Accueil | A Propos | Evénements | Liens | Forum | Livre d'or | Voie Maritime | Archives
phrase
Tu n'iras nulle part !! Rends-moi M. Tom !! - Cutty Flam
Chapitre 885


Episodes 813
    > Prépublication
  > One Piece
  > Le Monde
  > Encyclopédie
  > Synopsis
  > Personnages
  > Résumés
  > Etudes
  > Animé Guide
  > Book Guide
  > OST Guide
  > Jeux Vidéo
  > Goodies
  > Névrose
  > Les 7 Enigmes
  > Batailles
  > Mini Aventures
  > Wanted
  > Pandaman
  > Navires
  > Fringues
  > Détails
  > Galeries
  > Fan Art
  > Fan Fic
  > Jeux
  > Quizz
  > Bureau
  > Avatars
  > Gifs Animés
  > Extra


EnOd Présente

Twilight's Venture


Pilote | Chapitre I | Chapitre II | Chapitre III | Chapitre IV | Chapitre V
Chapitre VI | Chapitre VII | Chapitre VIII | Chapitre IX | Chapitre X | Chapitre XI
Chapitre XII | Chapitre XIII | Chapitre XIV | Chapitre XV | Chapitre XVI


「Chapter Five : Escape」

Zoro se tenait debout devant un individu d’une trentaine d’années aux cheveux bouclés gris. Cet homme avait un regard de vague qui semblait passait par-dessus toute chose. A première vue, on aurait dit qu’il avait traversé beaucoup d’épreuves au cours de sa vie, et c’était sans doute vrai. Le sabreur venait de se réveiller après une perte de conscience dont ses derniers souvenirs étaient une main posée sur son torse… Puis le vide absolu. Que s’était-il passé pendant ce temps ? Et qui était donc cet homme ? Voici les deux questions qu’il se posait présentement.

« Qui es-tu ? », finit par demander Zoro après un instant d’observation.

Un moment de silence suivit. L’homme regarda l’épéiste d’un œil insondable et soupira avant de lui adresser un sourire rassurant.

« Je m’appelle Vaunh. », répondit-il avec une voix grave.

Vaunh était habillé le plus simplement du monde, avec un pantalon classique et un T-shirt noir. Il portait un collier, représentant une fourche, qui lui retombait jusqu’à la taille. Il devait être un des nombreux agriculteurs peuplant l’île de Twilight’s Island.

Zoro alla ramasser ses sabres tombés à terre durant son affrontement contre les cinq puissants colonels du QG de la marine. Il rengaina son Wadô Ichimonji et son Shinkai avec attention et chercha du regard son Kitetsu.

« Tu cherches ton troisième sabre ?... Le voici. », dit Vaunh en lui tendant la lame maudite.

« Merci. Ce gars disait donc vrai, ses pouvoirs sont limités dans le temps… », constata Zoro en remarquant que le Kitetsu n’était plus cristallisé et avait ainsi repris sa forme originelle.

Le bretteur rengaina également ce dernier sabre et le remit à sa ceinture.

« Je suis Roronoa… », commença-t-il.

« Zoro ! termina Vaunh, complétant la présentation de notre ami, qui leva des yeux, légèrement surpris. Eh ! 327 millions, ça ne passe pas inaperçu, n’est-ce-pas ? », reprit l’homme en observant le temps d’arrêt de son interlocuteur.

« Je suppose, soupira Zoro. Tu peux peut-être me dire ce qu’il s’est passé maintenant, non ? »

« J’ai envoyé les hommes de la marine dans la forêt. », se contenta d’expliquer Vaunh, après un nouveau silence.

« Et tu t’y es pris comment ? », s’enquit Zoro, l’air plutôt curieux.
Silence, encore.

« Ce n’est pas le plus important, pour le moment… », affirma Vaunh.

Il passa la porte de la salle où Zoro venait d’affronter il y avait peu de temps, cinq adversaires aux pouvoirs hors du commun. Il se retourna et ajouta :

« Suis-moi. Tes amis sont enfermés dans une cellule au rez-de-chaussée… »

Zoro observa encore un moment la mystérieuse personne qui venait de lui sauver la mise alors qu’il était plutôt sur une pente raide. Puis, il soupira, se mettant en tête que cet homme ne lui donnerait certainement pas plus de précisions que ce qu’il lui avait déjà expliqué.

