Accueil | A Propos | Evénements | Liens | Forum | Livre d'or | Voie Maritime | Archives
phrase
Tu n'iras nulle part !! Rends-moi M. Tom !! - Cutty Flam
Chapitre 885


Episodes 813
    > Prépublication
  > One Piece
  > Le Monde
  > Encyclopédie
  > Synopsis
  > Personnages
  > Résumés
  > Etudes
  > Animé Guide
  > Book Guide
  > OST Guide
  > Jeux Vidéo
  > Goodies
  > Névrose
  > Les 7 Enigmes
  > Batailles
  > Mini Aventures
  > Wanted
  > Pandaman
  > Navires
  > Fringues
  > Détails
  > Galeries
  > Fan Art
  > Fan Fic
  > Jeux
  > Quizz
  > Bureau
  > Avatars
  > Gifs Animés
  > Extra


EnOd Présente

Twilight's Venture


Pilote | Chapitre I | Chapitre II | Chapitre III | Chapitre IV | Chapitre V
Chapitre VI | Chapitre VII | Chapitre VIII | Chapitre IX | Chapitre X | Chapitre XI
Chapitre XII | Chapitre XIII | Chapitre XIV | Chapitre XV | Chapitre XVI


「Chapter Two : Separate Ways」

« Courage Usopp, tu peux y arriver. C’est pour sauver tes amis… »

Usopp s’était dit ces mots à lui-même et pourtant ses jambes continuaient de trembler à mesure qu’il s’enfonçait dans les couloirs hostiles de la base. Il arriva devant une porte semi-blindée qui n’inspirait rien de bon. Une ou deux gouttes de sueur tombèrent à ses pieds avant qu’il ne glissât sa main sur le poignet.

« Zut, zut, zut, zut !! C’est pas bon ça, je tremble de partout… Eh mais, attends ! Si je passe la porte et qu’il n’y a rien et que j’avance et que je sauve tout le monde… Je serais un héros !! Ahahahah… Luffy me proposera sûrement le poste de capitaine ! »

Après un moment de silence, Usopp croisa son bras gauche et posa son menton sur sa main droite.

« Attends, attends, attends… C’est pas la première fois que tu te retrouves dans cette situation ! Pour sauver Robin, tu l’as déjà fait ! Bon, tu t’étais pris une rouste mais quand même : le mec c’était un loup donc c’est normal… Et puis j’ai battu un homme-poisson à moi tout seul !! »

Ussop s’était à présent assis par terre et semblait méditer profondément.

« Pffff… Cet imbécile de Zoro, tout ça c’est à cause de lui. S’il n’avait pas appuyé sur ce bouton… »

Il se releva enfin et se décida finalement à pousser la porte. Avec précaution, il pénétra lentement dans la pièce qui s’était ouverte à lui. Il n’en croyait pas ses yeux : devant lui s’exhibait une immense fontaine couverte de joyaux en tout genre : émeraudes, diamants et autres pierres précieuses. Il n’y résista pas. Il posa par terre son sac, qui contenait son arme et tous ses gadgets, s’avança jusqu’à la fontaine, y plongea ses deux mains et s’épongea abondamment le visage.

« Waouh… Qui aurait cru qu’une telle merveille se trouvait dans un quartier de la marine ? En tout cas, je regrette pas d’être venu !! »

« Ca va ? Tu t’amuses bien ? », demanda une voix féminine qui le surpris pleinement.

Le canonnier se retourna mais ce n’était pas assez rapide, la personne à qui appartenait cette voix avait déjà disparu. Usopp pensa tout d’abord qu’il venait d’halluciner mais lorsqu’il vit que son précieux sac avait également disparu, il recracha aussitôt toute l’eau qu’il était en train de boire.

« Tu veux le récupérer ? », reprit la mystérieuse voix.
Usopp se retourna encore mais il était toujours trop lent pour attraper l’inconnue des yeux.

« Non, non, non… Réponds à ma question. »

« Ouais, rends-moi mon sac, sale voleuse !! Sinon… », cria Usopp, le corps tout tremblant.

