Accueil | A Propos | Evénements | Liens | Forum | Livre d'or | Voie Maritime | Archives
phrase
L'île des snipers est dans vos cœurs - Sniper King
Chapitre 885


Episodes 814
    > Prépublication
  > One Piece
  > Le Monde
  > Encyclopédie
  > Synopsis
  > Personnages
  > Résumés
  > Etudes
  > Animé Guide
  > Book Guide
  > OST Guide
  > Jeux Vidéo
  > Goodies
  > Névrose
  > Les 7 Enigmes
  > Batailles
  > Mini Aventures
  > Wanted
  > Pandaman
  > Navires
  > Fringues
  > Détails
  > Galeries
  > Fan Art
  > Fan Fic
  > Jeux
  > Quizz
  > Bureau
  > Avatars
  > Gifs Animés
  > Extra


Hitsugaya Présente

L'île Paradisiaque


Attention à tout ceux qui désirent lire cette Fan fic. Celle-ci se déroule après le dernier Arc de One Piece actuellement en parution au japon. Je vous averti donc que je ferais ici et là du Spoil. Certaines choses apparaissant ici tiennent compte de théories tel un hypothétique nouveau membre d’équipage….


Prélude | Chapitre I | Chapitre II | Chapitre III | Chapitre IV | Chapitre V
Chapitre VI | Chapitre VII | Chapitre VIII | Chapitre IX | Chapitre X


Chapitre IX : Steel City Express

--------------------------Sur un navire de la Marine---------------------------------

« Comment ça vous avez perdu leurs traces!!! »
« Désolé Colonel », bafouilla le pauvre marine.
« Je vous demande pas d'être désolé, je vous demande des explications!! »
« Euh...Oui...Pardon, enfin oui, après leur départ d'Enias Lobby, plusieurs navires ont été lancé à leur poursuite, des témoins nous ont dit les avoir vu à proximité de l'île CheerLader, ce qui a été confirmé par une bouteille de cola vide retrouvée dans le coin. Et ensuite plus rien, on a complètement perdu leurs traces. On sait seulement qu'ils ne sont pas arrivés jusque RedLine, plusieurs de nos troupes sont postées là-bas, et il ne pourrait passer dans le Nouveau Monde sans être vu. »
Le Colonel réfléchit un instant, pensif. Il tira quelques bouffées de ses cigares et s'assit, parlant pour lui-même:
« Depuis le temps, ils auraient forcément du accoster, ne serait-ce que pour acheter des vivres. De toute façon ils ne sont pas du genre à rester tranquillement en mer....Mais j'ai vérifié moi-même à ce que l'on poste des hommes sur chacune des îles présentes entre CheerLader et le Nouveau Monde..... », Smoker s'arrêta un instant, repensant aux événements d'Enias Lobby et à la manière dont il avait retrouvé chapeau de Paille près du casino Rain Dinner, « Ouais, et ce n'est pas non plus le genre d'équipage à passer inaperçu....... ».
Sentant qu'il resterait un moment à songer à tout cela, il s'installa confortablement sur l'un des transats du navire de la Marine, dit au marine de retourner chercher des infos sur l'équipage de Chapeau de Paille, ferma les yeux et tira de nouveau quelques bouffées de fumée.
Tout à coup, il entendit une voix familière:
« Colonel Smoker, vous êtes là? Colonel Smoker? ».
L'interpellé ouvrit un oeil et aperçut une paire de lunette posée plus loin sur une table, la voix d'un autre marine se fit entendre:
« Lieutenant ! Pas par là, c'est le bastingage, faites atten.... »
Splaaash
Le bruit bien significatif d'une personne tombant à l'eau résonna....
Smoker soupira : « Elle changera jamais... ».

« Bois ça », lui dit Smoker en lui tendant une tasse de café chaud.
« Ah, merci Colonel », répondit-elle, une couverture sur les épaules pour la réchauffer.
« Faut que t'arrêtes de laisser tes lunettes traîner n'importe où Tashigi.. »
« C'est si régulier que ça Colonel? »
« C'est la septième fois cette semaine Tashigi »
« Il y a eu pire »
« On est Jeudi »
« Ah quand même... »
« Bref, tu avais quelque chose à me dire avant ton bain? »
« Ah oui! C'était quoi déjà? »
« Bah j'en sais rien moi! »
« Ah! Pardon Colonel!.. Ca y est je m'en rappelle! Vous aviez le colonel Hina à l'escargophone! Elle voulait vous parler...»
« J'veux pas lui parler maintenant »
« Ou elle menaçait de parler d'une de vos nuit de dortoir d'il y a longtemps, lorsque vous faisiez vos études ensembles... »
« Où est l'escargophone? »

