Accueil | A Propos | Evénements | Liens | Forum | Livre d'or | Voie Maritime | Archives
phrase
Je voudrais que tu comprennes que ce qui est mort l'est pour de bon - Kaku
Chapitre 885


Episodes 814
    > Prépublication
  > One Piece
  > Le Monde
  > Encyclopédie
  > Synopsis
  > Personnages
  > Résumés
  > Etudes
  > Animé Guide
  > Book Guide
  > OST Guide
  > Jeux Vidéo
  > Goodies
  > Névrose
  > Les 7 Enigmes
  > Batailles
  > Mini Aventures
  > Wanted
  > Pandaman
  > Navires
  > Fringues
  > Détails
  > Galeries
  > Fan Art
  > Fan Fic
  > Jeux
  > Quizz
  > Bureau
  > Avatars
  > Gifs Animés
  > Extra


EnOd Présente

Twilight's Venture


Pilote | Chapitre I | Chapitre II | Chapitre III | Chapitre IV | Chapitre V
Chapitre VI | Chapitre VII | Chapitre VIII | Chapitre IX | Chapitre X | Chapitre XI
Chapitre XII | Chapitre XIII | Chapitre XIV | Chapitre XV | Chapitre XVI


「Chapter Three : Broken Skills」

« Raaaah !!... J’aurais peut-être pas dû appuyer sur ce bouton finalement… », pensa Zoro.

Des flèches multiples tombaient comme une pluie torrentielle sur l’épéiste, c’est la raison pour laquelle il courait comme un fou afin de toutes les éviter. Bientôt, le couloir entier se retrouva peu à peu inondé de projectiles mais Zoro remarqua trop tard qu’il s’était engagé dans un cul-de-sac. Ne pouvant plus fuir le piège, il décida d’y faire face. Il mit sa main gauche sur la poignée du Kitetsu et avec son pouce, poussa lentement la garde du sabre pour commencer à le dégainer. Lorsque les flèches tombèrent à nouveau sur lui, il sortit rapidement et complètement la lame du fourreau.

「Technique à un sabre : Calibre 36」

Le tourbillon créé par l’attaque de Zoro stoppa net les flèches qui s’apprêtaient à s’abattre sur lui.

« C’est quoi le problème avec cet endroit ? C’est bondé de pièges, aucun bouton ne mène à un passage secret… », dit Zoro en grimaçant.

Il rengaina son sabre, fit demi-tour et continua son chemin. Peu de temps après, il tomba sur des escaliers qui montaient en cercles concentriques.

« Bon… Prenons ces escaliers, se dit-il en lui-même. En général, les prisonniers sont enfermés dans des prisons en sous-sols, ça doit donc être le bon chemin… »

Il arriva alors devant une bifurcation mais il avait déjà une idée précise de la marche à suivre. C’est donc sans hésiter qu’il tourna à droite puis continua rapidement son périple. A un moment donné, il se retrouva face à de nouveaux escaliers mais qui descendaient de façon concentrique, cette fois. Sans l’ombre d’un doute, il s’engouffra dedans puis, une fois arrivé à l’étage inférieur, il prit le couloir de droite. Là, Zoro fut interloqué.

« Encore des escaliers ? Mais ils les ont enfermés à des kilomètres sous terre ou quoi ? », pensa-t-il.

Zoro n’avait pas remarqué qu’il faisait face aux mêmes escaliers que tout à l’heure ! Après plusieurs passages, il comprit enfin que quelque chose n’allait pas.

« Bizarre… J’ai l’impression d’être déjà passé par là… »

C’est pourquoi, une fois à nouveau à l’étage supérieur, au lieu de prendre la voie de droite, il eut l’intelligence de se tourner vers la gauche. La main droite posée sur ses trois sabres, il marchait tranquillement au sein de la base de la marine. Il arriva alors devant une porte où un écriteau indiquait : « Merci de ne pas libérer les animaux ». Zoro crut que les animaux faisaient références aux prisonniers capturés, aussi défonça-t-il violemment la porte et se faufila-t-il à l’intérieur de la salle, espérant trouver là tous ses amis. Mais il s’était lourdement trompé : devant lui s’étendaient de nombreuses cages où étaient enfermées diverses bêtes. C’était un zoo !!

« Tssss… Tout ça pour ça ! », grimaça-t-il.

