Accueil | A Propos | Evénements | Liens | Forum | Livre d'or | Voie Maritime | Archives
phrase
L'île des snipers est dans vos cœurs - Sniper King
Chapitre 885


Episodes 814
    > Prépublication
  > One Piece
  > Le Monde
  > Encyclopédie
  > Synopsis
  > Personnages
  > Résumés
  > Etudes
  > Animé Guide
  > Book Guide
  > OST Guide
  > Jeux Vidéo
  > Goodies
  > Névrose
  > Les 7 Enigmes
  > Batailles
  > Mini Aventures
  > Wanted
  > Pandaman
  > Navires
  > Fringues
  > Détails
  > Galeries
  > Fan Art
  > Fan Fic
  > Jeux
  > Quizz
  > Bureau
  > Avatars
  > Gifs Animés
  > Extra


Kuina Spirit Présente

Mystérieuse femme fatale!


Chapitre I | Chapitre II | Chapitre III | Chapitre IV | Chapitre V
Chapitre VI | Chapitre VII | Chapitre VIII | Chapitre IX | Chapitre X
Chapitre XI | Chapitre XII | Chapitre XIII | Chapitre XIV | Chapitre XV
Chapitre XVI | Chapitre XVII | Chapitre XVIII | Chapitre XIX | Chapitre XX
Chapitre XXI | Chapitre XXII | Chapitre XXIII | Chapitre XXIV | Chapitre XXV
Bonus


Chapitre XX : Chacun sa route, chacun son chemin...

« Colonel !!! COLONEL ! »

Tashigi entra dans le bureau du colonel Smoker, qui feuilletait d’un air distrait le journal.

« Vous avez lu que...
- ...Slyce Topor s’est évadé de la base de Snikytown.
- Ah.
- Merci Tashigi, mais je lis le journal » coupa Smoker en tournant la page.

L’escrimeuse soupira, puis retourna prendre son thé du matin sur le pont. Smoker plia le journal, puis souffla un énorme nuage de fumée.

« Voilà qui est fâcheux, pensa Smoker. Comme si les choses n’allaient pas assez mal comme ça. »

***

Opale dormait à poings fermés. Elle s’était endormie contre le lit de Mihawk, bras et tête posés sur les couvertures, en position agenouillée. Un rayon de soleil passa entre les rideaux clos. La fille soupira dans son sommeil, puis elle ouvrit les yeux.

« Mince, pensa t-elle. Je me suis endormie... »

Elle s’étira, tout en se frottant les yeux.

« Tu es réveillée ? »

Opale sursauta. Chopper la regardait d’un air calme.

« On se doutait bien que tu viendrais là, dit Chopper. En punition, tu vas veiller au chevet de ton père pendant que je vais manger un peu...
- D’accord, dit Opale en prenant place sur le tabouret.
- S’il y a le moindre problème...
- ... Je viens te chercher » répondit Opale.

Chopper laissa Opale seule, au chevet de son père. La fille n’était pas encore très réveillée, surtout qu’elle avait mal au dos, vu la position qu’elle avait pris pour dormir. Elle ne dit rien, puis regarda son père, qui semblait toujours dormir aussi profondément.

« Bonjour, Papa » dit Opale en le regardant, sachant pertinemment qu’elle n’aurait aucune réponse.

La fille se leva, et regarda la petite bibliothèque qu’il y avait à côté du bureau de la chambre’, et prit une petite encyclopédie sur les armes. Elle reprit place près du lit, et ouvrit le livre.

Le katana, plus communément appelé sabre, est une arme à la lame fine, recourbée, avec un seul côté tranchant, contrairement à l’épée, coupante des deux cô...

Opale leva les yeux. Soir la fatigue lui jouait des tours, ou alors elle avait bien vu les doigts de la main de Mihawk bouger. Elle attendit quelques instants... Certainement une illusion.

... coupante des deux côtés. Le katana est simple au niveau du maniement, de part son poids...

Elle eut encore cette impression d’avoir vu du coin de l’œil la main de son père bouger. Elle attendit quelques secondes, puis soupira, se replongeant dans la lecture.

... De part son poids, plus léger que celui d’une épée. En effet...

Elle n’avait pas rêvé, cette fois ci. Opale ferma le livre, et s’approcha de son père.

« Papa ? »

Les paupières de Mihawk frémirent, puis bientôt se relevèrent, laissant apparaître les yeux dorés du corsaire.