« Xender… J’aurais ma revanche ! », pensa-t-il en se remémorant le visage de celui qui lui avait fait subir une défaite totale en le cristallisant avec une relative facilité.

Pour respecter sa parole envers Luffy de ne plus jamais perdre un seul duel, il se devait absolument, à un moment ou à un autre, de vaincre ce colonel pour le moins gênant. Autrement, son rêve de devenir le meilleur manieur de sabres au monde en remportant un combat contre Mihawk ne serait plus alors qu’un lointain souvenir.

Zoro et Vaunh marchèrent à travers les couloirs sombres de la base. Après quelques minutes, ils arrivèrent enfin à destination.

« Derrière cette porte, dit Vaunh, se trouve une salle qui mène à la cellule de tes compagnons. Mais je pense ne rien t’apprendre si je te dis qu’elle est gardée. Il va donc sans doute falloir se débarrasser de quelques membres ennuyeux de la marine… »

Au moment où Vaunh allait tourner la poignée de la porte, un sabre l’arrêta. Zoro venait de se mettre devant lui et sans dégainer son arme, il lui avait barré la route d’une façon autoritaire.

« Qu’est-ce qui me dit que c’est pas un piège ? Après tout, je te connais même pas… », déclara le sabreur, un sourire sombre aux lèvres.

Vaunh esquissa à son tour un sourire et mit ses mains dans ses poches. Il souffla et secoua la tête.

« Crois-tu que je peux te réserver un sort encore pire que celui qui allait être le tien lorsque les cinq colonels t’avaient neutralisé ? Sois logique Zoro. Je comprends tes réticences mais je suis juste là pour t’aider. », le raisonna son vis-à-vis.

« Qui sait ?! », souffla Zoro alors qu’il affichait toujours son sourire insondable.

Mais après un très court round de regards énigmatiques, le sabreur se décida à baisser sa lame.

« De toute façon, je te ferai pas confiance tant que j’aurais pas la preuve concrète que tu es de notre côté… », reprit Zoro, le ton menaçant.

« Parce que je refuse de te dire ce qu’il s’est passé après ton combat ? », demanda Vaunh, un œil interrogateur.

« Parce que dans chaque allié, il y a la moitié d’un traitre ! », conclut-il, ténébreux.

Vaunh fixa son regard sur son partenaire du moment, lequel le soutint des yeux, sans fléchir. Finalement, ce fut le plus âgé des deux qui détourna la tête et ouvrit d’une main ferme la porte qui menait à la cellule de Luffy et des autres.

Les deux compagnons provisoires se retrouvèrent alors face à une dizaine de marines qui les regardèrent d’un air horriblement étonné. Certains d’entre eux étaient assis à une table carrée, jouant aux cartes. D’autres étaient adossés contre un mur et lisaient un bouquin. D’autres encore s’étaient assoupis et dormaient d’un sommeil léger. Mais tous se redressèrent d’un bond lorsqu’ils virent l’arrivée des deux hommes qui semblaient pour le moins hostiles.

L’instant de surprise passé, un des marines prit la parole :

« BON SANG, MAIS QUI ETES-VOUS ? »

« TU VOIS PAS QUE C’EST RORONOA ? IL EST SUREMENT VENU CHERCHER SES AMIS ! », dit un homme avec virulence.

« MERDE, IL EST DANGEREUX !! LA PRIME SUR SA TETE N’A CESSE DE GONFLER ET AUJOURD’HUI, ELLE S’ELEVE A 327 MILLIONS !! », ajouta un autre, tout aussi brutalement.

« BORDEL, MAIS QUE FONT LE VICE-AMIRAL ET LES COLONELS DE LA BASE ??! », cria un quatrième, complètement paniqué.

« Héhé !! Un peu d’action… », les coupa Zoro, en mettant son pouce droit sur la garde du Kitetsu.

「Falcon Waves」

Tout en tournant sur lui-même, l’escrimeur se débarrassa instantanément de tous les marines en une seule attaque. En rangeant ses sabres dans leurs fourreaux respectifs, il murmura comme pour lui-même :

« Décidément, y’a de moins en moins d’intérêt à affronter les matelots de la marine… »

« Bravo, Zoro. Tu as su te montrer expéditif. Allons libérer l’équipage qui est le tien. », dit Vaunh en souriant.

