Accueil | A Propos | Evénements | Liens | Forum | Livre d'or | Voie Maritime | Archives
phrase
M. Tom, je vais changer cette ville - Iceburg
Chapitre 885


Episodes 813
    > Prépublication
  > One Piece
  > Le Monde
  > Encyclopédie
  > Synopsis
  > Personnages
  > Résumés
  > Etudes
  > Animé Guide
  > Book Guide
  > OST Guide
  > Jeux Vidéo
  > Goodies
  > Névrose
  > Les 7 Enigmes
  > Batailles
  > Mini Aventures
  > Wanted
  > Pandaman
  > Navires
  > Fringues
  > Détails
  > Galeries
  > Fan Art
  > Fan Fic
  > Jeux
  > Quizz
  > Bureau
  > Avatars
  > Gifs Animés
  > Extra


EnOd Présente

Twilight's Venture


Pilote | Chapitre I | Chapitre II | Chapitre III | Chapitre IV | Chapitre V
Chapitre VI | Chapitre VII | Chapitre VIII | Chapitre IX | Chapitre X | Chapitre XI
Chapitre XII | Chapitre XIII | Chapitre XIV | Chapitre XV | Chapitre XVI


「Chapter Seven : Dream」

« Roronoa, tu portes de très puissantes attaques… », complimenta Fikano, tout en parant un assaut vertical du sabreur.

« J’avoue que tu te débrouilles pas mal non plus ! », dit Zoro, dans une salve de bruits sourds.

Le combat entre ces deux experts au maniement des lames avait déjà commencé depuis environ une dizaine de minutes mais aucun des deux n’avait pris un avantage considérable sur l’autre. Les sabres s’entrechoquaient et soulevaient à chaque contact une trainée de poussière. Devant le Thousand Sunny, un affrontement titanesque avait lieu.

Fikano para une autre attaque de Zoro et sous les yeux étonnés de ce dernier, il lâcha son sabre et asséna un puissant coup de poing dans le ventre de son ennemi, lequel se baissa de douleur. A cet instant là, Fikano fit une roulade sur le dos de Zoro et reprit en main son arme au passage. Enfin, en retouchant le sol, il pointa l’extrémité de sa lame sur la gorge de l’épéiste… Mais celui-ci avait déjà disparu ! Il réapparut à toute vitesse dans le dos de son adversaire et lui décocha un coup de pied ravageur.

« Hum… Il est plutôt balèze… », constata Zoro, en détachant le foulard de son bras.

« Tu ferais mieux d’y mettre le paquet Roronoa ou tu vas le regretter… », dit Fikano.

« Ce conseil… est également valable pour toi ! », déclara Zoro en se recouvrant la tête avec son foulard, lui donnant ainsi un air démoniaque.

« JE… SAIS !!! », répliqua son interlocuteur en serrant un peu plus la poignée de son sabre.

Et un nouveau choc eut lieu. Le sabreur et son opposant se retrouvèrent dos à dos. Zoro rengaina alors son Wadô Ichimonji et se mit en position afin de lancer une attaque qui allait sûrement être dévastatrice. Un silence pesant se fit… On pouvait dès lors entendre les oiseaux chanter et les vagues s’écraser contre les rebords du rivage…

« Un sabre… peut tout couper… », dit Zoro en fermant les yeux.

「Technique à un sabre : La danse du lion」

CLING !!!! Fikano arrêta avec dextérité l’assaut de Zoro en parant le sabre de celui-ci avec le sien et en renforçant la force de son arme en positionnant sa main gauche sur le revers de sa lame. Zoro fut extrêmement surpris par la riposte de son rival. Il baissa alors son sabre et souffla.

« Tu es encore plus coriace que je ne me l’étais imaginé… Je pense que je vais devoir te montrer quelque chose d’encore mieux alors… », affirma Zoro, un sourire diabolique aux lèvres.

« Je ne serais pas surpris si ta technique pouvait permettre de couper l’acier, ce qui serait déjà très impressionnant, mais oui… il serait préférable que tu me montres… mieux !! », répliqua Fikano avec assurance.

**********

« Bon, je crois que j’ai tout ce que je voulais. », dit Sanji en prenant une bouffée de sa cigarette.