« Sinon ?... »

« Sinon, j’envoie mes 5 000 hommes et ils vont n’en faire qu’une bouchée de toi !! »

« 5 000 ? Wow ! C’est beaucoup ! Je savais pas que l’équipage de chapeau de paille comptait autant de membres. Il va falloir que j’en informe les états major de la marine. », dit la voix d’un ton plus que sérieux.

« Où t’es d’abord, sors de ta cachette si t’as le courage ! », hurla Usopp, prenant le sien à deux mains.

« OK ! Mais ne sois pas trop méchant avec moi hein ?! »

« QUOI ?! Tu vas vraiment te montrer ?? »

« Ben ouais, c’est ce que t’as demandé non ? », interrogea la voix pleine d’étonnement.

« Non !! Reste où tu es, pose mon sac par terre et vas-t-en, j’veux pas te voir !! Je pensais que t’allais refuser de te montrer, moi !! », brailla-t-il le souffle court.

« Hmm… Retourne-toi… »

La jeune fille se dévoila alors au pirate. Elle était assez petite, elle devait avoir dans les dix-sept ou dix-huit ans. Ses cheveux blonds lui retombaient gracieusement sur le front. Elle portait un débardeur bleu ciel et une mini-jupe mauve. A sa vue, Usopp tomba à la renverse, il était littéralement sous le choc.

« Amy ?... », balbutia-t-il.

« Amy ? », répéta la jeune fille en écarquillant des yeux.

Après un moment de silence, il comprit que la personne qui se tenait devant lui n’était pas du tout Amy mais juste quelqu’un qui lui ressemblait énormément.

« Désolé, je t’ai juste confondu avec quelqu’un d’autre. », dit Usopp en se reprenant.

« Qui est cette Amy ? », demanda-t-elle l’air très intéressée.

« Ca n’a pas d’importance, répondit Usopp, mais toi qui t’es ? »

« Qui EST cette Amy ? », s’énerva la jeune fille, l’air sombre, on aurait dit qu’elle était devenue une autre personne tellement le ton de sa voix avait changé.

Le canonnier resta figé pendant un instant puis se sentit obligé de lui donner satisfaction :

« C’est une amie. Elle est prisonnière ici et je vais… je vais la sauver. Ouais !!... »

« Quoi ? Elle est prisonnière ?... Elle… Elle voyage avec vous ? », s’étonna-t-elle.

« Euh… Ouais… Euh… Tu me rends mon sac maintenant ?… Et qui es-tu ? », se risqua Usopp avec précaution.

« Je m’appelle Luna Hyaku, je suis un électron libre de la marine, c’est-à-dire que je fais ce que je veux et que je n’ai pas de mission précise. »

« T’es de la marine ?? WAAAAAAH !!! Rends-moi mon sac et casse-toi !!... », hurla Usopp en courant à droite puis à gauche.
Luna éclata de rire et dit :

« Hihihihi… Tu es vraiment drôle. Ne t’inquiète pas, je suis un électron libre donc c’est moi qui décide si je t’arrête ou pas. Et j’ai décidé qu’on va jouer ! »

Incrédule, Usopp s’arrêta net de courir dans tous les sens et tendit sa main droite en face de son visage.

« Eh ! », dit-il, le regard interrogateur.

« Le jeu… ce sera… je sais !! On va jouer au chat et à la souris ! », dit Luna sans se préoccuper de son vis-à-vis.

« Mais… »

« Si tu parviens à m’attraper, continua-t-elle tranquillement, je te rendrais ton sac. Si tu n’y arrives pas au bout de… hum… dix minutes, je t’arrêterais ! »

« Mais… »

« EEEEEEEEEEET… C’EST PARTI !!! Dépêche-toi, dépêche-toi !! Hihihihi… »

Sur ces mots, Luna quitta la salle en courant, prenant le sac du canonnier sur son dos. Après deux secondes d’hésitation, Usopp se lança à sa poursuite.

« Hé !! Attends !!... »

En sortant de la pièce à la fontaine de pierres précieuses, Usopp jeta un œil à droite puis à gauche mais il avait déjà perdu toute trace de la mystérieuse et non moins excentrique Luna.

« Bordel, où a-t-elle bien pu partir ?... », pensa-t-il avec anxiété.