Il se dirigea alors vers Zoro et le dépassa avant de s’arrêter devant la porte, derrière laquelle se trouvait la cellule de nos amis.

« La raison pour laquelle je t’ai aidé… C’est parce que mes parents ont été tués par la marine afin de me protéger ! J’ai toujours eu une dent contre le gouvernement… Et aujourd’hui encore, il ne lève pas le moindre doigt pour aider notre île à retrouver un semblant de gaité… », avoua le trentenaire.

「Few minutes earlier」

Le sol se désagrégeait sous les pieds d’Usopp… Le menteur de renom tenta de se cramponner afin de ne pas se faire emporter mais c’était trop difficile après avoir perdu tant de forces dans son précédent combat. Face à un vice-amiral, il n’avait pas été ridicule et s’en était sorti vivant, ce qui constituait déjà un exploit retentissant. Il s’écrasa sur le sol de l’étage inférieur après avoir réalisé plusieurs vrilles artistiques.

« MAIS BORDEL, C’EST QUOI LE PROBLEME AVEC CETTE BASE !! IL SE PASSE QUE DES TRUCS DE FOUS, Y’A DES BLESSES ICI !!!! », hurla-t-il alors qu’il avait le visage contre terre, les deux bras tendus et les fesses rebondies.

« Hey, ce que tu peux être bruyant !! », dit une voix mielleuse.

Un jeune garçon se présentait face au canonnier. Il était plutôt petit pour son âge, il portait le costume traditionnel des marines ainsi qu’un béret sur la tête, recouvrant tous ses cheveux. Il sirotait un petit verre de jus de mangue.

« Oi ! Salut ! Ca va ? », dit Usopp en mettant deux doigts de sa main droite sur son front.

« Ouais, et toi ? », répondit le garçon avec un sourire.

« Bien, merci. Bon allez, à plus ! »

Usopp se dirigea vers la porte de la salle mais soudain, un coup de pied l’envoya valser et il se fracassa contre une partie du plafond qui n’avait pas été détruite.

« GYAAAH !! MAIS QUI T’ES TOI MERDE ??! », cria-t-il, l’air incrédule.

« Nello, lieutenant de la marine. Usopp… Tu pensais quand même pas que j’allais te laisser partir si facilement alors que ta tête est mise à prix… », affirma le garçon, en laissant tomber son verre.

« Alors… C’est toi qui as explosé le sol de l’étage supérieur ?? », s’enquit Usopp, de plus en plus impressionné.

« Ouais, parce que j’avais entendu un bruit ! Heureusement que c’était pas le vice-amiral ou un colonel sinon j’aurais eu des problèmes… », dit Nello en se frottant la tête.

« QUOI ?! TU SAVAIS MEME PAS QUE C’ETAIT MOI AVANT DE… », commença le canonnier.

« Comment je l’aurais su, idiot, le coupa Nello. C’était un coup de chance que je tombe sur toi mais j’ai souvent de la chance donc c’est bon ! », en ajoutant ces quelques paroles, il leva le pouce en l’air tout en affichant un sourire étincelant.

« Oi, Oi !! C’est pas comme ça que ça marche… », dit Usopp en mettant une main ouverte devant son visage.

« On s’en fout, je vais te tuer !! Comme ça je serais sûrement promu amiral ou peut-être même amiral en chef ! », sourit Nello.
Un moment de silence bizarre suivit.

« NON MAIS TU REVES MA PAROLE !!! AMIRAL EN CHEF ?? WAHAHAHAH ! C’EST TROP FORT !! », cria soudain le tireur d’élite.

« On s’en fout, je vais te tuer !! », reprit Nello avec une dizaine de veines lui ressortant des tempes.

Sur ces mots, il se lança sur Usopp et lui donna un puissant coup de poing mais ce dernier réussit à l’esquiver en se baissant d’une façon ridicule.

« GYAAAH !! IL EST FOU CE MOME !! », brailla-t-il.

« Bats-toi Usopp ! Je dois tester mon niveau contre un pirate célèbre comme toi. », dit Nello avec sérieux.

« T’ES PAS BIEN TOI !?! JE VAIS PAS ME BATTRE CONTRE UN ENFANT !! LE CAPITAINE USOPP NE TOMBERA JAMAIS AUSSI BAS !! »

« Bon ben alors… Alors… MEURS !! », cria le jeune garçon.