« J’ai hâte de goûter à ton beignet de renne… », déclara Chopper, la mâchoire déboitée.

« GYAAAAH !! ESPECE DE CANNIBALE !!! », hurla Usopp, la langue en escalier.

« Calme-toi Usopp, Sanji nous a expliqué que sa recette n’était pas du tout basée sur de la viande de Chopper, c’est juste que ça a une forme de renne. », le rassura Nami.

Les quatre membres du Thousand Sunny marchaient tranquillement au sein du cœur de la ville et se dirigeaient vers la place centrale. Ils allaient bientôt tomber sur Luffy et les autres, qui n’avaient toujours pas bougé de la fontaine. Lorsqu’ils furent assez proches de celle-ci, Sanji eut des cœurs sur le visage et son rythme cardiaque s’accéléra énormément. Il courut alors plus vite que son ombre dans leur direction quand il croisa le regard envoûtant d’Amy.

« ROBIN CHERIE !! MAGNIFIQUE CREATURE DE REVE !!! J’ARRIIIIIIIIIIIIIIIVE !!! », cria le cuisinier, les bras ouverts et la bouche en « V ».

« Quel crétin ! », dit Nami, exaspérée.

« WOW !! Il est super rapide !!... », admira Chopper.

« Tu parles ! Moi, quand j’étais petit, je faisais des courses pieds nus et j’allais dix fois plus vite que ça !! », affirma Usopp avec un air fier et une pose qui l’était tout autant.

« SERIEUUUUX !!! Je savais pas que t’étais si agile, Uso… - A ce moment là, le menteur jeta un regard noir au renne qui se reprit aussitôt : Capitaine… Usopp ! »

Pendant ce temps, Sanji venait d’arriver au pied d’Amy. Il mit alors un genou à terre, oubliant totalement les présences de Luffy et Franky.

« Chère ravissante demoiselle, permettez-moi de vous inviter à bord de notre navire afin de vous faire goûter mes meilleurs mets – Puis se tournant vers Robin : Pas trop jalouse, Robin d’amour ? »

« Pas le moins du monde… », dit Robin, une goutte d’eau lui glissant sur la tête.

« Sanji, je te présente notre nouvelle amie, elle s’appelle Amy, c’est notre musicienne ! », expliqua Luffy avec un énorme sourire sur le visage.

« SERIEUX ?! AMY DE MON COEUR, JE SUIS DEJA SOUS LE CHARME !!!... », cria Sanji, au bord des larmes.

« Il est trop abruti ce cuisinier, je l’adoooore !! », dit Franky, en prenant une de ses poses cools.

« Mais… Je n’ai jamais dit que j’acceptais ton offre, capitaine. », se défendit Amy.

« Bon, on va reprendre ta flûte aux méchants ?! Il suffit d’exploser ce Lokart, c’est ça ? », résuma le capitaine en se curant le nez, l’air indifférent et sans prêter attention à l’intervention de la musicienne.

« QUOI !!? Tu viens de dire… Lokart ? », questionna Nami, qui venait d’arriver.

Il y avait dans sa voix quelque chose qui semblait vouloir dire qu’elle était tourmentée. Usopp et Chopper arrivèrent et regardèrent Amy d’un drôle d’œil.

« ATTENTION !! ATTENTION !!! PRESENCE DE CRIMINELLE !! PRESENCE DE CRIMINELLE !!! », dit Usopp par delà son mégaphone.

« Criminelle ? », s’enquit Chopper, étonné.

« CHOPPER, TU VOIS PAS QUE CETTE FILLE A LA CHEVELURE DE SIRENE EST RECHERCHEE ??... REGARDE L’AFFICHE LA-BAS SUR LE MUR !! », dit Usopp, toujours à travers son appareil, tout en pointant du doigt la direction où était posée l’avis de recherche.

« Qu’est-ce qui se passe, Nami ? », demanda Luffy, remarquant le trouble de sa navigatrice.

« Lokart… Je ne sais pas pourquoi vous en avez après lui mais… c’est un voleur connu et reconnu de par le monde !! Même Arlong disait qu’il ne connaissait pas meilleure voleuse que moi si ce n’est ce Lokart… », expliqua Nami avec de petits gestes.