Il continua cependant à avancer dans les couloirs de la base alors qu’il ne savait pas du tout où il se dirigeait. Il avait à l’esprit que ses amis l’attendaient sûrement, qu’ils comptaient sur lui pour venir les sauver mais malgré tout, il lui fallait d’abord récupérer son sac car à l’intérieur de celui-ci se trouvait tout ce qu’il avait jusqu’à ce jour amassé. Usopp poussa une autre porte et s’infiltra dans la pièce ainsi découverte. C’était sans doute la bibliothèque de la base : des livres à foison étaient entreposés sur de nombreuses étagères.

« Woooh… Chopper et Robin seraient vraiment contents d’avoir autant de livres… - il lança un œil de chacun de ses deux côtés et ne vit personne - Et si j’en prenais un ou deux ? Après tout, c’est pas un crime de voler les méchants ! »

« Eh !! Il te reste plus que huit minutes, tu devrais te dépêcher !! »

C’était la voix de Luna. Usopp fut tellement surpris qu’il s’arrêta de bouger. Il se retourna très lentement, comme s’il pensait qu’il fallait que sa proie crût qu’il ne l’avait pas remarqué. Mais bien évidemment, c’était bien trop lent pour surprendre la jeune fille : elle s’était à nouveau complètement volatilisée. Soudain, une personne tomba du plafond et s’écrasa par terre.

« Pffaaaa… Mais comment font tous les insectes pour rester incrustés au plafond ??? », se demanda Luna.

« Oi, oi… Mais c’est quoi cette fille ? », s’étonna Usopp, les bras croisés, l’air de réfléchir profondément.

Luna se releva et enleva la poussière de son corps.

« Hihihihi… Sept minutes !! Dépêche-toi, dépêche-toi ! »

Elle fit un signe de la main à Usopp puis repartit aussitôt au pas de course. Pendant qu’elle sortait de la salle, il pensa :

« Quel idiot !! C’était le moment de l’avoir !! T’es qu’un idiot, espèce d’idiot !!! »

Usopp se lança à nouveau à sa poursuite mais la perdit bientôt de vue, une fois de plus. Et dans son esprit germa alors une idée absolument géniale.

« Yoi, yoi… Je viens de trouver un truc vraiment extraordinaire !! Mais qu’est-ce que c’est ? Mais qu’est-ce que c’est ?! Je suis retourné dans la salle à la fontaine !! », cria-t-il.

Il revint donc dans la salle qu’il venait de mentionner. Il attendit alors deux minutes mais personne ne venait à sa rencontre quand enfin, un individu entra. Cependant, il ne s’agissait pas de Luna comme il l’avait espéré mais d’un marine !! Il était grand et gros. Il portait une énorme moustache ainsi que le costume habituel des membres d’un quartier de la marine. A sa vue, Usopp en cracha ses poumons et gémit :

« Gyaaaaah… J’ai crié trop fort, on m’a entendu !! »

« … C’est quoi que tu as découvert ?... », demanda le grand homme.

« Quoi ?! Euh… Ah !! Euh… Ca !! Regarde, là, à mes pieds, par terre… », répondit Usopp.

L’homme crédule s’avança en direction de son interlocuteur et se baissa jusqu’à toucher sa tête au sol.

« Je ne vois rien… », dit-il avec surprise.

C’est alors qu’Usopp attrapa le vase qui était posé sur une petite table juste à côté de lui et de toutes ses forces, il l’abattit sur le pauvre marine, lequel tomba dans les vaps comme une masse. Après avoir mis trois bonnes secondes à réaliser, il leva ses deux mains au ciel, ses doigts formant deux « V » et s’écria :

« Victoire !! J’ai battu un membre d’une base de la marine !!!... »

Après s’être délecté de son moment de gloire, Usopp courut vers la porte de la salle mais à ce moment là, une personne arrivait comme une flèche dans sa direction, si bien qu’ils entrèrent en collision. Lorsque Usopp rouvrit les yeux, il tomba sur… Luna !

« Où est le truc fabuleux que t’as découvert ?! J’veux le voir !! », dit-elle avec envie.

