Accueil | A Propos | Evénements | Liens | Forum | Livre d'or | Voie Maritime | Archives
phrase
M. Tom, je vais changer cette ville - Iceburg
Chapitre 885


Episodes 813
    > Prépublication
  > One Piece
  > Le Monde
  > Encyclopédie
  > Synopsis
  > Personnages
  > Résumés
  > Etudes
  > Animé Guide
  > Book Guide
  > OST Guide
  > Jeux Vidéo
  > Goodies
  > Névrose
  > Les 7 Enigmes
  > Batailles
  > Mini Aventures
  > Wanted
  > Pandaman
  > Navires
  > Fringues
  > Détails
  > Galeries
  > Fan Art
  > Fan Fic
  > Jeux
  > Quizz
  > Bureau
  > Avatars
  > Gifs Animés
  > Extra


EnOd Présente

Twilight's Venture


Pilote | Chapitre I | Chapitre II | Chapitre III | Chapitre IV | Chapitre V
Chapitre VI | Chapitre VII | Chapitre VIII | Chapitre IX | Chapitre X | Chapitre XI
Chapitre XII | Chapitre XIII | Chapitre XIV | Chapitre XV | Chapitre XVI


「Chapter Sixteen : Eternel Retour」

Tandis que Luffy et les autres ne pensaient pas que la limace géante, face à laquelle ils étaient confrontés, pouvait constituer un quelconque obstacle, en raison de la peur qu’elle éprouvât à leur égard, ils furent diablement pris au dépourvu lorsque celle-ci se précipita avec agitation sur eux ! La cible de la créature n’était autre que le garçon au chapeau de paille, si bien que Chopper et Usopp fussent complètement rassurés quant à leur situation. Le capitaine du Sunny-Go, en ce qui le concernait, était plutôt amusé par l’obstination de la bête à vouloir combattre un ennemi dont elle pouvait être sûre qu’il la mettrait au tapis s’il le désirait.

« Chopper ! tonna Luffy, un sourire distrait aux lèvres. Il est fou ou quoi ce dragon de vouloir se frotter à moi ?! »

« Non ! répondit le renne, une goutte de sueur lui tombant du front. Elle dit qu’elle n’a pas le choix car le dragon lui a demandé de surveiller ce passage et que si elle ne le faisait pas, son maître serait fâché et la punirait d’une façon épouvantable… »

« QUOI ?! Son maître ?! Dragon ?! – Luffy s’arrêta net un instant, semblant réfléchir de manière intensive avant de comprendre quelque chose et d’ajouter de vive voix : MAIS ALORS ?! CETTE CREATURE N’EST PAS DU TOUT MYTHIQUE ?? C’EST PAS UN DRAGON ?!... »

« MAIS NON, ESPECE D’IDIOT !! JE ME TUE A TE REPETER QUE C’EST UNE LIMACE GEANTE ET QU’ELLE FAIT QUINZE FOIS PLUS PEUR QU’UN DRAGON !!! », tempêta Usopp, à deux doigts de craquer.

« AH BON ?! », fit Luffy, incrédule.

Un petit silence s’installa quelques instants.

« CHOPPER !! T’AS DIT QUE SON MAITRE ETAIT UN DRAGON ??... MAIS ALORS LE DRAGON, GARDIEN DES MONTAGNES, EXISTE BEL ET BIEN ??!... GYAAAAH, C’EST AFFREUX !!... J’AI PEUR !!! », brailla Usopp, soudain saisi par la réalité des choses.

« Mais dans ce cas, c’est bien un dragon alors ? », demanda Luffy, totalement perdu au milieu de toutes ces explications et reprises en cascade.

« Non ! dit Chopper, prenant sa mine de peluche sur pattes. Le dragon, c’est le maître de la bête que tu crois qu’elle est un dragon. Mais en fait, elle n’est qu’une limace géante !! »

« Quoi ?! Bof… ‘Comprends pas ! », décréta le garçon élastique, s’asseyant et mettant sa main droite sur son menton, les sourcils incurvés.

A cet instant là, l’animal à la taille disproportionnée gémit de plus belle et fonça, les larmes lui montant aux yeux, vers nos amis, lesquels étaient en pleine discussion métaphysique concernant l’existence ou non des dragons ou encore si l’ennemi qui se dressait actuellement devant eux en était un ou pas. La limace eut le malheur de toucher Luffy et de l’envoyer, valser contre les parois de la caverne car bientôt, elle connut assez brutalement le caractère bien trempé du jeune homme. En effet, se relevant des décombres, le capitaine de navire fit dangereusement craquer ses poings avec fermeté et d’un coup monumental, explosa littéralement la pauvre bête !!