« GYAAAAH !!! ON VA ENCORE AVOIR DES PROBLEMES SI J’AI BIEN COMPR… », commença le long-nez.

« ESPECE DE DEMEURE !!! ARRETE DE PARLER DANS TON PORTE-VOIX, TOUT LE MONDE NOUS REGARDE !!! », hurla Nami en assommant violemment le canonnier.

« Euh… Ils nous regardent depuis (il accentua ce mot) que tu as crié… », précisa Franky après un instant de silence, une goutte d’eau derrière la tête.

Luffy se leva d’un bond et joignit ses deux mains avant de les faire craquer avec conviction. Les autres le regardèrent sans mot dire, ils savaient que leur capitaine était prêt à aller faire sa fête à ce dénommé Lokart.

« Bien, allons-y ! Après le pont qui sépare la ville de la vallée… », dit-il, un sourire de satisfaction aux lèvres.

« Attend, capitaine, intervint Amy qui avait déjà attribué ce titre au garçon élastique alors qu’elle refusait toujours d’intégrer l’équipage. J’irai seule récupérer la Smetana. C’est mon histoire et c’est mon problème, c’est à moi d’agir ! »

Un moment de silence suivit. Luffy remit son chapeau de paille sur la tête et les yeux cachés par son couvre-chef, il répliqua, imperturbable :

« Ce n’est pas à toi de me dicter ma conduite. Que tu le veuilles ou non, j’irai reprendre cette flûte… »

« Mais… pourquoi ?... », demanda Amy, surprise par la réponse de Luffy.

« Parce que nous sommes des pirates, nous ne recevons d’ordre de personne !... », développa Usopp en prenant une pose qui était tout à son avantage.

« Tu peux parler, froussard ! T’as déjà les jambes qui tremblent !! », dit Sanji en tapant la tête de son ami du plat de sa main.

« Je te reconnais bien là, chapeau de paille !! », dit Franky avec un grand sourire et en baissant ses lunettes de soleil sur ses yeux.

« Aaah… Il est irrécupérable… », commenta Nami, une main posée sur son front.

« Un grand voleur ?... Une vallée séparée de la ville par un pont ?... GYAAAAH !! J’AI PEUR, JE VEUX RENTRER !!!... », cria Chopper, effrayé.

« Personne ne te force à nous suivre, docteur… », dit Robin, un sourire compréhensif aux lèvres.

« Docteur ?... Ca me fait pas plaisir du tout, espèce d’idiote d’humaine… », protesta le renne en se tortillant de bonheur dans tous les sens.

« Il a pourtant l’air très content… », remarqua Amy, une goutte d’eau lui coulant sur l’arrière de la tête.

« T’inquiète, il est toujours comme ça. », précisa Usopp en se moquant du médecin de bord.

« Au fait, c’est Zoro qui garde notre navire ? », demanda Chopper, qui revenait sur terre.

« Ouais, ce fainéant doit encore être en train de roupiller… », répondit Sanji, en allumant une cigarette.

Ce fut sur ces mots que nos amis se mirent en route afin de cueillir l’ennemi d’Amy, un voleur du nom de Lokart. Mais ils ne savaient pas ce qui allait les attendre une fois sur place…

**********

Les lames continuaient à entrer en contact l’une avec l’autre, inexorablement. C’était la première fois que Zoro rencontrait un adversaire aussi coriace et qui n’était pas un ennemi à proprement parler.

« Alors ?... J’attends toujours que tu me montres de meilleures techniques… », ricana Fikano en se défaisant de la prise de son vis-à-vis d’un bond en arrière.

« Sois pas si pressé… Parce qu’au moment où je te montrerai cette technique, tu perdras… », riposta Zoro avec une confiance infaillible.

Avec un sourire, Fikano se lança une fois de plus sur le sabreur. Les deux sabres s’entrechoquèrent encore. Mais à l’étonnement de Roronoa, son opposant fit glisser son arme vers le sol et la planta dans la terre meuble du rivage. Lorsque la garde du sabre de Fikano entra en contact avec la lame du Wadô Ichimonji, le katana de Zoro vola en l’air. Ce fut alors que Fikano asséna un coup de pied rotatif à Zoro et rattrapa le sabre de celui-ci avant qu’il ne touchât terre…

Tout cela semblait s’être passé au ralenti… On pouvait entendre le bruit du vent et le chant paisible des oiseaux… On avait même droit à la musique alléchante, provoquée par la fête qui avait lieu en ville, comme fond sonore… Cependant la réaction de Zoro fut immédiate, il se baissa pour esquiver l’attaque horizontale de Fikano et au passage, prit le sabre blanc de son adversaire avant de parer un deuxième assaut de ce dernier.