Au moment où il allait sortir de la pièce, il entendit le cri d’un petit écureuil et se retourna. Le petit animal s’était libéré de sa cage et venait de sauter sur le sabreur, se collant à son visage.

« Tu veux m’étouffer ou quoi ? », s’énerva Zoro en enlevant l’écureuil de ses yeux.

Il le posa par terre et continua à avancer à la recherche de Luffy et des autres mais il ne tarda pas à remarquer que l’écureuil l’avait suivi. Zoro s’accroupit alors et dit :

« Tiens, puisque t’es là… Tu peux peut-être me dire où est la prison, hein ?... Je te donnerai un os ! »

Sur ces mots, l’écureuil se mit à courir et Zoro se lança alors sur ses talons. Après quelques instants, il se retrouva devant une autre porte.

« Merci, mon vieux. », dit-il l’air ravi.

A l’instant où il allait ouvrir la porte, c’est cette dernière qui s’ouvrit à lui. Un homme immense, mesurant au moins trois mètres, se dressa devant lui.

« Tails !! Mon pote Tails, cria l’homme, t’es revenu !! J’ai senti ton odeur alors je t’ai ouvert ! Depuis que Sofia, la méchante, t’avait confisqué, je me faisais un sang d’encre !! Mais minou, tu es revenu, c’est l’essentiel !! »

« Eh ! », dit Zoro, l’air déconfit.

L’homme eut alors une montée d’adrénaline, des sueurs froides coulèrent sur sa joue, ses yeux s’ouvrirent largement et de la bave sortit de sa bouche. Il se tourna ensuite au ralenti vers le sabreur, le visage déformé par la peur… Mais lorsqu’il vit Zoro, il parut complètement rassuré et se reprit aussitôt.

« RAAAAAAAAAH !! QUI T’ES TOI, ENFOIREEEE ??! Tu m’as fichu les jetons !! Je croyais que c’était Sofia, cette folle m’aurait lynché si elle avait entendu que je l’avais traitée de méchante. »

« Je cherche juste la prison. », dit Zoro après un moment de dépit.

« Ah d’accord, répondit l’homme. Moi c’est HISAGIIIIIII – tout en disant son nom, il avait prit une pose : un genou à terre, la main droite sur le menton et la main gauche formant un « V ». La classe… La classe… RAAAAAAAAAAH !!! Je le savais !! Je savais que c’était la classe de se présenter comme ça, pourquoi j’ai perdu vingt ans de ma vie à me présenter normalement ?? HEIN ???!! POURQUOI ?? »

Un long moment de silence suivit. Zoro regardait Hisagi et restait sans voix. Quant à son vis-à-vis, il cligna plusieurs fois des yeux et finit par dire :

« HUM !! HUM !! Tu cherches donc la prison, hein ? »

« Ouais, reprit Zoro. Tu peux me dire où on peut la trouver ou pas ? »

« Bien sûr, bien sûr… BIEN SUR !! Hein Tails, bien sûr qu’on le peut !! HISAGIIIIII peut tout ! TOUT !! »

Il prit alors la pose d’un gorille, les jambes fléchies et les muscles des bras contractés comme pour montrer sa force. Lorsqu’il vit que Zoro restait sans réaction, il dit :

« HUM !! HUM !! Bon, bon, bon, bon… Pour commencer, tu prends à droite en sortant, puis à gauche, puis à gauche, puis à droite encore, puis tu longes le couloir jusqu’au bout, puis à droite et après, c’est tout simple : droite, droite, gauche, droite, gauche, gauche, gauche, droite… »

Hisagi s’arrêta net en voyant que Zoro était comme paralysé, la bouche grande ouverte et la main droite crispée, comme s’il disait : « Qu’est-ce que je vais faire ??! ».

« HUM !! Déjà, pourquoi tu veux trouver la prison ? », demanda-t-il.

A cette question, Zoro sembla redescendre sur terre et répondit :

« Mes amis sont sûrement enfermés là-bas, je suis venu les libérer. »

« TES AMIS ??!! Zoi, zoi, zoi !! TES AMIS ??! Il n’y a qu’un groupe de prisonniers ici : l’équipage du chapeau de paille… ET CE SONT TES AMIS ??! Alors… »

Zoro comprit que l’homme auquel il faisait face était un marine, ce qui était relativement logique puisqu’il se trouvait dans une base.

