Accueil | A Propos | Evénements | Liens | Forum | Livre d'or | Voie Maritime | Archives
phrase
L'île des snipers est dans vos cœurs - Sniper King
Chapitre 885


Episodes 814
    > Prépublication
  > One Piece
  > Le Monde
  > Encyclopédie
  > Synopsis
  > Personnages
  > Résumés
  > Etudes
  > Animé Guide
  > Book Guide
  > OST Guide
  > Jeux Vidéo
  > Goodies
  > Névrose
  > Les 7 Enigmes
  > Batailles
  > Mini Aventures
  > Wanted
  > Pandaman
  > Navires
  > Fringues
  > Détails
  > Galeries
  > Fan Art
  > Fan Fic
  > Jeux
  > Quizz
  > Bureau
  > Avatars
  > Gifs Animés
  > Extra


EnOd Présente

Twilight's Venture


Pilote | Chapitre I | Chapitre II | Chapitre III | Chapitre IV | Chapitre V
Chapitre VI | Chapitre VII | Chapitre VIII | Chapitre IX | Chapitre X | Chapitre XI
Chapitre XII | Chapitre XIII | Chapitre XIV | Chapitre XV | Chapitre XVI


「Chapter Four : Whim」

« Si des pirates ou des marines venaient à débarquer sur l’île, fais leur comprendre qu’il vaudrait mieux qu’ils ne viennent pas voir ce qu’il se passe par ici… », dit un homme aux cheveux bruns coupés courts.

« Bien sûr capitaine, répondit un deuxième homme, ta volonté sera respectée. »

Les deux interlocuteurs étaient en présence de trois autres personnes, une jeune femme et deux hommes. Ils étaient pour certains assis confortablement sur des chaises de pailles, pour d’autres debout à observer par la fenêtre de la petite maison où ils se trouvaient.
Le premier homme était brun aux cheveux courts mais une longue mèche lui descendait cependant sur le front. Le deuxième était blond, d’une taille moyenne et il portait une chemise hawaïenne bleue entrouverte. Le troisième était très petit et mince et il semblait dégager une aura particulière autour de lui. Quant au dernier, il était élégamment habillé et portait deux revolvers, un de part et d’autre de sa ceinture. Enfin, la jeune femme arborait une jolie robe de soie rouge et ses longs cheveux bruns étaient attachés par un léger ruban rose.

« Jahahahah !!... Aitken, tu crois que t’es le chouchou du capitaine parce qu’il t’envoie encore pour t’occuper des basses besognes ? Mais en réalité, c’est parce que tu ne signifies rien pour lui !! », dit l’un des hommes à celui qui venait de recevoir un ordre.

« Toujours aussi jaloux de ne pas bénéficier de la confiance du capitaine Eoden, Soma Kaitos ? », répliqua Aitken, les yeux pétillants de malice.

« QUOI ??! », questionna Soma sur un ton sans équivoque.

Le dernier homme fit tourner sur ses longs doigts l’un de ses deux révolvers mais par maladresse, il le fit tomber par terre, avant de le ramasser avec un grand sourire. Il pointa alors le canon de l’arme sur le visage d’Aitken et… appuya sur la détente !! La balle fusa en direction de la cible visée mais au moment où celle-ci allait l’atteindre, il se passa un phénomène étrange : le projectile sembla comme passer à travers Aitken pour continuer sa course et se loger dans un mur de la maison !

« Leon Sierte… », souffla-t-il, en lançant un regard noir à son vis-à-vis.

« Yayayaya !... Toujours d’excellents réflexes, Aitken !!... Désolé de t’avoir tiré dessus, le pistolet m’a échappé des mains !! »

« ON Y CROIT OUAIS !! TA BALLE ETAIT A DISTANCE PARFAITE ENTRE MES DEUX YEUX !!! », hurla Aitken les jambes fléchies et les bras positionnés en croix, comme s’il voulait repousser une entité indésirable.

« C’est parce que tu te chamaillais encore avec Soma, intervint la jeune femme. Hormis le capitaine, on est tous sur un pied d’égalité alors cessez ces enfantillages ! »

« CE SONT PAS TES AFFAIRES !!! », cria Soma dans un souffle.

« Du calme… », interrompit Eoden, si bien que les quatre protagonistes se turent dans l’instant.

Eoden regarda tour à tour ses quatre subordonnés et soupira profondément.