« ESSAYE PAS DE M’EMPECHER DE REFLECHIR, TOI !! NON MAIS ! », vociféra Luffy, bouillant de la tête aux pieds.

Après que le menteur et le renne eurent félicité leur capitaine pour son efficacité, nos trois amis se décidèrent à reprendre leur chemin, direction le point de rencontre ! Luffy avait entièrement oublié cette histoire de dragon alors qu’Usopp et Chopper étaient bien contents de s’être enfin débarrassés de cette limace géante, assez effroyable par ailleurs.

**********

« Il est temps de donner une bonne leçon à ce lézard dégénéré ! », affirma Sanji, allumant une cigarette, toujours la tête en bas.

« Bien parlé !! Je m’en charge ! Il va pleurer dans pas longtemps, cet animal !! », sourit Franky, mettant sa main droite sur son avant-bras gauche.

La jeune femme du groupe ne disait rien et attendait tranquillement la suite des évènements. Le caméléon emprisonnait toujours les pirates de sa langue préhensile et les scrutait de ses gros yeux indépendants et menaçants. Puis, dans un mouvement d’une grande violence et d’une grande intensité, il secoua vivement ses proies et tenta de les faire exploser contre le sol mais le cuisinier, refusant que Robin ne fût blessée, se défit des liens qui le retenaient avec autorité et d’un coup de pied rotatif, envoya la bête dans le décor !

« Il faut toujours traiter les femmes avec le plus grand soin, reptile délabré ! », lança Sanji, atterrissant à terre.

Au moment où il allait se mettre en place pour réceptionner l’archéologue, l’homme aux cheveux jaunes vit que Franky avait déjà attrapé celle-ci au vol et qu’il venait de la déposer avec douceur. Pris d’une rage folle, il courut à toute vitesse vers le cyborg et le frappa directement au visage !

« Eh ! Mais c’est quoi ce bordel ? T’as un problème ?! », vitupéra Franky, les sourcils remontés.

« Et comment que j’ai un problème !! Tu m’as volé la vedette, Franky !! », pesta Sanji, bouillant de colère.

« C’EST TOI QUI M’AS PIQUE MA PROIE, J’TE SIGNALE !! J’AVAIS DIT QUE JE M’EN CHARGEAIS !! », rétorqua l’ingénieur naval, prêt à laisser la bagarre les départager.

Sanji fonça alors de plus belle sur son ami et les deux compagnons commencèrent à se battre sous l’œil diverti de Robin. Franky semblait pour le moins agacé par la folie furieuse du cuisinier et se contentait de parer les coups dans un premier temps mais son caractère imprévisible prit bien vite le dessus et s’énervant, il envoya son adversaire contre les parois d’un puissant coup de poing. Sanji amortit néanmoins la collision en rebondissant avec maestria sur les murs et finit par atterrir près de la jeune archéologue.

« Déjà de retour ? », s’enquit-elle, adressant un regard envoûtant à son défenseur.

« Robin de mes rêves ! Quand tu me regardes comme ça, je pourrais passer le restant de ma vie à te regarder me regarder !! », s’émerveilla Sanji, prenant son air niais habituel de lorsqu’il était en présence avec une jolie fille.

L’état d’esprit du cyborg, à l’entente de ces mots, changea alors du tout au tout. D’irrité, il passa en moins de trois secondes à ému, sortit dans la foulée un mouchoir et commença à verser quelques larmes.

« Que c’est beau l’amour !! Faudra que je pense à composer une nouvelle ode. », sanglota-t-il avec délice.

Après un instant de silence, Robin se tourna vers le caméléon étalé et lança d’une voix sans concession :

« Finalement, il ne nous aura pas posé énormément de soucis !... Bien, si on continuait notre chemin ? »

**********

« Qu’est-ce que tu comptes faire ?! », martela Vaunh, évitant les assauts répétés de la grosse bête.

« Je te l’ai déjà dit : découper cet animal en deux… », répondit Zoro, son expression du visage ayant pris celle d’un monstre assoiffé de sang.

