Accueil | A Propos | Evénements | Liens | Forum | Livre d'or | Voie Maritime | Archives
phrase
Je voudrais que tu comprennes que ce qui est mort l'est pour de bon - Kaku
Chapitre 885


Episodes 814
    > Prépublication
  > One Piece
  > Le Monde
  > Encyclopédie
  > Synopsis
  > Personnages
  > Résumés
  > Etudes
  > Animé Guide
  > Book Guide
  > OST Guide
  > Jeux Vidéo
  > Goodies
  > Névrose
  > Les 7 Enigmes
  > Batailles
  > Mini Aventures
  > Wanted
  > Pandaman
  > Navires
  > Fringues
  > Détails
  > Galeries
  > Fan Art
  > Fan Fic
  > Jeux
  > Quizz
  > Bureau
  > Avatars
  > Gifs Animés
  > Extra


Kuina Spirit Présente

Mystérieuse femme fatale!


Chapitre I | Chapitre II | Chapitre III | Chapitre IV | Chapitre V
Chapitre VI | Chapitre VII | Chapitre VIII | Chapitre IX | Chapitre X
Chapitre XI | Chapitre XII | Chapitre XIII | Chapitre XIV | Chapitre XV
Chapitre XVI | Chapitre XVII | Chapitre XVIII | Chapitre XIX | Chapitre XX
Chapitre XXI | Chapitre XXII | Chapitre XXIII | Chapitre XXIV | Chapitre XXV
Bonus


Chapitre XIX : Garde espoir

« Eh, Opale ? »

La fille ouvrit doucement les yeux. Le décor autour d’elle était flou.

« Opale ? »

La fille cligna des yeux, puis le décor se précisa. Elle reconnut sa chambre. Nami était assise, à côté de son lit.

« Ca va ? demanda Nami.
- ... Pas vraiment, murmura Opale en refermant les yeux.
- Ouf, soupira Nami.
- Hum ?
- Chopper avait peur quant aux séquelles que tu pouvais avoir au réveil, dit la Rousse. En tout cas, ce qui me rassure, c’est que tu peux toujours parler. »

Opale se redressa, se mettant en position assise. La fille ne dit mot, les yeux perdus dans le vide. Nami posa une main réconfortante sur son épaule.

« Combien de temps suis-je restée endormie ? Demanda Opale.
- Plusieurs heures, répondit Nami. La journée touche à sa fin.
- ... Et pour mon père... et Zorro ? »

Il y eut un lourd silence.

« ... Chopper est toujours à la tâche, dit Nami. Et Lily est allée chercher de l’aide auprès du médecin du village... Je n’ai aucune nouvelle, pour le moment. »

Opale regarda Nami, puis fit un léger sourire. C’est alors que la fille remarqua quelque chose.

« Nami ?
- Oui ?
- C’est quoi, ce pansement, à ton bras ? »

Nami regarda son avant bras, où un imposant pansement était collé.

« Ah, ça ? dit Nami dans un sourire. Comment dire... J’ai dû supporter le fait d’avoir une seringue dans les veines.
- ???
- Disons que mon groupe sanguin correspondait à celui de ton père... Luffy aussi aurait pu donner, mais avec son fruit du démon, le docteur a préféré ne prendre aucun risque, et je m’y suis collée. »

Nami soupira.

« Et dire que j’ai le même groupe sanguin que cet abruti de Luffy... et en plus, les dons du sang, c’est gratuit... »

Opale sourit.

« Si tu veux... Je dois avoir quelques diamants d’une vingtaine de carats chacun...
- Comment ??? Dit Nami les yeux en Berrys. Héhé, je plaisantais, j’adore les dons du sang !!! »

La porte de la chambre s’ouvrit alors. Sandy entra, un plateau dans les mains.

« Opale San ! Dit il dans un sourire. Je suis content de voir que tu es réveillée. Je t’ai préparé quelque chose de nourrissant, c’est mauvais de sauter un repas pour une jolie jeune femme en pleine croissance, et...
- T’as fini ton discours ? Coupa Nami en détournant la tête.
- Et j’ai aussi fait un sandwich pour toi, Nami San ! s’exclama Sandy d’un ton amoureux. Après tout ce que tu as donné comme sang, Chopper m’a dit qu...
- RAMENE LA BOUFFE !!! Ordonna la navigatrice. Tu ne vois pas qu’on est affamées ? »

Sandy ne se le fit pas répéter une deuxième fois, et posa le plateau devant Opale, et donna le sandwich à Nami. La rousse commença à dévorer le sandwich, tandis qu’Opale prit sans grande envie sa fourchette en main.