« Vous êtes vraiment des gamins, vous tous. Vous savez très bien comment ça fonctionne au sein de notre équipage… On doit tous être unis devant l’inconnu ! », déclara Eoden.

Un court instant de silence suivit.

« Ouais capitaine, désolé pour la provocation… », s’excusa avec respect Soma.

« Désolé… », grogna Aitken de dépit.

« Ben moi, je m’excuse pas, ajouta Leon, le pistolet m’a juste échappé des mains ! »

« ARRETE TON DELIRE !! », brailla la femme incrédule.

« Tu m’as jamais vraiment aimé de toute façon, Niki… », se lamenta Leon.

« Fowler, corrigea la jeune femme. Appelle-moi par mon nom, je t’ai toujours dit que ça me gênait que tu m’appelles par mon prénom… Ca me donne l’impression d’être ta femme ! »

« TA FEEEEEEEEEMMME ??! Euh… MA FEEEMMMMEE ??? », s’extasia Leon qui se mit à saigner du nez.

Aitken se mit la main sur la tête et pouffa de rire, ne pouvant s’empêcher de se moquer de Leon. Quant à Soma, il avança vers l’homme aux révolvers et le frappa violemment sur la bouche, il lui brisa ainsi trois dents et du sang coula alors à flots ! Leon se tint fermement le visage déformé et cria à en perdre la voix.

« TU M’AS DEFIGURE, ENFOIREEEE !!! »

« Arrête de chialer, sale tapette, rétorqua Soma. Comme tu saignais du nez, j’ai explosé ta grande gueule pour que le tout soit bien assorti ! »

« QUOI ??! », beugla Leon.

« Eh ! Calmez-vous, coupa Niki. Moi, je te trouve très mignon comme ça, Leon… »

Tout en disant cela, Niki avait commencé à faire glisser la bretelle de sa robe sur son épaule comme si elle s’apprêtait à l’enlever. L’attitude de la belle jeune femme provoqua un nouveau saignement de nez chez Leon mais bien plus important cette fois-ci.

« NIKI M’AIMEEEEUH !! JE SUIS L’HOMME LE PLUS HEUREUX ICI-BAS !!... »

« Hey ! Bouche-toi donc le nez avec des bouchons de champagnes, dit Aitken. Parce que là, tu ressembles à une fontaine avec ton geyser !! »

A ces mots, Leon sembla s’évanouir et tomba comme une masse au sol.

« JE ME VIDE DE MON SANG !! VIIITE ! NIKI, FAIS MOI DU BOUCHE A BOUCHE !... »

« FOWLER !!! », hurla la femme d’une voix suraiguë.

« ET PUIS D’ABORD LE BOUCHE A BOUCHE N’A JAMAIS GUERRI D’UN SAIGNEMENT DE NEZ !! », s’exclama Soma.

Enfin, le calme revint dans la pièce de la maison occupée par ces énergumènes. Eoden souriait longuement devant cette scène surréaliste.

« Bien, dit-il lorsque le silence se fit de nouveau. Aitken, pars surveiller les rives de Twilight’s Island et fais ce qu’on a dit. On est des pirates alors utilise la force si c’est nécessaire ! »

« Compris, capitaine. », répondit le pirate avec une légère courbette avant de disparaître en sortant par la porte.

「Ninety minutes earlier」

Sur les rives de Twilight’s Island, Luffy et ses compagnons venaient d’être capturés par un filet en seastone de la marine. Drystow et ses hommes s’apprêtaient à emmener leurs prisonniers dans la base de l’île. Sanji alluma une cigarette le plus calmement du monde, jeta l’allumette à travers les mailles du filet et souffla une bouffée de fumée en regardant le vice-amiral d’un œil inquiétant.

« On s’est fait avoir comme des bleus… », dit le cuisinier dans un sourire.

« Je suis trop jeune pour mourir !!... », se plaignit Nami, les larmes aux yeux.

A ces mots, un cœur fit son apparition en lieu et place de l’œil découvert de Sanji et celui-ci se jeta sur la jeune fille en pleurs mais il se retrouva coincé ridiculement dans le filet, la tête à l’envers et la jambe droite accrochée.

« T’inquiète pas Nami d’amour, je suis là pour te protéger ! », s’exclama le charmeur en tendant sa main vers sa dulcinée.