Le trentenaire ne répliqua pas à cette dernière phrase du sabreur et après avoir jeté un œil à son compagnon, se décida à protéger Nami des attaques ennemies. Il prit la jeune fille paralysée et s’éloigna quelque peu du lieu de combat afin de se mettre légèrement à l’abri. L’épéiste, voyant la manœuvre de l’agriculteur, esquissa un sourire salvateur et dégaina finalement le Shinkai avant de divulguer la lame maudite du Kitetsu.

« Parfait ! Maintenant que Nami est à l’abri, tu peux faire ta prière, espèce de rat dégénéré !! », tonna Zoro, les deux sabres scintillants dangereusement.

La musaraigne, pas plus impressionnée que de coutume, poussa un cri terrible et s’élança vers l’homme aux cheveux verts, sans fléchir un instant ! Arrivée à sa hauteur, le monstre géant secoua vivement sa queue et d’un mouvement rotatif, tenta de frapper son adversaire avec celle-ci ! Zoro sauta en l’air d’un réflexe étonnant et esquiva ainsi le coup de la bête. En retombant, il abattit avec vigueur ses armes sur le dos de l’animal mais malheureusement ce dernier parvint à les éviter sans grand problème.

« Hey ! Mais c’est qu’il est plutôt balèze, l’animal !! », sourit Zoro, impassible.

Sur cette constatation, le bretteur fonça tout à coup sur son vis-à-vis, lequel essaya de le paralyser à son tour en lui crachant dessus. Mais le membre d’équipage du Sunny-Go mit sa main gauche en protection devant son visage et ce faisant, la salive de la musaraigne atteignit alors celle-ci. Légèrement étourdi, le sabreur continua toutefois sa course vers sa cible et d’un geste net et précis, trancha cette dernière d’une estocade meurtrière grâce au sabre qu’il tenait en main droite !! Dès lors, le monstre s’écroula brutalement à terre, en sang…

« En la laissant me toucher avec son venin, cette brave bête a cru que je m’étais fait avoir… petite erreur de jugement !... », glissa Zoro, en rengainant ses katanas.

« Bien joué… le félicita Vaunh, sortant de sa cachette. Mais comment se fait-il que tu ne sois pas paralysé ? »

« Je l’ai été mais en contractant mon bras gauche, j’ai réussi à stopper la propagation du poison dans mon corps… D’ailleurs, je ne peux pas encore bouger ma main touchée… », expliqua Zoro, d’un air détaché.

Il y eut un léger instant de silence.

« Bien, maintenant que la musaraigne ne nous posera plus de problème, on peut reprendre notre chemin, j’imagine… », dit Vaunh.

Après avoir attendu que la navigatrice eût retrouvé son entière mobilité et que le membre affecté du bretteur se remît à lui obéir correctement, nos amis se tournèrent vers l’énorme trou du terrier et s’enfoncèrent alors dans ce chemin d’une complète noirceur. Ne pouvant pas remonter dans le passage qu’ils avaient auparavant emprunté, cette route était désormais la seule qui leur était encore offerte…

**********

Le couloir dans lequel s’étaient précipités Zoro et son groupe remontait la pente en spirale et après quelques minutes d’une course effrénée, ils rejoignirent bientôt le fameux centre de convergence des différentes voies de la caverne de cendre. Ce fut ainsi qu’ils sortirent finalement de la grotte, censée être gardée par un dragon mais lequel n’avait pas daigné montrer le bout de son nez. Ils constatèrent alors avec ravissement qu’ils étaient les premiers arrivés et que leurs compagnons étaient donc à la traine. La compétition déterminée par Luffy avait choisi ses vainqueurs : Zoro, Nami et Vaunh !

Quelques minutes seulement plus tard, l’agriculteur et les autres virent l’équipe d’Usopp et celle de Robin émerger de la caverne et fondre sur eux à une grande vitesse. Ils s’arrêtèrent à peu près en même temps devant leurs camarades, qui les attendaient, mais le capitaine semblait vexé d’avoir trouvé plus rapides que lui-même et ses partenaires.

« C’est pas juste… Pendant un moment, Usopp et Chopper ont refusé de bouger parce qu’ils avaient trop peur, sinon on serait là avant vous ! », protestait le garçon élastique, d’humeur geignarde.

« Oi ! Oi ! Dis pas n’importe quoi ! J’ai jamais eu peur, au contraire, c’est moi qui vous ai trainé de force afin qu’on puisse continuer à avancer tranquillement ! », soutenait Usopp, d’un air qui l’avantageait grandement.