Smoker saisit le combiné:
« Ouais? »
« Smoker? »
« Ouais »
« Ca fait trois heures que j'attends au téléphone j'te signale! »
« Désolé, j'suis occupé »
« C'est bien pour ça que Hina téléphone abruti »
« Ah oui? »
Smoker raccrocha aussi sec. Dix secondes plus tard l'escargophone sonna de nouveau!
« Allo? »
« Toujours aussi buté, Hina pas contente »
« Bon pourquoi tu m'as appelé? »
« J'ai eu quelques infos qui pourrait t'interesser sur Chapeau de Paille »
Smoker saisit ses cigares et rapprocha le combiné:
« Je t'écoute »
« Je n'ai jamais dit que c'était gratuit... »
« Je regrette mais j'ai laissé ma limousine à l'entrée, en revanche je peux t'envoyer mon navire personnel si tu veux, tu verras il y a une piscine, un jacuzzi et un bar très complet ».
« C'est fou les progrès que tu as fait en humour, disons que j'aurai un service à te demander plus tard, et tu ne pourras pas le refuser »
Smoker réfléchit, voilà qui était dangereux, mais Hina n'était pas du genre à mentir, ni à lui fournir des renseignements sans intérêt:
« Ok, ça me va »
« Parfait, Hina satisfaite »....

---------------------------------Mugiwaras, Forêt de l'île de Towish »----------------

« Mais un sabre en moins, ça risque pas de te gêner Zorro? », lui demanda la navigatrice.
« Je n'ai pas besoin de sabre pour remporter un combat »
« Oui, rien qu'avec sa sale tronche, les ennemis sont pliés en deux », ajouta Sandy.
« Non, je leur fais manger ta cuisine », répliqua l'épéiste.
« Ah oui, gagner leur amitié est une bonne solution, un peu traître mais bon »
« Depuis que j'utilise cette méthode, le taux d'empoisonnement a doublé sur GrandLine... », répondit Zorro l'air de rien.
« Au prochain repas, il y en aura un de plus, ça c'est sûr ».
Paulee intervint:
« Mais on risque d'affronter les NoveSpade, tu vas te retrouver face à de sacrés adversaires. A ce niveau un sabre en moins sera un handicap non? »
« On verra à ce moment là », répondit le sabreur, « De toute façon, je ne peux pas me permettre de prendre n'importe quel sabre ».
« Où est-ce que j'ai mis cette mort-aux-rats déjà? », sifflota Sandy en fouillant dans son sac.
Zorro déglutit en pensant qu'il avait peut-être eu tort d'attaquer le cuistot sur le terrain de la cuisine....

« Nami j'ai faiiiiim, on est encore loin? », soupira Luffy qui n'avait rien mangé depuis 25 minutes.
« A peu près 3600 kilomètres », répondit-elle.
« Hein?!! Sérieux?!! J'ai changé d'avis, on rentre au Sunny! »
« Luffy, ça fait 25 minutes qu'on est parti alors retiens ton estomac pour l'instant s'il te plait »
« Eh! Je fais pas 3600 kilomètres le ventre vide moi! J'tiendrai jamais! On rentre! »
« Abruti! L'île ne doit pas dépasser les 200 kilomètres sur sa plus grande longueur! »
« Hein?!! Mais ils sont où les.... »
Luffy s'arrêta un instant, en proie avec un véritable mal de tête, puis reprit triomphant:
« 1857 kilom... »
« 3400 », le coupa Ussop.
« Voilà, 3400 kilomètres restants? »
Nami abandonna la discussion, elle n'avait pas d'aspirine sur elle et préféra rejoindre Robin et Franky en tête du groupe.
« On est bientôt arrivé? », lui demanda le cyborg par curiosité.
Pour toute réponse il reçut un splendide coup de talon dans le dos
« AIIIIIEEEEE!!!! Mais t'es folle?! Ca fait super mal!! »
« Tu l'as bien cherché »