« Impressionnant Roronoa… Nos armes sont à présent échangées, dirait-on… », dit Fikano avec sérénité.

« Voyons voir ce que ça donne… Un sabre… 36 tourments… », se contenta de dire Zoro.

「Technique à un sabre : Calibre 36」

Le tourbillon créé par le sabreur se dirigea vers Fikano, qui recula de quelques pas avant de neutraliser l’attaque en coupant la vague en deux ! Mais à ce moment là, Zoro s’était déjà présenté dans son dos et abaissa sa lame d’un coup, d’un seul !... CLING !! Sans se retourner, Fikano réduisit une fois de plus la tentative du sabreur à néant en mettant le Wadô Ichimonji en opposition. Dans une tempête de poussière, les deux ennemis se séparèrent, chacun étant projeté à quelques mètres de là…

**********

Pendant ce temps, dans la cabane désaffectée vers laquelle nos amis étaient en train de se diriger, un homme, d’un gabarit ahurissant (il devait au moins mesurer dans les 2m50), était assis dans l’ombre, sur deux chaises collées l’une contre l’autre. Il fumait un gros cigare qui devait faire dans les quatre centimètres de diamètre et sirotait tranquillement un petit cocktail d’une couleur bizarre.

Il tapa soudain du poing sur la table, brisant pour le coup celle-ci et se leva promptement. La lumière ne passait pas dans cette cabane perdue mais on pouvait cependant comprendre que quelques hommes avaient reculé de peur lorsque l’individu imposant semblait s’être énervé.

« Milo vient de m’apprendre que six de mes hommes se sont vus maîtriser par cette peste d’Amy !! POURQUOI, ELLE LACHE PAS L’AFFAIRE HEIN ?? POURQUOI ? », cria-t-il, faisant ainsi se recroqueviller les autres.

« Mais… Seigneur Lokart, cette fille est très forte, sa tête est mise à prix ! Qui plus est, elle veut sûrement récupérer sa flûte car elle a une grande valeur… », tenta de le raisonner un de ses hommes.

Lokart ne répondit rien et tira une bouffée de son cigare avant de l’écraser sur les débris de la table. Il sortit alors de la cabane, suivi de toute sa troupe. Ils étaient au moins une trentaine au total. Quant à Lokart, il était donc immense mais il avait également une grande cicatrice qui fendait son visage en deux. Il était torse nu et portait un short noir et des chaussures tout aussi noirs. Malgré sa carrure, il était extrêmement musclé et semblait dégager une grande énergie.

« J’ai voulu épargner cette garce d’Amy, car c’est une fille !! J’ai donc volé sa flûte en utilisant mes meilleures techniques de pickpocket… ET C’EST COMME CA QU’ELLE ME REMERCIE ?? EN DEFONCANT MES HOMMES ??... », hurla de rage Lokart.

A cet instant là, quelque chose fendit l’air et s’écrasa par terre, près de la cabane. Lorsque la poussière se dégagea, un homme se révéla aux voleurs. Il était grand et très fin et portait une grande veste de cuir ainsi qu’une paire de gantelets d’où des piques ressortaient.

« Milo… », dit Lokart.

« Seigneur Lokart, veuillez m’excuser de vous avoir appelé par escargophone mais je voulais m’assurer que vous ayez cette information concernant Amy au plus vite… car il semble qu’elle va faire un raid ici ! », expliqua Milo, une goutte de sueur lui tombant sur la joue.

« T’as bien fait, Milo… Et qu’as-tu fait des six hommes vaincus par cette sorcière ? », s’enquit Lokart, un sourcil remonté et l’autre pas.

« Rien, Seigneur… Comme il est prévu en cas d’échec, nos hommes ne font plus partie de notre groupe, mais il n’est en aucun cas stipulé que je doive les punir… La cruauté ne fait pas partie de notre vocabulaire, non ? », dit Milo avec un sourire.