« On a tous eu notre lot de complications de toute façon… », disait Vaunh, ne prenant ainsi le parti de personne.

Plusieurs minutes d’une discussion stérile passèrent puis, nos amis se décidèrent à poursuivre leur ascension afin de se rendre le plus rapidement possible dans les montagnes. Ils s’enfoncèrent alors dans un énorme espace où la seule matière qu’ils rencontraient n’était qu’une épaisse couche de cendre, couvrant entièrement le sol. Au loin, ils voyaient avec excitation le premier mont qui s’élevait comme une gigantesque tour. Et ils cheminèrent de plus belle…

Subitement, alors que personne ne s’y attendait, dans un bruit plus qu’assourdissant, trois silhouettes prirent forme en quelques fractions de secondes devant les yeux hébétés de nos amis ! Lorsque la poussière soulevée par cette apparition surprise fut dissipée complètement, les nouveaux arrivants se dévoilèrent... Il s’agissait des trois créatures géantes qu’avaient affrontées les membres d’équipage du Sunny-Go peu de temps auparavant !! Seulement, l’étonnement général fut de courte durée car une quatrième ombre s’érigea juste derrière les immenses bêtes.

C’était un homme d’une taille moyenne et aux oreilles allongées et pointues qui venait de se révéler devant nos compagnons. Il avait de longs cheveux verts redressés en arrière et en oblique, avec une longue et fine queue de cheval. Sa coiffure lui conférait par ailleurs une allure menaçante à souhait. Des lunettes de soleil d’un gris ténébreux, dotées de verres symétriques et ayant la forme de parallélogramme, cachaient sombrement ses yeux. Il était vêtu d’une petite veste noire dont la fermeture éclair était remontée et dont le col était tellement grand qu’il lui couvrait une large partie de son visage, en particulier sa bouche et, de façon plus légère, son nez. Habillé également de chaussures noires et d’un pantalon tout aussi noir, il affichait une mine dure mais sûre et avait les mains glissées dans les poches de son manteau.

« Vous croyiez certainement en avoir terminé avec ces animaux, seaux de la sûreté de la caverne ?... Je suis désolé de vous décevoir mais ainsi que vous pouvez le constater, il en faut fort plus pour leur en venir à bout. En ce sens, que c’est outrecuidant de votre part que de les sous-estimer de la sorte… », déclara l’homme aux lunettes alors que tous les autres étaient toujours sans voix.

« Qui es-tu ? », demanda enfin le trentenaire, reprenant légèrement ses esprits.

« Cependant… continua l’inconnu sans prêter attention à la question de Vaunh. Force est de constater que mes serviteurs n’auraient, d’une manière ou d’une autre, point pu vous empêcher de progresser… Ainsi soit-il ! »

Il sortit alors sa main droite de sa poche et la porta à sa tête avant d’en tirer trois cheveux. Il baissa ensuite lentement son bras pour positionner les cheveux ainsi arrachés près de sa bouche et enfin, dans un mouvement longitudinal, il souffla sur ceux-ci.

「Soul Strike」

Aussitôt, les trois bestioles à la taille disproportionnée s’écroulèrent dans des cris épouvantables !! L’homme en noir s’avança de plusieurs pas et se plaça en barrage devant les visiteurs, lesquels étaient plus abasourdis que jamais.

« Jeune intrépide, puisque vous allez devoir laisser ici le souffle de vos vies, je vais accepter de te donner une réponse à ton interrogation… Mon nom est Leozui, gardien de ces lieux, vestiges sacrés de la légendaire citée cachée ! », reprit-il, d’une voix qui ne se voulait clairement pas amicale.

« Mais alors !... », souffla Nami, bouche bée.

« Tes conjectures sont sûrement bonnes, jeune fille… Je suis le dragon mythique, vanté sur les murets de la caverne que vous avez souillée de vos êtres. », répondit Leozui, devinant la question naturelle de la navigatrice.

« WOW !! ENFIN, ON RENCONTRE LE DRAGON !! », s’écria Luffy, littéralement émerveillé et mitraillé de part en part par des étoiles survenues d’un autre univers.

« T’es idiot ou quoi ?! Il n’a rien d’un dragon, c’est juste un mec bizarre ! », corrigea Sanji, perplexe.

« GYAAAAH !! UN DRAGON !! AU SECOURS, J’AI PEUR !!! », hurla Usopp, prenant ses jambes à son cou.