Un autre silence de surprise survit, puis relevant les bras de plus belle, le canonnier s’enthousiasma :

« Re-victoire !!! Je t’ai attrapée, rends-moi mon sac maintenant !!... »
Luna resta choquée un léger instant et dit finalement :

« C’était donc une ruse pour m’avoir ? J’aurais dû m’en douter : je me fais tout le temps avoir… Bon OK, t’as gagné mais c’est pas bien de mentir… »

« On s’en fout, répliqua le pirate, la seule chose qui compte, c’est la victoire finale, peu importe la manière !! »

« Hihihihi… Bref, l’important, c’est que je me sois bien amusée, tiens je te rends ton sac. »

Elle tendit le sac à Usopp qui le lui reprit.

« Bon, je vais y aller… Mes amis m’attendent. J’ai déjà perdu beaucoup de temps… »

« Attends… Ahah… Je vais te donner un petit coup de pouce ! », l’arrêta Luna alors qu’il était en train de repartir de son côté.

« QUOI ?! Tu vas m’aider ? », dit Usopp, incrédule.

« Ouais, reprit Luna, mais je vais pas venir avec toi, bien sûr. Je vais juste te donner un petit truc qui pourrait peut-être te servir plus tard. »
Sur ces mots, la jeune fille tendit trois bouteilles au canonnier, lequel les prit et les examina avant de demander :

« Qu’est-ce que c’est à l’intérieur ?!... Et ça va me servir à quoi ? »

« Hihi… C’est de l’alcool à 99%... C’est très puissant alors ne joue pas avec. J’en ai essayé une fois et je me suis tellement brûlée la gorge que je suis restée à l’hôpital pendant une semaine ! »

« MAIS T’ES MALADE OU QUOI DE BOIRE CE TRUC ???!! »

« En tout cas, garde-les précieusement… Qui sait quand elles pourront te servir ces bouteilles… », conclut Luna avec le sourire aux lèvres.

Elle tourna ses talons et d’un pas lent, elle quitta le pirate plus surpris que jamais. Bien qu’il ne sût pas du tout à quoi pourraient bien lui servir ces bouteilles d’alcool, il les rangea dans son sac. Après tout, cela ne lui coûtait pas grand-chose. En mettant les bouteilles dans son sac, il remarqua que le masque qu’il avait porté à Enies Lobby, bien que légèrement ébréché, était encore en bon état. Sûrement pour se donner du courage, il le mit sur son visage et aussitôt, sa mine se transforma !

« Je suis Sogeking !! Je suis de retour et le héros de légende va sauver des vies à nouveau !!! »

Usopp sortit définitivement de la salle à la fontaine en chantant sa fameuse chanson venue de l’île des snipers, tout en prenant au passage des poses toutes plus ridicules les unes que les autres.
Quelques minutes s’étaient sûrement écoulées depuis qu’Usopp était reparti. Il arriva à un embranchement. Il avait le choix entre trois directions mais il décida de prendre la voie la plus à gauche. Il s’engouffra alors dans le passage qui devenait de plus en plus sombre. Une autre porte, encore. Mais cette fois, il n’hésita pas deux secondes mais seulement une : il avait moins peur, il n’était plus Usopp mais Sogeking, ce héros venu du cœur dont le métier était de sauver le monde. Il entra dans la nouvelle pièce qui se présentait à lui. Une salle immense. A gauche, un grand lit, à droite, une vitrine affichant diverses médailles et en plein centre, une grande table ronde. Un homme lisant un bouquin était assis à cette table. Il leva les yeux vers Sogeking… C’était Drystow !!!

« Hé ! Bienvenue Sogeking !! Je suis le vice-amiral Drystow, dit-il en souriant. Quand j’ai capturé tes amis, je me disais bien qu’il en manquait un ou deux mais j’ai eu la flemme de compter… En tout cas, malgré tout ton courage, c’est ici que va s’arrêter ta route !! »

De la morve coula du long nez de Sogeking, de la bave de sa bouche et une tonne de sueur de tout son corps.

« Vice… Vi… ce-amiral ???!!... », bégaya-t-il en ravalant sa salive…

「Seventy minutes earlier」

Zoro et Usopp descendirent du Thousand Sunny et prirent la direction de la forêt dans le but de rattraper leurs amis. Mais ils ne tardèrent pas à voir un objet troublant gisant sur le sable fin de l’île : le chapeau de paille de Luffy !!