« T’ES PAS EN MEILLEURE POSITION QUE MOI, J’TE SIGNALE, PAUVRE DEBILE !! », hurla Nami, une veine lui ressortant à présent de la tempe, avant de donner un coup de poing rageur au pauvre Sanji dont une mystérieuse bosse en forme de cœur ne tarda pas à se dévoiler sur son crâne.

« Le poing de l’amour… La preuve la plus parfaite du désir… », fantasma-t-il, les mains jointes près de son visage.

« Eh !! Je crois qu’on a mieux à faire pour le moment que monter un spectacle pour les attardés. », intervint Franky en montrant du doigt leurs quatre compagnons sans force.

Drystow et ses hommes regardaient cet équipage étrange en clignant des yeux, comme si quelque chose leur avait échappée.

« Ahem… Euh, oui bon. Emmenez-moi ces guignols à la base… », ordonna le vice-amiral en se frottant l’arrière du crâne, avant de se retourner et de s’enfoncer dans la sombre forêt.

Une fois arrivés, nos amis furent jetés dans une cellule assez spacieuse et un bruit sourd de portail se fermant se fit entendre. Ils se trouvaient dans une salle assez ténébreuse. Aucun marine ne montait la garde, cela devait donc être le signe que les murs et les barreaux étaient sûrs. Une fenêtre ouvrant sur l’extérieur se trouvait juste en face de la porte d’entrée. Luffy se releva d’un bond, ayant retrouvé toutes ses forces et se lança sur les barreaux de la prison avant de s’écrouler à nouveau, inerte.

« MAIS, MA PAROLE, T’AS VRAIMENT LE CERVEAU EN COMPOTE OU QUOI ?? TU CROYAIS VRAIMENT QU’ILS ALLAIENT NOUS ENFERMER DANS UNE CELLULE AVEC DES BARREAUX NORMAUX ??!! », brailla Nami de toute sa voix.

Sanji se tortilla et commença à flotter dans les airs, se déplaçant ça et là en donnant de petites impulsions avec ses pieds. Il avait les mains jointes et son visage s’était transformé en cœur géant.

« Nami adorée, tu es de plus en plus belle quand tu te mets en colère !!... », rêva le cuisinier.

Robin mit sa main droite devant sa bouche et commença à rire joyeusement. Elle ne disait jamais grand-chose mais il était évident qu’elle était très attachée à ses amis et que chacun de leur comportement pouvait lui arracher un instant de détente. Nami, furieuse, décocha un puissant coup de pied rotatif sur Sanji qui joua au billard avec les murs et plafond de la pièce avant de s’écraser lamentablement par terre, les jambes en losange et les bras levés. Chopper trembla de peur et sauta sur l’épaule de Franky.

« Nami a vraiment une force de monstre… », commenta-t-il.

« QUOI ?! REPETE CA POUR VOIR, ESPECE DE RENNE EXCENTRIQUE !!! », cria la navigatrice.

Elle attrapa alors le pauvre Chopper par le cou, l’arrachant au cyborg. De la bouche du médecin coula un filet de bave, signe qu’il s’étouffait.

« GYYYYYYAAAAAAAAAAAAHH !!... Na… mi… Pitié… », murmura-t-il avec peine, les larmes aux yeux.

Amy s’était assise au milieu de la cellule, avait sorti sa longue flûte traversière et tout en souriant, elle avait commencé à jouer un morceau relaxant afin d’apaiser les nerfs de tout le monde et en particulier, ceux de Nami. Cela produisit d’ailleurs l’effet escompté puisque cette dernière se décida à lâcher le renne qui était devenu tout rouge, et le jeta comme si c’était un objet. Franky prit alors une de ses poses dont il avait le secret : jambe droite fléchie, jambe gauche tendue et les deux bras placés en diagonale au dessus de sa tête.

« Vous êtes vraiment formidables les amis !! », dit le cyborg en pleurant comme une madeleine.

« Pourquoi tu pleures, Franky ? », demanda Luffy qui venait de se relever.

« QUOI ?! T’ES SANS CŒUR OU QUOI, CHAPEAU DE PAILLE !! TOUTE CETTE SCENE ETAIT EMOUVANTE A SOUHAIT : UN EQUIPAGE UNI DANS LE DESESPOIR. CA DONNE ENVIE DE PLEURER !... – Puis en essuyant ses larmes, il ajouta : Même si je chialais même pas… »

« Je me demande comment un cyborg peut pleurer ?!... », se questionna Chopper alors qu’il venait de reprendre un souffle normal.