« Papa !!! »

Mihawk regarda Opale, puis sourit. Des larmes coulaient des yeux de la fille.

« Eh bien ?... Mon réveil... te chagrine à ce point ? »

Opale sourit, en essuyant ses larmes.

« J’ai eu si peur...
- Tout va bien, maintenant, murmura Mihawk.
- Co... Comment te sens tu ?
- Ce serait mentir... si je disais au meilleur de ma forme... »

Opale passa son revers de la main sur ses yeux, essuyant ses larmes. Puis elle sourit de toutes ses dents.

« Contente de te revoir parmi nous...
- Je n’en doute pas, susurra Mihawk, j’ai rarement le droit à un sourire aussi radieux. Combien de temps suis-je resté inconscient ?
- Pas loin d’un jour, répondit Opale. Je vais prévenir Chopper...
- Attend... »

Mihawk se redressa, non sans mal, laissant voir son torse, complètement recouvert de bandages. Il sortit d’un tiroir de la table de chevet une clé.

« Tiens, dit il en la posant dans la paume d’Opale. Va voir dans mon bureau, si aucun message de la Marine n’est arrivé...
- Mais tu m’avais...
- ... interdit d’y aller, compléta Mihawk. Mais tu avais quel âge ?
- ... Pas loin de sept ans.
- Exactement. Et à ton âge, je pense ne pas faire de bêtise en t’autorisant d’y aller. Seule interdiction...
- ... Ne pas fouiller dans tes fichiers top secrets, répondit Opale en regardant la clé. De toute manière, ce ne sont pas mes affaires. »

Opale referma sa main sur la clé. Elle regarda ensuite son père, qui grimaçait.

« Papa ? demanda t-elle d’un air inquiet.
- J’ai dû trop bouger, murmura Mihawk.
- Je vais chercher Chopper » s’exclama Opale en sortant de la chambre.

La fille ne tarda pas à aller trouver le petit renne, accompagné du reste de l’équipage, même de Zorro, qui n’avait pas supporté de rester au lit ce matin là, ainsi que de Lily. Opale les prévint du réveil de son père.

« J’y vais immédiatement » déclara Chopper, suivi de Lily.

Les autres membres les regardèrent foncer vers la chambre.

« T’y vas pas ? demanda Zorro en fronçant les sourcils.
- Mon père m’a confié une mission, dit Opale. Je vais d’abord accomplir cette requête. »

Opale laissa l’équipage dans le couloir, se dirigeant vers les escaliers. Elle monta d’un étage, passa plusieurs porte, et s’arrêta devant l’une d’elle, assez imposante par rapport aux autres. Porte en chêne verni, à double battant, des poignées de cuivre bien luisantes. Opale introduisit la clé dans la serrure. Un petit cliquetis résonna, puis d’une simple pression sur la poignée, la porte s’ouvrit. Le bureau de Mihawk était certainement l’un des endroits les mieux entretenu du manoir. Sur une large étagère, des portes documents, classés par couleur, par taille, et par ordre chronologique étaient posés, derrière une vitrine, fermée. Les documents « secrets », anciens ordres de mission, ou même ordres de mission en cours, étaient rangés dans les classeurs. Devant l’étagère, un bureau, d’un bois sombre, qui luisait à la lumière du soleil, était placé. Quelques fiches et avis de recherche étaient posés dessus, bien rangés et regroupés, et d’un encrier, d’où une belle plume d’aigle ressortait, un escargophone dormait tranquillement, relié à un fax. Sur les murs, des photographies et des avis de recherche, ainsi que quelques articles de journaux, étaient accrochés. Une immense fenêtre, donnant vue sur le large, occupait presque la moitié de l’un des murs, bon poste de vue pour voir les bateaux arriver. La dernière fois qu’Opale y avait été, elle avait été sévèrement réprimandée par son père. De cette première exploration, elle avait gardé un souvenir marquant : elle avait découvert ce qu’était son père, avant de devenir Capitaine Corsaire. D’ailleurs, sur le mur, elle voyait encore l’ancien avis de recherche de son père. Elle cessa l’exploration de la pièce, puis se dirigea vers le bureau.

« ... Voilà... »

Elle retira du fax une feuille imprimée. Le message était arrivé tôt ce matin là, vu la date et l’heure d’envoi.