« Tu ne vas pas nous faire la grève de la faim ! S’exclama Nami.
- Mange un peu, dit Sandy en fronçant les sourcils. Sinon, ça va faire du gâchis de nourriture. Et ça va me mettre en colère. »

Opale prit à contrecœur une bouchée... Finalement, elle avait faim, de plus, le repas était délicieux. Elle mangea donc avec appétit le plat préparé par Sandy.

« J’aime mieux ça, dit Sandy dans un sourire.
- Au fait, dit Nami, tu as des nouvelles pour nous ?
- Chopper était toujours à la tâche avec le vieux docteur, déclara le cuisinier en levant les yeux au plafond. Je crois que Zorro a repris connaissance quelques instants... Enfin bon, ils sont solides... pas vrai ? »

Silence. Opale baissa la tête, d’un air triste. Sandy soupira.

« De toute façon, tant qu’ils sont en vie, il y a toujours un espoir, déclara le jeune homme. Mieux vaut être optimiste. Garde espoir, Opale. »

La jeune fille sourit, malgré l’air grave qu’elle gardait. Elle avait fini son assiette, et déposa doucement les couverts dessus.

« On va te laisser te reposer, dit Nami en prenant le plateau. Tu as besoin de repos, après ce choc...
- Non, coupa Opale en sortant de dessous les couvertures. Je vais très bien, par rapport à mon père et à Zorro. Je ne vais pas jouer les malades, alors qu’il n’y en a pas lieu.
- Mais Chopp...
- Je ne suis pas du genre à écouter les conseils d’un médecin.
- Si tous les grands escrimeurs souffrent de ce syndrome, pensa Sandy, je comprends pourquoi il y en a si peu dans le monde... »

Opale s’était levée, chancelant un peu au départ, puis retrouvant son équilibre.

« Je vais très bien, dit-elle un peu sèchement à Sandy et Nami qui la regardaient d’un air inquiet. Ne vous inquiétez pas pour moi. »

La fille sortit dans le couloir. Elle ne tarda pas à voir Luffy et sa bande attendre devant deux chambres, tous silencieux, et visiblement agités. Opale n’avait jamais vu Luffy dans cet état. Aucun sourire n’était visible sur le visage du garçon au chapeau de paille. Robin regardait le sol, toute aussi souriante que son capitaine, Pipo faisait les cent pas dans le couloir. Bref, un tableau idéal pour faire baisser le moral de qui que ce soit. Le garçon au long nez, en retournant sur ses pas, leva brusquement la tête.

« Opale !!! »

Robin et Luffy levèrent immédiatement la tête, regardant la fille qui marchait à leur rencontre.

« Comment te sens tu ? Demanda Pipo d’un air inquiet. Tu nous as fait une de ses peurs !!! On avait cru que ton cœur avait lâché !
- Je vais bien, dit Opale en souriant faiblement. Enfin... presque... »

La fille avait baissé les yeux. Luffy posa une main réconfortante sur son épaule.

« Ils vont s’en sortir, dit Luffy. Ils sont loin d’être faibles. »

Opale ne dit mot, ne sachant pas s’il fallait croire Luffy ou pas. Mais le garçon au chapeau de paille affichait un air sérieux, ce qui avait comme effet d’effacer tout doute dans ses paroles. Opale sourit, puis acquiesça d’un sourire. Elle se jeta dans les bras de Luffy, qui l’enlaça chaudement.

« Sois courageuse, et ne perd pas espoir... »

Des larmes coulèrent des yeux d’Opale, qui colla sa tête contre l’épaule de Luffy.

« Je... Je ne pourrais... supporter la mort... de l’un d’eux, murmura Opale. Je... je tiens à eux... A eux deux...
- On le sait, dit Luffy d’un ton réconfortant. Mais Chopper nous a promis de faire le maximum, et de ne pas les laisser partir si facilement. Je lui fais confiance. »

Luffy libéra Opale de son étreinte, et regarda à nouveau vers les portes. L’une d’elle venait de s’ouvrir. Chopper apparut.