« Il… Il est arrivé quelque chose aux autres ! », balbutia Usopp, le souffle coupé.

« En effet, dit Zoro en ramassant le chapeau, et on va découvrir quoi ! »

Sur ces mots, le sabreur et son complice s’enfoncèrent dans la forêt, bien déterminés à retrouver la trace de Luffy et des autres. Le canonnier portait le chapeau de paille de son capitaine ainsi que son sac à gadgets. Quant à Zoro, il portait un T-shirt bleu foncé et un collier autour du cou. Le collier était une idée de décoration de Franky. Au départ, l’épéiste ne voulait absolument pas porter cette horreur, comme il le disait lui-même, mais finalement il avait fini par accepter car sans cela, le cyborg n’aurait pas arrêté de continuer à chanter ses chansons exprimant sa tristesse infinie de voir un ami rejeter son cadeau.

Après avoir marché un petit moment, ils arrivèrent à une clairière. Usopp s’était alors assis par terre afin de reprendre son souffle quand il fut trainé de force par Zoro… Une corde attachait en effet les deux compères !!

« Oi… Eh !!... », cria Usopp.

« Pas de temps à perdre, on doit continuer ! », dit Zoro.

« T’ES EN TRAIN DE RETOURNER SUR NOS PAS, IMBECILE !!! »

« Ben quoi… J’avance tout droit, comme on l’a fait depuis le début ! », répondit Zoro.

« Tout droit en arrière, ouais !! A ton avis, pourquoi je nous ai attachés avec une corde ??! », riposta Usopp.

Le sabreur de l’équipage allait à nouveau répondre lorsque brusquement, un bruit sourd se fit entendre.

« AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAHHH !!! »

Les deux pirates se dirigèrent vers le lieu où le bruit s’était produit et à quelques mètres de là, ils découvrirent qu’un homme gisait au sol. L’homme en question était très vieux et portait un gilet vraiment sale. Ses petits yeux de chien battu laissaient envahir en soi une certaine compassion.

« Vous êtes mort ?... », s’enquit Usopp.

Après un moment de silence, le vieil homme se releva avec peine et se tenant à l’aide de sa canne de bois, il examina attentivement tour à tour, Usopp puis Zoro. Puis, il se retourna et commença à grimper sur un arbre.

« TU VAS DIRE QUELQUE CHOSE OU JE TE TRANCHE ?!! », s’énerva Zoro.

« Eh… Calme-toi Zoro, relativisa Usopp. Dîtes, qui êtes-vous et où est-on ? »

Pas de réponse.

« REPONDEZ OU JE VOUS TIRE DESSUS, ESPECE DE SENILE !!! », hurla celui qui avait appelé au calme.

En raison du vacarme provoqué par les cris, le vieillard tomba de l’arbre et la même scène suivit : il se releva péniblement à l’aide de sa canne, fixa des yeux nos amis mais cette fois-ci, il dit :

« Ohohoh… Tiens, des visiteurs ! Je ne vous avais pas remarqué ! Que faites-vous ici ? »

« Il a parlé, il a parlé !! Il a parlé ! », se réjouit Usopp.

« Ouais cool, coupa Zoro. Nous, on cherche nos amis qui ont été enlevés. Et toi, qu’est-ce que tu fais dans le coin ? »

« Ohohoh… Moi, je vis reclus ici depuis 49 ans, 327 jours, 12 heures, 32 minutes et… - il jeta un œil sur une montre qu’il sortit de sa poche - à mon top, depuis… TOP !! 22 secondes !! C’est pas génial ça ? »

« Eeeeh… », dirent en chœur Zoro et Usopp, une main signifiant l’ébahissement devant leur visage.

« Je suis agriculteur, continua le vieil homme sans se soucier des deux autres. Je m’appelle Zakano et j’ai 66 ans, 233 jours, 21 heures, 17 minutes et… »

« STOP !!! », le coupa Usopp.

« 56 secondes !!! Merci d’avoir fait le « TOP » pour moi ! Ohohoh… »
Usopp se mit à pleurer et tapa du poing sur le sol.

« Pourquoi ?... », se plaignit-il.