« JE PLEURAIS PAS, NAIF DE RENNE. JE TRANSPIRAIS DES YEUX !! – Et après un court moment de silence, il se reprit et hurla : ET D’ABORD, JE SUIS UN HUMAIN A LA BASE !!! »

Chopper sursauta et alla se cacher, dans le mauvais sens, derrière Amy, qui continuait à jouer tout en observant ses amis. Soudain un son extrêmement bruyant s’éleva dans les airs.

« AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHH !!! MON CHAPEAU DE PAILLE !!! OU EST MON CHAPEAU DE PAILLE ??!!! », hurla Luffy à s’en tuer la voix.

Sanji s’était lui aussi relevé et du tranchant de la main, il tapa la tête de son capitaine.

« T’inquiète pas pour ça, les deux autres ont dû le récupérer pour toi. », dit-il.

« Ah ouais ? Ben OK alors… », se contenta de dire Luffy.

« COMMENT FAIT-IL POUR CHANGER D’HUMEUR AUSSI RAPIDEMENT ??? », cria Nami, visiblement à cran depuis leur capture.

« Il est comme ça, tu n’y peux rien… », dit Robin en arborant un sourire conciliateur.

« Dîtes les gars, qu’est-ce qu’on va bien pouvoir faire maintenant ? », demanda Amy qui s’était arrêtée de jouer pour se retourner vers ses compagnons.

Franky eut l’air fier de lui et prit une autre pose : une jambe fléchie, l’autre pas, un bras levé au ciel et sa main formant un « V ».

« Et c’est là que Franky intervient !! », se réjouit ce dernier.

« Comment ça ?! », demanda Nami, curieuse.

« Ahahahah !... Depuis la dernière fois, j’ai amélioré un peu mes techniques et je pense pouvoir détruire les murs de cette cellule pour nous faire sortir d’ici ! », affirma le cyborg l’air victorieux.

« Sérieuuuux ??... Franky, t’es le meilleur !! », s’exclama Chopper, les yeux pleins d’étoiles.

« Ouais, allez détruis-nous ces murs !! », ordonna la navigatrice en levant un bras au plafond.

« OKAY ! Ecartez-vous ! », fit Franky dans un grand sourire.

« Attends, Franky !... », intervint Luffy, une main tendue essayant d’arrêter son charpentier.

Mais c’était trop tard, Franky était déjà en position et venait de lancer son attaque en direction du mur qui ouvrait sur la cour extérieure.

「Onde de Choc」

Un très puissant coup de vent partit alors des mains du cyborg et en entrant en collision avec le mur qu’il visait, celui-ci vola littéralement en éclats alors qu’il semblait à premier abord extrêmement solide. Un passage venait de s’ouvrir à l’équipage permettant ainsi leur évasion.

« WOOOW !! », s’extasia Chopper, très impressionné.

« SUUUUUUUUUUUUUUPEER !!!... C’est une technique améliorée de mon « Coup de Vent », expliqua Franky. En ciblant mieux mon coup, je peux commettre plus de dommages même si la surface de destruction est réduite. »

L’équipage entier resta sans voix devant la force de frappe de la nouvelle technique de Franky alors que celui-ci levait le pouce de sa main droite en l’air et affichait un sourire glorieux. Après un petit moment de silence, dû à la surprise, Nami, qui venait de retrouver son allant, dit :

« Bien joué, Franky !... Allons-y !! Sortons d’ici ! »

Luffy venait de s’asseoir par terre et de croiser les bras, l’air déterminé.

« NON !! », ordonna-t-il.

« QUOOOI !!??! », crièrent Sanji, Nami et Chopper en chœur.

Robin était restée figer sur place, sans dire un mot. Amy s’était retournée et était visiblement intriguée par l’ordre de son capitaine. Et enfin Franky tomba par terre et ses cheveux se décoiffèrent.

« QU’EST-CE QUE TU RACONTES ENCORE LUFFY !! DEPECHE TOI ET SORTONS D’ICI !! », beugla la navigatrice après un long moment de silence.

« J’ai dit non ! », insista Luffy.

« Dans ce cas explique-toi. », intervint Amy, l’air très curieuse.