« Comment va Zorro ??? Demanda Luffy précipitamment.
- Ca devrait aller pour lui, dit Chopper en souriant. Il a repris connaissance, mais il est encore faible... OPALE ?! »

Le renne regarda d’un air sévère la fille.

« Qu’est ce que tu fais debout ???
- Qu’est ce que je ferais allongée ?
- Tu as eu un important choc émotionnel !!! Tu devrais rester au lit et te reposer !
- Je vais très bien, déclara Opale. Merci de t’inquiéter, mais il est impossible pour moi de fermer l’œil de toute manière, à présent. »

Chopper soupira. Elle souffrait du syndrome de la sourde oreille. Impossible à soigner, sauf avec un couteau sous la gorge du patient qui en souffre, ou un pistolet pointé sur la tempe... Et encore...

« On peut aller voir Zorro ? Demanda Luffy.
- Oui, mais pas longtemps, dit le renne. Je vais aller aider le docteur... Euh...
- Echtein, Frank Echtein, informa Opale.
- Je vais l’aider avec ton père, Opale. Ne t’inquiète pas, on s’en occupe ! »

Le petit renne disparut derrière l’autre porte. Les pirates allèrent dans la chambre où Zorro était. Le jeune escrimeur avait le torse recouvert de bandages, et il avait l’air endormi.

***

« Kuina ? »

Zorro regardait la fille, qui était à quelques mètres devant lui. L’escrimeur avança doucement, puis se mit à courir. Elle était toujours aussi loin de lui. Il s’arrêta dans sa course.

« Tu sais, Zorro... »

Zorro vit le visage de Kuina, qui s’était retournée. Elle était restée la jeune fille de son passé, et n’avait pas grandi.

« Ton nom a résonné, ici, dit Kuina en souriant. Et... Tu as tenu ta promesse, malgré la mort qui nous sépare. Papa me disait que ça, c’était la preuve qu’un homme était destiné à être un grand escrimeur. Il ne recule devant rien, pour tenir promesse. Il a un grand honneur, et ne se détourne jamais de la voie qu’il a suivie. Tu es un de ces hommes, Zorro. Et cela t’a mené jusque là, jusqu’au bout de tes rêves.
- Kuina... Je...
- Il est temps pour toi de partir d’ici, Zorro. Nous nous reverrons, quand viendra ton heure d’aller au paradis.
- Kuina !!! »

La fille s’était retournée, dos à Zorro.

« Zorro... »

***

« Zorro... »

Le jeune homme ouvrit brusquement les yeux, sursautant presque.

« Zorro, tu vas bien ? demanda Opale, d’un air inquiet.
- Ah ?... Euh oui... C’était un rêve... »

Zorro soupira, visiblement encore dans les nuages. Opale et Luffy étaient là, et le regardait d’un air inquiet.

« Je pourrais savoir pourquoi vous tirez ces tronches d’enterrement ?
- Héhé !!! Rit Luffy. On a retrouvé Zorro !!! »

Zorro soupira en regardant Luffy.

« J’ai mal au crâne, tu pourrais aller crier ailleurs ? »

La porte s’ouvrit. Nami rejoignit Opale et Luffy.

« Alors, ça va mieux, abruti ?
- A peine réveillé, je suis déjà insulté !!! S’exclama Zorro en se redressant brutalement, en pointant un doigt vers Nami. Pourquoi m’as-tu insulté ???
- J’en avais envie ! dit Nami en souriant. 20 000 Berrys.
- Quoi ???
- Pour avoir failli nous trancher en faisant mumuse, déclara Nami les yeux mi-clos. Et encore, je suis gentille.
- Mais tu rêves, idiote !!!
- 200 000, pour insultes, et menace de mort.
- Hein ???
- Tu n’as pas vu ta tête ? Dit Nami d’un ton séducteur. Rien que ça, c’est une menace de mort... »

Opale se retenait de rire en voyant la tête de Zorro, et le numéro de Nami. La rousse souriait intérieurement. Son petit spectacle de taquinage d’abruti à sabres fonctionnait à MERVEILLE. Seul hic, c’était les rires assommants de Luffy, qui ne se retenait pas.

« SILENCE !!! S’exclama Chopper de l’autre chambre.
- HAHAHAHAH... »

BAM. Luffy KO, 1-0 pour Nami.