« Je croyais que les dragons faisaient quinze fois moins peur qu’une limace ?… », murmura Chopper, incrédule et candide à la fois.

« ABRUTI !! CA, C’ETAIT AVANT QUE J’APPRENNE QUE LES DRAGONS EXISTAIENT VRAIMENT !!! », brama le menteur, les yeux en dehors de leurs orbites et la langue en escalier.

« Arrêtez de crier !! intervint Zoro avec fermeté. D’où est-ce que vous voyez que c’est un dragon ?... Y’a vraiment pas de quoi en faire tout un plat ! »

« Quelle considération erronée que voilà… C’est regrettable… », dit Leozui, une expression affligée au visage.

Sur ces mots, comme pour prouver ses dires, l’homme mystérieux tendit son bras droit dans un geste ample et se retroussa les manches à l’aide de sa main gauche. Le bras humain de Leozui se transforma alors bien vite en une patte de dragon, des écailles d’un vert profond faisant leur apparition. Leozui avait ingurgité un fruit du démon, lequel lui avait conféré les pouvoirs de se transformer. Tandis que Zoro dût bien admettre qu’il avait mal jugé son vis-à-vis, son capitaine fut de plus en plus emballé par ce dernier. Car un dragon, n’était-ce pas absolument et simplement génial ?!

« J’imagine que tu ne vas pas nous laisser passer ?... », s’enquit tout de même Vaunh, bien que le contraire aurait été pour le moins surprenant.

« C’est effectivement juste… », affirma Leozui.

« Très bien. Dans ce cas, je vais t’affronter et gagner l’autorisation de continuer notre périple car il le faut à tout prix ! », dit l’agriculteur, faisant preuve d’abnégation.

« Vaunh ?! », s’étonnèrent tous ses nouveaux amis.

« Je vais m’occuper de lui, ça ira… Vous tous, m’aidez à récupérer le soleil alors… il faut bien que je me montre digne de votre soutien. Le moins que je puisse faire, c’est de nous ouvrir la voie ! », tonna Vaunh, l’air déterminé et sûr de ce qu’il avançait.

**********

Sur les rives orangées du lac Hylia, Luna confrontait du regard la jeune musicienne qui ne fléchissait pas un seul instant. Amy avait attendu que l’électron libre de la marine, comme elle aimait elle-même à s’appeler, traversât le long cours d’eau afin de pouvoir lui faire face. Son vis-à-vis avait de gracieux cheveux blonds qui lui retombaient sur le front et était vêtue d’un débardeur bleu ciel ainsi que d’une mini-jupe mauve. Dans son dos, au niveau de la taille, deux armes éclatantes de beauté étaient attachées de façon croisée à une large ceinture de soie.

« Amy… Ca faisait vraiment un bail !! Alors ? Qu’est-ce que tu deviens ?! », fit Luna, un large sourire aux lèvres.

« Comment oses-tu me demander ça après tout ce qui s’est passé ? », répliqua Amy dont le visage reflétait à la fois l’interrogation, la colère, le dégoût et enfin aussi, si cela pouvait être possible bien entendu, une certaine forme ou une forme certaine d’affection.

Luna se faufila alors avec légèreté jusqu’à la jeune musicienne et lui mit une main sur son épaule. Cette dernière sembla tressaillir sous l’effet de la surprise et bientôt, elle se laissa tomber sur ses genoux, l’air abattue, avant de chuchoter :

« Luna ?... C’est bien toi ?... »

« Oui, c’est moi ! Qu’est-ce que tu croyais, hein ?! Bien sûr que c’est moi ! Hihihihi !... Allez ! Relève-toi… », répondit-elle, enjouée.

Elle tendit une main affectueuse à la jeune fille, l’aidant ainsi à se remettre sur pieds. Puis, dans une forêt presque inaudible, tellement la scène paraissait transcender tous les bruits alentours, Amy tomba dans les bras de Luna…

« Ecoute-moi… haleta Amy. Il faut que tu m’écoutes, j’ai des tas de choses à te dire… »

« Ouais, ouais ! Mais on a le temps !! Jouons d’abord ! », s’exclama Luna, rayonnante.