« AHAHAHAH… Ta bonté te perdra Milo mais… Oui, c’est tout à fait juste ce que tu dis… De toute façon, si j’ai décidé de percer dans le milieu du vol, c’est que je n’aime pas vraiment devoir tuer, moi non plus… », rit Lokart de bon cœur, après un léger moment de silence.

« Vous êtes effrayant, Seigneur… Dois-je vous rappeler que lorsque, justement, vous êtes dans l’obligation de tuer, vous êtes d’une intolérable cruauté ? », répliqua Milo en souriant.

« AHAHAHAH !! Seulement quand je suis obligé, en effet… », avoua-t-il en tournant le dos à Milo.

Les hommes de Lokart étaient restés silencieux comme des huîtres et avaient écouté la conversation entre les deux hommes avec des frissons dans le dos. L’imposante personne qu’était ce remarquable voleur n’aimait effectivement pas vraiment ôter la vie de ses victimes. Cependant, si celles-ci se révoltaient ou revenaient à la charge pour récupérer leurs biens, il se montrait d’une violence incroyable et broyait ses ennemis jusqu’à l’os. D’innombrables exemples pouvaient être cités mais Lokart n’en était toutefois pas réellement fier. Son but premier était de voler des objets rares et donc chers pour ensuite les revendre à prix d’or. C’était ainsi qu’il avait bâti sa fortune, qui ne se reflétait bien sûr pas dans sa demeure.

Malgré tout, alors que sa supposée non-violence pourrait laisser penser que sa tête n’était pas mise à prix, ses quelques meurtres de sang-froid en avaient décidé autrement. En vérité, tous ses crimes avaient été reportés à la marine et ainsi de fil en aiguille, celle-ci avait pu identifier le voleur et mettre par la même occasion une prime sur cet individu néfaste pour la société.

Sur l’un des murs de la cabane désaffectée étaient posées deux affiches. L’une disait : « WANTED : MILO. 87 000 000. DEAD OR ALIVE. », alors que l’autre nous donnait comme information : « WANTED : ZERGHA LOKART. 155 000 000. DEAD OR ALIVE. ».

**********

« Bon, nous y sommes presque. », dit Amy en regardant au loin.

Tout au bout du chemin qu’empruntaient Luffy et les autres se dressait en effet le fameux pont qui séparait la ville de la vallée. Dans peu de temps, ils allaient arriver à l’endroit où se cachait Lokart. Ce serait alors l’heure de le défier afin d’engager un combat pour s’approprier la Smetana, la flûte à laquelle la musicienne y tenait beaucoup pour des raisons sentimentales.

« Cool, on attrape ce voleur et on lui explose sa face. Après on pourra tourner le livre… », dit Luffy avec un grand sourire.

« On dit : tourner la page. Inculte. », intervint Sanji, dépité par la culture de son capitaine.

« Pfff… C’est pareil ! », répliqua Luffy en tirant la langue.

« Et voilà… Le pont de la libération… », expliqua Nami en désignant l’œuvre du doigt.

« Libération ? », demanda Usopp, l’air plutôt curieux.

« Oui, en chemin, j’ai lu le guide touristique de Barvy et il y est écrit que ce pont a été construit il y a très longtemps, peu de temps après la grande guerre civile qui opposait les villageois d’un côté aux parias de l’autre… », développa Nami, étalant les renseignements qu’elle venait elle-même d’apprendre.

« Wooow !! Le monde est tellement grand… Chaque pays a son histoire… », observa Chopper, les yeux plein d’étoiles.

« Cependant, ajouta Robin, depuis cette guerre, qui a eu lieu voilà près de deux cents ans, plus personne ne vit dans la vallée… »

« Si j’ai bien compris, c’est pour ça que ce Lokart peut y vivre tranquille, sans déranger son monde ? », demanda Franky en relevant ses lunettes de soleil.

« Tout à fait. », répondit Robin en regardant le cyborg.

« C’est pas tout ça mais… ALLONS DEFONCER CE VOLEUR !!! », hurla Luffy de toute sa voix.