« On s’est fait attraper, donc on va attendre que Zoro et Usopp viennent nous délivrer, c’est logique !! », dit Luffy en levant le pouce au ciel avec un énorme sourire aux lèvres.

« NON MAIS, ESPECE DE TARE !! J’AI JAMAIS ENTENDU UNE ABSURDITE PAREILLE !!! ALLEZ RELEVE TOI ET ALLONS-Y ! », mugit Nami de plus belle, tout en fracassant le crâne de son capitaine.

« Nami, j’ai dit non ! », dit Luffy sur un ton plus persuasif.

La navigatrice resta alors un instant sous silence avant de reprendre :

« Dîtes quelque chose, vous autres !! On va pas écouter un ordre pareil quand même !!... »

Sanji alluma une cigarette et dit :

« Désolé Nami chérie mais il s’agit d’un ordre du capitaine, on a pas le choix… - Puis, après avoir soufflé une bouffée de fumée, il ajouta : Mais pas de souci, Nami de mon cœur, en cas de danger, je suis là pour te protéger !!!! »

« Ca devient amusant… », commenta Robin en rigolant.

« T’AS DU CRAN CHAPEAU DE PAILLE !! », le félicita Franky en levant ses deux pouces.

« Luffy est si courageux… J’espère qu’un jour, je serais comme lui ! », espéra Chopper sur un ton très candide.

« Eh bien, je vais vous jouer de la musique pour tuer le temps alors ! », ajouta Amy en tendant sa flûte.

« Ouais, de la musique !! De la musique ! », s’enthousiasma Luffy en applaudissant bruyamment.

« Amy chérie, tu es si belle lorsque tu souffles dans cet instrument aux mille merveilles… », se perdit Sanji, ses yeux étant devenus des cœurs.

« Pourquoi sont-ils tous si débiles pour toujours écouter Luffy ??... », se demanda la navigatrice en se lamentant, des larmes coulant sur sa joue.

**********

Pendant ce temps, Drystow venait de se montrer devant les yeux horrifiés de Sogeking, lequel tenta de faire demi-tour sans se faire remarquer en marchant sur la pointe des pieds. Mais au moment où il allait passer la porte, un poing surgit de nulle part et cogna la tête du canonnier, tordant ainsi son long nez. Du sang coula par terre alors qu’il avait une main sur son visage ensanglanté.

« JE SAVAIS QU’IL ALLAIT REMARQUER QUE J’ETAIS PARTI !! », cria-t-il une main levée.

« T’es idiot ou quoi ? Tu croyais vraiment que j’allais pas remarquer que tu tentais de te sauver ? », demanda Drystow en faisant craquer ses doigts.

Usopp pointa alors du doigt un petit morceau de carton qui avait la forme de… Sogeking !!

« TU CROYAIS VRAIMENT QUE J’AVAIS PAS ELABORE UN SUPER PLAN AVANT DE ME RETIRER ?? », hurla Usopp en brandissant ses poings.
Drystow resta un moment sans voix, de la morve coula de son nez. Visiblement, il avait du mal face à un tel énergumène. Mais Usopp réalisa ce qu’il venait de dire et se ravisa :

« Gyyyaaah !! Désolé monsieur le vice-amiral, veuillez accepter mes excuses pour mon comportement outrageux !... »

Trop tard. Une chaise vola et s’écrasa sur Usopp qui tomba à la renverse tout en émettant un cri d’agonie.

« Je sais, je vais feindre ma mort… C’est la seule solution pour m’en sortir… », pensa-t-il en son for intérieur.

Il utilisa alors sa technique d’imitation du sang par le ketchup et resta inerte afin de faire croire à son ennemi qu’il venait de rendre son dernier souffle.

« Bon, j’arrête de jouer avec toi… Je vais vite fait t’emmener !! », débita le marine avec un ton de voix inquiétant.

« GYYYYYYYYYYAAH !! Je savais bien qu’il savait que je suis vivant !!! », cria Usopp en se relevant en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, avant de courir dans tous les sens.

« Tiens ? Il a ressuscité !?! », constata Drystow en se frottant le crâne.

Usopp s’arrêta net de courir et prit une pose qui marquait son étonnement : les deux jambes tendues, la main droite sur sa hanche et la main gauche déployée devant son visage.

« Hey ! Hey ! Tu croyais vraiment que j’étais mort ? », demanda-t-il incrédule.