Monsieur Delacure,

Je vous préviens de ma visite imminente. Vous aurez certainement appris la fuite de Slyce Topor (sursaut d’Opale) de la base de Snikytown, il y a deux jours. Ne pensez pas que je viens chez vous pour le simple plaisir de vous rabaisser, c’est le Gouvernement qui m’envoie. Vous savez certainement la raison de ma visite, et les renseignements que vous pourriez me donner. Je serai là d’ici trois jours, si la croisière est bonne.

Avec ma plus sincère désolation

Colonel Smoker

Opale grimaça. Ce Smoker, elle en avait déjà entendu parler. Non seulement parce qu’il était de la Marine, mais également parce qu’il détestait les Corsaires, et qu’il y avait déjà eu des accrochages entre son père et celui-ci. A chaque fois que Smoker avait essayé, d’après Mihawk, de lui soutirer des informations sur des accusations, le Marine repartait bredouille, et visiblement furieux. En plus, certaines de ses accusations s’avéraient exactes. Comme les relations entre Mihawk et Shanks le Roux, activement recherché par le Gouvernement. Opale chassa ses pensées, et sortit du bureau, qu’elle referma à clé derrière elle. Elle courut dans les couloirs, dévala les escaliers, puis alla tout aussi vite vers la chambre de son père. Elle ouvrit brusquement la porte.

« Papa !!! »

Mihawk, Lily et Chopper, visiblement surpris, regardèrent la fille d’un air interrogateur.

« Que se passe-t-il ? Murmura Mihawk, en fronçant les sourcils.
- Le colonel Smoker...
- Il ne manquait plus que ça... »

Opale donna la feuille à son père. Celui-ci parcourut rapidement le message. Il regarda ensuite Chopper.

« Ton équipage n’a pas d’ennuis avec Smoker ?
- C’est l’Enfumé, c’est ça ? demanda Chopper.
- Quel joli surnom, dit Mihawk dans un sourire. En effet, je pense que nous parlons de la même personne.
- Oui, il n’arrête pas de nous suivre ! S’exclama Chopper. Il nous donne pas mal d’ennuis !
- Eh bien, d’ici trois jours, il sera là, à mon plus grand regret, murmura Mihawk en chiffonnant la feuille.
- Quoi ??? S’exclama Chopper.
- Je vais aller les prévenir, déclara Opale. Désolée de vous avoir dérangée. »

Opale salua poliment, puis sortit à toute vitesse de la chambre, courant vers le rez-de-chaussée. Elle se dirigea ensuite vers la salle, d’où une douce musique au piano s’élevait. Elle y trouva tous les membres d’équipage, et Robin, au piano.

« J’ai quelque chose d’important à vous dire ! » S’exclama-t-elle.

La musique s’arrêta. Les pirates regardèrent Opale, sauf Zorro, qui avait l’air de tranquillement dormir dans un coin.

« Que se passe-t-il, Opale ? demanda Luffy. Tu as l’air inquiète...
- Smoker va venir ici d’ici trois jours, informa Opale. S’il vous trouve ici...
- Nous partirons demain, dit Nami en montrant son poignet. Le Log Pose est rechargé depuis un moment.
- Exact, dit Luffy. En plus, Zorro est sur pied. »

Opale soupira. Ils avaient donc déjà prévu de partir.

« Opale ? »

Elle leva les yeux vers Luffy.

« Libre à toi de choisir de nous suivre ou pas. »

Opale détourna la tête. Elle ne savait pas quoi faire.

« Merci, Luffy. »

Elle soupira, puis sortit de la salle, tandis que Robin s’était remise à jouer un air qu’Opale connaissait très bien, le prélude pour piano à quatre mains, de Justin Ermusikaal, célèbre compositeur de North Blue. Elle ne savait pas quoi faire... Partir avec Luffy, ou rester aux côtés de son père, jusqu’à ce que celui-ci recouvre la santé ? Surtout qu’elle avait un mauvais pressentiment... Pas que le fait que Slyce Topor se soit échappé l’inquiétait, mais son intuition l’avait rarement trompée. Elle allait leur parler de sa décision, dans l’après midi...

« Ah, Opale ! »

La fille regarda le petit renne qui marchait vers elle.