« On ne t’en demandait pas tant, siffla la rousse.
- Mais comment vous faites pour détruire la mauvaise humeur comme ça ? demanda Opale en se ressaisissant.
- On est cinglé ! répondit Luffy dans un sourire niais.
- Retire le on, et remplace par je, dit Nami.
- Tu es cinglée... AIE !!!
- Mauvaise réponse ! »

Nami remarqua alors qu’Opale et Zorro se regardaient, sans dire mot. La Rousse tira brusquement Luffy par le bras, lequel garçon protesta par une exclamation. Mais Nami ne dit rien, l’emportant dans le couloir, refermant avec soin la porte derrière elle.

« Il était temps que cet abruti parte, dit Zorro, j’avais mal à la tête... Et tu fais quoi, là ?
- Ah ?... Je... je voulais être seule, avec toi, dit Opale en souriant.
- Ah... D’accord. Mais fais vite. »

La fille ne dit rien, mais baissa la tête. Zorro lui lança un air interrogateur.

« Ah... C’est pour ton père ? Demanda Zorro. Désolé... Si j’avais s...
- Au contraire, dit Opale, je dois te remercier et te féliciter Zorro. Tu as tenu ta promesse.
- Hein ?
- Tu te souviens ? De ne pas me prendre en compte pendant le combat.
- Ah oui... C’est vrai...
- Et bravo... Tu as accompli ton rêve.
- Oui... J’avoue ne pas vraiment m’en rendre compte pour le moment... En tout cas, si j’ai quelque chose à te dire... »

Il y eut quelques secondes de silence.

« Oui ? demanda Opale.
- Laisse tomber...
- Zorro...
- ... Tu as vraiment été courageuse. Je pensais que tu allais intervenir. »

Opale sourit, secoué par quelques rires étouffés.

« Tu me connais encore mal, Zorro, déclara Opale.
- Tu conserves ton titre de mystérieuse femme...
- Fatale ?
- ... Si ça te fait plaisir.
- Je vais te laisser te reposer. »

Opale se dirigea vers la porte.

« Hé Opale, j’ai un conseil à te donner. »

La fille s’immobilisa devant la porte, ne se retournant pas.

« Si t’as envie de chialer, tu peux le faire, mais pas trop fort, sinon je vais me taper une migraine. »

Opale se pinça les lèvres, lâchant quelques larmes. Zorro sourit.

« Je le savais » pensa-t-il, tandis que la fille sortait de la chambre.

***

Nami était sortie de la chambre d’Opale, suivie par Sandy.

« Ca peut aller ? demanda Pipo.
- Elle s’est endormie, répondit Sandy. Et Poireau ?
- Idem. Il dort comme un bébé.
- Ne le rends pas plus mignon qu’il ne l’est, coupa Sandy. C’est toujours une grosse brute épaisse, doublé d’un crétin fini.
- Tu ne disais pas ça quand il était évanoui, dit Nami dans un sourire. Avoue, tu l’aimes bien, l’abruti ?
- J’avoue, déclara Sandy. J’aurais plus personne à emmerder sinon. Et aussi plus de cobaye pour mes nouvelles recettes... »

Ils se turent, et regardèrent la porte de la chambre où était soigné Mihawk, qui venait de s’ouvrir. Lily sortit, pâle, et visiblement fatiguée.

« Lily ! S’exclama Nami. Vous allez bien ?
- Oui Mademoiselle. Ne vous inquiétez pas pour moi... »

La vieille femme soupira, visiblement pas au meilleur de sa forme.

« Comment va-t-il ? demanda Luffy, qui arriva dans le couloir.
- Monsieur n’a pas repris connaissance, murmura Lily. J’ai peur... Et pour Mademoiselle Opale aussi...
- Ne soyez pas pessimiste, répliqua Pipo. Chopper a peut être l’air d’un nain en costume, mais c’est un excellent docteur ! En attendant, allez vous reposer, vous avez une mine épouvantable ! »

Lily acquiesça d’un sourire, et partit vers sa chambre. Pipo soupira, et regarda d’un air inquiet les autres pirates.

« Je commence à sérieusement m’inquiéter... » Dit le garçon au long nez d’un ton grave.

Sandy venait d’allumer une cigarette, et souffla une volute de fumée, avant de répondre.