« Alors je suis un pirate !! Ouais, c’est exact !! », poursuivit Zoro avec un sourire provocateur, complétant ainsi le début de la phrase de son opposant.

« KWAAAAAAAAAAA ??!!! Pirate ? PIRATE ! Zoi, t’as entendu ça Tails ! C’est un pirate… Prépare-toi, pirate, le lieutenant Hisagi ne laisse jamais le crime impuni ! JAMAIS !! JAMAIIIIIIIIIIS !!... WAHAHAHAH !! SALETE DE PIRATE… Merci de m’avoir amené Tails… »

Là-dessus, il prit son écureuil dans ses bras et aussitôt, il se changea en arme !! Tails était en réalité une hache géante, arme qui correspondait tout à fait au profil du lieutenant de la marine. Zoro, quant à lui, posa son pouce droit sur la garde du Wadô Ichimonji et déclara :

« On aurait dû faire ça dès le début, on aurait perdu moins de temps… »

« ZOI, t’as une façon de voir les choses. HUM ! HUM ! »

Hisagi lança l’assaut et se rua vers son adversaire avant d’abattre sa hache sur son visage. Zoro para aisément l’attaque en dégainant son Wadô Ichimonji.

« C’est décevant, reprit-il avec un sourire, applique-toi un peu. Tu peux mieux faire non ?! »

« KWAAA ?! Tu vas me payer ça, HUM !! », cria Hisaga, hors de lui.

Le lieutenant ramena sa hache vers lui et la changea en forme semi-animale. Tails était devenu mi-écureuil, mi-hache : il était hache pour une grande partie de lui mais il était écureuil en raison de sa queue qui continuait la poignée de l’arme.

« WAAAHAHAH !! HUM ! Voici, la forme la plus puissante de Tails. Grâce au fruit Risu Risu, ma hache est devenue une arme extrêmement dévastatrice. Zoi, zoi, zoi !!... »

En débitant ces quelques phrases, le lieutenant avait pris une nouvelle pose : son arme plantée au sol, les jambes redressées, sa main gauche serrant le poing et sa main droite ouverte devant son visage.

« Aucune arme ne sera jamais assez puissante face à mes sabres !! », décréta Zoro, avec assurance.

« Zoi, on va le savoir tout de suite ! »

Hisagi se jeta à nouveau sur le sabreur et donna un premier coup de hache en diagonale mais Zoro l’esquiva sans mal. Le marine reprit alors son équilibre avec la force de sa jambe droite et ramenant son arme avec puissance, il enchaîna par un deuxième coup donné en verticale. La vitesse d’exécution du lieutenant avait été suffisamment rapide pour surprendre légèrement son adversaire, si bien que ce dernier fut obligé de dégainer son Kitetsu pour se protéger. Les lames s’entrechoquèrent avant que Zoro ne repoussât son opposant avec autorité.

« Eh ben voilà, fit-il sur un ton de félicitation, bien mieux que tout à l’heure. On va peut-être pouvoir s’amuser un peu finalement… »

« Zoi, arrête donc tes sascasmes… sascarmes… sarscames… »

« Sarcasmes. », intervint l’épéiste.

« Voilà, c’est ça, samscasmes… HUM ! HUM !! Bref, arrête tes provocations !! », hurla Hisagi.

« Tu vas voir si ce sont des provocations… », affirma Zoro.

Cette fois-ci, c’est Zoro qui sonna la charge : il se lança sur Hisagi, lequel riposta par une attaque horizontale mais instantanément, il passa dans le dos du lieutenant après avoir bloqué l’assaut qui lui était destiné.

「Technique à deux sabres : Rhinoceros Slash」

Les sabres de Zoro déchiquetèrent sa victime qui s’écroula lourdement sur le sol.

« Face au danger, le meilleur moyen de le fuir est encore de s’y jeter… Tu as fait preuve de courage, lieutenant Hisagi ! », dit le sabreur en rengainant ses deux lames.

Hisagi gisait à terre, ensanglanté. Il semblait avoir du mal à respirer mais il se releva tout de même tant bien que mal. Se tenant péniblement debout, s’appuyant sur sa hache, il avança :

« Zoi… C’est pas fini ! PAS FINI !! PAS FINIIIIII !! HISAGIIII N’EST JAMAIS FINI !!! WAHAHAH !! »

Hisagi avait repris sa position de combat mais il semblait réellement fébrile.