En queue du groupe, Sandy, Paulee et Chopper s'étaient arrêtés un instant:
« Et celui-là, il est comestible? »
Paulee avait repéré un appétissant nid de champignon et avait aussitôt alerté le cuistot et le médecin.
« C'est un Bolet Bai, il est comestible »
« Et celui-là, le jaune là? »
« Cortinaire Violet, vénéneux »
« Et lui, celui avec des pois? »
« Tricholome Tigré, vénéneux également »
« Bon, et le vert? »
« Amanite rougeatre, comestible »
« Le tout petit qui brille là? »
« Boucle d'oreille, pas comestible »
« Ok, et les deux du fonds pour finir, celui avec une auréole et celui en forme d'étoile? »
« Bolet de satan, vénéneux, et chanterelle en entonnoir, comestible »
Le cuistot se releva satisfait:
« Impressionant Chopper! Même si j'aimerais bien connaître le type qui a donné tous ces noms de champignons »
Le renne dansa un instant:
« Ca ne me touche même pas! »
Sans se retourner, Sandy dit d'une voix forte:
« Eh face de chou! Si tu veux avoir une chance de manger sans inquiétude ce soir, viens ramasser le futur repas »
Pas de réponse.
Intrigué, Paulee regarda devant eux:
« Il était pas devant nous? »
Tout à coup Sandy tilta, reprit l'un des « champignons » qu'il avait montré à Chopper, la boucle d'oreille dorée, qui n'était autre que l'une des trois que portait Zorro....
« Oups..... »

« Comment ça on a encore perdu Zorro?!! », vociféra Nami, « J'avais mis un tour de garde! Qui était de surveillance sur Zorro ?!! »
Robin consulta le carnet de tour de garde : « Le Capitaine »
«Qu'est-ce que tu as à dire pour ta défense Luffy?!! », cria la belle rousse.
Elle jeta un coup d'oeil sur les mugiwaras :
« Luffy ? »
Sur le point d'éclater, elle demanda à Robin : « Qui était de garde sur Luffy? »
L'archéologue regarda : « Zorro »
Nami s'assit en pleurant : « Ils vont me rendre folle... »

-------------------------Dans un coin paumé de la forêt------------------------------

« Ah, on dirait que j'ai du retard, ils sont tous devant », pensa Zorro en soupirant.
Il accéléra pour rattraper son retard.

-------------------------Dans un autre coin paumé de la forêt-----------------------

« Ah on dirait que j'ai de l'avance, ils sont tous derrière », pensa Luffy avec joie.
Il accéléra pour augmenter son avance.

---------------------------Steel City, une rue marchande----------------------------

Deux jeunes gens discutaient en se promenant dans l'une des rues de la ville aux murs d'acier, et à en croire leurs bagages, ils faisaient quelques emplettes.
Le jeune homme, d'une bonne taille, les cheveux chatains clairs et un regard bleu perçant, était torse nu. Une fine chaîne dorée au motif de croix religieuse autour du cou, les mains dans son jean, il s'apprêta à prendre la parole.
Son interlocutrice, une jeune femme à la beauté ravageuse, portait une légère robe d'un rose pâle. Elle rejeta en arrière sa chevelure brune avant de l'écouter.
« Tu sais, je me demande ce qui se passera une fois que je serais mort.. »
« Champagne? »
« Je ne pense pas que j'aurai soif. »
« Caviar? »
« Ni faim. »
Elle haussa alors les épaules sans prêter réellement attention à ses propos, il reprit:
« Non mais, est-ce que ce sera le néant? Ou est-ce que je serai un esprit qui se ballade, est-ce que je pourrai te voir dans ta douche sans que tu ne le saches, par exemple ? »
Il reçut un solide coup de sac dans le ventre et tomba à genoux sur le sol, le souffle coupé.
« Un peu de respect, je suis ta soeur Allen », lui dit-elle en haussant ses lunettes de soleil.
« Je....je....plaisantais Luna », répondit-il en suffoquant, « C'est un ....un sac....classe poids lourds...que t'as là? »
Elle sortit dudit sac deux marteaux et un poids de 10 kilogrammes:
« On est jamais trop prudente », précisa-t-elle, en haussant de nouveau ses lunettes de soleil.
« Tu peux pas y mettre du rouge à lèvre comme tout le monde?? »
Elle en sortit un tube de rouge à lèvre.
« Je déteste quand tu penses à tout »
Il se releva en se massant le ventre :
« Bon trève de plaisanterie. Qui est-ce qu'on doit voir encore? »
« Hmmmm...On a un tour à faire chez le cordonnier, le boucher, le patissier et le vendeur de marteau »
« C'est obligé le dernier? »
« Primordial »
Il soupira:
« Bon allons-y, même si... »
Mais il s'arrêta net dans sa phrase, observant silencieusement un jeune homme et une jeune femme qui marchaient en sens inverse. Ces derniers les croisèrent sans un bruit, un cercle de neuf épées était cousu en fil argenté sur leurs cols.
« Les NoveSpade... », murmura silencieusement Luna.
Allen glissa sa main dans son dos, mais sa soeur le retint:
« Tu sais bien que c'est inutile...Allons finir nos courses »
Il n'écouta pas et sortit son éventail, puis commença à l'utiliser:
« Qu'est-ce que tu dis? »
« Euh....Non rien », répondit Luna, désappointée.