« Et sais-tu où on peut trouver la base de la marine qui doit pas être loin ? », demanda Zoro qui savait mieux se contrôler qu’Usopp.

« La base de la marine ? Bien sûr que je sais. Mais pourquoi voulez-vous aller là-bas ? »

« Parce que nos amis y sont sûrement enfermés. », répondit simplement le sabreur.

« EEEH !! », cria Usopp.

« C’est bon, je ne suis pas plus surpris que ça. Ohohoh… Vous devez sans doute être des pirates alors, puisque vos amis ont des ennuis avec la marine ?... », dit Zakano.

« Ouais. », affirma Zoro avec un sourire.

« Ohohoh… Voilà une réponse plutôt directe. Mais j’aime ça, j’aime ça ! Et puis-je vous demander vos noms ? »

« Moi c’est Usopp, répondit celui-ci. Et lui… - il tira sur la corde mais au lieu de ramener l’épéiste vers lui c’est lui qui se rétama au sol - …c’est Zoro. »

« Ohohoh… Ravis de faire votre connaissance. Parce que ça fait depuis presque 49 ans, 327 jours… »

« On a compris, les blagues les plus courtes sont les meilleures. », l’interrompit Usopp.

« Ohohoh… Très bien, très bien… Mais ça fait presque 50 ans que je n’ai plus vu une seule personne alors un peu de compagnie me fera sûrement le plus grand bien. Que diriez-vous de venir chez moi ? Je vous offrirai un thé et vous dessinerai un plan pour atteindre la base d’ici. »

Une fois arrivé chez Zakano, Zoro coupa la corde qui le rattachait à Usopp.

« EH ! CA VA PAS ?!! TU SAIS COMBIEN M’A COUTEE CETTE CORDE AU MOINS ?? »

« T’as qu’à en racheter une autre. »

« Ohohoh… C’est beau l’amitié, ça faisait longtemps que je n’avais pas vu ça. Moi, je n’ai jamais eu d’ami… »

« Et que faites-vous tout seul ici ? », demanda Usopp avec curiosité.

« Twilight’s Island est l’île de l’agriculture, répondit Zakano. Tous les secrets relatifs aux fruits et aux légumes se trouvent concentrés sur cette terre. Moi, j’étudie ces secrets. Comme vous êtes dans la forêt, vous n’avez pas droit aux rayons du soleil mais vous verrez qu’une fois passée cet espace d’arbres, le soleil est présent de façon perpétuelle sur cette île : il ne se couche jamais !... C’est ça la beauté de Twilight’s Island. »

Zakano poussa la porte de sa maison et fit entrer ses invités. Ils entrèrent dans le salon de la demeure. Tout était fait de bois : les tables, les chaises, les portes, rien n’y échappait.

« Pour le moment, vous n’avez vu qu’un bout de la forêt de l’île mais plus loin, vous avez la ville principale ainsi que deux villes satellites, puis encore plus loin, vous avez les montagnes de cendre… Ohohoh… Ca vous surprend n’est-ce-pas ? On trouve de tout sur cette île. »

Les trois hommes s’assirent à la table de la salle. Zakano apporta trois tasses de thé et commença à dessiner une carte indiquant le lieu où se trouvait la base du quartier de la marine.

« La base de la marine de Twilight’s Island se trouve elle aussi dans la forêt. Cependant, évitez de vous perdre et suivez mes indications sinon… Ohohoh… Je ne préfère pas vous dire où ça va vous mener !! », reprit le vieil homme alors qu’il finissait de dessiner la carte promise.

« Une autre question, dit Usopp en prenant la carte que lui tendait Zakano. Etes-vous au courant de quelque chose concernant le virus H73 ? »

« Ohohoh… H73 ? Voilà qui est peu fréquent. C’est un virus qui attaque les racines des plantations, sans traitement rapide à l’aide d’un engrais spécial, les fruits ou les légumes cultivés ont tôt fait de pourrir… »

« Justement, tu sais pas où on pourrait trouver cet engrais ? », intervint Zoro.

« La composition de cet engrais n’est malheureusement connu que d’un seul homme… Il répond au nom de Kunji et vit depuis plus de 300 ans sur les montagnes de cendre… »

« 300 ANS ???! », crièrent Zoro et Usopp d’une seule voix.