« Tu les as prévenu ?
- Oui, répondit Opale en souriant. Demain, vous partez... Sinon, pour mon père ?
- Il doit rester au lit pendant une semaine sans bouger, mais je doute qu’il va m’écouter ! Dit Chopper en soupirant.
- Il se remet généralement au bout de deux jours, d’un combat éprouvant, raconta Opale. Alors il ne va pas t’écouter.
- Ces escrimeurs, soupira Chopper en continuant à avancer dans le couloir, laissant Opale. Toujours à ne pas m’écouter ! Et moi je m’épuise à... blablablabla... »

Opale sourit, et soupira. Ses amis allaient la manquer. Elle ne les connaissait pas depuis longtemps, mais elle s’était rapidement attachée à eux. Elle sentit une larme couler le long de sa joue.

***

« UN POULET ROTI !!! » Hurla Luffy au serveur qui avait un air outré, en voyant déjà une vingtaine d’assiettes vides empilées.

Opale avait emmené les pirates au village de Selenia, les invitant à manger. Les villageois regardaient pour certains ces pirates recherchés d’un air surpris et effrayé, d’autres avaient l’air d’accepter le fait qu’ils étaient bons. Nami regardait certains villageois.

« Dis, Opale, demanda Nami en plantant sa fourchette dans de la salade. On ne craint rien ?
- Quand bien même Shanks le Roux reviendrait ici pour manger un repas, ils ne diront rien, expliqua la fille. Il est déjà venu boire ici en compagnie de mon père. Les villageois respectent totalement nos choix, tant que les pirates qu’on invite paient ce qu’ils achètent. Ils ne sont pas du genre à nous dénoncer à la Marine : ils ne veulent pas s’attirer les foudres d’un Capitaine Corsaire.
- Ca me rassure, dit Pipo en fourrant des frites dans sa bouche. Je n’aurais pas à éliminer ces pauvres villageois sans défense !
- En tout cas, excellent restaurant » s’exclama Sandy en buvant son verre de vin.

Tous avaient l’air de se régaler. Le tavernier avait l’air ravi de voir les clients manger autant. Une bonne journée, assurément, surtout en voyant Luffy tout avaler en quelques secondes.

« Tu as pris ta décision ? demanda Luffy après avoir retiré d’un coup de mâchoire toute la viande autour de l’os du poulet.
- Oui, murmura Opale. Je crois... que c’est ici que nous allons nous séparer, Luffy.
- Tu es sûre de ton choix ? Questionna Robin.
- Oui, répondit la fille. Je préfère rester à terre jusqu’à ce que mon père recouvre la santé.
- C’est compréhensible, murmura Pipo. Tu n’as pas à avoir cet air désolé...
- On se reverra peut-être plus tard ? Dit Luffy dans un sourire. A la vitesse où va ta coque de noix ! »

Zorro restait silencieux, buvant tranquillement une choppe de rhum. Il n’avait dit mot durant le repas. Certains membres de l’équipage l’avait remarqué, et s’étaient souvenus qu’il n’avait quasiment pas parlé depuis l’annonce du départ le lendemain.

« J’espère tous vous revoir plus tard, murmura Opale. Nous verrons ce que le destin nous prévoit ! »

Le repas terminé, ils sortirent, et se promenèrent dans le village. L’après-midi se passa rapidement, trop vite au goût d’Opale. Ils rentrèrent alors que le soleil commençait à décliner vers la mer, là où un sublime repas les attendait, préparé par les soins de Lily. La vieille femme ne resta pas à dîner avec eux, mais préféra rejoindre Mihawk, encore dans l’incapacité de bouger. Le repas se déroula dans le silence, le poids des adieux pesant sur chacun d’eux. Pas un mot, juste le cliquetis des couverts dans les assiettes, les rots de satisfaction de Luffy et Zorro, le son des verres remplis de boisson. Ainsi se passa le repas, dans un lourd silence.

« Voilà, dit Opale en remarquant que tout le monde avait terminé le repas. Je vous propose un quartier libre. Vous pouvez faire ce que vous voulez.
- Je vais me coucher, déclara Nami d’un ton triste.
- Moi aussi » déclara Pipo en même temps que Chopper.

Les autres ne dirent rien, sortant de la salle, en compagnie d’Opale. Tous se retirèrent dans leur chambre.

« Opale ? »

La fille leva la tête vers Zorro, qui était resté dans le hall.

« Fais pas cette tête de chien battu, dit Zorro en s’approchant d’elle. T’es assez grande pour prendre des décisions, non ?
- Tu vas me manquer, Zorro... »

La fille se jeta dans les bras de Zorro, qui rougit violemment. Cependant, il ne protesta pas, et enlaça la fille.