« Réfléchis, réfléchis… Comment neutraliser cet enfant sans lui faire de mal ?... », pensa Usopp.

Après quelques coups supplémentaires de Nello, Usopp eut un déclic, il venait de trouver la solution !

« EH, JE PARIE QUE… EUH… TU FAIS ENCORE PIPI AU LIT !!! », cria-t-il en souriant.

« QUOOOI ?! MENTEUR, C’EST MEME PAS VR… »

Au moment où le lieutenant de la marine ouvrit la bouche suffisamment grande, Usopp sortit à toute vitesse son lance-pierre et…

「Boule à la Moutarde」

Nello avala le projectile d’Usopp et aussitôt, sa gorge se mit à brûler. Le pauvre garçon ne put supporter la douleur et tomba littéralement dans les pommes. Mais juste avant, il dit :

« 85 millions… C’était beaucoup trop pour moi !... »

Usopp pointa alors son index droit au ciel avant de l’abaisser et de montrer son adversaire étendu au sol. Il prit un air fier et affirma :

« J’ai été gentil, gamin ! J’ai même pas utilisé ma « Boule au Tabasco », sinon à l’heure qu’il est, tu serais en plein cœur de ton voyage vers l’au-delà !... – Puis après un instant de silence, il se félicita lui-même, avec un filet de bave lui coulant sur le menton : Trop classe, ma réplique… Dommage que j’aie pas l’occasion de la placer plus souvent… »

Il remit son lance-pierre dans le sac qu’il portait en bandoulière et sortit de la salle en passant la porte, mais précisément à ce moment-là, le sol s’écroula à nouveau à ses pieds.

« Ca doit encore être un coup de ce gamin infernal… Mais il n’a rien d’autre à faire que d’exploser les plafonds ou quoi ?? », pensa tout de suite le canonnier.

Et il finit alors sa chute en tombant sur… Zoro !! Les deux compères se relevèrent, une fois la surprise passée.

« ZORO, USOPP !!! Vous êtes venus nous sauver ?! »

C’était Luffy qui venait de parler, un énorme sourire aux lèvres et les deux bras levés.

« IDIOT DE ZORO !!! JE T’AVAIS BIEN DIT DE PAS APPUYER SUR CE BOUTON, A CAUSE DE TOI J’AI… commença Usopp, avant de remarquer la présence de Vaunh aux côtés de son ami. GYAAAAH, ZORO !!! Y’A UN MEC DE LA MARINE QUI TE SUIT DERRIERE !!! »

« Arrête de crier imbécile. C’est pas un mec de la marine… », se contenta de dire Zoro.

« Eh les mecs, vous savez qu’on est là, hein ? », leur rappela Franky, qui venait de se pencher la tête sur le côté.

« ESPECE D’ABRUTI DE LUFFY !!! TU VOIS CES IMBECILES ?? ILS AURAIENT TRES BIEN PU NE PAS VENIR NOUS CHERCHER !! », hurla Nami en frappant son capitaine dont une bosse apparut bientôt.

« Relax, ils sont venus non ? », sourit l’intéressé.

« Et puis, c’était plutôt amusant… », ajouta Robin.

« Amy de mon cœur m’a fait chavirer avec sa musique… », renchérit Sanji.

« Tiens ? Tu t’es pas noyé ? », demanda Zoro d’un ton ironique.

« QUOI ?!!! », cria le cuisinier.

« CA SUFFIT VOUS DEUX !!! les arrêta Nami en assommant le charmeur, déclenchant les rires du sabreur, ce à quoi la navigatrice ajouta : ET ARRETE DE RIRE BETEMENT TOI, ATTENDS QUE JE SOIS SORTIE DE CETTE CELLULE !!! »

« WOW !! Nami fait vraiment peur, des fois… », observa Chopper, effrayé.

« T’AS DIT QUOI LA, STUPIDE RENNE ?? », le menaça-t-elle, ce qui fit se recroqueviller le médecin.

« Bon, vous nous sortez de là ou on attend le déluge ? », s’enquit Amy en rangeant sa flûte.

Zoro avait récupéré la clé de la cellule sur le corps d’un des gardes de la pièce précédente et put ainsi ouvrir la cage de ses amis. Tous sortirent et furent ainsi libérés. Usopp rendit le chapeau de paille à son capitaine, lequel sauta de joie :

« Merci Usopp, t’es trop fort !! »

« Ouais je sais, je viens d’affronter mille dangers pour vous sauver et… »

« GYAAAH !! QUI C’EST CE TYPE ???? », cria soudain le garçon élastique en voyant Vaunh.