« Ne sois pas stupide, tu as perdu et tu le sais… », tenta de le raisonner Zoro.

« HUM !! Rien de ce que tu diras ne pourra me faire abandonner. RIEN !! RIEN !!... Rien, rien, rien !! »

Sur ces mots, le lieutenant avança vers Zoro de plus belle et l’attaqua par un coup de hache horizontale. Zoro ferma les yeux de déception et para la charge de son adversaire en bloquant son arme à main nue !!

« C’est fini !! Si tu restes tranquille, dit Zoro, tes blessures ne te seront pas fatales !! »

« Zoi ! T’es bien imprudent de parler pendant un combat !! », fit observer Hisagi.

Les pouvoirs du fruit de Tails venaient de s’activer : sa queue s’enroula autour du bras droit de Zoro !

« Tu es fait !! HUM !! »

L’épéiste jeta un œil vers Tails et posa sa main gauche sur le Kitetsu. Hisagi dégagea alors sa hache de la prise de Zoro, la tourna sur elle-même et la lâcha avec la vitesse qu’elle venait de prendre sur son vis-à-vis. Mais le sabreur fut le plus rapide : en dégainant son sabre, il para une fois de plus l’attaque qui le visait puis, d’un geste ample, il frappa Hisagi du plat de sa lame. Ce dernier tomba à terre à nouveau mais cette fois-ci, Zoro pointa le Kitetsu sur lui !

« Hé ! Ne te relève pas… », lui conseilla le bretteur.

« OKAYYYYYYY !!... Cette fois, j’ai perdu !! Zoi, zoi, zoi !! T’es plutôt fort toi hein ? », répondit Hisagi.

Zoro fut assez surpris par la réaction de son ennemi mais il en avait vu d’autres au cours de sa vie. Il rangea alors le Kitetsu dans son fourreau et dit :

« Bon, maintenant, tu vas me dire où se trouve la prison mais en abrégeant ce coup-ci ! »

« Zoi, c’est d’accord, c’est d’accord ! D’ACCORD ! HUM ! Tu as gagné alors c’est normal que je doive te dire un truc ! »

« Ouais, vas-y je t’écoute. », sourit Zoro.

« HUM ! HUM !! En sortant, longe le couloir et prends la première à droite, tu trouveras des escaliers, prends-les et descends de deux étages. Une fois là, prends la première à gauche et tu devrais pouvoir voir la prison où sont enfermés les pirates que tu cherches… Mais tu dois savoir qu’ils sont gardés. TU LE SAIS HEIN ?!! TU LE SAIS !! WAHAHAH !! »

« Ce n’est pas un problème, répliqua Zoro. Merci pour les informations. »

Alors que Zoro sortait de la pièce où il venait d’affronter et de vaincre Hisagi, un courant d’air s’infiltra par la fenêtre ouverte et fit voler une feuille de papier à travers la salle, celle-ci tombant juste à côté du lieutenant. Avec ses dernières forces, Hisagi prit le morceau de papier pour y jeter un œil. Son cœur s’arrêta de battre l’espace de deux secondes, ses yeux sortirent de leurs orbites et il secoua violemment la tête dans tous les sens.

« WAHAHAHAH !! Zoi, cria-t-il. C’est TROP BIEN !!! TROP BIEN !! C’était donc Zoro, le chasseur de pirates !! HUM !! HUM !!! Ce qui veut dire que contre des personnes normales, je n’ai toujours perdu aucun combat ! AUCUN !! AUCUN !!... Le crime ne reste jamais IMPUNI lorsque je fais face à des mecs qui sont pas des fous !!... WAHAHAH… WAHAH… Kof !! Koff… AAAAH !!... Je me meurs… »

Il reposa alors le papier par terre et sembla s’évanouir. Le papier qu’il venait de parcourir était en réalité un avis de recherche, c’était celui de Zoro. Sur cette affiche, on pouvait lire : « WANTED : RORONOA ZORO. 327 000 000. DEAD OR ALIVE. ».

Pendant ce temps, Zoro avait longé le couloir suivant les indications de sa victime mais au lieu de tourner à droite, comme cela était prévu, il prit le chemin de gauche ! Il continua ainsi sa route mais il ne se rendit pas compte qu’il n’avait pas suivi la voie que lui avait montrée Hisagi, si bien qu’au bout d’un moment, il se perdit.