« Je crois que tu vas me manquer aussi, dit l’escrimeur en la regardant. C’est pas tout... Mais je vais aller me coucher. »

Opale s’écarta de Zorro, qui sourit, et monta les escaliers. Les séparations allaient être dures.

***

« Bonne route, et faites attention à vous. »

Les pirates étaient au port, en compagnie d’Opale et de Lily. La vieille femme avait chargé le navire en vivres, et en boissons. Les pirates relevaient la passerelle de débarquement.

« Opale, tu es vraiment sûre ? demanda Luffy.
- On ne peut plus, répondit Opale.
- Très bien, murmura Luffy. Qui sait, peut être qu’on se reverra un jour ?
- J’espère, dit Opale en souriant. J’ai été ravie de faire route avec vous.
- Nous aussi, on a été ravis ! S’exclama Pipo en souriant. On va regretter tes musiques durant la nuit !
- C’est sûr ! Renchérit Chopper. Ca couvrait les ronflements de Luffy !
- Prend soin de toi, dit Robin. Et essaie de ne pas trop t’attirer d’ennuis, cela vaudra mieux pour toi.
- Je crois que je retiendrai la leçon » répondit Opale en souriant.

Zorro et Sandy avaient relevé l’ancre. La grande voile fut dépliée, et le Vogue Merry commença à avancer.

« Au revoir, Opale !!! S’exclama Luffy, imité par le reste de l’équipage. Porte toi bien !!!
- Au revoir, Opale San !!!
- Au revoir ! répondit Opale.
- Faites bonne route ! » Déclara Lily.

Le Vogue Merry s’éloigna de l’île de Selenia. Opale et Lily restèrent quelques minutes au quai, puis firent demi tour, lorsque les membres de l’équipage ne devinrent plus que des points de couleur.

« Elle va me manquer, déclara Nami.
- A nous autres aussi, dit Pipo en allant vers le mât. Je vais à la vigie, en attendant. »

Tandis que Pipo montait, Nami regarda Zorro, allongé à l’ombre de la grande voile. Celui-ci regardait le ciel d’un air vide.

« Zorro, tout va bien ? Demanda Nami.
- Mouais, grogna l’escrimeur.
- Nami Chérie, laisse le bouder tranquille, dit Sandy. Il ne vaut pas la peine qu’on s’intéresse à lui. »

Pour une fois, Zorro aurait bien remercié le blondinet. Il avait envie d’être seul...

« Pfouuuuuu ! Quel vent ! S’exclama Pipo en regardant le pavillon noir secoué par les courants d’air. Ca risque de secouer un peu, enfin, heureusement j’ai du bon café avec moi !!! »

Il ouvrit son thermos, et se servit une tasse de café. Il posa ses bras contre la balustrade de bois de la vigie, regardant vers Selenia. Tiens, un grand bateau se dirigeait vers l’île. Pipo sourit. Si c’étaient des pirates, ils passeraient un sale quart d’heure si l’idée leur venait de piller l’île. Il posa sa tasse vide, et prit la longue vue.

***

Opale marchait dans son jardin, en compagnie de Lily. La vieille femme regarda la fille.

« Mademoiselle, je peux faire quelque chose pour vous ? Vous n’avez pas l’air bien.
- Je suppose que je vais regretter pendant un moment ma décision. Mais mon instinct me dit de rester ici, je ne sais pas pourquoi.
- Parfois, l’instinct peut tromper, Mademoiselle... »

Elles arrivèrent devant la porte. Opale tourna la tête, regardant la mer.

« Je le sais. Mais je préfère suivre ce que dit mon cœur, pour ne pas le regretter. »

Lily sourit.

« Vous faites preuve de sagesse. Je sais que vous faites le bon choix. »

Opale sourit, puis entra dans sa demeure avec Lily. C’était son choix. Son instinct.


Retour






  Connecté(s) : 15
  Livre d'or : 5305
  Total pages : 1870
  Total images : 7093
Comment avez-vous trouvé le passé secret de Sanji ?

Genial
Pas mal
Moyen
Nul

Jojo’s bizarre adventure-FR
TYPE-MOON France
El Nano Brokeur
X ^ Revenir en haut ^
X
X


A man's dream will never die !!
Site créé par ange bleu et Dark Sol
Copyright © 2003, 2017 - One Piece la volonté du D - Tous droits réservés
Copyright © One Piece - Eiichiro Oda
Version 3.1