« TU M’ENERVES A ETRE AUSSI LENT A LA DETENTE !!! », s’énerva Nami en assommant Luffy une fois de plus.

Les présentations entre Vaunh et le reste de l’équipage furent alors expédiées.

« On ferait mieux de partir d’ici, maintenant… », conseilla Robin.

« Tu as raison. Allons-y ! », dit Nami.

Mais juste avant de partir, Zoro et le cuisinier s’étaient remis à se disputer.

« T’as dit quoi là, le blondinet ? »

« J’ai dit que personne t’avait demandé de venir nous sauver, tête de citrouille, tu vois ce trou là, tu crois que c’est un objet de décoration pour la cellule ? », dit Sanji en menaçant le sabreur du doigt tout en montrant le mur ravagé par la technique de Franky.

« Alors pourquoi tu t’es pas évadé toi-même, tête de chou ? C’est pas ma faute si t’es pas chiche de sauter du rez-de-chaussée… », répliqua Zoro, en menaçant lui aussi son vis-à-vis.

« Répète ça pour voir, tête de brocolis ? »

« VOUS ALLEZ VOUS ARRETER OUI, BANDE D’IDIOTS !!! », hurla la navigatrice en apposant une bosse à chacun des deux énergumènes.

« Nyahahah… Y’a que Nami pour taper aussi fort ! », dit Luffy en riant, ce qui lui valut également une bosse.

« Le corps d’une femme est un secret bien gardé et une longue histoire… », rêva Sanji en frottant sa bosse en forme de cœur.

Ils sortirent alors tous de la base en empruntant le passage qu’avait ouvert le cyborg quelques temps auparavant.

« Euh… C’est un peu ridicule là… », dit Vaunh avec une pointe de désarroi.

« Quoi donc ? », demanda Nami, intriguée.

« Eh bien, vos amis viennent vous sauver alors que vous pouviez vous sortir de là seuls… Et en plus, on passe par le trou que vous avez-vous-mêmes fait… », expliqua l’homme avec de grands gestes.

« JE SAIS QUE C’EST RIDICULE, C’EST LA FAUTE DE LUFFY SI ON PASSE TOUS POUR DES FOUS !! », s’emporta la navigatrice en décochant un coup de pied dévastateur sur son capitaine, qui ne comprit rien à ce qu’il venait de se passer.

Vaunh proposa à nos amis de venir pendant quelques temps chez lui. En effet, ils ne savaient pas encore comment ils allaient faire pour récupérer l’échantillon D09. Zoro et Usopp n’osèrent pas annoncer à leur navigatrice que le seul à pouvoir créer cet engrais était un dénommé Kunji mais que malheureusement, il était actuellement introuvable nulle part. Luffy accepta la proposition de leur nouveau compagnon et ils se dirigèrent vers le cœur de la forêt, là où se trouvait la ville principale de l’île.

Sur le chemin, on avait clairement l’impression qu’une ombre les guettait. Cependant, hormis Zoro qui l’avait remarquée et se tenait prêt en posant sa main droite sur les manches de ses sabres, personne d’autre ne semblait se douter que quelqu’un les suivait depuis leur départ de la base.

« Luffy au chapeau de paille !... Voyez-vous ça !? », les arrêta un homme, qui était assis sur une branche d’un arbre.

« C’était donc toi qui nous suivait depuis un moment. », dit Zoro avec un sourire.

« Oh ! Je suis impressionné, je pensais avoir été prudent. », dit-il.

« Qu’est-ce que c’est que ça ?! », demanda Luffy en posant sa main gauche sur son chapeau de paille et en levant les yeux vers son opposant.

Tous les autres étaient restés silencieux. L’homme eut un rire plutôt bizarre et… Il disparut !! Pour réapparaître juste devant le garçon élastique, la main droite ouverte juste devant le visage de celui-ci.

« Je suis Aitken !!! », répondit-il sous les yeux ébahis de Luffy.

Tout à coup, le capitaine du Thousand Sunny vola dans les airs et s’écrasa contre un arbre, quelques mètres plus loin !

« LUFFY !! », s’écria Usopp, affolé.