« Bien sûr, répondit le vice-amiral surpris. Tu étais couvert de sang non ? »

« ALORS POURQUOI TU AS DIT QUE TU ALLAIS TE DEPECHER DE M’EMMENER, ABRUTI ???! », brailla avec force le sniper.
Un moment de silence suivit.

« Ben parce que si tu étais mort, il aurait bien fallu que je t’enlève de cette pièce non ? », dit Drystow en haussant les épaules.

« Ben ouais, c’est logique ! », confirma Usopp se tapant le front avec sa main droite.

Un autre moment de silence suivit. Les deux protagonistes se regardèrent sans voix.

« ET PUIS D’ABORD, POURQUOI JE DISCUTE AVEC TOI COMME SI T’ETAIS PAS UN PIRATE ??! », beugla soudain le marine, se rendant enfin compte du ridicule de la situation.

« GYYYAHH !! Je l’ai énervé !! », dit Usopp qui s’était remis à courir.

Drystow pointa alors du doigt une plume, destinée à l’écriture de lettres, posée sur la table et… celle-ci se souleva d’elle-même. Il fit ensuite un geste vif en direction de son vis-à-vis et… Usopp s’écroula au sol, une plume plantée dans sa poitrine !!

« Cette fois-ci, j’arrête vraiment de jouer, Sogeking ! Tu as une prime de 30 millions sur ta tête, ne crois pas que je l’ai oublié… », dit Drystow avec un regard de glace.

« Aah… aah… Qu’est-ce que c’est que ce délire ?? Il a des pouvoirs de fruit du démon ?... », souffla Usopp, la respiration légèrement difficile.

« Et non, Sogeking, je n’ai aucun pouvoir conféré par l’un ou l’autre des fruits du démon… », le renseigna le vice-amiral.

« Alors… », commença le canonnier.

« Alors c’est autre chose, oui, termina Drystow en souriant. Il s’agit de la force mentale ! Lorsque l’esprit est extrêmement entraîné, tout comme le mien, il devient possible de prendre le contrôle de tout objet avoisinant par la puissance de l’esprit !! »

« Ca alors… Les fruits du démon, le sixième style et maintenant… ça ! La marine possède vraiment une panoplie de techniques bizarres… », remarqua Usopp alors qu’une quantité astronomique de sueur dégoulinait sur son visage.

« Et tu vas voir que cette technique est très efficace ! », affirma Drystow de façon ténébreuse.

Cette fois, le canonnier avait compris qu’il ne pouvait plus fuir devant le danger que représentait le haut-gradé de la marine. Il était venu pour sauver ses amis de cette prison et ils lui faisaient sans doute confiance. Il n’avait pas le droit de les décevoir. Aussi fouilla-t-il dans le sac qu’il portait en bandoulière et en sortit son lance-pierre.

Drystow s’avançait vers lui d’un pas lourd et menaçant. Il utilisa une fois de plus sa « force mentale » pour prendre le contrôle d’un verre cette fois-ci, et d’un geste calculé, il l’envoya sur son adversaire. Sogeking riposta alors en tirant une « bille explosive » sur le projectile afin de contrer l’attaque.

「Bille aveuglante」

De la fumée s’éleva presqu’aussitôt dans la salle, dissimulant ainsi la présence d’Usopp au vice-amiral. Mais brusquement, un cri se fit entendre et lorsque toute la poussière se dissipa… Drystow tenait le canonnier par le cou et l’avait soulevé comme une feuille de papier.

« Tu croyais vraiment que ces stratagèmes de gamin allait fonctionner sur moi ? », demanda Drystow, l’air diabolique.

« Aaarrghh… », gémit celui qui était dans une position inconfortable.

Usopp mit alors sa main droite dans le fond de son sac et prit quelque chose.

« Aah… Aaaahh… Eh ! Tu aimes les œufs ? », questionna Usopp en arborant un léger sourire.

« Quoi ?! »

Un œuf pourri atterrit sur le visage de Drystow, lequel se pinça instantanément le nez et eut l’air écœuré.

« Aah… C’est pas fini ! Je dois te vaincre, mes amis comptent sur moi ! », dit Usopp.