« Toutefois, continua Zakano sans se soucier de l’interruption, à ce jour, il est devenu un ermite introuvable. Une ombre parmi les ombres. Je ne sais pas si vous avez une chance de vous procurer l’engrais D09… Ohohoh… »

Après la stupéfaction provoquée par les révélations du vieil homme, Zoro et Usopp se mirent en route vers la base de la marine en suivant à la lettre les recommandations de Zakano.

« Nami va être sous le choc quand elle apprendra pour l’antidote du virus. », s’inquiéta Usopp.

« On se souciera de tout ça plus tard, répondit Zoro. Si on les retrouve pas, elle aura même pas l’occasion de s’en faire pour ses mandariniers. »

Peu après, ils arrivèrent devant une autre clairière, gigantesque, celle-ci. Ils y étaient : devant eux s’étendait un immense bâtiment fortifié, c’était la base du quartier de la marine de l’île. Des drapeaux du Gouvernement Mondial flottaient ça et là et des gardes surveillaient chaque périmètre du camp avec attention.

« Il faut qu’on entre avec discrétion… », conseilla Usopp.

« Ouais, t’as raison, faut pas trop s’attirer l’attention. », confirma Zoro.

Là-dessus, le sabreur entra par le portail principal de la base, ce qui faillit étouffer littéralement le pauvre canonnier. Instantanément, une foule de marines tombèrent sur nos amis mais Zoro les neutralisa en clin d’œil. Suivi d’Usopp, hors de lui, il entra dans la base.

« ON AVAIT DIT DISCRETEMENT !! », tonna-t-il.

« Ben quoi ?! Personne n’a pu prévenir qu’on était entré, c’était discret non ? », répondit Zoro, l’air agacé.

Ils avancèrent dans les larges couloirs du camp mais comme ils essayaient de faire un minimum de bruit, personne ne vint à leur rencontre. Après un moment et quelques intersections où ils choisirent à chaque fois de prendre le chemin de droite, ils finirent par atteindre un autre embranchement. Il y avait alors deux routes différentes, l’une à droite et l’autre à gauche. Au centre de la bifurcation se trouvait un curieux petit bouton rouge. Comme Zoro allait s’apprêter à appuyer dessus, Usopp cria :

« TOUCHE PAS A CA, SI CA SE TROUVE, Y’A UN PIEGE QUI VA SE DECLENCHER !! »

« Mais non, déclara Zoro. C’est pas un piège, c’est sans doute un passage secret. Et ça coûte rien d’essayer. »

Réussissant à convaincre son ami, le sabreur appuya sur le fameux bouton mais presque aussitôt un mystérieux mécanisme se déclencha et d’un coup, un carré de pics énormes tomba sur la tête des deux pirates. Zoro étant très réactif, il réussit à donner un coup de pied à Usopp à temps afin de le pousser sur la route de droite avant que le piège ne se refermât sur eux. Quant à lui-même, il parvint à se jeter sur le chemin de gauche.

« ET VOILA, JE LE SAVAIS !! C’ETAIT UN PIEGE !! », éclata Usopp.

« Ca va, on a compris. En tout cas… - Zoro tapota les pics de sa main - il va falloir qu’on continue séparément : ces pics sont en seastone, je peux pas les couper… »

« QUOI ???!! NON, PAS MOYEN !! TU VAS ME COUPER CA ET PLUS VITE QUE CA !!! »

Zoro se retourna et dit :

« Bon allez, on se retrouve quand on aura découvert où sont cachés Luffy et les autres… »

「To be continued」


Retour






  Connecté(s) : 13
  Livre d'or : 5305
  Total pages : 1870
  Total images : 7093
Comment avez-vous trouvé le passé secret de Sanji ?

Genial
Pas mal
Moyen
Nul

Jojo’s bizarre adventure-FR
TYPE-MOON France
El Nano Brokeur
X ^ Revenir en haut ^
X
X


A man's dream will never die !!
Site créé par ange bleu et Dark Sol
Copyright © 2003, 2017 - One Piece la volonté du D - Tous droits réservés
Copyright © One Piece - Eiichiro Oda
Version 3.1