« CHAPEAU DE PAILLE ! », beugla Franky, en posant sa main droite sur son bras gauche, prêt à lancer une attaque.

« Attend Franky ! », l’arrêta Luffy en se relevant.

« Ta réputation n’était pas usurpée chapeau de paille. Tu sembles être quelqu’un de coriace… », dit Aitken avec le sourire.

« Qu’est-ce que tu veux ? », demanda Luffy.

« Moi ?... J’ai le même but final que toi… Le One Piece !! », répondit-il, imperturbable.

« Ah ouais ?! Dans ce cas… tu seras un adversaire gênant, alors autant t’affronter tout de suite ! », déclara le garçon élastique.

« Je n’en attendais pas moins de toi, chapeau de paille… 450 millions, c’est une jolie somme. Une mise à prix étonnante ! », affirma Aitken.

« Restez en dehors de ça, vous autres. », ordonna Luffy.

« Roronoa Zoro, 327 millions. Sanji, 279 millions. Nico Robin, 173 millions. Franky, 96 millions. Amy Kahelia, 92 millions. Usopp, 85 millions. Tony Tony Chopper, 74 millions. Nami, 53 millions. Les pirates du chapeau de paille, un des groupes les plus recherchés du Nouveau Monde. En très peu de temps, vous vous êtes forgés une impressionnante réputation… Que venez-vous faire sur une île comme Twilight’s Island ?! », questionna Aitken, curieux.

« C’est pas tes affaires !! », avança Luffy.

「Chewiiiing… Punch」

Le bras du capitaine s’allongea mais Aitken esquiva l’attaque sans problème. Il disparut alors à nouveau, pour réapparaître juste devant son adversaire et l’envoya valser d’un puissant coup de pied.

« La vache, je ne le vois pas du tout, qu’est-ce que ça veut dire ? », se posa-t-il la question en se relevant.

« C’est parce que je possède les pouvoirs d’un fruit du démon, chapeau de paille. Je ne suis pas rapide au point que tes yeux ne peuvent plus me suivre… », expliqua Aitken.

« Quels pouvoirs ?! », s’enquirent Chopper et Sanji en même temps.

« J’ai mangé le fruit Shissou Shissou, celui-ci me permet de me dématérialiser… Autrement dit, je suis intouchable !! », développa Aitken, affichant une remarquable confiance en soi.

« Peu importe ! Je vais te refaire le portrait !! », assura Luffy avec conviction.

« J’en doute ! Je fais moi aussi partie d’un équipage de pirates… Et mon capitaine a une prime supérieure à la tienne, chapeau de paille !! », dit-il, d’un air terrible.

「Chewiiiing… Kick」

Le pied de Luffy s’allongea mais au moment de le toucher, son ennemi s’évapora dans les airs, avant de se présentait devant le garçon élastique à nouveau.

「Shoumetsu」

Aitken voulut transpercer Luffy de sa main mais celui-ci esquiva l’assaut avant d’enrouler son pied autour du bras de son adversaire, puis avec sa deuxième jambe, il donna un puissant coup sur le visage de son vis-à-vis, qui fut envoyé à terre.

« Félicitations, chapeau de paille. C’est le genre d’attaque qui ne pardonne pas vraiment. Heureusement pour toi, tu as su éviter mon coup. », dit-il.

« Luffy… », dit Usopp.

« Arrête de t’en faire pour lui, il n’est pas recherché par le gouvernement pour rien. », le rassura Sanji.

« D’ABORD, J’AI MEME PAS PEUR POUR LUI !!! », cria le canonnier, les larmes aux yeux.

« Mais oui, c’est ça, on y croit… », ajouta Zoro en fermant les yeux.

« Usopp a peur ? », demanda Chopper en déboitant sa mâchoire.

« Ne vous inquiétez pas, tant qu’il respirera, c’est qu’il ne sera pas encore mort… », dit Robin d’un air désintéressé.

« Eh ! Robin, dis pas des choses comme ça. », intervint Nami.

« C’est trop beau ! Un capitaine protégeant son équipage d’une attaque surprise… Ca mérite une chanson : « Le courage d’un homme face à l’adversité ». », s’enlisa Franky.

Le cyborg venait de sortir sa guitare de nulle part et commença à jouer quelques notes.