« L’ordure, pensa Zoro, il m’a indiqué une fausse route ! J’aurais dû m’en douter. »

Après plusieurs montées et descentes successives, il arriva de nouveau devant une porte qu’il poussa avec un air déterminé. Et ce fut alors qu’il tomba sur… le lieutenant Hisagi, gisant à terre, le visage en sang !!!

« Mais bordel !!! Tu peux te téléporter ou quoi ?!?! », cria Zoro la mine complètement incrédule.

Ce boucan réveilla alors Hisagi qui ouvrit lentement les yeux. A la vue de Zoro, de la morve coula de son nez et il se redressa comme un ressort, oubliant toutes ses blessures. Il semblait maintenant en pleine forme et se mit à courir à travers toute la pièce, totalement paniqué.

« NON !!! Zoi, zoi !! NON ! NON !! Pourquoi t’es revenu ?? Pour me tuer ?? », cria le lieutenant apeuré.

« C’est toi qui m’a suivi ! », dit Zoro en grinçant des dents.

« KWAAA ??!! Moi te suivre ? Ca va pas la tête ou quoi, zoi ?!! Moi suivre un mec qui coûte 327 millions ?? Je tiens à ma vie moi hein ou quoi ??! HUM !! HUUUUUUM !!! »

On avait l’impression qu’Hisagi était en train de littéralement s’étouffer.

« OK, OK ! Bon, dans ce cas, tu vas me dire où se trouve la prison et sans me mentir cette fois-ci ! », reprit le sabreur.

« KWAAA ?! Je te l’ai dit et je t’ai pas menti ! Je mens jamais moi. JAMAIS !! C’est toi qui t’es paumé, j’y peux rien moi ! »

Zoro regarda alors Hisagi puis attrapa celui-ci par le col de sa veste et dit :

« Alors, tu vas venir avec moi, si j’ai pas réussi à trouver ce que je t’ai demandé, c’est toi qui vas m’y amener… »

« HEIN ??!! Et pourquoi ? », questionna Hisagi, des sueurs froides coulant sur son visage.

« Pour le service-après-vente !! », répondit Zoro dans un sourire.

C’est ainsi qu’Hisagi fut obligé de guider Zoro de lui-même à travers le labyrinthe que constituait la base de la marine de Twilight’s Island. Au court d’un instant où le sabreur ne fit pas attention à lui, le lieutenant en profita pour sortir de sa poche un escargophone. Il appuya alors sur le bouton de l’appareil.

Ils continuèrent leur route mais Zoro remarqua que cela faisait de bonnes minutes qu’ils marchaient et qu’ils devraient en toute logique être déjà arrivés.

« C’est encore loin ? », demanda-t-il, intrigué.

« HUM !! HUM ! Non, c’est plus très loin, zoi. Tu vois la pièce au fond du couloir, eh bien en passant cette salle, on y sera ! »

Zoro eut un sourire et ouvrit la porte. Des pétales de fleurs passèrent à ce moment là devant lui… Il dégaina l’un de ses trois sabres et para une attaque surprise !! Il releva les yeux et vit qu’il faisait face à cinq personnes ! Il lâcha alors Hisagi qui rampa à toutes vitesses hors de la pièce où ils venaient d’entrer.

« Roronoa Zoro… Ta réputation est donc viable. », dit l’une de ces cinq personnes.

« Permets-nous de nous présenter. », dit une deuxième.

« Nous sommes cinq colonels dépêchés par le QG de la marine au service du vice-amiral Drystow… Notre groupe constitue l’équipage le plus puissant en termes de force de frappe au sein de toute la marine !! », dit une troisième.

« Nous sommes venus prendre le contrôle de cette base, il y a environ une semaine, dans le seul but de vous arrêter, vous, l’équipage du chapeau de paille. », intervint la quatrième personne.

« Hisagi nous a alerté de ton intrusion par un signal émis à l’aide de son escargophone… Xender, Shundo, Kiyomii, Sofia et Tsukyo, à ton service, Roronoa Zoro. », conclut la dernière.