Une feuille morte tomba d’un arbre éclatant, d’un vert émeraude d’une splendeur sans commune mesure et se balada dans l’air, ballotée par un doux vent automnal. Les secondes se défilaient inexorablement mais elles étaient pareilles à des heures car le temps enfin, semblait s’être étiré à l’infini. Dans un son brumeux et nébuleux, provenant d’un lointain si proche, la feuille finit alors sa course circulaire sur le reflet magnifique de la nature sur l’eau… Et une lame fendit le vide avant d’atteindre sa cible ! Du sang jaillit tel un torrent de larmes et un corps s’étendit à terre… La marine venait de transpercer son opposante de son courroux terrible !

« Hihihihi !!... Idiote d’Amy ! Tu oublies si facilement le passé… As-tu déjà fait abstraction de tout ce que je t’ai pris ?! », clama Luna, un wakizashi dans chaque main.

La musicienne jeta un regard noir à celle qui venait de parler et se releva avant de fixer sa blessure, située au niveau de son épaule gauche. Par son processus d’évolution accélérée, elle put refermer instantanément la plaie mais sa santé extérieure contrastait avec sa santé mentale car elle avait d’ores et déjà pris un coup énorme au moral. La voilà donc atteinte psychologiquement.

« Ohoh… Des pouvoirs d’un fruit du démon ? Intéressant !... La dernière fois qu’on s’était vu, il y a sept ans déjà, tu n’en avais pas… », congratula la marine avec un sourire démoniaque.

Il y eut un nouveau silence de mort.

« Hihihihi ! Je me rappelle… Tu aimes jouer, n’est-ce-pas, Amy ? », s’enquit-elle, brisant ainsi la quiétude éphémère.

« Quand on gagne toujours, on ne joue pas !! », riposta Amy, serrant sa flûte du plus fort qu’elle le pouvait.

« Ohoh… siffla encore Luna. Belle répartie ! Dans ce cas, on va jouer… Puisqu’à n’en pas douter, tu vas perdre !... »

L’électron libre scruta des yeux d’une manière sphérique Amy. Après l’avoir détaillé un long moment, elle rengaina ses deux lames et se mit à sourire à pleines dents. Ce fut alors qu’aussi vite qu’elle avait rangé ses armes, elle fondit avec vélocité sur son adversaire et lui asséna un puissant coup du paume de la main, faisant voler Amy qui alla s’écraser contre un arbre !

« Le jeu sera… Ouais ! C’est une bonne idée !! Le jeu sera un combat à mort !! La première de nous deux qui mourra aura perdu ! », décréta Luna, plus joyeuse que jamais.

« Arrête !! tenta de la raisonner Amy, se relevant une fois de plus et ramassant son chapeau de paille. Je ne veux pas me battre contre toi et tu le sais bien !! Je suis certaine qu’au fond de toi, tu ne souhaites pas non plus qu’on s’affronte ! Luna !... Je connais ton secret, je sais que ce n’est pas ce que tu veux… »

« Ohoh… fit Luna avec délectation, évoquant son monosyllabe favori. Je vois que tu es bien renseignée… Je suis désolée mais… Ce n’est pas du tout ce que tu crois !! Je suis quelqu’un qui est membre de la marine, et toi, tu as choisi d’être pirate ! – Elle se prit la tête de ses mains. – Imbécile… Ne t’avais-je pas dit qu’au premier écart de ta part, je viendrai sans faute pour… te tuer !?! Si seulement tu savais le temps qu’il m’a fallu pour te retrouver… »

Amy ouvrit la bouche mais bizarrement aucune parole ne put en sortir car elle était dans un état de choc tel qu’elle ne savait plus quoi faire. Ses forces commençaient déjà à la quitter et elle se disait en son for intérieur que celle qui se dressait là, face à elle, ne pouvait aucunement être celle qu’elle avait jadis connu. Elle se murmurait aussi que son maître avait finalement totalement eu tort à propos de Luna. Elle se persuadait enfin, que rien au monde ne pouvait plus ramener celle qui lui était chère à la raison, qu’aucune mesure n’était à sa disposition pour lui permettre de la convaincre… Luffy, son capitaine, celui qui l’avait recueillie, lui avait pourtant inculqué, au fil de leurs pérégrinations, à ne jamais renoncer… Mais cela… Cela était assurément au dessus de ses forces, quand bien même elle aurait investi toute la volonté du monde.

« Tu restes sans voix… Quel coup tu dois avoir pris avec cette révélation, hein ?... Mais ne t’en fais pas… toutes tes peines seront bientôt soulagées… ta mort ne sera qu’une formalité et tu pourras reposer enfin d’un repos éternel auprès de… », dit Luna, prenant de plus en plus de plaisir à torturer la pauvre jeune fille.