« Et c’est toi qui disait de ne pas être pessimiste, Pipo ? J’ai failli croire à tes paroles en tout cas.
- Tu as menti ??? Demanda Luffy, perplexe.
- J’allais pas envoyer cette pauvre vieille au tombeau, répliqua doucement Pipo. A son âge, le pessimisme, ce n’est pas bon... En plus, qui nous dit qu’il va mourir... D’ailleurs, c’est quoi son âge, à la vieille ? »

***

Opale avait mal dormi, cette nuit là. Après s’être réveillée vers deux heures du matin, elle ne put refermer l’œil, tourmentée par ce qu’il pouvait arriver. Peut-être qu’à ce moment, son père... ?
La fille remarqua soudain, au pied de son lit, un sac de couchage. Pipo dormait là, ronflant gaiement. Il avait visiblement le sommeil lourd.

« zzzzZZZZZZzzz... Regarde... Kaya... zzzzzZZZZZZZzzzz... Le géant... zzzzZZZZZzzz... Je l’ai battuzzzzZZZZZZZzzzzzzz... »

La fille sourit. Ses amis ne l’abandonnaient pas. Elle se leva doucement, enjamba avec souplesse Pipo, qui était placé au milieu de la route. Elle ouvrit doucement la porte de la chambre...

« Hum ? »

Elle vit juste devant sa porte Nami, allongée dans un sac de couchage. Un peu plus, et la fille la percutait.

« J’ai comme l’impression qu’ils ne sont pas là que pour veiller sur moi pendant la nuit » pensa la fille en enjambant prudemment Nami.

La fille fit quelques pas. Soudain, elle se figea, et se retourna doucement. Robin souriait, adossée contre un mur, regardant Opale d’un air imperceptible.

« Nous nous doutions d’une visite nocturne, murmura Robin. Ce n’est pas très conseillé. »

Opale fronça les sourcils.

« Et que penses tu faire ?
- Rien. Ce ne sont pas mes affaires. Je suis sensée dormir, tout comme toi.
- Alors, tu ne feras rien contre moi ?
- Ce sont tes affaires. Libre à toi de faire ce que tu penses le meilleur. Laisse moi te dire une chose, Chopper monte la garde. Mais je crois qu’il s’est endormi.
- ...
- Ton père n’est pas réveillé. Sinon, Chopper nous aurait prévenu. Je préfère te prévenir. »

Opale ne répondit rien, détournant le regard.

« Opale ? »

La fille regarda à nouveau Robin.

« Libre à toi de m’écouter. Mais je doute que tu y sois prédestinée, génétiquement. »

Opale sourit, puis marcha vers la chambre où était son père. Robin ne dit rien, détournant le regard de la fille. Opale poussa doucement la porte. La chambre était plongée dans l’obscurité à cause des rideaux tirés, et elle mit un certain temps à voir la silhouette de son père, allongé sur le lit. Elle avança doucement. Par chance, un tabouret était resté là.

« Kicékéla ?... »

La fille se tut, et se figea sur place. Dans un coin, Chopper avait légèrement bougé.

« Euh... C’est moi, abruti, répondit Opale d’une voix grinçante, comme pour se vieillir.
- Ah... C’est vous Doctoresse ?... hum... zzzzzzzzZZZZZZZZzzzzzzzzzz.... »

Opale se retint de soupirer. Elle prit place sur le tabouret. Elle regarda le visage de son père. Il avait l’air endormi, plongé dans un profond sommeil.

« ... Papa ? »

Evidemment, aucune réponse. Opale soupira doucement. Elle posa sa main sur celle de son père. Ses bras étaient recouverts de bandages. Elle ne pouvait pas voir ce qu’il en était au niveau de la blessure au torse de Mihawk, recouvert par la couverture.

« Papa, ne meurs pas... Je ne te le pardonnerais pas. »

Une larme coula le long de la joue d’Opale. Non, elle ne le pardonnerait pas.


Retour






  Connecté(s) : 11
  Livre d'or : 5305
  Total pages : 1870
  Total images : 7093
Comment avez-vous trouvé le passé secret de Sanji ?

Genial
Pas mal
Moyen
Nul

Jojo’s bizarre adventure-FR
TYPE-MOON France
El Nano Brokeur
X ^ Revenir en haut ^
X
X


A man's dream will never die !!
Site créé par ange bleu et Dark Sol
Copyright © 2003, 2017 - One Piece la volonté du D - Tous droits réservés
Copyright © One Piece - Eiichiro Oda
Version 3.1