-------------------------- 3 rues marchandes plus loin-------------------------------

« Ce jeune garçon n'avait pas l'air de t'aimer »
« Surement un jaloux de mon succès auprès des femmes, sa copine devait bruler d'envie de me demander un autographe », répondit l'homme en sortant une photo dédicacée de lui-même, il s'admira « Aaaaaah Silvère, la célébrité est si difficile, pourquoi es-tu né si parfait? »
« Abruti.... », commenta sa collègue, blasée.
« Kôôa?!! Même toi tu es jalouse c'est ça? Ose répéter pour voir! »
« Abruti, abruti, abruti, abruti abruti, abruti, abr... »
« Ok, ça va c'est bon!! »
Faisant mine d'être vexé pour obtenir des excuses, Silvère détourna la tête tout en continuant à marcher, bien que Jenny n'ait rien remarqué.
Sans ce symbole montrant leurs appartenances au corps des NoveSpade, ce cercle de neuf épées cousu sur leurs vêtements, on pourrait défier n'importe quel personne présente dans la rue d'affirmer que ces deux-là étaient de terribles chasseurs de primes.
Silvère Ksi portait une chemise d'un gris clair, parsemée de fils argentés, un bermuda orange fluo, une paire de tongs grises et un chapeau blanc. Il était parfaitement convaincu qu'aucune femme ne pouvait résister à son charme, malheureusement la seule personne qu'il a réussi à séduire jusqu'ici est le chien de ses voisins.
Jenny Prisca était habillée de façon très sobre, sans maquillage, un tee-shirt blanc et un pantalon beige lui suffisait. Elle se foutait complètement des hommes mais aucun ne lui résistait, malgré elle.
Pourtant, ils avaient un point commun.....
PAAAAFF!!!
Ils accumulaient les gaffes de façon remarquable.
« Mais tu pouvais pas me le dire qu'il y avait un mur!! », vociféra Silvère.
« Je regardais un oiseau, il déchiquetait un ver de terre de façon minutieuse », répondit-elle calmement.
« Aaaah Jenny!!! Comment peux-tu parler d'une telle cruauté de façon si impassible?! », se lamenta Silvère qui semblait se croire dans une pièce de Shakespeare.
« Bon à plus », dit-elle en faisant volte-face.
« Mais attend-moi! », cria Silvère.
Un grand rire se fit entendre:
« WAHAHAHAHAHAHA!!! Vous êtes toujours aussi drôle à observer! »
Silvère se retourna à la vitesse de l'éclair, marcha sur un rateau qui traînait et se fit assomer illico-presto.
Ferdaigle, assis en tailleur en haut d'un mur, éclata à nouveau de rire.
L'index posé sur le menton, Jenny réfléchissait:
« Dis-moi Ferdaigle, tu as déjà mangé des vers de terre? »
L'interessé s'arrêta net de rigoler:
« Euh...non »
« Ah bon...Les oiseaux le font eux »
« Ben, ils ne m'ont jamais inviter chez eux »
« Ca ne m'étonne pas, tu n'as aucune manière , tu es cupide, rancunier, avare, égoiste, jaloux, colérique, ennuyeux, détestable, hypocrite, orgueilleux, paresseux, vaniteux.... »
« Oui bon ça va, j'ai compris »
Ferdaigle soupira, cette fille avait le don de mettre en boule sans le vouloir.
Cette dernière reprit :
« Qu'est-ce que tu es venu nous dire? »
« Rendez-vous dans l'appartement du boss dans deux heures », répondit-il.

Un mille-patte nommé Gucci, rampait un peu plus haut sur le toit d'une maison voisine. Entre deux briques il aperçut de quoi se substenter. Ayant perdu la plupart de ses biens dans une partie de Black-jack avec ses copains la veille, il fut bien heureux de cette découverte.