« Aaarff ! Ca pue ce truc, agonisa Drystow avant de se reprendre : Pourquoi t’obstines-tu à vouloir les sauver alors que tu sais toi-même que tu ne feras qu’augmenter le nombre de victimes en te faisant attraper toi aussi ? »

« PARCE QUE LEUR CONFIANCE EST PLUS IMPORTANTE POUR MOI QUE MA VIE !! PARCE QUE CE SONT MES AMIS !!! », répliqua-t-il, la mine plus déterminée que jamais.

「Flash Dial」

Une lumière aveuglante s’abattit sur Drystow et Sogeking en profita pour se glisser derrière lui.

「Gaz Dial」

Du gaz se répandit rapidement dans l’air pendant qu’Usopp arma son lance-pierre.

« Tu es pénible… Je veux bien admettre que tu es un adversaire irritant. », dit Drystow.

« Tu n’as pas encore tout vu ! », le rectifia son adversaire.

「Bille enflammée」

C’est ainsi que la pièce se mit à brûler ! Usopp ayant prévu et planifié l’assaut, put se dégager rapidement des flammes incandescentes mais son opposant fut encerclé par ces filets de feu qui commencèrent à le brûler violemment.

« ALORS T’AS EU TON COMPTE ?? », hurla Usopp en serrant des poings.

« Nul feu, ni stratégie ne saurait me venir à bout… Mets-toi bien ça dans le crâne, Sogeking !! », expliqua Drystow.

Sur ces mots, il apparut au milieu des flammes et fixa du regard son ennemi qui parut réellement surpris mais également horrifié. Le vice-amiral se lança alors sur lui et décocha un puissant coup de poing dans son ventre.

« Car j’ai fait la promesse que je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour arrêter tous les criminels qui parcourent ce monde et le souille de leurs méfaits !!!! », conclut Drystow alors que le tireur d’élite était resté debout, sans doute était-ce le marine qui avait calculé son attaque pour qu’il en fut ainsi.

Le vice-amiral tourna alors sur lui-même et frappa avec une force inouïe le visage de Sogeking, qui partit dans les airs avant de s’écraser lourdement contre un mur. Le sac qu’il portait toujours avec lui se détacha sous l’effet de l’impact et s’ouvrit au sol… C’est ainsi que les trois bouteilles d’alcool à 99% se dévoilèrent et roulèrent par terre. Usopp était en sang et regardait d’un œil courageux son vis-à-vis, contre qui il venait de perdre. Mais alors qu’il pensait que cela en était fini de lui, un évènement incroyable se produisit. Drystow s’arrêta net en voyant les trois bouteilles au sol et son expression changea du tout au tout.

« Wouahou !! De l’alcool !! », s’enthousiasma-t-il, les deux mains jointes près de son visage.

Il prit alors les trois bouteilles et les vida d’une traite !! Il commença à chanceler littéralement et tomba comme une masse avant de se relever péniblement. Il essuya la bave qui venait de couler de sa bouche et marcha vers la porte de la salle en titubant.

« So… geki… ng !! Montre-toi for… hips ! ban… Tu vas… voir ce que… hips ! tu vas voir… », dit-il avec peine.

Il sortit alors de la pièce, laissant Usopp seul, pensant que son ennemi venait de s’enfuir. L’ébriété du vice-amiral venait de sauver le canonnier d’une situation plus que périeuse.

« Luna… », souffla Usopp, la respiration courte.

Il fallait se dépêcher. La pièce était en feu et bientôt, il allait brûler s’il ne partait pas rapidement d’ici. Il se releva donc avec ses dernières forces et se dirigea vers la deuxième porte de la salle. A travers les flammes menaçantes, il ouvrit le passage et se faufila hors de cet endroit où un combat titanesque venait de se produire. Usopp enleva alors son masque et se retournant une dernière fois, le lança dans la pièce. Sogeking était définitivement mort…

Mais soudain, le sol s’écroula sous ses pieds…

「To be continued」


Retour






  Connecté(s) : 10
  Livre d'or : 5305
  Total pages : 1870
  Total images : 7093
Comment avez-vous trouvé le passé secret de Sanji ?

Genial
Pas mal
Moyen
Nul

Jojo’s bizarre adventure-FR
TYPE-MOON France
El Nano Brokeur
X ^ Revenir en haut ^
X
X


A man's dream will never die !!
Site créé par ange bleu et Dark Sol
Copyright © 2003, 2017 - One Piece la volonté du D - Tous droits réservés
Copyright © One Piece - Eiichiro Oda
Version 3.1