En criant, Luffy attira l’attention de Lokart, dont la cabane se trouvait juste derrière le pont. Il se leva alors de sa double-chaise et sortit de sa demeure. Il jeta un œil de l’autre côté du pont et vit qu’il avait des visiteurs. Le pont de la libération était fait de bois, mesurait environ dans les cinq cents mètres et était seulement soutenu par quatre épaisses cordes, deux à chaque extrémité.

« Les gars !! Allez à leur rencontre sur ce pont et réglez-leur leurs affaires !! », ordonna Lokart.

Pendant que Milo était resté près de son maître, tous les autres foncèrent sur le viaduc, poussant des cris de guerre plus bruyants qu’un régiment entier de soldats.

« Héhé !! Ils arrivent… Ca va nous faire gagner du temps ! », sourit Luffy, imperturbable.

« OKAY !... Alors comment régler cette histoire en peu de temps ?... », se demanda Franky, l’air songeur.

« A quoi tu penses, Franky ?... », s’enquit Usopp.

« SUUUUUUUUPER !!... J’AI TROUVE !!! Eh ! Le cuistot !! File-moi un coup de main ! », dit le cyborg, un sourire satisfait aux lèvres, après un moment de réflexion.

Lorsque le cuisinier comprit ce que le charpentier souhaitait faire, il se mit en position et… attrapa Luffy par les pieds tandis que Franky l’avait attrapé par les bras.

« Eh ! Le renne !! Donne-nous un coup de main, toi aussi ! », cria le cyborg.

« Eeeeh !! Qu’est-ce que vous faites, les gars ??! », demanda Luffy qui ne saisissait rien à ce qui lui arrivait.

Après un instant d’hésitation, Chopper comprit le plan de Franky et prit sa forme humaine. Il tira sur son capitaine au niveau de son ventre et tendit ainsi celui-ci.

« WOUAAAAH !! TROP COOL !!! », s’exclama Luffy, voyant enfin la tactique de ses amis.

Les hommes de Lokart se dirigeaient toujours vers le groupe du chapeau de paille et étaient presque arrivés à destination lorsque… Chopper lâcha d’un coup sec son capitaine.

「Triple technique : Arc humain… Comète Party」

Luffy fusa alors instantanément vers les voleurs et avec grand fracas, entra en collision avec eux dans un choc terrible. Par la propulsion donnée par son élasticité, Luffy dégomma tous ses ennemis sans exception mais… son incroyable élan l’envoya dans les nuages et il atterrit plusieurs centaines de mètres plus loin, après le pont de la libération, près de la cabane abandonnée de Lokart.

« CAPITAIIIINE !! », cria Amy en piquant un sprint dans la direction du garçon élastique.

Mais… le pont qui n’était soutenu que par quatre cordes, après le passage d’une trentaine d’hommes d’une seule salve, ne résista pas et céda au niveau de l’extrémité où se trouvaient Sanji et les autres.

« AMYYYY !!! », crièrent en chœur tous nos amis affolés et restés en arrière.

La musicienne remarquant que le pont, sur lequel elle se trouvait, venait de céder et commençait à pencher dangereusement, accéléra alors le pas et finalement, elle réussit tant bien que mal à atteindre l’autre rive au dernier moment. Hors d’haleine, elle mit ses deux mains sur ses genoux pour reprendre son souffle.

« OK ! Maintenant que t’es là, allons lui régler son compte à ce Lokart une bonne fois pour toutes ! », dit Luffy en tapant son poing droit dans sa paume gauche.

« AMYYY CHERIE, TU VAS BIEN ??? », cria Sanji, avec ses mains autour de sa bouche en porte-voix.

« ON VA FAIRE LE TOUR ET ON VOUS REJOINT !!! BOUGEZ PAS !! », hurla à son tour Usopp.

Amy se dirigea alors vers Luffy et lorsqu’elle fut à sa hauteur, deux personnes se dressèrent devant eux. Il s’agissait de Lokart et de Milo. Un silence horrible et épouvantable se fit... L’air était devenu irrespirable et la pression était palpable… On sentait que ces quatre protagonistes allaient bientôt engager une bataille féroce. Tous souriaient sauf Amy, qui n’avait qu’une obsession : reprendre ce que l’on lui avait dérobé.