Xender était un homme d’une trentaine d’années. Il était assez grand et portait un long sabre à sa ceinture. Shundo était d’une taille moyenne, il avait les cheveux courts et portait le symbole de la marine comme tatouage sur son bras gauche. Kiyomii était une jeune femme, probablement âgée entre vingt et trente ans. Elle était d’une grande beauté et ses cheveux bleus qui retombaient sur son épaule lui donnaient un air de sirène. Sur son avant-bras droit, un serpent y était enroulé. Sofia était également une jeune femme. Elle portait des habits très légers mais semblait complètement négliger son look. Et enfin, Tsukyo paraissait être l’homme le plus âgé du groupe. Il devait avoir dans la quarantaine et avait de longs cheveux noirs.

« Voilà un prestigieux comité d’accueil, souffla Zoro dans un sourire. Hisagi m’a donc piégé, ça devient intéressant… »

« Bientôt, ton sourire béat sera effacé de ton visage. Celui-ci n’exprimera plus que terreur… », dit Xender d’un ton démoniaque.

« Et pourras-tu tenir tes engagements ? », répliqua Zoro, avec toujours un sourire inquiétant sur ses lèvres.

Le serpent de Kiyomii se déroula lentement de son avant-bras et fendit dans un éclair sur Zoro. Celui-ci dégaina instinctivement son Kitetsu et contra la charge.

« Eh ! Vous êtes plutôt pressés ! », lança-t-il.

« On n’est pas ici pour s’amuser, Roronoa. », répliqua Shundo.

「Petals Sharp」

Sofia venait de se changer en pétales de fleur avant de s’abattre d’un coup brusque sur Zoro, lequel se protégea en mettant ses deux bras en opposition devant son visage mais… son corps entier fut entaillé par l’attaque du colonel. Du sang commença à tomber goutte à goutte par terre…

« La vache, ils rigolent pas ! », s’exclama Zoro.

« Même quand la blessure guérit, la cicatrice demeure… », déclara Xender.

« Quoi ??! », dit le sabreur avec surprise.

Xender se lança alors sur son ennemi et l’attrapa par le cou avant de le soulever sans mal. Il déchira alors le T-shirt de Zoro et reprit :

« Je parlais de cette empreinte que tu as sur le torse… Qui te l’a apposée ? »

« Ce sont pas tes affaires !! », grogna Zoro tout en se libérant de la poigne du marine.

Il fit une roulade sur le côté pour se dégager un peu plus du danger que représentait Xender mais à ce moment là, Shundo passa près de lui et posa sa main sur son épaule. Rapidement, Zoro s’aperçut que son T-shirt commençait à se désagréger… Il fit donc un bond en arrière pour mettre de la distance avec le colonel de la marine.

« P’tain ! Ils ont des pouvoirs bizarres… », s’écria-t-il.

Zoro dégaina alors ses deux autres sabres : le Wadô Ichimonji et le Shinkai. Il mit le Wadô Ichimonji dans sa bouche et prit le Shinkai dans sa main gauche.

「Technique à trois sabres : Demon Bull Yuzume」

Il fonça vers Tsukyo afin de l’attaquer mais ce dernier esquiva l’assaut au dernier moment d’un petit déplacement latéral.

« Qu’est-ce qui se passe ? Je suis sûr que ma lame t’a touché !! », s’exclama Zoro.

« Elle m’a frôlé, en effet, répondit Tsukyo. Mais j’ai évité ton attaque juste avant que ton sabre ne me blesse… »

« Comment est-ce possible ? », demanda le sabreur après un léger silence, énormément surpris.

« Je possède les pouvoirs du fruit Shiki Shiki. Ainsi, tous mes sens sont surdéveloppés. Dès que je ressens le contact de ta lame sur moi, je peux l’esquiver sans problème… », expliqua Tsukyo.

« C’est problématique ça… », soupira Zoro.

« Effectivement… », confirma le colonel.

« Roronoa, Tu es venu pour libérer tes amis mais en lieu et place de cela, c’est toi qui va être libéré… du fardeau de la vie !! », dit Xender la mine toujours aussi sombre.

Il s’élança alors sur le pirate mais celui-ci riposta en abattant son Kitetsu sur lui. Contre toute attente, au lieu d’esquiver la charge, Xender la para avec sa main droite avant d’attraper fermement le sabre. Rapidement, un film transparent sembla couvrir le katana…

「Crystal Flower」

Le Kitetsu de Zoro fut alors scellé par une couche de cristal transparent !

« C’est fini, Roronoa. Grâce au fruit Suishou Suishou, j’ai acquis la maîtrise du cristal. Même si mes techniques ont une durée limitée dans le temps, j’ai neutralisé ton sabre pour un long moment. », déclara Xender.

