n’est pas sa seule particularité.
Nekano y a fait construire d’énormes installations hautes-technologies ayant pour seul but d’attirer des touristes ou n’importe quel marin ne sachant pas où dépenser son argent. Je ne sais pas exactement à quoi elles ressemblent, ni à quoi elles servent, j’en ai seulement entendu parler. Mais on m’a dit que ce sont elles qui ont amené Nekano a surnommer Towish ( cette île ) « L’île paradisiaque », pffff…sacré euphémisme hein ? Il a poussé le culot a renommé presque entièrement la cartographie de l’île, par exemple « la baie des plaisirs » dont je vous parlé tout à l’heure, ou encore le port principal de Steel City qui accueille les pigeons de Nekano qui s’appelle « le port du paradis » ».


Zorro observait Tezuna, il paraissait soulager, soulager d’avoir parler à des étrangers de cette pseudo-dictature que lui et sa famille semblait subir depuis plusieurs années. Cependant ce n’était manifestement pas dans le but de quérir une éventuelle aide, mais simplement un besoin d’exprimer sa colère sur cette « partie grise ».
Pauly s’apprêtait à poser une nouvelle question, quand quelqu’un tira sa veste, c’était Jona.
« Vous allez aller chercher mon frère ? », le ton était fébrile.
« Désolé petite, mais cette affaire ne nous concerne pas », répondit Pauly abruptement.
Des larmes coulaient le long de la joue de la petite fille, Zorro s’agenouilla
« Ecoutes, c’est dur à dire mais on a aucun intérêt à aller chercher ton frère, nous ne sommes pas des héros sortis de la mer, nous sommes des pirates. Tout ce que l’on peut faire c’est te dire d’être forte, tu nous as montré tout à l’heure que tu as la volonté nécessaire pour attendre ton frère. »
Zorro se releva et se retourna
« Bien, je suis complètement ankylosé moi, je vais aller faire une petite ballade »
Pauly se leva :
« Je t’accompagne »
« Pas besoin d’une nounou »
« C’est pour éviter qu’on te retrouve dans une grotte perdue abruti ! »
« Qui c’est que tu traites d’abruti ? »
« Un ami à toi aux cheveux verts »
« Tu te fous de moi ?!! »
« On peut rien te cacher… »
« ALLEZ FAIRE VOTRE BALLADE AU LIEU DE NOUS BASSINER AVEC VOS DISPUTES A 2 BERRYS !! », vociféra Nami en les envoyant dehors d’un coup de pied.
Nami reprit sa chaise
« Vous ne les suivez pas ? », le questionna Tezuna
« Je ne pense pas que ce soit utile » répondit Nami.

Zorro et Pauly s’apprêtaient à commencer leur ballade quand une petite voix les arrêta
« C’est pour vous »
Ils se retournèrent, Jona venait de sortir discrètement de la maison et leur tendait timidement une feuille
« Qu’est-ce que c’est ? », lui demanda Pauly
« Un dessin que j’ai fait quand vous parliez avec Papa », répondit-elle
Zorro prit simplement le dessin
« Merci, on y fera attention »
Jona souris de toutes ses dents, ravie
« Vous avez raison, je serai plus forte »
Zorro ne répondit pas, Jona fit demi-tour et rentra.
Pauly s’approcha et regarda le dessin que tenait Zorro : dessinés aux crayons de couleurs on pouvait y voir une maison entouré de palmiers, à côté Zorro, Nami et Pauly étaient grossièrement dessinés et au milieu se tenait deux grandes personnes, visiblement Tezuna et Nanao ainsi qu’un autre homme qui tenait la main à une petite fille. Ils n’eurent pas de mal à deviner son identité.
Zorro passa le dessin à Pauly qui le plia et le glissa dans sa veste. Puis ils contournèrent la maison et prirent le seul chemin qui s’offrait à eux.
Pauly jeta son cigare qui était fini, en prit un autre et l’alluma tout en marchant
« Tu penses à ce que je pense ? »
Zorro posa sa main sur son Wado Ishimonji
« Cette question ! »


Retour






  Connecté(s) : 24
  Livre d'or : 5305
  Total pages : 1870
  Total images : 7093
Comment avez-vous trouvé le passé secret de Sanji ?

Genial
Pas mal
Moyen
Nul

Jojo’s bizarre adventure-FR
TYPE-MOON France
El Nano Brokeur
X ^ Revenir en haut ^
X
X


A man's dream will never die !!
Site créé par ange bleu et Dark Sol
Copyright © 2003, 2017 - One Piece la volonté du D - Tous droits réservés
Copyright © One Piece - Eiichiro Oda
Version 3.1