« OU T’AS PRIS CETTE GUITARE, FRANKY !!!?? ET JE T’AI DEJA DIT QUE TU SAVAIS PAS CHANTER !! », s’énerva Amy, une veine sur la tempe.

« T’as un problème, enfoirée ?! », la menaça Franky.

« TU PARLES PAS COMME CA A AMY D’AMOUR, ESPECE DE PIECES DETACHEES !! », le coupa le cuisinier, tout en envoyant Franky dans le décor d’un puissant coup de pied.

Pendant ce temps, le combat entre Luffy et Aitken continuait mais aucun des deux ne parvenait à prendre un avantage sur l’autre.

« Assez joué, chapeau de paille… », dit soudain Aitken en disparaissant.

Il y eut plusieurs flashes. Le pirate disparaissant et réapparaissant de nombreuses fois, à des endroits différents. Et enfin, brusquement, le temps semblait s’être arrêté, terriblement… Aitken venait de se placer devant Amy. Une seconde, un souffle, un cri étouffé… Le temps s’était arrêté, irréel… Amy s’écroula à terre, le ventre transpercé par la main ensanglantée de l’ennemi. Etait-ce l’imaginaire de chacun des membres de l’équipage, était-ce un rêve ? Ou plutôt un cauchemar ?… Impossible ou improbable… La musicienne s’écroula, inerte…

Et le temps reprit son court, inexorable et inexplicable… Et pourtant, c’était la réalité, une de leurs amis venaient de se faire surprendre par la férocité d’un homme sans scrupules… Du sang jaillit alors de son corps…

« AMYYYY !!! », hurla Sanji, désespéré.

« AMYY !! », crièrent tous les autres en chœur, y compris Vaunh, leur nouveau compagnon.

Aitken recula de plusieurs bonds et regagna une branche d’un arbre. Il avait un sourire satisfait aux lèvres.

« TOIII !!! », le menaça le cuisinier, ses cheveux s’étant hérissés sur sa tête et son énervement était palpable.

« En vérité, expliqua Aitken, impassible, j’ai été envoyé par mon capitaine pour vous prévenir d’une chose… »

Sanji s’était jeté sur le pirate hostile et lui avait donné un effrayant coup de pied qui détruisit littéralement l’arbre sur lequel était assis Aitken mais ce dernier avait déjà pris place sur un autre arbre.

« Comme je le disais, poursuivit-il, j’ai un message pour vous. Mon capitaine m’a demandé de prévenir tout nouvel arrivant qu’il était préférable de ne pas chercher à pénétrer les montagnes de cendre… J’espère que vous écouterez ce conseil… »

Sanji s’était à nouveau lancé sur son adversaire mais c’était encore raté.

« Considérez que la blessure de votre amie soit comme un avertissement de ce qui vous attend si toutefois, vous veniez nous rendre visite sur les montagnes de cendre… », conclut Aitken, en disparaissant définitivement cette fois-ci. Insaisissable...

La cuisinier alluma alors une cigarette et souffla une bouffée de fumée avant d’affirmer :

« Peu importe la manière, j’aurais ta peau… Aitken ! »

Pendant ce temps, tout le monde s’était rassemblé près de leur amie et tous la regardaient avec inquiétude. Mais Amy sentait son souffle la quittait… Ses yeux se fermaient et tout se brouilla bientôt. Dans l’obscurité de la forêt, elle avait conscience qu’elle était en train de perdre connaissance. Tout commençait à devenir nébuleux lorsque son esprit divagua…

Elle se remémorait des bribes du passé… Elle eut devant ses yeux des formes familières : Luffy… Zoro… Sanji… Usopp… Nami… Chopper… Robin… Franky… Elle se rappela alors sa rencontre avec l’équipage de pirates dont elle faisait maintenant partie…

「To be continued」


Retour






  Connecté(s) : 15
  Livre d'or : 5305
  Total pages : 1870
  Total images : 7093
Comment avez-vous trouvé le passé secret de Sanji ?

Genial
Pas mal
Moyen
Nul

Jojo’s bizarre adventure-FR
TYPE-MOON France
El Nano Brokeur
X ^ Revenir en haut ^
X
X


A man's dream will never die !!
Site créé par ange bleu et Dark Sol
Copyright © 2003, 2017 - One Piece la volonté du D - Tous droits réservés
Copyright © One Piece - Eiichiro Oda
Version 3.1