Zoro sauta et donna un puissant coup de pied sur la face du colonel, lequel vola à travers la pièce et s’écrasa contre un mur.

« Et alors ?? », riposta le pirate d’un air méphistophélique pendant que le colonel de la marine se relevait.

« Alors si tu n’abandonnes pas immédiatement, ta vie va s’arrêter ici… », répliqua Xender.

« Voyons voir ça !! », dit Zoro d’un ton de défi.

Kiyomii attaqua le pirate à son tour mais Zoro l’esquiva. C’est alors que le serpent s’enroula autour du bretteur qui fut complètement immobilisé.
« Parfait, Raven. », dit Kiyomii.

La jeune femme frappa ensuite son ennemi avec une grande force, lui faisant cracher du sang.

« Comme prévu… Tu as une force de moustique ! », fanfaronna Zoro.

« Alors dis-toi que tu vas mourir par les mains de celle qui a une force de moustique, Roronoa. », dit Kiyomii dans un sourire.

« Je ne crois pas, non. », réfuta Zoro.

A ces mots, il se libéra d’un coup, de l’emprise du serpent et donna un coup verticale avec son Wadô Ichimonji mais Kiyomii contra la charge à l’aide de… Raven qui venait de se changer en bâton !!

« Raven est un bâton qui a mangé le fruit Hebi Hebi. », expliqua Kiyomii.

« Trêve de bavardages, intervint Xender, finissons-en Roronoa. »

« Ouais, il est temps d’en finir. », confirma Zoro.

« Bien, vous autres, écartez-vous, je vais m’occuper de notre invité. », dit Xender.

« Tu veux encore avoir le mérite d’avoir capturé un pirate de renom pour toi seul ? », demanda Shundo.

« Laisse-le, de toute façon, il a toujours été comme ça… », dit Sofia.

Les quatre autres colonels s’écartèrent alors.

« Un contre un ?! », questionna Zoro.

« Tout à fait, un problème ? », demanda Xender.

« Pas le moindre. »

« Alors… allons-y !! », conclut le colonel.

Xender dégaina à son tour le sabre qu’il portait à sa ceinture. Zoro portait son Wadô Ichimonji dans la main droite et son Shinkai dans l’autre. Le colonel donna un coup horizontal que le sabreur para à l’aide du Shinkai et avec le Wadô Ichimonji, il lança un assaut que Xender contra en cristallisant sa main gauche. Zoro eut alors le réflexe de rapidement dégager son sabre avant que le cristal ne le recouvre.

Zoro lança ensuite une deuxième charge sur son ennemi avec son Shinkai mais Xender l’évita. Cependant, le pirate se glissa à une vitesse ahurissante dans le dos du colonel et lui asséna un coup de genou. Celui-ci fut projeté en avant mais au moment de se rétablir, Zoro était déjà à sa hauteur et d’un coup de sabre, il le désarma du sien, qui vola à travers la pièce et se planta dans un mur.

« Tu as de jolis réflexes, Roronoa. », dit Xender, admiratif.

« C’est fini pour toi !! », affirma Zoro en pointant son Shinkai sur son vis-à-vis.

« Si tu es blessé par autrui, tu peux oublier la blessure. Mais si tu le blesses, tu t'en souviendras toujours… Je suis navré Roronoa… », dit Xender avec une pointe de tristesse.

「Crystal Trap」

Le colonel posa la paume de sa main sur le torse de Zoro, celui-ci se cristallisa à vue d’œil et bientôt, il devint une statue immobile, une couche transparente l’entretenant sous silence…

« Toutes tes capacités sont brisées, Roronoa… », conclut Xender d’une façon terrible.

「To be continued」


Retour






  Connecté(s) : 8
  Livre d'or : 5305
  Total pages : 1870
  Total images : 7093
Comment avez-vous trouvé le passé secret de Sanji ?

Genial
Pas mal
Moyen
Nul

Jojo’s bizarre adventure-FR
TYPE-MOON France
El Nano Brokeur
X ^ Revenir en haut ^
X
X


A man's dream will never die !!
Site créé par ange bleu et Dark Sol
Copyright © 2003, 2017 - One Piece la volonté du D - Tous droits réservés
Copyright © One Piece - Eiichiro Oda
Version 3.1