« Amy… Tu n’aurais pas dû revenir pour tenter de récupérer ta flûte… C’est ainsi que tu vas y laisser ta vie !! », dit Lokart sur une voix mielleuse.

« Coûte que coûte, je reprendrai mon bien, de gré ou de force !! », riposta la musicienne, déterminée.

Et sur ces paroles, elle fondit sur Lokart, toutes griffes dehors mais quand elle allait l’atteindre, un homme s’y opposa et para son coup de poing ! C’était Milo ! En se protégeant de l’assaut de la musicienne avec son gantelet bourré de piques, cette dernière eut la main droite en sang. Elle recula alors instinctivement de quelques pas et son visage se ferma plus encore qu’il ne l’était déjà.

« Bon !! Je m’occupe de bouboule ! Est-ce que tu peux te charger de bâton de bois, Amy ? », demanda Luffy, voyant qu’elle ne pourrait pas se battre contre les deux adversaires à la fois.

« Laisse-moi m’en charger, capitaine ! », répliqua Amy avec conviction.

« Nan ! Je laisserai pas mourir bêtement un membre de mon équipage !... », répondit-il, inflexible.

« De ton équipage ?… Mais je n’ai jamais dit que… », précisa la musicienne, dépassée par les évènements.

« On en reparlera après, coupa Luffy. Pour le moment, il faut s’occuper de ces deux là. »

「Chewiiiing… Punch」

En allongeant son bras et en attaquant Lokart, le capitaine du Thousand Sunny venait d’engager le combat contre l’éminent voleur…

Milo fonça, pendant ce temps-là, sur Amy et lui asséna un violent coup de poing dans le ventre ! La musicienne cracha alors du sang par la bouche mais ne laissa échapper aucun cri de douleur.

« Pourquoi vouloir récupérer à tout prix cette satanée flûte ?... Tu risques d’y laisser la vie ! », dit Milo, avec un brin de mélancolie.

« Parce que j’ai un vieux rêve à réaliser et pour cela, il me faut absolument cette flûte !! CAR ELLE EST CE QU’IL Y A DE PLUS PRECIEUX A MES YEUX !!! », cria Amy de toute son énergie.

Là-dessus, elle sauta en l’air et tourna sur elle-même pour décocher un coup de pied qui s’écrasa sur la tête de son ennemi, lequel partit en vrille et finit sa course par terre ! Il venait de manger la poussière une première fois. Après un moment de silence, il se releva et secoua la tête, un air triste s’étant installé sur son visage.

« Je ne comprends pas… Pourquoi vouloir à tout prix te battre ?? Juste pour une flûte ?... », la questionna une fois encore Milo qui, visiblement ne comprenait pas tout des certitudes de la jeune fille.

« Parce que la vie est un combat, on n’y peut malheureusement rien… Et je veux vivre !!! », riposta Amy, balayant ainsi définitivement toute trace de doute de son esprit.

« Tu veux vivre ?... Pourtant, avec ton obsession, ce n’est ni plus ni moins que la mort que tu vas trouver !!... », répondit Milo avec un sourire démoniaque.

Amy se tenait le ventre d’où le sang jaillissait. Elle enleva alors son poncho et déchira celui-ci en deux avant d’en faire un pansement pour sa blessure et de l’attacher autour de son abdomen. Elle soupira et reprit une inspiration :

« Il est hors de question que je ne meure ici car… un minable comme toi est incapable de me tuer !! »

« Ah oui ?!! », la provoqua le voleur, impassible mais cependant légèrement agacé.

« Complètement… Parce que le rêve que j’ai à accomplir surpasse en tout point ce qui fait ta force !! », conclut Amy, lançant ainsi entièrement le combat…

「To be continued」


Retour






  Connecté(s) : 28
  Livre d'or : 5305
  Total pages : 1870
  Total images : 7093
Comment avez-vous trouvé le passé secret de Sanji ?

Genial
Pas mal
Moyen
Nul

Jojo’s bizarre adventure-FR
TYPE-MOON France
El Nano Brokeur
X ^ Revenir en haut ^
X
X


A man's dream will never die !!
Site créé par ange bleu et Dark Sol
Copyright © 2003, 2017 - One Piece la volonté du D - Tous droits réservés
Copyright © One Piece - Eiichiro Oda
Version 3.1