« TAIS-TOI !!! JE T’INTERDIS DE PARLER D’EUX A NOUVEAU !! TU AS PERDU CE DROIT DEPUIS CE JOUR… - Amy s’éteignit tout à coup et ajouta en balbutiant : Depuis ce jour… »

« Depuis ce jour où j’ai supprimé de la surface de la terre les parasites qu’ils étaient ?!! Ne me fais pas rire !! », s’emporta Luna.

« TAIS-TOI !! TAIS-TOI !!! TU NE SAIS RIEN DE CE QUE TU DIS !! », cria Amy, au bord des larmes.

« Désolée… Mais je suis parfaitement lucide de ce que j’avance… tonna Luna. Réveille-toi, Amy !! Le monde… Ce monde infesté de vermines en tout genre n’est qu’éternel retour !! Tout ce que les hommes peuvent accomplir n’est possible que parce que ces actions diverses ont déjà été réalisées autrefois ! Il en va de même pour les hommes eux-mêmes ! L’éternel retour des choses pose un fait inéluctable : tout ce qu’ils ont fait, ils peuvent le refaire et pire encore, ils le referont nécessairement !!... La guerre que je mène ne fait que commencer mais un jour… j’éradiquerai tous les parasites du globe ! »

« Tu dis n’importe quoi !... Tu dis n’importe quoi !... », répétait Amy, effarée et complètement en perdition.

« La seule gentillesse que je puisse te proposer… c’est de te supprimer au plus vite, sans te faire inutilement souffrir… Tu as déjà bien assez enduré ainsi… », reprit la marine qui avait depuis un moment déjà effacé toute trace d’amusement.

Luna ferma alors les yeux et fit quelques pas, dangereux et agressifs, en direction d’une Amy qui était à la dernière barrière de la rupture… Elle s’arrêta lorsqu’elle fut arrivée à sa hauteur et baissa instinctivement ses yeux sur la jeune musicienne, laquelle était à genoux, le chapeau de paille de son capitaine recouvrant sa tête accablée. Lentement, comme pour marquer une peur toujours plus immense, comme pour que son opposante cogitât toujours plus, comme enfin, pour clairement distinguer sa supériorité, Luna dévoila dans un geste contrôlé la lame du wakizashi qu’elle portait à sa droite… Une fois l’arme à l’air, celle-ci scintilla de mille feux semblant contraster avec l’expression de sa future victime dont toute lueur s’était depuis longtemps dissipée… L’électron libre posa finalement la fine lame de son petit sabre sur l’épaule droite d’Amy, visant ainsi de façon inquiétante sa gorge…

« Sois délestée de tous tes regrets, ma chère Amy… Il est de mon devoir de t’arrêter alors j’espère que tu sauras me pardonner… Toutes les souffrances que tu as pu ressentir s’envoleront instantanément lorsque ta tête tombera à mes pieds !! », assura Luna, décalant de manière infime son arme.

A l’entente de ces mots, la jeune musicienne sembla soudainement se sortir de sa torpeur et rétorqua vivement en ces termes :

« CESSE DE PARLER COMME SI TU SAVAIS TOUT !! EN VERITE, TU NE SAIS RIEN ! TU NE SAIS RIEN DE CE QUE J’AI ENDURE PAR TA FAUTE !! MA VIE A ETE UN LONG COMBAT MAIS C’EST MAINTENANT TERMINE !! »

« En effet, ton calvaire arrive bel et bien à échéance… ton cadavre témoignera pour toi car ici, tu vas laisser ta misérable vie !! », rugit Luna.

Un bruit inaccessible… Une lame qui trancha l’air… Un torrent de sang… Epouvantable et pourtant…

「To be continued」


Retour






  Connecté(s) : 28
  Livre d'or : 5305
  Total pages : 1870
  Total images : 7093
Comment avez-vous trouvé le passé secret de Sanji ?

Genial
Pas mal
Moyen
Nul

Jojo’s bizarre adventure-FR
TYPE-MOON France
El Nano Brokeur
X ^ Revenir en haut ^
X
X


A man's dream will never die !!
Site créé par ange bleu et Dark Sol
Copyright © 2003, 2017 - One Piece la volonté du D - Tous droits réservés
Copyright © One Piece - Eiichiro Oda
Version 3.1