Début du Flash-back


« Deux graines de blé », murmura l'un des joueurs.
Gucci souffla une bouffée de son cigare.
« Une noix! » dit-il
« Waaaaaaah! », soufflèrent les vers de terre qui observaient la partie.
« Suivi! »
« Waaaaaaah! »
« Tu vas y perdre des plum...Euh des pattes Gucci »
« On cause volontiers quand on a les pieds chauds! »
« Quoi? »
« Je sais pas, c'est un proverbe, je cherchais une réplique »
Son adversaire soupira:
« Bon allez, montre ton jeu »
« Deux rois! »
« As et valet, Black-jack! T'as paumé mon p'tit Gucci! »

Fin du Flash-back

Gucci saisit donc son met, un brin de soja, mais sans faire attention cassa la mince couche de béton qui retenait encore la brique. Cette dernière dégringola le long du toit pour terminer sur le crâne de Jenny qui partit aussitôt au pays des rêves.
A ce moment là, Silvère se releva en se frottant le visage:
« Aïe, encore une attaque-surprise d'un type jaloux de mon succès....C'est vraiment dur d'être irrésistible. Au fait qu'est-ce que tu es venu nous dire Ferdaigle? »
Ferdaigle qui venait de l'expliquer à Jenny soupira encore plus profondément que d'habitude....

-----------------------------Mugiwaras, Forêt de l'île de Towish----------------------

« J'avais demandé à ce qu'on attache Zorro! », vociféra Nami en direction d'Ussop.
« Eh j'ai rien fait moi, c'est Luffy qui devait le faire »
« Et qu'est-ce qu'il a fait Luffy?!! »

----------------------------Dans un coin encore plus paumé qu'avant de le forêt------

« Quand même, je me demande ce que me voulait Luffy avec cette corde », soupira Zorro en observant le corde qui était enroulée autour de son ventre.
« Ca doit être un code de reconnaissance », dit-il en se caressant le menton, « Bon allez, faut que j'rattrape les autres, j'suis sur le bon chemin, je reconnais cette feuille! »
Il accéléra de nouveau le pas.

-----------------------------Retour aux mugiwaras----------------------------------

« Réflexion faite, je préfère ne pas savoir », coupa Nami alors qu'Ussop s'apprêtait à lui expliquer.
« Laisse tomber Nami, ces deux-là ne risquent pas grand chose à part se perdre », lui dit Sandy.
« Bah ils se sont perdus justement!! »
« Aaaah Nami chérie, énerve-toi encore! »
Nami cogna un bon coup le cuistot, elle se sentait déjà un peu mieux.
« Le blondin a raison », dit Paulee, « Je vois mal ces deux-là faire de mauvaises rencontres »
« Par contre c'est pas sûr qu'on récupère Zorro », commenta Franky, les bras croisés.
Sandy ouvrit une bouteille de champagne.
« Le mieux, c'est qu'on continue notre chemin », dit Robin en buvant une gorgée de champagne, « De toute façon on ne connait pas assez cette île pour les retrouver, la carte que tu as n'est pas assez précise ».
Nami du reconnaître qu'ils avaient raison, cependant :
« Mais affronter les NoveSpade sans Luffy et Zorro, c'est presque du suicide.. »
« Ne t'inquiètes pas Nami chérie, persone ne m'arrête quand il s'agit de te protéger!! »
« Ca m'ferait mal de dépendre de ces deux-là », répliqua Paulee.
« Pareil », répondit Franky.
« Nous aussi! », dirent Ussop et Chopper, ils tenaient chacun une bouteille de rhum et un gigot de viande à bout de bras, les agitant désespérement dans l'espoir de faire revenir les deux combattants.
« Menteurs!! », vociféra Sandy.
Ils continuèrent finalement leur chemin.

Deux heures plus tard, Robin s'arrêta, consultant la carte:
« Bien, on ne devrait plus être très loin ».
« Tezuna nous a dit qu'on pouvait pas louper la ville, de gigantesques murs d'akurion ont été construit par Nekano tout autour », précisa Nami.
« C'est quoi le truc par terre là-bas? », demanda Paulee en scrutant le chemin plus loin.
Nami, Franky et Paulee s'approchèrent, à ce moment là, Luffy jaillit d'un fourrée à toute vitesse, percutant l'homme au cigare de plein fouet et le propulsant dans un buisson de ronces!
« WOUAILLLLLLLLE!!!!!!! », hurla Paulee en sortant du buisson, des épines plantées partout sur le corps.
« Géant! », murmura Luffy en le regardant, une myriade d'étoile dans les yeux : l'ingénieur naval ressemblait à un mixte entre un épouvantail et un porc-épic.
« C'est pas géant du tout enfoiré!!! », vociféra-t-il, « Chopper enlève moi tous ces cures-dents! »
Le médecin le regardait, une myriade d'étoiles dans les yeux :
« Géant! » murmura-t-il.
« Dépêche-toi!! », cria Paulee.
« Euh oui oui, désolé », répondit le renne en se précipitant.

« Maich Na....ami, chais pas..pas fait eqchpr...rès chte dis », articula Luffy entre deux baffes.
« Ca-va-pas-de-te-perdre-en-pleine-forêt-sans-nous-prévenir! », lui dit Nami, prononçant une syllabe à chaque claque.
Enfin calmée, la navigatrice le relacha. Franky jura de toujours faire attention à ne pas se perdre en plein forêt.
Amusée, Robin observait la scène. Tout à coup elle commença à entendre un léger bruit, presque imperceptible. Mais ce bruit commença à devenir plus fort, de façon crescendo.
« Vous n'entendez rien? », demanda-t-elle.
« Hmmm...? Quoi donc Robin adorée? »
« C'est marrant on dirait des rails sur lequel t'es allongé chapeau de paille », dit Franky en rigolant.
« Des quoich? »
« Des rails....C'est quoi ce bruit? », demanda-t-il à son tour.
Le bruit se faisait de plus en plus fort, comme s'il se rapprochait, et ce rapidement.
« C'est un monstre!! », cria Ussop en se jetant dans les bras de Sandy.
« Sandy-esquive! » , dit ce dernier en se baissant.
Ussop tomba lamentablement à terre.
« Sans-coeur! », protesta le sniper.
Nami commença à se boucher les oreilles:
« Mais c'est quoi ce truc! »
« Attend ça me dit quelque chose », dit Franky en se grattant le menton.
« A moi aussi », ajouta Paulee qui cherchait également.
Le bruit devint presque assourdissant!
« UN TRAIN! », crièrent les deux charpentiers, victorieux.
A ce moment là, une imposante locomotive noire sur laquelle était peint en grosses lettres rouges : « Steel City Express », jaillit de la forêt à pleine vitesse!
Ce fut comme si un ouragan passait devant eux, aucun des mugiwaras n'eut le temps de faire le moindre geste. Trois secondes plus tard le train était hors de vue.
« Bon ben plus de peur que de mal, enfin pour vous », dit Ussop en rigolant.
Il descendit de son arbre:
« Allez bande de froussards, on peut y aller maintenant ».
Il se retourna et commença à suivre le chemin:
« AAAAAAAAAAAAAAAH!! », hurla le sniper.
« Qu'est-ce qu'il y a encore?! », marmonna Sandy.
« Lu....Luffy est plus là, le train l'a écrasé »
Et il s'évanouit.
Franky sortit sa guitare, et commença à chanter:
« Ce n'est qu'un Aurevoir, mon frère... »
« Ferme-là », lui dit Nami en lui collant une épingle dans le dos
« WOUAILLLE!T'es folle ou quoi?! »
Robin se leva:
« Fufufuu...On dirait que le capitaine n'apprécie plus notre présence, voilà qu'il ne fait que fuir. Je crois qu'on aura du mal à le retrouver à présent, on ne voit même plus le train »
« Pas si sûr », dit tranquillement Sandy en allumant une cigarette.
« Hein? », demanda Chopper.
« Il manque quelqu'un d'autre », répondit le cuisinier.

--------------------Pas loin du dernier wagon du train vu précedemment--------------

« Saleté de corde... », marmonna Paulee couvert de sparadraps. L'une de ses cordes s'était attachée à l'arrière du wagon lorsque le train était passé.
Ce dernier allait tellement vite qu'on aurait dit que le charpentier volait derrière le wagon:
« C'est ce qui s'appelle prendre le train en marche ».


Retour






  Connecté(s) : 16
  Livre d'or : 5305
  Total pages : 1870
  Total images : 7093
Comment avez-vous trouvé le passé secret de Sanji ?

Genial
Pas mal
Moyen
Nul

Jojo’s bizarre adventure-FR
TYPE-MOON France
El Nano Brokeur
X ^ Revenir en haut ^
X
X


A man's dream will never die !!
Site créé par ange bleu et Dark Sol
Copyright © 2003, 2017 - One Piece la volonté du D - Tous droits réservés
Copyright © One Piece - Eiichiro Oda
Version 3.1